Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Chapitre I. L'individu entre égotisme et destruction/réinvention du moi

Les exclamatives dans le théâtre de Thomas Bernhard

Anne Larrory

Résumé

Bien que dépourvus de ponctuation, les textes dramatiques de Thomas Bernhard comportent, de manière plus ou moins fréquente, des séquences énonciatives que l’on peut identifier comme exclamatives, sur la base de critères syntaxiques et sémantiques. Nous montrons que ces énoncés, commentaires du locuteur sur du déjà-donné, sont révélateurs de la forme de discours de certains personnages et de leur position discursive : en situation d’infériorité, cherchant à gagner l’empathie de l’interlocuteur, leur parole n’est ni véritablement monologique ni dialogique. Il s’agit plutôt d’une sorte de soliloque, d’une logorrhée reprenant indéfiniment les mêmes motifs. L’exclamation est une des formes que prennent l’appel à l’interlocuteur et la variation formelle autour d’un même contenu.

Texte intégral

1Le théâtre fait un grand usage des phrases exclamatives. Alors qu’ils sont dépourvus de tout signe de ponctuation, les textes dramatiques de Thomas Bernhard présentent un certain nombre de séquences énonciatives que nous pouvons identifier comme exclamatives et sur lesquelles je voudrais me pencher dans la suite de ce texte.

Définition de l’exclamation

  • 1 C’est un des termes favoris qu’emploie Antoine Culioli pour décrire le phénomène (Pour une linguist (...)
  • 2 Oswald Ducrot, Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984, p. 186.

2J’appelle « exclamatifs » des énoncés formellement marqués et reconnaissables, spécialisés dans l’expression d’un commentaire affectif. En allemand, comme dans d’autres langues (toutes peut-être ?), une des caractéristiques de l’exclamation est qu’elle peut revêtir un assez grand nombre de formes, avec des marquages formels de nature diverse : syntaxique, lexicale, intonatoire. Nous aurons ainsi des énoncés en W- : Was für ein Kind !, Welch ein Kind !, Wie schön !, des énoncés à verbe initial : Ist das aber schön !, des énoncés dont le principal marquage est une particule énonciative : Das ist vielleicht schön !, ou encore d’autres configurations formelles : Das war so schön !, Wenn das keine Meisterleistung ist !, Die schöne Frau !, Dass du immer noch da bist !, etc., un « foisonnement »1 de formes, en apparence incohérent, mais qui ont en commun de servir à exprimer une réaction affective du locuteur face à un événement ou un objet du monde en présence. Cette fonction particulière a été bien cernée par O. Ducrot2 : alors qu’avec un énoncé déclaratif, « on peut présenter l’énonciation comme résultant totalement d’un choix, c’est-à-dire de la décision prise d’apporter une certaine information à propos d’un certain objet », avec un énoncé exclamatif, « on la donne au contraire comme déclenchée par la représentation de cet objet », c’est-à-dire d’une certaine façon comme incontrôlée.

  • 3 Les numéros de pages renvoient à l’édition Suhrkamp Taschenbuch (Francfort-sur-le-Main, 1988).

3Si l’on adopte cette définition, tout énoncé marqué d’un point d’exclamation ne sera pas considéré comme exclamatif : les énoncés injonctifs par exemple (Nicht betreten !) sont souvent ponctués d’un point d’exclamation en allemand, mais ils ne remplissent pas la fonction définie ci-dessus. Inversement, on pourra ranger dans l’exclamation des séquences qui, bien qu’elles ne soient pas terminées par un point d’exclamation, présentent d’autres marquages formels typiques et remplissent la fonction discursive définie ci-dessus. Il faut donc dissocier les marques de ponctuation de la fonction discursive de « commentaire affectif ». S’il est vrai que le point d’exclamation est le marquage le plus typique des énoncés exclamatifs, il reste avant tout une indication, vague, de la manière dont le scripteur se représente la production orale de l’énoncé en question (hausse de l’intensité, accentuation particulière). Or, tout énoncé de type exclamatif n’est pas forcément « exclamé » ; il arrive que des énoncés qui sont suffisamment marqués par ailleurs comme exclamatifs soient produits au contraire avec une intensité plus faible que les énoncés du co-texte, comme de petits commentaires glissés « en passant », ce que traduirait alors à l’écrit l’absence de point d’exclamation. D’autre part, on constate que les textes dépourvus de ponctuation comportent des énoncés exclamatifs. C’est ainsi que nous identifions comme exclamatives les séquences en gras dans les citations suivantes de textes dramatiques de Thomas Bernhard3 :

  • 4 Vera […] elle tourne la page / Quelles bonnes photos / tu ne trouves pas / quand on ne les regarde (...)

Vera
[…]
blättert um
Wie gut die Fotos sind
findest du nicht
wenn man sie nur einmal im Jahr anschaut
und nicht dem Licht aussetzt
(Vor dem Ruhestand, p. 108)4

  • 5 Tu avais déjà vingt-deux ans / mon Dieu me suis-je dit / qu’est-ce que c’est que cette enfant / ins (...)

Da warst du schon zweiundzwanzig
mein Gott habe ich gedacht
was ist das für ein Kind
unansehnlich etwas zurückgeblieben
aber liebenswert
Du warst mehr ein Vaterkind
(Am Ziel, p. 293)5

  • 6 Monsieur Meister / […] J’avais une amie dans ma prime jeunesse / qui voulait être pianiste / et qui (...)

Herr Meister
[…]
Ich hatte eine Freundin in früher Jugend
die Pianistin werden wollte
und von der ich zuerst Rachmaninov gehört habe
überhaupt alle bedeutenderen russischen Komponisten
eine hochmusikalische Person
die mir die Musik aufgemacht hat wie eine Schatulle
was danke ich nicht alles diesem Mädchen
plötzlich verstarb es keiner wußte woran (Über allen Gipfeln ist Ruh, p. 213)6

4Dans d’autres cas, les marquages formels sont plus ténus, puisque les séquences que nous considérons pourraient être interprétées comme de simples syntagmes. Mais dans la mesure où, précisément, elles ne sont pas intégrées syntaxiquement à une phrase, il est possible de les rattacher à un type exclamatif, comme suit le type déterminatif défini + adjectif qualifiant + substantif ou dies + substantif :

  • 7 Elle va chez sa grand-mère / et y reste jusqu’à demain / La pauvre enfant / avec sa toux / Si nous (...)

Sie fährt zu ihrer Großmutter
und bleibt bis morgen
Das arme Kind
Mit seinem Hustenreiz
Wenn wir sie in eine Anstalt geben
verkommt sie
hier hat sie es gut
hier ist sie gut aufgehoben
(Vor dem Ruhestand, p. 11)7

  • 8 Madame Meister / Ah toujours cette fausse modestie / avoue-le donc que tu es content (Maître, p. 54 (...)

Ach immer diese Untertreibungen
gib doch zu daß du dich freust (Über allen Gipfeln ist Ruh, p. 222)8

  • 9 Claude Gaubert (Les énoncés exclamatifs en allemand moderne, thèse de doctorat, Université de Renne (...)

5D’autres « signaux » peuvent intervenir, comme les variations autour de sich vorstellen (Stellen Sie sich vor, das muss man sich mal vorstellen…), que l’on trouve souvent à proximité d’énoncés exclamatifs9. Dans l’extrait suivant, on peut interpréter le deuxième Falstaff, précédé de l’injonction Stellen Sie sich vor, comme un commentaire par rapport au précédent :

  • 10 L’actrice et la Pianiste / La tête la première / La Basse / Et Falstaff / précisément / Imaginez-vo (...)

Schauspielerin und Pianistin
Kopfüber
Bassist
Undausgerechnet
Falstaff
Stellen Sie sich vor
Falstaff
Alle lachen laut auf
Falstaff
kopfüber in den Orchestergraben
(Die Berühmten, p. 121)10

Les énoncés exclamatifs au théâtre

6Pour le linguiste qui s’intéresse à l’exclamation, les textes de théâtre sont une mine. D’un auteur à l’autre, il y a, certes, des particularités idiosyncrasiques et stylistiques, mais la surreprésentation des exclamatives au théâtre par rapport à d’autres types de textes est un phénomène suffisamment saillant pour qu’on puisse l’analyser en tant que tel. Comment expliquer cette affinité ?

7On a pu dire que le théâtre, davantage que la prose, imitait le langage oral ; l’emploi de l’exclamative au théâtre serait à rattacher à ce fait-là. Mais on observe qu’en réalité, on a plus de chances de recueillir des exclamatives en lisant une pièce de théâtre qu’en écoutant deux heures d’un discours oral pris au hasard.

  • 11 Ce terme est repris de Robert Martin (Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie (...)

8À mon avis, l’emploi privilégié que le théâtre fait de l’exclamative s’explique surtout par le fait que l’exclamative permet une représentation linguistique d’états internes du personnage (sentiments, émotions, sensations…) qui sans elles sont plus difficilement représentables. C’est ainsi que classiquement, les énoncés exclamatifs sont particulièrement présents dans les monologues, où ils sont un ressort fréquent pour faire avancer l’intrigue, en permettant au spectateur d’assister à une évolution de « l’univers de croyance »11 du personnage.

9Ensuite, l’exclamative est une possibilité parmi d’autres que le texte de théâtre peut mettre en œuvre pour créer les réalités de son univers propre et les munir d’une histoire. Nous l’avons dit plus haut : l’exclamative est un commentaire. Or, il n’y a pas de commentaire sans objet du commentaire. En tant que commentaire, l’exclamative présuppose donc l’existence des objets qu’elle commente. Lorsque Vera dans Avant la retraite feuillette l’album de photos de famille, le dialogue est structuré par ses interventions, qui servent soit à interpréter les photos avec la participation de Rudolf (sous forme de questions, de constatations) :

  • 12 Tu vois le Rudolf heureux / […] Ce sont des Polonais derrière / […] Bruges n’est-ce pas / […] Le Ku (...)

Siehst du der glücklicheRudolf
[…]
Sind das Polen dahinter
[…]
Brügge nicht wahr
[…]
Der Kurfürstendamm12

10soit à les commenter, sur un mode affectif, comme par exemple :

  • 13 Effroyable / ces visages / ravagés / […] Un joyeux groupe / […] là tu n’as vraiment pas bonne mine (...)

Schrecklich
diese Gesichter
ganz verwahrlost
[…]
Eine lustige Runde
[…]
da siehst du aber schlecht aus
[…]
Die arme Gräfin
die sich erschossen hat
wie die Amerikaner gekommen sind
[…]
So schöne Menschen13

Spécificité de l’emploi des exclamatives dans les pièces de Thomas Bernhard

11Tous les textes dramatiques de Thomas Bernhard ne sont pas riches en exclamatives. En revanche, il me semble que les exclamatives ont chez Thomas Bernhard un rôle propre et servent les pièces de manière toute particulière.

12L’exclamative, d’abord, est une des figures possibles de la répétition monologique, avec variation minimale autour d’un même matériau prédicatif, qui est, sous différentes formes, omniprésente dans les textes de Thomas Bernhard. Je ne cite que deux exemples, mais on pourrait les multiplier :

  • 14 Tu entends la tempête / Toute la côte hurle / comme la côte hurle / elle hurle la côte / Ostende so (...)

Hörst du den Sturm
Die ganze Küste tobt
wie die Küste tobt
sie tobt die Küste
Oostende im Schneesturm mein Kind
(Minetti, p. 247)14

  • 15 La Bonne dame / Vous savez naturellement / ce que je possède / vous connaissez mes possessions / me (...)

Die Gute
[…]
Sie wissen natürlich
was ich besitze
Sie kennen meinen Besitz
wie ich hier sitze
in meinem Sessel
alles
Sie kennen alles
Wenn Sie wüßten was es alles gibt
das Sie nicht kennen
(Ein Fest für Boris, p. 17)15

13Par la liberté plus grande qu’elles offrent pour l’apparition des constituants de la phrase, les formes exclamatives permettent en outre de rythmer un discours qui sur le plan du contenu tourne sur lui-même :

  • 16 Le Chef D’orchestre / À qui le dites-vous / à qui le dites-vous / Alors qu’il n’y a rien de plus st (...)

Regisseur
Schifahren ist der Feind derBühnenkünstler
Kapellmeister
Wem sagen Sie das
wem sagen Sie das
Wo es doch nichts Stumpfsinnigeres gibt als Schifahren
ein Massenwahnsinn das Schifahren
ein Massenwahnsinn (Die Berühmten, p. 189)16

14Mais la répétition peut aussi être reprise des propos d’un autre personnage ; elle concerne souvent alors un seul terme ou expression et ne comporte pas de marquage explicite de l’exclamation. Ces séquences peuvent être jouées comme exclamatives (avec une courbe intonatoire particulière, qui monte puis retombe brutalement), comme interrogatives ou encore avec une intonation « plate », par laquelle le locuteur signale simplement qu’il « accuse réception ». L’absence de ponctuation laisse donc une assez grande latitude pour l’interprétation :

  • 17 Premier Serviteur / De la glace Monsieur le baron / La Basse / De la glace / pour moi pas de glace (...)

Erster Diener
Eis Herr Baron
Bassist
Eis
für mich kein Eis
Eis wo wir fast lauter Stimmbandkünstler sind
Simmbandkünstler
(Die Berühmten, p. 188)17

  • 18 La générale / Mon mari s’est / presque vidé de son sang / L’écrivain à la Générale / Presque vidé d (...)

Generalin
Mein Mannwäre
beinahe verblutet
Schriftsteller zur Generalin
Beinahe verblutet (Die Jagdgesellschaft, p. 225)18

15À la manière de la reprise d’un thème dans une partition musicale, qui pourra être interprétée avec une variation de l’intensité ou du timbre, la répétition d’une portion de texte à l’identique pourra conduire à diverses modalités d’interprétation, parmi lesquelles figure l’intonation exclamative :

  • 19 La Basse / Et imaginez-vous / m’a-t-il dit cette fois-là / l’oiseau de malheur / que c’est devant l (...)

Bassist
Und stellen Sie sichvor
hat er damals zu mir gesagt
der Unglücksrabe
ich habe mir
vor dem Nietzschehaus in Sils Maria
das linke Bein gebrochen
vor dem Nietzschehaus
Verleger
Vor dem Nietzschehaus
vor dem Nietzschehaus
(Die Berühmten, p. 155)19

16Outre cette constatation générale, on peut repérer des textes dans lesquels les énoncés exclamatifs sont particulièrement représentés. Dans beaucoup de ces textes, c’est le discours de certains personnages seulement qui se caractérise par l’emploi constant d’énoncés exclamatifs : certains passages du discours de la présidente dans Le Président, Vera dans Avant la retraite, le réformateur dans la pièce du même nom, Madame Meister dans Maître, Bruscon dans la première scène du Faiseur de théâtre. Ce sont des personnages qui, à la fois, dominent le texte par leur soliloque-logorrhée, mais en même temps se trouvent en position de faiblesse et exposés au ridicule. Or, les énoncés exclamatifs mis dans la bouche des personnages contribuent à créer cet effet.

17D’une part, ils se présentent comme une extériorisation spontanée de l’émotion qui échappe au contrôle par le locuteur. Ils servent alors souvent la cruauté du texte. Dans Le Président ou Avant la retraite, le contraste entre ce qui émeut le personnage (la photo d’un animal de compagnie, la beauté de paysages) et le contexte politique immédiat (dictature, génocide des juifs) évoque un mélange de naïveté et de cynisme et crée un effet de distance chez le lecteur :

  • 20 Madame Gai met le portrait du chien sur la coiffeuse / la Présidente regarde le panier vide, prend (...)

Frau Fröhlich stellt das Hundebildnis auf den Toilettentisch
Präsidentin schaut in den leeren Hundekorb, nimmt das Hundebilnis
Das schöne Tier
Diese Augen
Frau Fröhlich […] (Der Präsident, p. 24)20

  • 21 Vera / elle tourne la page / Le camp / comme c’est joli ces arbres-là comme c’est joli / Et c’est l (...)

Vera
[…]
blättert um
Das Lager
wie hübsch die Bäume da wiehübsch
Und dort hinten hast du logiert nicht wahr
Was für eine reizvolle Landschaft
Und da bist du geschwommen in der Weichsel (Vor dem Ruhestand, p. 101)21

18Dans Le faiseur de théâtre, les exclamatives (concentrées essentiellement dans la première scène) servent la surenchère du discours du personnage de Bruscon et participent au comique :

  • 22 Bruscon / pensif / Hôtelier à Utzbach / si ce n’est pas une folie / une folie totale / il s’écrie v (...)

Bruscon
[…]
Wirt inUtzbach
wenn das nicht eine Verrücktheit ist
eine totale Verrücktheit
ruft in den Saal hinein
Die totalste Verrücktheit
aller Zeiten
(Der Theatermacher, p. 35-36)22

  • 23 Sur ce point, cf. Claude Gaubert, op. cit.

19D’autre part, en contexte de dialogue, l’énoncé exclamatif place le personnage lui-même dans une situation de dépendance vis-à-vis de l’interlocuteur, dont il cherche à gagner l’empathie. L’énoncé exclamatif est à la fois foncièrement monologique : il ne peut servir de réponse à une question, il ne sert pas non plus le fil d’une narration, ou d’une argumentation ; sur le plan textuel, c’est un « îlot » qui, d’une certaine manière, rompt toujours avec l’enchaînement des énoncés. En même temps, comportant des marquages d’ouverture, d’incomplétude, il est un appel adressé à l’interlocuteur pour qu’il se représente un état de choses23 qui ne se laisse pas circonscrire par un mode de discours « référentiel », et qu’il partage l’émotion du locuteur, qu’il donne son assentiment. Les exclamatives s’accompagnent fréquemment d’ailleurs d’autres signaux d’appel à l’interlocuteur : termes d’adresse, séquences telles que findest du nicht, stell dir vor, déjà cités. Dans la pièce Avant la retraite, c’est presque exclusivement Vera qui produit des énoncés exclamatifs et on peut lire ces énoncés comme des tentatives pour communiquer avec Clara et gagner sa sympathie, alors qu’elle se trouve méprisée par elle.

20Dans Les célèbres, les énoncés exclamatifs, assez nombreux, sont produits par différents personnages, mais la structure dialogique ne modifie pas fondamentalement la nature du discours lui-même. Si l’alternance des tours de parole fait entendre une multitude de voix, cette polyphonie n’est qu’une modalité supplémentaire de la variation d’un discours unique. L’empathie est donnée d’emblée entre ces personnages que tout unit et dont le discours n’est que mascarade mondaine. On pourrait fondre ces voix en une seule et retrouver cette logorrhée caractéristique des personnages des autres pièces.

21Les énoncés exclamatifs figurant dans les textes de Thomas Bernhard sont indissociables du contexte dans lequel ils apparaissent : ni monologue, ni véritable dialogue, le discours des personnages est une sorte de soliloque à peine adressé qui tourne sur lui-même en variant indéfiniment les mêmes motifs. L’énoncé exclamatif y trouve sa place, comme une modalité énonciative qui joue sur un autre plan que référentiel et permet une diversité de configurations formelles à partir du même matériau. Censées solliciter l’empathie de l’interlocuteur, les exclamatives créent au contraire souvent un effet de distance du fait du contexte dans lequel elles sont produites ou de l’objet qu’elles commentent.

Notes

1 C’est un des termes favoris qu’emploie Antoine Culioli pour décrire le phénomène (Pour une linguistique de l’énonciation, Paris, Ophrys, 1999).

2 Oswald Ducrot, Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984, p. 186.

3 Les numéros de pages renvoient à l’édition Suhrkamp Taschenbuch (Francfort-sur-le-Main, 1988).

4 Vera […] elle tourne la page / Quelles bonnes photos / tu ne trouves pas / quand on ne les regarde qu’une fois par an et qu’on ne les expose pas à la lumière (Avant la retraite. Une comédie de l’âme allemande, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, 1987, p. 130).

5 Tu avais déjà vingt-deux ans / mon Dieu me suis-je dit / qu’est-ce que c’est que cette enfant / insignifiante un peu retardée / mais qu’on peut aimer / Tu étais plutôt la fille de ton père (Au but, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, p. 14).

6 Monsieur Meister / […] J’avais une amie dans ma prime jeunesse / qui voulait être pianiste / et qui a été la première à me faire entendre Rachmaninov / tous les grands compositeurs russes d’ailleurs / une personne hautement musicale / qui m’a ouvert la musique comme un coffre-fort / que ne dois-je pas à cette jeune fille / soudain elle est morte personne n’a su de quoi (Maître, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, 1994, p. 39).

7 Elle va chez sa grand-mère / et y reste jusqu’à demain / La pauvre enfant / avec sa toux / Si nous la mettons dans un établissement / elle va dépérir / ici elle est bien / ici elle est soignée (Avant la retraite, p. 9).

8 Madame Meister / Ah toujours cette fausse modestie / avoue-le donc que tu es content (Maître, p. 54).

9 Claude Gaubert (Les énoncés exclamatifs en allemand moderne, thèse de doctorat, Université de Rennes II - Haute Bretagne, 2001) a montré le rôle à la fois déclencheur et révélateur joué par ces expressions.

10 L’actrice et la Pianiste / La tête la première / La Basse / Et Falstaff / précisément / Imaginez-vous / Falstaff / Tous éclatent de rire / Falstaff / la tête la première dans la fosse d’orchestre / C’a été la fin de sa carrière / naturellement (Les célèbres, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, 1999, p. 11-12).

11 Ce terme est repris de Robert Martin (Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie sémantique, Bruxelles, Mardaga, 1987). Il désigne l’ensemble des propositions auxquelles le locuteur est en mesure d’attribuer une valeur de vérité, c’est-à-dire qui sont décidables pour lui. Cet univers de croyance s’organise en monde réel et mondes contrefactuels.

12 Tu vois le Rudolf heureux / […] Ce sont des Polonais derrière / […] Bruges n’est-ce pas / […] Le Kurfürstendamm (Avant la retraite, p. 120-124).

13 Effroyable / ces visages / ravagés / […] Un joyeux groupe / […] là tu n’as vraiment pas bonne mine / […] La pauvre comtesse / qui s’est tiré une balle dans la tête / quand les Américains sont arrivés / […] De si beaux hommes (Avant la retraite, p. 121-127).

14 Tu entends la tempête / Toute la côte hurle / comme la côte hurle / elle hurle la côte / Ostende sous la tempête de neige mon enfant (Minetti, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, 1983, p. 58).

15 La Bonne dame / Vous savez naturellement / ce que je possède / vous connaissez mes possessions / mes assises / assise ici dans mon fauteuil / tout / vous connaissez tout / Si vous saviez Tout ce qu’il y a / que vous ne connaissez pas (Une fête pour Boris, trad. Claude Porcell, L’Arche, 1986).

16 Le Chef D’orchestre / À qui le dites-vous / à qui le dites-vous / Alors qu’il n’y a rien de plus stupide que le ski / une folie collective le ski / une folie collective / mais tout le monde part en pèlerinage les skis sur l’épaule / dans les montagnes / pour se casser les jambes (Les célèbres, p. 86).

17 Premier Serviteur / De la glace Monsieur le baron / La Basse / De la glace / pour moi pas de glace / De la glace alors qu’il n’y a pratiquement ici que des artistes des cordes vocales / Des artistes des cordes vocales (Les célèbres, p. 84).

18 La générale / Mon mari s’est / presque vidé de son sang / L’écrivain à la Générale / Presque vidé de son sang (La société de chasse, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, 1998, p. 78).

19 La Basse / Et imaginez-vous / m’a-t-il dit cette fois-là / l’oiseau de malheur / que c’est devant la maison de Nietzsche à Sils-Maria / que je me suis cassé la jambe gauche / devant la maison de Nietzsche / L’éditeur / Devant la maison de Nietzsche / Devant la maison de Nietzsche (Les célèbres, p. 48).

20 Madame Gai met le portrait du chien sur la coiffeuse / la Présidente regarde le panier vide, prend le portrait du chien / Le bel animal / Ces yeux / Madame Gai […] (Le Président, trad. Claude Porcell, Paris, L’Arche, 1992, p. 27).

21 Vera / elle tourne la page / Le camp / comme c’est joli ces arbres-là comme c’est joli / Et c’est là-bas derrière que tu logeais n’est-ce pas / Quel charmant paysage / Et là tu nageais dans la Vistule (p. 108).

22 Bruscon / pensif / Hôtelier à Utzbach / si ce n’est pas une folie / une folie totale / il s’écrie vers la salle / La folie la plus totale / de tous les temps (Le faiseur de théâtre, trad. Édith Arnaud, L’Arche, 1986).

23 Sur ce point, cf. Claude Gaubert, op. cit.

Auteur

Née en 1975, est ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée d’allemand. Elle est maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Sa thèse portait sur les énoncés exclamatifs en allemand contemporain. Elle consacre ses recherches actuelles à l’énonciation.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540