Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

2c - L’exemple de la Bourse

2c. L’exemple de la Bourse

Texte intégral

1La notoriété nouvelle dont bénéficient les faits économiques depuis une vingtaine d’années doit beaucoup à la Bourse. L’ampleur inouïe des mouvements de capitaux, les hausses ou les baisses irrationnelles, la fébrilité des salles de marchés fascinent désormais le grand public. La saga de Wall Street est un des mythes prégnants de notre époque, l’attrait premier d’un mythe résidant en ceci que chacun peut se l’approprier à son modeste niveau : il suffit d’une somme finalement modique pour devenir soi-même actionnaire. L’autre attrait d’une mythologie, c’est de réunir un cercle d’initiés, ceux qui parlent le même langage accessible à eux seuls. Dès le XIXe siècle, on a perçu dans le vocabulaire boursier plus encore qu’une langue de spécialité : une sorte de code secret, créateur de connivence. Les contributions de ce chapitre présenteront donc logiquement à la fois la dimension terminologique du vocabulaire de la Bourse (chez Rachele Raus et Thierry Grass), mais aussi, chez Sabine Bastian et Françoise Hammer, l’expression de la subjectivité dans le commentaire boursier.

2La contribution de Rachele Raus, très documentée, compare les stratégies des locuteurs/scripteurs italiens et français face à la prédominance de l’anglais dans le vocabulaire boursier. Là où le français préfère le calque, qui permet de franciser les termes anglo-saxons, l’italien intègre ceux-ci dans des expressions hybrides – mi-italiennes mi-anglaises – ou alors par le biais de la modalisation autonymique – où l’expression étrangère est assortie d’une explicitation en langue nationale. Ces considérations linguistiques renvoient en fait à des politiques linguistiques traditionnelles, la « défense de la langue » imposant aux francophones de lutter contre le franglais, alors que l’Italie semble davantage disposée, selon Rachele Raus, à se fondre dans un ethos anglo-saxon dont la terminologie boursière ne serait que le véhicule.

3Le texte de Thierry Grass, spécialiste en traitement automatique de la langue par ordinateur, porte sur un aspect à première vue hautement technique : l’identification des noms de sociétés dans la traduction automatique des textes boursiers. Comme il le montre, cette identification n’est possible que par l’examen des contextes dans lesquels un tel nom peut apparaître, ce qui conduit à des considérations plus générales, très utiles pour les terminologues, mais aussi pour les civilisationnistes, sur les diverses variantes possibles du nom d’entreprise. L’examen des prédicats dans lesquels le nom de l’entreprise peut apparaître comme argument permet d’établir une liste de ce que l’on pourrait appeler des « verbes financiers » décrivant les opérations auxquelles la société peut être associée en tant qu’actant.

4Sabine Bastian et Françoise Hammer font au contraire porter leur recherche sur le vocabulaire boursier dans sa dimension affective et émotionnelle. Elles retracent les formes de l’expression de la subjectivité dans les commentaires et conseils boursiers, genre médiatique qui a connu un développement exponentiel ces dernières années : adjectifs affectifs, tournures évaluatives, métaphores et jargonismes constituent bien une langue de spécialité mais qui se caractérise par une dimension plus émotionnelle qu’informative. On voit donc la communication boursière quitter le domaine de la stricte technicité pour faire preuve d’une créativité certaine dans les domaines de la métaphore et de la phraséologie.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540