Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

2c - L’exemple de la Bourse

L’environnement des noms propres d’entreprises en traduction dans le contexte boursier (allemand-français)

Thierry Grass

Texte intégral

Introduction

1Le mot Bourse prend en français tantôt la majuscule, tantôt pas, ce qui permet de distinguer le nom propre d’un marché public du bâtiment qui l’abrite ainsi que des autres significations usuelles du mot comme le petit sac destiné à contenir de l’argent. Comme nous l’indiquent les bons dictionnaires monolingues, la première Bourse avec un grand B aurait été l’hôtel particulier de la famille van der Burse, à Bruges en Belgique. Ce patronyme a peut-être été tiré de l’objet bursa signifiant sac de cuir en bas latin, à moins que les van der Burse aient joué sur les mots puisque les armoiries de cette famille comportent trois bourses ; le dictionnaire allemand Duden ne retient d’ailleurs que cette étymologie familiale pour Börse. La langue anglaise bénéficie d’un terme différent, celui de stock exchange. Chacun connaît les noms des principales Bourses mondiales : Wall Street (du nom de la rue de New York où est située la Bourse), la Bourse de Londres dans la City, le quartier financier, la Bourse de Francfort, la Bourse de Tokyo, la Bourse de Paris ou palais Brongniart, du nom de l’architecte qui en a dessiné les plans. La Bourse a son vocabulaire propre, ses expressions figées ou quasi figées comme an der Börse spekulieren = jouer en Bourse, an der Börse zugelassene Wertpapiere = valeurs cotées en Bourse ; comme lexique et syntaxe ne font jamais bande à part, la terminologie boursière a une syntaxe qui lui est liée.

2L’acteur principal des activités boursières est l’entreprise, cette dernière est la plupart du temps désignée par un nom propre que l’on retrouve dans toute une série d’expressions composées et de prédications. Nous envisagerons ici l’environnement du nom d’entreprise dans une perspective traductionnelle où la langue de départ est l’allemand, la langue d’arrivée le français. Nous verrons s’il est possible de définir des stratégies générales de traduction par rapport à des patrons prédéfinis. Le contexte général de cette étude étant celui de la Bourse, nous avons utilisé comme corpus des dépêches paraissant dans la presse générale et spécialisée concernant les marchés ainsi que les brèves de Bloomberg TV. L’entreprise constitue « une unité économique (et juridique) destinée à la production, à l’échange ou à la circulation des biens ou des services » (Werner et al., 1991). Elle est considérée ici au sens large, le concept incluant les notions apparentées de groupe, trust, holding, consortium ou de société anonyme ou par actions.

3Après avoir défini la limite du nom d’entreprise qui apparaît souvent sous forme d’un composé, nous nous attacherons à déterminer son environnement verbal d’un point de vue traductionnel. Pour ce travail, nous nous sommes servi du corpus COSMAS « public » de l’IDS (Institut für Deutsche Sprache), de l’édition sur CD-ROM de l’hebdomadaire Die Zeit, d’exemples relevés en 2003 dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung ainsi que sur la chaîne d’informations boursières Bloomberg TV.

Le nom propre d’entreprise dans les composés et les dérivés

4Il est parfois difficile d’isoler le nom propre d’entreprise du nom d’une marque ou d’une filiale qui ne serait pas elle-même cotée en bourse, et l’actualité économique entretient cette confusion inhérente à la structure juridico-économique de l’entreprise, tantôt filiale d’un groupe, tantôt membre d’un groupement d’intérêt, d’un consortium ou d’une société holding. Dans la base de données multilingue Prolex, le nom d’entreprise est un ergonyme, c’est-à-dire, selon Bauer (1998 : 57), membre d’une classe incluant à la fois les « noms des installations créées par l’homme servant à la production » et les « noms de produits créés par et pour l’homme ». Syntaxiquement, en français tout au moins, les ergonymes sont des entités compatibles avec le verbe créer pour lequel il n’existe malheureusement pas d’équivalent unique et général en allemand puisque gründen et schaffen ne s’appliquent pas à l’ensemble des œuvres humaines. Pour les noms d’entreprises, l’opérateur général est en allemand gründen, sachant que l’agent est humain.

Le nom d’entreprise dans la base de données multilingue Prolex

5Dans la base de données lexicale Prolex, nous avons choisi de faire figurer un certain nombre d’informations permettant non seulement de référencer les noms propres dans une optique de traitement automatique, mais aussi de donner des informations à caractère sémantique. Les noms d’entreprises font partie des noms propres qui ne se traduisent généralement pas et tout au plus se transcrivent ou se translittèrent. Dans la quasi-totalité des cas, le nom d’entreprise est donc un emprunt, mais il existe des exceptions où les noms propres se traduisent :

Münchner Rück = Munich Ré (Le Monde)
Die Post = la poste allemande

Genre et nombre

6Le genre du nom d’entreprise n’est pas simple à déterminer, du fait qu’il n’est presque jamais l’objet d’une pronominalisation. On peut penser, si on le rattache à son générique (Gesellschaft en allemand et entreprise ou société anonyme en français) qu’il est féminin en allemand comme en français.

  • 1 « La société allemande Siemens vend sa filiale Siemens Nixdorf pour 1 milliard de francs suisses au (...)

Die deutsche Siemens verkauft ihre Tochter Siemens Nixdorf für 1 Mrd. Fr. an die britischen Finanzinvestoren KKR und Goldmann Sachs1. (Züricher Tagesanzeiger, 23/10/1999)

7Cependant, les locuteurs natifs allemands ne sont pas tous d’accord et certains des informateurs que nous avons consultés considéraient le nom d’entreprise comme un neutre : Siemens est-il donc féminin ou neutre en allemand ? Dans Siemens AG, il n’y a pas de problèmes puisque le sigle AG = Aktiengesellschaft confère son genre au nom d’entreprise comme à tout autre nom d’entreprise, mais que dire lorsqu’il est employé seul ? On pourrait dire qu’un nom commun formant la base du nom de l’entreprise impose son genre, comme dans Commerzbank ou Dresdner Bank, mais à ce titre, BMW (Bayerische Motoren Werke) devrait être au neutre pluriel, or il reste au féminin singulier, le générique Aktiengesellschaft semble ici pré pondérant.

8Pour ce qui est du nombre, les noms d’entreprises sont au singulier dans la plupart des cas, mais parfois aussi au pluriel, lorsqu’on développe le sigle BMW. Contrairement à ce qui est le cas pour d’autres noms propres, une forme exclut l’autre, ce qui veut dire qu’un nom d’entreprise au singulier n’a pas de pluriel et qu’un nom d’entreprise au pluriel n’a en principe pas de singulier.

Flexion casuelle

9La flexion casuelle, pour ce qui est de l’allemand, concerne les formes du datif et du génitif singuliers, ceci seulement pour les noms masculins et neutres. Il ne s’applique donc pas au nom d’entreprise qui est féminin.

Détermination

10La présence d’un déterminant accompagnant le nom d’entreprise est assez fréquente. Rarement utilisé en allemand devant le nom d’entreprise employé seul, l’article défini devient obligatoire si le nom d’entreprise est employé avec le sigle AG, mais on le trouve aussi avec certains noms d’entreprises sous forme de sigle comme die BASF. À la traduction, le déterminant disparaît. Notons qu’en principe, l’article indéfini est exclu avec le nom d’entreprise indiquant le type de société, par exemple AG pour Aktiengesellschaft en allemand.

Siemens
die Siemens AG

11Certains noms d’entreprises ont un déterminant inclus (article lexical) dans leur désignation qui se fléchit selon le contexte :

Die Bahn

Type

12Le rattachement à la typologie Prolex permet non seulement de lever des problèmes de polysémie (Siemens # entreprise vs. Siemens # célébrité), elle permet aussi une tokénisation pertinente : MWB Wertpapier-handelshaus AG (#entreprise de forme NPRcomp et non Sigle N Sigle).

Variantes orthographiques

13Fort heureusement pour le traitement automatique, en français comme en allemand, les variantes orthographiques sont peu nombreuses pour les noms d’entreprises ; on trouve cependant très souvent indifféremment une forme toute en majuscules ou ne comportant la majuscule que sur la première lettre comme MAXDATA AG vs. Maxdata AG.

Définition

14Le type nom d’entreprise est suffisamment explicite du point de vue définitionnel et permet le rattachement à une classe d’objets homogène du point de vue lexico-syntaxique.

Les trois formes du nom propre d’entreprise

15À première vue, le nom d’entreprise semble simplement structuré et on pourrait croire qu’il suffit d’importer les longues séries tirées des différents marchés boursiers mondiaux pour pouvoir constituer une liste fiable de noms d’entreprises ; ce n’est que partiellement vrai et l’importation des 110 noms figurant aux DAX, M-DAX et Tec-DAX allemands ne suffit pas à identifier des formes uniques et valables dans tous les contextes.

16Tout d’abord, il faut préciser que la plupart des noms d’entreprises ont une forme longue (Münchener Rückversicherungs-Gesellschaft AG), une forme courte (Münchner Rückversicherungs-Gesellschaft) et parfois même une forme abrégée (Münchner Rück, Münchener Rck) ou encore un sigle (MLP pour Marschollek-Lautenschläger und Partner AG). Pour ce qui est de la forme longue, les entreprises cotées en bourse étant toutes des sociétés par actions, on retrouve indifféremment pour une société allemande l’abréviation AG (Aktiengesellschaft) associée au nom de la société et plus rarement KGaA (Kommanditgesellschaft auf Aktien). Comme la société de droit allemand n’est pas la société de droit français, on ne traduira pas ces abréviations par SA (société anonyme) ou SCPA (société en commandite par actions) ; on pourra toutefois les supprimer dans la mesure où elles sont facultatives et qu’une entreprise allemande cotée en bourse n’est pas forcément suivie de l’abréviation qui définit son statut social dans les textes spécialisés.

Bayer AG = Bayer
E. ON AG = E.ON
Volkswagen AG = Volkswagen

17Dans une traduction de l’allemand vers le français, on peut aussi être confronté au nom d’une société de droit anglo-saxon ou italien ; l’abréviation de la forme juridique ne se traduit jamais : elle est d’ailleurs intraduisible, puisque se référant à un système juridique national.

Infostrada SpA (Societa per Azioni)
Amgen Inc. (Incorporated)
Sony Corp. (Corporation)
Newclay Products Ltd.
(Limited)

18Du point de vue du traitement automatique, une base de données lexicales des noms d’entreprises doit contenir non seulement les noms seuls, mais aussi une liste des expansions à droite qui représentent le statut social. Dans la perspective de la recherche d’informations, on sait d’autre part que cette abréviation du statut social signalise un nom d’entreprise à sa gauche ou tout au moins un candidat nom propre d’entreprise avec une très forte probabilité. Ce qui peut compliquer la reconnaissance automatique du nom d’entreprise, c’est soit une ponctuation particulière comme dans L.V.M.H. pour LVMH, où les points sont interprétés comme des séparateurs, soit une écriture en majuscule comme SIEMENS pour Siemens.

19En principe, le nom d’entreprise ne se traduit pas, tout au plus se translittère ou se transcrit-il comme c’est le cas pour les compagnies aériennes russe et israélienne Aeroflot ou El’Al, mais il arrive qu’il faille parfois expliciter un nom d’entreprise sous forme de sigle lorsqu’il est étranger, comme LVMH restitué en allemand par der französische Konzern Moët Hennessy Louis Vuitton (Die Zeit 52/2000).

20Dans tous les cas, il y a donc au moins deux formes possibles du nom d’entreprise, souvent trois. Dans la base de données Prolex, ces formes sont considérées comme des synonymes ou des alias, sachant que pour la traduction, la préférence sera donnée à la forme courte. Du fait de ce polymorphisme du nom d’entreprise, des listes fiables à 100 % sont difficiles à établir. Dans le cas précédemment cité de LVMH, un trust issu de la fusion d’entités autrefois autonomes, en l’occurrence le maroquinier Louis Vuitton et les maisons de champagne Moët & Chandon et Hennessy, il se peut qu’on ne fasse allusion qu’à un des éléments du trust, comme dans l’exemple suivant :

  • 2 « Les stylistes de l’entreprise Louis Vuitton semblent avoir découvert un nouveau violon d’Ingres : (...)

Die Designer der Firma Louis Vuitton haben offensichtlich ein gemeinsa
mes Hobby entdeckt: das Motorradfahren2. (Die Zeit, 36/2000)

21Pour récapituler, on obtient pour LVMH les possibilités suivantes, toutes attestées dans les corpus utilisés :

LVMH
L.V.M.H.
Louis Vuitton
Moët
Hennessy
Moët Hennessy
Louis Vuitton Moët Hennessy
LOUIS VUITTON MOËT HENNESSY
Moët Hennessy
Moët Hennessy Louis Vuitton
Louis Vuitton Moët Hennessy SA

22Les rédacteurs d’articles de presse prennent parfois certaines libertés avec les noms d’entreprises, qui se répercutent sur la fiabilité de la stratégie du listage, et bien souvent, lorsqu’on importe des listes, on ne pense pas à toutes les variantes possibles.

23Ainsi, la liste des entreprises ne suffit pas toujours à reconnaître avec certitude un nom propre d’entreprise et certains indices dans le contexte amont peuvent soit identifier, soit désambiguïser un nom propre d’entreprise, comme dans Firma Louis Vuitton Firma indique non seulement que Louis Vuitton est un candidat fiable pour un nom d’entreprise, mais aussi que Louis Vuitton ne doit pas être interprété comme une séquence Prénom Nom.

24MacDonald (1996) propose un outil de repérage et de typage des noms propres fondé sur ce qu’il appelle les notions de preuve interne et de preuve externe. La preuve interne est, comme son nom l’indique, inhérente au nom propre, il s’agit d’une ou de plusieurs unités lexicales apparaissant comme indice dans un nom propre polylexical. L’indice se révèle généralement être un nom, une abréviation, un sigle ou une combinaison de plusieurs de ces éléments, mais dans tous les cas, il fait partie du nom propre et sa suppression conduit à une altération du nom propre, comme pour Göttinger Gruppe Vermögens-und Finanzholding, où la suppression de Gruppe ou de holding ôte sa substance au nom propre.

Les composés à trait d’union de type NPR-N

25Nous avons vu précédemment que le nom propre avait deux formes, une longue et une courte, ainsi qu’éventuellement une forme abrégée ; nous allons voir maintenant qu’au nom propre sous une de ses formes peuvent s’agglutiner un certain nombre d’éléments lexicaux pour former un composé à trait d’union. Ce que MacDonald appelle preuve externe (1996) concerne le contexte d’apparition des noms propres dans la phrase et ceux-ci réfèrent toujours à des individus d’un type spécifique au sein de classes d’objets particulières, comme les < entreprises> dans le cas qui nous occupe. Dans un énoncé spécialisé, l’auteur fournit des indices – souvent récurrents et standardisés – qui précisent le nom propre, et la preuve externe est constituée par le contexte à droite ou à gauche du nom propre dans la phrase ; c’est généralement un nom, une abréviation, plus rarement un adjectif ou un sigle ou encore une combinaison de plusieurs de ces éléments. La liste des indices est limitative et comprend en allemand tous les quasi-synonymes d’Unternehmen, tels que Betrieb, Firma, Gesellschaft, Gruppe, Holding, Konsortium, Konzern, Trust. Certaines preuves sont plus fiables que d’autres : le patron X-Konzern révèle que dans 84 % des cas, X est un nom d’entreprise. Firma-X n’isole un nom d’entreprise que dans 46 % des cas et Unternehmen-X, très peu représentatif, dans 5 % des cas seulement. Ces expansions typiques à gauche ou à droite de la base constituée par le nom propre ne peuvent pas être assimilées à des formes longues du nom propre en raison d’une modification de sens par rapport à la base (Aldi-Gruppe = groupe Aldi est différent de Aldi seul). L’expansion joue un rôle fondamental, car un système d’extraction ne peut faire de distinction entre un nom propre et un nom commun par la seule syntaxe. Du fait que l’allemand peut concaténer dans des composés un mot-clé constituant la preuve externe au nom propre qui l’accompagne, on est parfois embarrassé quand il s’agit de dire si telle ou telle unité constitue une preuve interne ou externe comme dans das Airbus-Konsortium = le consortium Airbus ; seule la liste limitative des indices pouvant être considérés comme preuve externe est capable de lever les ambiguïtés. Cette liste est d’autant plus importante que pour beaucoup de composés de noms d’entreprises, l’indice concaténé au nom propre avec trait d’union ne vient pas caractériser le nom propre d’entreprise, mais un autre nom propre situé dans le contexte d’après comme dans Siemens-Chef Heinrich von Pierer.

26Là encore, on pourrait dire que la liste des indices de candidats noms propres anthroponymiques est limitative, mais il existe d’autres composés. Rien que pour la suite de caractère « Siemens-* », COSMAS donne 1303 composés différents avec une fréquence supérieure à 100 occurrences pour les 8 premiers, Siemens-Konzern (645), Siemens-Chef (389), Siemens-Tochter (286), Siemens-Nixdorf (282), Siemens-Konzerns (192), Siemens-Sprecher (144), Siemens-Manager (123), Siemens-Vorstand (108). Si l’on compare avec une recherche pour la suite de caractère « Airbus-* », on obtient 534 composés avec seulement 3 composés ayant une fréquence supérieure à 100 : Airbus-Konsortium (394), Airbus-Partner (128) et Airbus-Konsortiums (118). De cela, on ne peut pas déduire des résultats très probants, mais une méthode de travail.

27D’une part, on retrouve presque toujours en première place le statut de l’entreprise accolé au nom de celle-ci – on remarquera au passage que les formes au génitif sont très fréquentes, la prise en compte de la flexion étant une nécessité pour l’allemand.

28D’autre part, avec un échantillon assez grand de noms d’entreprises, on peut faire le calcul des composés les plus fréquents (Airbus-Chef arrive à la treizième position avec 30 occurrences, Bayer-Chef à la sixième avec 80 occurrences). Comme nous l’avons dit, ce sont les composés exprimant le statut social qui viennent d’abord, suivis par d’autres comme Chef, Manager, Sprecher(in), Vorstand, Partner(in), Aktie(n), Werk(e), Tochter, etc.

29Enfin, on peut déterminer une liste des composés les plus importants après le trait d’union : « *-Chef » apparaît dans 13437 composés, huit fois sur dix en liaison avec un nom propre d’entreprise en première position.

30S’il ressort d’une étude de corpus que les noms propres d’entreprises apparaissent fréquemment en allemand dans des composés avec trait d’union du type NPR-N, la traduction ne permet pas de dégager une régularité syntaxique, ce qui ressort de nos deux exemples :

Airbus-Konsortium = consortium Airbus (structure N NPR#entreprise)
Siemens-Chef = patron de Siemens (structure N de NPR#entreprise)

31L’étude exhaustive des composés dépasserait le cadre général fixé ici. Disons seulement qu’on les forme par adjonction du trait d’union aux noms propres, et le premier élément détermine le second, comme c’est le cas général pour les composés à structure hypotaxique. Le rapport sémantique entre le premier et le deuxième élément relève partout de l’identification. Les composés allemands se traduisent généralement en français par des groupes nominaux de structure N de NPR#entreprise ou plus rarement N NPR#entreprise. L’analyse des composés les plus fréquents permet de déterminer des patrons de traduction automatique adéquats, et en dehors des deux patrons syntaxiques les plus fréquents, il en existe d’autres, plus rares, comme Opel-Job, Opel-Manager qu’on restitue en français par N chez NPR, soit travail chez Opel, directeur chez Opel, ou encore BMW-Vorstand qui donne conseil d’administration de BMW de structure N de N de NPR#entreprise.

La relation Chef

32La relation « chef » est une fonction lexicale (appelée Cap) que l’on trouve dans le Dictionnaire Explicatif et Combinatoire du français contemporain (Mel’cuk, 1984, 1988, 1992). Cette relation est tout à fait originale car elle désigne une entité qui se trouve à la tête de quelque chose. De par sa nature a priori humaine, cette relation ne devrait concerner que des humains par rapport à d’autres humains. Cette relation est particulièrement importante pour ce qui concerne les noms propres d’entreprises, et matérialisée en allemand par le composé à trait d’union :

NPR#entreprise-Chef CNPA

33CNPA désigne un candidat nom propre anthroponymique, et ce patron syntaxique permet de détecter automatiquement une relation sémantique désignant le chef d’entreprise par rapport à l’entreprise. On le traduit par le patron :

le patron de NPR#entreprise-Chef CNPA

34Siemens-Chef Heinrich v. Pierer = le patron de Siemens Heinrich v. Pierer, Chef constitue non pas une précision de Siemens, mais un indice introduisant un candidat nom propre anthroponymique situé après, en l’occurrence Heinrich v. Pierer. Au niveau de la recherche d’informations, il est possible de tirer profit d’un patron syntaxique propre à l’allemand pour obtenir une information d’ordre sémantique entre l’entreprise et son chef qui est indépendante de la langue.

Les dérivés de noms d’entreprise

35Les noms d’entreprises se dérivent rarement en allemand moderne ; certes, on peut trouver dans le Spiegel des dérivés par suffixation tels que Lufthanseaten ou Opelaner formés respectivement sur Lufthansa et Opel, mais il s’agit de formations plutôt rares. Remarquons aussi qu’il s’agit là de dérivés dont la signification est respectivement Angestellte von Lufthansa ou Angestellte von Opel, c’est sous cette forme explicative qu’ils sont traduisibles par employés de la Lufthansa ou employés d’Opel :

  • 3 « Il est probable que les salariés de chez Opel ne reprendront pas à leur compte les augmentations (...)

Opelaner sollen die Lohnerhöhungen, die Gewerkschaft und Metallindustrie in diesem Frühjahr vereinbaren werden, nicht übernehmen und eine Null-Runde fahren3. (Der Spiegel 3/2002)

36Cette possibilité n’existe pas en français, et si l’on en croit Galisson et André (1998 : 21) des citroënistes et des peugeotistes ne sont que des clients fidèles des marques Citroën et Peugeot, non des employés.

37D’autres cas de dérivations permettent de former des noms de produits à partir du nom d’entreprise par suffixation ou préfixation comme Baygon ou Lipobay formés à partir de la première syllabe du nom d’entreprise Bayer. Cette possibilité existe aussi en français où certains produits comme Danette de Danone gardent la trace du nom de l’entreprise et constituent des dérivés par troncation.

Le nom propre d’entreprise dans les prédications du domaine boursier

38La plupart des dictionnaires bilingues juridiques ou économiques s’intéressent davantage à la terminologie sous son aspect nominal, c’est-à-dire en tant que nomenclature, que sous son aspect verbal, alors qu’en traduction ce sont surtout les supports qui sont difficiles à traduire. Après avoir vu brièvement l’environnement nominal du nom d’entreprise, nous allons désormais nous intéresser à ses supports prédicatifs verbaux. Les entreprises sont des humains collectifs et se comportent syntaxiquement comme tels, ce que montre la compatibilité avec certains verbes normalement réservés aux humains qui reviennent régulièrement comme investieren, kaufen, verkaufen. C’est une propriété qui découle du statut juridique de l’entreprise qu’on appelle aussi personne morale, fiction créée par analogie des attributs (nom, capital et siège social pour la personne morale contre nom, patrimoine et domicile pour la personne physique). Le nom d’entreprise est aussi un concept flou ; peu nombreux sont en effet ceux qui sont capables d’identifier les unités économiques à travers les regroupements, les fusions, les formations de consortiums, de trusts ou de holdings. Devrait-on réserver le nom d’entreprises aux seules unités présentes sur les marchés boursiers ? On ne garderait que les sociétés par actions dont les manifestations sont fréquentes de par le monde : Aktiengesellschaft et Kommanditgesellschaft auf Aktien en Allemagne, essentiellement société anonyme, société d’économie mixte et société en commandite par actions en France. Du point de vue syntaxique, il existe certains verbes propres au domaine économique qui ne peuvent en principe avoir de sujet humain comme fusionieren. Le nom propre d’entreprise a donc un statut linguistique mixte en tant qu’argument et ne peut être assimilé totalement à la classe des humains. Nous envisagerons successivement les supports verbaux du nom d’entreprise selon que ce dernier est sujet, objet direct ou objet prépositionnel.

39Pour le français, une thèse récemment soutenue par Antonio Balvet (2002) fait état d’une centaine de verbes supports ou locutions ayant des noms propres d’entreprises en position de sujet ou d’objet direct ou prépositionnel qui expriment des procès relatifs aux activités boursières ; on compte à peu près autant de verbes pour l’allemand, mais dans des constructions parfois différentes du français. Nous allons voir successivement les prédicats verbaux associés aux noms d’entreprises, puis les prédicats nominaux et enfin les prédications minimales que sont les brèves (Kurznachrichten) des médias consacrées à l’actualité boursière. Nous tenterons aussi de mettre en évidence certains problèmes relatifs à la traduction.

Le nom propre d’entreprise comme argument d’un prédicat approprié

40L’entreprise, comme tout humain, est susceptible d’avoir, de détenir, de disposer, de posséder ; un des attributs définitionnels fondamentaux de la personne étant juridiquement son nom, son domicile et son patrimoine comme l’entreprise a aussi son nom, son siège social et son capital. La personnalisation de l’entreprise va parfois très loin, jusqu’à doter celle-ci d’une sorte de supraconscience : il s’agit alors sémantiquement bien plus de la création d’une nouvelle entité que d’une simple métonymie :

  • 4 « Oki Electric a l’intention de supprimer 1500 emplois en 2002. »

Oki Electric will 2002 1500 Stellen streichen4. (Bloomberg TV)

41En tant que sujet syntaxique et humain collectif, le nom d’entreprise peut avoir différents statuts sémantiques tels qu’agent ou même expérienceur dans des patrons du type NPR#entreprise V.

  • 5 « De plus, Siemens souffre de la faiblesse actuelle des téléphones mobiles. »

Zudem leide Siemens unter der aktuellen Schwäche bei Mobiltelefonen5. (Mannheimer Morgen, 23/02/2001, Siemens —> expérienceur)

42Relevons aussi pour mémoire le cas où le nom propre d’entreprise est utilisé comme une ellipse de la construction NPR-Aktien (Grass, 2003 : 230-231) et s’emploie avec le verbe conjugué à la troisième personne du pluriel.

  • 6 « L’action Siemens s’est contractée de 4 marks 20 pour revenir à 545 marks 50. »

Siemens wurden um 4,20 auf 545,50 zurückgenommen6. (Mannheimer Morgen, 14/01/1989)

43Le problème qui se pose est celui que les humains collectifs en position de sujet sont susceptibles de recevoir un très grand nombre de supports, nous n’envisagerons donc que les supports appartenant au domaine économique, c’est-à-dire décrivant une activité de type économique et ressortant de la terminologie spécialisée. Dans le tableau suivant, nous avons relevé quelques verbes ou locutions verbales les plus fréquents dans le contexte boursier contenant au moins un NPR#entreprise comme agent (N0) et éventuellement un autre NPR#entreprise comme objet direct ou prépositionnel (N1) :

N0 geht an die Börse

N0 est introduit en bourse,
N0 est mis en bourse

N0 gibt (bei N1) auf

N0 se désengage (de N1),
N0 se retire (de N1), N0 jette l’éponge

N0 steigt aus N1 aus

N0 se désengage de N1,
N0 se retire de N1

N0 ist an N1 beteiligt

N0 participe au capital de N1,
N0 a des participations dans N1

N0 unterbreitet ein
Übernahmeangebot für N1

N0 lance une offre publique d’achat sur N1

N0 spannt N1 ein

N0 fait travailler N1

N0 steigt bei N1 ein

N0 monte au capital de N1

N0 bietet N1 feil

N0 met N1 en vente

N0 fusioniert mit N1

N0 fusionne avec N1

N0 investieren in N1

N0 investit dans N1

N0 kauft N1

N0 achète N1, N0 acquiert N1

N0 liegt hinter N1

N0 est à la traîne de N1

N0 beteiligt sich an N1

N0 monte au capital de N1,
N0 acquiert des participations dans N1

N0 ermäßigt sich um
NUM auf NUM

N0 baisse de NUM à NUM

N0 zieht sich aus N1 zurück

N0 se désengage (du capital) de N1,
N0 se retire (du capital) de N1

N0 übernimmt N1

N0 prend le contrôle de N1

N0 verbindet N1

N0 tisse une association avec N1

N0 verkauft N1

N0 vend N1, N0 cède N1

N0 sucht Zuflucht bei N1

N0 cherche refuge auprès de N1

N0 legt (ADV) zu

N0 progresse (ADV)

44Une recherche effectuée par nos soins avec COSMAS fait état d’un nombre comparable de verbes supports et de locutions pour l’allemand. Ici encore, la mise en évidence d’équivalences passe par une comparaison des différentes listes de verbes en français et en allemand, afin d’obtenir une idiomaticité maximale. L’inventaire des verbes ou locutions propres au domaine de l’information boursière permet en outre de générer des grammaires locales destinées à retrouver des structures comparables. Le tableau précédent montre que l’on peut retrouver un NPR d’entreprise en position de sujet (N0) un deuxième en position d’objet (N1), voire un troisième nom propre (N2) :

  • 7 « La société Siemens Building Technologies AG vend sa filiale OVG Kinegram ayant son siège à Zug au (...)

Die Siemens Building Technologies AG verkauft ihre Tochter OVG Kinegram AG mit Sitz in Zug an die Leonard-Kurz-Gruppe in Fürth7. (Züricher Tagesanzeiger, 18/08/1999)

45La syntaxe des verbes liés à un nom propre d’entreprise peut être étudiée dans COSMAS à l’aide de l’opérateur de proximité (PROX), comme dans le schéma suivant, ce qui permet de rechercher une occurrence (variable STR) de Siemens avec le verbe verkaufen sous toutes ses formes (LEM) dans la même phrase (0s) :

46On retrouve certains dérivés des verbes recherchés en tant que noms prédicatifs (an die Börse gehen > Börsengang, übernehmen > Übernahme, umsetzen > Umsatz, verkaufen > Verkauf, etc.) :

  • 8 « L’année précédente, la vente de participations dans Max. mobil ainsi que dans Epcos et dans Infin (...)
  • 9 « Du fait des fusions intervenues entre Winterthur et CSG, SBV et UBS ainsi que de la prise de cont (...)

Im Vorjahr hatte der Verkauf von Anteilen an Max. mobil sowie an Epcos und Infineon das Ergebnis stark aufgebessert8. (Die Presse, 14/07/2000) Wegen der Fusionen von « Winterthur » mit der CSG und des SBV mit der UBS sowie der Übernahme von Elektrowatt durch Siemens fallen gleich mehrere SMI-Titel weg und müssen ersetzt werden9. (Züricher Tagesanzeiger, 27.12.1997)

47Dans l’exemple précédent, c’est le verbe fusionieren qui est dérivé du nom prédicatif Fusion.

La traduction des dépêches boursières

48Que ce soit dans la presse économique spécialisée (FAZ, Handelsblatt), sur les sites web consacrés à la finance ou sur les chaînes télévisées spécialisées (Bloomberg TV), il existe désormais un style tout à fait particulier pour les dépêches boursières que l’on pourrait qualifier de « prédications » minimales dans lesquelles les noms d’entreprises ont un statut d’arguments. Prenons quelques exemples de brèves (Kurznachrichten) issues de Bloomberg TV et du FAZ traduites par nos soins :

Merck rechnet mit Gewinn. (Bloomberg TV, 10/10/2003) = Merck table sur un bénéfice.
Merck hat die Gewinnprognosen für 2002 und 2003 bekräftigt. (Bloomberg TV, 10.10.2003) = Merck a confirmé les prévisions de bénéfice pour 2003 et 2004.
UBS Wartburg stuft Telefonica herunter. (Bloomberg TV, 10/10/2003) = UBS Wartburg a rétrogradé Telefonica.
Oki Electric will 2002 1500 Stellen streichen. (Bloomberg TV, 10/10/2003) = Oki Electric a l’intention de supprimer 1500 emplois en 2002.
L’Oréal rechnet mit starkem Wachstum.
(Bloomberg TV, 10/10/2003) = L’Oréal table sur une forte croissance.
Wella erwartet Umsatzplus. (Bloomberg TV, 10/10/2003) = Wella s’attend à une augmentation du chiffre d’affaires.
Moody’s senkt Ratings für Allianz. (Bloomberg TV, 10/10/2003) = Moody’s baisse la note d’Allianz.
Bayer steigert Ergebnis. (FAZ, 07/08/2003) = Bayer augmente son résultat. Tengelmann verkauft Drogeriemärkte. (FAZ, 07/08/2003) = Tengelmann vend ses magasins de droguerie.
Loewe schließt einen Verlust nicht aus. (FAZ, 07/08/2003) = Loewe n’exclut pas une perte.
Cisco verbreitet zaghaften Optimismus. (FAZ, 07.08.2003) = Cisco répand un optimisme mitigé.
Bayer und Commerzbank drücken Dax. (FAZ, 07.08.2003) = Bayer et Commerzbank tirent le Dax vers le bas.

49Un des logiciels de traduction automatique parmi les plus « performants », Reverso Pro 5, donne les solutions suivantes, que nous retranscrivons pour la bonne bouche :

Merck compte avec profit.
Merck a confirmé les pronostics de bénéfice pour 2002 et 2003.
Wartburg UBS classifie en bas Telefonica.
Oki Electric veut rayer 2002 1500 lieux (places).
L’Oréal compte avec une forte croissance.
Wella attend plus de chiffre d’affaires.
Moody’s baisse Ratings pour l’alliance.
Le Bavarois augmente le résultat.
Tengelmann vend des marchés de droguerie.
Le lion n’exclut pas une perte.
Cisco répand l’optimisme hésitant.
Bavarois et banque commerciale (Commerzbank) pressent Dax.

50Comme on le voit, la traduction automatique laisse encore à désirer, a fortiori lorsque parmi ces prédications minimales, certaines sont sans verbes. Ainsi, dans l’exemple suivant, l’information est portée par l’adjectif fest :

Deutsche Bank und Siemens fest. (Mannheimer Morgen, 23/ 09/ 1989) Banque allemande et Siemens solidement.

51La simplicité des structures de ces brèves permet d’effectuer relativement facilement une traduction automatique, à condition de disposer d’un dictionnaire fiable de noms d’entreprises et de prédications associées. Nous avons tenté de montrer ici comment procéder pour les déterminer.

Conclusion

52Cette étude nous a permis de dégager trois grandes tendances relatives au traitement du nom d’entreprise dans le contexte boursier.

53D’abord, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le nom d’entreprise est polymorphe et il ne suffit pas dans un dictionnaire électronique de relever de simples listes.

54Ensuite, les prédications dans lesquelles apparaissent le nom d’entreprise sont limitées, elles sont la plupart du temps constituées d’un prédicat verbal, plus rarement nominal, accompagné d’un, de deux ou de trois arguments.

55Enfin, au niveau de la traduction, si le nom d’entreprise ne varie pas entre langue source et langue cible, les prédications qui lui sont associées sont assorties d’un haut niveau d’idiomaticité et donc automatisables.

Bibliographie

Bibliographie

Balvet, Antonio, 2002, Approches catégoriques et non catégoriques en linguistique des corpus spécialisés, Thèse de doctorat de l’Université Paris 10 – Nanterre.

Bauer, Gerhard, 1998, Namenkunde des Deutschen, Berlin, Germanistische Lehrbuchsammlung.

Galisson, René/André, Jean-Claude, 1998, Dictionnaire des noms de marques courants, Paris, Didier.

Grass, Thierry, 2003, Quoi ! Vous voulez traduire « Goethe » ? Bern, Peter Lang.

Macdonald, D., 1996, « Internal and external evidence in the identification and semantic categorisation of Proper Names », in Corpus Processing for Lexical Aquisition, Massachussetts Institute of Technology, p. 21-39.

Mel’cuk, Igor, 1984/1988/1992, Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain, Les presses de l’Université de Montréal.

Werner, Heinz/Piotrowski-Rochefort, Anne/König, Ingeborg, 1991, Glossar zur Arbeitsmarkt-und Berufsforschung, Nürnberg, Bundesanstalt für Arbeit.

Notes

1 « La société allemande Siemens vend sa filiale Siemens Nixdorf pour 1 milliard de francs suisses aux investisseurs financiers britanniques KKR et Goldmann Sachs. »

2 « Les stylistes de l’entreprise Louis Vuitton semblent avoir découvert un nouveau violon d’Ingres : la motocyclette. »

3 « Il est probable que les salariés de chez Opel ne reprendront pas à leur compte les augmentations de salaires que les syndicats et l’industrie métallurgique fixeront au printemps, faisant ainsi une croix sur la revalorisation de leurs salaires. »

4 « Oki Electric a l’intention de supprimer 1500 emplois en 2002. »

5 « De plus, Siemens souffre de la faiblesse actuelle des téléphones mobiles. »

6 « L’action Siemens s’est contractée de 4 marks 20 pour revenir à 545 marks 50. »

7 « La société Siemens Building Technologies AG vend sa filiale OVG Kinegram ayant son siège à Zug au groupe Leonard Kurz à Fürth. »

8 « L’année précédente, la vente de participations dans Max. mobil ainsi que dans Epcos et dans Infineon avait amélioré fortement les résultats. »

9 « Du fait des fusions intervenues entre Winterthur et CSG, SBV et UBS ainsi que de la prise de contrôle d’Elektowatt par Siemens, plusieurs titres disparaissent du SMI et doivent être remplacés. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

Langues & Représentation, Université de Tours

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540