Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

3b - Terminologie et pratiques professionnelles de la traduction

Langue économique du Portugal et du Brésil, néologie contrastive et variantes

Armelle Le Bars

Texte intégral

1La langue économique portugaise connaît deux variantes principales, l’une est la langue du Portugal, très influencée par la participation économique de ce pays à l’Europe, et l’autre est la langue du Brésil, très influencée par son histoire économique récente et celle de ses voisins du Mercosul. Dans le cadre de la spécialisation en traduction et terminologie des études de portugais LEA et pour les étudiants qui deviennent traducteurs, interprètes ou chercheurs, nous avons observé et étudié la néologie et l’évolution de ces deux variantes de la langue économique.

1.1. Classification des niveaux dans la langue économique

  • 1 Selon P. Lerat (1995). Notons son ouvrage précédent sur le langage juridique, pour justifier ensuit (...)

2Nous proposons d’abord une classification à laquelle nous ferons référence pour situer les niveaux de la langue économique1 que nous aborderons au cours de cette étude ; en effet la néologie ne présente pas les mêmes caractéristiques suivant la source de sa création et ses utilisateurs :

NIVEAU 1

Recherche fondamentale
– Langue conceptuelle

Économie, recherche dans tous les secteurs du domaine

Ouvrages très spécialisés Articles, communications, thèses

Recherche appliquée
– Langage heuristique

Chercheurs en contact avec des professionnels

Publications, articles des chercheurs

Destinataires

Public très spécialisé dont les chercheurs et enseignants-chercheurs

NIVEAU 2

Langage didactique des enseignants

Enseignants d’économie

Livres didactiques Manuels de cours Dictionnaires, etc.

Destinataires

Public généraliste dont l’ensemble des étudiants Néologie généralement expliquée, définie

NIVEAU 3

Langage professionnel des praticiens

Tous ceux qui travaillent dans la finance, la banque, la gestion, le marketing, le commerce et le commerce international, l’administration des finances, des impôts, etc.

Documents de travail publications spécialisées publications vulgarisées documents administratifs

Destinataires

Professionnels et usagers Grande créativité néologique

NIVEAU 4

Vulgarisation Spécialisée

Communicateurs du domaine

a –> participation de 1 et 2 presse spécialisée

Non spécialisée

Communicateurs vulgarisateurs Grand public.

b –> participation de 2 et 3 presse, radio, T. V

Destinataires

Néologie très riche, sources multiples

1.2. « L’Euroforia » ou la langue économique du Portugal

3L’entrée du Portugal dans la Communauté européenne a été l’occasion de faire une sorte d’inventaire des ressources linguistiques. On a assisté à un vrai bouleversement dans l’organisation économique du pays et le traducteur a pu suivre et mesurer l’évolution à travers l’apparition des publications, l’abondance des nouvelles collections de livres consacrés à l’économie, à la gestion et au marketing, des hebdomadaires ou mensuels spécialisés et des multiples documents traduits ; quant au terminologue, il a pu mesurer les effets de ces changements en découvrant et répertoriant la néologie qui a transformé la langue portugaise jusque dans les slogans publicitaires de la vie quotidienne.

4Jusqu’alors, la langue portugaise résistait vaillamment à l’influence et aux effets boomerangs de son héritière, la langue portugaise du Brésil. L’aventure européenne l’a précipitée dans une attitude non plus de conservatisme et de protectionnisme, mais dans une nécessaire dynamique de créativité et d’ajustement aux autres langues européennes. Elle avait pris du retard dans l’expression des domaines spécifiques et surtout dans leur communication, mais elle a rapidement évolué.

  • 2 Livres de référence en économie, marketing et stratégie. Le livre de Samuelson : Economics, à parti (...)

5Les enseignants et les étudiants des sciences de la gestion allaient souvent vers d’autres pays d’Europe pour se spécialiser, et les langues de travail des cadres et des élites portugaises pouvaient être l’anglais ou le français, en plus du portugais. On ne trouvait pas beaucoup de publications d’actualisation économique, scientifique ou technique dans la langue portugaise du Portugal, car les publications spécialisées étaient limitées à des milieux très spécifiques, sans préoccupation de vulgarisation. La langue économique portugaise allait devoir rapidement évoluer en se différenciant de la langue économique brésilienne, surtout dans les domaines très spécifiques pour lesquels elle n’avait pas assez de création lexicale. Au Brésil les centres de recherche et d’enseignement de la gestion publiaient déjà des thèses et des revues, et l’on pouvait d’ailleurs noter que la langue de l’économie et de la gestion des enseignants-chercheurs était bien le portugais avec peu d’emprunts à d’autres langues (niveau 1 de notre classification). Au Portugal, les centres d’enseignement de l’économie étaient des universités dans lesquelles les étudiants avaient rapidement une connaissance suffisante de l’anglais, et, dans certains cas, du français pour consulter les manuels de référence dans les langues sources. Mais ces centres ont aussi changé l’orientation de leur formation pour aborder davantage les secteurs de la gestion, du commerce international, du marketing, engageant les enseignants formés à l’extérieur du pays à revenir enseigner dans leurs disciplines. Très souvent ces mêmes enseignants ont écrit des ouvrages adaptés à la situation économique du Portugal ; ils ont également traduit des ouvrages américains, anglais, français dans lesquels ils avaient étudié et, soucieux de réellement traduire des concepts importants, ils ont eux-mêmes proposé une néologie qu’il est utile de suivre car elle émane de spécialistes bilingues et on peut donc la qualifier de pertinente. Lorsque ce sont des manuels rédigés par des Brésiliens qui sont venus combler les lacunes et diffuser la norme brésilienne, l’éditeur portugais a généralement fait corriger la terminologie pour la rendre portugaise (1 et 2 de notre classification). On peut signaler ainsi les ouvrages d’économie générale de P. Samuelson (américain) dans des éditions différentes au Portugal et au Brésil, et deux éditions pour les ouvrages français de référence : Mercator et Strategor2.

  • 3 Associação de terminologia portuguesa TERMIP, qui a édité la revue Terminologias, dont nous citons (...)

6Une équipe de terminologues de l’Université Nouvelle de Lisbonne, dirigée par M. T. Rijo de Fonseca Lino a observé, étudié, fait des recherches pour accompagner cette grande créativité lexicale de la langue portugaise, et nous avons suivi particulièrement les recherches menées par cette équipe en néologie de la langue économique3.

7Dans le même type d’effort et pour un même niveau de langue spécifique, il faut citer le premier Dicionário de economia e gestão, rédigé en quatre langues, portugais, français, anglais, allemand, par trois jeunes Portugais diplômés de l’École de Gestion de Lausanne et de l’Université de Washington (Castelo Branco, 1984). Ils ont été les premiers à réagir à l’absence de dictionnaire et ont voulu répondre, dès 1984, au besoin de définir les concepts et proposer éventuellement des solutions portugaises au langage économique le plus utilisé. Ils ont donc travaillé à la fois le langage heuristique, didactique et le langage des professionnels (niveau 1, 2 et 3 de notre classification).

8La difficulté rencontrée est celle de la limitation des domaines et des champs terminologiques. S’agit-il d’un dictionnaire d’économie générale ou d’un dictionnaire de gestion ? Avec 2513 entrées, il couvre les besoins de la langue économique générale des étudiants de gestion, finance et marketing, rentre dans le détail de certaines procédures, mais connaît aussi beaucoup de lacunes. Il comporte, en outre, une liste de 200 phrases-clés (Gouadec, 1994) correspondant à la terminologie économique du traité d’admission du Portugal dans la Communauté. Cette phraséologie, en portugais, français, anglais et allemand, a été une source très utile pour la traduction des documents concernant la procédure d’intégration à la Communauté. Aujourd’hui, ce dictionnaire demanderait à être actualisé et élargi, dans la mesure où il permettrait d’officialiser une néologie produite depuis 1986, qui demande à être vérifiée et normalisée par une commission constituée des utilisateurs et spécialistes compétents.

9Le contenu néologique comporte des créations sémantiques, lexicales avec des préfixations ou des suffixations, des mots-valises, des termes complexes et composés qui sont souvent des calques. Les nombreux emprunts consignés dans ce dictionnaire ont plusieurs sources. La première est celle du français qui apparaît plusieurs fois dans les activités d’import/export, comme le crédit documentaire avec le calque crédito documentário, qui est le moyen de paiement du commerce international par lequel la banque s’engage, par écrit, en établissant un accréditif, et c’est le gallicisme qui est proposé, contre la remise des documents suivants : facture finale/factura final, connaissement/conhecimento, police d’assurance/apólice de seguros.

  • 4 Notons que ce terme français de comité a fait une grande percée dans le langage CEE.

10En gestion, le terme comité d’entreprise est proposé avec la traduction conselho de empresa ou comité4 de empresa en adoptant le gallicisme avec le même concept : forma de representação dos trabalhadores numa empresa. Au terme chiffre d’affaires est proposé le terme portugais facturação, alors que le terme habituel est volume de vendas. En finance, le gallicisme corbeille – balustrade circulaire au cœur de la Bourse autour de laquelle les agents de change sont seuls autorisés à se tenir –, l’anglicisme ring est également proposé. Le terme bons de caisse ou obrigações de caixa correspond au même concept et à la même définition qu’en français. Dans la langue courante les termes guiché, néologisme d’emprunt avec une adaptation orthographique, greve, emprunt assimilé sans accent, et le terme habitat, sans modification orthographique, dénomment les mêmes concepts. Le terme maquette, avec une proposition de traduction maqueta, néologisme avec suffixation en eta s’intégrant mieux au lexique portugais que le suffixe ete (diminutif). Le terme plafond est parfois proposé teto, mais souvent utilisé tel quel, le plafond de crédito défini comme étant o limite de concessão ao pedido de crédito. Un terme de langage courant emprunté et devenu motclé du contrôle de gestion (Jordan, 1990), tableau de bord, proposé en français, est parfois traduit en painel de comando.

11Les nombreux anglicismes qui entrent dans ce dictionnaire, au total 120 termes, peuvent être classés en différentes catégories. On compte une vingtaine de termes et expressions non traduisibles car ils nomment des réalités bien souvent américaines dans le domaine de la Bourse et de la finance ; en revanche, les 100 termes restants sont soit adoptés par emprunt pur et simple, avec assimilation et modification orthographique comme boicotar : boycott –> boicot avec la transformation de l’y en i et intégration à la classe ouverte des verbes du 1er groupe en-ar, soit adaptés avec traduction du concept, calques ou création lexicale : cash-flow/fluxo de caixa (flux de caisse) ; cash-inflows/receitas cobradas, ou recebimentos (entrées de fonds) ; cash-outflows/despesas desembolsadas (dépenses effectives).

  • 5 Revue EXAME, février 1992.

12Parmi les traductions avec adaptation, citons les néologismes : contentor, de container. Moins réussi dans son essai d’assimilation, par une simple modification orthographique, le terme draubaque, qui n’est autre que drawback en anglais, ristourne des droits de douane ; engineering ou engenharia de projectos (ingénierie) ; estandardização à partir du terme standard –> estandard, synonyme de normalização ; input est proposé entradas, et output, saídas (comme en français entrées-sorties ou intrants-extrants) ; performance est à la fois un anglicisme et un gallicisme, puisqu’il vient de l’ancien français parformance, adopté tel quel, parfois en synonymie avec desempenho, souvent utilisé comme mot-clé en publicité : « O Banco Pinto & Sotto Mayor, o leader da performance5 » ; planning est proposé avec la suffixation portugaise, planeamento, et le verbe est planear ; shopping center est traduit par Centro comercial ; stock est proposé en synonymie avec existências (signalons qu’au Brésil il est orthographié estoque) ; time-sharing est proposé avec sa traduction tempo repartido ; duty-free est traduit simplement par loja franca.

13Depuis l’entrée du Portugal dans l’UE, l’évolution très rapide de la presse spécialisée nous a fourni un support très important pour observer la langue économique spécialisée et vulgarisée, et nous aborderons cette question après avoir évoqué les turbulences de la langue économique du Brésil.

2.1. Néologie et inflation au Brésil

14« L’economês » est une langue très pratiquée au Brésil, et jusqu’en 1994 elle a surtout tourné autour d’un sujet grave, a híper, à savoir l’hyperinflation. Cette inflation a d’abord été liée à une connotation relativement euphorisante qui était celle du miracle brésilien, o milagre, dans les années soixante-dix ; mais par la suite le miracle est devenu un véritable cauchemar. Les effets pervers de l’inflation ont été multiples, appauvrissant les uns et enrichissant les autres – spéculateurs et banquiers –, qui jouaient sur les taux d’intérêt et les taux de correction. L’inflation a atteint le taux de 40 % par mois et a donc pu être interprétée de manière pratiquement opposée par les uns et par les autres, mais elle a été constamment au centre des conversations dans la vie quotidienne, créant une langue économique nouvelle et unique.

15Des « plans orthodoxes ou hétérodoxes » se sont succédé en vain, visant à bloquer les salaires et les prix ou, au contraire, à libéraliser et stimuler la concurrence pour relancer l’économie en assurant une montée du pouvoir d’achat. La monnaie a été dévaluée, changée du cruzeiro en cruzado puis à nouveau en cruzeiro, mais real cette fois. L’URV, Unité Réelle de Valeur est venue assurer une transition, et enfin le real a été fixé ; il était la résurrection de la très vieille monnaie déjà dévaluée autrefois, les milreis – ou mille réaux. Nous avons pu suivre dans la presse quotidienne ou hebdomadaire (Gazeta mercantil, Veja, Isto é, EXAME) les causes et les conséquences de ces turbulences économiques qui touchaient directement la vie quotidienne de 170 millions de Brésiliens.

  • 6 C. Carras, de l’Université Lumière – Lyon 2, a réalisé une étude très intéressante du vocabulaire é (...)

16Nous avons retenu de toute cette période des néologismes devenant parfois des mots-clés, expliqués, définis, répétés dans les journaux6, chaque mesure prise mettant en place une série de mécanismes complexes qui étaient expliqués avec une liste de termes nommant des nouveaux concepts et des nouvelles réglementations. Or les termes n’étaient pas parmi les plus explicites. Les journalistes spécialisés préparaient des tableaux, établissaient des tables donnant les équivalences, ils répétaient inlassablement le sens des multiples sigles, afin de permettre aux usagers de comprendre les concepts sous-jacents (niveau 4 de la classification).

  • 7 Il est revenu au Portugal (effet boomerang) comme « pacote laboral » du Premier ministre, M. Cavaco (...)
  • 8 FAF – Fundo de aplicação financeira. Fundo criado pelo Plano Collor 2.

17Une série de termes a désigné la dette extérieure et le paiement de ses intérêts : o pacotão, la suffixation augmentative en ão du pacote devenu pacotão lui donnait une dimension telle qu’il était perçu d’avance comme impossible à rembourser (son surnom a d’ailleurs été le Jumbo). Le pacote7 est un néologisme utilisé par les économistes pour désigner un ensemble de mesures, ou train de mesures. Les comptes courants, contas correntes, pouvaient être doublés du compte de correction monétaire institué pour corriger l’inflation : conta de correção monetária ; les réajustements des prix et des salaires, reajustes, ont eu plusieurs types de solutions, puis les comptes courants ont été doublés du fundão, un compte-épargne qui était placé au taux quotidien de l’inflation ; un ordre de virement automatique permettait au compte courant de s’approvisionner sur le fundão, qui en fait est FAF8, ou Fundos de aplicações financeiras : un sigle devenu acronyme à partir d’un terme complexe (fonds de placement financiers) va créer un autre substantif avec cet augmentatif en ão de fundão.

18La ménagère devait surveiller la cesta básica, son panier d’achats qui était lui-même surveillé par le Procon/Dieese (associations de consommateurs), sinon elle pouvait participer à une blitz (une descente punitive dans les magasins) avec les agents de la SUNAB (Superintendência Nacional de abastecimento : organisme de contrôle du ministère), familiers de ces actions pour contrôler les prix.

19La presse a adopté un style pratiquement pédagogique, surtout lors du dernier plan de lutte contre l’inflation lancé, en 1994, par Fernando Henrique Cardoso (appelé simplement du sigle FHC) (Alves, 1992). Les moyens pédagogiques utilisés pour expliquer ce nouveau plan étaient les quadros et tabelas (encadrés, tableaux comparatifs) et des études préventives permettant de répondre, par avance, aux questions que les lecteurs ne pouvaient manquer de se poser.

20Les mesures prises par les ministres des Finances successifs, sous la responsabilité des présidents Sarney, puis d’Itamar Franco, ont toutes visé à juguler cette inflation ; c’est le ministre des Finances d’Itamar Franco, Fernando Henrique Cardoso, ensuite élu président, qui est parvenu à juguler l’inflation depuis le 1er juillet 1994.

2.2. Néologismes et créativité lexicale

21La néologie dans la langue économique du Brésil est une constante, même si depuis cette période les soubresauts de l’actualité économique sont moins forts ; il y a toujours une créativité terminologique d’une grande richesse. Les tendances de la néologie de la langue à travers la presse ont été étudiées par Ieda Alves, de l’Université de São Paulo, et dans un premier ouvrage (1990), elle donne des exemples de l’extrême diversité de formation des néologismes, donnant une large part à la méthodologie de Louis Guilbert (1975), qui a répertorié les habitudes néologiques du français contemporain et classé les tendances de la néologie scientifique et technique. Après avoir systématiquement recueilli la terminologie de la presse elle a publié un ouvrage sur la néologie dans la presse économique (1998).

  • 9 « Outsourcing, gerar e gerir conflitos », article de Maria João Lima, EXAME, 16/10/02 (Portugal) – (...)

22Si l’inflation a presque disparu de la terminologie économique, la néologie a continué à s’enrichir sur d’autres thèmes. Des mots-clés ont circulé tels que reengenharia, terceirização : ils sont définis à la fois par les économistes, les enseignants, auteurs de manuels et par les journalistes spécialisés. Le premier est le calque du terme anglais reeingenering, proposé en français comme reingénierie, et le second est un néologisme lexical, dont le concept correspond au terme anglais outsourcing et dont l’équivalent est externalisation en français. Ce terme de terceirização, qui remplace le terme de sous-traitance, sub contratação, autre concept, est entré dans la langue courante et a mis beaucoup de temps à franchir l’océan pour atteindre le Portugal : on l’a rencontré en 1996 dans la revue EXPORTAR de l’ICEP, dans un article de A. Delfim Netto, ancien ministre du Plan et économiste brésilien renommé, au lieu de terceirização ; les correcteurs en norme portugaise avaient transformé le terme en terciarização, soit développement du secteur tertiaire, autant dire un barbarisme qui prouvait que le concept n’avait pas été compris. Nous venons de le trouver dans la revue EXAME9, sous sa forme correcte de terceirização, avec cette fois l’association au terme anglais outsourcing qui reste la forme la plus usitée au Portugal.

23Après le thème de l’inflation, celui du Mercosul est venu « hispaniser » la langue brésilienne. C’est ainsi qu’au fur et à mesure que les Brésiliens découvraient les images fortes de la crise argentine ils ont associé le coralito, ou gel des comptes bancaires, au confisco de dinheiro, cette mesure si impopulaire prise au Brésil quelques années plus tôt par Zélia Cardoso, ministre des Finances du président Collor.

24Autre hispanisme : apagão, qui désigne l’énorme panne d’électricité qui s’est produite en 2002 au Brésil, suivie du rationnement d’électricité mis en place à la fin du mandat du président Cardoso, l’origine du mot étant vénézuélienne : apagan.

25En consultant les entrées du Dicionário de Economia de Paulo Sandroni (1994 : 249), on peut apporter une indication concernant la terminologie économique officielle en précisant qu’il n’y a pas d’invasion systématique de l’anglais. Lorsqu’un terme anglais est donné, il y a des propositions, soit à partir d’un terme qui correspond à la traduction du terme anglais (calque), soit en empruntant le terme anglais et en lui donnant une préfixation ou une suffixation dont la forme et la phonétique permettent une assimilation du terme. Il s’agit de la langue des enseignants-chercheurs des universités et grandes écoles de commerce (USP Universidade de São Paulo, FGVSP Fundação Getulio Vargas de São Paulo) ; ils publient, dans les revues de leurs institutions, les articles et études qui sont la source de la terminologie économique de ce niveau de langue (1 et 2 de notre classification).

  • 10 Publicité parue dans Veja du 10/08/94, encart publicitaire.

26Mais il arrive aussi que le terme soit adopté tel quel, ce que l’on rencontre surtout dans la langue de la presse avec des phrases publicitaires comme : « Como transformar negócios em business ? Banco do Brasil » (Comment transformer les affaires en business ?) Ou encore : « O Banco do Brasil está sempre perto de quem transforma dinheiro em money » (la Banque du Brésil est toujours près de celui qui veut transformer l’argent en money)10.

27Langage de publicité, mais qui touche essentiellement la vulgarisation de la langue économique par les médias et qui suit logiquement la tendance de la communication « grand public ». Derrière les mots, les images, il est bien certain que ce discours publicitaire renvoie à l’image mythique de la réussite américaine par des slogans du genre : « business is business », « time is money », etc.

  • 11 Opération spéculative : par opposition à une opération de couverture, se dit généralement de toute (...)

28Il arrive que la publicité produise des néologismes-vedettes comme le terme ranking que nous trouvons tant dans la presse brésilienne que portugaise. Cité par Ieda Alves (1990 : 81) : « a primeira no ranking das tradings privadas do País », tradings signifiant « opérations spéculatives11 », et ranking « classé parmi les meilleurs ou au premier rang de ».

  • 12 Chansou, 1990 : 43. L’auteur était vice-président du Comité d’étude des termes techniques français.

29On peut remarquer l’assimilation des néologismes qui prennent le genre et le nombre qui conviennent à la langue portugaise. Le terme trading correspond à un concept très précis, qui est l’action qui consiste à acheter des biens ou des marchandises avec son propre argent, en vue de faire des bénéfices. Le trader est la personne physique ou la personne morale qui réalise ces opérations. Le Comité d’études des termes techniques français12 a proposé de désigner cette activité de base du trader et du trading par négoce de préférence à commerce. Les traders sont d’une façon générale des négociants, et les traders employés par des tiers, des négociateurs.

  • 13 Veja, 24/11/82.

30Autre image sautillante, celle d’un néologisme métaphorique13 : « E o pipocar dos novos reajustes, do trigo à gazolina », qui est une manière brésilienne de marquer le sautillement provoqué par la hausse des prix (les sautillements des pétales du maïs éclaté : pipoca). Nous l’avions noté depuis 1982 dans la revue Veja, et le pipocar est revenu souvent dans le cadre de l’inflation, un peu comme le « jeu de yoyo de la bourse de Tokyo ».

3.1. La néologie contrastive dans la presse du Portugal et du Brésil

31La presse spécialisée s’est donc très largement développée au Portugal ces dernières dix années. La tendance de la néologie tournant autour de l’Europe a été marquée par une série de termes-valises sur le modèle d’euroforia : on a pratiqué l’apocope du mot Europa en coupant la fin du mot pour ne garder qu’euro, et l’aphérèse du second élément euforia en coupant le début du mot pour laisser la fin en foria. Sur le même modèle l’écologie a donné lieu à une créativité assez riche avec toujours une apocope en éco et une aphérèse ou un second terme laissé entier comme dans ecoturistas et les ecochatos, les obsédés de l’écologie. On constate actuellement une entrée en force des emprunts à l’anglais notamment dans les domaines de la gestion d’entreprise et du marketing (niveaux 3 et 4 de notre classification).

32Une étude des néologismes de la presse portugaise et brésilienne menée par une étudiante en maîtrise pour la période 1990/1995 avait donné les résultats suivants (Sobral, 1995). Sur 308 néologismes dont 224 dans la presse portugaise et 111 dans la presse brésilienne :

  • 16 néologismes communs apparaissent dans la presse portugaise et brésilienne soit 5,19 % ;

  • 95 néologismes lexicaux ou sémantiques soit 30,84 % ;

  • 188 anglicismes soit 61,04 % ;

  • 25 gallicismes soit 8,12 %.

  • 14 Une partie de cette liste non exhaustive est accessible sur Internet : www.cavi.univ-paris3. (Obser (...)

33Nous avons rassemblé depuis 1994 de nombreuses fiches de néologismes de la presse portugaise et brésilienne pour accompagner l’évolution des deux normes de cette langue spécialisée14. Nous suggérons des traductions possibles en français et cette liste est souvent consultée par les étudiants et les traducteurs.

  • 15 Consulter le site : www.FLCH.USP.br/DLCV/neo

34Dans la revue hebdomadaire EXAME publiée au Portugal et au Brésil par le même groupe éditorial ABRIL, on peut suivre avec attention la néologie consacrée à la gestion des entreprises portugaises et des entreprises brésiliennes, et nous commençons, en collaboration avec l’équipe de I. Alves de l’USP15, à réaliser une base de données contrastive à partir de ces deux revues. Il sera ainsi possible de mesurer la part de la créativité lexicale ou sémantique et celle des emprunts dans les deux normes de la langue économique portugaise et brésilienne pendant une même période.

3.2. Terminologie portugaise, terminologie brésilienne : attention aux normes

35Dans les efforts de créativité lexicale en langage économique il n’y a généralement pas de concertation entre les normes du Portugal et du Brésil (nous ne parlons plus ici de la langue de la presse mais des niveaux 1, 2 et 3 de notre classification). Un dictionnaire conceptuel d’économie devrait comporter les deux normes, d’autant plus qu’il existe de faux-amis, c’est à dire des termes qu’il ne faut pas traduire avec la mauvaise norme ; nous en donnons ici quelques exemples.

36Les tendances néologiques des Brésiliens suivent davantage les origines américaines des termes en adoptant facilement le calque : pour leverage –> alavancagem financeira. Le Portugal reste davantage dans la ligne de néologie sémantique ou lexicale avec leverage : efeito de alavanca financeira (effet de levier, en français). Une tournure moins elliptique, mais une construction plus respectueuse des mécanismes de la langue. Um problema decisório au Brésil est um problema de decisão au Portugal.

37Ce que les économistes brésiliens ont traduit de l’anglais input : insumo, est au Portugal factor ou recurso ; ainsi la matrice facteur-produit est au Brésil matriz insumo produto et au Portugal matriz factor produto. La variable d’écart, slack variable, est au Brésil variável de folga, au Portugal variável de desvio. La demande est au Brésil a demanda, au Portugal a procura. Planifier est au Brésil planejar et au Portugal planear (les dérivations suivent les deux modèles : planeamento, planejamento, etc.).

38Stock a été transformé, écrit phonétiquement au Brésil : estoque ; il est resté au Portugal stock en synonymie avec le terme existência.

39Le leasing (crédit-bail, en français) est au Portugal locação financeira et au Brésil arrendamento mercantil.

40Le sigle TIR, quand il n’est pas le Transit International Routier mais le taux interne de rentabilité, est au Portugal a Taxa interna de rentabilidade – TIR – et au Brésil a taxa interna de retorno

41Les impôts sont au Portugal IRS, Imposto sobre o rendimento de pessoa singular, et au Brésil IR, Imposta de renda. La polysémie du mot renda n’est pas superposable dans les deux normes de la langue : renda, loyer, au Portugal ; et loyer : aluguel au Brésil.

42Le marché de gros est au Brésil o atacado, et au Portugal venda por grosso, le synonyme atacado étant peu utilisé et archaïque d’où atacadista (B) et grossista (P).

43Le marché de détail est au Brésil varejo (varejista) et au Portugal retalho (retalhista), avec les dérivations normales de la langue.

44Un dictionnaire d’économie devrait comporter ces nuances afin de respecter les deux principales normes de la néologie de la langue portugaise, il permettrait de marquer toutes les variantes polysémiques de la langue économique spécialisée portugaise.

4. Néologie avec ou sans créativité ?

45Si nous avons commencé à répertorier les variantes néologiques du langage économique entre le Brésil et le Portugal, ainsi que les solutions proposées devant l’entrée importante des anglicismes, c’est bien parce que nous entendions des opinions contradictoires à ce sujet.

46Nous avons donc constaté que le nombre d’anglicismes consignés dans les dictionnaires économiques est relativement limité, qu’il existe des propositions de traductions explicatives, à défaut de néologismes, tout à fait intéressantes. Que les documents pédagogiques comportent relativement peu d’emprunts, notamment d’anglicismes, lorsqu’ils émanent d’enseignants-chercheurs. Dans leurs ouvrages, lorsqu’ils y a des emprunts – anglicismes, gallicismes –, ils s’efforcent de donner une définition qui explique le concept et éventuellement ils créent un néologisme, généralement un calque, un néologisme sémantique ou un néologisme lexical. Nous pouvons donc parler d’une créativité lexicale très riche du portugais contemporain.

47En revanche, il nous semble bien que les anglicismes sont en très nette augmentation dans la presse économique spécialisée mais de grande diffusion du Brésil et du Portugal, et c’est pour vérifier cette impression que nous allons continuer à développer notre recherche dans la presse portugaise et brésilienne avec les équipes universitaires concernées.

48On peut imaginer qu’une « langue portugaise internationale », au-delà des normes du Portugal et du Brésil, viendra un jour concilier toutes les propositions néologiques enrichissantes dans des secteurs comme celui de la langue économique. Mais pour l’heure il faut encore noter de nombreuses variantes et en tenir compte dans les dictionnaires spécialisés et les banques de données proposées aux traducteurs et aux usagers.

Bibliographie

Bibliographie

Académie des sciences commerciales et du Conseil de la langue française, 1979, Dictionnaire commercial, Paris, Hachette – français/anglais/allemand

Alves, Ieda Maria, 1990, Neologismo, Criação Lexical, São Paulo, Editora Ática.
—, 1992, « A Função das siglas na terminologia política do Brasil contemporâneo », in Terminologias 5/6, Termip, Lisbonne
—, 1998, Glossário de termos neológicos da Economia, Cadernos de terminologia no 3, São Paulo, CITRAT, FFLCH/USP.

Anastassopoulos, Jean (éd.), 1993, Strategor, tradução de Luís Barros, Lisboa, Publicações Dom Quixote.

Banco, Pinto/Sotto, Mayor, 1988, Dicionário comercial e bancário, Direcção de Planeamento e Marketing, Lisboa.

Banza Manuelito, Helena do Carmo, 1991, « Franchising, franchise e franquia : uma terminologia em constituição », in Terminologias 3/4 Lisboa, p. 47-84.

Boissy, Jacques, 1991, Cahier de Termes Nouveaux, Paris, CNRS/CTN, RINT.

Cabre, Maria Teresa, 1992, La terminologie, Paris, Armand Colin.

Carras, C., 2002, « Le vocabulaire économique et commercial dans la presse brésilienne (années 1991 et 1992) », thèse de doctorat, Lyon, Université Lumière Lyon 2.

Castelo Branco, G.L. (et al.), 1984, Dicionário de economia e gestão : português, francês, inglês, alemão, Porto, Lello e irmãos Editores.

Chansou, Michel, 1990, « Termes de la finance et de la bourse », in La Banque des mots, numéro spécial, p. 35-45.

Círculo do Livro, Moderno dicionário da língua portuguesa, Lisboa, 1985.

Cotta, Alain, 1971, Dicionário de economia, Lisboa, Publicações Dom Quixote, 1a ed. 1973, 4a ed. 1978, traduction du Dictionnaire de sciences économiques, Tours, Maison Mame.

Depecker, Loïc, 2002, Entre signe et concept, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Ferreira Correia, Maria, 1992, Algumas particularidades da prefixação na neologia do português contemporâneo, Universidade de Lisboa, NELC.

Ferreira, Anne-Isabelle, 1992, A Terminologia do Merchandising, uma terminologia em constituição, Universidade Nova de Lisboa, NELC.

Figueiras, Mario, 1994, Mercosul no contexto latino-americano, São Paulo, Atlas.

Furtado, Celso, 1954, A Economia Brasileira, Rio de Janeiro, Ed. Paz e Terra.
—, 1959,
Formação económica do Brasil, Rio de Janeiro, Ed. Paz e Terra.

Gouadec, Daniel, 1994, Terminologie et phraséologie, Paris, La Maison du Dictionnaire.

Guilbert, Louis, 1975, La Créativité lexicale, Paris, Librairie Larousse.

Humbley, John/Boissy, Jacques, 1989, Cahier de Termes nouveaux, Paris, CNRS/CTN-RINT.

Jordan, Hugues, 1990, O Controlo de Gestão ao serviço de estratégia e dos gestores, Lisboa, Rei dos livros.
Kanitz, Stefan, 1985, Contabilidade introdutória, São Paulo, Mc Graw-Hill do Brasil.
—, 1994, O Brasil que dá certo, São Paulo, Makron Books.

Le Bars, Armelle/MINOT, Didier/Deschamps, Romaine (1997), Dictionnaire multilingue de l’aménagement du territoire et du développement local (en français, anglais, italien, espagnol, portugais, allemand, néerlandais, danois et grec), Paris, La Maison du Dictionnaire.

Le Pan de Ligny, Gérard, 1986, Guia Comercial, Lisboa, Ed. Rés.

Lendrevie, Jacques (éd.) 1993, Mercator, Lisboa, publicações Dom Quixote.

Lerat, Pierre, 1990, « L’analyse morphologique des termes nouveaux », in La Banque des mots, numéro spécial, p. 23-34.

Lerat, Pierre, 1995, Les Langues spécialisées, Paris, PUF.

Lino, Maria Teresa, 1988, « Banco de neologismos do português contemporâneo », in Actas do IV encontro da Associação portuguesa de linguística, Universidade Nova de Lisboa.

Mendonça, Maria, 1993, Terminologia do Marketing. Internacionalização de um domínio, Lisboa, Universidade Nova, NELC.

Mocho Caetano, Maria do Ceu, 1990, Particularités de la néologie par suffixation, Lisboa, Universidade Nova, NELC.

Munier, Bernard, 1979, Introduction à la micro-économie, Paris, PUF.

Samuelson, Paul, 1981, Economics, New York, Mc Graw-Hill book Company.

Sandroni, Paulo, 1994, Novo dicionário de economia, São Paulo, Ed. Best-Seller – Círculo do livro.

Silem, Ahmed et Albertini, Jean-Marie (éds), Lexique d’économie, 1re éd., 1984, 2e éd. 1993, Paris, Dalloz.

Sobral, Paula Cristina, 1995, La néologie du Portugal et du Brésil, Mémoire de maîtrise LEA de traduction et terminologie, Université Paris 3.

Thomas, M., 1991, Dicionário de marketing, Lisboa, Ed. Sílabos.

Notes

1 Selon P. Lerat (1995). Notons son ouvrage précédent sur le langage juridique, pour justifier ensuite la dénomination des langues de spécialités puis les langues spécialisées.

2 Livres de référence en économie, marketing et stratégie. Le livre de Samuelson : Economics, à partir de la 11e édition a été édité pour le Portugal sous le titre Economia, dont la 5e édition a été tirée à 6 000 exemplaires en 1987. Cf. la bibliographie.

3 Associação de terminologia portuguesa TERMIP, qui a édité la revue Terminologias, dont nous citons les articles se référant à la langue économique. Mais ce n’est qu’une petite partie des abondantes publications de cette équipe.

4 Notons que ce terme français de comité a fait une grande percée dans le langage CEE.

5 Revue EXAME, février 1992.

6 C. Carras, de l’Université Lumière – Lyon 2, a réalisé une étude très intéressante du vocabulaire économique et commercial dans la presse brésilienne (années 1991 et 1992), thèse soutenue en octobre 2002.

7 Il est revenu au Portugal (effet boomerang) comme « pacote laboral » du Premier ministre, M. Cavaco Silva, alors qu’il en était parti comme étant une somme attribuée.

8 FAF – Fundo de aplicação financeira. Fundo criado pelo Plano Collor 2.

9 « Outsourcing, gerar e gerir conflitos », article de Maria João Lima, EXAME, 16/10/02 (Portugal) – titre p. 117

10 Publicité parue dans Veja du 10/08/94, encart publicitaire.

11 Opération spéculative : par opposition à une opération de couverture, se dit généralement de toute opération qu’on réalise dans le but de se procurer un profit. Dans la terminologie anglo-saxonne, on parle de trading. Celui qui l’effectue est un trader. Lexique de la banque et de la Bourse, op. cit.

12 Chansou, 1990 : 43. L’auteur était vice-président du Comité d’étude des termes techniques français.

13 Veja, 24/11/82.

14 Une partie de cette liste non exhaustive est accessible sur Internet : www.cavi.univ-paris3. (Observatoire des Langues Étrangères Appliquées parmi les sites hébergés).

15 Consulter le site : www.FLCH.USP.br/DLCV/neo

Auteur

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540