Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

3b - Terminologie et pratiques professionnelles de la traduction

3b. Terminologie et pratiques professionnelles de la traduction

Texte intégral

1Cette série de conférences dans le domaine de l’économie s’articule autour de deux axes : l’évolution de la terminologie et la traduction. En effet, il existe bien une corrélation entre développement économique et évolution linguistique qui se concrétise tout particulièrement dans la terminologie. Une mutation économique, parfois conséquence d’un changement politique, introduit de nouveaux concepts importés de l’étranger, qu’il faut ensuite intégrer dans la langue d’accueil. À ce moment-là intervient principalement le traducteur dont la tâche essentielle est de les transposer par une terminologie précise et compréhensible par tous. Il participe donc à la modernisation et à l’enrichissement de sa langue et évite ainsi qu’elle se fasse substituer par une langue véhiculaire internationale. Ce qui semble simple et évident de prime abord présente, comme les cinq contributions de cet atelier l’illustrent parfaitement, un certain nombre d’écueils.

2Armelle Lebars étudie dans son article « Néologies de la langue économique dans la presse brésilienne et portugaise » les mécanismes de création terminologique de la langue économique au Portugal et au Brésil pour décrire les nouvelles réalités, mécanismes qui se situent entre créativité et normalisation. Elle montre l’importance des événements, des acteurs sociaux et les niveaux différents de langue économique que concerne cette évolution. Tandis qu’au Brésil l’hyper-inflation des années soixante-dix est le moteur de la création des termes économiques sous l’influence essentielle des journalistes, création qui s’adresse au grand public dans un souci de vulgarisation des données économiques ; quant au Portugal, son adhésion à l’Europe en 1986 suscite une dynamique de créativité et d’ajustement aux autres langues européennes. Ici les chercheurs jouent un rôle essentiel, en traduisant des ouvrages étrangers, proposent des néologies et créent des dictionnaires. Le public ciblé sont les chercheurs, les enseignants, les étudiants et les professionnels.

3La contribution de L’udmila Mešková sur « Les aspects phraséologiques de la terminologie » présente une situation quelque peu analogue à celle présentée par A. Lebars : un changement économique crée de nouveaux besoins en terminologie. Ici, il s’agit de la terminologie du marketing qui, à la suite de l’ouverture de la Slovaquie au capitalisme, était inexistante, problème fortement ressenti par les traducteurs, mais aussi par les enseignants et les étudiants. Il fallait donc trouver des équivalences pour les termes marketing. En effet, les termes polylexicaux et phrasèmes spécialisés (cad combinaison d’éléments) sont très difficiles à traduire. Si bien qu’en slovaque, il existe plusieurs équivalents pour un seul terme ou phrasème spécialisé en français, par exemple. Pour l’auteur, il est indispensable de les intégrer dans des dictionnaires spécialisés bilingues en indiquant absolument le contexte d’utilisation.

4Maria Wirf Naro, quant à elle, aborde dans son article « Le marché du travail et son vocabulaire : étude contrastive entre le français et l’allemand » l’adaptation de la terminologie de l’emploi à un nouvel environnement sous l’angle du discours officiel. Dans le cas de la France, la formation de mots nouveaux se fait par plusieurs procédés : elle va de la formulation en syntaxe complète aux formulations elliptiques en passant par des sigles ou des dérivations par suffixation, la spécialisation ou l’extension du champ sémantique. En revanche, pour l’allemand, on s’en serait presque douté, les composés, c’est-à-dire la juxtaposition de deux unités lexicales autonomes, sont de loin le procédé que les autorités utilisent le plus souvent. Toutefois apparaît un fait nouveau : le discours officiel recourt massivement à des emprunts provenant de l’anglais, procédé fortement limité en France par la loi Toubon. Dans un souci de paraître proche de ses administrés, les autorités allemandes et françaises ne parviennent pas à abandonner leur traditionnelle langue de bois mais elles l’agrémentent de sigles et de variantes sur un ton familier. De part et d’autre, comme l’auteur le fait remarquer, non sans humour : « des créations d’emploi, certes – mais plus en langue que sur le marché du travail. »

5Dans sa contribution « Traduire le discours économique : implications didactiques pour la traduction », Fayza El Quasem analyse les procédés linguistiques employés dans les textes économiques de vulgarisation pour la traduction de termes économiques français vers l’arabe. Elle choisit l’approche d’une analyse textuelle des termes qu’elle considère comme un moyen fiable d’examen et de déterminer l’état actuel de leur usage, car le texte possède une capacité métalinguistique définitoire grâce aux explications. Le contact linguistique entre la langue véhiculaire du savoir spécialisé et l’arabe ne concerne pas exclusivement l’emprunt en tant qu’élément isolé, mais plus encore l’emprunt global à un modèle de discours. L’efficacité de la communication dépend donc d’une certaine cohérence linguistique qui dans un souci de clarté et d’univocité doit réduire voire supprimer les trop nombreuses variations. Tandis que les emprunts lexicaux et la métonymie vont dans le sens souhaité, de nombreux procédés pour arabiser les termes – la dérivation, des calques structurels, voire des synonymes – ne correspondent pas au fonctionnement de la langue arabe et provoquent, comme l’auteur l’appelle, « une babélisation de la terminologie ». Pour combler les lacunes de la traduction spécialisée il faudrait à la fois harmoniser la terminologie, favoriser l’enseignement de l’arabe de spécialité et optimiser la traduction spécialisée.

6Freddie Plassard nous montre dans son article « Les listes de diffusion, coulisses de la traduction » comment l’Internet apporte un nouvel aspect à la démarche de la traduction. En effet, il s’agit dans l’exemple présenté d’un réseau de communication entre des traducteurs de langue allemande et française, qui par le web exposent les problèmes de terminologie rencontrés lors de leur travail à leurs confrères. L’auteur souligne que cette utilisation des nouvelles technologies de communication dépasse largement le cadre d’une simple entraide terminologique en mutualisant des connaissances individuelles de professionnels pourtant en situation de concurrence potentielle. À part le fait que ce réseau virtuel permet d’observer les concepts traductologiques et leur évolution, il reflète le discours social ambiant d’une profession.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540