Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

2a - Langage et activité

2a. Langage et activité

Texte intégral

1Dans ce chapitre consacré au langage et à l’activité dans l’entreprise, les recherches mettent la lumière sur différents aspects qui déterminent l’interaction entre langage et activité. La diversité des disciplines représentées montre que la question du lien entre langage et activité est aujourd’hui un sujet d’actualité dans de nombreux champs de recherche comme la linguistique, la sociologie, les sciences sociales et la gestion. Le « linguistic turn », qui marque l’avènement du langage au centre des préoccupations des chercheurs, est apparu dans les années quatre-vingt dans des domaines proches des sciences de l’organisation comme la psychologie sociale (Gergen, 1985 ; Hollway, 1989). Depuis les années quatre-vingt-dix, on peut observer l’émergence de l’analyse du discours comme champ de recherche dans les sciences de gestion et de l’organisation (Alvesson, 1995 ; Chia, 1995 ; Taylor, 1993). Les membres pluridisciplinaires du réseau Langage & Travail, représentés dans cet ouvrage par Sophie Pène, ont joué, en France, un rôle pionnier dans les échanges entre gestionnaires et linguistes au début des années quatre-vingt-dix.

2Sophie Pène, sociolinguiste, retrace dans son article les débuts du réseau Langage & Travail et surtout la contribution d’un de ses fondateurs : Jacques Girin. Directeur du Centre de recherche en gestion à l’École polytechnique, celui-ci avait animé ce réseau interdisciplinaire et contribué ainsi à établir un véritable dialogue entre gestion et langage. Il proposa l’approche de l’agencement organisationnel : une méthode d’analyse qui permet de lier cadre et discours, situation et énonciation. Ainsi, il contribua à réduire le clivage entre l’étude de l’individu et l’étude de l’organisation. Après une discussion théorique de l’approche de l’agencement organisationnel, celle-ci est appliquée à une situation de travail.

3Jean-Yves Barbier, chercheur en gestion, montre une autre application de la méthode de l’agencement organisationnel de Girin. Dans le cadre d’une recherche-action il applique cette méthode à l’interaction commerciale et plus spécifiquement à la vente de voitures d’occasion. Son objectif est d’analyser le rôle du langage dans l’acte de vente. S’appuyant sur Goffman, il propose le concept de la théâtralisation de l’acte de vente. Observant le vendeur, qui joue sur un continuum improvisation-par cœur, il se pose la question de la capitalisation d’une compétence commerciale essentiellement linguistique. Comment formaliser le langage, tout en laissant à l’improvisation une place nécessaire ? Pour résoudre la question de la codification des connaissances, l’auteur s’appuie sur la notion de « knowing » de Cook et Brown et des théories sur des catégories de la pensée de Vygotski. Concernant le rapport entre langage et activité l’auteur souligne la fonction organisatrice du langage pour l’activité. En particulier, il met l’accent sur l’interaction entre des invariants d’activité comme la formalisation du langage par une bible de vente et l’improvisation.

4Heike Baldauf, linguiste qui s’occupe plus spécialement de l’oral, analyse également le rôle organisateur du langage pour l’activité. Son étude analyse les paroles et les activités des employés d’un bureau dans une petit entreprise allemande. L’objet de l’analyse sont des activités (langagières) répétitives de tous les jours. Outre cette fonction organisatrice de la langue pour l’activité, H. Baldauf identifie le rôle du langage comme outil cognitif. Puis elle observe le cas d’un locuteur seul qui « communique ». Sur la base de la théorie du langage égocentrique de Vygotski, on peut formuler l’hypothèse que les échanges verbaux qui se déploient d’abord en interaction deviennent ensuite un moyen d’organisation psychologique des activités individuelles. Baldauf souligne que cette question doit être l’objet d’une recherche future.

5Monika Dannerer, linguiste, regarde le lien entre langage et activité sous l’angle de l’efficience. Sur la base d’une analyse de la communication dans des réunions d’entreprise dans un grand groupe autrichien, elle propose un modèle de communication efficient qui va au-delà de la quantité d’information transmise, mais reconnaît la nécessité de la communication sociale dans le travail et son importance dans la constitution des collectifs. Dans ce modèle, M. Dannerer identifie des paramètres qui déterminent une communication efficiente. Si la mesure de l’efficience est possible, elle doit s’effectuer relativement aux attentes et aux expériences des participants, pas d’une façon absolue.

6En s’efforçant de préciser les rapports entre langage et activité, ces contributions montrent deux aspects indispensables : l’importance des collaborations et des échanges entre sciences sociales et linguistiques, mais aussi le rôle primordial des collaborations entre chercheurs et acteurs dans les organisations et les entreprises.

Bibliographie

Bibliographie

Alvesson, Mats, 1995, « The meaning and meaninglessness of postmodernism: Some ironic remarks », in Organization studies no 15, 535-563.

Chia, Robert, 1995, « From modern to postmodern organizational analysis », in Organization Studies no 16, 597-504.

Gergen, Kenneth J., 1985, « The social constructions movement in modern psychology », in American Psychologist no 40, 266-275.

Hollway, Wendy, 1989, Subjectivity and method in psychology, London, Sage.

Taylor, James R., 1993, Rethinking the Theory of Organizational Communication: How to Read an Organization, Norwood, New Jersey, Ablex Publishing.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540