Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre II. Identités collectives en émergence

Il était une fois l’Orchestre des Étudiants de Paris (1943-1950)

Monique Travers

Résumé

L’occupation allemande à Paris a été une période d’activité musicale intense. La création, en 1943, de l’Orchestre des Étudiants de Paris est un exemple significatif de cette vitalité. Sous l’impulsion de son jeune chef, Jean Mac Nab, cet orchestre, ouvert à des musiciens non-professionnels, a su rapidement se faire apprécier grâce à la qualité de ses exécutions et la présence à l’affiche de solistes de renom. En sept années d’existence, l’orchestre aura donné environ 70 concerts dont beaucoup salle Gaveau ou au Palais de Chaillot et fait découvrir au public de l’époque des œuvres oubliées de musiciens comme Vivaldi, Haendel ou Corelli. Nombre d’orchestres d’étudiants actuels pourraient se considérer comme les héritiers de la formule originale inaugurée par l’OEP.

Texte intégral

  • 1 Les concerts Pasdeloup, les concerts Colonne, les concerts Lamoureux et la Société des concerts du (...)
  • 2 Ou JMF, créées en 1941 par René Nicoly.
  • 3 Créé par Claude Delvincourt en 1943.

1La vie parisienne sous l’occupation allemande est marquée par une activité musicale intense. Les concerts sont plus nombreux et leur fréquentation augmente de manière impressionnante. Encouragés par l’État, l’Opéra et les grandes associations de concerts1 poursuivent leur activité d’avant-guerre, mais l’époque est également favorable à l’innovation avec la création des Jeunesses Musicales de France2 et la naissance de nouvelles formations comme l’orchestre des Cadets du Conservatoire3 ou comme cet ensemble original qui, après quelques tâtonnements dans sa recherche d’identité, allait bientôt être connu sous le nom d’Orchestre des Étudiants de Paris (OEP).

  • 4 On peut mentionner quelques ouvrages : Stéphanie Corcy, La vie culturelle sous l’Occupation, Paris, (...)
  • 5 Le fonds Jean Mac Nab, chef d’orchestre et fondateur de l’OEP, avec, en particulier, la collection (...)

2De nombreux auteurs se sont intéressés à la vie culturelle sous l’Occupation4, mais aucune étude historique n’ayant été jusqu’ici consacrée à l’OEP, nous allons nous efforcer de retracer son aventure à partir de documents d’archives : affiches, programmes, articles de presse, lettres, autorisations administratives, statuts de l’association, comptes-rendus d’Assemblées générales, etc. Ces documents, pour la plupart issus de plusieurs fonds privés5, ont été présentés lors d’une exposition organisée à l’Institut d’allemand d’Asnières en juillet 2004 avec une conférence-concert qui a réuni d’anciens musiciens de l’orchestre et leurs familles.

3Dans un article paru en 1948, Louis Clairmay évoque le cadre historique de la création de l’Orchestre des Étudiants :

  • 6 Louis Clairmay, L’Œuvre, Bulletin mensuel de l’Œuvre des Artistes, no 272, p. 2, Liège, novembre 19 (...)

Paris, septembre 43… Les jours les plus sombres de l’occupation allemande… Des heures d’incertitude et d’appréhension pour toute une jeunesse en quête d’idéal dans une immense cité irrespirable… Quatre étudiants de la Sorbonne devisent avec animation dans une salle d’École. Deux savent jouer du violon, deux autres du violoncelle. Leur projet vole de bouche en bouche, de salle en salle, de cave en cave : fonder un orchestre ! « Quelle idée folle par les temps que nous essayons de vivre ! » Mais l’objection des gens raisonnables est renversée : les quatre deviendront cinquante, puis cent, puis deux cents… Ils se choisiront pour chef et pour guide un jeune lauréat du conservatoire qui s’appelle Jean Mac Nab, et qui sait ce qu’il veut, en même temps qu’il comprend ce qu’ils souhaitent : le travail acharné et joyeux, appuyé sur la foi sacrée dans le premier des Beaux-Arts…6

4Dès l’automne 1943 donc, les étudiants se mettent au travail, rassemblent ce qu’ils ont comme matériel. Leur jeune chef de 19 ans copie au conservatoire des partitions d’orchestre, sa sœur en extrait les différentes parties, puis chaque instrumentiste va recopier celle qu’il doit jouer. Les répétitions peuvent commencer. Chacun s’efforce d’amener de nouvelles recrues.

5L’orchestre donne son premier concert officiel dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, le 19 février 1944, devant 2 600 auditeurs. Il s’appelle alors Orchestre Universitaire de Paris. Le programme du concert présente l’orchestre et donne tous les renseignements pour ceux qui voudraient participer. Les cotisations sont de 30 francs par an pour les membres exécutants, 50 francs pour les auditeurs, 100 francs pour les donateurs et ad libitum pour les bienfaiteurs. Les répétitions ont lieu le samedi de 16 h 30 à 19 h 00, au siège, c’est-à-dire à la Maison des Sciences, boulevard Saint-Michel. Au programme de ce premier concert : Bach, Haendel, Fauré, Haydn, Mozart et Chopin. Un autre concert suit presque immédiatement à la Sorbonne le 4 mars, avec Mozart, Vivaldi et Corelli : l’orchestre a vraiment démarré.

  • 7 Les documents cités dans ce paragraphe proviennent du fonds Jean Mac Nab.

6À peine ces concerts terminés, il faut déjà penser aux suivants. Jean Mac Nab remet au commissaire de police du 7e arrondissement une demande d’autorisation pour organiser une « séance artistique » le 1er avril à la Sorbonne. La demande ne sera examinée que si ce dernier peut justifier de l’accord des autorités d’occupation. Par ailleurs, il sera procédé à une enquête sur la moralité et les antécédents du pétitionnaire. Une lettre de la Kommandantur, en date du 21 mars 1944, donne l’autorisation d’organiser ce concert, sous réserve que le programme ait été présenté auparavant au service de Propagande. La préfecture de Police donne enfin, elle aussi, son aval. La manifestation est placée sous la responsabilité personnelle des membres du bureau qui ne devront tolérer aucune discussion politique. Alfred Cortot, président du comité professionnel de l’Art Musical et de l’Enseignement Libre de la Musique, félicite Jean Mac Nab « d’avoir réussi à passer de l’initiative à la réalisation »7.

7Le concert est prêt ; il aura lieu dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, à 17 h 00, couvre-feu oblige. L’orchestre joue alors sous le nom d’Orchestre des Étudiants de l’Université de Paris. Au programme, une symphonie et un concerto de Mozart, et le 5e Concerto brandebourgeois de Bach.

8Peu d’activité pendant les mois suivants, et, à la fin de l’été, les répétitions reprennent dans un Paris libéré. Le 11 octobre 1944, la direction de l’orchestre crée un service social d’entraide aux étudiants musiciens, alimenté par les bénéfices des concerts. Le but de ce service est triple : acheter des instruments pour les prêter aux musiciens qui n’auraient pas les moyens de se les procurer, payer les cotisations des membres de l’orchestre qui se trouvent dans le besoin, payer des leçons à ceux qui ont la volonté de se perfectionner, etc.

9Les concerts suivants sont donc donnés au profit de ce service : le 9 novembre, salle Gaveau, puis le 25 novembre à la Sorbonne, et encore salle Gaveau le 26. Sur le programme, on peut lire les noms des premiers membres du comité d’honneur de l’association, parmi lesquels on remarque le prince Louis de Broglie, de l’Académie française.

  • 8 Programme du concert, fonds Jean Mac Nab.

10L’année se termine avec deux concerts, le 9 décembre à la Sorbonne, avec le Concerto pour clarinette de Mozart, et le 17 décembre au Théâtre des Variétés de Versailles devant l’armée américaine. Le programme est en anglais: « Two students will dance the Valse triste of Sibelius »8.

11Le début de l’année 1945 est marqué par la mobilisation du chef d’orchestre et président, Jean Mac Nab et de nombreux autres membres. Le vice président Guy Lefranc prend la présidence de l’association et, pour marquer ce changement, lui redonne le nom d’Orchestre Universitaire de Paris. Mais l’orchestre va-t-il pouvoir continuer sans son chef ? L’assemblée du 27 janvier décide de confier provisoirement sa direction à un professionnel bénévole, Argeo Andolfi. À son retour, en mars 1945, Jean Mac Nab trouve l’association en très grande difficulté. Il convoque personnellement, par pneumatique, chaque instrumentiste à une assemblée générale le 17 mars et se voit réélu à l’unanimité président et chef d’orchestre. L’association reprend immédiatement son nom d’Orchestre des Étudiants de l’Université de Paris.

12En mai et juin, la mention « de l’université » devient toute petite sur les affiches des concerts donnés salle Gaveau, avant de disparaître définitivement. Une nouvelle assemblée générale officialise ce changement : l’OEUP devient l’OEP. Enfin, le 17 juin, l’orchestre est invité à jouer dans les jardins de l’ambassade américaine devant les officiers de l’armée américaine au profit de la Croix-Rouge.

13Pendant l’été 1945, le vice-président Roger Delorme et le secrétaire Étienne Lacroix de Lavalette, travaillent dur aux côtés de Jean Mac Nab. On fait les comptes, on élargit le comité d’honneur avec des personnalités musicales : les chefs d’orchestre André Cluytens et Roger Désormières et le flûtiste Marcel Moyse.

  • 9 Compte-rendu de l’Assemblée générale du 7 septembre 1945, fonds Jean Mac Nab.

14Compte tenu du nombre croissant des membres exécutants de l’association, il faut organiser à la rentrée un concours pour classer et sélectionner de nouveaux instrumentistes. Attention, on ne plaisante pas avec la discipline ! La présence aux répétitions est obligatoire, deux absences entraînent un renvoi de deux mois, et en cas de récidive, un renvoi définitif9. Au programme du concert du 20 octobre : Vivaldi, Gluck et Schutz, puis cinq concerts en automne, salle Gaveau, dont un festival Beethoven, le 9 décembre, qui obtient un tel succès qu’il sera redemandé et rejoué en avril 1946.

15Enfin, le dernier concert de l’année propose, à côté d’une ouverture de Beethoven, des œuvres de Bach, Vivaldi et Corelli. Comme chaque année désormais, l’orchestre jouera en décembre le Concerto grosso opus 6 no 8 en sol mineur de Corelli pour la Nuit de Noël.

16L’année 1946 commence au Palais de Chaillot avec une participation à un concert de danses et chants russes, puis un festival Mozart le 3 mars, et le 2e Concerto brandebourgeois, le 7 avril, avec à la flûte, Louis Moyse, fils de Marcel Moyse.

17Pour fêter l’anniversaire de la victoire, dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, à côté de Beethoven et Vivaldi, on joue les hymnes alliés devant le ministre de l’Éducation nationale au profit de l’association des Prisonniers de guerre du département de la Seine. Le 26 mai, André Marchal, organiste de l’église Saint-Eustache, joue, pour la première fois avec l’orchestre, des concertos pour orgue de Haendel et Bach. Ce sera le début d’une longue amitié avec Jean Mac Nab.

  • 10 Jean Mac Nab, lettre-circulaire du 9 novembre 1946, fonds Madeleine Scherrer.

18Les répétitions reprennent après l’été et l’orchestre joue fin octobre avec la violoniste Sonia Lovis. Mais le chef n’est pas satisfait : dans une de ses lettres mémorables, il qualifie ce concert de « petit succès ». Il attend de ses musiciens qu’ils fassent un gros effort, qu’ils ne jouent pas du violon ou du violoncelle, mais qu’ils « fassent de la musique » ! Pendant la dernière répétition, le concerto était « vide, creux… mort », mais lui, il veut « de la Vie », il veut qu’ils donnent une âme à leur instrument10. Deux jours avant le concert, une autre lettre met en condition « les 80 instrumentistes de l’OEP (vous entendez bien et pas 79 sur 80 !) » :

  • 11 Jean Mac Nab, lettre du 19 novembre 1946, fonds Madeleine Scherrer.

Regardez votre chef, il vous indiquera tout, ayez pleine confiance en lui et ne suivez que lui ; alors seulement vous aboutirez à une unité orchestrale pleine de vie […] Relisez tout ceci jeudi sur le plateau ou avant le début du concert et après l’entracte ; recueillez-vous car vous allez créer et créer c’est quelque chose de beau, quelque chose de grand… mais cela dépasse tout mot si c’est de la vie que vous créez11.

19Chaque mouvement est détaillé, les difficultés signalées : « Attention aux reprises ! » ; « Mesdemoiselles les violoncelles, changez d’habitude et regardez-moi ! ».

  • 12 Clarendon est le pseudonyme du musicologue et critique musical Bernard Gavoty.
  • 13 Les articles de Clarendon et José Bruyr sont cités dans une brochure diffusée en 1950, L’Orchestre (...)

20La méthode est efficace, le 21 novembre 1946, le Théâtre du Palais de Chaillot est plein à craquer pour un festival Beethoven avec le pianiste russe Edouard Darsky. Plus de 3 000 personnes assistent au concert qui remporte un « vif succès » si l’on en croit Clarendon12 dans Le Figaro. Il ajoute : « On ne songe pas assez au mérite singulier d’un groupement d’amateurs qui, privés de subventions, met au point des programmes de cette qualité ». José Bruyr, dans la Revue musicale indique même qu’il faut refuser plus de 500 personnes, 200 auditeurs se contentent des marches13. Fort de ce beau résultat, l’orchestre continue à recruter et diffuse des tracts pour se faire connaître avec le sigle de l’OEP, une photo de l’orchestre salle Gaveau et des extraits du règlement.

21Il y a encore un concert au Palais de Chaillot le 11 décembre 1946, pour le tirage de la Loterie nationale. Enfin le dernier concert de l’année propose, comme l’année précédente, à côté de Bach, Mozart et Gluck, le Concerto grosso pour la Nuit de la nativité de Corelli.

22L’année 1947 s’ouvre fin janvier sur un concert à la Cité universitaire et le travail continue. Lucien Laurent raconte une répétition à la Schola Cantorum :

  • 14 Lucien Laurent, « Un jeune licencié, Jean Mac Nab dirige l’Orchestre des Étudiants », coupure de pr (...)

Soixante-quinze jeunes gens et jeunes filles travaillent un Concerto brandebourgeois pour le prochain concert du 9 février… Trois années d’existence et d’efforts ont amené une cohésion telle que chacune des auditions publiques remporte toujours un grand succès. On est alors étonné de ne plus se trouver devant un orchestre d’amateurs, mais vraiment devant un ensemble qui force l’admiration…14

23Le 9 février, salle Gaveau, l’orchestre joue quatre Concertos brandebourgeois avec le trio Moyse au complet, c’est-à-dire Marcel Moyse à la flûte, son fils Louis à la flûte et au piano et sa belle-fille Blanche, fille d’Arthur Honegger, au violon. Ce concert sera une réussite. Même le chef est content, et, dès le lendemain, il envoie une lettre très élogieuse à ses musiciens :

  • 15 Jean Mac Nab, lettre du 10 février 1947, fonds Madeleine Scherrer.

Je tiens à vous féliciter grandement. Vous avez remporté hier un véritable succès, entièrement mérité. Tout était bien, le 4e Brandebourgeois était parfait, l’ordre et la tenue n’ont pas desservi l’ambiance musicale que vous aviez créée. L’Orchestre des Étudiants de Paris a mérité hier son nom d’« orchestre », vous pouvez en être fiers !15

24Il leur transmet également les félicitations de Marcel Moyse. Ce concert sera redemandé et repris tel quel, même programme, mêmes interprètes, au Palais de Chaillot le 24 avril de la même année.

25Deux autres concerts sont restés gravés dans les mémoires : un concert spirituel dans l’église de Verrières-le-Buisson, le 23 février 1947, avec la Sonate en sol mineur pour deux violoncelles et orchestre de Haendel et le concert du 11 mars avec André Marchal. C’est le deuxième concert avec cet organiste qui jouera neuf fois avec l’OEP.

26Suivent encore deux concerts le 29 mars, avec des œuvres de Beethoven, Mendelssohn et Schubert et le 4 mai 1947, avec le Concerto pour deux violoncelles de Haendel et le Concerto dans le style ancien pour violoncelle et orchestre de Karjinsky. Dans ce dernier concert, le trio Moyse interprète le 2e Concerto brandebourgeois et un Divertissement pour deux flûtes de Bach. L’orchestre donne encore en mai et juin quelques concerts spirituels, effectue des enregistrements pour la radio, et la saison se termine le 8 juin par un concert salle Gaveau, avec Robert Gerle au violon. Ce concert sera retransmis par la radio Paris Inter.

27Après l’été, les répétitions reprennent, et le concert de rentrée salle Gaveau, avec les violoncellistes Paul Tortelier et Maud Martin, remporte un vif succès, comme en témoigne cet article d’un journal non identifié écrit par un certain J.-M. P., fervent admirateur de la jeunesse :

  • 16 J. -M. P., « Jeunesse et Musique », coupure de presse, novembre 1947, fonds Sylvaine Pillet.

La saison dernière, fertile en spectacles musicaux de premier ordre, nous avait offert l’occasion d’aller écouter et applaudir chacun des concerts mensuels de l’Orchestre des Étudiants de Paris, que dirige avec dynamisme et compétence le sympathique Jean Mac Nab, qui réussit à maintenir sa formation à un degré musical élevé. C’est donc avec joie que nous saluons cette saison la rentrée de ce jeune orchestre composé d’étudiants des diverses Facultés qui consacrent, par amour de la musique, une journée par semaine à la mise au point de concerts classiques. Le premier concert de la saison en cours donné le 26 octobre, et qui comportait l’exécution d’œuvres de Vivaldi, Haendel et Bach, vient de remporter le succès qu’il méritait !16

  • 17 Affiche du concert, fonds Jean Mac Nab.
  • 18 Le Guide du Concert, no 11, 12 décembre 1947.

28Mais il ne suffit pas de jouer, il faut faire de la publicité, recruter, et une nouvelle campagne après le 40e concert semble porter ses fruits. Trois grands concerts clôtureront l’année 1947 : un concert symphonique le 30 novembre, salle Gaveau, « avec le concours de Renée Mahé de l’Opéra »17 ; une première audition intégrale des Fireworks Music et Water Music de Haendel, le 18 décembre au Palais de Chaillot avec le renfort des harmonies des grandes Associations symphoniques, en tout 120 exécutants18 ; enfin, le 28 décembre, tradition oblige, l’orchestre joue le Concerto grosso de Corelli pour la Nuit de Noël, cette fois-ci avec les solistes de l’Institut hongrois.

  • 19 Antoine Goléa, dans Témoignage Chrétien, article cité dans une brochure diffusée en 1950, L’Orchest (...)

29L’audition intégrale des Fireworks et Water Music remporte un immense succès. Il semble que ces deux œuvres populaires composées pour être jouées en plein air, soient totalement ignorées du public français dans ces années d’après-guerre. Le musicologue Antoine Goléa « confesse sans honte » les entendre « pour la première fois d’un bout à l’autre »19.

30Les articles de la presse critique de début 1948 saluent cette initiative :

  • 20 Marcel Beaufils, Une semaine dans le monde, 10 janvier 1948.

Mac Nab exhume deux suites symphoniques de grand galbe qui nous reportent au temps des fêtes nautiques et des feux d’artifice de Georges Ier. Water Music et Fireworks Music sont d’inégale valeur. La première mérite de revenir sur les programmes, la seconde peut, je crois, rejoindre les fusées éphémères dans la poudre d’étincelle qu’elle laisse tomber en mourant20.

  • 21 Images musicales, no 78, 13 et 20 février 1948.

31N’en déplaise à Marcel Beaufils, ces deux « suites symphoniques » sont rejouées en février à la demande générale, Water Music dans sa version pour orgue avec André Marchal qui joue également deux œuvres de Bach. Le concert est annoncé dans la revue Images musicales avec une photo du chef en couverture21.

  • 22 Claude Rostand, « Haendel et Mac Nab », Carrefour, 3 mars 1948.
  • 23 Le Guide du Concert, nos 23, 24, 25, 12-19-26 mars 1948.

32Claude Rostand, critique musical pour la revue Carrefour, écrit : « Monsieur Mac Nab s’est attaqué au préjugé de l’inconnu – si redoutable en art – à la routine, à l’amateurisme : il en a triomphé »22. Le guide du concert de mars le confirme : « L’Orchestre des Étudiants de Paris sous la direction de Jean Mac Nab vient de remporter un vif succès au Palais de Chaillot »23. Dans son édition du mois de mai, il consacre une seconde fois sa page de couverture à l’OEP pour annoncer ce qui devrait être les deux derniers concerts, les 22 et 24 mai 1948. En effet, l’association, qui vient pourtant d’être reconnue d’utilité publique par le décret du 9 mars 1948, se trouve dans des difficultés financières telles qu’une dissolution semble inévitable. Des solistes prestigieux participent à ces deux concerts : à l’orgue, André Marchal, au violoncelle, Jean Barronet, au violon, Robert Gerle et Michel Chauveton et, à l’alto, Colette Lequien.

  • 24 Orchestre de Étudiants de Paris, 1943-1948, fonds Jean Mac Nab.

33Surprise, le lendemain, 25 mai 1948, l’association reçoit enfin, de la part du ministère de l’Éducation nationale, une subvention renouvelable qui va couvrir une partie des dettes et éviter provisoirement la dissolution. Mais il faut encore trouver de l’argent et l’OEP va diffuser une magnifique brochure24 avec deux articles racontant les débuts de l’orchestre, les témoignages d’une vingtaine de critiques, des photos des solistes qui ont prêté leur concours à l’OEP depuis cinq ans, parmi lesquels ceux du dernier concert, André Marchal, le trio Moyse, mais aussi Paul Tortelier, Maud Martin, Pierre Nerini et Françoise Gobet, ainsi qu’une grande photo de tous les musiciens.

  • 25 L’Œuvre, Bulletin mensuel de l’Œuvre des Artistes, no 272, p. 1, Liège, novembre 1948.

34Cette photo, devenue emblématique de l’orchestre, figurera en page de couverture de la revue belge L’Œuvre25, qui rappelle le triomphe remporté par les deux « derniers concerts » de mai à Gaveau, les signes d’encouragements venus de toutes parts pour empêcher la dissolution, et l’invitation de L’Œuvre à venir jouer à Liège.

35Les musiciens font leur valise et c’est le grand voyage. Laszlo Szabo, de nationalité hongroise et qui n’avait pas le droit de quitter la France, se souvient qu’il avait dû se faire faire de faux papiers par des amis du temps de la Résistance, pour qui « c’était un jeu d’enfant ». Le groupe des violoncellistes se fait photographier au pied de la statue du grand violoniste, chef d’orchestre et compositeur Eugène Ysaye.

  • 26 I. de G., La Gazette de Liège, novembre 1948.

36Le concert du 20 novembre 1948 à Liège remporte un énorme succès, un grand nombre d’articles en témoigne, on évoque une « salle déchaînée »26 pour les applaudir. La semaine suivante, à Gaveau, c’est le 50e concert de l’OEP, qui marque aussi le début de toute une série d’intégrales, cette fois-ci l’intégrale de la première partie de l’Estro Armonico de Vivaldi, concert qui sera redonné en janvier 1949 à la Cité universitaire.

37Le 9 février 1949, on retrouve à l’affiche Michel Chauveton aux côtés de Gabrielle Lengyel, au violon, et Arpad Szomoru, au violoncelle, dans les six Concerti grossi de l’opus 6 de Corelli, puis le 15 mars au Palais de Chaillot et encore le 20 mars d’après les annonces du Bulletin de l’OEP. Ce bulletin paraît désormais tous les quinze jours dans la revue Images Musicales. Il présente tous les concerts de l’orchestre et propose des articles de fond sur les compositeurs ou les interprètes. Ces articles, à côté de ceux de Jacques Thierac, Clarendon et W. L. Landowsky, annoncent une troisième audition des Fireworks et Water Music au Palais de Chaillot le 5 avril.

  • 27 Affichette du concert, fonds Jean Mac Nab.

38En cette année 1949, Haendel sera à l’honneur dans les concerts de l’OEP et, tout particulièrement, lors d’un concert de gala au Palais de Chaillot, à l’occasion du second centenaire de l’exécution à Londres de la Musique pour les Feux d’artifice du Roi. Cette fois-ci encore, 36 instruments à vent des grandes Associations symphoniques viendront grossir les rangs de l’OEP, portant à 120 le nombre des exécutants. « Tenue de soirée de rigueur aux loges et baignoires », on jouera les hymnes français et britannique27.

39René Dumesnil écrit à propos des Fireworks et Water Music :

  • 28 René Dumesnil, Le Monde, 13 avril 1949.

Encore que ces pièces aient été écrites pour le plein air des jardins de Vauxhall, et que les premières soient faites pour accompagner les détonations de la pyrotechnie, Haendel y a mis assez de finesse pour qu’elles supportent l’atmosphère confinée d’une salle de concerts. Succès pour Jean Mac Nab et son orchestre28.

40Les bulletins de l’OEP donnent le détail des autres concerts de ce printemps : deux concerts spirituels, l’un dans l’église Saint-Louis-des-Invalides au profit des invalides de guerre, l’autre dans l’église Saint-Antoine-de-Padoue, deux concerts dans le cadre du festival de Clamart et des Nuits de Sceaux, et un concert à la Cité universitaire avec le pianiste George Solchany et le violoncelliste Arpad Szomoru dans des concertos de Vivaldi, Bach et Haendel.

41La saison se termine avec la participation de l’OEP aux prestigieuses Nuits musicales du Palais de Chaillot avec des répétitions presque quotidiennes en cette première quinzaine de juillet : une Nuit Bach/Haendel avec André Marchal le 11 juillet et une Nuit du Grand Siècle avec Robert Gerle le 16 juillet. Une fois de plus, le succès est immense et le Palais de Chaillot plein à craquer.

Il est rare qu’une formation d’amateurs parvienne à faire naître une émotion musicale réelle, marquée d’un sceau d’authenticité indiscutable […]

  • 29 Claude Rostand, Carrefour, juillet 1949.

L’Orchestre des Étudiants de Paris que dirige et anime Jean Mac Nab est un de ces cas exceptionnels. […] L’année dernière, on avait parlé de la dissolution de cet Orchestre des Étudiants de Paris. Mac Nab a tenu bon. Il a gagné. […] Il a gagné d’abord parce qu’il a rempli le Palais de Chaillot, ce qui n’arrive pas à tout le monde. […] Il a gagné parce qu’il est un musicien sérieux et passionné, parce qu’il est un musicien tout court29.

  • 30 Norbert Dufourcq, Bulletin de l’OEP, dans la revue Images Musicales, 4 novembre 1949.
  • 31 Jean Mac Nab, « Le roi Haendel », ibid.

42Les étudiants partent en vacances. André Marchal, que Claude Rostand qualifie dans cet article, d’« admirable poète de l’orgue », part représenter l’orgue français en Amérique, et c’est Jean-Jacques Grunenwald qui jouera avec l’OEP l’intégrale des douze Concertos pour orgue de Haendel, une « prouesse qui n’a jamais été réalisée »30 et qui aura encore un fort retentissement dans la presse. Plusieurs articles annoncent le concert. Dans le Bulletin de l’OEP, Jean Mac Nab présente « Le roi Haendel » : « Il y a deux siècles, Haendel était une sorte de Dieu pour ses contemporains. Qu’est-il aujourd’hui ? Un musicien […] que l’on juge ennuyeux le plus souvent sans le connaître… »31.

43Jacques Thierac, dans la revue Opéra, salue

  • 32 Jacques Thierac, « J.-J. Grünenwald improvisateur symphonique », Opéra, 4 novembre 1949.

une initiative hardie, bien dans la manière de Jean Mac Nab, ardent pionnier autant qu’excellent chef, et qui doit spécialement retenir l’attention des mélomanes, car c’est la première fois à notre connaissance que cette audition intégrale leur est offerte, en France tout au moins32.

  • 33 M. C., Ce Matin Le Pays, 15 novembre 1949.
  • 34 Maurice Mac Nab (1856-1889), poète et chansonnier du Chat Noir, auteur du Grand Métingue du Métropo (...)

44Un certain M. C. dans Ce Matin Le Pays33 s’intéresse à ce chef de 25 ans qui ose engager 1 million pour Haendel. Il lui demande une interview. On y apprend qu’il est un petit-neveu de Maurice Mac Nab34, l’auteur des Pendus, que le benjamin de l’orchestre a 14 ans et que « l’ancêtre » en a 26 ; l’orchestre compte « vingt-quatre premiers violons, vingt-deux seconds violons, dix altos, douze violoncellistes et deux contrebassistes », avec, parmi eux, des étrangers : « des Danois, des Suédois, des Anglaises, une Américaine et un Hongrois ».

45Claude Rostand évoque Haendel :

  • 35 Claude Rostand, Carrefour, novembre 1949.

C’est cet illustre inconnu que M. Jean Mac Nab et son Orchestre des Étudiants de Paris veulent s’attacher à nous faire connaître au cours des trois concerts des 18, 22, 25 novembre prochains au Palais de Chaillot. M. Mac Nab n’y va pas par quatre chemins. Avec la hardiesse et l’ardeur habituelles à cette équipe dont aucun des membres n’atteint la trentaine, il a décidé de donner en ces trois soirées, l’audition intégrale des Concertos pour orgue de Haendel. C’est la première fois qu’une entreprise aussi gigantesque sera réalisée dans notre pays35.

46Enfin, un article signé E. R. confirme le succès de l’entreprise :

  • 36 E. R., Images Musicales, 16 décembre 1949.

Nous attendions avec le plus vif intérêt l’audition des 12 Concertos pour orgue de Haendel, avec le concours de J.-J. Grunenwald. Nous n’avons pas été déçus. […] Il fallait pour interpréter ces œuvres de la jeunesse, beaucoup de foi et beaucoup d’amour. L’orchestre des étudiants possède à profusion ces qualités. Techniquement un travail considérable lui a permis de servir au mieux le maître qu’il interprétait. On n’attend rien de plus d’un orchestre, c’est le plus beau compliment qu’on puisse lui faire. Ses attaques sont franches, l’homogénéité parfaite. Il doit ses résultats à son chef Jean Mac Nab qui a conduit, selon son habitude, avec une précision qui n’enlève rien à la flamme qui l’anime36.

47Après cet immense effort de l’orchestre, on trouve peu de grands concerts au début de l’année 1950, juste une participation à des conférences musicales données par Antoine Goléa à l’École normale de musique, un concert le 22 février 1950 à la Cité universitaire. L’orchestre se rend à Lille en mars pour la semaine interculturelle universitaire. Il joue à nouveau Corelli, Bach, Haendel et Mozart avec Gabrielle de Lussats et Serge Blanc au violon, Annette Queille à l’alto.

  • 37 Invitation au concert des « amis et auditeurs » de l’orchestre, fonds Jean Mac Nab.
  • 38 Allocution de Jean Jauffret, étudiant en médecine, président de l’OEP, fonds Jean Mac Nab.
  • 39 Clarendon, dans Le Figaro, article cité dans la brochure, L’Orchestre des Étudiants de Paris vu par (...)

48Le même programme est repris pour un « petit concert privé » le 21 avril, encore à la Cité universitaire, précédé par une « Allocution du président : “Pourquoi l’Orchestre des Étudiants de Paris est à nouveau menacé de dissolution irrémédiable ?” »37. « Si rien ne peut sauver notre orchestre, il nous aura été très bon de voir jusqu’au bout autour de nous tant de compréhension et de sympathie »38. L’orchestre se trouve, en effet, à nouveau, comme en 1948, dans une situation dramatique à la suite du refus de renouvellement de la subvention de la direction des Arts et des Lettres. Une brochure est distribuée qui rassemble de nombreux articles de presse élogieux des dernières années. Certains, comme Bernard Gavoty, déplorent la dissolution annoncée de l’orchestre : « Ne se trouvera-t-il pas, dans quelque loge officielle, un président de la République musicale capable de signer la grâce de cent étudiants condamnés à mort ? »39.

  • 40 Affichette du concert, fonds Jean Mac Nab.

49Les répétitions continuent à la Cité universitaire pour un dernier concert au Palais de Chaillot le lundi 8 mai 1950, « au profit des étudiants malades (Mutuelle des Étudiants) »40, avec l’organiste André Marchal, le violoniste Serge Hurel et les flûtistes Roger Bourdin et Fernand Caratgé. Bach, Haendel et Mozart sont au programme. Ce concert marque la fin de l’OEP. Un contrat appelle Jean Mac Nab au Brésil où il va poursuivre sa carrière de chef d’orchestre.

*

  • 41 Selon une expression en cours au XIXe siècle reprise par Claude Rostand, dans un article déjà cité,(...)

50La création de l’Orchestre des Étudiants de Paris constitue un exemple emblématique de la vitalité de la vie culturelle et artistique de la période sombre de l’occupation allemande. Telle une gamme de sept notes de musique, l’Orchestre des Étudiants de Paris aura vécu une semaine d’années, de 1943 à 1950, sept ans de vie et de travail intenses avec environ 70 concerts dans des salles prestigieuses, salle Gaveau (près de la moitié des concerts), Palais de Chaillot, Cité universitaire, Sorbonne, etc. Parmi les compositeurs visités, on trouve loin en tête « Notre Saint-Père le Bach »41, qui apparaît dans plus d’un concert sur deux, suivi quasiment ex æquo par Haendel, Mozart et Vivaldi, avec une mention spéciale pour Corelli.

  • 42 Antoine Goléa, cité dans la brochure Orchestre des Étudiants de Paris, 1943-1948, fonds Jean Mac Na (...)

51La force de l’impulsion initiale, le « do » à l’origine de cette entreprise réussie reposait sur l’enthousiasme communicatif de son fondateur, Jean Mac Nab, qui avait su profiter des énergies disponibles pendant ces années d’occupation et ensuite de l’élan de la Libération. Le but poursuivi était double : un but éducatif en milieu universitaire – former un orchestre ouvert à tous les étudiants et non pas à des musiciens professionnels – et un but éducatif vis-à-vis du public – proposer de découvrir, à côté de morceaux très connus, des œuvres qui « dormaient dans la poussière des bibliothèques »42. On peut citer, en particulier, les suites Water Music et Fireworks Music et les Concertos pour orgue de Haendel, les concertos de l’opus 6 de Corelli ou encore ceux de l’Estro Armonico de Vivaldi, toutes pièces qui sont restées inscrites depuis au répertoire classique. Le succès remporté tient évidemment aussi à la présence à l’affiche de solistes de renom attirés par la qualité de ces sympathiques musiciens amateurs.

52De nos jours, le paysage musical français compte beaucoup d’orchestres d’étudiants. Il ne faudrait pourtant pas perdre de vue tout ce que la formule avait de novateur à l’époque. Même si l’existence de l’OEP fut de relativement courte durée, c’est au nombre de ses héritiers qu’il convient de mesurer la fécondité de l’expérience.

Notes

1 Les concerts Pasdeloup, les concerts Colonne, les concerts Lamoureux et la Société des concerts du conservatoire sous la direction de Charles Munch.

2 Ou JMF, créées en 1941 par René Nicoly.

3 Créé par Claude Delvincourt en 1943.

4 On peut mentionner quelques ouvrages : Stéphanie Corcy, La vie culturelle sous l’Occupation, Paris, Lib. Acad. Perrin, 2005 ; Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy, Paris, Complexe, 2001 ; Jean-Pierre Rioux (dir.), La vie culturelle sous Vichy, Paris, Complexe, 1987.

5 Le fonds Jean Mac Nab, chef d’orchestre et fondateur de l’OEP, avec, en particulier, la collection complète des affiches et programmes de concerts, le fonds Madeleine Scherrer, altiste, puis violoniste de l’orchestre dès sa fondation et le fonds Sylvaine Pillet, violoncelliste et secrétaire de l’orchestre à partir de 1946.

6 Louis Clairmay, L’Œuvre, Bulletin mensuel de l’Œuvre des Artistes, no 272, p. 2, Liège, novembre 1948.

7 Les documents cités dans ce paragraphe proviennent du fonds Jean Mac Nab.

8 Programme du concert, fonds Jean Mac Nab.

9 Compte-rendu de l’Assemblée générale du 7 septembre 1945, fonds Jean Mac Nab.

10 Jean Mac Nab, lettre-circulaire du 9 novembre 1946, fonds Madeleine Scherrer.

11 Jean Mac Nab, lettre du 19 novembre 1946, fonds Madeleine Scherrer.

12 Clarendon est le pseudonyme du musicologue et critique musical Bernard Gavoty.

13 Les articles de Clarendon et José Bruyr sont cités dans une brochure diffusée en 1950, L’Orchestre des Étudiants de Paris vu par la presse musicale, fonds Jean Mac Nab.

14 Lucien Laurent, « Un jeune licencié, Jean Mac Nab dirige l’Orchestre des Étudiants », coupure de presse, janvier 1947, fonds Sylvaine Pillet.

15 Jean Mac Nab, lettre du 10 février 1947, fonds Madeleine Scherrer.

16 J. -M. P., « Jeunesse et Musique », coupure de presse, novembre 1947, fonds Sylvaine Pillet.

17 Affiche du concert, fonds Jean Mac Nab.

18 Le Guide du Concert, no 11, 12 décembre 1947.

19 Antoine Goléa, dans Témoignage Chrétien, article cité dans une brochure diffusée en 1950, L’Orchestre des Étudiants de Paris vu par la presse musicale, fonds Jean Mac Nab.

20 Marcel Beaufils, Une semaine dans le monde, 10 janvier 1948.

21 Images musicales, no 78, 13 et 20 février 1948.

22 Claude Rostand, « Haendel et Mac Nab », Carrefour, 3 mars 1948.

23 Le Guide du Concert, nos 23, 24, 25, 12-19-26 mars 1948.

24 Orchestre de Étudiants de Paris, 1943-1948, fonds Jean Mac Nab.

25 L’Œuvre, Bulletin mensuel de l’Œuvre des Artistes, no 272, p. 1, Liège, novembre 1948.

26 I. de G., La Gazette de Liège, novembre 1948.

27 Affichette du concert, fonds Jean Mac Nab.

28 René Dumesnil, Le Monde, 13 avril 1949.

29 Claude Rostand, Carrefour, juillet 1949.

30 Norbert Dufourcq, Bulletin de l’OEP, dans la revue Images Musicales, 4 novembre 1949.

31 Jean Mac Nab, « Le roi Haendel », ibid.

32 Jacques Thierac, « J.-J. Grünenwald improvisateur symphonique », Opéra, 4 novembre 1949.

33 M. C., Ce Matin Le Pays, 15 novembre 1949.

34 Maurice Mac Nab (1856-1889), poète et chansonnier du Chat Noir, auteur du Grand Métingue du Métropolitain.

35 Claude Rostand, Carrefour, novembre 1949.

36 E. R., Images Musicales, 16 décembre 1949.

37 Invitation au concert des « amis et auditeurs » de l’orchestre, fonds Jean Mac Nab.

38 Allocution de Jean Jauffret, étudiant en médecine, président de l’OEP, fonds Jean Mac Nab.

39 Clarendon, dans Le Figaro, article cité dans la brochure, L’Orchestre des Étudiants de Paris vu par la presse musicale, 1950, fonds Jean Mac Nab.

40 Affichette du concert, fonds Jean Mac Nab.

41 Selon une expression en cours au XIXe siècle reprise par Claude Rostand, dans un article déjà cité, Carrefour, novembre 1949.

42 Antoine Goléa, cité dans la brochure Orchestre des Étudiants de Paris, 1943-1948, fonds Jean Mac Nab.

Auteur

Maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Germaniste linguiste de formation, elle assure des enseignements de grammaire, phonologie et didactique. Ses activités de recherche l’ont conduit dès les années 1980 à s’intéresser aux nouvelles technologies et à leur utilisation à des fins pédagogiques, en particulier dans le cadre de l’aide à la réussite. Elle est l’auteur de plusieurs logiciels d’apprentissage. Passionnée par l’art et la musique, elle a travaillé sur le Blaue Reiter et intervient actuellement dans une formation à l’art du récital pour des musiciens professionnels. Parmi ses publications : « De Mitsi à Hyperlab, 30 ans de technologies toujours nouvelles », in Passerelles et Passeurs. Hommages à Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte, Asnières, PIA, 2002, p. 369-384 ; édition commentée en collaboration avec Bernard Viselthier de Jean Janitza, Babel en éducation, Asnières, PIA, 2003.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540