Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre II. Identités collectives en émergence

Aux origines de la sacralisation du Beruf

Alain Lattard

Zusammenfassung

La formation professionnelle dans les pays germaniques puise une part de sa légitimité dans la sacralisation du métier. Pour expliquer cette sacralisation, il ne suffit pas d’invoquer l’éthique du travail luthérienne. Il faut aussi prendre en compte la captation de cette éthique par l’artisanat au cours du XIXe siècle et l’attribution à celui-ci par les autorités politiques du monopole de la formation professionnelle initiale des jeunes à la fin de ce même siècle. C’est seulement la conjonction de ces deux facteurs, donc de données socioculturelles et politico-institutionnelles, qui donne au Beruf son sens particulier tout en lui conférant légitimité et légalité. Dès lors, ce n’est plus le travail en général, mais uniquement le travail qualifé au sens artisanal du terme qui peut revendiquer l’onction morale et la reconnaissance sociale ; et c’est l’apprentissage de ce travail qualifié qui, à travers les corps de métier (Innungen), (re)devenus à cette époque seul cadre de formation institutionnellement reconnu, fonde et perpétue la nouvelle identité professionnelle.

Volltext

  • 1 « Das Wort Beruf gehört zu den Ausdrücken, […] deren Sinn trotzdem nur schwer genau fixiert werden (...)

Le mot Beruf fait partie de ces expressions […] dont le sens est difficile à fixer exactement, parce qu’interviennent des choses qui se dérobent à une appréhension rationnelle […] Bien que la vie de l’homme moderne soit largement sécularisée, surtout dans le domaine économique, on voit ici que des impondérables transcendentaux y ont encore une importance décisive […] Quelles que soient les convictions religieuses ou philosophiques de chacun, son Beruf a toujours quelque chose à voir avec la vocation. Il désigne un lieu, où, même pour l’homme moderne, continue d’exister un rapport avec l’empire de la transcendance1.

1À qui s’interroge sur la place centrale de la formation professionnelle en entreprise (betriebliche Berufsausbildung) dans les pays germaniques et plus généralement sur la valorisation du métier (Beruf) qui y a cours, cette citation du pédagogue Karl Abraham (publiée en 1966) ouvre des pistes d’analyse intéressantes.

2En soulignant la persistance d’une dimension sacrée du métier, elle invite à ne pas en rester aux approches traditionnelles de l’apprentissage, qui raisonnent habituellement en termes d’histoire éducative, politique et sociale, mais à prendre aussi en compte le soubassement culturel de son évolution.

  • 2 Le travers est particulièrement fréquent dans les études de management interculturel, même les meil (...)

3Toutefois, elle suggère également toute la difficulté de l’entreprise. Comment faire en sorte que ce qui, selon Abraham, « se dérobe à l’appréhension rationnelle » de l’homme de métier (Berufsmensch), n’échappe pas complètement à celle de l’historien de la formation professionnelle ? Comment éviter que le facteur culturel, qui s’inscrit en général dans une échelle temporelle de plus longue durée que les autres facteurs, ne soit de facto traité comme un invariant2, donc déconnecté des autres éléments explicatifs ?

4Dans les pages qui suivent, nous essayons de montrer en nous attachant à l’émergence de l’éthique du métier en Allemagne, que l’explication culturelle ne fonctionne pas forcément avec la même opacité que les « impondérables transcendentaux » qu’elle est censée ici expliquer.

I.

  • 3 Les citations sont reprises de Werner Conze, « Beruf », in Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Kos (...)

5Au commencement était le Verbe, certes, mais interprété par Luther. L’éthique protestante du métier est en effet inscrite dans le vocabulaire allemand par suite de la traduction de la Bible que le réformateur entreprend à partir de 1521. C’est cette traduction, largement diffusée grâce à l’imprimerie, qui introduit dans la langue allemande l’usage du mot Beruf pour désigner le métier. Jusqu’alors, ce terme n’était employé que dans le sens d’appel divin, de vocation. Dans le texte grec du Nouveau Testament et de la Septante, Luther choisit de rendre les termes qui correspondent à « travail, force » (ergon) et « labeur, peine » (ponos) de la même manière que klesis, qui signifie la vocation du croyant. Ainsi, dans le Ier Épitre aux Corinthiens : « Ein jeglicher bleibe in dem Beruf, darinnen er berufen ist » (dans la traduction française : « Que chacun demeure dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé ») et la Siracide 11, 20 et 21 : « Bleibe in Gottes Wort und übe dich drinnen, und beharre in deinem Beruf… Vertraue du Gott und bleibe in deinem Beruf » (« Sois attaché à ta besogne, occupe-t’en bien et vieillis dans ton travail. […] Confie-toi dans le Seigneur et tiens-toi à ta besogne »)3.

6Par ce choix de traduction, Luther tourne le dos à la tradition préréformatrice qui idéalisait la condition monastique et faisait de la vie en retrait du monde, la contemplation, un modèle pour la piété chrétienne. Le réformateur plaide au contraire pour la vita activa, il valorise l’homme dans sa vie temporelle : un chrétien ne peut mieux servir Dieu qu’en faisant fidèlement son devoir ici-bas. La foi, l’appel de l’au-delà sont inséparables de l’action dans le monde, d’abord parce que notre rôle nous y a été assigné par Dieu et qu’il faut nous y conformer par obéissance, ensuite parce que cette action est un service, l’occasion d’exercer notre amour du prochain, enfin parce qu’elle fait de l’homme l’instrument de la création divine sur terre. Le Beruf, mot initialement réservé à la vocatio spiritualis s’applique donc désormais aussi à l’occupatio, la fonction dans le monde, car tout croyant est un élu et tout travail dans la société participe de sa foi.

  • 4 De nombreux exemples dans Conze, ibid., ainsi que dans Karl Dunkmann, Die Lehre des Berufs. Eine Ei (...)

7La large diffusion de cette éthique du travail jusqu’au XIXe siècle, tant dans les représentations communes qu’au niveau des élaborations intellectuelles, est attestée par un grand nombre de sources, livres de chant lithurgique, dictionnaires de conversation, productions littéraires et philosophiques4.

  • 5 Pour une analyse de ce thème, cf. Joan Campbell, Joy in work, German work : the national debate, 18 (...)

8De cette imprégnation des mentalités par la conception luthérienne du Beruf, il importe ici de souligner trois implications. La première est une perception du travail inscrite dans deux dimensions indissociables, celle de l’intériorité correspondant à l’appel de Dieu, et celle de l’extériorité, relative à l’insertion dans le monde des hommes. Le travail auquel on aspire, le Beruf à part entière, doit être satisfaisant dans ses deux dimensions à la fois, la « vocative » et l’« occupative ». La permanence de ce schéma cognitif et moral se retrouve dans la place exceptionnelle qu’occupe la question de la Arbeitsfreude dans le débat social allemand. La possibilité d’une telle satisfaction au travail fait partie des questionnements de la bürgerliche Sozialreform au XIXe siècle, se retrouve dans les analyses de la Arbeitswissenschaft à la veille de la Première Guerre mondiale, habite les utopies sociales de l’entre-deux-guerres, et resurgit après 1945, jusque dans les débats des années 1970 autour de l’humanisation du travail5. C’est la preuve que la sécularisation des valeurs n’entame pas la double exigence luthérienne adressée au travail, dont la formulation moderne est la recherche de l’identification personnelle et la reconnaissance sociale.

9La deuxième implication de la théologie luthérienne est le devoir d’accepter en l’état la division du travail et les hiérarchies sociales établies. Luther reprend ici la conception traditionnelle de la société, ordre immuable voulu par Dieu, donc n’innove pas par rapport à ce que Thomas d’Aquin appelait trois siècles plus tôt la distributio officiorum. Formulée à une époque où s’accélère la dynamique du changement historique – Luther est contemporain des Grandes découvertes, de l’essor du capitalisme marchand, et… de la guerre des paysans – cette vision statique mérite d’autant plus d’être relevée. Elle confère à l’idéal du Beruf un caractère socialement conservateur.

  • 6 « Es ist Gott nit umb die Werk zu tun, sondern umb den Gehorsam […] Daher konnts, Dass ein frum Mag (...)

10Enfin, troisième aspect, la conception luthérienne implique a priori une indifférence totale pour la nature de l’activité à laquelle le croyant est appelé. Luther souligne bien que « ce ne sont pas les œuvres qui importent à Dieu, c’est l’obéissance […] Ainsi, si une pieuse servante exécute les ordres et, faisant son travail, balaie la cour ou sort le fumier […] elle va directement au ciel, […] alors qu’un autre, qui néglige sa fonction et son travail pour aller à l’église ou faire le pèlerinage à Saint Jacques, ira tout droit en enfer »6. Le travail doit être accepté, quelle que soit sa nature.

  • 7 C’est bien pourquoi notre problématique ne renvoie pas directement à l’« Éthique protestante » de M (...)

11Ce dernier point est particulièrement important, car il conduit à réviser les interprétations voulant expliquer trop directement la sacralisation du métier par le protestantisme. Ce que fonde ce dernier, c’est dans un premier temps une éthique du travail, pas une valorisation du métier, qui, au sens moderne du terme, est un travail tout à fait particulier, car qualifié et nécessitant un apprentissage7.

  • 8 On sait que les Anglo-Saxons désignent l’apprentissage professionnel par le terme de vocational tra (...)

12Tout « vocationnel »8 que soit l’apprentissage allemand, il ne descend donc pas en droite ligne de la théologie luthérienne. Pour comprendre la sacralisation du métier sur laquelle il repose, l’historien doit croiser la référence culturelle avec l’analyse socio-économique. Car c’est seulement à la faveur de conditions spécifiques d’entrée dans l’ère industrielle que s’opère la captation par l’artisanat de l’idéal du travail, et que l’éthique du Beruf se transforme du même coup en une éthique du métier.

II.

  • 9 Pour tout ce qui suit, cf. Rudolf Stadelmann, Wolfram Fischer, Die Bildungswelt des deutschen Handw (...)

13La spécificité de l’évolution socio-économique allemande tient essentiellement en deux points : la relative solidité de ses institutions corporatives à la fin du XVIIIe siècle et les atermoiements de la politique organisant le passage au régime de la libre entreprise9.

14Comme dans les autres pays européens, dans l’économie non-agricole allemande, le mode de production d’Ancien Régime est de type corporatif. L’idéaltype de la corporation est une institution multifonctionnelle qui règle à la fois sur les plans politique, économique et social le fonctionnement de la communauté artisanale et son insertion dans la société. La corporation joue un rôle politique dans la mesure où elle est reconnue au sein de la Ständegesellschaft et intégrée dans l’ordre hiérarchique des villes, au gouvernement et à la défense desquelles elle est associée. Sur le plan économique, elle ambitionne d’assurer la subsistance (Nahrung) de ses membres et revendique à cette fin le monopole local de production, ainsi que le contrôle des modes de fabrication et des paramètres essentiels de la distribution.

15Ce rôle économique trouve son soubassement social dans la fonction professionnelle de la corporation, qui lui confère toute autorité pour régler l’accession au corps de métier et le déroulement de carrière en son sein. Le cursus honorum apprenti-compagnon-maître n’est pas seulement le mode de transmission des savoir-faire et le moyen de contrôler le nombre de producteurs de la communauté, il est en même temps parcours de socialisation et, plus encore, véritable schéma de vie prescrit. C’est là que l’identité culturelle, d’autant plus forte que la corporation se conçoit comme une institution totale, prend toute son importance. La corporation, communauté morale soucieuse du bien commun (Gemeinnutz), intègre et transmet naturellement l’éthique du travail qui, à côté du respect de la tradition, fait l’honorabilité (Ehrbarkeit) de ses membres.

16Mais à la fin du XVIIIe siècle, ce régime de production est, en Allemagne comme partout en Europe, fortement remis en question : il est tout autant miné par ses contradictions internes (érosion des fonctions traditionnelles de solidarité, montée de la concurrence, difficulté à réaliser le principe de subsistance) que par les pressions externes. Celles-ci viennent de l’État absolutiste, qui cherche à rogner l’autonomie corporative pour étendre son influence politique, et, au nom du mercantilisme, écorne le monopole artisanal en autorisant privilèges et manufactures ; et elles résultent plus fondamentalement des progrès de l’esprit utilitariste et rationaliste, qui, avec l’individualisme et le libéralisme, favorise l’émergence de l’économie politique classique (La richesse des nations de Adam Smith paraît en 1776).

17Les comparaisons internationales le montrent cependant : c’est en Allemagne que les structures corporatives résistent le plus longtemps au processus d’érosion. Au XVIIIe siècle, les bureaucraties d’État y sont soit relativement faibles, soit prudentes, préférant à l’extension excessive de leurs pouvoirs aux dépens de l’artisanat le maintien à travers lui d’institutions contribuant à la stabilité sociale. La lenteur générale du changement économique joue aussi dans le sens de la stabilisation. Si bien qu’autour de 1800, un grand nombre de petites villes du nord et du sud-ouest du pays offrent encore l’image d’un monde corporatif intact et bien établi dans la vie citadine. C’est notamment à partir de ce milieu urbain que se diffusent les représentations de l’artisanat idéal évoquées plus haut.

  • 10 « Eine Revolution im guten Sinn, gerade hinführend zu dem großen Zwecke der Veredelung der Menschhe (...)

18À partir du tournant du siècle, les États allemands rentrent tout aussi lentement dans l’économie de marché. À la suite de l’abolition radicale des corporations en France en 1791, la Prusse se fait fort d’imiter l’exemple révolutionnaire en annonçant dès 1808 l’introduction de la liberté d’entreprise. Mais la volonté de contrôler l’évolution, de mener « une révolution dans le bon sens du terme […] conduisant tout droit au grand but de l’ennoblissement de l’humanité par la sagesse du gouvernement et non par une impulsion violente venant de l’intérieur ou de l’extérieur »10 signifie en pratique une grande capacité de compromis face à la résistance qui se manifeste d’emblée au sein de l’artisanat. Cette prudence se retrouve dans le reste de l’Allemagne, où partout la liberté d’entreprise est introduite à petite dose. Freinée par une vague de protestation au moment de la révolution de 1848, elle ne s’impose vraiment que dans les années 1860, lorsque le décollage économique fait peu à peu accepter l’idée de concurrence, y compris dans une fraction croissante de l’artisanat et même dans les milieux conservateurs. La législation adoptée en 1869 dans le cadre de la Confédération d’Allemagne du Nord (Gewerbeordnung du Norddeutscher Bund) marque alors le sommet de la dérégulation.

19Cette période se caractérise par un singulier mélange de changement et de continuité. La continuité, c’est évidemment la permanence de structures traditionnelles malgré la modernisation économique et l’industrialisation. Dans beaucoup de villes allemandes, il existe encore un régime corporatif jusque dans les années 1860. Les unions artisanales de métier (Innung) continuent d’être autorisées, bien que la plupart du temps sous le régime de l’adhésion facultative. Il y a donc très tard persistance de formes institutionnelles d’Ancien Régime.

20En même temps, la vie corporative change de nature. Le changement apparaît d’abord dans les mentalités. L’augmentation de la mobilité spatiale et le brassage social croissant affaiblissent l’emprise de la tradition, tant sur la vie de tous les jours que sur les pratiques professionnelles. Mais c’est surtout sur le plan institutionnel que les réalités corporatives évoluent. Car par rapport à l’idéaltype initial, l’Innung perd l’essentiel de ses fonctions. Avec la réforme des régimes municipaux, elle perd complètement, dès la première moitié du siècle, sa fonction politique. La fin des monopoles corporatifs de production, mais aussi la liberté de circulation, l’élargissement des marchés et l’importance croissante de l’industrie réduisent parallèlement à peu de chose sa fonction de régulation économique. Dans un environnement en pleine mutation, il ne lui reste qu’une fonction sociale (caisses de soutien, sociabilité) et surtout une fonction d’organisation professionnelle. À l’origine « corps » social multifonctionnel, l’Innung n’est désormais plus guère que l’incarnation institutionnelle du métier.

21Témoin d’un monde productif dont on craint la disparition, le Beruf gagne d’autant plus en importance symbolique et identitaire. Il devient de fait l’enjeu majeur de l’organisation artisanale. Lorsque dans le dernier tiers du XIXe siècle, la crise économique ravive les protestations des petits producteurs contre la liberté d’entreprise, leur argumentaire revendicatif met particulièrement en avant le rôle de formation et de socialisation des corps de métier traditionnels.

III.

  • 11 Pour ce qui suit, cf. Werner Conze, « Arbeit », in Brunner et alii, Geschichtliche Grundbegriffe, o (...)

22Parallèlement à cette singularisation institutionnelle du Beruf, l’émergence de l’industrie suscite très tôt dans les milieux intellectuels des réactions négatives11.

  • 12 6e lettre : « Ewig nur an ein einzelnes Bruchstück des Ganzen gefesselt, bildet sich der Mensch sel (...)
  • 13 « Das Niedrigerwerden des Menschen im mechanischem Getriebe […] Es werden also eine Menge zu den ga (...)
  • 14 Cf. Schiller, op. cit., 6e lettre, « Der Genuss wurde von der Arbeit, das Mittel vom Zweck, die Ans (...)

23Une interrogation angoissée sur la division du travail est déjà fortement présente chez les penseurs de l’idéalisme à partir du début du siècle. Dès 1793, le Schiller de Über die ästhetische Erziehung des Menschen dénonce dans la civilisation moderne l’avènement d’une vie mécanique, où l’homme, « éternellement enchaîné à un petit fragment du tout, ne développe lui-même qu’un fragment de sa personnalité »12. Dans ses Cours de philosophie réelle de Iéna (Jenenser Realphilosophie 1805-1806), Hegel, lecteur de Adam Smith, entrevoit pour l’avenir « le rabaissement de l’homme » dans la production mécanique : « Un grand nombre seront condamnés à effectuer dans les manufactures et les fabriques, dans les mines, etc., ces travaux abrutissants qui limitent l’habileté »13. Et Schiller, dans son deuil de la totalité, voit désormais dissociés non seulement le moyen de la fin, l’effort de la récompense, mais aussi « le plaisir du travail »14. Pourtant, malgré leur pessimisme, ces penseurs n’envisagent pas un retour en arrière. Pour dépasser les contradictions actuelles, ils comptent sur une avancée libératrice, l’éducation esthétique pour Schiller, le mouvement dialectique de l’histoire pour Hegel. Une génération après, il en va bien sûr de même pour Marx, penseur de la révolution. Pour ces « progressistes », l’effacement du métier et de ses vertus est une perte, mais aussi en quelque sorte un mal nécessaire.

  • 15 Respectivement « der wahre vollständige Arbeiter » et « die wahre persönliche, ungeteilte Arbeit », (...)
  • 16 Jean Paul, Vorschule der Ästhetik. Kleine Nachschule zur ästhetischen Vorschule, Munich, Hanser, 19 (...)

24Mais c’est le courant de pensée conservateur, attaché à la restauration du métier, qui est le plus influent. Adam Müller, son chef de file, veut un retour à la société prérévolutionnaire. Pour lui, le travail mécanique n’est tout simplement pas convenable et pas naturel pour l’homme. La division du travail dégrade le « vrai travailleur complet ». La consolidation de l’artisanat par le retour à une société d’états (Stände) permettra de retrouver « le travail vrai, personnel, entier »15. Cette pensée trouve son relais dans une grande partie de la littérature romantique et Biedermeier. Le théâtre des fictions y est souvent un Moyen Âge mythifié, en tout cas une société stable où subsistent des liens organiques entre états (Stände) et où l’archétype de l’actif est un maître-artisan. Le rôle du médium littéraire dans la diffusion des représentations traditionnelles du travail n’est d’ailleurs certainement pas étranger au grand nombre de termes et d’expressions empruntées à l’artisanat, ou lui faisant allusion, qui sont entrées dans le lexique allemand. L’écrivain Jean Paul n’affirme-t-il pas dans sa Vorschule der Ästhetik que la langue de l’artisanat est une des trois « fontaines de jouvence » de la langue allemande ?16. Il y a bien d’autres signes de la valorisation nostalgique de l’artisanat au XIXe siècle, y compris dans la musique : qu’on pense aux opéras de Lortzing Zar und Zimmermann (1837) et Der Waffenschmied (1846), ainsi que, évidemment, à Die Meistersinger von Nürnberg de Wagner (1868).

  • 17 Sur Riehl (1823-1897), cf. Campbell, Joy of Work, op. cit., p. 32 sq., mais aussi Sebastian Conrad,(...)

25Pour compléter le tableau, on citera enfin Wilhelm Heinrich Riehl qui, dans la seconde moitié du siècle, est un des propagateurs essentiels de l’éthique du travail préindustrielle17. Publiciste et universitaire prolixe qui tient en même temps du folkloriste, du moraliste et du sociologue, il publie en 1861 Deutsche Arbeit. Dans ce livre emblématique, on retrouve tous les traits de l’éthique luthérienne : en particulier l’insistance sur la moralité du travail et sa définition moins comme une activité orientée vers un but rationnel que comme l’expression d’une identité individuelle et collective. On travaille pour soi-même et pour le bien du peuple, pas pour le profit. Dans ses premiers ouvrages, Riehl fait du paysan l’incarnation du travailleur allemand idéal. Dans Deutsche Arbeit, il reconnaît cependant les vertus de l’artisan, qu’il oppose, lui aussi, au travailleur de l’industrie, en proie à l’instabilité et l’insatisfaction.

  • 18 En 1935, Deutsche Arbeit en est à sa 13e édition. Conrad (ibid.) indique que le livre fait même l’o (...)

26Ce qui rend son approche particulièrement symptomatique, c’est l’épithète deutsch. Car chaque nation a, tant au niveau des pratiques que des représentations, un rapport spécifique au travail, qui révèle ses caractéristiques les plus profondes. Dans le travail, c’est l’âme d’un peuple qui se manifeste. Et si la satisfaction du travail bien fait, comme celle du devoir accompli, sont le propre du vrai Allemand, c’est tout simplement que l’Allemagne est le pays du travail. Riehl opère donc la fusion entre les représentations les plus anciennes, héritées de la tradition protestante, et la valeur collective la plus moderne, l’identité nationale. Une telle vision des choses est évidemment pour beaucoup dans le succès qu’il rencontre à partir des années 1890, dans un contexte d’exacerbation des nationalismes18.

*

27Riehl illustre à l’âge de la modernité industrielle la permanence d’un discours sur le travail qui reste attaché aux références préindustrielles, tant sur le plan moral qu’au niveau du mode de production réel. C’est la conjonction de ce discours avec la persistance de réalités corporatives artisanales qui explique la transformation de l’éthique luthérienne du travail en une éthique du Beruf.

28En préservant leurs institutions traditionnelles dans l’espoir de mieux résister à l’industrialisation, les artisans se font automatiquement apologistes du métier : l’Innung qu’ils défendent n’est rien d’autre que l’incarnation institutionnelle du Beruf (ce qui pourrait inciter à traduire Innung par « corps de métier » si l’expression française n’était pas si informelle). Pour ce faire, ils peuvent mobiliser les ressources de l’éthique luthérienne du travail, avant tout la première des trois caractéristiques soulignées plus haut, celle qui réclame la congruence de la « vocatio » et de l’« occupatio ». L’argument récurrent est emprunté au discours antiindustriel : seule une activité dont l’intégrité (Ganzheitlichkeit) n’est pas sapée par la parcellisation des tâches peut en même temps susciter l’adhésion intime de celui qui l’exerce et assurer son intégration à un collectif organisé (le corps de métier). Le Beruf luthérien était synonyme de travail – quelle qu’en soit la qualité ; mis au service de la cause artisanale, il désigne exclusivement le travail qualifié : on est passé du travail au métier.

  • 19 Cf. Wolf-Dietrich Greinert, Das « deutsche System » der Berufsausbildung. Geschichte, Organisation, (...)

29Cette réinterprétation de l’éthique du Beruf est officiellement légitimée lorsque, cédant à la protestation des petits producteurs, le gouvernement révise par touches successives la Gewerbeordnung pour renforcer le rôle de l’Innung et finalement (1897) donner aux artisans le monopole de la formation reconnue d’apprentis. Rétrospectivement, on sait que cette décision constitue l’acte de naissance du « système dual »19.

30Il est évidemment impossible d’analyser ici ce qui contribue à pérenniser cette référence originellement préindustrielle au Beruf, au point de lui préserver jusqu’à aujourd’hui la part de sacralisation évoquée dans notre citation initiale. Sans résumer toute l’histoire idéologique et institutionnelle de l’apprentissage, soulignons au moins à quel point au moment fondateur du système dual l’institutionnalisation du Beruf tire parti des ressources de l’éthique luthérienne.

  • 20 Georg Kerschensteiner, Staatsbürgerliche Erziehung der deutschen Jugend, Erfurt, Villaret, 1901.

31Le métier/vocation ne promet pas seulement de répondre aux craintes économiques des classes moyennes (Mittelstandspolitik). Avec lui, le gouvernement conservateur entend aussi se prémunir contre l’attraction du mouvement social-démocrate sur la jeunesse ouvrière. Son éducation professionnelle par l’artisanat – complétée bientôt par une école d’accompagnement (Fortbildungsschule, puis Berufsschule), elle aussi fondée sur la dimension éthique du métier, est censée prémunir contre la subversion. Kerschensteiner, le « père de la Berufsschule », apportera dès le début du XXe siècle sa caution pédagogique à cette vision conservatrice : l’éducation au métier est le moyen d’inculquer à la jeunesse populaire les vertus citoyennes, comprises non seulement comme celles de la morale pratique – application, ponctualité, etc. – mais aussi avant tout comme le respect de l’ordre établi20. On voit donc que si le métier n’est pas le Beruf luthérien, il en mobilise pleinement le potentiel disciplinaire.

  • 21 Nous reprenons les thèses développées par Gehlen (Arnold Gehlen, Der Mensch. Seine Natur und seine (...)

32Sur le plan méthodologique, la constitution de l’éthique allemande du métier ne peut s’expliquer sans l’interaction entre le paradigme culturel protestant et les déterminants socio-économiques. Il y a effectivement interaction, car les structures corporatives sont bien plus qu’un réceptacle ou un vecteur de transmission des normes et représentations culturelles. Elles sont aussi le lieu géométrique et le catalyseur de leur transformation : celle du Beruf luthérien en métier d’apprentissage. Pour interpréter le rôle de la culture protestante dans l’émergence et le fonctionnement de la formation professionnelle allemande, les thèses d’Arnold Gehlen s’avèrent donc particulièrement fécondes : les idées et les représentations n’ont un impact social que si elles s’incarnent dans des institutions. Car les institutions renforcent et stabilisent l’action collective, mais c’est aussi par elles que les formes de conscience qui sous-tendent cette action trouvent progressivement un sens et une définition21.

Anmerkungen

1 « Das Wort Beruf gehört zu den Ausdrücken, […] deren Sinn trotzdem nur schwer genau fixiert werden kann, weil dabei Dinge eine Rolle spielen, die sich der rationalen Erfassung entziehen […] Obwohl das Leben des modernen Menschen und dabei vor allem der wirtschaftliche Bereich weitgehend säkularisiert ist, zeigt sich hier, dass in ihm doch transzendentale Imponderabilien von entscheidender Bedeutung sind. Welche religiöse oder weltanschauliche Einstellung auch immer der einzelne besitzen mag, so hat doch stets sein Beruf etwas mit Berufung zu tun; er bezeichnet eine der Stellen, an denen auch für den modernen Menschen eine Beziehung zu dem Reich der Transzendenz vorhanden ist », in Karl Abraham, Wirtschaftspädagogik. Grundfragen der wirtschaftlichen Erziehung, Heidelberg, Quelle & Meyer, Heidelberg, 1966 (1re éd. 1959), p. 121.

2 Le travers est particulièrement fréquent dans les études de management interculturel, même les meilleures (cf. p. ex. Philippe d’Iribarne, L’étrangeté française, Paris, Seuil, 2006). Il est vrai que leur objet est moins l’explication des différences culturelles que la gestion de leurs conséquences.

3 Les citations sont reprises de Werner Conze, « Beruf », in Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur olitisch-sozialen Sprache in Deutschland, vol. 1, Stuttgart, Klett, 1972, p. 490-507. Sur le problème des traductions de la Bible et les choix de Luther en la matière, cf. le long développement de Max Weber, dans Die protestantische Ethik und der Geist des Kapitalismus, cf. l’édition française récente (particulièrement bien traduite et introduite par Isabelle Kalinowski), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Flammarion, 2001, p. 130-131. Pour ce qui suit, outre Conze (ibid.), cf. L. Lemme, « Irdischer Beruf », in Albert Hauck (éd.), Realenzyklopädie für protestantische Theologie und Kirche, vol. 2, Leipzig, Hinrichs, 1878, p. 652-657 et G. Naumann, « Beruf », in Religion in Geschichte und Gegenwart, vol. 1, Tübingen, Mohr Siebeck, 1909, p. 1062-1070.

4 De nombreux exemples dans Conze, ibid., ainsi que dans Karl Dunkmann, Die Lehre des Berufs. Eine Einführung in die Soziologie des Berufs, Berlin, Trowitsch & Sohn, 1922 et Karlwilhelm Stratmann, « Historische Pädagogik als Mittel der Entmythologisierung und Entideologisierung – dargestellt am Beispiel des Berufsbegriffs », in Günther Pätzold, Manfred Wahle (éd.), Berufserziehung und sozialer Wandel, Frankfurt am Main, Verlag zur Förderung arbeitsorientierter Forschung und Bildung, 1999, p. 61-79.

5 Pour une analyse de ce thème, cf. Joan Campbell, Joy in work, German work : the national debate, 1800-1945, Princeton, NJ. Princeton Univ. Press, 1989.

6 « Es ist Gott nit umb die Werk zu tun, sondern umb den Gehorsam […] Daher konnts, Dass ein frum Magd, so sie in ihrem Befehl hingeht und nach ihrem Amt den Hof kehret oder Mist austrägt […] stracks zu gen Himmel geht […] dieweil ein ander, der zu St. Jacob oder zur Kirchen geht, sein Amt und Werk liegen läßt, stracks zur Hellen geht », cité par Conze, « Beruf », op. cit., p. 494.

7 C’est bien pourquoi notre problématique ne renvoie pas directement à l’« Éthique protestante » de Max Weber, qui, traitant du lien entre l’idée de Beruf comme éthique du travail et l’émergence et la diffusion du capitalisme, se préoccupe peu de la distinction entre travail et métier.

8 On sait que les Anglo-Saxons désignent l’apprentissage professionnel par le terme de vocational training.

9 Pour tout ce qui suit, cf. Rudolf Stadelmann, Wolfram Fischer, Die Bildungswelt des deutschen Handwerkers um 1800. Studien zur Soziologie des Kleinbürgers im Zeitalter Goethes, Berlin, Colloquium, 1955; Wolfram Fischer, Wirtschaft und Gesellschaft im Zeitalter der Industrialisierung. Aufsätze - Studien - Vorträge, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1972; Friedrich Lenger, Sozialgeschichte der deutschen Handwerker seit 1800, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1988, enfin Heinz-Gerhard Haupt, Geoffrey Crossick, Die Kleinbürger. Eine europäische Sozialgeschichte des 19. Jahrhunderts, München, Beck, 1998.

10 « Eine Revolution im guten Sinn, gerade hinführend zu dem großen Zwecke der Veredelung der Menschheit durch Weisheit der Regierung und nicht durch gewaltsame Impulse von innen oder außen ». La formulation est extraite du mémorandum de Riga (Rigaer Denkschrift) adressé par Karl August Freiherr von Hardenberg au roi de Prusse en septembre 1807, in Walter Demel, Uwe Puschner (éd.), Von der Französischen Revolution bis zum Wiener Kongreß 1789-1815. Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung, vol. 6, Stuttgart, Reclam, p. 88.

11 Pour ce qui suit, cf. Werner Conze, « Arbeit », in Brunner et alii, Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., p. 155-215, ainsi que Karlwilhelm Stratmann, « Vom lästigen Schlendrian zur romantischen Idylle. Das Hdwerk im Urteil der Zeitgenossen zwischen Aufkklärung und Restauration : die Aufrüstung eines anti-industriellen Leitbildes der Berufserziehung », in Walter Heistermann (éd.), Abhandlungen aus der pädagogischen Hochschule Berlin, Bd. VII Spätlese, Berlin, 1980, p. 91-110.

12 6e lettre : « Ewig nur an ein einzelnes Bruchstück des Ganzen gefesselt, bildet sich der Mensch selbst nur als Bruchstück aus », Friedrich Schiller, Über die ästhetische Erziehung des Menschen, Stuttgart, Reclam, 2000, p. 23.

13 « Das Niedrigerwerden des Menschen im mechanischem Getriebe […] Es werden also eine Menge zu den ganz abstumpfenden […] die Geschicklichkeit beschränkenden Fabrik-Manufaktur-Arbeiten, Bergwerken usf. verdammt », in Conze, « Arbeit », op. cit., p. 186-87.

14 Cf. Schiller, op. cit., 6e lettre, « Der Genuss wurde von der Arbeit, das Mittel vom Zweck, die Anstrengung von der Belohnung geschieden ».

15 Respectivement « der wahre vollständige Arbeiter » et « die wahre persönliche, ungeteilte Arbeit », in Conze, « Arbeit », op. cit., p. 195.

16 Jean Paul, Vorschule der Ästhetik. Kleine Nachschule zur ästhetischen Vorschule, Munich, Hanser, 1963, § 83, p. 302. La langue de l’artisanat est ici considérée comme l’une des trois Verjüngungsquellen de la langue allemande, à côté des provincialismes et de l’allemand des temps anciens.

17 Sur Riehl (1823-1897), cf. Campbell, Joy of Work, op. cit., p. 32 sq., mais aussi Sebastian Conrad, Globalisierung und Nation im deutschen Kaiserreich, Munich, Beck, 2006, p. 278 sq.

18 En 1935, Deutsche Arbeit en est à sa 13e édition. Conrad (ibid.) indique que le livre fait même l’objet d’une édition de la poste militaire pour être distribué aux troupes pendant le premier conflit mondial : Conrad, Globalisierung und Nation, op. cit., p. 285.

19 Cf. Wolf-Dietrich Greinert, Das « deutsche System » der Berufsausbildung. Geschichte, Organisation, Perspektiven, Baden-Baden, Nomos, 1995, p. 42 sq.

20 Georg Kerschensteiner, Staatsbürgerliche Erziehung der deutschen Jugend, Erfurt, Villaret, 1901.

21 Nous reprenons les thèses développées par Gehlen (Arnold Gehlen, Der Mensch. Seine Natur und seine Stellung in der Welt, Berlin : Junker u. Dünnhaupt, 1944, et ibid., Urmensch und Spätkultur, Frankfurt am Main, Klostermann, 2004) telles que les résume Bollenbeck, avant de les employer lui-même avec brio à propos des paradigmes allemands de Bildung et Kultur : Georg Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1996, p. 167.

Autor

Professeur de civilisation allemande à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur la société allemande contemporaine, en particulier sur les relations du travail et la formation professionnelle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540