Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre III. Identité collective et exclusion

Du silence comme coup de pied dans la fourmilière : Karl Kraus face au champ intellectuel en exil (1933-1934)

Valérie Robert

Résumé

Rompant avec la représentation d’une union sacrée des intellectuels allemands et plus largement germanophones contre l’ennemi commun, Karl Kraus n’a pas été tendre avec les intellectuels exilés, les traitant entre autres de « racaille intellectuelle ». Les rapports entre les exilés et Kraus sont marqués par une hostilité réciproque de plus en plus explicite, suite à un « silence » puis des textes de Kraus qui mettent au jour, par la provocation, les règles tacites de ce que l’on peut appeler le champ intellectuel en exil.

Texte intégral

1L’année 1933 voit, immédiatement après la nomination de Hitler comme Chancelier, une réorganisation du champ intellectuel en Allemagne qui ne touche pas seulement les intellectuels de nationalité allemande, mais aussi tous ceux, qu’ils se trouvent à Vienne, Prague ou Berlin, qui faisaient partie de ce champ et se retrouvent exclus de la sphère publique en Allemagne, doivent renoncer à vivre ou publier en Allemagne après janvier 1933, et que j’englobe dans la désignation générique d’« exilés ».

2On peut considérer que se met alors en place hors d’Allemagne, et par-delà les frontières des différents pays d’accueil, un champ intellectuel en exil structuré entre autres par ses journaux, ses maisons d’édition. Ce champ se caractérise par sa forte hétéronomie, au sens où le résultat des luttes politiques pèse fortement sur les rapports de force internes et où l’intégration à la communauté est liée à la prise de position explicite contre le nouveau régime.

3L’activité des exilés consiste d’abord, entre autres, à se compter. Les textes parus durant les premiers mois de 1933 dans la presse de l’exil constituent une cartographie du nouveau paysage intellectuel. Le critère géographique dedans/dehors se voit inversé pour établir l’opposition entre intellectuels « renégats » ayant trahi l’esprit car s’accommodant du nouveau régime, et « véritables » intellectuels, exilés faisant partie du champ. Ce discours d’exclusion des « traîtres » connaît plusieurs phases : la première est celle de l’exhortation à prendre position, en menaçant d’une relégation dans l’extérieur du champ, dans un « là-bas » qui est autant géographique que symbolique. La seconde phase est celle de l’exclusion proprement dite.

  • 1 Cf. Valérie Robert, Partir ou rester ? Les intellectuels allemands devant l’exil 1933-1939. Paris, (...)

4Après la prise de position en faveur du nouveau régime, en mai 1933, du poète Gottfried Benn, la presse de l’exil voit s’accumuler, jusqu’en 1934-1935, les textes appelant les intellectuels à se ranger du bon côté ou constatant des Karl Kraus face au champ intellectuel en exil (1933-1934) désertions1. Chacun de ces textes contribue également à la constitution d’une nouvelle identité collective par un discours commun, par un rituel d’intégration voire d’allégeance aux nouvelles règles du champ. Ils établissent une frontière symbolique étanche entre deux camps opposés.

5Ce discours est simplificateur : il présuppose en effet que chacun peut être classé dans l’un ou l’autre camp, et ignore les possibles nuances et zones d’ombre. Ceci s’explique par les conditions historiques particulières dans lesquelles il émerge, tout particulièrement par le besoin de règles claires pour supporter la perte de repères qu’implique l’exil. De plus, la plupart des exilés ne s’intègrent que peu dans leur pays d’accueil, ne serait-ce que pour des raisons linguistiques : pour la plupart, exister en exil, c’est exister dans le champ intellectuel, un espace symbolique qui se voit surinvesti.

6L’intransigeance et la rupture deviennent un comportement dominant, associé à la création d’un nouveau « nous », un pronom omniprésent. Ainsi, communistes et intellectuels « bourgeois » condamnent de manière parallèle les « traîtres » au nom d’une même valeur, la défense de l’esprit et de la culture, qui devient un mot d’ordre fédérateur permettant un rapprochement entre différents groupes d’intellectuels jusque-là distants voire antagonistes, rapprochement qui cache toutefois une domination des plus politisés, qui pratiquent le plus et depuis le plus longtemps ce type de discours et le posent en modèle.

7Ce discours fait appel à tout un arsenal de techniques typiquement krausiennes (usage de la citation comme document d’une auto-disqualification, champ sémantique du suicide, contraste entre discours et réalité), qui semblent faire partie de la mémoire discursive des exilés et qui font de Kraus, chez qui la disqualification d’un individu considéré comme ayant trahi l’esprit est un topos omniprésent, un inspirateur muet – ce qui jouera un rôle dans sa réaction.

8Parallèlement à ce discours qui se met en place et que, en grand lecteur de la presse, il connaît, Kraus lui-même reste silencieux après janvier 1933, et ce neuf longs mois durant. Pourtant, les attentes sont grandes à son égard : la plupart des exilés espèrent un numéro de Die Fackel qui prenne position contre le national-socialisme et tourne celui-ci en ridicule. C’est dans ce contexte que Kraus rédige différents textes, dont la chronologie diffère de leur ordre de parution.

  • 2 Sur la genèse et le destin de ce texte, cf. Jacques Bouveresse, « “Et Satan conduit le bal…” Kraus, (...)

9Durant l’été 1933, Karl Kraus rédige Dritte Walpurgisnacht (Troisième nuit de Walpurgis), un texte fleuve qui devait constituer le numéro 888 de la Fackel, mais qu’il renonce finalement à faire paraître2, et dont il ne publiera que des extraits en juillet1934, intégrés dans un nouveau texte au titre paradoxal « Warum die Fackel nicht erscheint » (« Pourquoi la Fackel ne paraît pas »), qui constitue les 315 pages du numéro 890-905. Mais avant cela, il y avait eu deux numéros de la Fackel. Dans le numéro 888, paru en octobre 1933, on ne trouve finalement, à part un hommage posthume à Adolf Loos, que le poème suivant, qui ne porte pas de titre et que l’on désigne le plus souvent par ses premiers mots :

10Man frage nicht :

Que l’on ne demande pas ce que j’ai fait tout ce temps.
Je reste muet ;
et ne dis point pourquoi.
Et le silence se fait, alors que la terre a retenti du vacarme.
Pas un mot qui ait été juste ;
on ne parle qu’ en dormant.
Et rêve d’un soleil qui rirait.
Cela passe ;
après, cela n’avait pas d’importance.
Le Verbe s’est endormi lorsque ce monde-là s’est éveillé.

11Ce poème suscitera de nombreuses réactions, dont Kraus publie un florilège le 23 juillet 1934 dans le numéro 889, qui ne contient que ces textes, et qui est immédiatement suivi du numéro 890-905.

12La connaissance du discours des exilés est très importante pour comprendre ces textes de Kraus, discours que, dès Dritte Walpurgisnacht, Kraus décrit de manière très pertinente. Dans Man frage nicht, il s’en démarque, mais de façon plus allusive.

  • 3 Die Fackel, no 404, 1914, p. 1-19.

13Ce jeu très sérieux avec la parole et la non-parole, parler pour dire que l’on se tait, n’était pas nouveau chez Kraus, il en avait déjà usé en novembre 1914 dans son célèbre discours « In dieser großen Zeit »3 (« En cette grande époque »). Kraus restait donc fidèle à ses principes énoncés alors : lorsque le discours public est envahi par l’excitation et par des formules figées qui brouillent la réalité et les priorités, mieux vaut se taire quelque temps – tout en signalant ce silence, qui a bien quelque chose à dire puisqu’il vaut aussi critique. Ce poème n’aurait donc pas dû surprendre ou choquer des exilés familiers de Kraus, si ce n’est que, dans ce nouveau contexte, il était une manière de mettre en question la doxa qui était en train de s’établir, il représentait un piège, une sorte de chiffon rouge qui n’allait pas manquer de faire son effet.

  • 4 « Seid ohne Illusionen! », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 3, 1er juin 1933, p. 2.
  • 5 « Nachruf auf Karl Kraus », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 19, 26 novembre 1933, p. 5.

14Par ses variations sur le thème du silence, Kraus avait touché le point névralgique du discours des exilés, chez qui l’opposition silence/parole était constitutive, autour du concept central du « devoir de parler » (Redepflicht est le titre d’un texte de Friedrich Torberg paru dans la Wiener Weltbühne le 17 mars 1933). Il fallait tout d’abord parler pour se faire reconnaître, explicitement, comme membre de l’une ou l’autre des communautés, dedans ou dehors ; et le silence lui aussi était interprété comme une prise de position, selon l’oxymore « un silence parlant ». Il y a certes eu débat, par exemple dans les colonnes du Gegen-Angriff, à ce sujet. Franz Höllering constatait ainsi qu’on ne pouvait comprendre d’emblée comme une prise de position pour Hitler un silence qui pouvait n’être « rien d‘autre que l’expression d’une épouvante qui n’a pas encore trouvé de langage »4. Mais la ligne générale était plutôt celle de l’interdiction du silence, interdiction à laquelle Kraus s’attaqua de front, suscitant des réactions allant précisément dans le sens de l’obligation de parler : « Il reste muet et ne dit pas pour quelle raison ? – Le fait même nous suffit » écrivit Wilhelm Koenen alias Arnold5.

  • 6 23 juin et 30 juin 1934.
  • 7 « Rede auf dem PEN-Club-Kongreß in Ragusa », Die Neue Weltbühne, Jg. 29, no 24, 15 juin 1933, p. 74 (...)
  • 8 11 avril 1933, cité par Hermann Haarmann, « Wie deutsche Schriftsteller und Publizisten aus dem Exi (...)

15Parler, c’était aussi parler pour agir contre le régime. « Personne n’a le droit de se taire plus longtemps » (Niemand darf länger schweigen) était un slogan cher au Gegen-Angriff6. En juin 1933, Ernst Toller déclarait : « Si l’on croit au pouvoir de la parole, et en tant qu’écrivains nous y croyons, on n’a pas le droit de se taire »7. Ce que Kraus exprime dans son poème, c’est précisément l’inadéquation de cette arme – rejoignant ainsi un Tucholsky qui, dans une lettre à Hasenclever, expliquait que « rester silencieux, se taire » était la seule attitude adéquate : « Cela ne sert à rien d’engueuler un océan »8.

  • 9 Cf. n. 5.

16Mais Kraus va plus loin, puisqu’il revendique son silence et ne l’explique pas, ce qui revient à refuser de lutter et donc de faire partie de la communauté, ce que Koenen exprime ainsi : « Que l’on ne lui demande pas ce qu’il a fait tout ce temps ? – Il n’a pas participé à ce que faisaient les autres, voilà ce qu’il a fait »9.

  • 10 « Anmerkung der Redaktion zu Botho Laserstein: “Lanze für Karl Kraus” », Der Gegen-Angriff, Jg. I, (...)
  • 11 « Karl Kraus berichtigt », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 3, 21 janvier 1934, p. 8.

17Le consensus n’est pas seulement qu’on n’a pas le droit de se taire ; ce que l’on doit dire et comment on le dit est aussi en train d’être fixé. L’enjeu des luttes internes au champ intellectuel exilé en train de se constituer est justement aussi la domination de l’ordre du discours, qui à son tour signale la place de chacun dans le champ, ou à l’extérieur : « Mais nous maintenons ce que nous avons dit : quiconque se tait aujourd’hui s’est exclu de la communauté des combattants. On ne peut pas protester par le silence, même de manière insuffisante »10. Bien sûr, le silence et la parole de Kraus n’en sont pas vraiment, c’est d’ailleurs ce que souligne le Gegen-Angriff, après que Kraus l’a attaqué en justice pour une virgule manquant dans sa reproduction du poème : « Le mutisme ne se rapporte qu’au combat contre le fascisme. Quand il s’agit d’une virgule, Karl Kraus n’est pas muet »11. C’est précisément le caractère véritablement parlant de son silence qui provoque de la part des exilés une explicitation des règles du champ, faisant apparaître au passage le caractère rigide de celles-ci. Seule une certaine parole peut être prise en compte ; or c’est précisément celle que pratiquent ceux qui émettent ce jugement, s’attribuant ainsi légitimité et position dominante.

  • 12 « Redepflicht », Wiener Weltbühne, 17 mars 1933, p. 331.

18Alors que Torberg avait attaqué les silencieux par : « Ils ont tous l’air au moins de croire qu’on ne leur demande rien. Mais c’est faux »12, Kraus refuse à quiconque le droit de lui poser une question et refuse également de donner à celle-ci la réponse attendue. Il sort de l’alternative parler ou se taire, et ce de manière provocatrice, en parlant pour se taire. Mettant ces deux pôles en relation l’un avec l’autre de manière dialectique, il prend les exilés à leur propre jeu en montrant que cette alternative n’a pas de sens. Il ne fait pas qu’exprimer son désarroi, il attaque aussi un discours dominant et le consensus qui fonde le champ exilé. Ce faisant, il se place dans la ligne de mire des plus politisés, qui s’empressent de le classer du côté des traîtres.

  • 13 Parus en 1934 dans un recueil collectif en l’honneur de Kraus pour son 60e anniversaire, Stimmen üb (...)
  • 14 Botho Laserstein, « Lanze für Karl Kraus », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 22, 17 décembre 1933, p. 7

19Dans le détail, certaines des (nombreuses) réactions au poème de Kraus sont nuancées, avant que le Gegen-Angriff n’accapare le discours sur Kraus en le radicalisant. Rares sont ceux qui ont compris que parler hors des rails n’équivalait pas simplement à ne pas parler : c’est le cas de Bertolt Brecht, dans un poème qui n’est pas paru dans la presse de l’exil, intitulé « Über die Bedeutung des zehnzeiligen Gedichts in der 888. Nummer der Fackel (Oktober 1933) »13 (« Sur la signification du poème de dix lignes dans le numéro 888 de la Fackel [octobre 1933] »). Mais ce poème, s’il s’inscrit en faux contre le discours dominant, ne le fait pas vraiment publiquement, au contraire par exemple de Botho Laserstein qui tente en vain de faire entendre un point de vue modéré : « Le numéro de 4 pages de la Fackel, après un long silence, n’est-il pas une protestation, même Karl Kraus face au champ intellectuel en exil (1933-1934) si elle est insuffisante ? […] vu la valeur qu’il accorde à la parole, alors c’est une manière d’exprimer la protestation »14.

  • 15 Verneau, Lucien (= ?), « Karl Kraus’Abschied ? », Aufruf, Prag, 1er novembre 1933.
  • 16 Klaus Mann, « Karl Kraus », Die Sammlung, Jg. 1 ?, H. 5, janvier 1934, p. 279.
  • 17 « Warum schweigt Karl Kraus », Die Wahrheit, Prag, 4 novembre 1933, cité dans « Nachrufe auf Karl K (...)

20D’autres ressentent le poème comme un abandon, mais restent exhortatifs : ainsi Lucien Verneau appelle Kraus à reprendre la place qui est la sienne, celle d’un tout-puissant « médecin » que le moment historique rend d’autant plus indispensable : « Karl Kraus, ne nous laissez pas tomber ! »15. Pour Klaus Mann, Kraus, « mortellement fatigué, paralysé par le dégoût, muet d’effroi », a certes abdiqué mais ne saurait être classé parmi les traîtres : « Un de plus qui n’a plus envie et nous laisse tomber. Nous ne pouvons le tourner en dérision ni lui en tenir rigueur, car celui-ci a combattu longtemps »16. Chez Carl Colbert alias Alfeus, la menace d’exclusion est sous-jacente : « À une époque où des esprits de plus petit format ont montré de manière méprisable qu’ils n’étaient pas à la hauteur, un Karl Kraus n’a-t-il rien à dire ? […] Nous qui sommes décidés à lutter et qui avons depuis toujours vu en Karl Kraus notre plus grand modèle de combattant, nous ne nous lasserons pas de demander : Pourquoi Karl Kraus reste-t-il silencieux ? »17.

  • 18 « Zwei Grabreden auf Karl Kraus », Neue Deutsche Blätter, Jg. I, H. 3, 15 novembre 1933, p. 196 ; W (...)
  • 19 Wilhelm Koenen, cf. n. 5.
  • 20 Cf. n. 18.
  • 21 Isk (alias Franz C. Weiskopf), « Der Kampf um ein Komma oder Trauriges Ende des Karl Kraus », Der G (...)
  • 22 Wilhelm Koenen, cf. n. 5.
  • 23 Hans Frank, « Mut, Verrat oder Feigheit? », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 29, 19 juillet 1934, p. 6

21L’exclusion réalisée vient d’un seul côté, celui des communistes (en particulier du Gegen-Angriff) qui, non contents de dénoncer le silence de Kraus, le rangent dans le camp des traîtres qui soutiennent le national-socialisme. Plusieurs textes constatent que Kraus s’est suicidé intellectuellement, qu’il est « fini »18, et utilisent à son encontre des techniques qu’il a lui-même forgées, ainsi les termes de « Nachruf »19 (nécrologie) et de « Grabrede »20 (oraison funèbre), ou encore le contraste temporel (« ce mort – pardon : ce pamphlétiste à la retraite »21). Certains tentent également de jeter le doute sur son passé22. Kraus est relégué de l’autre côté, celui des « bardes de Hitler », parmi lesquels on trouve à la fois « les bruyants et les silencieux »23.

  • 24 Cf. Michael Pollak, « Une sociologie en acte des intellectuels : les combats de Karl Kraus », Actes (...)
  • 25 « Warum die Fackel nicht erscheint », Die Fackel, no 890-905, p. 2.

22Kraus réagit tout d’abord en reproduisant les articles parus à son sujet. Fidèle à sa pratique de la citation qui se suffit à elle-même, il fait apparaître, par un effet-miroir, une sorte de précipité des réseaux et des structures du champ intellectuel exilé24, qui ne suscite pas pour autant de réactions, car il annonce le numéro suivant pour « dans quelques jours » ; c’est dans ce dernier, « Warum die Fackel nicht erscheint », que Kraus, dans un second temps, exprime son jugement. Ce texte contient la célèbre première phrase de Dritte Walpurgisnacht, « Mir fällt zu Hitler nichts ein »25, présentée ici à la deuxième page, dans un jeu énonciatif subtil, comme ce qu’aurait pu être le début d’un autre texte.

  • 26 Comme l’explique Pierre Deshusses dans sa préface à sa traduction de Troisième nuit de Walpurgis, M (...)

23Cette phrase est difficile à traduire en rendant justice à la fois à sa concision et à sa densité. Le « mir » qui l’ouvre est particulièrement mis en valeur, et sous-entend que ce « moi » n’est pas le « nous » des exilés. Le verbe « einfallen », quant à lui, ne signifie pas « Je n’ai aucune idée au sujet de Hitler »26, mais a un aspect dynamique : « Quelque me chose vient à l’esprit ». On pourrait en expliciter ainsi le sous-texte : « En ce qui me concerne [et contrairement à vous autres], rien [aucun jeu de mots, aucun trait d’esprit] ne me vient à l’esprit au sujet de Hitler ». Kraus se démarque donc à la fois du discours des exilés, mais aussi des attentes de ceux-ci.

  • 27 Jacques Bouveresse, op. cit., p. 112.

24S’ajoute à cela une appréciation positive du régime autoritaire mis en place en Autriche sous le chancelier Dollfuß : « Kraus pense que le moment est malheureusement passé, où l’on aurait pu encore envisager de lutter simultanément sur deux fronts : désormais, si l’on veut se battre contre Hitler, il n’y a pas d’autre choix que de le faire aux côtés de Dollfuß »27 – une prise de position inacceptable pour la plupart des exilés, en particulier ceux d’obédience marxiste, après la courte guerre civile de février 1934.

  • 28 « Warum die Fackel nicht erscheint », cf. n. 25, p. 213
  • 29 « Warum… », cf. n. 25, p. 8.
  • 30 « Warum… », cf. n. 25, p. 167.
  • 31 « Warum… », cf. n. 25, p. 169.
  • 32 Cf. n. 10.
  • 33 « Warum… », cf. n. 25, p. 43.
  • 34 « Warum… », cf. n. 25, p. 44.

25Concernant le discours des exilés, son jugement est explicite et il parle des « Nachrufer » (« nécrologistes ») comme de « parasites intellectuels »28 et de « racaille intellectuelle »29. Il explique pourquoi, retrouvant la parole, c’est ainsi à eux qu’il la consacre : « Car alors qu’il ne saurait y avoir de polémique face au phénomène de la violence, ni de satire face à celui de la démence, il [le polémiste] a encore quelques objets de polémique, qui sont l’impudence et en particulier la bêtise »30. Revenant sur son poème, il confirme l’aspect provocateur de celui-ci : « On a annoncé, en restant silencieux, que quelque chose s’était passé. Les combattants ont continué à parler leur langue comme si rien ne s’était passé »31. Il souligne bien le décalage entre la constitution d’un collectif d’une part et sa position individuelle d’autre part. Répondant, en le citant, au Gegen-Angriff (« Quiconque reste silencieux aujourd’hui s’est exclu de la communauté des combattants »32), il commente : « C’est un sentiment étrange que d’apprendre après coup que l’on faisait partie d’une telle communauté »33. Et il poursuit : « Ce n’est pas parce qu’il se tait qu’il s’est exclu de la communauté des combattants : il se tait parce qu’il s’est exclu de la communauté des combattants, parce qu’il a autant horreur de celle-ci que des ennemis de celle-ci […] »34. On ne saurait être plus clair.

  • 35 Cf. Valérie Robert, « Les intellectuels du Troisième Reich dans Troisième nuit de Walpurgis : une c (...)

26En se distanciant ainsi des exilés et de leur discours, Kraus occupe une position unique : il est en effet le seul à les critiquer publiquement. Ce faisant, il trace lui aussi une frontière, et s’attribue une place à part, qui est à la fois celle de l’outsider (ce qui est bien une position dans le champ) et celle du seul véritable intellectuel. Il est vrai que Kraus relève plus spécifiquement du sous-champ intellectuel viennois. Si les textes de Kraus des années 1933-1934 sont, sauf quelques emprunts (d’ailleurs muets !35), si différents des textes des exilés, c’est aussi parce que, n’ayant été ni interdit ni chassé, il n’était pas pour lui aussi vital d’occuper de manière démonstrative sa place dans le champ intellectuel en exil.

  • 36 Ibid., p. 93.

27Kraus refuse pour sa part de prendre sa place au sein de la hiérarchie qu’établissent les exilés : il y a au sein de l’exil, qui est une école de l’intransigeance, des professeurs et des élèves. Il refuse d’une part une des positions dominantes possibles, celle du professeur : constatant que les exilés ont beaucoup appris de lui, il se distancie de ce qui était son propre style36. Il refuse d’autre part de jouer le rôle de l’élève, percevant très bien le caractère normatif du discours des exilés, dont les textes, à la fois performatifs et injonctifs, ont pour fonction de fournir un modèle textuel destiné à être reproduit par tous.

  • 37 « Warum… », cf. n. 25, p. 155.
  • 38 Dritte Walpurgisnacht, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1989, p. 113.
  • 39 « Warum… », cf. n. 25, p. 147.

28Pour Kraus, ce discours masque l’essentiel, justement parce qu’il est centré sur le champ intellectuel et exclusivement orienté vers la « défense de la culture », ce qui pour Kraus revient à passer à côté du véritable problème : « En effet, ce qui est arrivé ici à l’esprit est-il encore l’affaire de l’esprit ? »37. Kraus établit des priorités, et pour lui, les exilés accordent à des événements comme la réorganisation du champ intellectuel ou les autodafés de livres une importance disproportionnée, en parlant trop peu de ce qu’il nomme dans Dritte Walpurgisnacht le « martyre des anonymes »38 et de la terreur qui règne en Allemagne, dont ils détournent ainsi l’attention. En cela, les exilés relèvent du « journalisme »39, terme qui englobe chez Kraus à la fois la presse germanophone hors d’Allemagne et les intellectuels en Allemagne ; les « journalistes », ce sont tous ceux qui empêchent l’information, qui enfouissent la réalité sous des formules figées au lieu de la dévoiler. Ce terme révèle mieux que tout autre la position de Kraus, qui renvoie ainsi dos à dos exilés et intellectuels restés en Allemagne.

  • 40 « Warum… », cf. n. 25, p. 155.

29Kraus a donc lui aussi une démarche classificatrice, mais qui répond à celle des exilés pour s’y opposer. Finalement, Kraus constitue un camp à lui tout seul et il combat une communauté qui rassemble tous les autres, qui sont tous exclus du camp de l’esprit. Les exilés ne peuvent donc pas, comme ils le disent, défendre « l’esprit » face au national-socialisme ; seul Kraus lui-même peut « mettre la pensée en sûreté »40. Ils sont de plus, en tant que journalistes, en partie responsables de la catastrophe, et ne seront pas à même de lutter contre le national-socialisme tant qu’ils ne l’auront pas compris.

  • 41 Je ne parlerai pas ici des ruptures demeurées privées (Brecht, Canetti).
  • 42 Bruno Frei, « Karl Kraus - gleichgeschaltet », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 34, 23 août 1934, p. 4

30Il est donc logique que la réponse à Kraus soit sa disqualification définitive41. Bruno Frei, dans le long texte intitulé « Karl Kraus – mis au pas », réactive tous les stéréotypes du discours d’exclusion (la frontière, le suicide) pour un jugement définitif : « Selon les lois qui régissent la vie politique, il ne pouvait y avoir de résurrection, il ne pouvait sortir de la tombe qu’il avait creusée lui-même. Quand on est mort, on est mort. Qui pouvait se douter qu’il y a quelque chose de pire que la mort ? C’est la résurrection du suicidé, de l’autre côté de la barricade »42.

  • 43 Michael Pollak, op. cit., p. 88.
  • 44 Ibid.

31Par la provocation que constituent son silence explicite, puis son discours non orthodoxe, Kraus suscite un durcissement du discours des exilés, une cristallisation d’éléments qui étaient jusque-là clairsemés, et ce coup de pied dans la fourmilière provoque ou du moins favorise la formation de camps clairement visibles et tranchés. Cet épisode montre la justesse de la lecture de Michael Pollak, qui a parlé à propos de l’activité de Kraus d’une « sociologie-action, utilisant les techniques de provocation aptes à rompre avec les règles de courtoisie et à faire voir les sanctions auxquelles s’exposent ceux qui dérangent le jeu mis en place pour dissimuler les relations entre les intellectuels et le pouvoir »43 (le pouvoir étant ici plus généralement le politique). Quelle que soit l’appréciation que l’on ait du jugement qu’il a porté sur les exilés, on peut considérer Kraus comme « un révélateur des règles du jeu qui caractérisent le champ intellectuel »44.

Notes

1 Cf. Valérie Robert, Partir ou rester ? Les intellectuels allemands devant l’exil 1933-1939. Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 69-139.

2 Sur la genèse et le destin de ce texte, cf. Jacques Bouveresse, « “Et Satan conduit le bal…” Kraus, Hitler et le nazisme », in Karl Kraus, Troisième nuit de Walpurgis, Marseille, Agone, 2005, particulièrement p. 70-89.

3 Die Fackel, no 404, 1914, p. 1-19.

4 « Seid ohne Illusionen! », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 3, 1er juin 1933, p. 2.

5 « Nachruf auf Karl Kraus », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 19, 26 novembre 1933, p. 5.

6 23 juin et 30 juin 1934.

7 « Rede auf dem PEN-Club-Kongreß in Ragusa », Die Neue Weltbühne, Jg. 29, no 24, 15 juin 1933, p. 744.

8 11 avril 1933, cité par Hermann Haarmann, « Wie deutsche Schriftsteller und Publizisten aus dem Exil gegen Hitler kämpften », in Bernd Sösemann (Hrsg.), Der Nationalsozialismus und die deutsche Gesellschaft: Einführung und Überblick. Stuttgart, DVA, 2002, p. 309.

9 Cf. n. 5.

10 « Anmerkung der Redaktion zu Botho Laserstein: “Lanze für Karl Kraus” », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 22, 17 décembre 1933, p. 7, souligné dans le texte.

11 « Karl Kraus berichtigt », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 3, 21 janvier 1934, p. 8.

12 « Redepflicht », Wiener Weltbühne, 17 mars 1933, p. 331.

13 Parus en 1934 dans un recueil collectif en l’honneur de Kraus pour son 60e anniversaire, Stimmen über Karl Kraus zum 60. Geburtstag. Hrsg. Von einem Kreis dankbarer Freunde, Wien, 1934. In Bertolt Brecht, Gesammelte Werke 9. Gedichte 2, werkausgabe edition suhrkamp. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1967, p. 501-503.

14 Botho Laserstein, « Lanze für Karl Kraus », Der Gegen-Angriff, Jg. I, no 22, 17 décembre 1933, p. 7.

15 Verneau, Lucien (= ?), « Karl Kraus’Abschied ? », Aufruf, Prag, 1er novembre 1933.

16 Klaus Mann, « Karl Kraus », Die Sammlung, Jg. 1 ?, H. 5, janvier 1934, p. 279.

17 « Warum schweigt Karl Kraus », Die Wahrheit, Prag, 4 novembre 1933, cité dans « Nachrufe auf Karl Kraus », Die Fackel, no 889, p. 3, souligné dans le texte.

18 « Zwei Grabreden auf Karl Kraus », Neue Deutsche Blätter, Jg. I, H. 3, 15 novembre 1933, p. 196 ; Wilhelm Koenen, cf. n. 5.

19 Wilhelm Koenen, cf. n. 5.

20 Cf. n. 18.

21 Isk (alias Franz C. Weiskopf), « Der Kampf um ein Komma oder Trauriges Ende des Karl Kraus », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 2, 14 janvier 1934, p. 5.

22 Wilhelm Koenen, cf. n. 5.

23 Hans Frank, « Mut, Verrat oder Feigheit? », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 29, 19 juillet 1934, p. 6.

24 Cf. Michael Pollak, « Une sociologie en acte des intellectuels : les combats de Karl Kraus », Actes de la recherche en sciences sociales, février-mars 1981, 36/17, p. 88.

25 « Warum die Fackel nicht erscheint », Die Fackel, no 890-905, p. 2.

26 Comme l’explique Pierre Deshusses dans sa préface à sa traduction de Troisième nuit de Walpurgis, Marseille, Agone, 2005, p. 11.

27 Jacques Bouveresse, op. cit., p. 112.

28 « Warum die Fackel nicht erscheint », cf. n. 25, p. 213

29 « Warum… », cf. n. 25, p. 8.

30 « Warum… », cf. n. 25, p. 167.

31 « Warum… », cf. n. 25, p. 169.

32 Cf. n. 10.

33 « Warum… », cf. n. 25, p. 43.

34 « Warum… », cf. n. 25, p. 44.

35 Cf. Valérie Robert, « Les intellectuels du Troisième Reich dans Troisième nuit de Walpurgis : une comparaison avec le discours des émigrés », in Austriaca, no 49, 1999, p. 105-107.

36 Ibid., p. 93.

37 « Warum… », cf. n. 25, p. 155.

38 Dritte Walpurgisnacht, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1989, p. 113.

39 « Warum… », cf. n. 25, p. 147.

40 « Warum… », cf. n. 25, p. 155.

41 Je ne parlerai pas ici des ruptures demeurées privées (Brecht, Canetti).

42 Bruno Frei, « Karl Kraus - gleichgeschaltet », Der Gegen-Angriff, Jg. II, no 34, 23 août 1934, p. 4.

43 Michael Pollak, op. cit., p. 88.

44 Ibid.

Auteur

Germaniste, maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur trois axes : l’histoire des intellectuels (intellectuels germanophones exilés 1933-1939 ; structures de domination dans le champ intellectuel) ; la linguistique textuelle et l’analyse du discours (genres de discours et argumentation ; lettres ouvertes ; modes d’intervention des intellectuels dans la vie publique : « Discours aux Allemands ») ; les médias et la critique des médias en France et en Allemagne. Principales publications : Partir ou rester ? Les intellectuels allemands devant l’exil 1933-1939, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2001 ; (éd.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Asnières, PIA, 2003.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540