Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

2c - L’exemple de la Bourse

Commentaire boursier et subjectivité

Étude contrastive français-allemand de messages sur Internet

Sabine Bastian et Françoise Hammer

Texte intégral

Objectif de l’étude

  • 1 Le corpus de cette étude pilote se compose d’une centaine de textes français et allemands relevés (...)

1Le commentaire boursier sur Internet, un type de texte qui répond à un besoin d’information immédiate de la société actuelle, prend une place croissante dans le discours public. Internet, considéré souvent comme premier médium démocratique, permet de satisfaire à cette demande d’information immédiate et de répondre en ligne et pratiquement en temps réel aux besoins du monde des affaires et du grand public. Ce processus conduit à une inflation de textes qui exigent de leurs auteurs des informations précises mais aussi, en plus de ces données brutes, des analyses, des conseils et des commentaires. Dans la description objective interviennent ainsi des éléments de subjectivité, largement négligés jusqu’ici dans l’étude des textes de spécialité. Ce sont ces éléments qui sont au centre de notre étude1.

1. Le commentaire boursier2

  • 2 Lat. commentari : ensemble d’observations, d’interprétations sur un événement, une situtation… (Le (...)

2Sous le terme commentaire nous regroupons des articles publiés sous des rubriques diverses (analyse, bloc-note, bulletin, etc.) ayant pour objectif commun de fournir au lecteur une information interprétée, c’est-à-dire augmentée d’informations secondaires permettant son positionnement dans un contexte concret.

1.1. Fonction du commentaire

3Le commentaire boursier tient une place particulière parmi les articles d’opinion. Ici c’est la compétence qui joue ; son auteur, un expert, se veut, comme l’affiche le Handelsblatt, objectif dans les jugements qu’il est amené à émettre. Son analyse prétend être rigoureuse, fiable et reproductible. Partant d’un ensemble de données déjà divulguées par les nouvelles et l’affichage des résultats boursiers, mais hétérogènes, le commentateur essaie d’en analyser et d’en apprécier la valeur en fonction des objectifs potentiels du lecteur qu’il oriente ainsi face à un labyrinthe d’informations. Comparé à l’information, le commentaire est donc moins neutre car il opère un choix parmi les informations. L’analyse des fluctuations boursières échappe d’autre part par son contexte spécifique (limitation temporelle ou locale, influence de facteurs externes multiples) à une saisie purement scientifique. Il s’agit de « déterminer les scénarios qui ont le plus de chance de se réaliser » (edubourse.com 2004-01-24). Le commentaire fournit au lecteur une interprétation prospective à partir d’une analyse en partie subjective et momentanée des faits. Il présente de ce fait un caractère appréciatif évident où le rapport commentateur-lecteur manifeste souvent un déséquilibre entre détenteur du savoir et du pouvoir d’action.

4Afin de surmonter cette distance, le commentateur est amené à encadrer son information dans un appareil argumentatif et émotionnel (Jahr, 2003 ; Fiehler, 1990) en vue de créer un climat de proximité immédiate avec l’allocutaire pour amener celui-ci à partager ses mêmes vues. « Dans cet acte communicationnel la compréhension de l’information repose sur une compréhension de l’évaluation du sujet traité. » (Fiehler, 1990 : 30ff). L’information dure (Lüger, 1995) est enrobée dans une présentation plus conviviale (Klein, 1997). Cette tendance de la presse écrite et radio-télévisée peut être intensifiée par les possibilités techniques d’un médium interactif et soumis aux contraintes économiques du marché, la survie du site dépendant de la fidélisation des lecteurs. L’émotionnalisation du discours vise à contrebalancer l’hermétisme elliptique et abstrait de l’analyse boursière.

5Cette subjectivation est prise en compte sur le plan linguistique par des outils divers, des lexies lexico-grammaticales à fonction modale, temps verbaux, particules, adjectifs et adverbes appréciatifs, et des unités pluri-lexicales métalangagières de type phraséologique.

1.2. La structure du commentaire boursier

6Le commentaire boursier est un texte polyfonctionnel relativement court qui tente de sensibiliser le lecteur au plus vite en présentant le sujet et l’évaluation, souvent dès le titre. L’introduction reste brève, étant donné que le commentaire se réfère à des faits connus ; la partie principale développe le diagnostic de la problématique, des réflexions et bien sûr l’opinion de l’auteur. Les solutions proposées et les perspectives indiquées marquent la conclusion, souvent truffée d’éléments subjectifs moins évidents.

7Polyfonctionnel, le commentaire boursier est aussi polyphonique. Il présente une interaction dialogale faisant intervenir au moins trois différents acteurs :

  • Le rédacteur et modérateur dont la présence est clairement manifestée (photo, appel au lecteur à donner son opinion et signature). Son but est de persuader le lecteur d’accepter son analyse par le rapprochement affectif d’une langue de proximité et de formules consensuelles, phraséologismes, jeux de mots ou métaphores.
  • Des personnalités du monde financier dont les citations d’autorité contribuent à fonder l’argumentation implicite du commentaire et derrière lesquelles le rédacteur peut se retrancher.
  • L’allocutaire avec lequel le texte dialogue comme sur la scène, par personnes interposées. L’emploi de procédés phatiques, interrogations, interjections, marqueurs rétroactifs et phraséologismes en est la manifestation.

8Une analyse des procédés des différents plans mériterait un examen plus approfondi après l’analyse globale des moyens mono-et plurilexicaux que nous présentons.

2. Analyse de quelques éléments exprimant la subjectivité

9Nous présentons ici uniquement quelques résultats représentatifs.

2.1. Les moyens lexico-grammaticaux comme moyens argumentatifs

10Dans le but de convaincre, le commentateur reprend dans son discours les faits et donne ses appréciations (positives ou négatives) pour que le lecteur se fasse une idée précise. Pour y arriver, il se sert notamment d’un lexique approprié. À part le nom porteur d’évaluations (termes péjoratifs, portant des valeurs implicites ou connotant une position subjective), c’est surtout l’adjectif affectif (émouvant, génial ; phänomenal, fulminant) qui est particulièrement fréquent et dont l’effet est encore renforcé par l’emploi des formes du superlatif ou bien des adverbes intensificateurs. Dans notre corpus, il devient le moyen de choix pour exprimer le jugement et l’appréciation. S’y ajoutent les formes verbales (aggraver, améliorer, avouer, cacher, prétendre) qui servent à caractériser et à exprimer des sentiments. Les quantificateurs vagues comme beaucoup de, assez de, suffisamment de, la plupart de, et etwas en allemand sont fréquents et servent à accentuer l’expression mais aussi à « protéger » l’auteur du reproche d’information falsifiée. Les opérateurs et connecteurs argumentatifs, qui ne sont pas au centre de cette étude, mériteraient une analyse particulière.

11Dans les parties prospectives des commentaires, les auteurs se livrent à des suppositions, ils présument les conséquences et développements futurs. Les moyens lexicaux préférentiels sont une fois de plus des verbes (sembler, apparaître, risquer, pouvoir, devoir), des adverbes et expressions adverbiales (sans doute, sûrement, probablement), mais aussi des substantifs et expressions nominales comme dans l’exemple allemand « in der Pipeline haben » où le mot Pipeline est un néosémantisme qui symbolise, dans les textes boursiers, qu’on s’attend prochainement à des conclusions de contrats. S’y ajoutent également les occasionalismes du type Verlustbringer (« qui apporte des pertes ») qui sont bien sûr très expressifs. Cette partie du lexique du commentaire boursier est marquée essentiellement par des éléments subjectifs, émotionnels, appréciatifs qui sont en même temps d’ordre partial, mobilisant et opérateur. Elle comporte également des éléments résumants et généralisateurs qui servent parfois à camoufler le caractère subjectif (usage de on, nous, tout, tous, toute, il est important).

12En dépouillant les textes, on constate d’abord que le lexique se distingue largement par un caractère technique. On retrouve donc des termes techniques (simples et complexes) de la terminologie économique, financière et spécialement boursière : des termes simples comme baisse, hausse, bénéfice, indice, achat, rentabilité, valorisation, portefeuille ; Aktie, Anleger, Anleihe, Analyst, Papier, Index, etc., ou des termes composés comme action close, action en cours, prévisions de croissance, renchérissement de l’euro, démarrage des marchés ; Aktienbarometer, Gewinnwachstumsrate, Jahreshoch, Wachstumskurs, Kaufsignal, etc. Parfois ces termes n’acquièrent le statut spécifique de termes boursiers que grâce à la composition avec d’autres noms ou adjectifs. Ainsi les termes marché et Markt (terme plus large) et second marché (terme boursier), attente du marché, Neuer Markt et geregelter Markt. À part la technicité comme indice de l’objectivité, c’est aussi l’effet expert qui s’impose pour l’auteur et le qualifie comme commentateur.

13En ce qui concerne le lexique moins spécialisé, il gagne son importance par les contextes spécifiques, souvent métaphoriques, dans lesquels il s’inscrit. C’est notamment l’expression de l’appréciation, du jugement par ce lexique qui distingue les commentaires des autres textes boursiers. Quelques exemples : sanction du marché, le haut de la fourchette de valorisation ; Höhenflug (einer Aktie), Spitzenperformance. Notons en passant également l’usage de jargonismes boursiers comme Aktien-Eliteliga, Aktienstory, Bullenbörse pour l’allemand. Les termes du type Börsenriesen, Riesen am Aktienmarkt sont en même temps métaphoriques et expressifs, cependant la métaphoricité est affaiblie par un usage courant et presque banalisé. Il s’avère qu’une bonne partie de ces noms contient l’information évaluative dans sa dénotation (signification péjorative ou dépréciative). Il suffit de comparer sanction de marché à réaction de marché.

14Nous entrons là dans le champ sémantique du lexique émotionnel (Fomina, 1999 ; Rudolph, 2003) représenté dans le corpus par des termes comme Risiko (erhöht das Risiko für), Wert (Ich sehe sie als Wertaktie an), Riese (Riesen am Aktienmarkt ou Börsenriesen), pralle Pipeline (métaphore pour grand nombre de marchés prêts à être conclus). C’est particulièrement le cas des adjectifs (en position d’épithète aussi bien que d’attribut) nombreux dans nos textes :

les fondamentaux restent bons, les résultats très satisfaisants, impact dilutif, niveau de rentabilité correct, dimension spéculative, excellente résistance
Dass… ist unglücklich, sinnvoll ist…, halte… für überbewertet, sind bewundernswert, durchaus eine Überlegung wert, nicht einmal profitabel.

15Parmi ces adjectifs, il y en a très peu qui sont vraiment techniques comme l’exemple allemand charttechnisch. Par contre le choix des épithètes originaux et particulièrement expressifs dans les deux langues est grand et largement utilisé. Des caractérisations comme génial, héroïque, prometteur, abyssale, chatoyant ne manquent pas. On y trouve même des connotations ironiques : mirage chatoyant, trucs géniaux.

16L’effet évaluatif et subjectif est encore accru par un usage important des formes comparatives et superlatives. Dans le corpus, l’allemand présente une prédilection particulière pour ce type d’expressions :

Viel problematischer ist…
Aktie günstiger bewertet als…
die größten und bekanntesten Aktien
so günstig wie seit acht Jahren nicht mehr
der Höchststand der Cisco-Aktie….

17En ce qui concerne les constructions verbales et adverbiales, on constate une grande variété au niveau sémantique, mais aussi grammatical, quant à l’utilisation des marques de modalité. Dans les prévisions, nous avons repéré des formes de conditionnel présent et de futur simple comme :

Le volume de ventes… s’inscrira entre le niveau
La marge opérationnelle… se situera
Pour l’ensemble… elle devrait baisser de…
Le groupe détient… capital en auto-contrôle qu’il devrait annuler ce qui aurait un impact mécanique… sur l’action

18Dans le corpus allemand on utilise le Konjunktiv uniquement dans les citations : « und den Widerstand bei 19,30 Franken nähme ». Les prévisions sont parfois marquées par würde, sollte, könnte indiquant l’incertitude : « Der Gewinn je Aktie könnte sich… belaufen », « sollte ein Produkt in der finalen Phase scheitern », « würde dies dem Kurs sicher merklich schaden ».

19Mais l’indicatif s’emploie si la prévision est suffisamment sûre : « … so dass die Aktionäre auch künftig mit… rechnen können ». Les verbes utilisés relèvent dans leur majorité des domaines (a) estimer, juger, recommander, qualifier, (b) caractériser (souvent quantitativement) et (c) agir (acheter, vendre).

20Le dépouillement des corpus montre un lexique plus ou moins connoté. Même si certaines constructions verbales semblent neutres hors contexte, elles le sont beaucoup moins dans les textes. On constate d’ailleurs deux tendances qui peuvent sembler contradictoires. À côté des expressions personnelles à la première personne (je, nous) et l’appel au lecteur par vous, on a également recours à on (souvent inclusif) ou aux citations directes et indirectes qui sont introduites par des verbes ou expressions du dire (« Il s’agit d’une bonne performance dans un contexte de faible conjoncture et de baisse du dollar, note un opérateur. ») et marquées dans certains cas de la citation indirecte par le conditionnel.

21Reste à signaler que la plupart des commentaires présente au niveau du marquage des appréciations et jugements une grande différenciation variationnelle. Un exemple :

  • 3 L’exemple reprend la conclusion d’un article sur l’action Peugeot (recommandation enregistrée le 2 (...)

Curieusement le marché a réagi de manière positive à ce “profit warning”, estimant sans doute que… À notre avis le succès des… explique en grande partie ce réalisme. Le titre est l’un des rares du CAC… On constate néanmoins que… Au cours actuel, nous avons un PER 2003 estimé de… Nous pensons que la sanction… a été excessive et que… Nous sommes à conserver au niveau actuel3.

22La liste des adverbes émotionnels et subjectivisants est moins longue et moins ouverte ; elle comporte une cinquantaine d’expressions françaises (la plupart formées sur -ment comme seulement, largement, légèrement, sensiblement, fortement) et à peu près autant de formes allemandes avec les suffixes-lich et-weise (deutlich, wirklich, tatsächlich). Ces partenaires des verbes et adjectifs apportent une large contribution à l’expression évaluative et subjective :

les ventes ont légèrement reculé
l’action progresse légèrement
l’euro a fortement reculé
ils [les résultats] sont relativement bons
Wall Street a réagi positivement
Wachstum hat sich zuletzt merklich verlangsamt
Papiere sind günstig bewertet
glänzend hat sich… entwickelt

23Parmi les caractéristiques lexico-grammaticales étudiées nous tenons également à mettre en relief des formes syntagmatiques qui mériteront une étude approfondie. Il s’agit de formes phrastiques particulièrement fréquentes dans les commentaires et qui se présentent dans les questions rhétoriques :

Kann es also falsch sein, Cisco zu einem Kurs unter 21 Dollar zu kaufen… Ja, das kann es!
Raten Sie doch mal schnell, wie hoch das Umsatzwachstum von Coca-Cola in den letzten fünf Jahren war. Wenn Sie auf mehr als 0,73 Prozent getippt hätten, liegen Sie zu hoch.
Sie könnten jetzt vielleicht den Eindruck gewinnen, ich sei nicht gerade sehr scharf auf Kaufgelegenheiten unter den ganz großen Aktien. Da liegen Sie richtig.

24On constate une évaluation subjective par l’utilisation seule de la forme interrogative/suggestive. C’est aussi l’allusion suggestive qui prévaut dans certaines affirmations complexes et qui montre une fois de plus que la description de l’expression subjective dépasse largement le cadre lexico-grammatical pour gagner celui du texte et du discours, y compris son côté inférentiel : Fast alle meine Kunden halten Merck-Aktien (c’est positif) ; und lugt aktuell aus dem langfristigen Abwärtstrend (c’est donc exceptionnel).

2.2. Phraséologismes et expressions figées

25Les phraséologismes sont, selon le consensus général, marqueurs d’expressivité et de subjectivité par excellence.

Phraseologismen können die emotional betonte Einstellung des Senders zu dem mitgeteilten Sachverhalt indizieren und emotionale Wertungen (positive wie negative) auf den Empfänger indirekt übertragen… Der Gebrauch von Phraseologismen kann die Wirkung einer Argumentation durch Anschaulichkeit und Einprägsamkeit, durch emotionale Akzentuierung einer Einsicht unterstützen. (Fleischer, 1997 : 18-220).

26Encore convient-il d’en délimiter les fonctions et les modes d’intervention en situation discursive spécifique car phrasèmes et locutions figées opèrent en interaction (Gréciano, 1998) dans un réseau de subjectivisation.

27Le dépouillement du corpus met au jour un appareil phraséologique abondant et diversifié. Une caractéristique des corpus boursiers allemand et français (cf. ci-dessus) est la fréquence de collocations dénominatives (polyxlexikalische Termini) associant termes techniques et éléments métaphoriques situées à la frontière entre phraséologie et langue de spécialité (Burger, 1998 : 161-163). Ces compositions hybrides (souvent ad hoc) assument deux fonctions, l’une référentielle, l’autre émotionnelle. Du fait de leur double appartenance elles sont exclues de l’analyse globale, limitée aux phrasèmes du commentaire.

28L’approche contrastive fait apparaître une grande similarité des phraséologies française et allemande sur le plan stylistique et métaphorique et qui semble répondre aux objectifs émotionnels de la Unterhaltsamkeit (Klein, 1997). Le registre stylistique de proximité de la phraséologie des deux langues contraste avec l’hermétisme et le réductionnisme de la langue boursière : être le dindon de la farce, mettre de l’ordre dans la boutique ; in den Tisch beißen, auf die Beine helfen. La force expressive des phrasèmes naît ainsi du décalage voulu entre deux registres langagiers indépendamment du sémantisme de la formule. La formule vise cependant plus qu’à distraire, sa fonction évidente est d’assurer un rapprochement émotionnel entre commentateur-expert et lecteur à des fins argumentatives.

29La métaphoricité, le plus souvent conventionnelle, des phrasèmes relevés permet la concrétisation et visualisation de phénomèmes abstraits et complexes.

Der Dénotation enthoben entwickelt die Bildhaftigkeit ein semantisches Potential, das sie für vielfältige und zusätzliche Zwecke bereithält. Die Darstellung wird zur Vorstellung und wirkt als solche auf Gedächnis-und Denkprozeduren, auf diskursive und kommunikative Prozesse. (Gréciano, 1997 : 107-110).

30La métaphoricité met ici la Unterhaltsamkeit au service implicite de l’argumentation. Les phrasèmes véhiculant des valeurs partagées, ils permettent d’établir une base consensuelle à des fins persusasives (Lüger, 1999 ; Beckmann, 2001 ; Hammer, 2001). Les phrasèmes contribuent donc à l’émotionnalisation du discours boursier de manière extrinsèque par leur marquage stylistique, et intrinsèque par leur apport expressif et argumentatif.

31Le commentaire boursier se voulant informatif et objectif, l’expression de la subjectivité y est surtout marquée indirectement par des phraséologismes en majorité d’ordre valuatif et illustratif (Mair, 1992 : 97-104) dont il s’agit de préciser la contribution spécifique à l’émotivation par un examen des principaux types rencontrés.

2.2.1. Phrasèmes du commentaire boursier

32On peut distinguer pour l’analyse quatre classes dominantes : phraséologismes phrastiques, idiomes, collocations et marqueurs métalinguistiques.

Phraséologismes phrastiques

33Les phraséologismes phrastiques (Satzwertige Phraseologismen (Lüger, 1999)), proverbes, dictons, maximes et citations d’autorité (modifiés ou non), sont majoritairement localisés dans le titre, la conclusion ou la citation d’un intervenant. Leur contribution à la subjectivation par l’image (renvoi connotatif et affectif) a plus qu’une fonction distractive, celle d’établir, sur la base d’un topos partagé (lui-même valuatif), un consensus de vues implicite, initiateur du jugement à porter. Ils servent ainsi à l’argumentation, la remplacent ou la confortent par une appréciation et justification valuative :

Wenn sich zwei streiten, freut sich der Dritte
Neue Besen kehren eigentlich gut
Das Entlein wird zum Schwan
Das hilft alles nicht
Rome ne s’est pas faite en un jour
Attachez vos ceintures
Il ne l’a pas volé
Tout est dit

34L’autorité du topos permet d’objectiver une interprétation subjective valuative et/ou illustrative : « Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, dit le bon vieux proverbe donc [italiques par moi] CAC40 ne poursuivra pas sa course aux records indéfiniment. ».

35Ces phrasélogismes agissent en concurrence avec d’autres unités métalangagières, jeux de mots et néologismes d’ordre métaphorique ou métonymique : Ernstfall Linux, Bildstörung (commentaire sur une marque de téléviseurs) ; La bourse dans la sinistrose, Les valeurs de la consommation sous pression.

Idiomes

36Idiomes et formules figées contrastent de même par leur plasticité avec la technicité abstraite du langage boursier. Remplaçant des termes de spécialité ou des réalités abstraites, ils visent à une meilleure acceptabilité et compréhension du discours par un renvoi métaphorique, connotativement et émotionnellement marqué, à des champs lexicaux de la vie quotidienne. Leur but est d’introduire un aspect de subjectivité vécue et de renforcer la connivence émotionnelle et intellectuelle modérateur-lecteur :

sich bis aufs Messer bekämpfen, in den Tisch beißen, wie eine Bombe einschlagen, wie ein Strohfeuer, am seidenen Faden
casser sa tirelire, ne pas y aller de main morte, redistribuer les cartes, mettre la clé sous la porte, un remède de cheval

Collocations

37Les collocations, plus ou moins en voie d’idiomatisation, appartiennent elles aussi majoritairement au registre familier. Elles servent essentiellement à dynamiser le texte par une présentation anthropocentrique et valuative des faits :

auf den Kopf stellen, gut gebrauchen können, auf etwas bauen können
trouver son compte, mettre sur la bonne voie, faire les frais.

38Leur métaphorisation par l’emploi d’un verbe concret au lieu du verbe support abstrait attendu :

Auf 10.80 Euro klettern, In die roten Zahlen rutschen, Die Aktie klemmt fest.
balayer les difficultés, se hisser au rang de

39contribue à diminuer la distance apparente des savoirs et sert ainsi au rapprochement émotionnel expert-lecteur.

Marqueurs métalinguistiques

40Sous ce terme, sont regroupées des formules plus ou moins figées, servant à introduire (ou conclure) une proposition par une prise de position subjective comme :

Das gilt besonders für, So viel steht fest, Manches spricht dafür
La preuve est faite que, À coup sûr, Peu s’en faut que

41La phraséologie de proximité contribue à donner au texte un caractère moins austère et plus ludique (Klein, 1997) et sert de base à une émotionnalisation consensuelle du discours, et partant à son argumentation. Ceci vaut en particulier pour les phraséologismes phrastiques. Plus encore, le contraste entre phraséologie fortement métaphorisée et langue boursière hermétique et condensée contribue simultanément à la meilleure structuration du texte par une différenciation des plans informationnel et émotionnel, un aspect encore peu étudié.

42L’émotionnalisation phraséologique du commentaire boursier repose donc sur deux principes : le contraste sur le plan macro-discursif et l’image sur le plan micro-discursif. Son rôle spécifique ne peut être déterminé cependant qu’en concurrence discursive (Drescher, 2003) avec d’autres procédés communicatifs et par contraste avec d’autres textes, d’où l’intérêt de l’examen métaphorique.

2.2.2. Les métaphores du commentaire boursier

43Les métaphores relevées présentent un caractère fortement anthropomorphique. Les mécanismes financiers se voient portés au rang d’êtres humains évoluant dans l’espace et le temps et pourvus d’états d’âme et de sentiments :

die Stimmung könnte umschlagen, nicht tatenlos zusehen wie, die Erwartungen erfüllen
commettre des excès, se rappeler au bon souvenir, faire son mea culpa

44Parmi les domaines métaphoriques source, le domaine de la vie – croissance (maturation), santé (le plus fréquent) et nutrition – s’avère particulièrement productif :

die Flegeljahre hinter sich haben, am Beginn einer großen Karriere, auf die Beine helfen, die Firma schlucken
l’heureux événement, sous perfusion, afficher une santé éclatante, digérer les transferts.

45En symbiose avec l’activité décrite, vient ensuite le champ métaphorique de la lutte, compétition, jeu, sport, conflit et guerre :

eine Wette eingehen, ein Kopf-an-Kopf Rennen, rasante Berg-und-Tal-Fahrten, einen Anlauf nehmen, aufs Messer streiten
les pièces du puzzle, la redistribution des cartes, garder des atouts, pas de trêve sur les marchés, franchir la barre

46Un troisième domaine fortement représenté est la météorologie – tempête, climat, saisons :

langsam aufehllendes Konsumklima, Großwetterlage beobachten, das Zwischenhoch aus dem Oktober
faire face à la tourmente, traverser de fortes turbulences, frapper de plein fouet.

47Les domaines des transports, des arts et de la religion (Gil, 1998) sont peu productifs. L’emploi isotopique de la métaphore est moins fréquent que dans d’autres types de textes. Deux exemples du domaine médical montrent l’importance de celui-ci :

Ernstfall Linux. Die Operation ist gelungen, der Patient wohlauf… Einen schwierigen Eingriff vornehmen… Hoffen, daß der Patient selbst schnell wieder gesund wird.
Ils [les fonds alternatifs] sont l’antidote aux brutalités des marchés, mais comme tout médicament, si les symptômes subsistent, consultez un professionnel

48La fréquence de métaphores d’origine multiple correspond sans doute moins à un choix délibéré qu’aux conditions d’écriture en temps compté. Tant par leur variété que leur accumulation, leurs associations inattendues contribuent cependant à la récréativité, à la dynamisation textuelle et à son émotionnalisation secondaire.

49La métaphorisation du discours boursier facilite l’approche du texte par le domaine des images transportées. Leur intervention est la fois ludique-émotionnelle et argumentative-persuasive.

3. Approche contrastive

50L’analyse phraséologique globale indique donc une grande similitude des langues confrontées quant aux techniques, aux champs et registres linguistiques utilisés, même si la fréquence des types de phrasèmes et des champs métaphoriques rencontrés et le degré d’émotionnalisation des discours confrontés (Jahr, 2003) restent encore à préciser statistiquement.

51L’examen de détail cependant révèle certaines divergences. La première concerne les domaines métaphoriques et imagiers. La métaphore météorologique semble ainsi plus fréquente dans les commentaires allemands, du fait de la formation aisée de polylexèmes sur hoch et tief. Une autre a trait au contexte socio-culturel langagier, manifeste sous la globalisation et ses références :

Das häßliche Entlein wird zum Schwan
La grenouille qui a voulu se faire aussi grosse que le boeuf
Nos ancêtres les Gaulois avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête.

52Une différence plus importante touche l’organisation même du message. On note en effet dans les textes français une prédominance de l’interaction plus directe modérateur-lecteur et une réduction du rôle des autres intervenants financiers dans l’argumentation évaluative. À côté des métaphores, collocations et formules de routine, on relève ainsi un grand nombre de questions rhétoriques, d’interjections (Aïe), d’exhortations (Résumons-nous) et d’exclamations (Oh hisse, mais bien sûr !) et surtout un marquage logique plus serré de l’argumentation par des connecteurs et autres mots du discours tels que bref, or, certes. Ces constatations tendent à indiquer, par-delà les similarités constatées, une divergence textologique des deux langues, caractérisée par une plus haute fréquence des éléments phatiques en français et évaluatifs et illustratifs en allemand (Hammer, 2001). Ceci impliquerait l’emploi de normes différentes dans l’expression de la subjectivité : une distance plus réduite entre rédacteur et lecteur en français, une démonstration axée davantage sur le jeu d’intervenants multiples en allemand et donc moins directe, conférant au lecteur en apparence une plus grande autonomie de décision.

Conclusions provisoires

53Cet examen encore succinct met en relief l’importance de facteurs émotionnels dans un type de texte qui se veut avant tout informatif. L’objectif a été dans un premier temps d’établir un inventaire des moyens destinés à exprimer ou à renforcer les fonctions émotives et subjectives. L’analyse contrastive fait apparaître une grande similitude des procédés mono-et polylexicaux du français et de l’allemand mais aussi des divergences déterminées par des structures et des conventions langagières. « Les types de texte sont des actes de langage routiniers… marqués par des conventions culturelles spécifiques » (Spillner, 1999 : 493). Celles-ci interagissent dans un réseau de relations complexes dont il s’agirait dans un cadre plus large de décrire la contribution plus précise à ce qu’il est convenu d’appeler subjectivité.

54De l’étude phraséologique il ressort clairement que ces procédés n’ont pas uniquement un rôle de divertissement mais contribuent à une meilleure appréhension du message et à sa structuration interne ; ils sont partie constitutive de l’argumentation. Il est permis de se demander avec Silke Jahr (2003) s’il ne convient pas d’introduire dans l’analyse textuelle la notion de plan émotionnel.

Bibliographie

Bibliographie

Agnès, Yves, 2002, Manuel de journalisme – écrire pour le journal, Paris, La Découverte.

Bastian, Sabine/Hammer, Françoise, 1998, « Kommentieren in der Fremdsprache, ein deutsch-französischer Vergleich », in Baumann, Klaus-Dieter/Kalverkämper, Hartwig/Steinberg-Rahal, Kerstin (éds.), Sprachen im Beruf, Stand – Probleme – Perspektiven, Forum für Fachsprachen-Forschung FFF 38, Tübingen, Gunter Narr, p. 105-132.

Beckmann, Susanne, 2001, Die Grammatik der Metapher, eine gebrauchstheoretische Untersuchung des metaphorisches Sprechens, Tübingen, Niemeyer Verlag.

Belletante, Bernard 2001, Dictionnaire de la Bourse et des marchés, Paris, Repères.

Burger, Harald, 1998, Phraseologie: Eine Einführung am Beispiel des Deutschen, Berlin, Erich Schmidt.
— 1999, « Phraseologie in der Presse », in Fernandez-Bravo, Nicole/Behr, Irmtraud/Rozier, Claire (éds), Phraseme und typisierte Rede, Tübingen, Stauffenburg, p. 77-90.

Cicile, Jean-Marie, 1995, Terminologie bancaire, financière et économique allemand-français, tome 2, La Revue Banque Éditeur.

Drescher, Martina, 2003, Sprachliche Affektivität. Darstellung emotionaler Beteiligung am Beispiel von Gesprächen aus dem Französischen, Tübingen, Niemeyer.

Drescher, Martina, 1997, « Wie expressiv sind Phraseologismen? », in Sabban, Annette (éd.), Phraseme im Text, Beiträge aus romanischer Sicht, Bochum, Brockmeyer, p. 67-97.

Fiehler, Reinhard, 1990, Kommunikation und Emotion, Berlin, de Gruyter.

Fleischer, Wolfgang, 1997, Phraseologie der deutschen Gegenwartsprache, Tübingen, Niemeyer.

Fomina, Sinaida, 1999, Emotionalwertende Lexik der deutschen Gegenwartssprache, Woronesh, Istoki.

Gil, Alberto, 1998, « Metaphorik der Fußballberichterstattung, Vergleichstudie Französisch – Katalanisch – Spanisch », in Fuchs, Volker (éd.), Von der Unklarheit des Wortes in die Klarheit des Bildes?, Tübingen, Stauffenburg, p. 271-285.

Gläser, Rosemarie, 1990, Fachtextsorten im Englischen, Narr, Tübingen.

Gnutzmann, Klaus, 1991, Kontrastive Fachtextlinguistik: Theoretische Fragen und praktische Antworten. Vortrag anlässlich des Kolloquiums » Der Vergleich als Methode in der Fachsprachenforschung », Leipzig, 17-19/10/1991.

Gréciano, Gertrud, 1997, « Deutsch-Französische Konvergenzen », in Gréciano, Gertrud/Rotkegel, Annely (éds.), Phraseme in Kontext und Kontrast, Bochum, Brockmeyer, p. 99-115
— 1998, « Phrasem und Partikel : von der Ähnlichkeit im System zur Interaktion im Text », in Nouveaux Cahiers d’Allemand 3, 239-284.
— 1999, « Sprach-, Text-und Weltwissen als Erklärung von Phraseologie », in Fernandez-Bravo, Nicole/BEHR, Irmtraud/Rozier, Claire (éds.), Phraseme und typisierte Rede, Tübingen, Stauffenburg, p. 01-05.

Hammer, Françoise, 2001, « Mit fremden Federn argumentieren », in Bastian, S./Hammer, F. (éds.), Aber wie sagt man doch so schön, Beiträge zur Metakommunikation und Reformulierung in argumentativen Texten, Frankfurt a. M., Peter Lang, p. 117-128.

Handler, Peter 1998. « (T)Raumschiff Enterprise im Cyberspace: Websprache und Unternehmenskultur im Internet », inRainer, Franz/Stegu, Martin (éds.), Wirtschaftssprache, 129-153, Frankfurt a. M.,Lang.

Harkins, Jean/Wierzbicka, Anna (éds.), 2001, Emotions in Crosslinguistic Perspective, Berlin, de Gruyter.

Hoffmann, Lothar, 1976, Kommunikationsmittel Fachsprache. Eine Einführung, Narr, Tübingen.

Jahr, Silke, 2003, Emotionen und Emotionsstrukturen in Sachtexten, Berlin, de Gruyter.

Klein, Josef, 1997, Kategorien der Unterhaltsamkeit, Grundlagen einer Theorie der Unterhaltung mit kritischem Rückgriff auf Grice, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Lavric, Eva, 1998, « Quantitative Ausdrücke im Wirtschaftsfranzösischen », in Rainer, Franz/Stegu, Martin (éds.), Wirtschaftsprache, Frankfurt a. M., Lang.

Lüger, Heinz-Helmut, 1995, Pressesprache, Tübingen, Niemeyer.
— 1999, Satzwertige Phraseologismen – eine pragmalinguistische Untersuchung, Wien, Edition Praesens.

Mair, Walter M., 1992, Expressivität und Sprachwandel, Studien zur Rolle der Subjektivität in der Entwicklung der romanischen Sprachen, Frankfurt a. M., Peter Lang.

Peotta, Luana, 1988, Kontrastive Fachsprachenpragmatik, Frankfurt a. M., Lang.

Resche, Catherine, 1995, « La langue de la Bourse : convergences et divergences d’énumération et de reformulation », in A.S.P., 7/10, p. 91-112.

Rudolph, Anke, 2003, Emotional-wertende Zustandssubstantive – am Beispiel des Wortfeldes ‘Zorn’/‘colère’– und ihre Darstellung in ausgewählten deutschen und französischen Lernerwörterbüchern, Magisterarbeit, Universität Leipzig.

Sandig, Barbara, 1991, « Formeln des Bewertens », in Palm, Christine (éd.), Akten der internationalen Tagung zur germanistischen Phraseologieforschung, Stockholm, Almquist & Wiksell, p. 225-253.

Spillner, Bernd, 1999, « Phraséologie et textologie comparées français-allemand », in Les Nouveaux Cahiers d’Allemand, 17, p. 489-496.
— 2002, « Fachtexte im interkulturellen Vergleich. Kontrastive Pragmatik deutscher, finnischer und französischer Wirtschaftstexte », in Nuopponen, Anita/Harakka, Terttu/Tatje, Rolf (éds.), Interkulturelle Wirtschaftskommunikation, Forschungsobjekte und Methoden, Vaasa, Université de Vaasa, p. 144-164.

Sitographie

http://www.abcbourse.dom

http://www.actionnaires.creditagricolesa.fr

http://www.boerse.ard.de

http://www.boersen-zeitung.com

http://www.boursorama.com

http://www.glf.culture.gouv.fr

http://www.dubourse.com

http://www.epargne-finance.com

http://www.gewinn.co.at

http://www.handelsblatt.com,

http://www.lesinvestisseur.net

http://www.nachrichten.boerse.de

http://www.patrimoine.com

http://www.laviefianciere.com

http://www.selectbourse.com

http://www.wallstreet.online.de

http://www.wiwo.de

http://www.zdf.de

Notes

1 Le corpus de cette étude pilote se compose d’une centaine de textes français et allemands relevés sur Internet (voir sitographie) totalisant 55 000 mots environ. L’étude monolexicale est de Sabine Bastian, l’étude phraséologique et contrastive de Françoise Hammer.

2 Lat. commentari : ensemble d’observations, d’interprétations sur un événement, une situtation… (Le Petit Robert 1998, p. 413).

3 L’exemple reprend la conclusion d’un article sur l’action Peugeot (recommandation enregistrée le 26 octobre 2003)

Auteurs

Universität Leipzig

Universität Karlsruhe

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540