Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Un Français issu de l’immigration

Hansgerd Schulte et Eva Carstanjen

Texte intégral

Bringt doch der Wanderer auch vom Hange des Bergrands
nicht eine Hand voll Erde ins Tal, die Allen unsägliche, sondern
ein erworbenes Wort, reines, den gelben und blaun Enzian.

1La gentiane est devenue la fleur fétiche de Gerald Stieg et le Wanderer qui nous l’apporte de la montagne pourrait bien être Gerald lui-même. Cette fleur dont parle Rainer Maria Rilke dans la neuvième Élégie de Duino n’est-elle pas le symbole de la métamorphose poétique du monde, de la beauté, de la parole du poète, du « discible » auquel Gerald a consacré toute sa vie et dont il n’a cessé de nous faire passer le message ?

2En effet, même si Gerald est né le 25 mai 1941 à Salzbourg, il a passé le plus clair de son enfance dans un petit village de Styrie, à Irdning, entouré de montagnes et de l’affection sans faille d’une mère qui a été pour lui, pendant toute sa vie, une source de bonheur et de sérénité. Alors que le père était absent, en raison de la guerre et de ses conséquences, la mère, toujours gaie et de bonne humeur malgré une grande pauvreté, nourrissait la petite famille dans ce village entouré de montagnes tout en chantant des airs de Mozart au petit Gerald. C’est dans cette première enfance qu’il faut chercher l’origine des trois grandes passions de sa vie : la montagne, Mozart et la littérature.

3Après l’école primaire, Gerald dut pendant huit ans se lever très tôt pour rejoindre le lycée d’Admont chez les bénédictins, à environ une heure et demie de son village d’Irdning. À l’issue de brillantes études classiques (latin-grec), il obtint la Matura en 1959 avec la mention très bien. C’est au collège des jésuites de l’université d’Innsbruck qu’il commença ses études supérieures en théologie sous l’influence décisive de Karl Rahner. Ce théologien-philosophe devint pendant un certain temps son maître à penser. Mais il n’est pas rare que la religion ait pour des jeunes gens sensibles un double effet contradictoire, à la fois d’attirance et de rejet : attirance pour les valeurs métaphysiques et morales qu’elle proclame, et rejet de la pratique que l’institution religieuse impose. Auprès des bénédictins d’Admont, où il fit ses études secondaires, Gerald fit, de fait, l’expérience du sectarisme et de l’intolérance intellectuelle et morale la plus insupportable. Pour preuve, un article dans le journal de classe ayant déplu, il fut exclu des cours trois mois avant la Matura.

4Il s’y prépara tout seul sur une tour de guet dans la forêt, avec le succès que l’on sait. Mais ces circonstances particulières expliquent sans doute aussi la « hauteur de vue » avec laquelle il a pris l’habitude de traiter les choses de la vie et de l’esprit. Cet incident montre également l’esprit critique et le courage intellectuel dont il devra faire preuve dans toutes les circonstances de sa vie. En tout cas, il quitte l’école des bénédictins et le collège des jésuites avec un anticléricalisme sans concession, assorti d’un antifascisme sans équivoque, puisqu’il a pu constater la compromission de l’église catholique en Autriche, avant et après l’Anschluss, et avec l’extrême droite populiste de Haider plus tard. Ces expériences douloureuses ont contribué à un changement d’orientation dans ses études : il abandonna la théologie pour les langues classiques, l’histoire et la germanistique à l’université d’Innsbruck, où il passa son examen de fin d’études supérieures (Staatsexamen) en 1966.

5« Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous ». Pour Gerald, c’était Martine Mignard qu’il a rencontrée dans un cours d’été de l’université d’Innsbruck. À partir de là, plus rien n’est comme avant et, une fois de plus, se vérifie le fait que les grands événements qui changent le cours d’une vie se font sans bruit, comme par un hasard qui s’avère nécessité. Cette heureuse rencontre a décidé à la fois de sa vie personnelle et de sa carrière professionnelle. Martine est devenue sa femme, elle lui a donné beaucoup de bonheur et deux filles merveilleuses. Ils ont tout fait ensemble pour le meilleur et pour le pire, « et en plus c’est vrai », comme disent leurs filles. Mais c’est aussi Martine qui a décidé son fiancé à venir avec elle en France comme lecteur autrichien. Elle a négocié cette affaire avec Jean-Marie Zemb, qui se trouvait à ce moment avec sa femme autrichienne à Innsbruck. En quittant l’université de Vincennes pour Paris 3, Jean-Marie Zemb a proposé à Gerald le poste de lecteur autrichien à l’Institut d’allemand d’Asnières (1969-1970). C’est ainsi qu’a commencé la brillante carrière de Gerald Stieg à l’Institut d’allemand d’Asnières.

6Comme nous tous, il a été profondément marqué par Pierre Bertaux et sa conception de la germanistique qui, à l’époque, était loin d’être incontestée. Il s’agissait d’ouvrir l’enseignement de l’allemand aux études de civilisation à côté de la littérature et de la linguistique. La spécificité d’Asnières consistait en effet dans l’étude comparée de la civilisation contemporaine des pays de langue allemande, en particulier de leurs systèmes politiques, de leurs problèmes sociaux, économiques et culturels, afin de contribuer à une meilleure compréhension réciproque des peuples. Quant aux études littéraires, il s’agissait de montrer l’imbrication étroite entre la littérature et les phénomènes de civilisation, de replacer l’analyse littéraire dans son contexte historique, social et politique. C’est ce chemin – methodus – que Bertaux nous a montré et que Gerald Stieg a suivi tout le long de sa carrière d’enseignant et de chercheur. Une autre originalité de notre institut a été l’accueil généreux et l’intégration d’enseignants français et étrangers. C’est ainsi qu’un Autrichien comme Gerald Stieg ou un Allemand, comme l’auteur de ces lignes, ont pu faire leur carrière dans l’Université française, sans doute un bel exemple, encore inhabituel à l’époque, de mobilité universitaire en Europe.

7Gerald, n’étant pas romaniste, a dû d’abord apprendre le français qu’il maîtrisa très vite comme tout le monde peut s’en rendre compte (je le cite souvent en exemple à mes étudiants : wer will, der kann). En l’absence d’équivalence de diplômes, l’Autriche ne faisant pas encore partie de l’Union européenne, Gerald dut reprendre un cursus complet d’études à Asnières, et je me rappelle avoir signé un certificat de licence pour lui. Il s’est fait naturaliser en 1975 pour pouvoir passer l’agrégation d’allemand en 1976 et le doctorat de 3e cycle sous la direction de Pierre Bertaux, qui lui confia la même année quatre cours d’agrégation, chose sans doute inhabituelle, mais qui montre bien la grande estime dans laquelle il tenait son jeune collègue. À cette époque Gerald avait déjà Die Fackel, sinon dans l’oreille tout au moins dans l’esprit, puisque le sujet de sa thèse portait sur une étude comparative entre Der Brenner et Die Fackel. Karl Kraus, Elias Canetti, et plus tard Rainer Maria Rilke devaient devenir ses auteurs de prédilection, auxquels il a consacré l’essentiel de ses recherches. Il passa le doctorat d’État sous la direction de Jean-Marie Valentin et occupa dès 1988 la chaire de littérature et de civilisation allemandes et autrichiennes à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 où il a pris ma succession à la direction de l’Institut d’allemand d’Asnières de 2001 à 2005.

8C’est ainsi que Gerald Stieg est devenu cet intellectuel français issu de l’immigration. Si Jean-Marie Zemb a été à l’origine de ce parcours, la dernière pensée de celui-ci, quelques jours avant sa mort, a été pour son ancien lecteur. Il est intervenu personnellement auprès des organisateurs d’un colloque sur l’Autriche pour empêcher Stieg de parler, parce que celui-ci avait pris énergiquement et publiquement position contre Jörg Haider et son populisme d’extrême droite. C’est par une voix d’outre-tombe qu’il a reçu ce dernier message de Jean-Marie Zemb, qui croyait voir dans Haider une synthèse réussie de Michel Rocard, Tony Blair et Jean-Pierre Chevènement. Cette anecdote, à la fois tragique et absurde, montre en tout cas que Gerald Stieg, à côté de son travail de chercheur et d’universitaire, a toujours été en même temps cet intellectuel engagé dans le siècle.

9« De tous les genres il n’y a qu’un seul qui soit mauvais : le genre ennuyeux ». Pour rester fidèle à cet adage de Voltaire, nous nous proposons de révéler quelques aspects secrets et drôles, mais pertinents dans la vie de notre héros. Ses années d’apprentissage à l’université d’Innsbruck n’ont pas été que studieuses. Gerald faisait partie d’une bande de joyeux lurons qui aimaient festoyer dans les tavernes, inventer des farces et plaisanteries, mais voyager aussi, de préférence dans le pays wo die Zitronen blühn. Ils avaient peu d’argent et il leur arrivait les aventures les plus extravagantes. Ce fut sa période Sturm und Drang : aber da schweigt des Sängers Höflichkeit.

10Gerald n’aimait pas seulement la grande musique et la belle littérature :

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate.

11Son premier beau chat était birman et pour cela se nommait Mandalay. Il avait un pedigree irréprochable, ce que l’on ne peut pas dire de Jacob qui a partagé la vie de la famille une vingtaine d’années, entouré de l’affection indéfectible de ses maîtres. Par décence, nous ne parlerons pas de Marco, le chat de la voisine, qui a failli semer la zizanie dans le ménage. Mais ces beaux chats chéris ne retenaient pas toujours leurs griffes et on a vu Gerald venir à ses cours les mains passablement égratignées. Car tout leur était permis à ces chats-tyrans : se promener sur le clavier de l’ordinateur, comme dormir dans le lit de leur maître. Le symbolisme est évident, même si l’on n’a lu ni Freud, ni Baudelaire :

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastiques,
Et que ma main s’enivre de plaisir
De palper ton corps électrique
Je vois ma femme en esprit.

12L’amour des chats fait donc partie de sa plus belle histoire d’amour avec Martine. Il l’aime du fond du cœur et lui trouve une ressemblance avec Audrey Hepburn, ce que ceux qui la connaissent ne peuvent que confirmer.

13Il est vrai que cet homme de lettres aux goûts raffinés a également des passions peut-être moins nobles, mais tout aussi sympathiques : le cinéma en général, Colombo et Charlot en particulier ; il achète régulièrement L’Équipe, Le Canard enchaîné et Le Monde ; il raffole de polars, surtout la nuit, puisqu’il se couche tard et dort peu. On raconte même qu’il lui arrive de s’endormir dans la baignoire d’où Martine est obligée de l’extirper vers les cinq heures du matin pour le ramener dans le lit conjugal.

14Ses deux filles lui font une merveilleuse déclaration d’amour : malgré une activité inlassable et parfois dévorante, il a toujours été pour elles un bon père, présent et disponible quand il le fallait, par exemple en se rendant régulièrement aux réunions de parents d’élèves. Il les a élevées dans une atmosphère d’humanisme et de tolérance, dans l’esprit des Lumières, mais toujours avec pudeur et discrétion, sans jamais céder à un discours grandiloquent ou moralisateur. Cette affection, elles la lui rendent bien.

15La carrière universitaire de Gerald Stieg s’est déroulée, comme c’est l’usage, autour de trois axes : l’enseignement, la recherche et l’engagement administratif. Il a la passion d’enseigner, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas chez certains de nos collègues. Au-delà de ses « obligations de service », il a sans cesse cherché le contact personnel avec ses étudiants dont beaucoup sont devenus ses amis et collègues. Il était à leur écoute et toujours disponible. Il les a accompagnés dans leurs études sans dirigisme, leur indiquant des chemins et suggérant des pistes de recherche sans jamais vouloir imposer des solutions toutes faites. Qui ne se souvient de ses séminaires de DEA à l’Institut autrichien qui se prolongeaient tard dans le café d’en face. Il était dans le sens noble du terme un Maître, entouré de ses disciples qui lui étaient attachés avec un affectueux respect.

16Gerald Stieg s’est prioritairement engagé dans la recherche pour ses propres travaux, mais aussi au service des autres, notamment en prenant la direction de l’Équipe d’accueil de notre institut (EA 182 - Sociétés et cultures des pays de langue allemande aux XIXe, XXe et XXIe siècles). Son souci y a toujours été de favoriser les initiatives, en particulier celles des jeunes chercheurs. Non seulement, ceux-ci ont toujours été associés aux colloques, mais ils ont pu monter leurs propres manifestations, recevant d’ailleurs à deux reprises de l’université le label « projets innovants ». Il n’est pas étonnant que ce cadre stimulant ait vu l’aboutissement de nombreuses thèses de grande qualité dirigées par Gerald Stieg. Plusieurs d’entre elles ont été distinguées, soit par des prix de la Chancellerie, soit par le titre de meilleure thèse de l’année de l’université de Sorbonne nouvelle. Gerald a ainsi contribué à la réputation nationale et internationale de notre institut, ce qui a également son importance politique dans le contexte d’une baisse dramatique des effectifs en germanistique.

17Pour donner une idée de l’éventail et de l’orientation des recherches de ses thésards nous citerons, à titre d’exemple : Karine Winkelvoss sur Rilke ; Kerstin Hausbei sur Thomas Bernhard et Tchékhov ; Andréa Lauterwein sur Paul Celan et Anselm Kiefer ; Jean-François Laplénie sur psychanalyse et littérature ; Stéfane Gödicke sur Musil ; Béatrice Jongy sur Kafka, Rilke et Pessoa ; Gaëlle Vassogne sur Max Brod et Prague ; Edwige Brender sur la poétique de Franz Werfel ; Yannick Malanda sur la religion dans la pensée de Canetti ; Elisabeth Schwagerle sur la réception de Handke ; Marc Lacheny sur la réception de Nestroy par Karl Kraus ; et Elisabeth Kargl sur Elfriede Jelinek. Les thèmes de ces thèses sont l’exact reflet des priorités de recherche de leur directeur : une nette prédominance d’auteurs autrichiens, avec au centre Karl Kraus, Elias Canetti, mais aussi Rainer Maria Rilke, dont il a par ailleurs édité les œuvres dans la « Bibliothèque de la Pléiade ». Il faut y ajouter le théâtre populaire autrichien avec notamment Nestroy et Raimund ainsi que de nombreuses études de civilisation. La bibliographie publiée dans cet ouvrage permet de se faire une image complète de l’abondance et de la diversité des recherches et publications de Gerald Stieg.

18L’organisation de colloques fait partie du métier ordinaire de l’enseignantchercheur. On y invite des spécialistes nationaux et internationaux afin de comparer les différentes approches d’une question et de faire connaître les derniers résultats de la recherche sur le sujet. Sur ce terrain aussi, l’activité de Gerald Stieg a été extrêmement féconde : on peut citer à titre d’exemple les colloques « Psychanalyse et littérature » à Paris IV ; « L’Autriche et l’Europe » à Vienne ; « Le classicisme de Weimar » à Amsterdam ; ou encore « Tradition et modernité en Autriche » à Rouen. Mais, là encore, Kraus et Canetti occupent une place de choix, dont témoignent les deux dernières grandes manifestations, « Les guerres de Karl Kraus » en collaboration avec Jacques Bouveresse au Collège de France, et « Elias Canetti (1905-1994) » à la Bibliothèque nationale de France.

19Je me souviens d’un colloque mémorable avec Canetti à Asnières. Pierre Bertaux, le fondateur de notre institut, était alors directeur, et c’est à ce titre que lui revenait le devoir et l’honneur de recevoir et d’introduire Canetti. À tort ou à raison, il pensait que ce qu’il avait à dire était au moins aussi important que ce que Canetti pouvait raconter. Son introduction prenant l’allure d’une conférence préalable, l’illustre écrivain rongeait son frein et une partie du public commençait à quitter la salle. Il a fallu toute la diplomatie de Gerald pour éviter que l’incident ne tournât au désastre que n’en résulte une brouille durable.

20Les grands hommes sont parfois difficiles à manier comme le montre cette autre anecdote. Canetti venait d’être élu en Allemagne dans le prestigieux Ordre Pour-le-Mérite. J’assistai à la cérémonie et à la réception qui suivit. Pour m’introduire auprès de l’illustre écrivain, je mentionnai que j’étais le collègue et ami de Gerald Stieg à Paris. Oh malheur ! Que n’avais-je dit ! Mon innocente remarque provoqua une colère épique du grand homme : il ne fallait plus jamais prononcer le nom de Stieg devant lui. Ils avaient été des amis intimes pendant de longues années, mais c’était irrémédiablement fini. La raison en était que Stieg avait osé le proposer pour un doctorat honoris causa à la Sorbonne. Cette ultime audace était décidément attentatoire à sa dignité de grand écrivain. Vanitas vanitatum ! Mais là encore, Gerald a vite réussi à calmer le jeu avec son talent habituel, la connaissance de l’âme humaine en général et de celle de Canetti en particulier.

21Ces talents, il a pu les exercer dans les nombreuses fonctions administratives qu’il a exercées à l’échelon de l’université. Dans ses fonctions d’élu au Conseil scientifique, puis au Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU), enfin dans celle de coprésident de la Commission du personnel enseignant, il s’est toujours engagé pour une gestion de qualité de notre établissement, tout en y défendant les intérêts de notre discipline. Il fut aussi à la fois directeur de l’UFR d’allemand et du Centre universitaire d’Asnières de 2001 à 2005, période au cours de laquelle il n’y a jamais eu de conflits majeurs dans notre institut, ce qui est – soit dit en passant – plutôt rare dans l’Université. Car pour les problèmes au quotidien, Gerald a toujours trouvé des solutions en douceur.

22Mais le principal intérêt de Gerald dans la gestion administrative l’a porté à nouveau vers la recherche. Il a été président de la Commission de spécialistes de la 12e section (études germaniques), membre du Conseil national des universités de cette même section et, comme nous l’avons dit, responsable de notre Équipe de recherche. Enfin, il a pris la responsabilité d’une des écoles doctorales de Paris 3 (ED 386 : Espace européen contemporain, qui associe l’allemand, une partie de l’anglais et les études européennes), école au service de laquelle il a mis sa rigueur intellectuelle et son exigence indéfectible de qualité scientifique.

23Ce Français issu de l’immigration se souvient d’avoir été Autrichien. En effet, le mérite incontestable de Gerald Stieg en matière de politique culturelle consiste dans le rôle essentiel qu’il a joué en tant que médiateur entre l’Autriche et la France. L’instrument privilégié de ce travail de médiation est la revue Austriaca, créée à l’université de Haute-Normandie de Rouen par son ami et collègue Félix Kreissler. Il en a été le rédacteur en chef de 1982 à 2004. Il y a collaboré étroitement avec Gilbert Ravy avant d’en céder la direction à Jacques Lajarrige, son collègue d’Asnières. Cette revue continue à informer régulièrement sur les évolutions socioculturelles et politiques ainsi que sur la littérature autrichienne par des études de qualité. Mais Gerald dispose aussi d’autres moyens d’action pour assurer la présence de l’Autriche en France. Il y a d’abord ses propres travaux sur Kraus, Canetti et Rilke, nous l’avons vu. À tel point que son collègue de l’université de Vienne, l’éminent germaniste Wendelin Schmidt-Dengler, qu’il a associé à de nombreux colloques et soutenances de thèses, lui a conféré le titre honorifique de « canettologue ». Il y a aussi les travaux de ses thésards qu’il oriente sur des sujets de littérature et de civilisation autrichiennes, nous l’avons vu également. Enfin, il est un infatigable organisateur de manifestations sur l’Autriche et, en sa qualité de spécialiste reconnu, il est un conseiller précieux et recherché pour tout ce qui a trait à ce pays.

24Un bel exemple est son amitié et sa collaboration avec Jacques Bouveresse. Il a fait découvrir l’Autriche à ce professeur du Collège de France avec pour résultat des études sur Kraus, Wittgenstein et Musil. Ce faisant, il a contribué à établir un dialogue fécond entre philosophes et littéraires. Gerald a d’ailleurs écrit un article remarquable sur Jacques Bouveresse dans un numéro spécial de la revue Critique qui lui était consacré. Bouveresse dit consulter régulièrement Gerald Stieg sur les questions autrichiennes, tester ses idées auprès de lui et faire une confiance totale à la justesse et à l’objectivité de son jugement. Pour lui, il ne fait aucun doute que, si la littérature autrichienne a trouvé une place importante en France, c’est largement grâce à Stieg, qui a su en faire valoir l’autonomie et la spécificité. Le nom de Gerald Stieg a même été proposé pour une candidature au Collège de France, mais l’intéressé a refusé, animé par une modestie que d’aucuns jugeront excessive. L’Autriche et la culture autrichienne auraient bien mérité d’être représentés par une personne de sa qualité dans l’auguste aréopage des Lettres et des Sciences.

25Qu’il me soit permis, pour conclure, d’évoquer quelques aspects plus personnels, qui font du collègue Gerald Stieg l’ami que nous apprécions et que nous aimons. Il y a d’abord sa probité intellectuelle et le courage indéfectible avec lequel il défend ses convictions au risque même de nuire à sa carrière. Il est loin de tout opportunisme intellectuel et politique. Quand il trouve mauvais le travail d’un étudiant ou d’un collègue ou encore la conférence d’un haut fonctionnaire autrichien, il ne se gêne pas pour le dire haut et fort et même au cours d’un dîner officiel (source : W. Schmidt-Dengler).

26Mais il est surtout un ennemi irréductible de l’extrême droite et de toute forme de totalitarisme. Ainsi, il n’a cessé de combattre la politique de la coalition ÖVP-FPÖ ou gouvernement de Schüssel, ce qui lui a valu pour un temps d’être déclaré persona non grata dans les milieux officiels autrichiens. Il est allé jusqu’à rompre tout lien avec les autorités gouvernementales et refuser les subventions pour la revue Austriaca. Alors que le congrès de l’Association internationale des germanistes (IVG) avait lieu en 2000 à Vienne quelques mois après la constitution d’un gouvernement de coalition « noire-bleue », Gerald participe activement à une manifestation parallèle de protestation au titre évocateur (« Die Germanistik, eine politische Wissenschaft ? »–» Les études germaniques, une science “politique” ? ») organisée au Musée juif de Vienne sous l’impulsion de Jacques Le Rider avec le concours de germanistes autrichiens, allemands et français. Il s’y est prononcé, sans équivoque, en faveur d’une responsabilité citoyenne des germanistes. Avec le changement de gouvernement, Gerald est rentré en grâce auprès des instances autrichiennes, qui l’ont à nouveau invité à plusieurs manifestations officielles : à cette conférence sur l’Autriche qui lui a valu les foudres d’outre-tombe de Jean-Marie Zemb, à une autre sur Félix Kreissler devant le Parlement autrichien, et enfin au Palais de justice à une cérémonie commémorative de l’incendie de 1927 avec, bien sûr, une conférence sur Die Blendung de Canetti devant un public attentif de procureurs, de juges et d’avocats.

27Comme cadeau d’adieu de l’université, Gerald a demandé la faveur de pouvoir choisir librement les thèmes de ses cours pour sa dernière année d’enseignement. La chance a voulu qu’un de ses poètes autrichiens favoris, Georg Trakl, fût au programme des concours. Il a passé ses vacances à préparer avec joie ce cours à la fois pour les étudiants de l’université et pour ceux du téléenseignement (CNED). Jacques Bouveresse avait déjà souligné le mérite de Gerald dans le rapprochement entre la philosophie et la littérature. Aussi n’eston pas étonné, outre Trakl, de voir figurer dans le menu de sa dernière année un cours sur « Poésie et philosophie : les poèmes de Goethe ». Avec Die Letzten Tage der Menschheit de Kraus et Die Komödie der Eitelkeit de Canetti qu’il a intégré à son cours sur le Volkstheater, il retrouve des auteurs et des œuvres qui lui sont chers. Enfin, constante de sa réflexion critique et de son enseignement tout au long de sa carrière universitaire, on retrouve le thème de la sécularisation, traité à travers un certain nombre d’auteurs allemands du XVIIe au XXe siècle, notamment par l’étude du Faust de Goethe, celle des Élégies de Duino de Rilke, et celle de la Flûte enchantée de Mozart.

  • 1 Article repris en 2000 dans Europes dirigé par Yves Hersant et Fabienne Durand-Bogaert et, en versi (...)

28Mozart nous rappelle que ces quelques pages sur la trajectoire de Gerald Stieg seraient incomplètes sans une mention particulière de la place que la musique occupe dans sa vie. Le sujet pourrait faire à lui seul l’objet d’une contribution, mais, que Gerald nous pardonne, nous nous contenterons ici de quelques indications significatives. Il y a d’abord la collaboration avec George Zeisel dans le cadre de l’association Pro-Quartet et du Centre européen de musique de chambre à Fontainebleau, deux institutions qui ont pour but de promouvoir le quatuor à cordes en France. Gerald a accompagné ces activités de ses conseils compétents et amicaux. Il y a ensuite ces émissions de France Culture auxquelles Gerald a collaboré pour analyser le paysage musical viennois autour de 1900, resituant la musique dans son cadre sociohistorique et dans l’effervescence culturelle de cette fin de siècle, mais allant aussi jusqu’à suivre le parcours des grandes figures de la Nouvelle école de Vienne jusque dans leur exil américain. Enfin, Gerald a développé toute une philosophie de l’histoire européenne à partir du quatuor à cordes. Par un rapprochement aussi original qu’inattendu, son article « Le cœur secret de l’Europe » (Le Monde du 11 octobre 19901), a mis en parallèle Socrate et le quatuor à cordes : la réunion de quatre personnes « est par essence la forme musicale du dialogue socratique » et par là même « le cœur secret de la culture européenne ». De même que Socrate a libéré la philosophie antique de la pensée mythique, de même les philosophes du Siècle des Lumières ont affranchi l’homme de la tutelle du pouvoir de droit divin. Ainsi, Socrate peut être considéré comme la préfiguration de la pensée éclairée du XVIIIe siècle, qui va fonder les valeurs essentielles de l’éthique européenne, car c’est par le dialogue, par la maïeutique socratique, c’est-à-dire l’accouchement de la vérité à travers l’élaboration d’un consensus démocratique que ce prodigieux acte de libération de l’homme s’est accompli. Or, le quatuor à cordes repose sur le dialogue, sur le libre consentement de quatre personnes, qui travaillent ensemble à une même œuvre. Dans ce sens, il est le paradigme musical de notre culture européenne, il est bien ce cœur secret de l’Europe.

29C’est dire aussi que la musique est le cœur secret de Gerald. Comme pour Marcel Proust, elle est pour lui une conception de l’amour et du bonheur. Elle est ce qui donnera à la fin de nos jours « quelque chose de moins amer, de moins inglorieux, peut-être de moins probable ».

Notes

1 Article repris en 2000 dans Europes dirigé par Yves Hersant et Fabienne Durand-Bogaert et, en version allemande, dans transversale 1/2005.

Auteurs

Romaniste et germaniste de formation, a été de 1972 à 1987 président de l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) après avoir été le directeur de son bureau parisien. Il a été professeur à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, institut qu’il a dirigé de 1991 à 2001. Il a enseigné la littérature et la civilisation comparée et a publié sur des sujets de politique culturelle et littéraire.

Maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 jusqu’en 2005. Ses recherches portent sur la psychologie, la psycho-pédagogie et le féminisme. Elle a notamment participé à la traduction des œuvres complètes de Freud publiée aux Presses Universitaires de France sous la direction de Jean Laplanche. Elle est actuellement contrôleur judiciaire au Palais de Justice de Paris.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540