Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre III. Identité collective et exclusion

Le populisme autrichien et son bleuet

Catherine Fabre-Renault

Résumé

Stigmatisée au niveau européen par les « sanctions » prises contre elle en 2000, l’Autriche est certes un cas d’école en matière de populisme, mais on peut aussi dire qu’elle a fait école en Europe. Depuis 2000, l’année où le FPÖ de Jörg Haider participe à la coalition gouvernementale, l’Italie a connu deux gouvernements Berlusconi, les scores électoraux des divers partis des droites extrêmes dans le reste de l’Europe de l’Ouest et de l’Est sont parfois considérables, les mesures prises en Autriche en 2000 et qui paraissaient alors scandaleusement injustes, font florès auprès de gouvernements considérés comme simplement conservateurs. Néanmoins, l’Autriche a une histoire sous-jacente de son extrême droite qui tient à sa situation particulière pendant et après la Seconde Guerre mondiale et qui traverse tout l’échiquier des partis politiques pendant la IIe République. C’est à ce non-dit de l’Histoire que l’Autriche est aujourd’hui confrontée.

Texte intégral

  • 1 « Le populisme caractérise une politique qui se donne pour proche du peuple, qui utilise les émotio (...)

« Populismus bezeichnet eine Politik, die sich volksnah gibt, die Emotionen, Vorurteile und Ängste der Bevölkerung für eigene Zwecke nutzt und vermeintlich einfache und klare Lösungen für politische Probleme anbietet »1.

1L’Autriche a-t-elle donné une impulsion au développement des populismes en Europe ? Les points que nous citerons, sans être l’objet d’un renvoi aux autres pays d’Europe, peuvent indiquer des éléments de comparaison.

2À la fin de la dernière guerre, l’Autriche s’est trouvée dans une situation particulière, elle avait, pour une grande part, accepté l’Anschluss en 1938, s’étant voulue allemande pour être du côté des vainqueurs, elle se retrouve vaincue en 1945 mais, par décision des Alliés, désignée comme première victime et donc, paradoxalement, intégrée dans le camp des vainqueurs de l’histoire. Cette particularité lui fait tenter d’épouser – au moins officiellement – les grandes lignes idéologiques des vainqueurs pour fonder sa propre identité, en se démarquant du « IIIe Reich », de ses crimes, et de tout ce qui était allemand. On refoule les erreurs du passé : les grandes options antisémites chez les conservateurs ou les tentations pangermanistes des sociaux-démocrates.

  • 2 Contrairement à ce qui s’est passé en France pour la guerre d’Algérie : le parallèle avec l’Autrich (...)
  • 3 L’exemple polonais de l’été 2001 montre la fonction de cette victimisation : de nombreux Polonais d (...)

3Sans doute la grande différence entre l’Autriche et les autres pays occidentaux réside-t-elle dans ce fait que l’idéologie dominante (et sous-jacente) a été portée par une large frange de ce que l’on pourrait appeler les « bourreaux vaincus » et non, comme en France ou en Italie après 19452, par les « résistants vainqueurs ». De surcroît, ces « bourreaux vaincus » ont pu fonder leur sentiment d’injustice sur la victimisation généralement admise de l’Autriche, se sentant déniés dans leurs choix politiques. Or, l’on sait que la victimisation est un obstacle commode à tout retour critique sur le passé3. La question du nazisme autrichien n’est, longtemps, pas posée en termes politiques mais seulement sous l’aspect de la culpabilité individuelle.

  • 4 Voir profil no 12, 19 mars 2001.
  • 5 Andreas Maislinger, « Supplément à une chronique locale », 1987, Austriaca, no 24, p. 109.

4Les témoignages, qu’ils soient historiques ou actuels, nous montrent qu’en Autriche, le double discours est souvent pratiqué, balançant entre le « politiquement correct » à destination de l’extérieur, et le soutien parfois nostalgique à la période nazie. L’écrivain Josef Haslinger souligne le paradoxe entre une fiction de faux héros qui est socialement flatteuse et la pénible réalité d’un vécu qui, s’il l’avoue, met son orateur au ban du groupe. Haslinger raconte des souvenirs d’enfance : son père, trop jeune pour aller au front, s’est forgé une « culture de guerre » à force de lectures pour pouvoir briller (avec succès d’ailleurs) à l’auberge, alors qu’un véritable ancien soldat, un jour, s’écroule en pleurs en se remémorant le massacre de civils auquel il avait participé, ce qui lui valut l’opprobre général4. Selon une étude de 1987, celui qui n’a pas « accompli son devoir » n’est pas accepté. Quant à celui qui a été déporté en camp de concentration, « mieux vaut pour lui qu’il n’ouvre pas la bouche »5.

5Le FPÖ (Freiheitliche Partei Österreichs) est, bien sûr, l’un de ces relais qui ont si bien cultivé la nostalgie, mais les socialistes et les conservateurs, puisant tous dans le réservoir électoral des 500 000 ex-membres du NSDAP, règnent sans partage entre 1945 et 1966, dans une « grande coalition », ils mettent alors en place le système du Proporz (répartition), une distribution des postes en fonction de l’appartenance politique, non seulement au niveau des responsabilités politiques mais aussi de tous les échelons de la vie sociale. Le Proporz a été généralement bien accueilli par la population comme un équilibre consensuel, apaisant ses peurs de l’affrontement, du conflit, et ce système a fonctionné de façon satisfaisante tant que l’Autriche a été en phase d’expansion économique. L’effet pervers en a été une dépossession du rôle réel du Parlement dans le jeu démocratique : il devient une chambre d’enregistrement de décisions prises ailleurs, par les directoires des partis politiques par exemple, préparant ainsi la voie à des dérives populistes.

  • 6 L’ÖVP (Österreichische Volkspartei) est le Parti conservateur.

6Ne faut-il pas voir, dans la forme schizophrénique d’une politique officielle d’un côté et d’une politique « émotionnelle » de l’autre, l’origine de la paranoïa dont nombre d’Autrichiens, souvent soutenus par la grande presse, ont fait preuve à chaque fois que la communauté internationale a pris des positions critiques à l’égard de leurs choix électoraux, qu’il s’agisse de Waldheim (1986) ou du gouvernement de coalition ÖVP-FPÖ (2000-2006) ?6

  • 7 « Die Juden wollen halt nur rasch reich werden », http://www.Hagalil.com.
  • 8 « Wir heissen alle Österreicher wieder bei uns willkommen, aber als Österreicher, nicht als Juden » (...)

7Probablement l’ensemble des partis autrichiens portent-ils une part de responsabilité dans la dérive populiste des années 2000-2006. Nous prendrons l’antisémitisme comme exemple dans quatre cas. Le gouvernement Figl (12 des 17 membres de ce gouvernement étaient des rescapés des camps de concentration) vota le 9 novembre 1948, soit 10 ans jour pour jour après la Nuit de Cristal, la fin du délai pour les demandes de restitutions et de dédommagements (« Les juifs ne veulent que s’enrichir rapidement »7). En 1945, Figl avait déclaré : « Nous souhaitons la bienvenue à tous les Autrichiens de retour chez nous, mais en tant qu’Autrichiens, pas en tant que juifs »8. Il avait aussi affirmé que les horreurs passées étaient venues de l’étranger. La position de victime, le refus d’assumer toute responsabilité, se fonde, pour les conservateurs, entre autres sur la confrontation ouverte avec les nazis depuis l’assassinat de Dollfuss qui leur donne le beau rôle si l’on s’abstient naturellement de souligner les diverses convergences (le président de l’Assemblée nationale en 1945, Leopold Kunschak, avait proposé la création de camps de concentration pour les juifs en… 1919 !). Les insultes antisémites eurent cours dans les rangs de l’ÖVP jusque dans les années 1970 : Alois Scheibengraf (député ÖVP) traita Bruno Kreisky de « Sale juif » (« Sie sind ein Saujud ») en 1966, « Tous des juifs » (« Alles Juden ») s’écrièrent en 1972 deux représentants du Parti conservateur lorsque Bruno Kreisky lut la liste des entrepreneurs chargés de la construction du bâtiment de l’ONU à Vienne.

  • 9 Handbuch des österreichischen Rechtsextremismus, Stiftung Dokumentationsarchiv des österreichischen (...)
  • 10 Ibid.

8Dans ce contexte, une certaine presse autrichienne joue un rôle plus qu’ambigu, les Salzburger Nachrichten emploient d’anciens nazis (Alfons Dalma, Ilse Leitenberger)9 ou le Südost Tagespost en Styrie, l’organe du Parti conservateur, défend pour partie le régime nazi et réaffirme l’existence d’une « question juive » lors du procès Eichmann10.

9Enfin, le cas de l’historien Taras Borodajkewycz, professeur à l’université, est à l’origine d’un scandale en 1965. Ses positions révisionnistes et antisémites déclenchent de vives réactions à Vienne et, lors d’une manifestation de rue, l’un de ses partisans assassine un rescapé des camps. C’est le premier affrontement entre les deux Autriche qui marque la volonté, encore embryonnaire, de réagir aux nostalgies rampantes.

10L’année 1986 est une année-charnière au regard de trois événements (la libération en Italie du criminel de guerre Walter Reder, l’élection de Kurt Waldheim à la présidence de la République, et la prise du pouvoir par Jörg Haider au sein du FPÖ), elle est à la fois le début d’une catharsis et l’affirmation d’un pôle populiste décomplexé. L’accueil officiel de Reder provoque une réaction, 33 parlementaires du Conseil de l’Europe demandent la destitution immédiate du ministre autrichien de la Défense, les socialistes français initiant cette démarche alors sans précédent. La vigilance et « l’ingérence » de l’Europe dans les affaires de l’Autriche ne datent pas de l’année 2000, la mémoire est parfois courte…

11Kurt Waldheim est élu avec presque 54 % des voix et, malgré la campagne de presse internationale mais aussi autrichienne, dénonçant son passé, il jouit d’un large soutien dans l’opinion. Les études faites en Autriche montrent la forte charge émotionnelle dans cette affaire et l’importance des médias qui, suivant les personnalités politiques (lesquelles, du reste, à leur tour s’inspirent des médias en un cycle sans fin) ont déformé les reproches faits à Waldheim pour mieux réfuter ces accusations « imaginaires ». Le moteur de l’élection de Waldheim fut la révolte patriotique, le défi selon le mode, « Nous, les Autrichiens, avons bien le droit de voter pour qui bon nous semble ! ».

  • 11 Le SPÖ est le Parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Österreichs).
  • 12 Pays de contradictions : Franz Vranitzky, mais aussi Kurt Waldheim ont reconnu officiellement que l (...)

12La coalition SPÖ-FPÖ11 éclate après le « putsch » interne de Haider et lui succède une grande coalition SPÖ-ÖVP (elle durera jusqu’en 1999), dont le chancelier, Franz Vranitzky, est socialiste12.

  • 13 Anton Pelinka, politologue autrichien, « La leçon de l’Autriche », Libération, Paris, 14 septembre (...)

Le FPÖ est – ce qui ressort partiellement du rapport des « sages »– un parti spécial. C’est l’unique parti en Europe qui se conçoit comme issu en droite ligne du NSDAP, le parti nazi allemand. À une exception près (Wilfried Gredler), tous les membres fondateurs du FPÖ en 1956 étaient d’anciens nazis, dont – outre Reinthaller – nombre de hauts fonctionnaires du régime national-socialiste. Voilà pour les racines du FPÖ qui ne les partage ni avec le Front National de Le Pen, ni avec la Ligue du Nord de Bossi. Certes, Alleanza Nazionale, la formation de Fini, plonge ses racines dans le parti fasciste italien, mais entre le fascisme italien et le national-socialisme (allemand, autrichien), il y a l’abîme qualitatif de l’Holocauste. Que le FPÖ tienne un discours xénophobe et raciste n’est pas unique en Europe. Qu’il le fasse sur la base des louanges de Haider pour la SS, constitue la particularité du FPÖ13.

13Le gouvernement ÖVP-FPÖ a pris des mesures qui, si elles concernent l’Autriche, peuvent être regardées à l’aune des autres pays européens auprès desquels elles ont fait école : les acquis sociaux, les institutions, la xénophobie et les discriminations, la politique internationale et enfin, l’influence du populisme sur les partis traditionnels.

  • 14 « Der Hitler war kein nationaler Mensch. Einer, der national ist, schenkt doch nicht Südtirol her » (...)
  • 15 Ville natale d’Hitler.
  • 16 Id., p. 93. L’automne 2006 a vu un dirigeant du FPÖ arborer un bleuet.
  • 17 La transcription de la bande magnétique de cette soirée est instructive parce qu’elle indique les r (...)
  • 18 L’analyse sémantique des « slogans » et autres « bons mots » des leaders politiques est une constan (...)

14L’habileté de Haider sur la scène politique réside dans la modernisation de vieilles antiennes présentées comme les idées de l’avenir, grâce à des campagnes à l’américaine et des pirouettes verbales provocatrices et ironiques, se démarquant d’Hitler, par exemple, pour mieux en reprendre le fond : « Hitler n’était pas vraiment nationaliste. Aucun nationaliste n’aurait jamais fait cadeau du Tyrol du sud ! »14. La tactique du « clin d’œil » est l’une de ses armes, mais les affirmations brutes, suivies d’excuses toujours maintes fois sollicitées et jamais spontanées, émises du bout des lèvres, en sont d’autres. Le FPÖ donne des signes pour fédérer les nostalgies : organiser un meeting de fin de campagne électorale à… Braunau15, imprimer des autocollants avec Danke en gothique, sont autant de messages cryptés et pourtant limpides. Il en va de même pour la distribution de pin’s en forme de bleuets : le groupe-cible sait parfaitement que c’était le signe de reconnaissance des nazis lorsqu’ils étaient interdits sous la Ire République, l’allusion est évidente pour les initiés et invisible pour les autres16. Les anecdotes sémantiques et significatives sont légion, et les propos de Haider (février 2001) contre la « côte Est », en sont un exemple17. La liste pourrait être déroulée encore bien longtemps, ainsi, les accointances verbales de Haider et du FPÖ avec le vieux fond nazi – qu’elles soient tactiques ou sincères n’a guère d’importance en soi, c’est un ressort essentiel du populisme – ont-elles fait l’objet d’articles, voire de recueils entiers18, pointant par la sémantique l’instrumentalisation des préjugés, des peurs, des émotions de la population à des fins propres, ainsi que le dictionnaire Brockhaus définit le populisme.

  • 19 « Der Skandal in unserem System ist : Die Faulen, die Nichtstuer, die Sozialschmarotzer und Tagträu (...)

15Exclu du système du Proporz, le FPÖ le prend, bien sûr, comme cheval de bataille en le désignant comme « l’économie des cartes des partis ». Le FPÖ a acquis une crédibilité certaine grâce à cette campagne qui avait pour moteur, bien sûr, la lutte contre les « privilégiés », les « nantis », les « planqués », une constante de l’extrême droite, déguisée, dans ce contexte précis, en nouveauté. « Voilà le scandale de notre système : les flemmards, les inactifs, les parasites sociaux et les rêvasseurs sont assurés de la manne protectrice de l’État social »19.

16Le point 3 du « catalogue de principes » du FPÖ : « extension de la démocratie directe », signifie la fusion des deux fonctions de chancelier et de président de la République, élu au suffrage universel, sans possibilité d’être démis par le Parlement : une liaison (dangereuse) entre le « chef » et son peuple en quelque sorte, et qui prévoit la suppression d’organes aussi désagréablement importuns que le Tribunal constitutionnel, essentiel dans une démocratie réelle. Il s’agit ici d’être volksnah, proche du peuple, en supprimant les institutions et en jouant sur les réflexes de protection contre « l’Autre ».

  • 20 Nikolaus Kunrath (SOS-Mitmensch), in « L’Autriche, un pays paisible », Pierre Daum, Le Monde diplom (...)

La xénophobie est un sentiment commun à presque tous les Autrichiens […] Xénophobie et non racisme : en allemand, la différence est de taille. Le second terme, extrêmement violent, renvoie directement aux théories raciales, et par-delà au nazisme. Aucun Autrichien ne peut supporter d’être raciste. Comme xénophobe, en revanche […] On ne pense même pas à lancer le débat [sur la participation des étrangers aux élections communales] on nous prendrait pour des fous20.

17Pendant des années, l’immigration se maintenait à environ 4,5 % de la population, mais, à partir de 1988, elle augmente et a doublé dix ans plus tard. Pour la première fois en Europe, on instaure des quotas annuels d’immigration en fonction des besoins du marché. L’Autriche a, la première aussi en Europe, institué l’obligation d’apprendre l’allemand pour les immigrants. Les diverses mesures « d’intégration » sont devenues monnaie courante depuis les pays européens jusqu’à l’Australie (août 2007) : ce n’était pas le cas au début des années 2000.

18La centrale syndicale autrichienne ÖGB, par la voix de son président, Fritz Verzetnisch s’est violemment opposée en 1998 à l’élargissement européen, au prétexte qu’une armée (Heer) de 150 000 à 500 000 personnes risquerait de déferler (überschwemmen) sur le marché autrichien et qu’il serait illusoire de croire que l’élargissement créerait des emplois. Le terme « armée » implique une action militaire, mais aussi une organisation consciente et menaçante. « Déferler » n’est pas sans rappeler « envahir », et suggère le risque d’une impuissance à résister à la vague et donc, de noyade, de disparition. Autant le fond que la forme étonnent – détonnent ? – dans la bouche d’un syndicaliste social-démocrate.

19L’accès au travail est très officiellement basé sur la « préférence nationale ». L’embauche d’un étranger est soumise à de nombreuses autorisations et à condition qu’un autochtone ne postule pas pour cet emploi. De même, un étranger non communautaire ne peut pas être délégué du personnel, ni participer aux élections.

20La question du logement est un véritable problème. Si les salariés étrangers cotisent obligatoirement au Fonds immobilier qui permet de construire les logements sociaux, l’accès leur en est pratiquement interdit : les logements sociaux, ces fleurons de la politique sociale de la social-démocratie autrichienne et de la résistance à l’austro-fascisme, étant transmissibles aux enfants, peu sont disponibles et réservés aux Autrichiens.

  • 21 Ce sont les associations des droits de l’homme qui réclament le droit de vote aux élections profess (...)

21L’ensemble de ces dispositions a contribué à la constitution d’une aristocratie ouvrière, celle des Autrichiens par naissance (l’accès à la nationalité est basé sur le droit du sang de façon générale) justement ceux-là sans doute qui, dans les bastions ouvriers, se sentant menacés dans leurs acquis, commencent à fonder l’assise ouvrière du FPÖ. Est-ce là aussi la raison qui fait que les résistances au gouvernement ÖVP-FPÖ se trouvent actuellement plus dans les milieux intellectuels que populaires, voire syndicaux21 ?

  • 22 « Sagte etwas Herr Moscovici, das auch sagt Herr Rabinovici », in « Sanktionen », Kronenzeitung, 22 (...)

22On ne peut séparer les attitudes xénophobes de la politique internationale, le discours reste à double facette sur les juifs et leur rôle en Europe. Dans la Kronen-Zeitung qui influence, au bas mot, la moitié des Autrichiens, le « poète », Wolf Martin, écrivait à propos des « sanctions » européennes : « Ce qu’a dit M. Moscovici, Herr Rabinovici le répète aussi »22, réunissant ainsi par une allitération le ministre français et le défenseur autrichien des droits de l’homme : le lectorat sait saisir l’allusion sur le « lobby juif ». L’élargissement de l’Europe a fourni l’occasion de redéfinir des problématiques que l’on pensait dépassées : l’indemnisation des juifs sert à tracer le parallèle avec les prisonniers de guerre contraints au travail, l’entrée de la République tchèque dans l’Europe, à remettre sur le devant de la scène les décrets Benes (avec succès : l’Union européenne a commandité une étude sur la question…). Là se trouve la double victoire de l’idéologie du FPÖ : le sujet redevient d’actualité et le débat s’est déplacé vers l’émotionnel, vers l’irrationnel, la base même du fonctionnement intellectuel d’un parti populiste.

23Aujourd’hui encore où les relations entre les divers partis d’extrême droite sont hésitantes, chacun refusant l’amalgame avec le voisin, toujours considéré comme gênant, voire infréquentable pour des raisons de politique intérieure, et si Haider, en dépit de convergences idéologiques, refuse toute analogie avec le Front National, le FPÖ se serait volontiers vu fédérer les droites « nationales » européennes au début des années 2000. Une rencontre a eu lieu à Vienne entre Haider, Dewinter et Bossi, en juillet 2002. Haider et Filip Dewinter (Vlaams Blok belge, aujourd’hui Vlaams Belang) se succèdent auprès de la Lega Nord avec laquelle les relations se sont réchauffées. Le refroidissement était venu d’Umberto Bossi déclarant ne rien vouloir avoir à faire avec Haider, fils de nazis, alors que la Lega Nord était issue de résistants ( ?). Haider fera une prestation de soutien auprès de Dewinter lors de la campagne électorale de 2003 en Belgique. En revanche, Pia Kjärsgaard (Danemark), venue soutenir Haider lors des « sanctions » européennes et décommandée cavalièrement par Haider, le dédaigne, depuis qu’elle est un soutien de la coalition au pouvoir. Il en va de même pour Christoph Blocher (Suisse), éconduit avant ses succès électoraux et ensuite sur une position d’écart par rapport au FPÖ.

  • 23 Joëlle Stolz, « Les extrêmes droites européennes se rencontrent », Le Monde, 21 novembre 2001.

24En novembre 2001, à l’initiative d’Andreas Mölzer, ex-conseiller culturel de Haider et responsable de la publication de l’hebdomadaire Zur Zeit, un colloque a réuni « les droites de la droite »23 européennes près de Vienne durant lequel Mölzer a invité Haider à prendre la tête d’une liste européenne. Si tous ces contacts n’ont pas abouti à un bloc significatif au niveau européen, il en a émergé cependant la banalisation d’une partie non négligeable de leur fond idéologique, reprise par les partis de la droite traditionnelle.

25Il faut reconnaître que le FPÖ a adapté ses positions à celles d’un parti moderne de gouvernement et dépoussiéré une législation hors d’âge : décriminalisation de l’homosexualité (alors que le FPÖ est traditionnellement homophobe), acceptation des peines de substitution, commutation de la peine de perpétuité, maintien de l’avortement thérapeutique pendant la durée entière de la grossesse. Des réformes « de progrès » ont abouti également. Le monde entier a pris acte, avec une certaine admiration interrogative, de ce que, justement ce gouvernement-là, a promulgué la loi sur la restitution d’œuvres d’art des juifs spoliés, l’indemnisation des travailleurs forcés ou la décriminalisation (sans indemnité) des déserteurs.

26Mais c’était sans compter avec la contrepartie : puisque les juifs spoliés ont été dédommagés, il faut qu’il en soit de même avec les Sudètes, les soldats prisonniers (notamment en URSS), par « souci d’égalité », cette égalité qui vise à mettre sur le même plan ceux qui furent des victimes absolues et ceux qui furent (même nolens volens) dans le camp des bourreaux. Sur ce point encore, l’affirmation d’une égalité usurpée est destinée à rassurer le peuple sur son statut de victime et différer – voire empêcher – les questionnements sur les responsabilités historiques.

  • 24 Né Hojac, il a pris le nom de jeune fille de sa mère, plus « allemand »…
  • 25 Gerhard Steininger, « Haider betet die Macht der Schlagzeile an », Der Standard, 11 juillet 2007.

27À problème politique, réponse simple ? Dans tous les cas, l’analyse historique est remplacée par le « bon sens populaire » mais lorsqu’il faut se confronter aux réalités de gouvernement d’un pays, de gestion internationale des crises, le tout doublé d’un « combat des chefs » pour le pouvoir, le simplisme ne suffit plus à assurer une base électorale et désoriente les électeurs. C’est ainsi que le FPÖ autrichien, en 2005 a éclaté en deux : le Bund Zukunft Österreichs (BZÖ) dont le secrétaire général est Peter Westenthaler24, toujours autour de Jörg Haider et des anciens ministres (en chute libre – moins de mille membres – à l’exception de la Carinthie, fief de Haider) et un FPÖ maintenu, dirigé par Heinz-Christian Strache, avec un potentiel électoral autour de 18 %25. Le choix des électeurs autrichiens à l’automne 2006 a abouti à la formation d’une nouvelle « grande coalition », après la précédente et malheureuse expérience d’un gouvernement ÖVP-FPÖ.

28Westenthaler (BZÖ) et Strache (FPÖ) font, tous les deux, l’objet d’articles quotidiens dans la presse autrichienne, en août 2007, Strache pour ses hésitations à reconnaître avoir autrefois participé à des rencontres de la Wiking-Jugend (interdite pour néo-nazisme en 1994 en Allemagne) et Westenthaler pour faux témoignage dans une affaire d’agression commise par son garde du corps. Tous deux renouent avec le fil de l’affaire Waldheim : il leur est impossible de reconnaître la véracité de ce qui fut, ils ne peuvent assumer publiquement leurs actes et c’est, à l’été 2007, le même dilemme de l’Autriche moderne : un visage de Janus entre position publique et actions réelles.

  • 26 Pierre-André Taguieff, « Le populisme et la science politique », Jean-Pierre Rioux (dir.), Les popu (...)
  • 27 Jean-Pierre Rioux, « Le peuple à l’inconditionnel », op. cit., p. 12.

29« Il est arrivé une singulière mésaventure au mot “populisme” : il est récemment devenu populaire »26. Mais il n’y a pas que le mot qui soit devenu populaire, les idées le sont aussi, désormais, l’Europe ne s’alarme plus de ce genre de situation, l’idée de « sanctions européennes » est loin, la Belgique, le Danemark, la France connaissent régulièrement des scores de 10 à 15 % pour les partis dits « populistes » (voire ponctuellement beaucoup plus), les partis conservateurs s’allient avec eux (Danemark, Italie), reprennent leur fonds idéologique (Italie, France), la Hollande ou la Suisse ont aussi leurs leaders (Christoph Blocher est actuellement ministre de la justice et de la police en Suisse), sans parler de l’Europe de l’Est (parti Ataka en Bulgarie, Romania Mare en Roumanie, Fidesz en Hongrie, les propos de Jan Slota en Slovaquie, la Lituanie où deux partis populistes se partagent 40 % des voix, le PiS polonais qui tient les postes suprêmes en la personne des jumeaux Kaczynski)27

  • 28 Martin Herzog, www.brainworker.ch/politik/Populismus, 6 otobre 2006.

30Faut-il alors évoquer, pour redonner à l’analyse historique et politique sa juste place, cette boutade d’Orson Welles : « la cote d’amour ne devrait pas être un indicateur pour les élections en politique. Si la popularité devait être déterminante, Donald Duck et les Muppets siègeraient depuis longtemps au Sénat »28.

Notes

1 « Le populisme caractérise une politique qui se donne pour proche du peuple, qui utilise les émotions, les préjugés et les peurs de la population à ses fins propres et propose des solutions supposées simples et claires aux problèmes politiques » (définition du dictionnaire Brockhaus, Mannheim, 2006).

2 Contrairement à ce qui s’est passé en France pour la guerre d’Algérie : le parallèle avec l’Autriche est, cette fois, manifeste : c’est l’idéologie des « bourreaux vaincus » qui, en sous-main, a été victorieuse (le mépris des peuples colonisés, le racisme, rampant ou ouvert, traversent encore la France) ce qui explique le peu de résonance jusqu’à aujourd’hui de toute dénonciation de la torture d’alors en dehors de cercles relativement restreints.

3 L’exemple polonais de l’été 2001 montre la fonction de cette victimisation : de nombreux Polonais de Jedwabne nient toute implication polonaise dans le massacre de 1 600 juifs en 1941, malgré la cérémonie et les excuses officielles du Premier ministre.

4 Voir profil no 12, 19 mars 2001.

5 Andreas Maislinger, « Supplément à une chronique locale », 1987, Austriaca, no 24, p. 109.

6 L’ÖVP (Österreichische Volkspartei) est le Parti conservateur.

7 « Die Juden wollen halt nur rasch reich werden », http://www.Hagalil.com.

8 « Wir heissen alle Österreicher wieder bei uns willkommen, aber als Österreicher, nicht als Juden », ibid.

9 Handbuch des österreichischen Rechtsextremismus, Stiftung Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstandes, Deuticke, Wien, 1994, p. 561.

10 Ibid.

11 Le SPÖ est le Parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Österreichs).

12 Pays de contradictions : Franz Vranitzky, mais aussi Kurt Waldheim ont reconnu officiellement que les Autrichiens avaient été impliqués dans les crimes commis au nom du « IIIe Reich » !

13 Anton Pelinka, politologue autrichien, « La leçon de l’Autriche », Libération, Paris, 14 septembre 2000.

14 « Der Hitler war kein nationaler Mensch. Einer, der national ist, schenkt doch nicht Südtirol her », in Taz, Berlin, 11 janvier 1989; in Hans-Henning Scharsach, Haiders Kampf, Wien, Orac, 1992, p. 37.

15 Ville natale d’Hitler.

16 Id., p. 93. L’automne 2006 a vu un dirigeant du FPÖ arborer un bleuet.

17 La transcription de la bande magnétique de cette soirée est instructive parce qu’elle indique les réactions de la salle. Haider : « Ce Häupl [candidat SPÖ] il a un directeur de campagne électorale qui s’appelle Greenberg […] (rires massifs dans la salle), […] il se l’est fait venir par avion de la côte Est ! Chers amis, vous avez le choix entre le conseiller en communication Greenberg de la côte Est et le bon cœur viennois […] (applaudissements frénétiques) […] Nous n’avons pas besoin d’encouragements de la côte Est. Maintenant, cela suffit » (applaudissements nourris). Arte, juin 2001.

18 L’analyse sémantique des « slogans » et autres « bons mots » des leaders politiques est une constante dans les sociétés modernes soumises au pouvoir des médias : Haider beim Wort genommen, Czernin, Wien, 2000, Le Pen, les mots, M. Souchard, S. Wahnich, I. Cuminal, V. Wathier, Le Monde éditions, Paris, 1997, ou Sarkozy dans le texte, Réso, Paris, 2005.

19 « Der Skandal in unserem System ist : Die Faulen, die Nichtstuer, die Sozialschmarotzer und Tagträumer sind sich der fürsorglichen Hand des Sozialstaates sicher », Jörg Haider, Die Freiheit, die ich meine, Ullstein TB, Frankfurt am Main, Berlin, 1994, p. 18.

20 Nikolaus Kunrath (SOS-Mitmensch), in « L’Autriche, un pays paisible », Pierre Daum, Le Monde diplomatique, octobre 1998.

21 Ce sont les associations des droits de l’homme qui réclament le droit de vote aux élections professionnelles pour les étrangers, non les syndicats.

22 « Sagte etwas Herr Moscovici, das auch sagt Herr Rabinovici », in « Sanktionen », Kronenzeitung, 22 mai 2000.

23 Joëlle Stolz, « Les extrêmes droites européennes se rencontrent », Le Monde, 21 novembre 2001.

24 Né Hojac, il a pris le nom de jeune fille de sa mère, plus « allemand »…

25 Gerhard Steininger, « Haider betet die Macht der Schlagzeile an », Der Standard, 11 juillet 2007.

26 Pierre-André Taguieff, « Le populisme et la science politique », Jean-Pierre Rioux (dir.), Les populismes, Presses de la fondation politique et Perrin, Paris, 2007, p. 17.

27 Jean-Pierre Rioux, « Le peuple à l’inconditionnel », op. cit., p. 12.

28 Martin Herzog, www.brainworker.ch/politik/Populismus, 6 otobre 2006.

Auteur

Maître de conférences à l’université du Littoral, puis à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 depuis 2001, a, comme domaines de recherche les rapports entre littérature et politique depuis 1945, la littérature des femmes de RDA, les évolutions des extrêmes droites en Allemagne et en Autriche.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540