Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

2c - L’exemple de la Bourse

La terminologie des Bourses italienne et française : quelle relation à la langue anglaise ?

Rachele Raus

Texte intégral

Introduction

  • 1 http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/rapport/2003/index.htm

1Dans le rapport au Parlement sur l’emploi de la langue française de 20031 nous lisons la « part croissante et jugée irréversible de l’anglais dans la vie des entreprises ». De même, l’Action pour promouvoir le français des affaires (APFA) dédie une section de son site à la « Prééminence de l’anglo-américain », précisant que

  • 2 http://www.presse-francophone.org/apfa/index.html ; tous les sites ont été consultés en octobre 200 (...)

La vitalité d’une langue dépend de la capacité d’expansion politique, économique, scientifique, technique et culturelle du pays où elle se parle… Aujourd’hui, ce sont les États-Unis d’Amérique qui étendent sur l’univers entier leur emprise dans les domaines des sciences, des techniques, des arts, des distractions, des modes alimentaires et vestimentaires… Cette mondialisation économique et cette uniformisation culturelle ont donc des effets dans le domaine de la langue et notamment du vocabulaire des affaires2.

2La prééminence de la langue anglo-américaine en tant que langue véhiculaire renvoie également au rôle et à l’image de la préeminence américaine dans plusieurs domaines. Les anglicismes en seraient un indice évident. Calvet, en effet, souligne que

on n’emprunte pas à n’importe quelle langue et dans n’importe quel domaine. Ainsi on peut lire dans les strates lexicales d’une langue […] les types de rapports que les locuteurs de cette langue entretenaient avec ceux des autres langues, des rapports économiques et sociaux (Calvet, 1999 : 259).

  • 3 C’est la IOSCO italienne (International Organization of Securities Commissions).
  • 4 « Le travail d’articulation est ce travail supplémentaire nécessaire pour que les efforts collectif (...)
  • 5 Pour la notion d’« intelligence collective », nous renvoyons aux recherches de Pierre Lévy (1994)

3On aurait tendance à croire que l’utilisation d’anglicismes dans les langues italienne et française n’est qu’une réponse à des besoins de communication réels et aux exigences liées à une économie globale. En ce sens, le travail actuel de la Commission européenne, à travers l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV)3, vise justement un travail d’articulation4 en tant que processus organisationnel de mise en valeur de nouvelles intelligences collectives5 hétérogènes qui apparaissent dans un contexte de mondialisation.

4Si, donc, d’un côté l’on ressent l’exigence de communiquer et par conséquent de recourir à des formalisations qui permettent à de nouveaux collectifs d’accéder à des notions communes et à des procédures harmonisées (savoir factuel), de l’autre, cela ne se fait pas sans danger, le risque étant celui de perdre de vue que ces collectifs doivent rester au fond hétérogènes. C’est là le nœud où se joue actuellement le « défi » linguistique des langues italienne et française par rapport à la langue anglaise. Ce défi ne semble pas se réduire à une simple, appelons-la ainsi, « querelle linguistique », mais elle met en question la relation de l’Italie et de la France à l’image de prestige que ces pays véhiculent par rapport au contexte international, image qui se fait aussi à travers le discours et la langue (savoir linguistique). Il s’agit alors de voir de quelle façon cette image s’inscrit dans la langue économique au-delà des exigences communicatives concrètes.

  • 6 http://www.borsaitalia.it
  • 7 http://www.bourse-de-paris.fr
  • 8 http://www.consob.it
  • 9 http://www.cob.fr
  • 10 http://www.presse-francophone.org/apfa/index.html

5Pour ce faire, nous avons choisi d’analyser la terminologie boursière de façon contrastive en Italie et en France. Nous avons consulté le matériau des sites des Bourses italienne6 et française7, tout particulièrement les glossaires, et également les règlements de marché présents dans les sites de la Commissione nazionale per le società e la borsa (CONSOB) italienne8 et de la Commission des opérations de bourse (COB) française9. Enfin, la présence d’une politique linguistique en France produisant des effets dans le lexique boursier nous a porté à consulter le glossaire de l’APFA10, avec les traductions recommandées par les commissions officielles.

6Une fois le corpus rassemblé, nous avons comparé les termes économiques utilisés en Italie et en France pour voir de près les mécanismes de transfert de l’anglais à l’italien et au français. Ensuite (§ 2), nous avons observé la mise en discours des termes par rapport à l’autonymie et aux modalités autonymiques (Authier, 1995). Finalement (§ 3), nous avons réfléchi sur la relation de la construction d’un savoir linguistique par rapport à la politique internationale d’harmonisation des notions économiques visant l’établissement de procédures opératoires communes.

1. Le transfert terminologique

1.1 La Bourse italienne

7Le glossaire de la Bourse italienne (désormais GB) met à disposition plus de 800 termes économiques. Suivant la typologie de Gusmani (1986) nous avons trouvé des emprunts (purs/hybrides) et des calques (structuraux/sémantiques).

1.1.1. Emprunts à l’anglais

  • 11 Nous entendons par locution tout « groupe de mots (nominal, verbal, adverbial) dont la syntaxe part (...)

8Il s’agit de termes reproduits dans la langue d’arrivée, en ce cas l’italien, par imitation de la langue source, l’anglais, comme par exemple les locutions11 renverse convertible, strike price… Il y aurait création par imitation. Par rapport aux adaptations, on classe les emprunts en :

  • emprunt « pur » : le mot est reproduit tel quel avec éventuellement des adaptations graphiques ou phonétiques. Ex. small caps, blue chips, l’acronyme IPO (initial public offering) ;

  • emprunt « hybride » : ce sont les mots qui, dans l’imitation, ont subi des adaptations particulières. Ce type d’emprunt est souvent utilisé dans le corpus italien et concerne notamment des locutions comme : piano di stock option, pour stock option plan ; mercato after hours pour trading after hours, dont l’acronyme reste pourtant TAH. Le fait d’emprunter le sigle/l’acronyme et de traduire par un calque la forme lexicale anglaise correspondante est un procédé qui caractérise l’italien. Outre TAH, c’est le cas de l’acronyme ROI dont la locution correspondante, Return of investement, est traduite par le calque Ritorno sull’investimento. Un autre type d’emprunt hybride est celui obtenu par « composition éclairante », c’est-à-dire ajoutant un élément qui éclaire le sens de l’emprunt : par exemple, procedura di give-up pour l’anglais give-up.

9Il est à remarquer que dans toutes les formes empruntées, la priorité des formes anglaises sur les formes italiennes se fait dans les cas où les premières apparaissent :

  • plus courtes. Ex. small caps pour (società a) piccola capitalizzazione ;

    • 12 Il nous faut préciser que dans tout le texte nous avons considéré la « notion » dans le sens de la (...)

    plus précises et transparentes par rapport à la notion12. Ainsi, price sensitive par rapport à privilegiate pour ce qui est des informations, l’expression price sensitive renvoyant de façon plus précise au fait qu’il s’agit d’informations faisant varier de manière sensible le cours des titres de l’entreprise cotée.

1.1.2. Calques sur l’anglais

10Les calques sont des traductions du mot/terme source qui peuvent se faire de façon plus ou moins littérale. En cas de traduction littérale, on parle de « calque structural », autrement il y a « calque sémantique » parce qu’on traduit la notion sans traduire le mot au pied de la lettre. Dans le corpus nous avons trouvé des :

  • calques structuraux : ils sont nombreux, notamment pour des notions opératoires comme liquidità pour liquidity, sottostante pour underlying… ;

  • calques sémantiques : ils sont moins nombreux que les précédents, l’italien préférant emprunter que de traduire la notion nouvelle, peut-être parce que le calque sémantique demande l’interprétation de la notion. On utilisera des emprunts et des calques structuraux pour des raisons de transparence par rapport au concept. Parmi les quelques calques sémantiques l’on trouve : forchetta pour range, copia del documento pour offering circular…

11La forme empruntée n’élimine pas toujours la forme indigène obtenue par calque, les deux pouvant alors co-exister, se spécialisant dans des contextes différents. Par exemple, flusso di cassa est utilisé de façon « officielle », mais lorsqu’il s’agit d’en préciser les caractéristiques par rapport à la gérance d’entreprise, il est normal de trouver cash flow. Plus souvent les deux formes sont interchangeables (sottostante/underlying, prezzo di esercizio/strike price…) : on assiste alors à une véritable osmose entre les deux langues.

12La présence de véritables paradigmes à partir de certains termes ou locutions-pivots (ex. trend + crescente/decrescente/trasversale/line…) nous confirme cette « ouverture » de l’italien à la langue anglaise, due sans doute à l’absence d’une politique linguistique en amont : l’Accademia della Crusca, bien que plus ancienne que l’Académie française, n’a qu’un rôle représentatif, et il n’y a en Italie aucune commission terminologique garantissant l’uniformité linguistique.

1.2. La Bourse française

13La présence d’une politique linguistique visant la pureté de la langue stimule en France les mécanismes de calque. Ces quelques lignes tirées du site de l’APFA nous aident à mieux voir en quoi consiste cette politique :

La promotion du français des affaires n’est pas une croisade contre l’anglais. Parlons français, parlons anglais, mais ne mélangeons pas inconsidérément les deux langues.

14L’APFA revient souvent sur la nécessité de mieux maîtriser l’anglais des affaires en évitant le mélange des deux langues, le franglais étant au fond la véritable menace, puisque « parler franglais, c’est souvent parler flou et penser faux ». Ceci expliquerait les résultats obtenus de l’analyse du corpus.

1.2.1. Emprunts à l’anglais

15Si les anglicismes sont considérés en Italie comme des mots permettant une meilleure transparence par rapport à la notion, l’attitude française est inverse, dans la mesure où l’excès des emprunts est conçu comme une menace pour cet idéal de clarté qui, depuis toujours, caractérise la politique linguistique en France. Le franglais et toutes sortes de mélanges sont alors à éviter : voilà pourquoi nous ne trouvons presque pas d’emprunts hybrides, si ce n’est warrant couvert, produits cash et quelques autres.

16Nous trouvons plutôt des emprunts purs qui sont acceptés, bien que l’APFA les considère comme des « termes impropres ». Par exemple, fixing, malgré son équivalent fixage ; clearing, au lieu de compensation qui est le calque recommandé… L’exigence de ne pas mélanger les deux langues, pour ne pas nuire à la clarté de la notion, reste en tout cas le but principal. En ce sens, comparons les définitions que nous avons trouvées à l’entrée blue chip dans les sites boursiers en Italie et en France :

  • 13 « Termine per indicare azioni di società di grandi dimensioni quotate in Borsa ». Toutes les traduc (...)

Terme désignant les actions d’une société de grande taille cotée en Bourse13 (Glossaire italien des IPOs)
Terme anglo-saxon désignant des valeurs très prisées… (Glossaire français de la Bourse – éducation)

17Par-delà les définitions, il nous faut remarquer la reformulation française « terme anglo-saxon » pour l’italien « terme ». Cette formule française semble courante lors de l’emprunt : ainsi en va-t-il pour la définition du profit warning, où nous lisons que « cette expression anglo-saxonne signifie… ». Il s’agit de bien délimiter les frontières des deux langues là où l’on n’arrive pas à substituer l’anglicisme par des néologismes indigènes.

18De même, en comparant la page d’accueil des sites boursiers, nous pouvons de suite remarquer la tendance italienne à angliciser (ex. Corporate governance, News, Educational, Investor relations…). Le site français n’utilise que l’emprunt tracker, qui n’a pas été retenu en Italie, où l’on préfère la forme Exchange traded fund (ETF). L’utilisation de l’emprunt tracker est due probablement au fait que, récemment, la Bourse française s’est énormément intéressée à ce type de produit financier, d’où le besoin de trouver un terme plus intuitif, même étranger. En Italie, le traker n’est pas le produit par excellence, ce dernier étant plutôt le covered warrant, d’où l’emprunt pur. En ce sens, l’anglais garantirait le maximum de diffusion par rapport au produit, l’emprunt étant arrivé avec la chose (« emprunt de nécessité » (Gusmani, 1986 : 131)) : ce serait un cas où les lois du marketing l’emporteraient sur les exigences linguistiques.

19Mais alors, quand préférera-t-on adopter un anglicisme et quand, au contraire, adoptera-t-on une forme indigène ? Il semble qu’en France, bien que la politique en décourage l’usage, les anglicismes soient adoptés dans deux cas : lorsqu’il y a une particulière exigence de marché (tel est le cas des trackers) ; lorsqu’il y a des noms propres, comme la dénomination Euronext pour la Bourse, même si chaque pays adhérent se sert en fait d’un déterminant de lieu pour spécifier qu’il s’agit au fond des anciennes Bourses fusionnées dans la nouvelle (Euronext Bruxelles/Paris/Amsterdam/Lisbonne). Bref, l’approche internationale donne priorité à l’anglais, en tant que langue véhiculaire permettant la diffusion et la transparence d’un marché s’adressant à un collectif nouveau.

20En Italie, par contre, les anglicismes sont utilisés dans :

  • des constructions hybrides où le terme anglais sert à déterminer le terme italien ;

  • des termes qui renvoient à des rôles sociaux, comme market maker, global coordinator… ;

  • des termes qui renvoient à des objets et à des notions opératoires, comme future, warrants, spread, tick ;

  • des termes qui concernent la naissante éthique de l’économie, comme best practice, market abuse…

1.2.2. Calques sur l’anglais

21Le français vise la substitution des anglicismes par des calques structuraux et sémantiques, les premiers restant les plus utilisés. Certes, malgré la politique linguistique, des calques peuvent co-exister avec l’anglicisme correspondant, comme jeune pousse/start-up ; marge/spread… Pourtant la plupart des calques font l’accord commun. Ainsi : carnetd’ordre, courtier, teneur en marché… Il est à remarquer que plusieurs de ces calques sont utilisés là où l’italien préfère recourir à des emprunts.

2. L’autonymie et l’ethos de la langue

  • 14 Dans le site d’Euronext Paris, au lien Information produit/Apporteurs de liquidité.

22Pour ce qui est de l’utilisation des termes en discours, nous sommes parties de l’autonymie et des modalités autonymiques pour voir de quelle façon les anglicismes sont introduits dans le discours économique. Nous rappelons que l’autonymie est un dédoublage sur le signe (par exemple : « Blue chip – Terme anglo-saxon désignant… ») et que la modalité autonymique y ajoute la présence d’un autre énonciateur (par exemple : « fourchette de prix d’une largeur maximum dénommée spread14 »).

2.1. Les termes anglais dans le discours italien

23Par rapport aux anglicismes, l’attitude de l’Italie est d’utiliser une approche autonymique visant la définition de l’emprunt adopté. Nous trouvons les cas suivants :

2.1.1. X + (définition)/définition + (X) ; où le « X » = anglicisme (emprunt pur ou hybride)

  • 15 Le sigle RC00 renvoie au rapport annuel de la CONSOB de 2000.

Ex.
locals + (soggetti che svolgono…) [GB]
attività destinate al rimborso del prestito + (collateral) [RC0015]

2.1.2. X + cioè16 + définition ; où le « X » = anglicisme (emprunt pur ou hybride)

  • 16 Le connecteur italien cioè correspond au connecteur français « c’est-à-dire ».

Ex.
le gold bond, cioè le obbligazioni emesse da imprese… [GB]
il turnover del portafoglio, cioè il rapporto tra… [RC00]

2.1.3. Modalisation autonymique, à travers des opérateurs comme :

24(i) « Si + definisce/parla di/intende » (« on définit/parle de/entend »)

Ex.
Si definisce primary dealer il dealer principale [GB]
Si parla di collateraled bond obbligation quando il collateral è…[GB]

25(ii) « cosiddetto » (« appelé ») :

Ex.
cosiddette hardcommissions (cioè commissioni in denaro) [RC00]
copia del documento (cosiddetta offering circular) [RC00]

26Les exemples cités révèlent la volonté d’introduire des anglicismes, en les définissant par une périphrase au cas où le lecteur n’en connaîtrait pas le sens. On vise un collectif censé vouloir être initié à une langue de l’économie qui se réalise par des anglicismes purs ou hybrides.

  • 17 Pour les notions d’« ethos » et d’« incorporation », nous renvoyons à Maingueneau (2000 : 77-84) et(...)

27Nous pouvons faire alors l’hypothèse suivante : la volonté de s’aligner sur les autres pays sur le plan international passe par l’appropriation de l’anglais, considéré non seulement comme langue véhiculaire, mais également comme langue de référence, en ce qu’elle véhicule l’image de prestige qu’a le modèle anglo-américain en Italie. Le « rattrapage » économique passe par un procès d’internationalisation qui se fait par l’anglais. En ce sens, nous voulons rappeler les notions d’« ethos », c’est-à-dire de l’image qu’un énonciateur donne de lui à travers son discours, et d’« incorporation » que l’énonciateur opère vis-à-vis de son co-énonciateur (le lecteur), afin de lui faire partager ses valeurs17. Nous pensons que la notion d’ethos peut également s’appliquer à la langue, dans la mesure où toute langue véhicule l’image du pays auquel elle est liée. Ainsi, la langue anglaise véhicule en Italie l’image d’un modèle à imiter pour s’aligner sur les autres puissances économiques.

2.2. Les termes anglais dans le discours français

28Si l’attitude de l’Italie est l’ouverture à la langue anglaise, l’attitude de la France se veut différente. Revenons sur les mécanismes autonymiques analysés pour l’italien.

29Pour ce qui est des parenthèses, dans la documentation de la COB elles ne sont utilisées que pour introduire le terme anglais correspondant, sans passer par la définition. Par exemple :

  • validation et retraitement de plans d’affaire (business plan) ;

  • adoptions des bons d’option (warrants)/ les warrants (bons d’options) ;

30Si dans le corpus italien les parenthèses ont pour fonction de lier la définition à l’anglicisme, rôle qu’on pourrait définir d’« éclairage », en France elles servent à tracer la démarcation entre le terme français et le correspondant anglais. On ne donne pas de définitions, mais juste la forme anglaise correspondant au terme français.

31Pour ce qui est du connecteur « c’est-à-dire », il n’est utilisé que pour donner des définitions ou des éclaircissements de termes/locutions français, comme dans « … fonds de gestion alternative directe, c’est-à-dire de fonds mettant en œuvre des stratégies alternatives… ».

32De même, les définitions ne concernent que les termes français : la « médiation » est définie comme une « prestation de service… » ; les « valeurs mobilières sont définies comme étant les actions, les titres… ».

33Il y a des cas où le terme anglais est adopté, comme covenant et asset swap, mais l’attitude générale est celle que nous venons de décrire, et que nous voudrions appeler un « bilinguisme de respect ». Tout se passe comme si l’on avait conscience de la présence de l’anglais en tant que langue véhiculaire : pourtant, si l’attitude est de respect par rapport à la langue anglaise en tant que langue véhiculaire, on marque également une mise à distance par rapport à cette même langue ressentie comme autre. En ce sens, en France on s’adresse à un collectif qui non seulement s’initie à l’internationalisation, mais qui prend conscience du fait que la langue française a ses propres ressources, et que la clarté qui caractérise le français n’a rien à envier à la langue anglaise. L’image que le pays donne de lui à travers sa langue est celle d’un pays qui vise à s’aligner sur les autres puissances économiques, y mettant du sien. On accepte l’anglais véhiculaire, mais le modèle anglo-américain n’est pas ressenti comme modèle à imiter.

3. L’harmonisation européenne et le prestige des langues/pays

34Quant à l’harmonisation européenne, il nous faut revenir sur un cas de modalité autonymique présent dans le GB :

  • 18 « In Italia sono dette blue chips le azioni appartenenti all’indice MIB 30 ».
  • 19 « In Italia, nonostante il significato, si è soliti indicare con questo termine anche le azioni di (...)

[À l’entrée blue chip] : En Italie, on dit blue chip les actions appartenant à l’indice MIB 3018 ;
[À l’entrée small caps] : En Italie, malgré le sens, on a l’habitude d’utiliser ce terme également pour les actions de sociétés à moyenne capitalisation19.

  • 20 Rapport de la COB de 2002 (désormais CB02), p. 257.

35La modalité souligne la présence d’une non-coïncidence du terme à lui-même, d’où le fait que l’énonciateur en précise le sens. Cette non-coïncidence est due au fait que la définition de l’objet doit s’adapter à la réalité du marché italien. En ce sens les termes ne sont pas de simples étiquettes, mais des véritables « signes vivants » (Depecker, 2002 : 56), voilà pourquoi l’OICV a mis en place un Comité d’application des principes OICV (Implementation Committee) visant à « faciliter la mise en conformité des réglementations nationales avec les principes OICV20 ». L’Italie et la France, tout comme les autres pays européens, sont prises entre ces deux tendances complémentaires : l’effort de standardisation d’un côté, le respect de sa propre spécificité de l’autre. Mais là encore l’attitude des deux pays est différente.

3.1. La standardisation – harmonisation italienne

  • 21 Il s’agit du Codice di autodisciplina rédigé par le Comitato per la Corporate Governance delle Soci (...)
  • 22 Codice di autodisciplina, p. 4 : « … codice allineato con la pratica internazionale, ma rispettoso (...)

36Dans les « Normes d’autodiscipline21 » rédigées par un comité créé spécialement par la Bourse italienne, on lit que ces normes sont « en ligne avec les pratiques internationales, tout en respectant la spécificité italienne22 ». De même, dans le GB, à l’entrée Codice di autodisciplina, on dit que :

  • 23 « Nella stesura del Codice si è dovuto, comunque, tenere conto della disciplina societaria italiana (...)

En rédigeant ces Normes d’autodiscipline, il a fallu […] tenir compte de la réglementation des sociétés italiennes […] aussi de la spécificité de notre système économique…23

37Par-delà le système économique, il y a une spécificité concernant le domaine de l’éthique ; mais dans ce domaine, tout se passe comme si l’internationalisation amplifiait les tendances éthiques qui caractérisent déjà l’Italie. Voici ce que nous lisons dans les Normes, quant à la valeur actionariale :

  • 24 Codice di autodisciplina, p. 33 : « L’enfasi posta sullo shareholder value, oltre a riflettere un i (...)

L’accent mis sur la valeur des actionnaires, outre à renvoyer à la tendance internationale actuelle, s’accorde avec les principes normatifs italiens, qui voient dans l’intérêt social le barême sur lequel évaluer les actes de ceux qui dirigent l’entreprise24.

38Cette « incorporation » aux valeurs internationales se retrouve également pour ce qui est de l’abus de marché, comme nous pouvons le lire dans le rapport de la CONSOB de 2001 :

  • 25 CONSOB de 2001, p. 125-127 : « … si segnala come la materia sia, limitatamente alle ipotesi manipol (...)

on signale que, pour ce qui est des hypothèses de manipulation, le sujet est en train d’être redéfini également au niveau national…. Une fois adoptée, la directive permettrait de remplir de contenus l’interdiction encore peu claire, prévue par l’art. 181 du TUF [texte unique de la finance]25.

39De même, la plupart des notions-clés de l’éthique d’entreprise restent en langue anglaise, bien qu’un simple calque structural eût fait l’affaire. Ainsi, dans les Normes, nous en trouvons des exemples :

  • 26 Codice di autodisciplina, p. 19 : « standard di riferimento che rappresentasse la best practice ver (...)

standard de repère qui représente la best practice [meilleure pratique] qu’il faut viser…
le principe essentiel… est en effet freedom with accountability [liberté avec responsabilité]26

40Il s’agit là de ce que Gusmani appelle des « emprunts de prestige » (Gusmani, 1986 : 132) qui témoignent du prestige que la langue source a par rapport à la langue cible. L’anglais profite d’un ethos positif, véhiculant l’internationalisation ainsi que l’image de l’espace anglo-américain d’où ces termes-locutions viennent. Le modèle anglais est aussi éthique. Il y a un effort d’émulation et de rencontre entre une culture internationale, ressentie comme marquée par la culture anglo-américaine, et la culture italienne qui vit cette rencontre comme une sorte d’élévation aussi bien économique que culturelle.

3.2. La standardisation – harmonisation française

41D’après le rapport de la COB de 2002 :

  • 27 CB02, p. 235.

Dans un contexte international marqué par les scandales financiers [on se réfère notamment au scandale Enron] la commission [la COB] a participé activement à la réalisation du plan européen d’action pour les services financiers, en vue de renforcer l’integrité du marché et d’améliorer la protection des investisseurs27.

42L’objectif français semble être le même que celui de la communauté européenne. Pourtant dans le travail de définition et dans l’effort d’harmonisation, la France se pose comme un espace particulier, capable d’apporter du sien à la réflexion communautaire. Ainsi, dans la directive sur le « prospectus », nous lisons :

  • 28 CB02, p. 239.

Or, la définition du titre n’est pas neutre d’information car CESR [Comité européen des régulateurs de valeurs mobilières] s’oriente en parallèle vers des schémas très allégés pour le titre de créance… Par ailleurs, la notion d’émetteur ne prend pas en compte la présence ou non d’un garant, ce qui a pour conséquence […] de permettre le libre choix du régulateur compétent…28

43Cette contestation se fait encore plus évidente pour ce qui est de la directive sur les « services d’investissement », à propos de laquelle on peut lire :

  • 29 CB02, p. 243-244.

La position exprimé par la Commission des opérations de bourse sur les différentes versions du texte, qui s’inscrit dans le cadre de la réponse française préparée par le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, a constamment été guidée par le souci que la classification réglementaire des différents systèmes de négociation répondent aux objectifs de concurrence équitable entre ces systèmes, d’efficience, d’intégrité et finalement de maintien des garanties essentielles pour les investisseurs et pour les sociétés cherchant à se financer sur les marchés financiers29

44D’ailleurs :

  • 30 CB02, p. 51.

l’AMF [autorité des marchés financiers] a pour mission de veiller à la protection de l’épargne investie dans les instruments financiers… Elle contribue en outre à la régulation européenne et internationale des marchés30.

45Forte donc de ce rôle au sein des commissions européennes, la France se pose comme pôle alternatif du point de vue linguistique aussi, traduisant toutes les notions éthiques que l’italien conserve en anglais. Nous trouvons par conséquent la locution manipulation de cours, au lieu d’action-based manipulation ; meilleure pratique pour best practice…

Conclusion

46L’analyse contrastive du lexique utilisé dans les sites boursiers en Italie et en France nous a permis de voir de près la relation que les langues de ces deux pays entretiennent avec la langue anglaise dans le cadre de l’harmonisation européenne. En même temps, nous avons vu que la relation entre ces langues témoigne aussi de l’ethos que celles-ci véhiculent, renvoyant à l’image des pays et aux différentes éthiques. D’un côté, nous avons remarqué la tendance italienne à s’adresser à un nouveau collectif qui se voudrait ouvert à l’anglais, langue véhiculaire de l’internationalisation, mais également langue modèle renvoyant au prestige des pays anglo-américains. On viserait une sorte d’élevation économique et culturelle à travers la rencontre avec la langue anglaise et avec tout ce que celle-ci apporte par son ethos (incorporation). De l’autre côté, nous avons vu la tendance française à s’adresser à un nouveau collectif censé devoir prendre conscience des possibilités de la langue française à l’intérieur d’un procès d’harmonisation qui se fait à travers l’anglais véhiculaire, mais qui se fait en même temps dans le respect de la spécificité de la langue française et de tout ce qu’elle apporte par son ethos (non incorporation).

47Dans le cadre de la situation actuelle, il nous semble qu’au-delà d’querelle des langues, ce qui est en jeu, c’est l’image de prestige véhiculée par les langues ainsi que les valeurs d’une éthique d’entreprise en train de se constituer au plan européen. C’est ce dernier constat qui devrait nous faire réflechir sur l’urgence d’une réflexion sur les langues et les équilibres devant se créer entre elles.

Bibliographie

Bibliographie

Authier, Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi – Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.

Borzeix, Annie/Frankael, Béatrice (éds), 2001, Le Langage dans les organisations, Paris, L’Harmattan.

Calvet, Louis-Jean, 1999, La Guerre des langues et la politique linguistique, Paris, Hachette.

Charaudeau, Patrick/Maingueneau, Dominique, 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Depecker, Loïc, 2002, Entre signe et concept – Éléments de terminologie générale, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Dubois, Jean et al. (éds), 1994, Dictionnaire de Linguistique et des Sciences du langage, Paris, Larousse.

Gusmani, Roberto, 1986, Saggi sull’interferenza linguistica, Firenze, Le lettere.

Lévy, Pierre, 1994, L’Intelligence collective, Paris, La découverte.

Maingueneau, Dominique, 2000, Analyser les textes de communication, Paris, Nathan.

Toiltèque

http://www.presse-francophone.org/apfa/index.html (APFA)

http://www.borsaitalia.it (Borsa italiana)

http://www.bourse-de-paris.fr (Bourse française)

http://www.cob.fr (Commission des opérations de bourse)

http://www.consob.it (Commissione nazionale per le società e la borsa)

http://www.culture.gouv.fr/ (Ministère de la Culture et de la Communication)

Notes

1 http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/rapport/2003/index.htm

2 http://www.presse-francophone.org/apfa/index.html ; tous les sites ont été consultés en octobre 2003.

3 C’est la IOSCO italienne (International Organization of Securities Commissions).

4 « Le travail d’articulation est ce travail supplémentaire nécessaire pour que les efforts collectifs d’une équipe soient finalement plus que l’effort chaotique de fragments épars de travail accompli ». (Borzeix/frankael, 2001 : 44)

5 Pour la notion d’« intelligence collective », nous renvoyons aux recherches de Pierre Lévy (1994)

6 http://www.borsaitalia.it

7 http://www.bourse-de-paris.fr

8 http://www.consob.it

9 http://www.cob.fr

10 http://www.presse-francophone.org/apfa/index.html

11 Nous entendons par locution tout « groupe de mots (nominal, verbal, adverbial) dont la syntaxe particulière donne à ces groupes le caractère d’expression figée et qui correspondent à des mots uniques » (Dubois et al., 1994).

12 Il nous faut préciser que dans tout le texte nous avons considéré la « notion » dans le sens de la terminologie, c’est-à-dire non pas comme un concept cognitif, mais plutôt comme une unité structurée de pensée, dans le sens de la tradition logique.

13 « Termine per indicare azioni di società di grandi dimensioni quotate in Borsa ». Toutes les traductions de l’italien en français sont les nôtres.

14 Dans le site d’Euronext Paris, au lien Information produit/Apporteurs de liquidité.

15 Le sigle RC00 renvoie au rapport annuel de la CONSOB de 2000.

16 Le connecteur italien cioè correspond au connecteur français « c’est-à-dire ».

17 Pour les notions d’« ethos » et d’« incorporation », nous renvoyons à Maingueneau (2000 : 77-84) et Charaudeau/maingueneau (2002 : 239-240)

18 « In Italia sono dette blue chips le azioni appartenenti all’indice MIB 30 ».

19 « In Italia, nonostante il significato, si è soliti indicare con questo termine anche le azioni di società a media capitalizzazione ».

20 Rapport de la COB de 2002 (désormais CB02), p. 257.

21 Il s’agit du Codice di autodisciplina rédigé par le Comitato per la Corporate Governance delle Società quotate en 1999 et disponible sur le site de la Bourse italienne.

22 Codice di autodisciplina, p. 4 : « … codice allineato con la pratica internazionale, ma rispettoso della specificità italiana ».

23 « Nella stesura del Codice si è dovuto, comunque, tenere conto della disciplina societaria italiana, in parte differente da quella degli altri Paesi europei e, in particolare modo, dei Paesi anglosassoni, e della peculiarità del nostro sistema economico, ossia la presenza di un numero elevato di società con la proprietà concentrata ed un numero limitato di società ad azionariato diffuso ».

24 Codice di autodisciplina, p. 33 : « L’enfasi posta sullo shareholder value, oltre a riflettere un indirizzo prevalente in campo internazionale, si concilia con l’indirizzo normativo italiano, che vede nell’interesse sociale il parametro di riferimento dell’operato di coloro che sono alla guida della società ».

25 CONSOB de 2001, p. 125-127 : « … si segnala come la materia sia, limitatamente alle ipotesi manipolative, oggetto di ridefinizione anche in ambito nazionale […] Qualora adottata, la direttiva riempirebbe di contenuti il più criptico divieto, previsto dall’art. 181 del Tuf… ».

26 Codice di autodisciplina, p. 19 : « standard di riferimento che rappresentasse la best practice verso cui tendere » ; p. 26 : « il principio guida verso cui tendere è infatti freedom with accountability ».

27 CB02, p. 235.

28 CB02, p. 239.

29 CB02, p. 243-244.

30 CB02, p. 51.

Auteur

Université de Turin

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540