Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’astronomie dans les médias

 | 
Jean-Claude Beacco

Avant-Propos

Jean-Claude Beacco

Texte intégral

1Les analyses réunies dans ce volume constituent l’un des produits de la réflexion du groupe « Formes discursives de la circulation des connaissances », dit « groupe Étoiles ». Cette équipe, dont la responsabilité m’a été confiée, est l’une des composantes du Centre de recherches sur les discours ordinaires et spécialisés (CEDISCOR). Au sein de ce groupe, le corpus d’étude a été établi et réparti entre les chercheurs, de même que les entrées descriptives principales. On y a débattu des problématiques générales qui constituent l’objet de cet ouvrage : celles des formes des discours de diffusion des connaissances dans les médias. Plutôt que d’envisager, classiquement, ces discours par rapports aux discours savants, on a choisi de les aborder pour eux-mêmes. On a ainsi exploré les incidences sur leurs formes de conditions de production comme : la nature du savoir diffusé (un savoir ancien et primordial), ses caractéristiques (ouvert aux amateurs, fondé sur l’image, dont la presse, l’édition et les cédéroms font grand usage), les attentes des lecteurs (quelle écriture « captivante » leur proposer ? Comment représenter la construction de la connaissance, les débats scientifiques ?). On verra que l’écriture de la science n’a plus cette sorte de rigidité, vaguement formulaire et ennuyeuse, des textes pour spécialistes ou des manuels d’enseignement. La rhétorique de la science n’est plus perceptible au premier abord, mais elle n’a pas disparu pour autant, débordée par la créativité des journalistes médiateurs. L’extrême diversité des formes langagières des textes examinés ici peut être, en fait, reconduite à des schématisations et à des postures énonciatives qui en commandent, en retrait, l’actualisation. On montre que celle-ci n’est pas déterminée par le seul souci de mettre des connaissances complexes à la portée des lecteurs. Les enjeux sont ailleurs : dans le jeu de conformité et de déceptivité de ces textes par rapport aux représentations que se font lecteurs et scripteurs de la science et de ses écritures, précisément. Au point qu’il devient impossible de caractériser une écriture de la diffusion des connaissances.

2À partir de premiers « papiers de travail », il m’est revenu de dessiner une structure d’ensemble pour le présent ouvrage, ce qui n’interdit pas de lire ces analyses, si on le souhaite, au gré de sa curiosité (et non dans l’ordre proposé) et, en particulier, de réserver le chapitre 1 pour une lecture finale. Les différentes contributions ont été ramenées aux normes éditoriales et certaines, d’ailleurs, ont été à ce point remaniées qu’elles sont susceptibles d’être publiées ultérieurement, « en version originale ». Le produit final n’est pas homogène en tous points (était-ce le propos ?), mais on souhaite qu’il soit reçu par le lecteur comme étant d’une autre cohérence que celle d’une série de contributions convergentes mais non jointives.

3Cette brève présentation ne devrait pas laisser accroire que l’ouvrage est clos et notre programme de travail totalement rempli : bien des chantiers ont été ouverts qui attendent encore, comme celui des ouvrages produits pour le grand public par des scientifiques de renom, celui des dimensions poétiques des textes de divulgation en astronomie, celui du rôle de ces disciplines scientifiques dans la vie sociale, appréhendé cependant sous l’angle linguistique et non dans une perspective sociologique… Comme à l’ordinaire, cette réflexion n’est à considérer que comme une étape d’un parcours déjà ancien, dans le cadre du CEDISCOR et avant lui. Mais, au moment de « laisser la parole » aux textes (et donc, pour ce qui me concerne, de prendre congé de leurs auteurs), qu’il me soit permis de remercier amicalement tous les membres du « groupe Étoiles », pour leur disponibilité et leur toujours souriant sérieux.

4Je remercie très chaleureusement Anne Fragonard-Le Guen pour le soin extrême qu’elle a apporté à la mise en forme et à la mise en page de cet ouvrage.

Auteur

Professeur à l’université du Maine et CEDISCOR-SYLED, université de La Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540