Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre IV. Le « choc des cultures » ?

Petit récit du temps où l’Allemagne – l’Europe – accueillait avec émerveillement le frère noir de Parzival1

Isabelle Vodoz

Résumé

Dans son Parzival (XIIIe siècle) Wolfram von Eschenbach introduit un personnage tout à fait étranger à la tradition médiévale dont il s’inspire. Pendant les croisades, en effet, le père de Parzival a eu un fils d’une reine noire. On retrace rapidement l’histoire de ce curieux demi-frère métis, accueilli comme un égal par la chevalerie européenne, qui accompagnera Parzival dans sa quête du Graal.

Texte intégral

  • 1 C’est dans le cadre d’un travail sur le Parsifal de Wagner que j’ai été amenée à lire l’œuvre de Wo (...)
  • 2 Ne disposant que de la traduction allemande parue chez Reclam (Wolfram von Eschenbach, Parzival, St (...)

Comme l’inscription sur le Graal l’avait désigné comme tel, on n’eut pas d’autre choix : Parzival fut élevé à la dignité de roi et de souverain du Graal. Et, si je peux me permettre une remarque : jamais on ne vit côte à côte deux seigneurs plus puissants et plus riches que Parzival et Feirefiz, et tous les servants du Graal s’empressèrent auprès de Parzival et de son hôte (16/796 v. 22-25)2.

1Ce passage du dernier livre du Parzival de Wolfram von Eschenbach (1170-1220 environ) ne manquera pas de surprendre le lecteur habitué aux diverses versions de la légende du Graal, du Perceval de Chrétien de Troyes (seconde moitié du XIIe siècle) à Wagner, en passant par Le morte d’Arthur de l’Anglais Thomas Malory (début XVe siècle - 1470). Dans tous ces cas, en effet, le chevalier jugé digne de devenir le gardien du Graal – Perceval chez Chrétien de Troyes, Galaad, fils de Lancelot, chez Malory, ou encore, chez Wagner, Lohengrin ou Parsifal – se présente seul. Wolfram von Eschenbach, en revanche, choisit de nous montrer un Parzival accompagné dans sa quête par Feirefiz, son demi-frère, lequel est reçu avec enthousiasme et respect par la communauté des chevaliers.

2C’est ce personnage inattendu et attachant dont j’ai envie de rappeler l’histoire, telle que nous la conte Wolfram von Eschenbach, avec, certes, une certaine naïveté, mais avec une générosité et une ouverture à l’étranger venu d’ailleurs, dont on aimerait retrouver souvent l’exemple aujourd’hui. Car l’histoire de Feirefiz n’est pas une simple péripétie : lui sont consacrés une grande partie des deux premiers et des deux derniers livres, avec une brève ponctuation au milieu du roman, ce qui lui confère en quelque sorte une fonction de cadre par rapport à l’histoire de Parzival, à laquelle elle fournit un triple substrat : religieux – Feirefiz est païen –, racial – Feirefiz est métis –, et merveilleux – Feirefiz représente l’Orient mythique.

  • 3 On sait que Wolfram von Eschenbach se réclame explicitement de deux devanciers français : Chrétien (...)

3Le roman s’ouvre sur les aventures de Gachmuret3 d’Anjou. Ce fils d’un roi français, plutôt que de partager le pouvoir avec son frère, choisit de partir vers des pays au-delà des mers, afin d’y chercher fortune, et surtout « la faveur des femmes ». Il s’embarque donc pour Bagdad, car, nous dit l’auteur, et on remarquera son respect pour un mode de vie qui n’est pas fondé sur la religion chrétienne :

De même que les principes de la vie chrétienne auxquels nous contraint le baptême sont fixés à Rome, c’est là que sont fixées les règles de vie des païens (I/13, v. 26-28).

4Puis, quittant Bagdad où il a été entouré de tous les honneurs, Gachmuret se rend dans le royaume de Zazamanc. La souveraine, Belakane, y est en proie à de grandes difficultés, et le noble chevalier français prend, comme il se doit, sa défense. Ayant vaincu les ennemis de la reine, il fait une entrée triomphale dans sa capitale, et la reine de s’inquiéter : peut-elle le recevoir en égal, mais surtout : « La couleur de sa peau est différente de la nôtre. Pourvu qu’il n’en prenne point ombrage » (I/22 v. 8-9). Suite à quoi prend naissance une inclination réciproque, empêchée dans un premier temps par la fidélité que la reine voue à son époux défunt. Mais Gachmuret et Belakane cèdent à leur passion et s’adonnent aux joies de l’amour, bien que « leur couleur de peau fût différente ». Ils jouissent un certain temps du plus parfait amour, mais le goût de l’aventure reprend bientôt Gachmuret qui – un peu comme Enée – s’enfuit sans oser revoir la reine, enceinte de trois mois. Prenant congé d’elle dans une lettre, il lui redit son amour et justifie son départ par le fait qu’elle n’est pas chrétienne. Cependant, dans cette même lettre, il reconnaît d’avance son fils à naître comme son légitime descendant. À noter que la reine se désole à cette lecture : si son époux le lui avait demandé, elle se serait volontiers convertie. Nous verrons plus tard que, dans ce roman, la conversion semble relever plus de l’amour que de la foi.

Quand le temps fut venu, la reine mit au monde un fils qui était de deux couleurs. Dieu avait fait un miracle : il était blanc et noir. La reine baisa particulièrement les places blanches de sa peau. Elle l’appela Feirefiz d’Anjou. […] La couleur de sa peau et de ses cheveux ressemblait au plumage d’une pie (I/57, v. 15-22).

5De l’enfantelet, dont on nous annonce qu’il sera un vaillant chevalier, plus ne sera question pour un temps, mais c’est néanmoins une partie de son sort qui se joue dans le deuxième livre, lequel s’attache au retour de Gachmuret en Europe.

6Se présentant sous le titre de roi de Zazamanc, Gachmuret se trouve immédiatement confronté à combats et duels et se voit même l’objet de la passion de trois reines. Mais, à la différence d’Enée, il reste déchiré par le souvenir de la reine noire qu’il a abandonnée : « Plus d’un ignorant s’imagine que la noirceur de sa peau m’a fait fuir. Que non point, elle était pour moi comme le soleil ! » (II/91 v. 5-6).

7À la reine Herzeloyde, sur laquelle se porte son choix, il avoue qu’il a déjà une épouse, épouse qu’il aime plus que sa vie. La sage et bien pensante Herzeloyde s’emploie à le convaincre :

Vous devez abandonner cette mauresque au nom de mon amour. La bénédiction du baptême est plus puissante. Renoncez à cette païenne et aimezmoi dans notre foi chrétienne (II/94, v. 31-34).

8Gachmuret se laisse convaincre mais, toujours à la recherche de nouvelles aventures, il quitte à nouveau l’Europe pour aller apporter son aide à son ami Baruc, souverain de Bagdad. Blessé mortellement au cours d’une bataille, il est enterré à Bagdad et pleuré par chrétiens et sarrasins.

9Herzeloyde, restée veuve, met au monde un fils qu’elle va s’efforcer de tenir à l’écart de tous les combats. C’est, nous avertit Wolfram, à partir de ce troisième livre, que commence la véritable histoire, celle de son héros. Les livres qui suivent sont donc consacrés aux diverses aventures de celui qui n’est encore que le « chaste fol » de Chrétien de Troyes, le « reine Tor » cher à Wagner, aventures qui le conduisent chez le roi-pêcheur – où Parzival est mis pour la première fois en présence du Graal – puis à la cour du roi Artus où, presque à la fin du livre VI, il est brutalement sorti de sa bienheureuse ignorance.

10L’intervention de Cundry, que Wolfram nous présente sous les traits d’une affreuse sorcière, mais en même temps d’une femme d’une science et d’une culture immenses, va en effet amener Parzival à prendre conscience de luimême, de ses origines et de ses devoirs. Cundry accable le malheureux d’amers reproches pour n’avoir pas sauvé le roi-pêcheur en posant la bonne question, mais, ce faisant, elle lui révèle son nom, celui de son père et surtout l’existence de son demi-frère. Pour mieux l’humilier, elle le compare même à cet autre fils de son père, et la comparaison qu’elle fait entre Parzival et son frère aîné est tout à l’avantage de ce dernier.

Feirefiz d’Anjou, qui a fait montre de ces qualités chevaleresques auxquelles lui n’a jamais renoncé et qui étaient celles de votre père à tous les deux. Votre frère a quelque chose de merveilleux, fils de la reine de Zazamanc, il est à la fois blanc et noir.

11Un peu plus tard, l’éloge de Feirefiz sera développé par « une riche et intelligente païenne s’exprimant dans un français parfait », nous dit Wolfram. Fait significatif, cette « païenne » n’est manifestement pas la seule de son espèce à fréquenter en toute liberté la cour du roi Artus. Vont donc être célébrées la richesse de Feirefiz, sa galanterie, l’estime dont il jouit, l’étendue de ses possessions et son adresse sans pareille au combat. Même si toutes ces informations tiennent en peu de vers, leur fonction est de préparer les acteurs de l’histoire, ainsi que le lecteur, à la venue de cet étranger, à laquelle est consacrée, comme on va le voir, tout le livre XV, ainsi qu’une partie du livre XVI.

12Dans la grande tradition du roman de chevalerie, les deux frères commencent par ne pas se reconnaître et un duel s’engage entre deux adversaires d’égale valeur. C’est l’occasion pour Wolfram, qui se déclare « incapable de distinguer le païen du baptisé », de décrire en détail la splendide armure de l’étranger et de célébrer les magnifiques coups portés par les deux héros. Finalement, la fatigue s’empare des combattants et, allongés sur le gazon, ils en viennent à s’interroger l’un l’autre sur leur identité. Parzival admet qu’il a un frère, inconnu de lui, et, sommé de le décrire, il répond (nouvel exemple de l’embarras de Wolfram quant à l’apparence de ce métis) : « Il est comme un parchemin sur lequel on a écrit, avec du blanc et du noir par places » (15/747 v. 26-27). Sur quoi, Feirefiz enlève son heaume et les deux frères tombent dans les bras l’un de l’autre. C’est d’ailleurs l’occasion d’une de ces petites scènes réalistes qui font l’un des grands charmes de l’œuvre de Wolfram. Feirefiz déclare :

Il ne faut plus que tu me dises « vous », nous avons tous les deux le même père, et très fraternellement il l’engagea à renoncer au vouvoiement et à adopter le tutoiement. Ce discours embarrassa Parzival qui répondit : Frère votre richesse vous fait l’égal de Baruc et vous êtes aussi plus âgé que moi, en raison de ma jeunesse et de ma pauvreté je me garderai de vous tutoyer, ce serait contraire à la bienséance (15/749 v. 18-30).

13Emmené à la cour, le noble païen est accueilli à bras ouverts, d’abord par Gawan, puis par le roi Artus, qui le considère sans problème comme son neveu. Honneur suprême, Feirefiz est même admis au nombre des chevaliers de la Table ronde. Le fait qu’il soit d’une autre couleur et d’une autre religion ne gêne manifestement personne, sinon que cela excite la curiosité, en particulier celle des femmes, dont beaucoup souhaiteraient en faire leur chevalier servant. La splendide armée qui l’accompagne et les prodigieuses richesses apportées d’Orient contribuent sans aucun doute à sa popularité. Quoi qu’il en soit, ce ne sont que fêtes et réjouissances en son honneur, lesquelles sont bientôt troublées par la réapparition de Cundry. Celle-ci salue les deux frères et apprend à Parzival qu’il a été désigné comme le souverain du Graal. Parzival s’en réjouit et demande comment se rendre à Munsalwäsche, le château d’Anfortas. La réponse est que Cundry le guidera et qu’il est autorisé à désigner un chevalier, et un seul, pour l’accompagner. Sans hésiter Parzival choisit Feirefiz, et les deux frères, sous la conduite de Cundry, se mettent en route pour le château du Graal.

14Le livre XVI nous raconte l’arrivée des deux chevaliers au château et la guérison d’Anfortas. Une fois Parzival proclamé souverain du Graal, il est libéré de ses obligations et peut songer à aller chercher son épouse Condwiramurs et ses deux enfants, Kardeiz et Loherangrin, qu’il n’a pas vus depuis cinq ans. Les retrouvailles se passent dans une atmosphère étonnamment familiale, comme en témoigne la petite scène suivante :

On souhaita la bienvenue à la reine et à son fils, et on porta Loherangrin vers son cousin Feirefiz, mais comme celui-ci était noir et blanc, l’enfant ne voulut pas l’embrasser. La peur touche aussi les enfants nobles. Le païen ne fit qu’en rire (16/805 v. 26-30 et 806, v. 1-3).

15Je voudrais maintenant m’attarder un peu sur le problème religieux, sur lequel, toujours en rapport avec Feirefiz, ce dernier livre achève de jeter un jour assez surprenant. On a pu juger combien l’accueil réservé à celui qu’on appelle le « païen » était libre de tout préjugé. Certes, la question de sa couleur revient comme un leitmotiv, mais c’est sans agressivité ni condescendance, au contraire plutôt avec une sorte de curiosité sympathique. Vu les descriptions fantaisistes que Wolfram donne de ce métissage, on est bien obligé de penser que ce personnage est un personnage imaginaire, car, manifestement, l’auteur n’a jamais eu l’occasion de voir un métis. Feirefiz relève de toute évidence de ce goût pour l’exotisme et le merveilleux, auquel participent ses fabuleuses richesses, sur lesquelles on insiste abondamment. Nul doute que la période des Croisades a révélé aux chevaliers européens un monde d’un raffinement et d’une culture dont ils n’avaient aucune idée et qui fascine la plupart d’entre eux.

16En ce qui concerne la religion, le fait que le personnage soit une fiction n’enlève rien à l’intérêt qu’on peut porter à la manière dont Wolfram aborde le problème. Comme on l’a vu, est reconnu le fait que les païens observent comme les chrétiens des règles de vie fixées centralement, en l’occurrence à Bagdad. Mais en même temps, il est clair qu’on ne sait pas très bien de quelle religion il s’agit. Feirefiz est couramment appelé « le païen » et les dieux qu’il invoque sont les dieux antiques, Jupiter et Junon. Il compare lui-même ses armées à celles qui assiégèrent Troie et, à l’occasion de la description de son heaume, Wolfram fait appel à la caution d’Hercule, d’Alexandre et de Pythagore. Tout cela ne semble gêner personne jusqu’au moment où, assistant à la cérémonie de présentation du Graal, Feirefiz avoue qu’il ne le voit pas. Tous les assistants s’étonnent, mais le vieux Titurel explique qu’aucun homme non baptisé ne peut voir le Graal. À ce moment, on croit retrouver l’image du pieux Moyen Âge, qui nous est familière, mais tel n’est pas le cas. D’abord, ce qui fait souffrir Feirefiz (au point qu’on remarque que les places blanches de sa peau en pâlissent) ce n’est pas tant de ne pas voir le Graal, c’est d’être tombé amoureux de la sœur d’Anfortas. Et s’il accueille avec enthousiasme l’idée du baptême, au point qu’il pense même pouvoir le gagner par la force des armes, c’est qu’il en espère un soulagement de ses maux d’amour. Voici, telle que Wolfram nous la conte, la cérémonie du baptême :

Parzival parla ainsi à son frère : si tu veux épouser ma tante, tu dois renier tous tes dieux et combattre toujours l’ennemi de Dieu le Très-Haut, et observer fidèlement ses commandements.
Le païen répondit : Tout ce par quoi je peux l’obtenir, je le ferai et je l’observerai fidèlement (16/816 v. 24-30) […].
Si cela m’aide dans mon chagrin, je veux bien croire ce que vous m’ordonnez […] Qu’on me baptise au nom du Dieu de ta tante (16/818 v. 2-3 et v. 12).

17On pourrait objecter que la tolérance dont Wolfram fait preuve à l’égard des « païens » s’explique par le fait que la religion qu’il leur prête n’est pas considérée, comme le sera plus tard l’Islam, comme une rivale du christianisme. Mais ce qui me frappe surtout, c’est la légèreté, qui confine à l’irrévérence, avec laquelle est traitée la religion chrétienne, conçue plus comme un moyen (garder ou acquérir la femme qu’on aime) que comme une fin. C’est là une attitude inhabituelle dans les romans de chevalerie.

18Mais nous sommes à la fin du roman. En auteur habile, Wolfram consacre ses 300 derniers vers à dessiner pour nous l’avenir qui attend ses personnages, Parzival, Anfortas, Conwirdamours, et en particulier Loherangrin et le cygne, tel que nous les retrouverons dans Wagner. Feirefiz n’est pas oublié. La règle interdisant qu’un souverain étranger converti demeure dans le pays, il repart pour l’Orient avec la sœur d’Anfortas, sa nouvelle épouse (précisons que sa première épouse, celle qu’il avait laissée au pays, a le bon goût de mourir rapidement). Mais les contacts entre l’Orient et l’Occident ne sont pas interrompus pour autant. Cundry se charge d’être la messagère et c’est par elle qu’Anfortas et le monde chrétien apprendront que, la conversion par amour se révélant finalement être une authentique conversion, le christianisme a pénétré jusqu’en Inde grâce à l’intervention de Feirefiz.

Notes

1 C’est dans le cadre d’un travail sur le Parsifal de Wagner que j’ai été amenée à lire l’œuvre de Wolfram von Eschenbach, que je considère comme l’un des romans de chevalerie les plus originaux et les plus réjouissants qu’il m’ait été donné de lire. Adolf Muschg, dans son pavé Der rote Ritter, paru en 1993, s’est fort bien rendu compte des possibilités qu’offrait ce roman et s’en est très habilement servi. Pour ma part, je pense qu’il n’est pas nécessaire de refaire un « Parzival » à la mode du jour et qu’on retirera bien plus de plaisir à se reporter à l’original. C’est cette envie que je voudrais susciter en extrayant de Parzival l’histoire d’un de ces personnages, qu’on est en droit de dire « haut en couleur » !

2 Ne disposant que de la traduction allemande parue chez Reclam (Wolfram von Eschenbach, Parzival, Stuttgart, Reclam, 1981), qui présente une fâcheuse tendance à diluer et donc à affaiblir les vers souvent très lapidaires de Wolfram von Eschenbach, je propose ici ma propre traduction. N’étant pas spécialiste de moyen-haut allemand, je ne peux pas exclure les possibilités d’erreur. Je cite le texte moyen-haut allemand d’après cette édition, en indiquant le numéro du livre, le numéro du passage et le numéro des vers.

3 On sait que Wolfram von Eschenbach se réclame explicitement de deux devanciers français : Chrétien de Troyes et son Perceval, ainsi que Kyot, un troubadour provençal dont on n’a pas retrouvé la trace. J’ai néanmoins choisi de conserver les noms propres sous leur forme allemande (ex. Munsalwäsche pour Montsalvat).

Auteur

Aujourd’hui à la retraite, a enseigné d’abord à l’université de Lille III puis à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses domaines d’enseignement ont été la linguistique et la traduction. À partir de sa thèse et par la suite dans sa recherche, elle s’est intéressée principalement aux liens entre linguistique et littérature. Voir notamment « Vacillements de l’identité : jeux de la première personne dans quelques versions d’Amphitryon », in Cahiers de praxématique 26/96, ou « Une entreprise franco-allemande : la traduction des classiques français par les classiques allemands », in Passerelles et passeurs, Asnières, PIA, 2002.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540