Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Avant-propos

Kerstin Hausbei et Alain Lattard

Texte intégral

  • 1 « Über das heutige Theater. Leergegessene Bonbonnieren. Das Reich der Schatten. Die Akustische Mas (...)

« Allez dans un bistrot populaire, par exemple le célèbre O. K., mettez-vous à n’importe quelle table et faites la connaissance d’un homme qui vous est totalement inconnu. […] À condition de l’avoir bien écouté, vous pouvez le reconnaître la prochaine fois à son langage, sans même le voir. Par sa façon de parler, il a pris corps, un corps langagier clairement délimité de tous les côtés, différent de celui de tous les autres hommes, comme sa physionomie, elle aussi unique. Ce corps langagier d’un homme, ce qui reste constant dans sa façon de parler, ce langage qui a vu le jour avec lui, qu’il possède à lui tout seul et qui disparaîtra avec lui, je l’appelle son masque acoustique. »
Elias Canetti1

1Prises séparément, les contributions offertes à Gerald Stieg dans cet ouvrage représentent, par leurs thématiques et leurs approches, les masques acoustiques de ses collègues et ami(e) s de l’UFR d’allemand de la Sorbonne nouvelle. Mais considéré dans son ensemble, le volume, par la pluralité de sa composition, livre aussi le masque acoustique de notre institut, lui-même reflet de la mutation et de la diversification croissante qu’ont connu les Études germaniques françaises dans la période couverte par la carrière de Gerald Stieg. Non seulement aucun des trois pôles classiquement distingués dans notre discipline n’est négligé – langue, littérature et civilisation, mais certains des textes ici rassemblés abordent les terrains plus rarement fréquentés du cinéma, de l’économie d’entreprise ou encore de l’analyse des médias. Notre premier hommage à Gerald Stieg consiste donc à faire apparaître toutes les facettes d’un institut où il a joué un rôle éminent, comme enseignant bien sûr, mais aussi comme directeur d’UFR et comme animateur de l’équipe de recherche (Équipe d’accueil 182 – Centre de recherches sur les sociétés et cultures des pays de langue allemande aux XIXe, XXe et XXIe siècles).

2Tout en illustrant un pluralisme disciplinaire que Gerald Stieg a toujours défendu, le volume trouve une unité dès lors que l’on décale la perspective pour regarder thèmes et approches divers au prisme de l’identité : en effet toutes les contributions se rapportent plus ou moins explicitement à cette notion, que l’identité soit individuelle ou collective, qu’il s’agisse de sa cristallisation dans la dimension historique, de sa construction ou de sa défense dans l’espace culturel, médiatique ou politique, ou encore de l’enjeu des différences culturelles ou civilisationnelles. Cette sensibilité identitaire est certes une préoccupation contemporaine, mais elle est sans doute aussi renforcée par le statut des auteurs, presque tous « germanistes de l’étranger » (« Auslandsgermanisten »), donc géographiquement et culturellement extérieurs à l’aire qu’ils explorent. Elle nous permet en tout cas de proposer un parcours de lecture original, rapprochant les textes par un autre biais que celui du pôle sous-disciplinaire auquel ils pourraient être rattachés.

3Le premier chapitre focalise l’attention sur l’identité individuelle : Cécile Leblanc et Anne Larrory montrent d’abord son affirmation exacerbée, l’une sur le plan littéraire, à travers la figure de Sissi impératrice, icône de l’esthétique fin de siècle, l’autre du point de vue linguistique, par l’étude des exclamatives comme instrument du discours narcissique dans le théâtre de Thomas Bernhard. Chez ce dernier, elles sont pourtant également le signe d’une identité précaire qui cherche à se stabiliser dans la logorrhée. C’est cet aspect du moi en danger que thématisent les trois textes suivants, en mettant l’accent sur la perte d’identité par l’effacement des repères. Ainsi, celui d’Anne Saint-Sauveur retrace le parcours de l’écrivaine pragoise Lenka Reinerova, qui, entre national-socialisme et stalinisme, doit faire face aux traumatismes de l’exil, puis du retour d’exil. De même, le héros du film de Michael Schorr Schultze gets the Blues, analysé par Gilbert Guillard, incarne le délitement économique et la dépression morale induits en Allemagne de l’Est par la réunification et la mondialisation. Quant à Kerstin Hausbei, elle montre comment le thème de la mondialisation, saisi à travers la destruction de l’identité individuelle, mène à une repolitisation du théâtre allemand dans les années 2000. Ceci dit, ces trois contributions traitent aussi de la renaissance du moi : c’est, dans le cas de Lenka Reinerova, ce qu’Anne Saint-Sauveur appelle « résilience », une faculté de résistance qui puise largement ses forces dans la création artistique ; dans le film de Schorr, c’est la capacité de Schultze à reprendre son destin en main en changeant radicalement d’horizon, tant géographique que musical ; enfin, Kerstin Hausbei souligne aussi la dimension reconstructive dans la création théâtrale, qui passe en particulier par l’élaboration d’un nouveau langage esthétique.

4Le deuxième chapitre est centré sur l’émergence d’identités collectives, considérée à la fois comme produit de l’ascendant d’une personnalité sur un groupe et comme phénomène inscrit dans l’histoire. Il s’ouvre sur une évocation de la vie de Simone Veil, qui, traitant d’un destin individuel aurait certes pu s’insérer dans le chapitre précédent. Mais Henri Ménudier n’insiste pas sur les facteurs de « résilience » qui ont permis à une rescapée des camps de la mort de mener une carrière politique exemplaire sous la Ve République. Il s’attache bien plus à faire ressortir ce que l’expérience de Simone Veil a de représentatif pour l’identité des déportés dans les années d’après-guerre, et l’impact de ses réflexions et prises de position au sujet des « années noires » sur la mémoire française de cette même période. C’est donc bien pour sa portée collective que ce parcours individuel est évoqué. La contribution de Monique Travers se situe également à l’interface de l’individuel et du collectif. Sa « petite histoire » de l’orchestre des étudiants de Paris est d’abord un hommage à Jean Mac Nab, jeune chef au talent et à l’énergie peu communs. Mais, en même temps qu’elle complète notre connaissance d’une époque mal connue de la vie musicale française, elle retrace aussi les étapes de constitution d’une identité de groupe, identité assez forte pour retenir l’attention des grands critiques musicaux du moment. Le texte de Gilbert Krebs présente les premières années (1908-1911), jusqu’ici ignorées, de la revue Der Anfang, notoirement connue par la suite pour s’être faite l’expression de certaines idées scandaleuses de la Jugendbewegung. Grâce à ses trouvailles d’archive, Gilbert Krebs nous révèle les premiers balbutiements artistiques de quelques fortes individualités, dont la plus connue est Walter Benjamin. Ce faisant, il nous éclaire sur l’horizon intellectuel de ces adolescents qui rêvent d’une société et d’une Allemagne nouvelles, esquissant en quelque sorte les contours d’une identité générationnelle. Alain Lattard s’inscrit quant à lui dans une perspective historique de long terme en s’intéressant à l’émergence de l’identité professionnelle allemande. Pour expliquer cette sacralisation du Beruf qui est encore explicitement revendiquée par certains pédagogues dans les années 1960, il ne suffit pas seulement, à ses yeux, d’invoquer l’héritage du fonds culturel luthérien. Les représentations du métier/vocation n’auraient probablement pas connu cette pérennité sans leur captation par le mouvement artisanal au cours du XIXe siècle et leur institutionnalisation dans les formes d’organisation corporatives de ce mouvement, qui (re) deviennent depuis cette époque le cadre à la fois légal et légitime de l’apprentissage d’un métier. C’est donc l’incorporation de traditions à des institutions qui permet la cristallisation de l’identité professionnelle et lui confère sa longévité.

5Le troisième chapitre décline différentes modalités d’affirmation et de défense de l’identité collective. À travers le face-à-face entre Karl Kraus et les artistes allemands exclus de la sphère publique dans les années 1933-1934, Valérie Robert analyse la structuration du champ intellectuel en exil. Par son silence ou sa parole, Kraus y est à la fois révélateur et provocateur. Il révèle d’une part le conformisme et l’intransigeance que secrète chez les exilés la recherche d’une identité collective : les exclus eux-mêmes en viennent à pratiquer l’exclusion. Mais en attaquant de front le discours convenu sur la « défense de la culture », il provoque d’autre part aussi l’éclatement d’un consensus trompeur et donne le « coup de pied dans la fourmilière ». Si Kraus polarise, Jörg Haider, leader du FPÖ, parti populiste autrichien auquel Catherine Fabre-Renault consacre sa contribution, mise pour sa part sur l’esquive et l’ambiguïté. En pratiquant une transgression savamment dosée des tabous politiques, il cherche à capitaliser les frustrations d’une partie de l’électorat face aux impasses du système politique, et surtout à profiter des paradoxes de la mémoire historique autrichienne, imprégnée de l’idéologie des « bourreaux vaincus ». Une telle flexibilité n’est en revanche pas précisément la caractéristique de la police politique de RDA, dont Gunhild Samson illustre les méthodes à l’exemple d’un dossier consacré à la surveillance d’un « candidat au départ » entre 1975 et 1986. Le sort de ce « citoyen ordinaire », certes désireux de quitter la RDA, mais n’étant pas engagé dans un groupe oppositionnel, est doublement instructif. Il révèle une fois de plus l’omniprésence de la surveillance policière, mais en manifeste aussi la relative inefficacité. Car, non contente d’échouer à empêcher la fuite d’un individu sans importance particulière, la Stasi continue ensuite dix ans durant d’observer les activités à l’Ouest de l’expatrié et la vie de ses parents ou anciennes relations, dans le but d’éviter d’autres fuites. Cet acharnement à tracer une frontière imperméable entre la RDA et le reste du monde non seulement se solde par un échec, mais fragilise aussi le système qu’il veut protéger. La dernière contribution, qu’Elisa Goudin-Steinmann consacre à l’exposition de 1997 « Images d’Allemagne, art d’un pays divisé », s’inscrit évidemment dans la thématique de ce chapitre, puisqu’elle porte sur une manifestation dont le point de départ est la reconnaissance et la mise en regard des traditions artistiques distinctes propres à chacun des deux États allemands. En même temps, elle fait la transition avec le chapitre suivant, dans la mesure où si l’on reconnaît ici les différences, c’est non seulement pour les assumer, mais si possible pour les dépasser, dans une perspective d’unification culturelle à long terme. D’ailleurs, en identifiant dans l’exposition des thèmes en partie transversaux aux deux paysages artistiques, Elisa Goudin-Steinmann met en évidence le substrat commun sur lequel cette unification pourra se fonder, substrat que, paradoxe de la démarcation identitaire, l’existence du Mur a lui même contribué à enrichir du motif de la désorientation.

6Aussi bien, le quatrième chapitre propose une série de textes qui relativisent l’ampleur des oppositions identitaires. Ainsi, Michel Kauffmann revient sur le scandale déclenché par les thèses du philosophe Peter Sloderdijk sur le « Parc humain » pour montrer que l’exposé qui lui avait valu l’accusation d’antihumanisme eugéniste, s’avère présenter des concordances étonnantes avec certains textes de Freud. Dieter Hentschel réexamine à l’exemple de la gestion du temps le stéréotype d’une différence tranchée des cultures managériales française et allemande. L’inventaire de toutes les études menées sur ce terrain et l’exploitation de données empiriques lui permettent de conclure que, contrairement à ce qui a été longtemps affirmé, la perception du temps ne varie guère des deux côtés du Rhin. Si différences il y a, elles viennent davantage des contraintes spécifiques qui s’imposent à la gestion des emplois du temps, notamment des structures hiérarchiques et du style de communication au sein des entreprises. Irmtraud Behr, dans une étude portant sur la traduction en français d’un roman policier de Wolf Haas, s’interroge sur les enjeux du rendu des déictiques. Elle parvient à la conclusion que les options de traduction de jetzt, en particulier le choix de non-traduction, modifient au passage la perception des différents plans narratifs. Il se vérifie donc, une fois de plus, que traduire, c’est trahir. Irmtraud Behr relativise néanmoins le postulat d’irréductibilité d’une langue à l’autre en observant que la « perte » ne sera ressentie que par un groupe tout à fait restreint de lecteurs, ceux qui liront l’original et la traduction, et que ceux-là pourront éventuellement profiter de certaines trouvailles créatrices de la traductrice. Céline Trautmann-Waller revient sur un des premiers travaux de recherche de l’historien d’art autrichien Alois Riegl, consacré aux tapis orientaux anciens. Pour élucider notamment la question du style décoratif, Riegl dépasse les stéréotypes de l’époque opposant Orient et Occident. Il récuse la référence à un trésor de formes artistiques communes remontant à un âge aryen mythique et, plus généralement, la croyance à des origines spontanées et autochtones des divers arts nationaux. À une explication par la référence identitaire, Riegl oppose une démarche rigoureuse, qui préfigure déjà son projet de fonder une véritable science de la culture. Marc Thuret propose quant à lui une relecture du Stechlin de Fontane pour y analyser la perception du progrès. La mondialisation, qui est déjà à l’œuvre dans cette fin de XIXe siècle, est constamment à l’arrière-plan de la société provinciale que décrit le roman. Le contraste entre les bouleversements de la modernité et un milieu rural qui voudrait pouvoir éviter les révisions qu’elle impose, permet à Fontane d’instiller dans son œuvre une critique lucide, et par moments prophétique, de bien des problèmes de notre temps. Mais il le fait sans crispation ni nostalgie. Le Stechlin est un adieu sans regrets au monde d’hier, une invitation à déposer le ballast de traditions obsolètes et à se tourner vers l’avenir. Enfin, Isabelle Vodoz attire notre attention sur un personnage secondaire du Parzival (XIIIe siècle) de Wolfram von Eschenbach, Feirefitz, fils que le père de Parzival a eu avec une reine noire. L’histoire de ce demi-frère métis et païen, qui est accueilli comme un égal par la chevalerie européenne, clôt le volume sur un message de tolérance.

7Ces quatre chapitres qui varient le thème de l’identité nous paraissent bien entrer en résonance avec l’esquisse biographique conclusive due à Hansgerd Schulte et Eva Carstanjen. Celle-ci fait en effet pleinement ressortir les rôles multiples que Gerald Stieg a assumés en tant qu’universitaire, mais elle souligne aussi toute l’importance de sa double identité d’Autrichien et de Français. S’il y a donc quelque correspondance entre cette brassée de contributions et notre collègue et ami Gerald Stieg, c’est bien, comme le souligne notre titre, celle d’« identité(s) multiple(s) ».

Notes

1 « Über das heutige Theater. Leergegessene Bonbonnieren. Das Reich der Schatten. Die Akustische Maske » [1re publication in Der Sonntag, Beilage des Wiener Tag, 18 avril 1937], in Elias Canetti, Aufsätze, Reden, Gespräche, München, Wien, Carl Hanser Verlag, 2005, p. 137-138.

Auteurs

Germaniste et maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle a soutenu sa thèse sous la direction de Gerald Stieg sur Thomas Bernhard et Anton Tchekhov. Ses recherches portent sur le drame moderne et contemporain et sur l’intertextualité. Elle est co-fondatrice de la revue annuelle européenne Arts et sciences en recherche transversale (Erkundungen in kunst und wissenschaft).

Professeur de civilisation allemande à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur la société allemande contemporaine, en particulier sur les relations du travail et la formation professionnelle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540