Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

2a - Langage et activité

L’efficience des réunions internes de l’entreprise : facteur mesurable ? critère adéquat ?

Monika Dannerer

Texte intégral

Introduction

1Le concept d’efficience est omniprésent dans le discours quotidien comme dans le discours économique. Étant donné qu’il est rarement évoqué de façon explicite dans le cadre de la linguistique, j’aimerais commencer cette contribution par une définition.

2L’efficience décrit un rapport optimal entre les ressources investies et le résultat obtenu dans le cadre d’une action exécutée avec succès (Roelcke, 2002 : 18, 23). Cela peut se lire de deux façons : ou bien à partir de ressources données on obtient le meilleur résultat possible (efficience au niveau des résultats) ou bien un résultat donné est atteint en minimisant les ressources utilisées (efficience au niveau des ressources) (Roelcke, 2002 : 19-22).

3La notion d’efficience ne doit pas être confondue avec celle d’effectivité qui signifie simplement qu’un résultat est atteint indépendamment des ressources utilisées.

  • 1 Voir par exemple Fiehler (1998b), qui voit comme critères importants d’une bonne conversation la r (...)

4L’efficience résulte de la mise en relation des ressources engagées et des résultats obtenus en vue d’atteindre un rendement optimal. Ce point de vue est admis comme une valeur positive dans la culture occidentale, et agir avec efficience constitue un idéal largement partagé. Étant donné que la représentation de la manière dont la communication devrait s’effectuer dépend des normes sociales, on peut supposer que la communication efficiente se confond avec la communication idéale ou optimale1.

5Dans cette contribution, je m’appuierai d’un côté sur les concepts tirés de la littérature linguistique et je développerai d’autre part un concept personnel de la communication efficiente en me basant sur des données empiriques. Les données utilisées sont authentiques et proviennent de réunions internes d’une importante société autrichienne et d’entretiens individuels avec les membres des groupes ayant suivi les discussions.

1. La notion d’efficience dans la linguistique/dans l’analyse conversationnelle

  • 2 Certaines méthodes se concentrent d’un côté sur certains aspects de l’efficience comme la recherch (...)

6Dans son livre sur l’efficience communicationnelle, Thorsten Roelcke déplore que l’économie du langage soit un fantôme dans la linguistique (« linguistisches Phantom ») (Roelcke, 2002). Le concept d’une économie du langage constituerait en effet un aspect central dans de nombreuses théories linguistiques, d’interventions en analyse critique du discours et en didactique des langues, mais il n’existerait pas de modèle général de l’économie du langage2.

7La conceptualisation de l’efficience en communication dépend de la conceptualisation de la communication elle-même. Réduite à un modèle de transmission d’informations (voir Shannon et Weaver, 1949), la description de la communication revient à quantifier les « unités d’information » dans un intervalle de temps donné. Dans ce cas la communication est efficiente si les unités d’information passent le plus rapidement possible d’un émetteur à un récepteur et si ce dernier peut décoder l’information dans son ensemble.

8Si par contre la communication est comprise comme une négociation commune sur des faits et des situations sociales (voir Menz, 1998 : 167sq.) et si on tient compte des contraintes institutionnelles, alors on se trouve en face d’un grand nombre de paramètres pour caractériser la communication.

9Roelcke, qui dans son modèle essaye de combiner les points de vue de la pragmalinguistique et de la linguistique cognitive, définit l’efficience linguistique à partir de deux facteurs : d’une part le rapport entre le contenu (le résultat cognitif de la communication linguistique) et les coûts de la communication linguistique, et d’autre part la compétence et la concentration des communicants. Si le contenu est trop complexe par rapport aux capacités et à la concentration des communicants, la communication échoue et s’avère de ce fait non effective. Si le contenu est trop peu complexe, la communication réussit mais elle est alors inefficiente. (Roelcke, 2002 : 54)

10Le modèle de Roelcke se réduit finalement à la formule selon laquelle la communication n’est efficiente que si elle est spécifique au destinataire ; toute contribution doit donc être appropriée aux capacités des communicants. Cette conception n’est pas neuve et néglige à mon sens de nombreux facteurs qui seront traités ci-après.

11Strohner et Brose proposent un concept plus étendu. Ils partent d’une notion de communication fondée sur la cognition. Ils n’évoquent pas explicitement l’efficience communicative mais seulement la notion d’optimisation de la communication en se basant sur le concept du traitement de l’information (Strohner et Brose, 2002 : 3). Tout comme Roelcke, Strohner et Brose prennent en considération la dimension de l’intelligibilité et de l’informativité, ils vont cependant plus loin en tenant compte de la force de persuasion d’un texte ou d’une contribution aussi bien que de la situation médiatique et sociale, du rôle des émotions, de l’estime et de la confiance entre partenaires fondée sur la crédibilité et l’acceptation de l’information (Strohner et Brose, 2002 : 8). Dans cette conception, une importance particulière est dévolue au rôle particulier que joue l’attention des destinataires, celle-ci pouvant être rehaussée par l’intérêt personnel ou par la qualité (le rang social) du partenaire.

12Les deux conceptions ci-dessus contiennent des éléments de réflexion importants, mais elles ne vont pas assez loin à mes yeux. Sur la base de données empiriques collectées dans des situations réelles de « discussions internes à l’entreprise » (Dannerer, 1999), je présenterai dans ce qui suit un modèle élargi de la communication efficiente. Bien que basé sur la communication interne à l’entreprise, ce modèle est suffisamment ouvert pour prendre en considération d’autres types d’interaction et de situations institutionnelles.

13Afin d’élaborer un modèle général de l’efficience communicationnelle et pour identifier les facteurs d’efficience à partir du matériau empirique même, je me concentrerai sur trois points :

  • Quels paramètres faut-il prendre en considération pour reconnaître une communication efficiente ?
  • Quel genre de ressources peut-on économiser ?
  • Qui juge de l’efficience de la communication et à partir de quelle perspective ? Et, enfin, comment mesurer l’économie des ressources et partant l’efficience ?

2. Les paramètres de la communication efficiente

2.1. Le temps

14Le temps est un paramètre central dans le concept d’efficience. La communication devrait se dérouler le plus rapidement possible ou du moins dans un temps raisonnable. La rapidité n’est pourtant pas à elle seule un critère déterminant, il faut garder en vue les objectifs fixés.

2.2. Établir des objectifs communs ou complémentaires réalisables

  • 3 On s’écarte inconsciemment du but lorsque par exemple il existe des malentendus sur les objectifs (...)

15Les objectifs spécifiques à une situation de communication donnée peuvent être fixés dans le cadre d’un « ordre du jour ». Des objectifs secondaires peuvent être débattus au cours de la même session. Ceux-ci doivent servir à atteindre les objectifs proposés par l’ordre du jour. Si lors d’une session des participants poursuivent consciemment ou inconsciemment3 des objectifs contraires à ceux qui avaient été fixés, cela peut avoir pour conséquence que les processus de négociation qui deviennent alors nécessaires s’éternisent et compromettent la réalisation rapide des objectifs communs.

16Dans la communication professionnelle on retrouve, en plus des objectifs officiels, des objectifs secondaires à caractère social, souvent non avoués, des communicants. Pour une évaluation adéquate de l’efficience, il faut prendre en compte le rôle de ces objectifs sociaux. Quels que soient ces objectifs, il faut les établir de telle façon qu’ils puissent être atteints dans le temps imparti.

2.3. L’intercompréhension

17L’intercompréhension est une condition nécessaire pour une communication efficiente. Sans elle, les objectifs ne peuvent être atteints (Fiehler, 1998a : 7) ce qui signifie qu’il n’y a ni efficience ni effectivité. Les malentendus sont considérés comme inefficients puisqu’il faut du temps pour les surmonter. La compréhension comprend le « traitement du savoir ou de l’information », cet aspect est tout particulièrement souligné dans les publications non linguistiques.

2.4. Transmettre le savoir pertinent au moment utile

18Partant des exemples tirés du matériau empirique, on s’aperçoit de l’importance qu’il y a à transmettre du savoir, ce qui n’est pas toujours garanti dans les situations réelles, mais aussi de le faire au bon moment. Si la transmission intervient prématurément, l’information ne peut être exploitée, si elle a lieu trop tard cela peut entraîner des discussions inutiles. Dans les deux cas, les communicants sont contraints à une refocalisation.

19La problématique de la transmission de l’information dépend aussi la qualité de préparation des discussions, dans la mesure où la réception d’une information complexe nécessite la mobilisation de savoirs préalables.

2.5. Le soutien médiatique

20L’efficacité de la communication dépend également du choix de supports appropriés pour la transmission du savoir, mais aussi pour le processus de communication dans son ensemble et les procédures de décision. Il en découle la nécessité d’une préparation adéquate, permettant de compléter la communication orale par des documents écrits (projections avec Power Point, documents papiers, schémas, plans) adéquats.

2.6. La participation des communicants suivant leur rôle institutionnel et leur degré d’implication

  • 4 Voir plus loin au sujet de l’efficience relative.

21La décision quant au choix des participants est prise lors de la convocation, donc bien avant l’événement communicationnel lui-même. Le choix des participants doit se faire en fonction des objectifs à atteindre et de l’ordre du jour, il faut s’assurer de la présence des personnes concernées, des personnes compétentes et des décideurs, car sans ces derniers les bonnes solutions ne peuvent être mises en œuvre4.

22Pourtant un trop grand nombre de participants peut réduire le degré d’efficience de la communication : le coût en terme d’heures investies dans la communication devient trop élevé par rapport au nombre optimal de participants.

23La participation des communicants lors d’une réunion de travail est en partie prédéterminée par la préparation de la réunion, par exemple par l’insertion de rapports dans l’ordre du jour, mais elle dépend aussi de la situation de communication elle-même. Pour évaluer la participation nécessaire, il faut prendre en considération les compétences et les nécessités sociales et institutionnelles, ainsi que la possibilité de prendre la parole au bon moment et pour une durée adéquate.

2.7. La concentration et la réceptivité des participants

24La concentration et la réceptivité des communicants sont étroitement liées à la participation effective des personnes indispensables. Elles constituent une condition importante pour la réception des informations et ainsi pour l’intercompréhension. Ici, des facteurs physiques et psychiques, plus particulièrement cognitifs, jouent un rôle essentiel pour les communicants qui peuvent d’ailleurs être influencés de leur côté par des relations émotionnelles, sociales et institutionnelles avec d’autres participants, comme par les conditions concrètes de la communication.

2.8. La participation émotionnelle/l’empathie des communicants

25Dans une situation de communication, l’état émotionnel des participants au moment même de la communication est aussi important que la relation émotionnelle des participants entre eux et au sein du groupe, ainsi que leur attitude vis-à-vis du sujet à traiter. Un investissement affectif suffisant dans un climat peu chargé en émotions négatives crée une ambiance favorable à une communication efficiente.

26Un discours « homiléïque » ou bien une communication humoristique peuvent avoir comme fonctionnalité d’influencer de façon positive l’investissement émotionnel des participants (voir Dannerer, 2002 ; pour l’expression « homiléïque », voir Ehlich et Rehbein, 1980).

2.9. Le traitement et la finalisation des schémas d’action5

  • 5 Au sujet des schémas d’action voir Ehlich/Rehbein (1986).

27Les schémas d’action typiques au sein de discussions internes sont par exemple la « transmission d’information à d’autres » ou « la définition d’une tâche » (Dannerer, 1999). Si de tels schémas ne sont pas explicitement achevés, il en résulte une inefficience du fait que les participants reprennent sans cesse le schéma resté ouvert. La reprise d’un schéma d’action signifie pour les personnes concernées de nouveaux efforts du fait d’une nouvelle focalisation.

28Il est pourtant nécessaire de noter que la clôture d’un schéma d’action peut exiger l’inclusion d’un autre schéma. L’inefficience peut résulter de situations où la clôture de schémas d’action est retardée, voire a été omise pour des raisons stratégiques ou par un animateur inattentif.

29Des problèmes peuvent aussi résulter de différences culturelles entre les participants d’une discussion. Ceci peut arriver par exemple quand les schémas d’action divergent dans les différentes langues.

2.10. La concrétisation des schémas d’action sous forme de plans d’action concrets

30La durabilité ou l’effet dans le temps d’un événement communicationnel constitue un critère complexe. Si les résultats de discussions au sein d’un groupe restent lettre morte, on doit en conclure post factum que la discussion était inefficiente. La mise en œuvre des décisions a lieu a posteriori et ne peut être un objet d’observation lors de l’événement de communication lui-même.

2.11. Les conditions institutionnelles

  • 6 Comparer avec Lalouschek et al (1990).

31En plus des conditions institutionnelles, des rôles hiérarchiques des personnes concernées et de leurs responsabilités respectives, il faut prendre en considération le cadre institutionnel prévu pour les processus de communication et de travail. La communication devient facilement inefficiente si les rôles et les fonctions des employés ne sont pas définis de façon claire ou si les processus de communication contiennent un potentiel de conflits. Dans ce cas, il peut être important de changer les conditions institutionnelles pour optimiser l’efficience6.

2.12. Les relations sociales

32Les relations sociales des communicants ne sont qu’en partie influencées par leurs rôles institutionnels. L’autorité personnelle et les compétences des participants peuvent créer des constellations différentes de celles des rôles institutionnels. L’énergie qu’il faut investir en communication pour faire accepter son point de vue et donc pour fixer un objectif dépend de l’autorité personnelle et professionnelle que l’on reconnaît à tel(s) ou tel(s) participant(s). Une communication est donc efficiente si les participants se reconnaissent mutuellement une certaine crédibilité et si leurs rôles sociaux ne s’opposent pas mais se complètent.

2.13. Le cadre temporel et spatial

33Le choix du moment pour une réunion peut être important pour la solution d’un problème. Par exemple, il ne peut y avoir de solution si les informations ne sont pas encore disponibles.

34Si la durée d’une réunion est trop courte et qu’il faut une nouvelle séance pour la mener à terme, l’efficience de la communication diminuera : le processus de communication doit à chaque fois être redémarré.

35De même le lieu de réunion doit être adéquat à la situation de communication.

  • 7 Ceci vaut de même pour une suite de sessions, par exemple au cours d’un projet, qui peuvent être c (...)

36Si l’on veut utiliser ces paramètres dans la recherche empirique, il veiller à ce qu’ils ne s’appuient pas sur des mesures relevées de manière ponctuelle, mais suivant un conception dynamique du processus de communication, c’est à dire dans leur évolution. Les phases d’efficience ou d’inefficience locale seront mises en relation avec l’efficience globale de l’interaction dans sa totalité. Un processus de communication peut donc avoir des périodes d’inefficience locale sans toutefois être inefficient dans son intégralité7.

37Un autre aspect à prendre en considération est l’efficience relative. Si les conditions ne sont pas adéquates ou si la participation des communicants nécessaires n’est pas assurée, les solutions adéquates ne peuvent pas être proposées ou bien les objectifs fixés ne peuvent être atteints. Dans de telles conditions, la communication peut être efficiente localement mais, quant aux objectifs globaux, elle sera inefficiente.

38Un sujet à débattre reste celui du rapport entre efficience et consensus : la communication n’est elle efficiente que si elle est orientée vers le consensus ou bien le désaccord peut-il aussi être un facteur d’efficience ? À première vue, il peut sembler plus adéquat de chercher le consensus et d’étouffer le désaccord pour résoudre des problèmes, mais cette procédure peut entraîner une détérioration de la qualité des solutions. La relation entre désaccord et efficience est donc à mettre en rapport avec d’une part l’efficience locale et globale et d’autre part avec le critère de durabilité.

39L’analyse conversationnelle dispose d’un ensemble d’instruments pour évaluer ces paramètres. D’autres recherches empiriques pourraient montrer s’il convient de les compléter et s’il paraît possible et utile de les ordonner en une hiérarchie selon les situations.

3. L’économie des ressources, les perspectives d’évaluation et la mesurabilité de l’efficience

40En communication, le temps sera la première ressource à économiser. Il faut alors considérer le temps non seulement sous sa forme linéaire, mais aussi en nombre d’heures de travail effectif. Les ressources émotionnelles et cognitives des salariés sont aussi économisées quand ces derniers ne doivent pas s’occuper de sujets ne les concernant pas directement. À cet égard, l’efficience peut aider à accroître la motivation et la satisfaction au sein de l’entreprise.

41Le jugement sur l’efficience communicative peut être prononcé par les décideurs qui fixent les objectifs (l’employeur, le supérieur hiérarchique), les communicants eux-mêmes, ou bien par des observateurs extérieurs.

42Si les objectifs proviennent de supérieurs qui ne prennent pas part à la communication, alors le jugement dépendra de la manière dont seront formulés les objectifs : toutes les étapes peuvent être prescrites ou bien il peut exister un cadre ouvert au sein duquel les communicants auront une liberté relative – la communication est-elle donc limitée à la transmission d’information ou bien est-elle plus large, prenant ainsi en considération les ressources humaines et la fonction sociale de la communication ?

43Au cas où les communicants portent un jugement sur leur réunion, il faudrait s’assurer qu’ils partagent tous la même définition des objectifs. Dans le cas contraire, l’efficience n’est pas perçue de manière identique. Il faudrait alors vérifier les critères des participants. Ont-ils en vue l’objectif à atteindre, ou poursuivent-ils des objectifs personnels différents de ceux du groupe ?

44Le point de vue des participants sur l’efficience de la communication n’est pourtant pas le seul critère pour l’efficience effective. Celui d’observateurs externes – comme par exemple des linguistes – revêt une importance égale.

45L’efficience ne se mesurera pas en termes d’unités absolues mais en fonction de l’expérience et des diverses attentes. On prendra alors comme référence une situation de communication de base au sein d’une même entreprise ou une situation comparable au sein d’autres entreprises.

4. Quelques exemples empiriques

4.1. L’efficience vue par la direction de l’entreprise

46La direction de l’entreprise a thématisé clairement le sujet de l’efficience. Ce qu’elle percevait comme un manque d’efficience l’a amenée à organiser alors des sessions d’entraînement et à autoriser des enregistrements à cet effet. Elle trouvait qu’il y avait trop de réunions longues n’apportant pas les résultats escomptés. L’objectif était d’optimiser le rapport entre la durée des réunions et leur rendement.

4.2. L’efficience abordée par les employés

4.2.1. Durant les réunions

47Pendant les huit séances enregistrées dans leur totalité, l’efficience n’est pas abordée explicitement. Pourtant, les communicants veulent « rester dans le sujet » ou « rester dans les normes de temps ». Il découle de cette observation que les employés veulent atteindre les objectifs fixés. Les objectifs des participants correspondent à ceux de la direction de l’entreprise.

4.2.2. Durant les sessions d’entraînement

48Pendant les entretiens que j’ai eus avec les participants – souvent à huis clos – après les réunions, l’efficience a été abordée aussi bien implicitement qu’explicitement, et selon des points de vue contradictoires.

49Une bonne réunion doit donner des résultats concrets et mesurables. Les paramètres à prendre en considération sont :

  • une bonne gestion des thèmes,
  • une bonne répartition du temps de parole,
  • une bonne préparation de la réunion,
  • la concentration des participants,
  • la volonté de s’écouter mutuellement,
  • une bonne gestion du temps.

50Ces paramètres signifient qu’une bonne réunion se caractérise par le traitement de tous les sujets dans le temps le plus court et avec la participation active de toutes les personnes présentes.

51Ainsi, les communicants font bien la différence entre les objectifs de groupe et les objectifs individuels. Ils mettent en question la possibilité de réaliser une réunion « linéaire ». Une bonne réunion est pour eux un équilibre difficile entre créativité et discipline. Les participants sont conscients de la dimension sociale et émotionnelle des réunions. Pourtant, la communication sociale n’occupe pas une place particulière. Les participants y voient plutôt la fonction de renforcement du sentiment de groupe qui peut mener à une solution plus rapide de problèmes concrets (Dannerer, 1999 : 297). Ce jugement dépend en grande partie du fait que la fonction sociale des réunions fait rarement l’objet d’une communication explicite au sein de l’entreprise (voir Dannerer, 1999 : 311).

52Les participants retiennent aussi la situation générale au travail. Le manque de temps et la surabondance des thèmes sont à leurs yeux une des raisons pour la préparation insuffisante aux réunions et pour le manque de concentration.

Conclusion

53L’efficience est un phénomène complexe dont la description laisse en suspens de nombreuses questions. On peut supposer qu’elle est restée jusqu’ici en dehors des thèmes linguistiques parce que la linguistique se méfie des jugements normatifs, et que « l’efficience » représente un jugement de valeur sur la communication. Pourtant il est utile à mon avis d’expliciter ces jugements de valeur. Il faudrait mettre en relation les concepts de communication optimale, idéale ou couronnée de succès, dont il est souvent question, avec le concept de l’efficience.

  • 8 Il faudrait alors définir l’importance à accorder à chaque paramètre par rapport à l’efficience.

54En résumé, je considère l’efficience comme critère mesurable sous certaines conditions, dans la mesure où l’on doit prendre en considération un grand nombre de paramètres8. L’efficience ne saurait se réduire à la quantité d’information transmise. Il ne faudrait cependant pas s’attendre à une mesurabilité au sens des sciences naturelles.

  • 9 Il s’agit ici non seulement des différences entre les personnes mais aussi des conditions insuffis (...)

55Dans ce sens, l’efficience me paraît un critère adéquat, surtout pour la communication professionnelle où l’économie des ressources en personnel constitue un modèle. Il serait important au-delà des limites de la linguistique et même chez les personnes concernées (employés et leurs responsables) d’insister sur le fait que l’efficience de la communication est plus que la quantité des informations transmises. La conception de la communication serait ainsi élargie et les participants aux réunions pourraient être en mesure d’identifier les autres objectifs de la communication et les obstacles éventuels pour en limiter la portée ou les éviter9. La communication sociale ne serait plus alors considérée comme une communication inefficiente et une perte de temps.

56Cependant, même alors on n’atteindra pas une efficience absolue dans les réunions au sein d’une entreprise. D’une part parce que l’efficience ne peut souvent être évaluée que rétrospectivement, et d’autre part parce que la communication est un processus collectif à la réussite duquel tous les participants contribuent activement, et qui – en tant que processus créatif – peut emprunter les voies les plus variées.

Bibliographie

Bibliographie

Dannerer, Monika, 1999, Besprechungen im Betrieb. Empirische Analysen und didaktische Perspektiven, München, iudicium
— 2002, « „ Allen Ernstes scherzen ?“Formen und Funktionen von Scherzen und Lachen in innerbetrieblichen Besprechungen. », in Becker-Mrotzek, Michael/Fiehler, Reinhard (éds), Unternehmenskommunikation, Tübingen, Narr (= Forum Fachsprachenforschung 58), p. 89-115.

Ehlich, Konrad/Rehbein, Jochen, 1980, « Sprache in Institutionen », in Lexikon der Germanistischen Linguistik, Tübingen, 2. Aufl. p. 338-345.
— 1986, Muster und Institution, Tübingen, Narr (= Kommunikation und Institution).

Fiehler, Reinhard (éd.), 1998a, Verständigungsprobleme und gestörte Kommunikation, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Fiehler, Reinhard, 1998b, « Bewertungen und Normen als Problem bei der Förderung von Gesprächsfähigkeiten », in Der Deutschunterricht, Jg. 50, Heft 1, p. 53-64.

Lalouschek, Johanna/Menz, Florian/Wodak, Ruth, 1990, Alltag in der Ambulanz. Gespräche zwischen Ärzten, Schwestern und Patienten, Tübingen, Narr.

Menz, Florian, 1998, « Verständigungsprobleme in Wirtschaftsunternehmen. Zum Einfluß von unterschiedlichen Konzeptualisierungen auf die betriebsinterne Kommunikation », in Fiehler, Reinhard (éd.), 1998a, p. 134-154.

Roelcke, Thorsten, 2002, Kommunikative Effizienz, Universitätsverlag C. Winter, Heidelberg

Shannon, Claude E./Weaver, Warren, 1949, The Mathematical Theory of Communication, Urbana, University of Illinois Press.

Strohner, Hans/Brose, Roselore, 2002, « Kommunikation und ihre Optimierung », in Strohner, Hans/Brose, Roselore (éds), Kommunikationsoptimierung : verständlicher – instruktiver – überzeugender, Stauffenburg Verlag, Tübingen, p. 3-14.

Notes

1 Voir par exemple Fiehler (1998b), qui voit comme critères importants d’une bonne conversation la réussite de la compréhension réciproque et la réalisation des objectifs, critères qui sont aussi importants pour l’efficience.

2 Certaines méthodes se concentrent d’un côté sur certains aspects de l’efficience comme la recherche de la compréhensibilité ou la gestion du savoir, de l’autre côté on trouve des méthodes qui considèrent l’efficience comme un principe de base de la langue ou comme axiome de toute expression idiomatique (par exemple le principe d’économie ou bien les maximes de Grice). Pour juger de l’efficience dans la communication courante ces méthodes ne vont pas suffisamment loin.

3 On s’écarte inconsciemment du but lorsque par exemple il existe des malentendus sur les objectifs à discuter. La raison peut provenir de différentes conceptions de la fonction d’un certain genre de communication.

4 Voir plus loin au sujet de l’efficience relative.

5 Au sujet des schémas d’action voir Ehlich/Rehbein (1986).

6 Comparer avec Lalouschek et al (1990).

7 Ceci vaut de même pour une suite de sessions, par exemple au cours d’un projet, qui peuvent être considérées en leur totalité.

8 Il faudrait alors définir l’importance à accorder à chaque paramètre par rapport à l’efficience.

9 Il s’agit ici non seulement des différences entre les personnes mais aussi des conditions insuffisantes pour le travail et la communication en général.

Auteur

Universität Salzburg

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540