Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre III. Identité collective et exclusion

Omniprésence et impuissance de la Stasi

Gunhild Samson

Résumé

Une police politique tentaculaire et toute puissante peut-elle maîtriser la vie et les pensées de chaque citoyen d’une dictature ? L’exemple de la Stasi en RDA, qui tisse sa toile autour d’un très ordinaire candidat au départ, montre que non. C’est le dossier concernant l’observation d’un jeune libraire de Berlin à partir de 1975 dès sa demande de sortie du territoire, qui fournit la matière de cet article. Sont présentées ici les étapes de l’action de la Stasi basée sur la « collaboration politique opérationnelle » et parallèlement les requêtes (Eingaben) du libraire auprès des autorités. Résultat ? L’homme, pourtant surveillé en permanence, a disparu en 1976 pour reparaître à l’Ouest. Désemparée, la Stasi a continué de nourrir son dossier jusqu’en 1988, espérant, sans succès, découvrir la voie suivie par le fugitif ; un de ces fugitifs qui, en 1989, vont être si nombreux que le système sombrera corps et biens.

Texte intégral

  • 1 Abréviation de Staatssicherheitsdienst, la police politique de la RDA qui était le ministère de la (...)
  • 2 Archiv der Zentralstelle der BStU qui est l’office de la Bundesbeauftragte für die Unterlagen des S (...)
  • 3 BStU AZ, MfS-HA XX, no 11684.
  • 4 Pour la structure du MfS, cf. Jens Gieseke, Die DDR-Staatssicherheit. Schild und Schwert der Partei(...)

1Le 25 août 1986, un habitant de Hambourg, appelons-le « F », écrit au ministère de l’Intérieur de la RDA pour demander, une troisième fois, d’être déchu de sa citoyenneté, la loi stipulant que la déchéance de la citoyenneté de la RDA peut être accordée si la demande en est formulée. Il invoque comme motif de sa demande le fait qu’il habite en RFA depuis dix ans, à savoir depuis juillet 1976. Deux autres requêtes, la dernière datant du 23 juin 1986, étant restées sans réponse, il demande qu’on lui fasse au moins connaître le service administratif compétent. La lettre se termine poliment par des remerciements et des formules de salutation traditionnelles. Elle constitue l’avant-dernier feuillet, la page no 205, d’un dossier de la Stasi1, aux Archives centrales (AZ) de la BstU2 à Berlin. Ce dossier3, dont les pages sont numérotées de 3 à 212 par les services de la BStU, porte le sigle MfS - HA XX, c’est-à-dire celui de la « Hauptabteilung XX », section centrale du MfS chargée de la surveillance « de l’appareil d’État, du champ culturel, des Églises et de l’activité politique souterraine »4.

  • 5 Les Eingaben sont des requêtes ou plaintes dont le statut est réglé par la loi, le Eingabengesetz d (...)
  • 6 La loi sur les archives de la Stasi, le Stasi-Unterlagen-Gesetz (StUG), qui définit les conditions (...)
  • 7 Ces Eingaben proviennent d’un fonds de « matières » (Allgemeine Sachablage) accessible aujourd’hui (...)

2Le dossier de « F », constitué par la Stasi entre 1975 et 1988, est celui d’un « candidat au départ » (« Antragsteller » ; « Ausreisewilliger ») devenu fugitif. Il contient deux types de documents, d’une part, ceux envoyés par « F » à diverses instances et transmis par celles-ci au MfS : demandes de sortie du territoire, lettres de protestation ou requêtes (Eingaben)5, d’autre part, les documents collectés par la Stasi à son encontre : données personnelles provenant du fichier F16 (Personenkartei) et rapports attestant les diverses procédures de surveillance enregistrées dans le fichier F22 (Vorgangskartei). Ces derniers comprennent des rapports d’interrogatoires et d’observation venant de la police judiciaire, des rapports de synthèse élaborés par les officiers de la Stasi, des « plans de mesures », et des organigrammes de synthèse de surveillance. Les copies de ce dossier, dont les données personnelles ont été noircies pour garder l’anonymat selon la loi sur les archives du MfS6, ont été mises à ma disposition par la BStU dans le cadre d’une recherche plus importante sur les Eingaben transmises par diverses instances à la Stasi7, et le rôle qu’elles ont joué dans le système de surveillance du MfS.

  • 8 BPAA : Büro für Pass-und Ausländerangelegenheiten des Ministeriums des Innern (MdI) (Bureau de pass (...)
  • 9 ZPDB : Zentrale Personendatenbank établi en 1980 et détruit en 1990 sur proposition de la « Table r (...)
  • 10 DUG : Datenbank Ungesetzliches Verlassen (Fichier départ illégal).

3La lettre du 25 août 1986 porte en bas de page une annotation manuscrite : « Pour les personnes suivantes, le BPAA8 n’a pas donné son autorisation ? “F”, né le…, sortie illégale du territoire le 22 juillet 1976 ». Aucune réponse n’ayant apparemment été donnée à sa requête, « F » ne fut pas déchu de la citoyenneté de la RDA et ne put donc pas rendre visite à sa famille restée à l’Est, un souhait de visite qui avait probablement motivé sa demande. Deux ans plus tard, un feuillet préimprimé, qui constitue la page no 212, fut ajouté au dossier. Il semble le clore. On apprend par ce formulaire, daté du 18 mai 1988 et émanant de la section HA XX/2, que « F » était inscrit avec des « données d’enregistrement supplémentaires » dans le ZPDB9, le grand fichier central électronique des personnes du MfS, sous la catégorie DUG10, « Départ illégal ». Les « mesures opérationnelles » décidées à son encontre sont confirmées. Étant donné que le dossier s’arrête là, soit parce qu’il est fragmentaire, soit parce qu’aucune mesure n’a été prise par la suite, la personne « F » semble donc avoir été fichée jusqu’au 15 janvier 1990, date de l’occupation des locaux du MfS par les groupes des citoyens. Pour comprendre ce qui a pu motiver le MfS à maintenir la surveillance d’un jeune libraire de Berlin-Est, homme « sans qualités », passé à l’Ouest quatorze ans auparavant, et dont le seul crime avait été de vouloir résister à l’emprise de l’État sur sa vie privée, il faut retracer la constitution de ce dossier depuis le début. Cela nous donnera l’occasion d’aborder, au moins rapidement, les aspects suivants :

  • le mode de collaboration de différentes instances du pouvoir et le déploiement de l’appareil de surveillance de la police populaire et du MfS à l’encontre d’un candidat au départ comme envers tout son entourage ;

  • le contexte de l’époque des années 1970 où les résultats de l’Ostpolitik de Willy Brandt et le processus de la CSCE (Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe) à Helsinki apportent de nouveaux arguments pour les candidats au départ ;

  • les différentes procédures de surveillance.

  • 11 En particulier : Ehrhardt Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949-1989, Bonn, BpB, 1997 (...)
  • 12 P. ex. Alf Lüdtke, Peter Becker (éd.), Akten, Eingaben, Schaufenster. Die DDR und ihre Texte. Erkun (...)

4Le choix du dossier de ce citoyen « ordinaire », qui avait réussi à ne pas se faire embrigader par le Parti et les organisations de masse, mais qui n’était pas non plus engagé politiquement dans un des groupes civiques oppositionnels qui commençaient à se constituer, est motivé par les réflexions suivantes : alors que des écrivains et des opposants ont déjà largement fait connaître leurs dossiers et les persécutions dont ils étaient la cible (Erich Loest, Stefan Heym, Jürgen Fuchs, Hans-Joachim Schädlich, Wolfgang Templin, Vera Wollenberger…) et que les phénomènes d’opposition et de résistance en RDA ont suscité de nombreuses publications11, l’étude du dossier d’une personne « normale » permet d’éclairer plus largement un phénomène qui n’était pas limité à des militants et apporte une contribution à la question du rapport entre pouvoir et vie quotidienne, question qui intéresse en ce moment l’historiographie sur la RDA12.

  • 13 P. ex. Erich Loest pour lequel 31 classeurs de 300 pages environ ont été trouvés à la Stasi de Leip (...)

5Avec ses 212 pages, dont certaines sont manquantes, le dossier de « F » est relativement mince, comparé aux milliers de pages retrouvées par d’autres, écrivains ou opposants13. Il permet cependant de comprendre le fonctionnement de la Stasi et les différentes mesures prises contre une personne dès qu’elle a exprimé une opinion jugée « hostile et négative » (feindlich-negativ). L’histoire de ce jeune libraire qui a voulu s’enfuir à tout prix et a réussi à le faire malgré la surveillance acharnée de la police et de la Stasi, met à jour l’intensité de la pénétration du pouvoir dans la vie quotidienne en RDA. Mais elle renseigne également sur la disproportion entre le but recherché par le pouvoir et un appareil hypertrophié qui révèle ici ses limites. L’impuissance de cette police politique se manifeste lorsque, jusqu’aux dernières pages du dossier, les officiers de la Stasi se demandent avec désarroi quel a bien pu être le parcours de fuite de « F ».

La constitution d’un dossier par la Stasi et la « collaboration politique opérationnelle »

  • 14 « Politisch-operatives Zusammenwirken », Siegfried Suckut (éd.), Das Wörterbuch der Staatssicherhei (...)
  • 15 Cf. annexe no 1, « Suchauftrag », BStU, ZA, MfS-HAXX, no 11684, p. 3.
  • 16 Dorénavant « KD du MfS » pour « MfS-Kreisdienststelle » et « Bln.-W. » pour « Berlin-Weißensee ».
  • 17 La Section centrale HA XII « Renseignement général, fichier » était chargée des fichiers centraux.
  • 18 La Section centrale HA VII « Contre-espionnage, ministère de l’Intérieur et Police » était chargée (...)
  • 19 En fait, compte tenu des dates, il ne peut légalement s’agir ici d’une Eingabe, car une Eingabe ne (...)
  • 20 Bernd Eisenfeld, « Die Ausreisebewegung – eine Erscheinungsform widerständigen Verhaltens », in Ulr (...)

6Dès la lecture des premiers feuillets, le dossier de « F » permet de comprendre comment fonctionnaient les réseaux d’information interconnectés de l’administration civile et du MfS. La « collaboration politique opérationnelle »14 d’instances diverses fut effective dès que la demande de sortie du territoire fut formulée par « F ». En effet, son dossier s’ouvre sur une « demande d’enquête »15 urgente datée du 14 juillet 1975 et venant des services du MfS de l’arrondissement (Kreisdienststelle : KD) de Berlin-Weißensee16. Elle est adressée à la Section centrale HA XII pour une recherche dans le fichier central17 du MfS. L’enquête concerne la personne « F », née le…, travaillant comme « libraire » dans une librairie à Berlin. Motif de l’enquête : demande d’autorisation de mariage avec une personne de la République fédérale. À peine une semaine auparavant, le 8 juillet 1975, « F » avait envoyé sa première demande de départ aux services de l’administration civile de son domicile, le Conseil de l’arrondissement urbain (Stadtrat) de Bln. -W., qui avait donc immédiatement transmis cette demande à la KD du MfS de Bln. -W., laquelle avait lancé une enquête. Et ce n’est que dix jours plus tard, le 24 juillet 1975, que le lieutenant-colonel Friedrich de la Section centrale VII18 du MfS de Groß-Berlin informe la même KD de Bln. -W. qu’une copie de la Eingabe de « F » va être transmise aux Services centraux du MfS en vue de son examen « s ». Le traitement « officiel » de la Eingabe devra s’effectuer « conformément au règlement juridique »19. Pour justifier cette transmission, l’officier se réfère à la lettre du « camarade » ministre du MfS, Erich Mielke, du 6 septembre 1974 où celui-ci transmet très vraisemblablement les instructions du 7 mai 1974 du ministère de l’Intérieur et du chef de la Police selon lesquelles les Conseils des villes et arrondissements sont obligés d’établir des fiches sur tous les candidats au départ refusés et de les transmettre « sans délai » aux KD du MfS, comme aux commissariats de police et au ministère de l’Intérieur20. Dans ce plan d’action de surveillance généralisée, appelé « collaboration politique opérationnelle », toutes les instances communales et étatiques, la police, les entreprises et les organisations de masse doivent fournir des informations au MfS.

7La précipitation des procédures de transmission dans le cas de « F » prouve que le MfS a jugé cette demande dangereuse pour la sécurité de l’État : le comportement ou le ton « hostile et négatif » envers l’État était considéré comme le critère décisif. À partir de ce moment, toutes ses demandes de départ réitérées, ses requêtes et lettres de protestation, envoyées à de multiples instances comme à Erich Honecker lui-même, au Magistrat de Berlin, à la Commission des Eingaben du Conseil des ministres, au ministre de l’Intérieur, seront automatiquement ajoutées à son dossier à la Kreisdienststelle du MfS de Berlin-Weißensee. « F » se retrouve ainsi pris dans les filets du MfS ; il le restera même après son installation à l’Ouest et n’en sortira que suite aux événements de 1989-1990.

Le contexte des années 1970 et les « mouvements de départ »

  • 21 B. Eisenfeld, op. cit., 1995 b, p. 192.
  • 22 Le nombre exact de victimes est difficile à évaluer. Selon des statistiques récentes de la Arbeitsg (...)
  • 23 Jahresanalyse der Zentralen Koordinierungsgruppe (ZKG) des MfS für das Jahr 1976 vom 24.1.1977 ; BS (...)
  • 24 B. Eisenfeld, op. cit., 1995 b, p. 202.
  • 25 B. Eisenfeld, op. cit., 1995 a, p. 16.
  • 26 Strafgesetzbuch der DDR. http://de.wikipedia.org/wiki/Strafgesetzbuch.

8La demande de départ de « F », déposée en août 1975, s’inscrit dans un mouvement général de demandes de sortie du territoire qui débute avec la politique de détente de Willy Brandt et les négociations entreprises dans le cadre du processus de la CSCE à Helsinki. En 1960, le nombre de personnes réfugiées à l’Ouest avait atteint son point culminant avec 200 000 départs, contraignant ainsi les autorités de la RDA à fermer la frontière de Berlin21. Depuis la construction du Mur le 13 août 1961, la population était enfermée ; gagner l’Ouest présentait de tels risques22 que le nombre des réfugiés s’est effondré. En revanche, à partir des années 1970, grâce à la politique de détente Est-Ouest menée par Brejnev et Nixon, l’espoir de pouvoir quitter le pays était revenu. Après le traité fondamental de reconnaissance mutuelle entre la RFA et la RDA, signé le 21 décembre 1972 à Berlin-Est, les contacts se multiplièrent du fait de l’assouplissement des « voyages pour visite » accordés dans les deux sens. Mais c’est surtout après l’ouverture en juillet 1973 des négociations de la CSCE à Helsinki que les demandes de sortie légale augmentèrent considérablement. Elles firent un bond spectaculaire de près de 55 % entre 1975 et 1976 passant de 13 000 à 20 00023 suite à la signature de l’Acte final le 1er août 1975. Pour la première fois, les citoyens pouvaient appuyer leur demande sur des textes officiels et s’en servir dans leur argumentation. En effet, le texte complet de l’Acte final, qui avait même paru dans le journal du parti Neues Deutschland, stipule « la coopération dans le domaine des droits de l’homme » et « le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction ». À partir de là, le nombre de demandeurs ne fléchit plus, atteignant 100 000 en 1987 et 125 000 pour les six premiers mois de 198924. La réaction du SED, du gouvernement et du MfS pour contrer ce mouvement fut vigoureuse : elle commença par les instructions de Mielke en 1974, suivies en 1976 par la création d’un « Groupe central de coordination »25 chargé de coordonner la lutte contre les mouvements de fuite et les candidats au départ. En octobre 1976, Mielke annonça que toute demande de départ se référant à l’Acte final de Helsinki serait à refuser d’emblée. Et, pour empêcher toute contestation, Willy Stoph, le président du Conseil des ministres, stipula dans une ordonnance ajoutée au décret du 8 mars 1977 et demeurée secrète que les lettres de protestation contre le refus d’une demande de départ sous forme de Eingaben ne seraient plus à considérer comme des Eingaben et ne devraient, par conséquent, plus recevoir de réponse comme auparavant. Toutes les demandes de départ furent déclarées contraires à la loi ; les demandeurs étaient criminalisés et pouvaient être menacés de poursuites et emprisonnés, soit selon le § 106 du Code pénal26 pour « Calomnies envers l’État » (« Staatsfeindliche Hetze ») s’ils exprimaient publiquement des opinions divergentes, soit selon le § 100 pour « Relations hostiles à l’État » (« Staatsfeindliche Verbindungen ») s’ils prenaient contact avec des organisations des Droits de l’homme à l’Ouest, soit encore selon le § 213 « Franchissement illégal de la frontière » (« Ungesetzlicher Grenzübertritt »), s’ils tentaient de s’enfuir. Une tentative ayant échoué était normalement punie de dix-huit mois de prison et de l’interdiction de poursuivre aucune étude supérieure.

Les arguments avancés par « F »

  • 27 BStU AZ, MfS-HA XX, no 11684, p. 20-21.

9Dans ses demandes et requêtes, « F » se réfère, comme la plupart des candidats au départ de cette époque, aux droits fondamentaux engageant les États signataires de l’Acte final de Helsinki. Le 21 juillet 197627, par exemple, il réitère sa demande initiale et cite le texte intégral de la partie VII de l’Acte final :

Depuis quelque temps je suis fiancé avec une citoyenne de la RFA. Nous avons l’intention de nous marier en RFA et de nous y installer. On ne peut nous contester ce choix qui concerne notre propre vie étant donné que la RDA a également signé l’Acte final de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) et donc également la partie VII qui précise : « Les États participants reconnaissent l’universalité des droits de l’homme et des libertés fondamentales, dont le respect est un facteur essentiel pour la paix. […] Les États signataires examineront avec bienveillance et en se fondant sur des considérations humanitaires les demandes d’autorisation de sortie et d’entrée présentées par des personnes qui ont décidé d’épouser un citoyen d’un autre État participant ».
Votre « bienveillance » se limiterait-elle à refuser mes demandes d’être déchu de la citoyenneté, demandes justifiées selon la loi sur la citoyenneté de la RDA du 20 février 1967, § 10, alinéa 1, ou bien à repousser constamment la décision sans aucune raison ? !

10À côté de ces arguments humanitaires, « F » invoque des arguments politiques qui expriment son manque de loyauté envers l’État et dont la formulation est si véhémente qu’ils attirent immédiatement l’attention de la Stasi :

  • 28 Soulignements dans le texte, soit de la main de « F », soit de la main des officiers de la Stasi.

À mes motifs personnels s’ajoutent mes motifs politiques, les uns étant liés aux autres ! Je suis d’avis que cet État réduit ses citoyens au silence en leur refusant le choix politique le plus important, celui de pouvoir choisir entre deux systèmes politiques. Par un système de surveillance générale, par le Mur, les barbelés et l’ordre de tirer, les citoyens sont empêchés de quitter cet État. La mainmise idéologique sur les lieux de travail et dans la vie publique ne cesse de croître. Le but en est une uniformisation des esprits. La propagation de l’idée d’une prétendue « Nation » de la RDA va dans le même sens. Je suis Allemand et j’en suis fier, mais je ne voudrais pas faire partie de cette « Nation ». Je considère que la citoyenneté de la RDA m’a été imposée. Faut-il qu’elle ait si peu de valeur pour qu’il faille me l’imposer ! Je ne peux voir dans mon cas la moindre raison valable28.

  • 29 B. Eisenfeld, op. cit., 1995b, p. 196.

11« F » reprendra ces mêmes arguments invariablement dans les sept nouvelles demandes de départ et Eingaben formulées entre janvier et mars 1976, accusant le gouvernement de manquement à ses engagements et le fustigeant pour le refus de sa demande et l’absence de réponse. Pour la Stasi, il fera dorénavant partie des candidats au départ « récalcitrants et obstinés » dont elle se méfie beaucoup et qui, selon les cas, seront emprisonnés pour « Calomnies envers l’État », ou bien autorisés à partir selon un règlement top secret qui stipulait qu’un citoyen dont le comportement constituait un danger pour l’État pouvait être déchu de sa citoyenneté et expulsé pour des raisons « politiques opérationnelles »29.

Les procédures de surveillance

12Le dossier de « F » est constitué de divers documents qui correspondent aux phases successives de sa surveillance par le MfS. La première phase de surveillance active, décrite dans les pages 3-72, commence par la demande d’enquête à son sujet et comprend la période qui va de l’envoi de sa première demande de départ le 8 juillet 1975 à son évasion le 19 juillet 1976. Dès le début, une enquête de la police judiciaire de Berlin-Weißensee est lancée et « F » est espionné quasi quotidiennement chez lui et à son travail. Toutes les personnes le connaissant de près ou de loin sont interrogées pour connaître ses opinions. Ses rencontres avec ses parents, ses amis et son entourage sont épiées pour savoir s’il fait partie d’un « groupement ». Lui et tout son entourage sont mis sur écoute. Il est convoqué à la police judiciaire pour une « discussion préventive » dans le but de connaître ses motivations et d’obtenir de lui qu’il retire sa demande. Des renseignements sont pris au sujet de sa fiancée de RFA pour savoir si le mariage prévu ne serait pas un prétexte. On lui fait savoir qu’il est menacé du § 213 du Code pénal pour « franchissement illégal de la frontière » s’il tente de s’enfuir. Dans les rapports régulièrement élaborés par des officiers de la Stasi de Berlin-Weißensee les propos toujours répétés « hostiles et négatifs » de « F » sont repris et soulignés, les actions entreprises sont résumées, d’autres plans d’actions sont proposés. Finalement, toutes ces mesures pour empêcher à tout prix « F » de s’enfuir sont vaines. Le 19 juillet 76 il est signalé comme absent de son lieu de travail.

  • 30 Cf. annexe II, le schéma de mise sur écoute de toutes les personnes de l’entourage de « F » en Répu (...)
  • 31 Fin décembre 1988, le MfS comptait 173 000 IM ou Inoffizielle Mitarbeiter. Ces IM étaient chargés d (...)

13La deuxième phase de surveillance active, décrite dans les pages 73-180, débute par le signalement le 28 juillet 1976 d’un appel téléphonique à sa mère le 22 juillet 1976 à partir de Berlin-Ouest et couvre la période jusqu’à août 1977. La surveillance de « F » s’étant soldée par un échec, la préoccupation principale de la Stasi est dorénavant de prévenir et d’endiguer d’autres fuites. Pour cela, ses investigations doivent mener à l’éclaircissement du « parcours de fuite » de « F » et à l’identification de ses « complices » éventuels. Dans ce but, est mis en place le contrôle généralisé de la correspondance de « F » qui est alors à Berlin-Ouest ou à Hambourg, et la mise sur écoute de toutes les personnes avec lesquelles il est en relation30, aussi bien à l’Ouest qu’en RDA, car son influence sur des personnes « restées dans le pays » (« Rückverbindungen ») pourrait être néfaste. Un IM, « collaborateur officieux »31, probablement un ami artisan ou artiste qui avait effectué un ouvrage pour lui, est chargé de maintenir le contact avec lui pour connaître ses activités et obtenir des informations sur les personnes qu’il fréquente à l’Ouest. Cette phase se termine par un long rapport de douze pages signé par le lieutenant Ratzinger de la KD du MfS de Bln. -W. résumant encore les expressions les plus virulentes de « F » trouvées dans ses Eingaben ainsi que toutes les actions entreprises par la Stasi à son égard et envers son entourage. Une proposition de « traitement » (« Bearbeitung ») de « F » clôt cette partie. Elle prévoit l’ouverture d’un « contrôle opérationnel de la personne » (operative Personenkontrolle : OPK), qui a pour objet d’éclaircir enfin son parcours de fuite et d’identifier ses complices éventuels.

14En ce qui concerne les années 1986 à 1988, qui constituent en quelque sorte une troisième phase de surveillance passive, le dossier ne compte que les trois dernières pages qui confirment les mesures de contrôle. Le dossier s’arrêtant là, deux hypothèses sont possibles : soit la Stasi a abandonné ses poursuites, soit le dossier est incomplet.

  • 32 Bernd Eisenfeld, 1995 b : « Die Ausreisebewegung – eine Erscheinungsform widerständigen Verhaltens  (...)

15Ce récit d’une surveillance qui a échoué illustre bien une certaine impuissance de la Stasi. Empêtrée dans un appareil hypertrophié, croulant sous des masses de papiers, elle n’a pas réussi à empêcher la fuite d’un individu sans importance particulière. Celui-ci a tout simplement résisté à sa manière à l’emprise du pouvoir. Il a osé utiliser, dans des textes semi-officiels adressés aux institutions, où les preuves de loyauté sont de mise, un langage d’une véhémence inhabituelle, s’est obstiné dans ses demandes de départ et a finalement réussi à échapper à l’omniprésence du système de surveillance en trouvant un parcours de fuite qui, au grand dam de la Stasi, n’a jamais pu être élucidé. Ainsi, le mouvement des candidats au départ, marqué par l’hostilité envers l’État socialiste et la volonté de ne faire aucune concession, peut être considéré comme une autre forme de résistance32. Le « vote avec les pieds », se traduisant par une fuite massive en été 1989, aura assurément contribué à déstabiliser le système qui s’effondrera avec la chute du Mur.

Annexes

Annexe I
Demande d’enquête, datée du 14 juillet 1975, concernant « F », adressée par les services du MfS de l’arrondissement de Berlin-Weißensee à la Section centrale HA XII du MfS pour une recherche dans le fichier central. Motif : demande d’autorisation de mariage. BStU, ZA, MfS-HAXX, no 11684, p. 3. Avec l’aimable autorisation de la BStU.

Annexe II
L’organigramme résumant la mise sur écoute de toutes les personnes de l’entourage de « F ». Les numéros au-dessous des noms noircis indiquent les pages du dossier où leurs conversations ont été retranscrites. Il fait partie d’un rapport général de surveillance daté du 5 août 1977. BRD = Bundesrepublik Deutschland : RFA ; WB = Westberlin : Berlin-Ouest ; Schweiz : Suisse ; DDR-Bürger : citoyen de la RDA ; telefon. Verbindung : communication téléphonique. BStU, ZA, MfS-HAXX, no 11684, p. 179. Avec l’aimable autorisation de la BStU.

Notes

1 Abréviation de Staatssicherheitsdienst, la police politique de la RDA qui était le ministère de la Sécurité d’État (Ministerium für Staatssicherheit : MfS), « l’épée et le bouclier du parti » (« Schild und Schwert der Partei »).

2 Archiv der Zentralstelle der BStU qui est l’office de la Bundesbeauftragte für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR, l’administration chargée des archives du MfS, vouées à la destruction par ses officiers en 1989-1990, mais sauvées en grande partie grâce à l’initiative des groupes civiques.

3 BStU AZ, MfS-HA XX, no 11684.

4 Pour la structure du MfS, cf. Jens Gieseke, Die DDR-Staatssicherheit. Schild und Schwert der Partei, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2000, p. 55.

5 Les Eingaben sont des requêtes ou plaintes dont le statut est réglé par la loi, le Eingabengesetz du 19 juin 1975. Elles pouvaient être adressées à toutes les institutions étatiques et communales, aux instances du parti et des entreprises. Ces instancesétaient en principe obligées de répondre à une Eingabe dans un délai de 4 semaines. Voir Gunhild Samson, « “Wie kann man da noch Vertrauen haben zu unserem Staat?” Akzeptanz und Widerspruch in Eingaben », in Stéphanie Benoist, Laurent-Gautier, Marie-Geneviève Scherrer (éd.), Politische Konzepte in der DDR: zwischen Diskurs und Wirklichkeit, Frankfurt am Main, Peter Lang, à paraître.

6 La loi sur les archives de la Stasi, le Stasi-Unterlagen-Gesetz (StUG), qui définit les conditions d’accès aux dossiers, a été adoptée par le Bundestag le 20 décembre 1991.

7 Ces Eingaben proviennent d’un fonds de « matières » (Allgemeine Sachablage) accessible aujourd’hui grâce à une banque de données (Sachaktenerschließung) permettant des recherches par thèmes et, le cas échéant, sur les dossiers personnels correspondants. Il contient des documents trouvés épars en 1989-1990 dans les services en activité, les Diensteinheiten, collectés par les archivistes de la BStU et traités électroniquement depuis 1998. Sur les 61 500 mètres linéaires (m. l.) trouvés en 1989-1990 dans ces services, 47 000 m. l. avaient déjà été traités en 2007. Ce fonds ne doit pas être confondu avec celui des documents archivés déjà du temps de la RDA et contenant 112 000 m. l. Site Internet : http://www.bstu.bund.de/Archive/Ueberlieferungslage-Erschliessung.

8 BPAA : Büro für Pass-und Ausländerangelegenheiten des Ministeriums des Innern (MdI) (Bureau de passeports et affaires pour étrangers). Toutes les abréviations sur le site Internet : www.bstu.bund.de/Abkuerzungsverzeichnis.

9 ZPDB : Zentrale Personendatenbank établi en 1980 et détruit en 1990 sur proposition de la « Table ronde ».

10 DUG : Datenbank Ungesetzliches Verlassen (Fichier départ illégal).

11 En particulier : Ehrhardt Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949-1989, Bonn, BpB, 1997 et Agnès Bensussan, « Opposition et répression en RDA dans les années 1970 et 1980 », Allemagne d’aujourd’hui, no 169, 2004, p. 67-83 (avec une bibliographie détaillée).

12 P. ex. Alf Lüdtke, Peter Becker (éd.), Akten, Eingaben, Schaufenster. Die DDR und ihre Texte. Erkundungen zu Herrschaft und Alltag, Berlin, Akademie-Verlag, 1997 ; Clemens Vollnhals, Jürgen Weber (éd.), Der Schein der Normalität. Alltag und Herrschaft in der SED-Diktatur, München, Olzog, 2002.

13 P. ex. Erich Loest pour lequel 31 classeurs de 300 pages environ ont été trouvés à la Stasi de Leipzig : Erich Loest, Die Stasi war mein Eckermann oder Mein Leben mit derWanze, Göttingen, Steidl, 1991, p. 11.

14 « Politisch-operatives Zusammenwirken », Siegfried Suckut (éd.), Das Wörterbuch der Staatssicherheit. Definitionen zur politisch-operativen Arbeit, Berlin, Links-Verlag, 2001, p. 428.

15 Cf. annexe no 1, « Suchauftrag », BStU, ZA, MfS-HAXX, no 11684, p. 3.

16 Dorénavant « KD du MfS » pour « MfS-Kreisdienststelle » et « Bln.-W. » pour « Berlin-Weißensee ».

17 La Section centrale HA XII « Renseignement général, fichier » était chargée des fichiers centraux.

18 La Section centrale HA VII « Contre-espionnage, ministère de l’Intérieur et Police » était chargée d’empêcher les évasions (Republikflucht) et de poursuivre les « demandeurs illégaux de sortie » (« rechtswidrige Antragsteller »). Cf. Bernd Eisenfeld, Die Zentrale Koordinierungsgruppe (ZKG), Bekämpfung von Flucht und Übersiedlung, MfS-Handbuch, Teil III/7, Berlin, BStU, 1995, p. 16 (cité : B. Eisenfeld, 1995 a).

19 En fait, compte tenu des dates, il ne peut légalement s’agir ici d’une Eingabe, car une Eingabe ne peut être formulée qu’après le refus d’une demande, qui n’est intervenue pour « F » que le 26 août 1975.

20 Bernd Eisenfeld, « Die Ausreisebewegung – eine Erscheinungsform widerständigen Verhaltens », in Ulrike Poppe, Rainer Eckert, Ilko-Sascha Kowalczuk (éd.), Zwischen Selbstbehauptung und Anpassung. Formen des Widerstandes und der Opposition in der DDR, Berlin, Links, 1995, p. 192-223 (cité : Eisenfeld 1995 b), ici p. 195.

21 B. Eisenfeld, op. cit., 1995 b, p. 192.

22 Le nombre exact de victimes est difficile à évaluer. Selon des statistiques récentes de la Arbeitsgemeinschaft 13. August, il s’élèverait pour la période 1961-1989 à 728 tués à la frontière (mur et frontière verte). Le nombre de procès pour « fuite » ou « départ illégal » s’élèverait à 110 000 et le nombre de condamnations à des peines de prison pour « tentative de fuite » à 71 000. Hans Hermann Hertle, Gerhard Sälter, « Die Todesopfer an Mauer und Grenze », Deutschland Archiv, no 39, avril 2006, p. 672 et 676.

23 Jahresanalyse der Zentralen Koordinierungsgruppe (ZKG) des MfS für das Jahr 1976 vom 24.1.1977 ; BStU, ZA, ZKG 2164, S. 25, cité d’après Bernd Eisenfeld, « Flucht und Ausreise – Erkenntnisse und Erfahrungen », in Clemens Vollnhals, Jürgen Weber (éd.), Der Schein der Normalität. Alltag und Herrschaft in der SED-Diktatur, München, Olzog, 2002, p. 341-372, ici p. 326.

24 B. Eisenfeld, op. cit., 1995 b, p. 202.

25 B. Eisenfeld, op. cit., 1995 a, p. 16.

26 Strafgesetzbuch der DDR. http://de.wikipedia.org/wiki/Strafgesetzbuch.

27 BStU AZ, MfS-HA XX, no 11684, p. 20-21.

28 Soulignements dans le texte, soit de la main de « F », soit de la main des officiers de la Stasi.

29 B. Eisenfeld, op. cit., 1995b, p. 196.

30 Cf. annexe II, le schéma de mise sur écoute de toutes les personnes de l’entourage de « F » en République fédérale (BRD), à Berlin-Ouest (WB), en RDA (DDR) et en Suisse (Schweiz). Les numéros au-dessous des noms noircis indiquent les pages du dossier où leurs conversations ont été retranscrites.

31 Fin décembre 1988, le MfS comptait 173 000 IM ou Inoffizielle Mitarbeiter. Ces IM étaient chargés d’espionner toutes les personnes soupçonnées d’activités « hostiles », en particulier les opposants et les candidats au départ. Gieseke, op. cit., p. 54.

32 Bernd Eisenfeld, 1995 b : « Die Ausreisebewegung – eine Erscheinungsform widerständigen Verhaltens », in Poppe, Eckert, Kowalczuk, op. cit., cf. n. 20.

Table des illustrations

Légende Annexe IDemande d’enquête, datée du 14 juillet 1975, concernant « F », adressée par les services du MfS de l’arrondissement de Berlin-Weißensee à la Section centrale HA XII du MfS pour une recherche dans le fichier central. Motif : demande d’autorisation de mariage. BStU, ZA, MfS-HAXX, no 11684, p. 3. Avec l’aimable autorisation de la BStU.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/8019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Annexe IIL’organigramme résumant la mise sur écoute de toutes les personnes de l’entourage de « F ». Les numéros au-dessous des noms noircis indiquent les pages du dossier où leurs conversations ont été retranscrites. Il fait partie d’un rapport général de surveillance daté du 5 août 1977. BRD = Bundesrepublik Deutschland : RFA ; WB = Westberlin : Berlin-Ouest ; Schweiz : Suisse ; DDR-Bürger : citoyen de la RDA ; telefon. Verbindung : communication téléphonique. BStU, ZA, MfS-HAXX, no 11684, p. 179. Avec l’aimable autorisation de la BStU.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/8019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

Auteur

Maître de conférences à l’Institut d’allemand d’Asnières de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 jusqu’en 2006. Ses recherches portent sur la linguistique allemande, en particulier la linguistique textuelle et l’analyse du discours de la RDA. Actuellement, elle étudie les requêtes de citoyens (Eingaben) comme révélateurs du système de surveillance policier de la RDA.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540