Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre I. L'individu entre égotisme et destruction/réinvention du moi

Lenka Reinerova : exil et retour d’exil entre traumatisme et résilience

Anne Saint-Sauveur

Résumé

En croisant des approches méthodologiques et des notions variées, alliant l’histoire, la sociologie, la littérature, la psychologie, nous tenterons d’appliquer le concept de résilience aux traumatismes de l’exil et du retour d’exil. En partant de l’exemple de la dernière écrivaine de langue allemande résidant à Prague, Lenka Reinerova, née en 1916, et de deux de ses œuvres autobiographiques parues en 2000 et 2003 Zu Hause in Prag, manchmal auch anderswo et Alle Farben der Sonne und der Nacht, nous analyserons la portée des blessures traumatiques et les facteurs de résilience.

Texte intégral

1S’il est une caractéristique novatrice de l’Institut d’allemand d’Asnières, institut auquel a appartenu Gerald Stieg depuis la première heure, et auquel il a consacré toute sa carrière, c’est bien la pluridisciplinarité. C’est sous l’impulsion de son fondateur Pierre Bertaux que la germanistique a quitté le seul domaine de la littérature pour s’ouvrir à une civilisation aux approches multiples – histoire, sciences politiques, sociologie, démographie, histoire des idées incluant la philosophie ou la psychologie. Mais l’exemple de Gerald Stieg montre que l’on peut aussi rapprocher les sous disciplines de la germanistique en appliquant la pluridisciplinarité y compris à la littérature à travers un regard de civilisationniste, et élargir le champ de la germanistique à tous les pays germanophones, en particulier l’Autriche.

2C’est pour ces raisons que nous avons choisi une approche résolument pluridisciplinaire pour cette étude portant sur Lenka Reinerova, la dernière écrivaine germanophone de la Prague multiculturelle dont était issu Kafka. En partant de deux de ses œuvres récentes parues chez Aufbau respectivement en 2000 et en 2003, Zu Hause in Prag, manchmal auch anderswo (abrégé ZP) présentant dans une fiction autobiographique les étapes de son exil et de son retour, et Alle Farben der Sonne und der Nacht (abrégé AF), récit autobiographique retraçant son emprisonnement au retour d’exil, nous tenterons d’analyser pourquoi, malgré les blessures traumatiques de l’exil et du retour d’exil, Lenka Reinerova est une personnalité résiliente.

3Pour comprendre la portée du questionnement, il convient de commencer par ébaucher le cadre historique et conceptuel.

4Si la vie de Lenka Reinerova reflète un siècle d’histoire, de la monarchie austro-hongroise à la création de la République tchèque, elle témoigne surtout des deux drames historiques fondamentaux du XXe siècle : le national-socialisme et le stalinisme, au-delà même du seul exemple de l’Allemagne et de l’Union soviétique. Née en 1916 dans la monarchie austro-hongroise, Lenka Reinerova, juive et communiste, échappa par hasard à l’occupation national-socialiste et s’exila en France en mars 1939. Toutefois, du fait du décret du ministère de l’Intérieur français du 17 septembre 1939 concernant les « étrangers suspects au point de vue national », Lenka Reinerova connut l’emprisonnement en cellule individuelle à Paris en septembre 1939 pendant six mois, puis l’internement jusqu’en 1941 au camp de Rieucros en zone dite libre. En partance pour le Mexique, seul pays pour lequel elle avait fini par obtenir un visa pour échapper au piège français, son bateau fut intercepté au Maroc où elle fut à nouveau internée, puis contrainte de séjourner à Casablanca avant de pouvoir rejoindre le Mexique en décembre 1941. Dès 1945, elle choisit le retour d’exil, en regagnant d’abord Belgrade, ville d’origine de son mari, puis Prague en 1947, sa ville natale où elle réside actuellement encore. Mais c’est dans cette ville qu’elle fut emprisonnée pendant un an et demi en 1952 lors des purges staliniennes dans le cadre du procès Slansky, dans une vague d’arrestations visant les exilés ayant séjourné à « l’Ouest », en particulier au Mexique où avait résidé Trotski, et/ou étant d’origine juive. Deux retournements douloureux de l’histoire, en exil comme au retour.

5Sur le plan méthodologique, nous croiserons des concepts historiques et psychologiques. Contrairement à une migration volontaire qui relève d’une libre décision d’une personne pour des raisons personnelles (changement de cadre, goût de l’aventure) ou économiques (meilleures conditions de travail dans un pays étranger), avec la possibilité de revenir dans son pays d’origine quand on en prend la décision, l’exil correspond à une migration contrainte imposée par des facteurs politiques sur lesquels l’individu n’a pas prise. La fuite dans un pays d’accueil qui offre refuge a pour but d’échapper à la mort, le retour vers le pays d’origine, appelé aussi rémigration, étant impossible tant que les données politiques restent inchangées.

  • 1 Erik Erikson, Identität und Lebenszyklus, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1966, p. 124.
  • 2 Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 17.

6Nous entendrons par blessure une perturbation du moi qui peut entraver la formation et la permanence de l’identité, elle-même comprise comme une relation réciproque de fidélité permanente à soi-même et de partage permanent de certains traits spécifiques de groupe1, et par traumatisme l’effet psychique résultant de la rencontre avec le trauma, exposition à des événements adversifs. Si au départ la notion de résilience était utilisée dans le domaine de la physique pour désigner l’aptitude d’un corps à résister à un choc, elle fut employée, d’abord dans la littérature anglo-saxonne en sciences sociales, comme « l’aptitude à tenir le coup et à reprendre un développement dans des circonstances adverses »2.

7Ce concept développé en France en particulier par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik permet lui-même l’intégration de plusieurs disciplines comme les neurosciences, la psychobiologie, la génétique, les approches psychanalytiques, comportementales ou psychosociales. Cyrulnik parle de tremplin, de potentiel de vie, de ressort invisible d’une résilience qui se tricote après une épreuve, un malheur ou un traumatisme, de quelque ordre que ce soit. Il ne s’agit ni d’un déni, ni d’un clivage, ni d’une prétention à l’invulnérabilité, le concept relève de la famille des mécanismes de défense, mais il est plus évolutif et porteur d’espoir, les « blessés de l’âme » trouvant sur leur route des « tuteurs de résilience ».

Les blessures traumatiques de l’exil et du retour d’exil

  • 3 « Heimat ist, reduziert auf den positivpsychologischen Grundgehalt des Begriffes, Sicherheit ». Jea (...)

8L’exil signifie une perte de la Heimat avec tout ce qu’elle comporte, Jean Améry la définissant à la fois dans sa réalité concrète et dans son aspect symbolique : le concept comporte un aspect géographique, mais aussi culturel, linguistique et psychologique, la Heimat étant ce qui est connu, ce qui donne la sécurité3. Le retour d’exil, dans la Heimat, devrait donc signifier recouvrer toutes ces dimensions. Or, non seulement l’exil, mais aussi le retour d’exil constituent pour Lenka Reinerova une blessure traumatique sur le plan matériel, social et identitaire.

9Sur le plan matériel, la souffrance fut grande dans les deux cas. En exil en France, Lenka Reinerova perdit toute sécurité comme en témoigne toute sa fiction autobiographique : elle dut loger dans un hôtel miteux à Paris, puis faute de permis de résidence dans la capitale, partir pour Versailles à l’hôtel Moderne qui, selon ses propres dires, était tout sauf moderne, avant de pouvoir s’installer enfin dans la Maison de la Culture tchécoslovaque où des compatriotes la recueillirent rue Notre-Dame-des-Champs. Les conditions d’hygiène à la prison de la Roquette comme au camp du Rieucros étaient déplorables, la chaleur torride dans des baraques du camp d’internement d’El Oued dans le désert marocain, Lenka Reinerova connut la maladie grave à Casablanca, la pénurie au Mexique.

  • 4 « Als ich dann endlich zurückkehrte in meine Heimastadt, war es kein freudiges Wiedersehen. War ich (...)

10Au retour d’exil, c’est le sentiment d’étrangeté qui frappa Lenka Reinerova : « Lorsque je finis enfin par rentrer dans ma ville natale, ce ne fut pas des retrouvailles joyeuses. Étais-je vraiment encore chez moi ? Je devais commencer par m’en rapprocher peu à peu en tâtonnant »4 (ZP 90). Mais les expériences les plus dramatiques seront surtout dans les prisons staliniennes en 1952 où les conditions de froid, de manque de nourriture et d’hygiène étaient extrêmes, les humiliations incessantes :

  • 5 « Als man mich eines Tages mittags wieder zurückbrachte, waren meine Hände bleischwer, auch der Kop (...)

Lorsqu’on me ramena un jour à midi, mes mains étaient lourdes comme du plomb, ma tête et mon cœur oppressaient comme des corps étrangers dans un organisme vivant. Tout faisait mal, toute la vie était douleur5.

11Bien au-delà du matériel, ces souffrances signent une grande insécurité physique et psychique.

12Au niveau social, c’est avant tout l’isolation qui fut source de souffrance dans l’exil français et mexicain. Lenka Reinerova fut séparée dès 22 ans de sa famille, ses parents et ses deux sœurs, et elle apprendra en 1945 que cette séparation sans adieu était définitive, source d’une immense souffrance comme en témoigne la nouvelle Ausflug zum Schwannsee. Cette solitude fut particulièrement sensible pendant les six mois de prison individuelle à la Petite Roquette à Paris subie du jour au lendemain après la déclaration de guerre de septembre 1939.

13Dans les prisons de Prague, Lenka Reinerova fit des expériences d’isolement encore plus difficiles, à la limite de la mort. Dans une douleur extrême, elle envisage de se laisser mourir, elle ne peut plus manger, ne supporte pas être séparée de son mari et de sa petite fille :

  • 6 « Zu Hause, ganz in der Nähe und doch unermesslich weit, lebten mein Mann und mein Kind. Nur selten (...)

À la maison, tout près et pourtant infiniment loin, vivaient mon mari et mon enfant. Je ne m’accordais que rarement d’être en pensée auprès d’eux et avec eux. C’était si douloureux et lié irrémédiablement à la question de savoir combien de temps cette séparation cruelle allait encore durer, que cela m’était tout simplement insupportable. La tête me tournait, mes mains commençaient à trembler, je devais retenir un cri6.

14Sur le plan identitaire, ces souffrances constituent une blessure au plan personnel et collectif. L’expérience de l’exil a bouleversé l’identité personnelle de Lenka Reinerova, qui fut stigmatisée en tant que juive, elle qui était juive assimilée, totalement dénuée d’appartenance religieuse et très peu consciente de sa judéité. Mais cette exclusion n’a jamais engendré de réactivation de l’identité juive, Lenka Reinerova se considérant exclue avant tout comme communiste, ce qui atténua cette blessure personnelle. En revanche, l’expérience du retour fut beaucoup plus traumatisante sur le plan personnel. Jamais son arrestation n’a été comprise :

  • 7 « Ich wusste nicht warum […]. In den frühen Abenstaunden jenes Tages wurde ich abgeholt. Man sagte (...)

Je ne savais pas pourquoi […] Ce jour-là, on vint m’arrêter en fin d’après-midi. On ne me dit pas pourquoi je fus arrêtée, seule réponse à toutes mes questions : « Vous le savez vous-même mieux que tout autre »7.

  • 8 « Einen Monat lang wurde ich in einer improvisierten Zelle im Kellergeschoss einer prächtigen Villa (...)

15L’absence de sens apparaît comme un fil rouge du récit, jamais une explication n’est donnée8. Réduite en prison à l’état de chose, elle y perdit son identité de femme et de mère, voire d’être humain : l’expérience de la torture, physique et psychique, l’absence totale de pourquoi retire au traumatisé toute identité de personne.

16Au niveau collectif, l’expérience de l’exil exclut d’abord Lenka Reinerova de la communauté des germanophones de Prague et globalement de sa propre Heimat. Mais la blessure identitaire fut encore plus forte en septembre 1939 quand Lenka Reinerova fut arrêtée à Paris en tant que tchèque, comme étrangère dangereuse, les Français étant incapables de distinguer les partisans de Hitler de ses victimes.

  • 9 « Diese Art Menschen gehörten zu meinem Kreis », AF, p. 28.

17En 1952, la déstructuration identitaire fut beaucoup plus radicale, d’autant plus forte que le traumatisme était infligé par son propre cercle social et politique : « de telles personnes faisaient partie de mon cercle »9. Les interrogatoires étaient incessants, irréguliers mais fréquents, la pression intolérable :

  • 10 « “Warum leugnen Sie alles? Wir wollen Ihnen nur helfen”. […] “Was Sie gestehen sollen?” wiederholt (...)

Pourquoi niez-vous tout ? Nous ne voulons que vous aider […] Ce que vous devez avouer ? répétait-il. Eh bien, vos crimes. Haute trahison et espionnage pour l’ennemi de classe, contacts avec l’Ouest, intrigues en Yougoslavie, tout cela10.

18Comme elle le signala dans un témoignage, être arrêté par ses ennemis est dur, être arrêté par ses amis est une pilule si amère qu’on ne peut pratiquement l’avaler. Une déstructuration proche de la destruction définitive.

Les facteurs de résilience

  • 11 Der Ausflug zum Schwanensee, 1983; Es begann in der Melantrichgasse, 1985; Die Premiere, 1989; Das (...)
  • 12 Schillerring der Deutschen Schillerstiftung, 1999; Verdienstmedaille, 2001 (durch Vaklav Havel); Eh (...)

19Comment une résilience a-t-elle pu se mettre en place malgré tout, permettant à Lenka Reinerova de publier neuf livres entre 1983 et 200711, de se voir attribuer plusieurs reconnaissances internationales12, de rayonner véritablement, de faire preuve d’un charisme tangible dans ses nombreuses conférences dans toute l’Europe et de conclure lors d’un colloque à l’Institut d’allemand d’Asnières en 2002 :

  • 13 « Ich bin so glücklich eine Tochter zu haben, ich bin so glücklich eine Enkelin zu haben, ich bin s (...)

Je suis si heureuse d’avoir une fille, si heureuse d’avoir une petite-fille, si heureuse d’avoir atteint quatre-vingt-cinq ans. Je crois que c’est l’une des raisons qui expliquent pourquoi je continue à aimer tant la vie et considère chaque jour comme un gain. Quand on considère chaque jour comme un gain, on doit, je crois, s’efforcer en même temps de faire si possible quelque chose de chaque jour13.

20Dans une approche du phénomène de résilience, on peut distinguer avec Boris Cyrulnik des ressources internes et des ressources externes.

21Parmi les ressources internes, le tempérament et le caractère, ainsi qu’une mémoire non consciente ou inconsciente, biologique, mais aussi affective, infléchie par le milieu affectif avant même l’usage de la parole, donnent à l’individu des tuteurs de résilience plus ou moins solides, qui ne signifient jamais l’invulnérabilité, mais permettent la mise en place de mécanismes de défense, opérations mentales destinées à diminuer le malaise provoqué par une situation dramatique.

  • 14 « […] wollte ich, kaum war ich achtzehn Jahre alt, diese überbevölkerte Behausung tunlichst schnell (...)
  • 15 « Eine Spinne hockte am Rande einer angebrochenen Fliese und betrachtete mich. “Bleib bei mir, Freu (...)

22Il est évidemment illusoire d’analyser de l’extérieur et en quelques mots les ressources internes, mais on peut noter quelques traits de caractère et de tempérament, sans aborder le problème de l’acquis et de l’inné. Lenka Reinerova fit preuve dès son plus jeune âge de grandes capacités évolutives : marquée très jeune par des difficultés sociales, puisque la misère l’obligea à quitter l’école à seize ans alors qu’elle était brillante élève, elle parvint à travailler dans une rédaction et s’engagea pour le communisme. Les attaches familiales semblent fortes, l’attachement à sa petite sœur au-delà de sa mort est frappant, même si dès dix-huit ans, Lenka Reinerova fit preuve d’un fort sentiment d’indépendance14. La capacité de s’adapter et de rebondir apparaît comme un leitmotiv tout au long des deux œuvres, Zuhause in Prag, manchmal auch anderswo et Alle Farben der Sonne und der Nacht une très forte volonté de vivre, malgré les traces d’un profond désespoir dans quelques passages comme quand elle semble vouloir se laisser mourir en prison, mais retrouve l’espoir, y compris grâce à un insecte15.

  • 16 Lenka Reinerova, « Jeder Tag ist ein Gewinn », op. cit., p. 329.

23L’optimisme fondamental de Lenka Reinerova lui permet de remercier la nature de l’avoir dotée d’un heureux naturel, elle répond à ses détracteurs lui reprochant de donner une vision trop positive de l’exil, présenté aussi comme un enrichissement, qu’on n’est jamais trop optimiste, que l’optimisme fait partie de sa philosophie de la vie16. Ces ressources internes jouèrent un rôle essentiel, en particulier dans le traumatisme du retour.

  • 17 Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, op. cit., p. 135-138.

24Mais les ressources internes ne suffisent en rien, la possibilité de comprendre la signification d’un coup qui représente une blessure fait que n’en naîtra pas un traumatisme aux effets dévastateurs ou des troubles durables, mais des troubles aménagés entraînant une réflexion stimulante sur le sens de la vie17. La blessure peut avoir un développement infléchi si se mettent en place autour du blessé des lieux d’affection, d’activité et de parole : nous distinguerons le circuit affectif-institutionnel, et le circuit historisé.

  • 18 « Ein gewisses Gefühl der Sicherheit ».

25Dans le circuit affectif et institutionnel, l’expérience de la solidarité, de la main tendue ou que l’on tend, signalée par Cyrulnik comme tuteurs de résilience, a été forte en exil. Lenka Reinerova, seule de sa famille à avoir pu échapper à la mort, a bénéficié de solidarité aussi bien personnelle, anonyme que collective. Des compatriotes la soutinrent, Egon Erwin Kisch à Versailles (ZP 24-25), des artistes tchèques à Paris, lui donnant pour la première fois « un certain sentiment de sécurité » (ZP 33)18. Elle rapporte dans son ouvrage qu’au camp de Rieucros, des Français avaient accroché des fleurs sur les barbelés. Au Maroc où elle a dû séjourner à Casablanca, une famille marocaine l’a soignée quand elle était gravement malade et le capitaine de Moissac, commissaire français, l’a éloignée de Casablanca quelques jours pour lui permettre d’échapper à une razzia, lui sauvant la vie. Des camarades exilés aux États-Unis réussirent à la faire mettre sur une liste d’écrivains en danger pour lui permettre d’obtenir un visa pour le Mexique. Dans son nouveau pays d’exil, Lenka Reinerova participa au mouvement politique et culturel Freies Deutschland qui rassemblait les exilés germanophones avec une publication du même nom, un club culturel intitulé Heinrich Heine Klub. Les circuits sociaux empêchèrent le traumatisme identitaire destructeur.

  • 19 Lenka Reinerova fera des expériences douloureuses de défaut de solidarité, y compris d’amis proches (...)
  • 20 « Sie befreite mich aus dem unnatürlichen Zustand ergebnisloser Grübelei und half mir, ohne sich de (...)

26En revanche, lors du retour d’exil, le circuit institutionnel fut réduit à néant. Aucun contact social et politique ne fut toléré pendant quinze mois, Lenka Reinerova ne sera réhabilitée qu’en 1964, onze ans plus tard19. En revanche, alors même qu’elle ne pouvait plus se nourrir et pensait à mourir au bout de plusieurs mois de cellule individuelle, le partage de sa cellule avec une codétenue, Dana, lui procura cette expérience de la solidarité : « Elle me libéra de l’état contre-nature d’une cogitation qui tournait en rond et m’aida, sans en avoir conscience, à retrouver ma confiance en moi »20. C’est à deux qu’elles décidèrent de « continuer à vivre comme des humains même dans ces circonstances » (AF 81).

27C’est par le circuit historisé que Lenka Reinerova parviendra aussi à surmonter les traumatismes : en attribuant un sens à l’événement douloureux, le blessé peut en modifier l’éprouvé. Il faut distinguer le traumatisme de l’exil et celui du retour.

28La signification donnée à la blessure première de l’exil n’est en aucun cas d’ordre religieux, Lenka Reinerova n’étant pas (re)venue à une identité juive, mais politique au sens large. Communiste depuis l’âge de seize ans, elle apporta d’emblée une analyse marxiste au phénomène du national-socialisme, son exil apparaissant non comme un malheur, mais comme une injustice qu’il s’agissait de combattre. Cette attitude politique eut des conséquences concrètes quant au rapport avec l’identité d’origine, Lenka Reinerova, membre à Mexico du mouvement Freies Deutschland d’obédience communiste, mais prônant un front unitaire, travailla au sein de la représentation tchèque à Mexico en liaison avec le gouvernement en exil, permettant de maintenir un lien identitaire avec la partie saine de la patrie d’origine et d’éviter la déchirure. De même, cette attitude a permis de garder intact le rapport à la culture et à la langue allemandes. Lenka Reinerova, à qui on demande souvent comment elle peut continuer à écrire en allemand après tout ce qui s’est passé, répond qu’elle ne voit pas pourquoi elle refuserait d’écrire dans une langue, celle d’un Goethe et d’un Heine, dans laquelle de si belles choses ont été écrites. Parfaitement bilingue, elle choisit d’écrire dans sa langue maternelle, l’allemand et non en tchèque.

  • 21 Boris Cyrulnik, Parler d’amour au bord du gouffre, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 21.

29En revanche, il a été infiniment plus difficile de donner une signification au traumatisme du retour, car comme l’affirme Cyrulnik, le « ici, pas de pourquoi » est le plus sûr moyen de torturer un homme en faisant de lui une chose : « Un travail de mise en sens est indispensable pour tendre la main à un agonisant psychique et l’aider à reprendre une place dans le monde des humains »21. Or ce travail de mise en sens a été infiniment difficile dans le cas du traumatisme du retour. Le seul sens qu’a pu trouver Lenka Reinerova est non pas une explication de l’injustice elle-même, mais la différenciation entre les monstres qui la torturaient, dénués de toute liberté et toute humanité, et elle-même qui avait une liberté intérieure :

  • 22 « Ich war kein Ding, das man wegwerfen kann. Ich war ein Mensch. Die im Korridor, die einander vor (...)

Je n’étais pas une chose qu’on pouvait jeter. J’étais une personne. Ceux qui se relayent dans le corridor devant le judas, ce n’étaient plus des êtres humains mais des objets d’une volonté étrangère. Pas moi. J’allais et venais, je bougeais selon ma propre volonté, je pensais, je cogitais, je sortais de moi des personnes et des événements qui avaient un sens, une valeur durable rayonnante comme les couleurs du soleil qui se lève22.

  • 23 Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 8.

30Plus encore au travers du circuit historisé que du circuit institutionnel, il apparaît que l’identité humaine est essentiellement narrative, la parole donnant la possibilité de métamorphoser. Ce qui est vrai dans le développement de l’enfant, qui passe, par la parole, du stade des perceptions immédiates aux représentations de son passé et de son avenir, l’est plus encore dans le cas d’un blessé : comme l’affirme Cyrulnik, c’est la représentation du malheur qui affirme la maîtrise du traumatisme et sa mise à distance en tant qu’œuvre socialement stimulante23.

31C’est bien ce qu’atteint Lenka Reinerova dans ses deux récits. Dans Zuhause in Prag, manchmal auch anderswo, le récit autobiographique est inséré dans le cadre d’un dialogue fictif avec une jeune SDF londonienne, à qui elle transmet pour ainsi dire son message dans une série d’incises qui lui sont directement adressées, ancrant son récit dans l’actualité. L’écriture permet donc la transmission de la mémoire, le dépassement de la blessure par l’écriture du sens. Le temps du récit a été beaucoup plus long pour le retour d’exil jusqu’à ce que puisse être écrit Alle Farben der Sonne und der Nacht :

  • 24 « Diesmal brauchte ich lange, nicht Wochen und Monate, sondern ganze Jahre, ehe mich zu dem Entschl (...)

Cette fois-ci, j’eus besoin de beaucoup de temps, non pas des semaines et des mois, mais des années entières avant d’arriver à décider à rouvrir malgré tout un des chapitres les plus douloureux de ma vie24.

32En plaçant l’événement hors de soi et en le situant dans le temps, le récit, qualifié par Cyrulnik d’« antibrouillard », métamorphose l’événement traumatique.

  • 25 Sigmund Freud, Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, Paris, Gallimard, 1969, p. 129.

33Au sein de tout ce travail de mise en mot, mais plus globalement encore, Lenka Reinerova dispose de deux précieux facteurs de résilience, la fantaisie et l’humour, Freud ayant affirmé que « l’essence de l’humour réside dans ce fait qu’on s’épargne les affects auxquels la situation devait donner lieu et qu’on se met au-dessus de telles manifestations affectives grâce à une plaisanterie »25. La fiction autobiographique regorge d’humour, Lenka Reinerova se riant par exemple de la cavalcade des souris dans sa première chambre d’hôtel à Paris, qu’elle qualifie de « Mäuseresidenz » (ZH 21) ou reprenant la plaisanterie : « Joint the Jews and see the world » (ZH 62). L’humour métamorphose la souffrance en événement social agréable.

  • 26 Michel Hanus, « Freud et Prométhée, un abord de la résilience », in Boris Cyrulnik, Philippe Duval,(...)

34Dès les premières expériences traumatiques, Lenka Reinerova eut recours à l’imagination. En cellule individuelle pendant six mois à partir de septembre 1939, elle demanda un cahier et un stylo et inventa son premier récit pour enfant (« Ich will niemandem schreiben, nur für mich » ZH 42), au camp d’internement de Rieucros, elle inventait des histoires qu’elle racontait à ses codétenues. Ce recours fut essentiel également dans le traumatisme du retour. Seule, Lenka Reinerova eut recours au rêve, et dès le moment où une autre codétenue partagea sa cellule, elles devinrent ensemble créatives par l’imagination en créant des « aérations intellectuelles » (« geistige Lüftungen » AF 81) où elles s’inventaient un « livre d’histoire » et voulaient s’organiser ensemble « la beauté de la vie » (AF 116). La résilience est éminemment constructive et créative, elle fait pièce au traumatisme comme pour en dénier non pas l’existence, mais les effets délétères26.

  • 27 Jorge Semprun, Adieu, vive clarté, Paris, Gallimard, 1998, p. 92.

35Le cas de Lenka Reinerova paraît à la fois représentatif et exceptionnel. Représentatif dans les dimensions multiples d’un traumatisme subi du fait des drames de l’histoire, exceptionnel par la force d’une résilience qui frappe, même si elle est loin d’être unique. En effet, l’identité narrative des blessés de l’âme les fait passer du statut de victime à celui d’acteur qui reprend en main sa vie, non dans le but de relativiser le crime, mais de transformer la douleur en art. À cette nécessité s’ajoute la mission du survivant, l’obligation de celui qui se demande, comme Lenka Reinerova, « pourquoi moi ? » et qui en tire une obligation de témoignage. Le résilient de l’exil connaît l’oxymoron, celui qui peut caractériser toute œuvre d’art, reprenant la formule de Semprun, qui reçut la médaille Goethe en 2003 en même temps que Lenka Reinerova, parlant de « l’éblouissante infortune de la vie »27. La métamorphose de l’horreur se fait d’autant mieux que la représentation devient utile à la société, plus globalement, la mise en mot d’une blessure permet de la dépasser.

Notes

1 Erik Erikson, Identität und Lebenszyklus, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1966, p. 124.

2 Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 17.

3 « Heimat ist, reduziert auf den positivpsychologischen Grundgehalt des Begriffes, Sicherheit ». Jean Améry, « Wieviel Heimat braucht der Mensch ? », in Jenseits von Schuld und Sühne. Bewältigungsversuche eines Überwältigten, t. 2, Stuttgart, Klett-Cotta, p. 94.

4 « Als ich dann endlich zurückkehrte in meine Heimastadt, war es kein freudiges Wiedersehen. War ich überhaupt noch zu Hause? Ich musste mich erst wieder allmählich herantasten », Lenka Reinerova, Zu Hause in Prag, manchmal auch anderswo, Berlin, Aufbau Verlag, 2000 (abrégé ZP), p. 90.

5 « Als man mich eines Tages mittags wieder zurückbrachte, waren meine Hände bleischwer, auch der Kopf und das Herz drückten wie Fremdkörper in einem lebendigen Organismus. Alles tat weh, das ganze Leben war Schmerz », Lenka Reinerova, Alle Farben der Sonne und der Nacht, Berlin, Aufbau, 2003 (abrégé AF), p. 81.

6 « Zu Hause, ganz in der Nähe und doch unermesslich weit, lebten mein Mann und mein Kind. Nur selten gestattete ich mir, in Gedanken bei Ihnen, mit Ihnen zu sein. Das war so schmerzhaft und unausweichlich mit der Frage verbunden, wie lange die grausame Trennung noch dauern werde, dass ich es einfach nicht ertragen konnte. Mir schwindelte, meine Hände begannen zu zittern, ich musste einen Schrei unterdrücken », AF, p. 28.

7 « Ich wusste nicht warum […]. In den frühen Abenstaunden jenes Tages wurde ich abgeholt. Man sagte mir nicht warum ich verhaftet wurde, auf alle Fragen hieß es nur: “Das wissen Sie selbst am besten” », AF, p. 12-13.

8 « Einen Monat lang wurde ich in einer improvisierten Zelle im Kellergeschoss einer prächtigen Villa der Staatsicherheit festgehalten. Dann wurden mir eines Morgens die Augen verbunden, man verfrachtete mich in ein Fahrzeug und fuhr los. Alles ohne ein einziges Wort der Erklärung », AF, p. 18.

9 « Diese Art Menschen gehörten zu meinem Kreis », AF, p. 28.

10 « “Warum leugnen Sie alles? Wir wollen Ihnen nur helfen”. […] “Was Sie gestehen sollen?” wiederholte er. “Ja du meine Güte. Ihre Verbrechen. Hochverrat und Spionage für den Klassenfeind, Kontakte im Westen, Umtriebe in Jugoslawien, das alles” ». AF, p. 19.

11 Der Ausflug zum Schwanensee, 1983; Es begann in der Melantrichgasse, 1985; Die Premiere, 1989; Das Traumcafé einer Pragerin, 1996; Mandelduft, 1998; Zuhause in Prag, manchmal auch anderswo, 2000; Alle Farben der Sonne und der Nacht, 2003; Närrisches Prag. Ein Bekenntnis, 2005; Das Geheimnis der nächsten Minuten, 2007.

12 Schillerring der Deutschen Schillerstiftung, 1999; Verdienstmedaille, 2001 (durch Vaklav Havel); Ehrenbürgerin der Stadt Prag, 2002; Goethe Medaille, 2003.

13 « Ich bin so glücklich eine Tochter zu haben, ich bin so glücklich eine Enkelin zu haben, ich bin so glücklich fünfundachtzig Jahre alt geworden zu sein. Ich glaube, das alles ist mit ein Grund, daß ich das Leben noch immer sehr schätze und jeden Tag als einen Gewinn betrachte. Wenn man jeden Tag als einen Gewinn betrachtet, dann muss man, glaube ich, gleichzeitig auch versuchen, tunlichst aus jedem Tag etwas zu machen », Lenka Reinerova, « Ich betrachte jeden Tag als Gewinn », in Anne Saint-Sauveur-Henn, Fluchtziel Paris. Die deutschsprachige Emigration 1933-1945, Berlin, Metropol, 2001, p. 330.

14 « […] wollte ich, kaum war ich achtzehn Jahre alt, diese überbevölkerte Behausung tunlichst schnell verlassen. Mitbestimmend war dabei mein dringender Wunsch nach Selbstständigkeit », ZH 14.

15 « Eine Spinne hockte am Rande einer angebrochenen Fliese und betrachtete mich. “Bleib bei mir, Freundschen” flüsterte ich und schluckte ein Paar Tränen. Der wache Alptraum war vorbei. Nun wusste ich wieder: überall ist Leben, auch in dieser unmenschlichen Abgeschiedenheit (man darf sich nur nicht selbst ausschalten). Ich habe doch ein Kind, wie konnte ich es wagen, mich selbst aufzugeben? », AF, p. 43.

16 Lenka Reinerova, « Jeder Tag ist ein Gewinn », op. cit., p. 329.

17 Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, op. cit., p. 135-138.

18 « Ein gewisses Gefühl der Sicherheit ».

19 Lenka Reinerova fera des expériences douloureuses de défaut de solidarité, y compris d’amis proches comme Anna Seghers ; interview avec l’auteure, Paris, 25 mai 2006.

20 « Sie befreite mich aus dem unnatürlichen Zustand ergebnisloser Grübelei und half mir, ohne sich dessen bewusst zu sein, mein Selbstvertrauen zurückzugewinnen », AF, p. 86.

21 Boris Cyrulnik, Parler d’amour au bord du gouffre, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 21.

22 « Ich war kein Ding, das man wegwerfen kann. Ich war ein Mensch. Die im Korridor, die einander vor dem Spion abwechselten, die waren nicht mehr Menschen sondern Objekte fremden Willens. Ich nicht. Ich ging auf und ab, bewegte mich nach eigenem Willen, dachte nach, grübelte, holte Menschen und Erlebnisse aus mir hervor, die einen Sinn hatten, einen Wert, der bleibend war und strahlend wie die Farben der aufgehenden Sonne », AF, p. 154.

23 Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 8.

24 « Diesmal brauchte ich lange, nicht Wochen und Monate, sondern ganze Jahre, ehe mich zu dem Entschluss durcharbeitete, nun doch noch einmal eines der schlimmsten Kapitel auf meinem Lebensweg aufzuschlagen », AF, p. 9.

25 Sigmund Freud, Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, Paris, Gallimard, 1969, p. 129.

26 Michel Hanus, « Freud et Prométhée, un abord de la résilience », in Boris Cyrulnik, Philippe Duval, Psychanalyse et Résilience, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 193-194.

27 Jorge Semprun, Adieu, vive clarté, Paris, Gallimard, 1998, p. 92.

Auteur

Germaniste et professeur à l’Institut d’allemand d’Asnières. Elle enseigne essentiellement la civilisation. Ses domaines de recherche concernent la civilisation contemporaine, les mouvements migratoires, et plus particulièrement l’exil sous le national-socialisme. Parmi ses publications : Un siècle d’émigration allemande vers l’Argentine, Köln-Wien-Weimar, Böhlau, 1995, 834 p. ; (éd.), Fluchtziel Paris. Die deutschsprachige Emigration 1933-1940, Berlin, Metropol, 2002, 336 p.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540