Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

3a - Discours et problématique interculturelle

3a. Discours et problématique interculturelle

Texte intégral

1Trois contributions s’intéressent à l’impact de la culture sur la communication et montrent les conséquences que peut avoir son non-respect.

2Dans leur contribution « Notions partagées ou malentendus interculturels ? Regards sur quelques “mot-clés” dans les coopérations managériales franco-allemandes », Christoph Barmeyer et Isabelle Demangeat emploient la méthode comparative dans le domaine de la coopération interculturelle. Malheureusement, jusqu’à nos jours, peu de travaux de recherches ont porté sur la dimension linguistique et encore moins sur les aspects sémantiques des projets franco-allemands. Or, la communication dans de telles coopérations est ancrée dans la culture d’origine de chaque participant, qui lui fournit par un système de valeurs, de normes, de représentations mentales et de modes de pensée un contexte d’interprétation. À partir des définitions données dans des dictionnaires généraux, les auteurs mettent en évidence les divergences sémantiques de sept mots-clés récurrents dans la gestion des projets. Il reste, maintenant, à convaincre les praticiens du bien-fondé de telles études qui leur permettraient, d’une part, d’approfondir la connaissance de leur propre culture ainsi que celle de leurs partenaires étrangers et, d’autre part, d’améliorer leur coopération tout en évitant les malentendus interculturels.

3Michel Ghertman analyse dans son article « Pratique et discours sur la pédagogie en Management : l’exemple de l’utilisation de la méthode de cas transposée d’Harvard à HEC » les mécanismes de micro-sociologie politique internes à une organisation sous forme de processus d’exercice de relations de pouvoirs, mécanismes qui aboutissent à une appropriation ou à un rejet d’une méthode pédagogique importée d’un autre pays. Il est intéressant de constater que le transfert de cette méthode de cas, qui est enseignée dans des écoles de management américaines, à des étudiants ayant déjà une certaine expérience professionnelle a partiellement réussi à HEC dans un premier temps, puis s’est transformée au début des années soixante-dix en un échec. Cela s’explique par un changement d’attitude des étudiants à cette époque-là. Par la suite, chaque acteur du triangle de pouvoir – l’administration, le corps professoral et les étudiants – a fini par trouver des stratégies personnelles. Celles-ci, après un processus d’ajustement, ont trouvé un équilibre, avec pour résultat que la méthode de cas « à l’américaine » s’est transformée avec peu de ressemblance en une méthode « à la française ». M. Ghertman exclut désormais tout transfert de méthodes pédagogiques des États-Unis vers HEC tant la différence est évidente entre les institutions, les données socio-culturelles et les relations de pouvoir.

4Dans leur étude contrastive « Le langage scientifique du marketing : comparaison France-Allemagne », Reinhold Decker et Dieter Hentschel se sont donnés comme objectif de dégager les différences structurelles des textes dans des revues scientifiques du marketing publiées en France et en Allemagne. L’analyse s’effectue, d’une part, d’une façon intralinguale pour mettre en évidence des différences à l’intérieur de chaque corpus et, d’autre part, d’une manière interlinguale en comparant des textes français et allemands. En s’inspirant des travaux scientifiques sur l’analyse des textes de spécialités, six critères, déterminés par 98 variables en tout, ont été retenus. Après avoir vérifié le caractère statistiquement signifiant de chaque variable, l’analyse intralinguale n’a pu mettre en évidence des schémas de construction textuelle bien marquants pour chaque corpus. En revanche, au niveau interlingual, les auteurs ont pu montrer qu’il y a bien des différences dans la production de textes scientifiques en marketing, concernant la structure du texte, le paradigme de recherche, l’objectif de l’introduction et de la conclusion ainsi que l’emploi différent des anglicismes.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540