Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre IV. Le « choc des cultures » ?

Le charme discret de la mondialisation. Actualité du Stechlin

Marc Thuret

Résumé

Le lecteur d’aujourd’hui découvre dans le dernier roman de Theodor Fontane, longtemps perçu comme un adieu nostalgique à la vieille Prusse, une œuvre étrangement contemporaine, aussi bien par sa conception que par les sujets qu’elle aborde : roman sans action, situé à l’époque même de sa rédaction et retentissant de l’écho des questions qui mobilisaient alors l’attention de la presse, Le Stechlin annonce dans des termes rappelant parfois les prédictions les plus lucides de Marx et Engels, le processus actuel de globalisation : rapprochement des continents et des hommes par le développement de la production industrielle, du commerce et des techniques de communication, mais aussi durcissement des réflexes identitaires, claniques et conservateurs, dénoncés dans Le Stechlin avec d’autant plus de malice que la mondialisation y est vue à travers le prisme du provincialisme et décrite dans le cadre d’une œuvre qui pourrait passer pour un exemple de littérature régionaliste.

Texte intégral

  • 1 Lettre de Fontane à Adolf Hoffmann, mai-juin 1897, München, Hanser IV/4, p. 50.

1« À la fin, un vieil homme meurt et deux jeunes gens se marient »1. C’est ainsi que Fontane résume l’action de son dernier roman, Le Stechlin, publié à l’automne 1897, comme tous ses récits précédents en feuilleton dans une de ces revues (Familienblätter) destinées à l’instruction, l’édification et la distraction des familles bourgeoises, et si prisées par celles-ci en Allemagne à la fin du XIXe siècle. Révisé et remanié, le roman paraît en librairie en octobre 1898, quelques jours après la mort de l’écrivain, le 20 septembre, le lendemain des fiançailles de sa fille Martha avec un vieil ami de la famille, l’architecte Karl Emil Otto Frisch.

2Le Stechlin raconte et annonce une mort prochaine, et les premiers lecteurs ont vu dans ce dernier roman à la fois un autoportrait de l’auteur et ses adieux à la vieille Prusse, au monde des Junkers, de leurs domaines, forêts, parcs et châteaux, un univers minutieusement décrit dans quatre volumes de Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg (1861, 1864, 1872 et 1882).

  • 2 Kurt Tucholsky, « Fontane und seine Zeit », 1919, Gesammelte Werke, Bd 2, Reinbek, Rowohlt, 1987, p (...)

3Le Stechlin apparaît d’abord comme une prolongation de ces chroniques brandebourgeoises auxquelles l’auteur devait sa notoriété. Le roman semblait vouloir exprimer, plus nettement encore que les comptes rendus d’histoire et de géographie locales réunis dans les Pérégrinations, la nostalgie de ce monde ancien où les fils marchaient infailliblement sur les traces de leurs pères, où les domestiques aimaient et respectaient leurs maîtres, où chacun recevait son dû et personne ne dépassait les limites étroites assignées à l’ambition de chacun. L’œuvre de Fontane apparaissait elle-même comme un vestige de ce monde. Elle exhalait, disait Tucholsky, « un parfum de lavande »2, tel que celui qui se dégage du linge de famille rangé dans les vieilles armoires des maisons bien tenues.

4Les romans de Fontane sont tous pauvres en action, mais Le Stechlin va plus loin encore dans le dépouillement dans la mesure où l’auteur semble vouloir écarter de son récit – abstraction faite de l’opposition ridicule d’une vieille tante au mariage de son neveu – toute source de conflit. Une tendre affection unit père et fils. Le maître du domaine vit en bonne entente avec les notables du village : maire, pasteur, instituteur, gendarme à pied et gendarme à cheval, et le candidat au mariage ne reçoit que des encouragements. Ce roman dont le principe narratif repose sur le dialogue, ne rapporte, hormis quelques éclats de colère de la vieille tante et les taquineries, vite résolues en bons mots, des camarades Rex et Czako, nulle dispute. La civilité étant toujours de règle, on change de sujet dès que l’opposition des points de vue risque de devenir trop vive. Plaisanteries ou platitudes complaisantes désamorcent, comme le plus souvent dans les échanges quotidiens, tout conflit potentiel. Le consensus, et par conséquent le lieu commun, le propos banal et superficiel dominent les dialogues d’un roman, où non seulement n’arrive presque rien, mais où les personnages, tout en s’exprimant abondamment, ne disent pas grand-chose.

5Fontane se rapproche incontestablement avec Le Stechlin de l’idéal de Flaubert, qui aurait aimé écrire « un livre sur rien ». Loin d’habiller une idylle nostalgique, l’harmonie qui règne dans Le Stechlin fait partie d’un projet d’avant-garde. Fontane entend avec ce roman franchir un pas de plus dans le réalisme tel qu’il l’entend, c’est-à-dire livrer une représentation fidèle du caractère tempéré de la normalité quotidienne – mais aussi de son caractère trompeur.

  • 3 Lettre à Emil Dominik, 14 juillet 1887, in Theodor Fontane, Briefe 1879-1889, München, Hanser, IV/3 (...)
  • 4 Eda Sagarra, Theodor Fontane. Der Stechlin, München, Fink, 1986; « Der Stechlin-Roman », in Christi (...)
  • 5 Theodor Fontane, Der Stechlin, Stuttgart, Reclam, 2003, chap. VI, p. 76, éd. citée pour tous les re (...)

6Les lecteurs de Fontane n’ont pas fini de découvrir à travers les « mille finesses »3 qui enchantaient Thomas Mann, le contraire de ce que le roman a longtemps semblé être. Le Stechlin apparaît aujourd’hui, et plus encore depuis la publication des travaux d’Eda Sagarra4, comme un roman du monde moderne, de ses conquêtes scientifiques et techniques, des changements imposés à une société qui, par son « idiosyncrasie »5, était disposée à lui résister. Le Stechlin est en particulier, comme Fontane le signale lui-même d’entrée de jeu, le roman de la mondialisation : une vieille légende affirme que le lac aux eaux d’ordinaire calmes et lisses, réagit aux événements dramatiques du monde – irruptions volcaniques, tremblements de terre ou révolutions – par des mouvements inopinés : tourbillons, geysers, flammes à la surface des eaux interprétées comme l’apparition d’un « coq rouge lançant son cocorico à la cantonade » (I, 3). Certes personne ne croit plus à cette faculté occulte qu’aurait Le Stechlin de « téléphoner avec Java » (Dubslav, V, 62). Le lac aux pouvoirs magiques reste néanmoins l’attraction principale du lieu. Toutes les promenades convergent vers le point de vue duquel on peut le mieux montrer aux visiteurs l’endroit où se forment « ébullitions et tourbillons » (ibid.), et chacun l’observe avec la curiosité de celui qui ouvre son journal du matin dans l’attente fébrile des nouvelles du monde. Le lac reste immobile cependant, et personne ne s’attend à le voir s’agiter et tourbillonner pour de bon, comme si chacun savait que les techniques modernes de télécommunication l’avaient définitivement privé de son pouvoir magique.

7Le développement de moyens vraiment efficaces de voyager, de communiquer et de s’informer – rotatives, télégraphie, téléphone, union postale, chemin de fer et navigation à vapeur – était cependant en 1895-1896, l’année au cours de laquelle se situe l’action du Stechlin, encore relativement récent. Il faut d’ailleurs noter ici la concomitance assez rare, même dans les romans qui se disent « contemporains », entre le temps de la rédaction et celui du récit. Fontane raconte une histoire qui se déroule au moment même où il écrit. Le roman développe sa fiction dans les mêmes conditions presque que le journal rend compte de l’actualité. Le contenu du journal imprègne du reste une grande partie des propos qu’échangent les personnages. On évite certes les discussions politiques. On se garde de commenter l’actualité du jour, source de conflits potentiels. Les dialogues reflètent toutefois la culture du lecteur de journal de la fin du XIXe siècle : il a retenu les faits marquants de son époque, les découvertes scientifiques, techniques et médicales notamment (les noms de Koch, Kneipp et Edison sont des références accessibles à tous) ; il a suivi avec une curiosité dont nous n’avons plus conscience aujourd’hui les comptes rendus des explorateurs, voyageurs et missionnaires partis à la découverte – ou à la conquête – des dernières terres vierges et des derniers peuples « sauvages » ; il a mesuré l’accélération de la vitesse avec laquelle les nouvelles se diffusent dans le monde et sait que rien ne sera plus comme avant. Sciences et techniques ont mis à la disposition quotidienne de l’homme les prodiges des contes et légendes d’autrefois. Elles ont rendu le monde de plus en plus maîtrisable et transparent, mais en le désenchantant. Elles ont rapproché les hommes, mais en abolissant l’attention aux formes, la mesure et la courtoisie, dont Dubslav von Stechlin donne encore l’exemple. « Plus un dogue est laid, plus il est beau ; plus un télégramme est grossier, plus il est élégant. Quiconque trouve le moyen d’économiser cinq sous de plus sur son texte est un génie » (III, 26), note-t-il dans son commentaire de l’événement par lequel, de façon significative, s’ouvre l’action du roman : la remise d’un télégramme envoyé par Woldemar à son père.

8Les discussions du Stechlin tournent souvent, de manière au moins allusive, autour de la question qui sous-tend une grande partie de l’échange des idées au XIXe siècle : le progrès – promesse de civilisation et de mieux vivre ou malédiction destructrice de coutumes, de croyances et de culture ? Fontane formule à sa manière à travers les remarques de ses personnages des observations rappelant la vision du monde développée par Karl Marx dans un passage stupéfiant d’actualité du Manifeste du Parti communiste :

  • 6 Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, Paris, Éditions sociales, 1967, p. 36.

Par le rapide perfectionnement des instruments de production et l’amélioration infinie des moyens de communication, la bourgeoisie entraîne dans le courant de la civilisation jusqu’aux nations les plus barbares. Le bon marché de ses produits est la grosse artillerie qui bat en brèche toutes les murailles de Chine et contraint à la capitulation les barbares les plus opiniâtrement hostiles aux étrangers. Sous peine de mort, elle force toutes les nations à adopter le mode bourgeois de production : elle les force à introduire chez elles la prétendue civilisation6

9Un des personnages du Stechlin, le comte Barby, ancien diplomate ayant accompli à Londres une partie de sa carrière, manifeste une conscience semblable à celle de Karl Marx dans les propos qu’il échange avec son ami, le baron de Berchtesgaden, un Bavarois catholique, troublé de voir le Quirinal, l’ancienne résidence d’été des papes, confisqué par le jeune État italien. Au baron de Berchtesgaden, qui croit « Rome éternelle » (XIV, 163), et la cause du pape appelée à triompher sur celle de l’État séculier, le comte Barby oppose une vision globale des nouveaux équilibres mondiaux :

La vie moderne fait impitoyablement table rase de toute tradition. Va-t-on voir apparaître un royaume du Nil ? Le Japon va-t-il devenir l’Angleterre du Pacifique ? La Chine, avec ses quatre cents millions d’habitants, va-t-elle s’éveiller et, levant le doigt, signifier au monde : « Hé ! je suis là » ? Mais surtout : le quart état va-t-il s’établir et se stabiliser (car c’est sur ce point que, pour l’essentiel, tout va se jouer) – Voilà qui pèse bien plus que la question « Quirinal ou Vatican ». C’est une interrogation dépassée. Et pour tout dire : que les choses continuent à aller de leur train, c’est là le plus grand des miracles, et on ne peut que s’en étonner (XIV, 164).

  • 7 Charlottes Jolles, « “Und an der Themse wächst man sich anders aus als am Stechlin”. Das Englandmot (...)

10La lucidité de ces deux visions de l’avenir est sans doute à mettre sur le compte du fait que les deux auteurs, Marx et Fontane, comme le personnage fictif auquel Fontane prête les propos cités plus haut, ont vécu à Londres, la plus grande et la plus cosmopolite des villes du XIXe siècle7. Ils ont connu en Angleterre un état plus avancé de la révolution industrielle et fait l’expérience des conflits et des évolutions que le capitalisme, de gré ou de force, impose aux sociétés du monde. Ils ne pouvaient donc l’un et l’autre que s’étonner que l’Allemagne, avec ses 22 dynasties régnantes, son parlement sans pouvoir et son empereur héréditaire, soumis au diktat des Junkers (XXXV, 360-361), reste une sphère où « les choses continuent à aller de leur train » féodal.

  • 8 Theodor Fontane, Von Zwanzig bis Dreißig, Der Tunnel über der Spree, München, Hanser III, 4, p. 412 (...)

11Fontane traduit à travers les mots prêtés au comte Barby non seulement le point de vue de celui qui a connu le vaste monde, mais aussi la vision du lecteur avisé et attentif de la presse, de la presse anglaise en particulier, étudiée quotidiennement, non seulement pendant les cinq ans passés à Londres comme correspondant occulte de la presse gouvernementale prussienne, mais encore pendant les dix ans passés à la rédaction de la Kreuzzeitung comme auteur de « fausses-correspondances »8, prétendument écrites à Londres. La dépendance du journal quotidien, gagne-pain indispensable du poète désargenté, puis habitude incorrigible de l’écrivain arrivé, caractérise l’existence de Fontane et laisse sa trace dans Le Stechlin, où le romancier fait en quelque sorte la somme de soixante ans de lectures et de production journalistiques. Comme son héros, Dubslav von Stechlin, « il sait – ce que les gens d’ici ne savent pas ou ne veulent pas savoir – que derrière les montagnes vivent encore d’autres hommes, et bien différents quelquefois » (XII, 133).

12L’originalité proprement humoristique du Stechlin tient au fait que le thème de la mondialisation y est traité dans le cadre d’un roman à caractère régionaliste. L’auteur y exprime la sagesse acquise par l’expérience de toute une vie comme par la lecture quotidienne de la presse non pas du point de vue de l’homme qui connaît le monde (le comte Barby n’est qu’un personnage secondaire du roman), mais de celui d’un gentilhomme campagnard qui n’a presque jamais quitté son château et ses terres. La mondialisation est vue dans Le Stechlin par une société provinciale qui voudrait pouvoir persister dans ses habitudes, prolonger le « miracle » de ses traditions inchangées dans un monde en pleine mutation.

13L’histoire du Stechlin n’est pas tant celle d’une mort et d’un mariage que celle d’une succession, que de nombreux signes rendent cependant improbable. Que les choses puissent continuer à « aller de leur train », que Woldemar puisse, comme son grand-père avait déjà tenté de le faire, assainir la situation financière du domaine familial grâce à un riche mariage, qu’il puisse, commettant la même erreur que son père, quitter prématurément l’armée et gérer avec succès, quoique sans aucune compétence agronomique, un domaine agricole criblé d’hypothèques, ce serait en effet « le plus grand des miracles ». Que cet héritier timide et bien élevé, qui choisit, par respect pour les convenances plus que par inclination véritable, la plus jeune des deux sœurs, la pâle Armgard, assure à sa maison une descendance pleine de vitalité paraît peu probable. Le retour des jeunes mariés au domaine familial n’est qu’un happy end en trompe-l’œil, dénoncé du reste par Melusine, l’omniprésente belle-sœur, quand elle remarque « qu’il n’est pas nécessaire que les Stechlin se perpétuent » (XLVI, 458).

  • 9 Michael Masanetz, « “Die Frauen bestimmen schließlich doch alles” oder die Vorbildlichkeit des Bien (...)

14Les personnages du Stechlin, tout en enregistrant les changements du monde cherchent à vivre comme avant la révolution industrielle, avant l’émergence de la social-démocratie, avant la pénétration du monde par les techniques et les idées nouvelles, nées des savoirs et des moyens d’information nouveaux. Ils s’ingénient à perpétuer un système et des traditions frappées d’obsolescence, sans faire la preuve de l’énergie vitale nécessaire ne serait-ce qu’à la reproduction de leur espèce9. La plupart d’entre eux sont veufs ou célibataires. La recherche d’une partenaire est, comme Dubslav von Stechlin le concède à son fils, une entreprise demandant « de l’héroïsme » (V, 54) ; la progéniture n’est saine et abondante que dans la population paysanne de Stechlin et ouvrière de Globsow. Les déséquilibres démographiques entre les classes et les nations (Fontane a bien noté qu’il y a en 1896 presque dix fois plus de Chinois que d’Allemands) créent des fatalités dont chacun peut deviner, mais dont personne ne veut prévoir les conséquences.

15Les protagonistes du roman ont des temps nouveaux une conscience à la fois obsessive et confuse. Ils en ressentent la menace tout en en subissant la fascination. Les grandes villes les attirent et les effraient. Les bouleversements sociaux dont ils pressentent l’imminence sont attendus avec un mélange de crainte et d’impatience. Le plus spectaculaire des signaux lancés par Le Stechlin, le cocorico du coq à crête rouge, symbole à la fois d’incendie et de révolution, est naturellement celui dont ils désireraient le plus être les témoins : « Je donnerais cher », dit Czako, « pour que le coq se mette maintenant à chanter » (V, 62). Leur attitude est semblable déjà à celle du téléspectateur consommant les images de l’actualité mondialisée comme celles d’un film-catastrophe. Il entend certes les avertissements qu’elles lui lancent, mais il ne changera rien à ses habitudes. Il savoure même d’une certaine façon l’effroi qu’elles suscitent en se berçant de l’illusion qu’elles viennent de loin, que le coin de terre depuis lequel il regarde le spectacle du monde le met à l’abri des maux de la mondialisation, qu’il pourra du moins, en clôturant son pré carré, les tenir à distance. Le provincialisme est, dans le petit monde du Stechlin, comme aujourd’hui dans les sociétés des pays industrialisés, le corollaire de la globalisation, un réflexe de défense poussant l’individu à tracer des limites et à tenir à distance ce qui lui est étranger. La télégraphie permettrait certes aux hôtes de Dubslav de faire part de leur réunion à l’empereur de Chine « s’ils y tenaient », mais « ils n’y tiennent pas » (III, 26), comme s’empresse le remarquer Dubslav, qui s’avère sur ce point bien plus réactionnaire que ne le croit son entourage, tenant de la « race pure » (V, 53), de l’endogamie et des barrières qu’il juge naturelles entre les classes, les groupes et les individus.

16La mondialisation est dépeinte en creux pour ainsi dire, par la façon dont elle est vécue dans un milieu provincial qui voudrait pouvoir éviter les révisions qu’elle risque de lui imposer, maintenir autant que possible ses certitudes de classe, de parti et de confession. Des récits des explorateurs, on ne retient que des anecdotes exotiques, propres à amuser les convives (La princesse de Siam, XX, 231), ou à illustrer un point de vue politique et moral (Le lieutenant Greeley, XXXVIII, 403). Le succès électoral du candidat social-démocrate, suppôt de l’internationale ouvrière, est enregistré, dans les rangs du Parti conservateur, comme un épisode sans importance, qui ne changera rien bien sûr à la suprématie des Junkers dans les institutions du Reich. L’expérience de la diversité culturelle et confessionnelle, la confrontation entre dogmes religieux et savoir scientifique ne suscitent que chez quelques-uns scepticisme et modestie intellectuelle. Les plus nombreux restent attachés à la routine d’une foi sans interrogation, cependant qu’une minorité active et influente – la princesse Ermyntrud, soutenue par l’inspecteur ecclésiastique Koseleger – se lance dans l’agitation intégriste.

  • 10 Willie van Peer, « “Erst die Fremde lehrt uns, was wir an der Heimat besitzen.” Fontanes Schottland (...)

17Fontane note dans Le Stechlin l’inertie avec laquelle ses contemporains – comme les nôtres du reste – réagissent aux défis de la mondialisation. Le provincialisme n’y apparaît pas seulement comme un trait propre aux gens de la Marche, que Fontane jugeait, il est vrai, particulièrement prosaïques et chauvins, mais aussi comme une composante de la nature humaine que l’auteur observait chez lui-même : les cinq années passées à Londres, cœur palpitant du monde, n’avaient fait qu’aviver sa nostalgie d’un pays natal où il n’avait pourtant connu que des conditions de vie étriquées et médiocres. Et c’est en visitant l’Écosse qu’il avait conçu le plan des Pérégrinations10. Le comte Barby aspire de même, comme Ulysse après un long voyage, à rentrer au bercail, et ressent si peu de nostalgie des vingt années passées à Londres qu’il ne sait quelle visite conseiller à Woldemar, appelé à se rendre à son tour dans la capitale anglaise. De cette mission à l’étranger, Woldemar ne rapporte guère que des impressions de touriste, propres à nourrir ses entretiens avec les deux jeunes dames qu’il courtise.

18Le séjour à l’étranger ne compte que pour l’exploitation que l’on pourra en faire au retour. On reconnaît entre les lignes du Stechlin une discrète satire d’un des apports les plus paradoxaux de la mondialisation : le développement du tourisme qui pousse les foules vers la découverte de ce que tout le monde connaît déjà. Le voyage n’est entrepris que pour les plaisirs qu’il procure au retour : la diffusion de ses souvenirs, mais aussi la reprise de ses habitudes et la satisfaction d’être à nouveau chez soi, dans un univers valorisé par l’expérience de l’étranger. Le comte Barby confesse du reste que les voyages sont « à vrai dire un supplice » et prédit qu’on ne les entreprendra bientôt plus que « pour des raisons professionnelles » (XXXV, 362). Il souligne dans son entretien avec Dubslav von Stechlin l’étrangeté d’un phénomène encore observable aujourd’hui : le développement du voyage touristique au moment même où les techniques de reproduction, l’extension des musées, le déplacement de vestiges toujours plus monumentaux et les expositions universelles permettent de découvrir de plus en plus près de chez soi les arts et la culture des autres nations. Alors qu’autrefois, remarque le comte Barby, « le prophète allait à la montagne, de nos jours s’accomplit le miracle que c’est la montagne qui vient à nous. On peut voir à Londres le meilleur du Parthénon et à Berlin le meilleur de Pergame, et si nous n’étions pas aussi indulgents avec nos amis grecs, qui ne remboursent jamais leurs dettes, on pourrait se promener le matin à Mycènes et l’après-midi à Olympie » (ibid.).

19Une remarque de Melusine, qui juge que les nombreuses vertus de sa sœur font d’elle une curiosité aussi exotique que les « filles du Dahomey » (XXV, 286), que l’on pouvait alors voir Unter den Linden, rappelle au lecteur qu’à l’époque où Fontane écrivait son roman, les expositions « d’indigènes » faisaient partie des attractions que la pénétration des cinq continents par le monde industrialisé rendait possibles. La mondialisation est un spectacle satisfaisant la curiosité sans remettre en cause les particularismes que chacun prend pour norme idéale et universelle de comportement. Les personnages du Stechlin savent goûter le charme de la mondialisation, mais à condition que celui-ci reste discret.

  • 11 Pierre-Paul Sagave interprète ce mot du héros de Fontane comme l’annonce de la « révolution sociale (...)

20Fontane exprime ainsi à demi-mot dans Le Stechlin quelque chose qui ressemble à la critique du consumérisme – un thème qui lui tient à cœur du reste et souvent abordé dans ses lettres. Il note aussi la soumission de l’environnement aux besoins toujours croissants de l’urbanisation et de l’industrie. Les sept scieries du riche entrepreneur Gundermann transforment la forêt de Stechlin en planchers berlinois (III, 34). La forêt fournit aussi la matière première des « fours à goudron » (Teeröfen, I, 3) qui alimentent la capitale en gaz d’éclairage, ainsi que le combustible des « verreries » (Glashütten) de Globsow, fondées par Frédéric II pour la fabrication de bouteilles, mais produisant à la fin du XIXe siècle les récipients nécessaires à la distillation, à la conservation et au transport des pires poisons de l’industrie chimique, « les acides chlorhydrique, sulfurique et azotique », futurs instruments de « l’embrasement universel » (Generalweltanbrennung, VI, 77) pressenti par Dubslav11.

21On trouve dans Le Stechlin une critique lucide, et par moments prophétique, des phénomènes qui allaient déterminer l’actualité du XXe siècle : globalisation, déséquilibre des échanges et confrontation des cultures consécutifs à la colonisation comme au développement du tourisme, consommation de masse et dégradation de la nature sous les effets conjugués de l’explosion démographique et de l’industrialisation… Les problèmes non résolus du XXe siècle, thèmes obsessionnels des médias d’aujourd’hui et ordre du jour permanent des réunions internationales, tout récemment encore du G8 de Heiligendamm, apparaissent dans Le Stechlin comme dans un long fondu-enchaîné qui s’achèverait sur l’image de Melusine prononçant l’oracle qui clôt le roman et résume son message : « Il n’est pas nécessaire que les Stechlin se perpétuent, mais vive le Stechlin ».

  • 12 Theodor Fontane, Briefe 1890-1898, München, Hanser IV, 4, p. 121 et 451; Otto Drude (éd.), Ein Lebe (...)

22À la lumière des événements de plus d’un siècle comme à celle des lettres que Fontane écrivait au moment de la conception et de la rédaction de son roman, le lecteur d’aujourd’hui interprétera sans peine cette conclusion, qui peut paraître sibylline, comme une injonction à préférer la nature à des modes de vie qui la détruisent, la solidarité internationale aux égoïsmes et aux vanités particularistes. Le Stechlin est un adieu sans regrets au monde d’hier, une invitation à déposer le ballast de traditions obsolètes et à se tourner vers l’avenir. « Je n’ai jamais fait partie des adulateurs du passé » (27 mai 1891). « Ma haine envers tout ce qui diffère l’arrivée de temps nouveaux ne cesse de grandir » (6 mai 1895). L’impatience que Fontane exprime dans ses lettres à Friedlaender12 fait aussi partie du message du Stechlin : impatience de voir le monde accéder à un degré de civilisation grâce auquel la vie et la solidarité entre les hommes seront placées au centre des préoccupations des États. Dans son dernier roman, Fontane suggérait à ses contemporains l’idéal qui s’impose avec une urgence grandissante aux citoyens du monde globalisé d’aujourd’hui.

Notes

1 Lettre de Fontane à Adolf Hoffmann, mai-juin 1897, München, Hanser IV/4, p. 50.

2 Kurt Tucholsky, « Fontane und seine Zeit », 1919, Gesammelte Werke, Bd 2, Reinbek, Rowohlt, 1987, p. 242.

3 Lettre à Emil Dominik, 14 juillet 1887, in Theodor Fontane, Briefe 1879-1889, München, Hanser, IV/3, p. 551; voir aussi Thomas Mann, « Der alte Fontane », in Wolfgang Preisendanz, Fontane, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1973, p. 14-15.

4 Eda Sagarra, Theodor Fontane. Der Stechlin, München, Fink, 1986; « Der Stechlin-Roman », in Christian Grawe, Helmuth Nürnberger, Fontane-Handbuch, Tübingen, Alfred Kröner, 2000; « Kommunikationsrevolution und Bewusstseinsveränderung », in Hanna Delf von Wolzogen, Helmuth Nürnberger, Theodor Fontane. Am Ende des Jahrhunderts, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2000, vol. III.

5 Theodor Fontane, Der Stechlin, Stuttgart, Reclam, 2003, chap. VI, p. 76, éd. citée pour tous les renvois au Stechlin, identifiés par le no du chapitre en chiffres romains suivi du no de la page en chiffres arabes.

6 Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, Paris, Éditions sociales, 1967, p. 36.

7 Charlottes Jolles, « “Und an der Themse wächst man sich anders aus als am Stechlin”. Das Englandmotiv in Fontanes Erzählwerk », Fontane-Blätter, 1967, no 5.

8 Theodor Fontane, Von Zwanzig bis Dreißig, Der Tunnel über der Spree, München, Hanser III, 4, p. 412. Voir aussi « Eine Zeitungsnummer lebt nur 12 Stunden », Londoner Korrespondenzen aus Berlin, articles choisis et édités par Heide Streiter-Buscher, Berlin, W. de Gruyter, 1998.

9 Michael Masanetz, « “Die Frauen bestimmen schließlich doch alles” oder die Vorbildlichkeit des Bienenstaates. Vom (un) heimlichen Niedergang männlicher Macht und der macht der Liebe im Stechlin », in Hanna Delf von Wolzogen, op. cit., n  4, vol. II.

10 Willie van Peer, « “Erst die Fremde lehrt uns, was wir an der Heimat besitzen.” Fontanes Schottlandreise und die interkulturellen Unterschiede zwischen Reise-Gründen », in Konrad Ehlich, Fontane und die Fremde. Fontane und Europa, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2002. Dans le même ouvrage collectif, voir aussi les contributions de Günter Häntzschel, « Die Inszenierung von Heimat und Fremde in Theodor Fontanes Roman Der Stechlin » et de Michael Ewert, « Heimat und Welt. Fontanes Wanderungen durch die Mark ».

11 Pierre-Paul Sagave interprète ce mot du héros de Fontane comme l’annonce de la « révolution sociale », « Krieg und Bürgerkrieg in Frankreich. Erlebnis und Dichtung bei Theodor Fontane », in Fontane-Blätter, no 30, 1979, p. 467.

12 Theodor Fontane, Briefe 1890-1898, München, Hanser IV, 4, p. 121 et 451; Otto Drude (éd.), Ein Leben in Briefen, Frankfurt am Main, Insel, 1891, p. 384.

Auteur

Né en 1943, a été de 1979 à 2007 assistant, puis maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Il a publié aux Presses Sorbonne Nouvelle et dans différents ouvrages collectifs, catalogues et revues des articles sur la Prusse, Berlin, les relations franco-allemandes, Fontane et son temps, la RDA, le tournant de 1989 et la réunification.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540