Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre IV. Le « choc des cultures » ?

Silentium ! : un déictique passé sous silence

Irmtraud Behr

Résumé

Traduire la prose de Wolf Haas, surtout celle de ses romans policiers, n’est pas aisé. Les difficultés sont de plusieurs ordres : lexicales, syntaxiques, discursifs ou stylistiques. En effet, les romans policiers sont écrits dans une gamme temporelle restreinte, mélangeant discours adressé au lecteur et récit, le tout dans une syntaxe apparemment emprunté à l’oralité la plus spontanée. Ici, on a voulu analyser les raisons qui ont pu pousser, lors de la traduction en français, à un jeu temporel plus varié, plus classique, incluant l’emploi du passé simple. C’est alors qu’on découvre une combinaison de plusieurs raisons, à la croisée de partis pris stylistiques et de contraintes linguistiques.

Texte intégral

1Wolf Haas raconte des histoires. Plus précisément, dans six romans policiers, un narrateur dont on ignore l’identité jusqu’à la toute fin, raconte les aventures du détective Brenner. L’entrée en matière donne le ton :

  • 1 Première phrase du livre. Littéralement : (0.1) « Maintenant il y a encore eu un événement ». (trad (...)

(0.1) Jetzt ist schon wieder was passiert1.

  • 2 Cf. Peter Koch, Wulf Österreicher, « Sprache der Nähe – Sprache der Distanz. Mündlichkeit und Schri (...)

2Le narrateur omniscient s’adresse au lecteur sur le mode de la proximité2, comme s’il parlait à un voisin de table ou à une connaissance, rencontré au café du coin :

  • 3 (0.2f) « Il eut l’impression que tout le Marianum endormi empestait la bière, on se demande bien po (...)

(0.2a) Und aus irgendeinem Grund ist es ihm vorgekommen, dass das ganze nachtschlafene Marianum nach Bier stinkt. Du musst wissen, der Brenner war aus Puntigam, wo das Bier herkommt, Puntigamer3 (S 20).

  • 4 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, vol. 1 & 2, Paris, Gallimard, 1966, 1974.

3Le narrateur s’adressant explicitement à un interlocuteur, qui se trouve être le lecteur, il est normal que ses propos soient construits sur le mode du discours, même s’il raconte une histoire. Suivant l’opposition établie par Benveniste4, on retiendra que le discours se construit avec une base temporelle au présent, avec comme repère temporel le moment d’énonciation, contrairement à l’histoire qui construit ses propres repères temporels et qui dispose de toute une palette de temps verbaux plus ou moins classiques ou traditionnels (ainsi le prétérit pour l’allemand standard, et le passé simple pour le français). Mais notre narrateur ne se situe pas dans le registre classique ou standard : racontant l’histoire à son lecteur sur le mode de la conversation, il mélange récit des événements et explications, commentaires et autres réflexions, passant de l’un à l’autre au gré des associations d’idées.

  • 5 La traduction française de Marie Reygnier a paru en 2004. Nous référerons au texte français avec le (...)

4Le texte de Wolf Haas présente des difficultés de traduction spécifiques, parmi lesquelles on peut pointer notamment la traduction des jeux de mots et des enchaînements, qui semblent être celles d’une conversation à bâtons rompus, d’une discussion de bistrot, avançant par « esprit d’escalier » ; la dimension proprement « personnelle » de ce discours, qui en appelle constamment à l’attention de l’interlocuteur ; la superposition du discours et du récit, suggérée notamment par l’emploi constant du présent, du présent de l’accompli et de certains déictiques. Nous nous concentrerons sur ce dernier aspect et examinerons l’organisation du texte allemand et sa traduction française5.

Silentium !, chapitre I, stratégie narrative

5Wolf Haas a écrit six romans policiers dont Simon Brenner est le héros. Dès le premier roman (Auferstehung der Toten [Résurrection des morts]), le lecteur se voit interpellé par le narrateur :

  • 6 Littéralement : « Mais maintenant sois attentif ». La traductrice a choisi une expression idiomatiq (...)
  • 7 (i.i f) « Vu d’Amérique, Zell est un minuscule point, quelque part au milieu de l’Europe. Mais vu d (...)

(1.1a) Von Amerika aus betrachtet, ist Zell ein winziger Punkt. Irgendwo mitten in Europa. Aber von Pinzgau aus gesehen, ist Zell die Hauptstadt des Pinzgaus. Zehntausend Einwohner, dreißig Dreitausender, achtundfünfizig Lifte, ein See. Und ob du es glaubst oder nicht. Zwei Amerikaner sind letzten Dezember in Zell umgebracht worden. Aber jetzt pass auf6. (W.H. Auferstehung, 5)7.

6Ceci posé une fois pour toutes, les cinq romans suivants peuvent tous commencer par la même phrase, désormais rituelle, par laquelle le narrateur commence le récit des cas que le détective Brenner doit résoudre :

  • 8 (o.i f) « Et voilà, c’était reparti » (Sf9).

(0.1a’) Jetzt ist schon wieder was passiert8.

  • 9 Il s’agit du cinquième roman de Wolf Haas, le quatrième de la série des Brenner, et qui possède déj (...)

7Brenner est un ancien policier qui travaille à présent comme détective. Dans Silentium !9, on fait appel à lui pour vérifier une accusation terrible : le directeur de conscience du Marianum, un établissement religieux pour garçons, aurait abusé d’un garçon, il y a vingt-huit ans. Or, Mgr Schorn est proposé comme futur évêque ! Une série de crimes va commencer après l’arrivée de Brenner à Salzbourg, mêlant différents personnages haut placés et les activités (et intérêts) festivaliers de la ville.

Plusieurs niveaux « textuels »

8Notre analyse porte sur le premier chapitre, qui met en place une bonne partie des protagonistes et nous informe sur le tout début de l’enquête. En plus du récit de l’arrivée de Brenner au Marianum, puis de la première soirée qu’il y passe en compagnie des dirigeants, et de son réveil le lendemain dans la chambre de préfet auxiliaire qu’on lui a attribuée, nous apprenons beaucoup de choses sur les dirigeants de l’institution, à savoir le directeur (Regens), le préfet auxiliaire et le préfet du sport. Nous apprenons également comment l’accusation de l’ancien élève contre l’évêque pressenti s’est peu à peu constituée. Enfin, nous apprenons beaucoup de choses sur le fonctionnement de l’institution elle-même.

9Les événements racontés dans ce premier chapitre se résument à peu de chose : l’arrivée du détective ; la rencontre entre les dirigeants et Brenner dans le bureau du directeur où il va être mis au courant des rumeurs concernant Mgr Schorn, le tout accompagné de biscuits à apéritif et de bière, pour faire passer la chose, en quelque sorte ; le coucher et le réveil de Brenner. À côté de cela, le narrateur nous fait part de ses réflexions sur le rôle du silence dans cette institution, sur le savoir-vivre des dignitaires du Marianum, sur les personnages dont il décrit le physique et la carrière, et même sur Brenner et sa façon de diriger l’enquête.

Modalités de transition entre les niveaux textuels

10On peut donc reconnaître trois niveaux « textuels » : le récit des événements, les informations relatives aux personnages et aux rumeurs, et les commentaires propres au narrateur.

  • 10 « Weil DU darfst eines nicht vergessen. Heute kann man die Hasenscharten schon wunderbar reparieren (...)
  • 11 L’organisation du discours comporte un volet « captation d’attention » et un volet « commentaire su (...)
  • 12 P. ex. à propos du rôle du Spiritual (directeur de conscience) : « Besonders für die Kleinsten ist (...)
  • 13 Une bonne part de ces prises de position comportent un pronom de 1re ou de 2e personne ou du moins (...)

11On subsumera sous le terme de « commentaire » aussi bien les jugements, généralisations et appréciations que le narrateur porte sur tel ou tel personnage, événement ou action10, que les énoncés par lesquels il organise son discours11 ou commente ses choix lexicaux12. Ces énoncés comportent divers marquages de subjectivité13. Si ces trois niveaux peuvent être séparés dans l’analyse, ils sont fortement imbriqués dans la linéarité du texte, comme par exemple dans l’extrait suivant où le narrateur rebondit sur une des expressions qu’il a utilisées pour illustrer son commentaire pour revenir au récit de la suite des événements :

  • 14 (1.2f) « Justement. Le préfet du sport était le spécialiste du silentium. Dans les gouvernements ou (...)

(1.2a) Jetzt interessanter Zusammenhang: Gerade für das Silentium war der Sportpräfekt der wichtigste Mann. Das ist nicht wie in der Politik oder beim Fernsehen, wo man sagt, der Dümmste soll den Sport übernehmen, sondern im Gegenteil, in einem Knabeninternat Sport fast das wichtigste. Weil der Jugendliche hat natürlich eine Energie, das glaubst du gar nicht, die muss irgendwo hin, sonst wird er dir so nervös, da kannst du das Silentium hundertmal anschreiben, ohne Sport hoffnungslos, weil ohne Sport musst du schon froh sein, wenn er dir nicht das Küchenmädchen in Stücke reißt.
Aber
heute Abend hat der junge Regens selber das Küchenmädchen gespielt, sprich, er hat aufgetischt, dass der Beprechungstisch völlig unter den Köstlichkeiten verschwunden ist […] (S10-11)14.

12On passe donc constamment d‘un niveau textuel à l’autre. Le discours suit le récit linéaire des événements, interrompu de passages de commentaire qui à leur tour proposent des passerelles pour le retour au récit des événements.

Marquages et repérages

13Comment alors reconnaître dans ce flot ininterrompu la chaîne proprement narrative ? Deux difficultés se posent pour le texte allemand : le récit est fortement ancré dans le présent de la narration d’une part par le choix du temps verbal (le présent de l’accompli) et d’autre part par l’emploi fréquent de déictiques qui renvoient à la situation d’énonciation, certes fictive, du narrateur s’adressant à un interlocuteur.

14Une bonne part des interventions du narrateur, dont certaines sont devenues « cultes », est explicitement adressée au lecteur ou exprime le point de vue du narrateur. Ces interventions sont tout naturellement au présent, repérées par rapport au moment d’énonciation fictif :

  • 15 (1.3f) « Écoute bien, ce n’est pas compliqué du tout : […] (Sf 20), Moi, je dois dire que je compre (...)

(1.3a) Pass auf, so schwer ist das nicht zu begreifen: […] (S17) Und ich muss sagen, volles Verständnis (S10) Und ob du es glaubst oder nicht, jedes Stockwerk in dieser riesigen alten Internatsburg hat wieder seinen eigenen Geruch gehabt. (S6) Du musst wissen, der Brenner war aus Puntigam, wo das Bier herkommt, Puntigamer. (S20) Dieses sanfte Klingeln hat der Brenner noch im Schlaf gehört. Oder sagen wir mal so. Die Internatsklingel ist auf einmal losgegangen wie eine Granate (S21)15.

  • 16 Quelques rares cas de prétérit concernent le seul verbe sein (être) dans des structures attributive (...)

15Le second niveau, celui des événements de la soirée, est caractérisé par le fait que les actions des protagonistes sont repérées temporellement. Elles le sont de différentes manières que nous présenterons plus loin, mais on constate qu’elles ne le sont guère par un changement de temps verbal qui pourrait indiquer une distribution en premier plan – arrière-plan, ou encore l’antériorité ou la mise à distance. En effet, le texte allemand ne comporte, à côté de passages commentatifs au présent et un certain nombre d’énoncés sans verbe conjugué, comme seul temps du passé que le présent de l’accompli16. Comment sont donc « repérés » les événements de la soirée ?

16Lors de la discussion nocturne, les interventions des uns et des autres se constituent en série :

  • 17 (1.4f) « “L’auteur de la rumeur”, dit le préfet du sport Fitz, […] (Sf 19) “Quel auteur de la rumeu (...)

(1.5a) « Gerüchte », hat der Sportpräfekt Fitz gesagt. (S16) « Was für Gerüchte? » hat der Brenner wieder gefragt. (S16) « Gerüchte! » hat der alte Hasenschartenpräfekt immer wieder dazwischengequetscht (S18)17.

  • 18 L’analyse des passages de discours rapporté fait apparaître qu’il est parfois malaisé d’attribuer à (...)

17La cohérence est assurée non seulement par l’emploi répété de verbes de dire, mais encore par la présence d’expressions itératives. Les énoncés ainsi repérés introduisent de longs passages de discours indirect libre18.

  • 19 Deux constructions servent à exprimer qu’un fait se situe dans le passé et que la distance temporel (...)

18À plusieurs reprises, des éléments du récit sont repérés par rapport au moment de l’énonciation (fictif). Par l’emploi de vor + GN19, le narrateur situe explicitement certains éléments du récit par rapport au moment où il raconte l’histoire. Cela participe de la fiction du récit de vive voix, adressé à un interlocuteur présent :

  • 20 (1.6f) « Pourtant, cette église était un chef-d’œuvre d’architecture : dix ans auparavant, on avait (...)

(1.6a) Architektonisch war die Dachkirche ein Meisterwerk, da haben sie vor zehn Jahren ein supermodernes Vogelnest auf die alten Klostermauern gesetzt […] (S6) Aber wie gesagt, Jahre her, und inzwischen […] (S13) Und erst vor zwei Monaten hat er sich an das Wort erinnert, das er zum Spiritual dann gesagt hat (S22)20.

19Dans bon nombre de cas, les actions « réelles » des uns et des autres sont situées par rapport à un autre repère, inhérent à l’histoire : le jour de l’arrivée de Brenner, les heures de la nuit, mais également les actions d’un autre protagoniste ou un événement :

  • 21 (1.7f) « Lorsque brenner était arrivé, Regens l’avait prié de le rejoindre dans son bureau à dix he (...)

(1.7a) Gleich an seinem ersten Tag im Marianum hat ihn der junge Regens für zehn Uhr abends in sein Büro gebeten. (S8) Aber um vier Uhr früh, wie sie schon längst beim Schnaps aus Rocca di Papa angelangt waren, hat der junge Regens es dem Brenner alles gebeichtet gehabt. (S18) Wie die Krüge voll waren, haben die vier Männer angestoßen (S15)21.

20L’énoncé suivant combine les deux modes de repérage temporel :

  • 22 (1.8f) « Au moment précis où sa montre digitale – offerte avec les fonds collectés trois ans plus t (...)

(1.8a) Wie die Digitaluhr, für die seine Polizeikollegen vor drei Jahren zu seinem Abschied zusammen gezahlt haben, AUF 22 :00 Uhr gehüpft ist, hat der Brenner an die Tür geklopft (S8)22.

21Un autre moyen de parler des événements de la soirée au Marianum est l’emploi de certains déictiques, notamment heute (aujourd’hui, ce jour, de nos jours), heute Abend (ce soir) et jetzt (maintenant, à/en ce moment). On constate que dans le texte allemand, ces déictiques peuvent être employés pour référer à la soirée, avec un dédoublement du repère. Conforme au schéma narratif choisi, qui est un récit au passé simple, la traduction française, en revanche, déplace le repère du moment d’énonciation vers un moment du récit, comme en 1.2a/1.2f, et remplace le déictique heute Abend (ce soir) par le démonstratif ce soir-là (an diesem/jenem Abend).

22On trouve les déictiques dans les passages commentatifs, où leur maintien est plus régulier :

  • 23 (1.9f) « de nos jours, les interventions chirurgicales sur les becs-de-lièvre sont monnaie courante (...)

(1.9a) Heute kann man Hasenscharten schon wunderbar reparieren, aber der Präfekt bestimmt schon über sechzig Jahre alt, und damals haben sie ja nur die schlectesten Schuster zu Chirurgen gemacht (S12)23.

  • 24 Présent pour les commentaires, prétérit et passé simple pour le récit : « Lorsque Brenner arriva au (...)

23Résumons : pour le récit, l’allemand utilise le présent de l’accompli, alors que le français recourt à l’opposition des temps verbaux24 ; l’allemand utilise une série de marquages pour signifier les rapports temporels dans le cadre du récit : construction de séries, expressions itératives, références temporelles. Ces marquages sont certes respectés par le texte français, mais sont différenciés selon les plans d’énonciation et partiellement réinterprétés. Dans les deux textes, les commentaires au sens large sont au présent. Un certain nombre de correspondances régulières se dessine, comme le montre le traitement de heute : si heute réfère à un moment du récit, il se voit réinterprété comme « ce jour-là », si heute en revanche réfère à une vérité générale valable au moment de l’énonciation fictive, il se voit interprété comme « de nos jours ». Le déictique, ou plutôt l’information qu’il véhicule, il est toujours traduit.

24Mais les choses ne sont pas si simples, et il n’est pas toujours possible de construire deux séries parallèles avec leurs correspondances. Le déictique temporel jetzt (maintenant, à/en ce moment) pose problème, car à la différence de heute, il ne permet pas deux interprétations automatiques, déictique et démonstrative. Le sémantisme et les emplois de jetzt semblent plus complexes, ce qui se lit dans les différentes traductions proposées par le texte français.

Jetzt et ses traductions

  • 25 Karl Bühler, Sprachtheorie, Stuttgart, Ullstein, 1934-1965.
  • 26 Benveniste, op. cit.
  • 27 Marcel Vuillaume, « Hier und Jetzt : Deixis und Anapher », in Pérennec Marie-Hélène, Pro-Formen des (...)

25Si pour Bühler25 comme pour Benveniste26, les dimensions ich – hier – jetzt (je – ici – maintenant) caractérisent le moment d’énonciation, Vuillaume27 établit une sous-catégorisation des déictiques. En effet, selon lui, la fonction des déictiques ich et heute est de référer directement à la personne qui dit « je » ou au moment d’énonciation, qu’il soit réel ou fictif, alors que la signification de jetzt (et de hier) se calcule en incluant des éléments du contexte, qu’il s’agisse du contexte d’énonciation ou d’un contexte construit ; en cela, ils sont proches de certains démonstratifs. Jetzt et hier permettent à la fois un emploi déictique « normal » et un emploi anaphorique, alors que ich et heute ne fonctionnent que comme déictiques.

26Cela pourrait être une des raisons qui expliquent pourquoi heute (Abend) est dans notre texte systématiquement traduit, mais pas jetzt, qui compte pourtant treize occurrences pour le seul premier chapitre : la fonction anaphorique peut soit être « récupérée » par d’autres moyens ou expressions, soit être considérée comme surajoutée et donc omissible.

  • 28 DWDS II. /Partikelhaft, ohne eigentliche Bedeutung ; wirkt intensivierend und satzbelebend; im Frag (...)

27En effet, si les dictionnaires unilingues donnent comme sens premier de jetzt la référence au moment de l’énonciation, le dictionnaire Grimm fait état de deux orientations possibles : tournée vers l’avenir, ou résumant le passé ; et le Wörterbuch der Deutschen Gegenwartsspracheajoute une valeur proche des particules énonciatives28.

Traduction de jetzt par une locution adverbiale démonstrative

28Le déictique jetzt réfère tout à fait « classiquement » à un moment précis dans le déroulement des événements de la soirée, le situant par rapport à d’autres moments.

29Les dirigeants du Marianum sont assis avec Brenner dans le bureau du Regens, buvant force bière, pour mettre le détective au courant des faits qui ont nécessité son intervention. Après une intervention du préfet au bec-de-lièvre (Hasenschartenpräfekt) : « Die Gerüche ! » (« Les odeurs ! »), qu’il a corrigée mentalement en « Die Gerüchte » (littéralement : « Les rumeurs »), Brenner a répété plusieurs fois la question « Was für Gerüchte ? » (littéralement : « Quelles rumeurs ? »).

30Intervient alors le commentaire du narrateur :

  • 29 (2.1f) « En règle générale, les questions directes n’étaient pas du tout son fort. Au contraire, il (...)

(2.1a) Normalerweise ist das gar nicht so seine Stärke gewesen, dass er die präzisen Fragen so direkt gestellt hat, sondern er hat sich gern ein bißchen im Nebensächlichen verzettelt. Und ich vermute, dass ihm jetzt der Alkohol beim Fragenstellen geholfen hat (S16)29.

  • 30 Op. cit.
  • 31 « [Es] gibt zwar keine syntaktische Einheit, die als Antezedenz fungiert, aber man darf doch behaup (...)

31Jetzt pointe alors la situation dans laquelle se trouve Brenner, la compréhension de sa signification s’appuie sur la scène construite. Vuillaume30 considère cet emploi comme anaphorique dans la mesure où l’on a besoin des informations contenues dans le contexte pour déterminer le référent : l’antécédent est la description de la scène dans le bureau du Regens31. La traduction par le démonstratif à cet instant, est conforme à ce type de déictique.

Traduction de jetzt par un temps verbal

32L’extrait suivant contient deux occurrences de jetzt :

  • 32 (2.3f) « L’odeur, pensa brusquement Brenner, alors que l’odeur du lait chaud du petit déjeuner vena (...)

(2.3a) « Gerüche », hat der Brenner gedacht, wie der Geruch der warmen Frühstücksmilch in sein Zimmer gesickert ist. Und im nächsten Moment hat er alles wieder gewußt. Seine Erinnerung hat nicht scheibchenweise eingesetzt, sondern auf einen Schlag. Auf einen Schlag hat der Brenner sich in seinem Hilfspräfektenbett erinnert, […(1)] Der Brenner hat sich jetzt auf einen Schlag erinnert (S21) […(2)] Eine Dusche würde mir jedenfalls auch nichts schaden, hat der Brenner sich jetzt in seinem Hilfspräfektenzimmer gedacht (S23)32.

33Deux événements sont situés l’un par rapport à l’autre : les activités mentales de Brenner débutent avec l’arrivée dans sa chambre de l’odeur du petit déjeuner et se terminent avec sa douche.

  • 33 L’auteur annonce, sur le mode de la « phrase-titre » le récit du jeune élève : cf. Jean-Michel Adam (...)
  • 34 Le récit de comment le jeune élève s’est peu à peu souvenu de ce qui s’est passé ce soir-là dans le (...)

34Comment interpréter l’emploi répété de jetzt ? On remarque que jetzt apparaît après de longs passages de retour en arrière où nous apprenons l’histoire du jeune élève (séquences 133 et 234) ; le déictique jetzt signale alors le retour à la situation du réveil, assurant l’alternance du récit des activités physiques (réduites) et mentales (abondantes) de Brenner, il sert donc la cohésion du texte.

35Si le narrateur allemand construit une triple suite narrative – Brenner se réveillant peu à peu ; le rappel de ce qui s’est passé dans la nuit ; l’histoire de l’ancien élève et comment il retrouve peu à peu ses souvenirs – tout en restant au présent de l’accompli, la traduction française défait l’écheveau des narrations parallèles, en utilisant le passé simple pour le récit du réveil de Brenner. L’emploi du passé simple remplit certes peu ou prou les mêmes fonctions que l’emploi de jetzt dans le texte allemand – renvoyer à la successivité des activités physiques de Brenner –, il atténue cependant l’ancrage énonciatif du récit et contribue à construire un texte de facture plus classique. Le côté « je te raconte une histoire » disparaît.

Traduction de jetzt par un connecteur

  • 35 (2.4f) « À présent, les salles de douche étaient installées dans les étages et chaque classe avait (...)

(2.4a) Heute hat ja schon jede Klasse im Marianum ihre eigenen Duschräume […], aber damals nur die vierzig Duschkabinen ganz hinten im Internatskeller, und da hat der Spiritual eben einmal zu diesem Schüler sagen müssen […] Aber der Spiritual immer sehr einfühlsam, der hat das so gemacht, dass es sonst niemand mitgekriegt hat […]. jetzt hat der Spiritual gesagt […] (S19)35.

36Dans l’extrait cité ci-dessus, on a une situation actuelle (heute/à présent) qui contraste avec une situation dans le passé (damals/à l’époque) laquelle comprend un événement singulier (der Spiritual [hat] zu diesem Schüler sagen müssen/le directeur de conscience avait dû dire à cet élève). Le texte allemand situe explicitement l’événement (da/alors), mais pas le texte français.

37Le retour à la trame du récit, après que le narrateur a relaté et commenté les dires du directeur de conscience, est signalé par la reprise quasi identique de l’introduction du discours et par le déictique jetzt. L’adverbe connecteur donc remplit exactement la même fonction de rappel.

Traduction de jetzt par Ø

38La plupart des occurrences de jetzt ne sont cependant pas traduites, notamment lorsque la phrase comporte d’autres adverbes temporels ou aspectuels :

  • 36 (2.7f) « Tout à coup, il pouvait à nouveau prononcer les “t”. Voilà qui était étrange. La bière lui (...)

(2.7a) Ich weiß auch nicht wieso, aber jetzt hat er das « t » auf einmal wieder gekonnt, vielleicht eine Lockerung durch den Biergenuss (S14).36

39Dans la traduction, l’ordre des éléments est changé : pour rendre l’effet de contraste induit par jetzt, la phrase française débute avec la locution adverbiale, ce qui entraîne le déplacement du commentaire vers la fin et un léger déplacement de perspective. En effet, dans le texte allemand, la modalisation par le narrateur annonce un fait surprenant, alors que dans le texte français, l’étonnement est rétrospectif et quelque peu dépersonnalisé dans la mesure où la référence au narrateur disparaît.

40L’adverbe jetzt se trouve également dans des contextes discursifs qui ne sont pas aussi clairement « temporels » mais qui contiennent en revanche une opposition et une focalisation :

  • 37 (2.5f) « Moi, je dois dire que je comprends parfaitement cela, parce que des garçons, il faut les s (...)
  • 38 (2.6f) « Avec la barbe, on voyait à peine le bec-de-lièvre mais le défaut de prononciation n’en éta (...)
  • 39 (2.7f) « Mais ils n’avaient parlé de cela que vers la fin, alors qu’ils n’avaient déjà plus les idé (...)

(2.5a) Und ich muss sagen, volles Verständnis, weil in einer Bubenanstalt musst du natürlich furchtbar aufpassen, dass dir der Lärm nicht über den Kopf wächst, das ist ein Geschrei den ganzen Tag, da könnte es dir als Erzieher leicht passieren, dass du einmal entnervt in so einen Lärmhaufen hineinschießt, und vor lauter Pausengeschrei hörst du dein eigenes Maschinengewehr nicht. Jetzt (1) haben sie das im Marianum aber gleich im Keim erstickt, da haben sie gesagt, damit fangen wir gar nicht an, die meiste Zeit hat nur geflüstert werden dürfen, und die restliche Zeit überhaupt komplett Silentium. Ist natürlich schon ein bißchen gespenstisch, wenn ein paar Hundert Kinder überhaupt keinen Mucks machen. Und vielleicht war das auch ein bißchen mit der Grund, dass die Gerüche so in den Vordergrund getreten sind.
Jetzt (2) interessanter Zusammenhang: Gerade für das Silentium war der Sportpräfekt der wichtigste Mann. (S10)37.
(2.6a) Jetzt hat man die Hasenscharte durch den Bart zwar nicht gesehen, aber der Sprachfehler dadurch natürlich umso auffälliger. (S8)38
(2.7a)
Das war aber jetzt schon gegen Ende, wo die Unterhaltung im Regens-Büro dann ein bißchen ausgeufert ist. (S20)39.

41On remarque que le déictique se laisse peu ou prou paraphraser par « in diesem Zusammenhang habe ich dir etwas Interessantes zu sagen, nämlich… » (« dans ce contexte, j’ai quelque chose d’intéressant à te dire, à savoir… »). L’effet obtenu peut être une annonce (2.5-2), la rectification d’une attente (2.6) ou encore l’atténuation d’un jugement négatif sur les capacités de raisonnement des quatre hommes réunis dans le bureau du Regens (2.7). (2.5-1) insiste sur le fait que le Marianum constitue une exception à la règle. L’énoncé allemand combine souvent le déictique jetzt et l’expression d’une opposition, que ce soit à l’aide de connecteurs adversatifs ou concessifs, ou par d’autres moyens (antonymes, superlatifs, etc.). Jetzt contribue alors à signaler que le locuteur apporte dans un contexte discursif donné une information, un (contre-) argument ou encore un jugement qu’il juge particulièrement pertinent et sur lequel il attire l’attention. La non-traduction systématique de cet emploi de jetzt induit souvent la reconstruction d’une argumentation, afin de rendre compte de la hiérarchie informative, et privilégie une réorganisation locale du texte, au prix parfois d’une certaine dépersonnalisation des commentaires.

Interprétation des données

42Le texte allemand construit la fiction d’un discours adressé par le narrateur à un interlocuteur, l’emploi du déictique jetzt s’observe aussi bien dans des parties strictement discursives (organisation et commentaire) que dans des parties davantage narratives. Si dans le premier cas, le déictique est employé classiquement, l’emploi dans les contextes narratifs s’apparente à la fois à celui des anaphoriques et des focalisateurs.

43Dans tous les cas, l’emploi de jetzt facilite le travail de décodage du lecteur en attirant son attention sur un fait nouveau ou sur le fait qu’il doit se reporter à une situation déjà décrite auparavant. Le repère à partir duquel se construisent ces renvois est toujours le discours du narrateur dans son déroulement.

  • 40 À commencer par la première phrase du texte : (0.1a) « Jetzt ist schon wieder was passiert. (S5)/(0 (...)

44Le texte français distingue entre d’une part l’histoire à proprement parler (à savoir la succession des événements et les actions des protagonistes), la toile de fond constitué par diverses appréciations et qualifications, et enfin les commentaires plus personnels du narrateur. Le texte français ne présente donc pas un récit selon les modalités du discours, avec ses renvois aux dimensions de la situation de communication fictive, mais un récit de facture plus classique. Ceci a deux conséquences. D’une part, il n’y a alors pas lieu de traduire toutes les occurrences de jetzt, notamment lorsque le déictique sert uniquement à assurer la cohérence de la trame narrative40. Jetzt ne sera rendu que s’il correspond à une opposition entre une habitude et un fait singulier (2.1, 2.2) ou lorsqu’il peut être interprété comme l’indicateur de reformulation au sens large (2.4).

45L’ancrage des énoncés dans la situation d’énonciation est alors plus lâche, ou plutôt change de nature. Au lieu d’un discours adressé à un interlocuteur-lecteur qui partage – fictivement – la même situation d’un bout à l’autre de la narration, le texte français construit une partition entre un récit de facture classique et des interventions très ponctuelles du narrateur.

Conclusion

46Le texte de Wolf Haas comporte un certain nombre de signaux qui participent à construire la fiction d’une situation de narration sur un mode discursif, s’adressant à un interlocuteur-lecteur, commentant les événements et les personnages, se livrant à l’occasion à des réflexions de caractère général – comme le font les gens quand ils se racontent des histoires au bistrot, au téléphone, dans le métro. Parmi ces signaux, on nommera non seulement le recours au jeu ich/du (je/tu) qui renvoie aux rôles de narrateur et lecteur, mais également le choix du présent de l’accompli comme unique temps du passé, conformément à l’habitude (réelle ou supposée, en tout cas stylistiquement marquée) des locuteurs allemands quand ils parlent dans un registre dit de « proximité ». L’emploi de déictiques temporels participe alors à la fois à la construction de la cohérence du discours narratif, et à la fiction de la situation de communication partagée.

47Traduire, c’est choisir. L’analyse du texte français a permis de constater que la traductrice n’a pas opté pour une (re-)construction de la narration à partir de la situation d’énonciation (fictive), mais a opté pour le schéma narratif classique avec ses oppositions temporelles. Les manières de (ne pas) traduire le déictique jetzt et de changer certains déictiques en démonstratifs deviennent alors cohérentes. Le recours à des marquages grammaticaux ou à des réorganisations locales du texte pour ne pas traduire jetzt correspond effectivement à un choix, celui de privilégier le sens « temporel » de ce déictique, et de laisser de côté les fonctions de focalisation, de structuration du discours, de construction d’une situation fictive d’interlocution tout au long de la narration.

  • 41 « Mais voilà une chose intéressante » (trad. I. B.).

48Traduire, c’est aussi – dit-on – trahir. Ou plutôt, construire une autre cohérence. Si la posture du narrateur et la fiction d’une situation de communication directe se sont perdues et qu’une distance s’est installée dans laquelle certains déictiques temporels n’ont effectivement plus leur place, c’est là une « perte » qui ne sera ressentie que par un groupe tout à fait restreint de lecteurs ; à savoir celles et ceux qui liront et l’original et la traduction. « Jetzt aber interessant »41 : pour ce type de lecteur, cette perte pourrait être compensée par les trouvailles ponctuelles de la traductrice, notamment dans les réorganisations locales. Comme quoi, pertes et profits peuvent parfois s’équilibrer.

Bibliographie

Corpus

Haas, Wolf, Silentium !, Hamburg, rororo, 2000.

Haas, Wolf, Silentium !, traduit de l’allemand (Autriche) par Marie Reygnier, Paris, Rivages/noir, 2004.

Notes

1 Première phrase du livre. Littéralement : (0.1) « Maintenant il y a encore eu un événement ». (trad. I. B.) Cet événement ne peut être qu’extraordinaire, ce qui ne présage rien de bon.

2 Cf. Peter Koch, Wulf Österreicher, « Sprache der Nähe – Sprache der Distanz. Mündlichkeit und Schriftlichkeit im Spannungsfeld von Sprachtheorie und Sprachgebrauch », Romanistisches Jahrbuch 36, 1985, p. 15-43.

3 (0.2f) « Il eut l’impression que tout le Marianum endormi empestait la bière, on se demande bien pourquoi. Je dois te dire [littéralement : Tu dois savoir/il faut que tu saches] que Brenner venait de Puntigam, la ville où l’on brasse la Puntigamer » (Sf 24).

4 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, vol. 1 & 2, Paris, Gallimard, 1966, 1974.

5 La traduction française de Marie Reygnier a paru en 2004. Nous référerons au texte français avec le sigle Sf suivi de la page, les traductions seront données en note.

6 Littéralement : « Mais maintenant sois attentif ». La traductrice a choisi une expression idiomatique proche, plus fluide : « écoute bien ».

7 (i.i f) « Vu d’Amérique, Zell est un minuscule point, quelque part au milieu de l’Europe. Mais vu depuis le Pinzgau, Zell est la capitale du Pinzgau. Dix mille habitants, trente sommets de trois-mille-mètres, cinquante-huit remontées mécaniques, un lac. Tu me croiras ou pas. Deux Américains ont été tués à Zell en décembre. Écoute bien » (trad. I. B.).

8 (o.i f) « Et voilà, c’était reparti » (Sf9).

9 Il s’agit du cinquième roman de Wolf Haas, le quatrième de la série des Brenner, et qui possède déjà une entrée dans wikipédia : http://de.wikipedia.org/wiki/Silentium ! (roman).

10 « Weil DU darfst eines nicht vergessen. Heute kann man die Hasenscharten schon wunderbar reparieren, aber der Präfekt bestimmt schon über sechzig Jahre alt, und damals haben sie ja nur die schlechtesten Schuster zu Chirurgen geschult. Da hast DU von Glück reden können, wenn ihnen bei der Operation das Messer nicht zu oft ausgerutscht ist » (S12). (« Il ne faut pas oublier une chose, c’est que, de nos jours, les interventions chirurgicales sur les becs-de-lièvre sont monnaie courante, mais que le préfet, qui avait sûrement plus de soixante ans, avait dû connaître l’époque où les plus mauvais barbiers faisaient office de chirurgiens et où ON pouvait s’estimer heureux que leur couteau ne dérape pas trop souvent en cours d’opération » (Sf16). L’allemand emploie le du (tu) généralisant, là où le français reste plus impersonnel (il faut + infinitif, on).

11 L’organisation du discours comporte un volet « captation d’attention » et un volet « commentaire sur les activités discursives du locuteur » : « Sondern pass auf, was ich dir sage » (S6), « Mais écoute plutôt ce que je vais te dire ». (Sf10) ; « Aber weil ich gerade sage sauber » (S5), « À propos de transpiration : […] » (Sf9).

12 P. ex. à propos du rôle du Spiritual (directeur de conscience) : « Besonders für die Kleinsten ist das natürlich eine sehr wichtige Ansprechperson gewesen, weil die Präfekten oft schon sehr streng, ich möchte nicht sagen Psychoterror, wie man es vielleicht bei den Sekten hat, aber streng » (S17). « C’était bien entendu un personnage clé de l’institution, surtout auprès des plus petits, car les préfets étaient souvent très sévères. Je ne veux pas dire qu’ils terrorisaient les élèves comme on terrorise les membres des sectes, mais ils étaient sévères, c’est un fait » (Sf21).

13 Une bonne part de ces prises de position comportent un pronom de 1re ou de 2e personne ou du moins une particule énonciative (Abtönungspartikel). Ces particules servent aussi bien à l’expression de la subjectivité du locuteur qu’à la régulation des rapports entre locuteur et interlocuteur. L’emploi du pronom du se trouve aussi bien dans des passages généralisants, que dans des appels directs au lecteur-interlocuteur fictif. Le français ne disposant pas des mêmes outils linguistiques, on assiste à divers mouvements de compensation, notamment par l’emploi de formules comportant le pronom je + verbe de dire/penser ou encore des énoncés averbaux idiomatiques (cf. Irmtraud Behr, Hervé Quintin, Verblose Sätze im Deutschen, Tübingen, Stauffenburg, 1996 et Florence Lefeuvre, La phrase averbale en français, Paris, L’Harmattan, 1999).

14 (1.2f) « Justement. Le préfet du sport était le spécialiste du silentium. Dans les gouvernements ou à la télévision, on laisse le sport aux plus idiots ; rien de tel au Marianum. C’était même le contraire, parce que dans un internat de garçons, le sport est capital. À cet âge, les garçons ont de l’énergie à revendre, c’est quelque chose d’incroyable, et il faut bien canaliser cette énergie, sinon, ils s’énervent. Il ne servira à rien d’écrire cent fois le mot Silentium : s’ils ne font pas de sport, ils risquent de ne faire qu’une bouchée de la fille de service. Mais ce soir-là, c’était le jeune Regens lui-même qui tenait le rôle de la jeune fille de service et faisait circuler les amuse-gueules. Le bureau disparaissait presque sous un monceau de choses délicieuses […] » (Sf 14-15).

15 (1.3f) « Écoute bien, ce n’est pas compliqué du tout : […] (Sf 20), Moi, je dois dire que je comprends parfaitement cela (Sf14), Tu me croiras si tu veux, mais dans cette forteresse chaque étage avait son odeur (Sf10), Je dois te dire que Brenner venait de Puntigam, la ville où l’on brasse la Puntigamer (Sf24), Ce doux cliquetis poursuivit Brenner jusque dans son sommeil. Disons les choses autrement : brusquement, une explosion retentit » (Sf24).

16 Quelques rares cas de prétérit concernent le seul verbe sein (être) dans des structures attributives. Dans les discussions sur le phénomène du « Präteritumsschwund » (« recul du prétérit »), la littérature fait état du fait que certains verbes « résistent » mieux que d’autres, dont les plus fréquents comme sein (être), haben (avoir), kommen (venir). Ce phénomène est typique pour les régions méridionales de l’aire germanophone. À côté de ces cas, on a relevé une occurrence de parfait surcomposé.

17 (1.4f) « “L’auteur de la rumeur”, dit le préfet du sport Fitz, […] (Sf 19) “Quel auteur de la rumeur ?”, redemanda Brenner (Sf 19). “L’auteur de la rumeur !” coassait de temps en temps le préfet au bec-de-lièvre » (Sf 21). Nous reproduisons la ponctuation française.

18 L’analyse des passages de discours rapporté fait apparaître qu’il est parfois malaisé d’attribuer à un énonciateur précis tel ou tel énoncé ou suite d’énoncé, car il s’agit dans la plupart des cas d’un résumé du contenu des propos tenus, sans marquage clair de l’énonciateur. Ce fait ne pose cependant aucun problème particulier de traduction.

19 Deux constructions servent à exprimer qu’un fait se situe dans le passé et que la distance temporelle avec le moment d’énonciation peut être mesurée : une construction prépositionnelle et une construction verbale. La préposition vor (avant, devant) suivie du datif « représente le datage par rapport au moment de l’énonciation » (François Schanen, Jean-Paul Confais, Grammaire de l’allemand, formes et fonctions, Paris, Nathan Université, 1989, § 721) ; un datage relatif à un repère différent du moment d’énonciation serait exprimé par un groupe prépositionnel pronominalisé GNacc + zuvor (GN + auparavant). La construction GNacc (durée) + her + sein (GNacc + particule de repérage instituant l’énonciateur comme point d’arrivée + verbe être) s’emploie généralement au présent, mais peut s’employer au prétérit. Correspondances françaises : « Il y a GN (durée), cela fait GN (durée), GN (durée) en arrière » (ce dernier semble plutôt régional).

20 (1.6f) « Pourtant, cette église était un chef-d’œuvre d’architecture : dix ans auparavant, on avait posé une sorte de volière ultramoderne sur les vieux murs du cloître. (Sf10), Mais comme je l’ai dit, cela remontait à quelques années (sf16). Et il y avait seulement deux mois de cela, ce qu’il avait dit au directeur de conscience lui était revenu en mémoire » (Sf25). On remarque que la traduction choisit un point de repère différent : non pas le moment d’énonciation fictive, mais un moment du récit.

21 (1.7f) « Lorsque brenner était arrivé, Regens l’avait prié de le rejoindre dans son bureau à dix heures du soir (Sf11). Et à quatre heures du matin, alors qu’ils en étaient à carburer au schnaps de Rocca di Papa, le jeune Regens avait tout confessé à Brenner (Sf21). Une fois les chopes pleines, les quatre hommes trinquèrent dans un beau vacarme… » (Sf19).

22 (1.8f) « Au moment précis où sa montre digitale – offerte avec les fonds collectés trois ans plus tôt pour son départ – marqua 22 :00 heures, Brenner frappa à la porte » (Sf12). La traduction française repère le moment du cadeau par rapport au moment où Brenner frappe à la porte, lequel est situé dans une histoire racontée au passé – alors que l’allemand repère le cadeau par rapport au moment de l’énonciation du récit au présent. Dans les deux cas, il y a un seul et même temps verbal : le passé simple du français, marquant la simultanéité de deux actions ponctuelles, prédication seconde étant exprimée par un participe ; le présent de l’accompli de l’allemand pour les trois prédicats (principale, relative, subordonnée temporelle)

23 (1.9f) « de nos jours, les interventions chirurgicales sur les becs-de-lièvre sont monnaie courante, mais […] le préfet, qui avait sûrement plus de soixante ans, avait dû connaître l’époque où les plus mauvais barbiers faisaient office de chirurgiens […] » (Sf 16).

24 Présent pour les commentaires, prétérit et passé simple pour le récit : « Lorsque Brenner arriva au Marianum et s’installa dans la chambre vide du préfet auxiliaire des études, l’odeur lui rappela immédiatement les bâtiments de la police. Il faut dire qu’avant de se mettre à son compte, il y avait travaillé dix-neuf ans. Depuis cette époque, tout lui rappelait la police, cela n’avait rien d’étonnant » (Sf10). La base du texte allemand est le présent, avec le présent de l’accompli comme temps du récit : « Wie der Brenner im Marianum angekommen und in das leerstehnde Hilfspräfektrenzimemr eingezogen ist, hat ihn der Geruch sofort an die Polizeikasernen erinnert. Weil neunzehn Jahre Polizist gewesen bevor er sich selbständig gemacht hat, und da erinnert dich im restlichen Leben natürlich alles an die Polizei » (S5-6).

25 Karl Bühler, Sprachtheorie, Stuttgart, Ullstein, 1934-1965.

26 Benveniste, op. cit.

27 Marcel Vuillaume, « Hier und Jetzt : Deixis und Anapher », in Pérennec Marie-Hélène, Pro-Formen des Deutschen, Tübingen, Stauffenburg, 1996, p. 211-222.

28 DWDS II. /Partikelhaft, ohne eigentliche Bedeutung ; wirkt intensivierend und satzbelebend; im Fragesatz/wohl: von wem mag j. der Brief sein?; wo habe ich j. (bloß) meine Fahrkarte gelassen?

29 (2.1f) « En règle générale, les questions directes n’étaient pas du tout son fort. Au contraire, il se perdait volontiers dans des détails insignifiants. D’après moi, l’alcool lui facilitait grandement la tâche à cet instant » (Sf 20).

30 Op. cit.

31 « [Es] gibt zwar keine syntaktische Einheit, die als Antezedenz fungiert, aber man darf doch behaupten, dass jetzt anaphorisch gebraucht wird, weil man die im Kontext enthaltenen Informationen zu Hilfe nehmen muss, um seinen Refenten auszumachen », Vuillaume, op. cit., p. 212. Il est remarquable que l’emploi de jetzt est compatible avec tous les temps verbaux, cf. les exemples cités par Vuillaume.

32 (2.3f) « L’odeur, pensa brusquement Brenner, alors que l’odeur du lait chaud du petit déjeuner venait lui chatouiller les narines. L’instant après, il savait. Contrairement à l’ancien élève, tout lui était revenu d’un seul coup. D’un seul coup, dans le lit du préfet auxiliaire, Brenner se rappella […(1)] D’un seul coup, Brenner se rappela (Sf25) […(2)] Couché dans le lit du préfet auxiliaire, Brenner se dit qu’une douche ne lui ferait pas de mal non plus » (Sf26).

33 L’auteur annonce, sur le mode de la « phrase-titre » le récit du jeune élève : cf. Jean-Michel Adam, Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga, 1990.

34 Le récit de comment le jeune élève s’est peu à peu souvenu de ce qui s’est passé ce soir-là dans les douches du Marianum, puis rappelle la réaction des dirigeants qui veulent faire la lumière sur ces « rumeurs », le tout évidemment commenté par le narrateur.

35 (2.4f) « À présent, les salles de douche étaient installées dans les étages et chaque classe avait la sienne, mais à l’époque il n’y avait que les quarante cabines tout en bas, au sous-sol de l’internat, et le directeur de conscience avait dû dire à cet élève […] Comme le directeur de conscience était plein de tact, il n’en avait parlé au seul intéressé […] Le directeur de conscience lui avait donc dit […] » (Sf 22).

36 (2.7f) « Tout à coup, il pouvait à nouveau prononcer les “t”. Voilà qui était étrange. La bière lui assouplissait peut-être le palais » (Sf 17).

37 (2.5f) « Moi, je dois dire que je comprends parfaitement cela, parce que des garçons, il faut les surveiller comme le lait sur le feu, faute de quoi le royaume du bruit risque fort de l’emporter sur le royaume du silence. On ne sait jamais ce qui peut arriver quand un éducateur est exposé à ce bruit toute la journée, il peut perdre les pédales te tirer dans le tas sans entendre sa propre mitrailleuse dans le vacarme. Comme on voulait éviter ce genre de drame au Marianum (1), on avait mis les choses au point dès le départ, et il était donc interdit de parler autrement qu’en chuchotant. Quant au reste : Silentium absolu. Évidemment, un endroit dans lequel plusieurs centaines d’enfants font tout en silence est un peu lugubre. C’est peut-être en partie pour cela que l’on remarquait autant les odeurs. Justement. (2) Le préfet du sport était le spécialiste du silentium » (Sf 14).

38 (2.6f) « Avec la barbe, on voyait à peine le bec-de-lièvre mais le défaut de prononciation n’en était que plus flagrant » (Sf 12).

39 (2.7f) « Mais ils n’avaient parlé de cela que vers la fin, alors qu’ils n’avaient déjà plus les idées très nettes » (Sf 23).

40 À commencer par la première phrase du texte : (0.1a) « Jetzt ist schon wieder was passiert. (S5)/(0.1f) Et voilà, c’était reparti » (Sf 9).

41 « Mais voilà une chose intéressante » (trad. I. B.).

Auteur

Professeure de linguistique allemande, Rhénane de naissance et amatrice de bons policiers, a rencontré les romans de l’Autrichien Wolf Haas dans les années 1990 et a suivi l’histoire de Brenner jusqu’au bout. Il est évidemment trop tôt pour dire si cet article sera le dernier sur cet auteur.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540