Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1b - Variétés et homogénéités

Les marques linguistiques de la polyphonie dans les textes économiques

Une étude contrastive portant sur le portugais européen, le français et l’allemand

Sibylle Sauerwein Spinola

Note de l’éditeur

L’extrait d’article du Süddeutsche Zeitung, p. 157-158, a été reproduit avec l’autorisation du Süddeutsche Zeitung.

Texte intégral

1L’économie étant une donnée essentielle dans le domaine social et politique, une donnée qui détermine de manière significative notre vie, elle concerne tout le monde, et tout le monde en parle à sa façon. Aussi faut-il s’interroger sur la notion de texte économique. Les différentes contributions au présent ouvrage démontrent qu’il n’existe certainement pas un texte économique, mais des façons multiples de parler de sujets économiques et autant de types de textes comme produit final.

2L’étude qui suit porte sur des textes parlant de politique économique qu’on pourra avant tout qualifier de textes de presse. En effet, elle se fonde sur un corpus d’une soixantaine d’articles de la presse portugaise, française et allemande concernant les discussions autour du non-respect du pacte de stabilité et de croissance par la France, l’Allemagne et le Portugal.

3Le présent travail a pour objectif d’analyser ces textes par rapport à un phénomène linguistique général, à savoir la polyphonie. La linguistique textuelle analyse la cohérence des textes à partir de propriétés macrostructurales caractéristiques des genres de discours et de propriétés microstructurales qui assurent l’unité des séquences textuelles (Adam, 1999). Heinemann/Viehweger (1991 : 35) considèrent que l’unité d’une séquence structurée de phrases interprétée comme un texte est assurée par :

  • l’unité du cadre référentiel,

  • l’unité du champ lexical,

  • l’unité de la perspective communicative,

  • l’unité du cadre temporel,

  • l’unité du point de vue global du texte.

4Je voudrais montrer que la notion d’unité de point de vue est à préciser : unité de point de vue ne signifie pas point de vue unique, mais mise en scène cohérente d’une attitude discursive. L’application à des textes économiques français, allemands et portugais de l’appareil théorique du modèle de la polyphonie me permettra de montrer que le mode de prise en charge de la mise en texte devrait être considéré comme un critère tout à fait pertinent de la distinction entre les types de discours sur l’économie.

La théorie de la polyphonie

5Appartenant à l’origine au domaine de la composition musicale, la notion de polyphonie dans son acception linguistique a été forgée d’abord dans l’application à la narration littéraire par Bakhtine. Pour Bakhtine, tout discours est marqué par le dialogisme, en ce sens qu’un discours renvoie toujours à d’autres discours et qu’un texte répond systématiquement à des questions abordées ailleurs. Conçue par O. Ducrot dans son extension au domaine de la langue, la théorie de la polyphonie (linguistique) remet en question le postulat de l’unicité du sujet de l’énonciation.

6Le principe de base de ce modèle est le suivant : une énonciation contient le plus souvent plusieurs points de vue par rapport à son objet. Ces points de vue émanent de différentes voix qui se font entendre dans l’énoncé. En fait, dans cette conception, l’auteur d’un énoncé ne s’exprime pas directement, mais met en scène un certain nombre de « personnages ». Le sens de l’énoncé naît de la confrontation de ces différents « personnages », il résulte du croisement de ces différentes voix qui s’y manifestent (cf. Ducrot, 1990, p. 16).

  • 1 Le terme énonciateur n’est donc pas à prendre au sens culiolien.

7Ces personnages ou énonciateurs1 sont à l’origine des différents points de vue qui s’expriment dans l’énoncé. Le locuteur correspond à celui que l’énoncé présente comme responsable de l’énonciation – donc un autre type de personnage discursif. Il n’est pas à confondre avec le sujet empirique, le sujet parlant qui n’intervient pas dans le sens de l’énoncé.

8Pour comprendre cette distinction entre sujet parlant et locuteur, regardons l’exemple (1). En effet, en Allemagne on trouve fréquemment sur les portes des boulangeries ou des magasins d’alimentation des écriteaux avec deux ou trois têtes de chiens dessinées et l’inscription

  • 2 « Nous devons rester dehors. »

(1) Wir müssen draußen bleiben2.

9Tel que se présente le discours, l’énoncé lui-même, le locuteur correspond aux chiens dessinés. Ce sont eux qui parlent. Or, si disciplinés que soient les chiens allemands, ils ne sont certainement pas à l’origine du petit panneau. Le producteur réel, le sujet parlant est forcément un être humain alors que la marque de la première personne du pluriel, Wir, renvoie bien aux locuteurs canins. De même, dans l’exemple (2), que l’on trouve fréquemment comme affichette sur des voitures à vendre au Portugal :

  • 3 « Je cherche un nouveau propriétaire. »

(2) Procuro novo dono3.

10La marque de la première personne renvoie directement à la voiture.

11Ces exemples permettent de comprendre l’importance qu’il y a à distinguer le producteur de l’énonciation, le sujet parlant, du locuteur inscrit dans l’énoncé par les pronoms et autres marques de la première personne.

12Quant à la distinction entre locuteur et énonciateur, deux types de polyphonie en résultent. D’une part, on peut observer des phénomènes de double énonciation dans le discours. Dans ce cas, deux cadres énonciatifs avec deux locuteurs distincts sont mis en place en parallèle, comme par exemple dans le discours rapporté en style direct :

(3a) Paul m’a dit : « Si Jules continue à me harceler comme ça, je vais devenir chauve et laid ».

13Lorsque ces paroles sont prononcées par une locutrice, il est particulièrement évident que ce n’est pas elle qui risque de devenir « chauve et laid ». La première marque de première personne m’ (Paul m’a dit) renvoie bien à la locutrice présente, tandis que me et je renvoient à Paul.

14Il s’agit d’un exemple de même type dans (3b), prononcé en réplique à une question indiscrète :

(3b) De quoi je me mêle ? Je ne te demande pas non plus l’état de ton compte en banque.

15Dans cet exemple, dans la seconde partie de l’énoncé je renvoie au locuteur et te à son interlocuteur, alors que le premier je désigne l’interlocuteur, ex-locuteur responsable de la question indiscrète. Ce dernier est invité à se poser la question De quoi je me mêle ? Là aussi, on peut donc observer la présence de deux cadres énonciatifs en parallèle.

16Par ailleurs, on remarque que, à côté de ces phénomènes de double énonciation, de nombreuses énonciations avec un seul locuteur marqué dans l’énoncé ne peuvent être interprétées que si l’on attribue un point de vue à un personnage du discours autre que le locuteur. Ainsi, dans l’exemple de Ducrot (1984 : 192) le pronom personnel tu vise dans les deux parties l’interlocuteur et s’oppose au je renvoyant au locuteur dans l’enchaînement :

(4a) – Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit
– Peut-être que tu n’as pas dormi, mais, en tout cas, tu as sacrément ronflé. (Je t’ai bien entendu (ronfler).)

17Il ne peut donc pas s’agir d’une double énonciation. C’est ici qu’intervient la notion d’énonciateur : le locuteur met en place deux énonciateurs distincts dont le premier est assimilé à l’interlocuteur, tandis que le second est pris en charge par le locuteur. Le locuteur s’assimile à ce dernier et communique ce point de vue, qui est au centre de son assertion.

18De même dans

  • 4 « Peut-être que je suis un idiot, mais ça, je le comprends mieux que toi. » (Les apostrophes marque (...)

(4b) Ich bin vielleicht ein ´ Dummkopf, aber ´ das verstehe ich besser als du4.

19Aussi bien peut-être en français que vielleicht en allemand sont des marqueurs fréquemment utilisés pour signaler que le locuteur se détache d’un point de vue qu’il présente sans le prendre en charge, ce qui permet de l’attribuer éventuellement à autrui, comme on l’observe dans (4a) où le cotexte/contexte verbal ne laisse aucun doute quant à cette attribution à l’interlocuteur.

20Il s’agit donc d’énoncés à cadre énonciatif unique qui constituent un lieu de cristallisation d’un dialogue.

  • 5 Une exception à cette systématicité est décrite par Ducrot (1972 : 38) comme « négation descriptive (...)

21Une telle cristallisation de dialogue est systématiquement5 instaurée par la négation. On peut le voir dans la série d’exemples (5). Qu’il apparaisse dans le même tour de parole que la négation ou que le locuteur soit différent, l’anaphorique peut aussi bien renvoyer au second point de vue, qui consiste dans le rejet du premier (5a et b), que reprendre le premier (5c et d) :

(5 a) – Ce mur n’est pas blanc.
– Je le sais.

(5 b) Ce mur n’est pas blanc, ce que regrette mon voisin.
(5 c) Ce mur n’est pas blanc, ce que croit mon voisin.
(5 d) – Ce mur n’est pas blanc.
– Pourquoi le serait-il ?

22L’instruction contenue dans l’énoncé Ce mur n’est pas blanc consiste à faire comprendre à l’interlocuteur que deux points de vue contradictoires sont en jeu, l’un positif, l’autre négatif et que le locuteur s’associe au dernier. L’énoncé n’exprime rien quant à la source du point de vue positif. De même, pour la première partie de l’exemple suivant. L’enchaînement par au contraire ne s’explique que difficilement sans recours à la notion de polyphonie :

(5e) Max n’est pas intelligent. Au contraire, il est bête. (cf. Ducrot, 1990 : 24)

23La bêtise de Max ne peut être présentée comme contraire à pas intelligent. L’emploi de la locution au contraire ne s’explique que par le point de vue sous-jacent à la négation, le point de vue positif qui est nié.

Le texte économique – un type de texte6 ?

  • 6 Type de texte est à comprendre au sens de « Textsorte » de la linguistique textuelle allemande.

24Comme nous venons de le voir, l’aspect fondamentalement polyphonique de l’énonciation permet au sujet parlant de jouer des différents plans énonciatifs disponibles. Certains genres de discours peuvent l’exploiter particulièrement. Tel est parfois le cas en ce qui concerne le texte littéraire où la polyphonie foncière est utilisée pour brouiller les contours entre le dire du narrateur, celui du personnage et le message que l’auteur entend faire passer. Le langage juridique, au contraire, cherche à éviter plutôt les différences de plan : la loi se présente comme valeur absolue, détachée de tout lien avec ses auteurs. Quant au discours journalistique, la déontologie professionnelle impose l’affichage particulièrement clair de toute variation de plan au nom de l’objectivité et de la fidélité aux sources.

25Pour ce qui est du langage économique la question reste posée. Notre hypothèse est cependant que cela dépend du type de texte et qu’il n’existe pas un texte prototypique avec le label texte économique.

26Dans ce qui suit, nous aurons donc affaire à des textes de presse, articles et dépêches d’agence, concernant le pacte de stabilité, et nous verrons quels types de traces de polyphonie apparaissent respectivement dans les trois langues.

Le pacte de stabilité et de croissance dans la presse

27S’il y a forcément derrière chaque texte écrit un sujet parlant, celui-ci n’y apparaît jamais. Les règles de l’objectivité journalistique interdisent au journaliste de se mettre en scène en tant que locuteur. Ce n’est que dans les pages idées ou opinions, où des personnalités externes au journal s’expriment habituellement, que l’on peut trouver une marque de la première personne désignant le locuteur du texte dans sa globalité. Ainsi, quatre économistes écrivent pour défendre leur point de vue dans un « plaidoyer pour le pacte de stabilité » :

(6) Il nous semble que les règles fixées par le Pacte de stabilité et de croissance sont pertinentes et que face à la vindicte générale, elles méritent ce plaidoyer (K. Berger et al., « Plaidoyer pour le pacte de stabilité », Les Échos, 3-4/10/2003).

28Ils soulignent ainsi clairement, d’une part le fait qu’ils n’appartiennent pas à l’équipe journalistique et, d’autre part, qu’ils s’expriment en leur nom propre et assument pleinement ce fait. Mais à part cet exemple précis, dans ce corpus la première personne apparaît uniquement dans des citations – des cas de double énonciation donc.

29Le locuteur global du texte semble avant tout briller par son absence et ce précisément en s’effaçant. Il apparaît par effet de contraste avec les passages multiples où il s’efface au profit du discours d’autrui. Il s’affiche en quelque sorte par la négative (ex. 7) :

  • 7 « Göran Persson, le Premier ministre de la Suède, a rendu l’Allemagne, la France et l’Italie respon (...)

(7a) Schwedens Premierminister Göran Persson hat Deutschland, Frankreich u. Italien für die Schwäche der europäischen Wirtschaft verantwortlich gemacht. Die drei Kernstaaten der Euro-Zone hätten dem Währungsgebiet geschadet indem sie…, warf Persson den großen Volkswirtschaften der Europäischen Union… vor7. (Financial Times Deutschland, 2/9/2003)

30Cet exemple apparaît comme tout à fait représentatif de cette présence négative. Arrivé au verbe du dire suivi de l’indication de la source, le lecteur apprend que le discours rapporté est à attribuer au Premier ministre suédois et, simultanément, ce fait même lui rappelle indirectement que le commentaire qui précède émane du journaliste.

31Le même phénomène est visible dans l’exemple en portugais qui suit :

  • 8 « Les ministres européens des Finances vont se réunir ce soir et mardi à Bruxelles pour tenter de t (...)

(7b) Os ministros europeus das Finanças vão estar reunidos esta noite e terçafeira, em Bruxelas, para tentar encontrar formas de apoiar a economia da União Europeia a sair da actual situação de estagnação económica. Segundo fontes diplomáticas, na reunião de hoje, em Bruxelas, « não se pretende mexer no Pacto de Estabilidade e Crescimento » apesar de,…8 (Expresso on-line, 14/7/2003)

32Et ce n’est pas différent pour le français.

33La citation constitue la manière la plus simple et la plus claire de s’effacer en tant que locuteur, mais aussi de souligner indirectement que le restant du texte n’est imputable qu’à son auteur.

  • 9 Nous traduisons du portugais : « enquadramento interpretativo » (Araújo Carreira, 1988 : 94).
  • 10 « constituem “ilhas” de objectividade aparente » (id. : 93).

34Cependant, le plus souvent la citation se limite à des « îlots de textualité » marqués par des guillemets. Je reprends ce terme à M. H. Araújo Carreira qui décrit la manière dont un locuteur peut entourer de commentaires assurant un « encadrement interprétatif9 » les énoncés rapportés en style direct qui « constituent des “îlots” d’objectivité apparente10 » (Araújo Carreira, 1988). Dans ce cas, des « verbes du dire » font partie du commentaire et servent en même temps de borne, de marqueur de limite du discours d’autrui.

  • 11 Il faut se rappeler que, dans le cadre de la théorie de la polyphonie, toute énonciation est fondam (...)

35En ce qui concerne ce rôle de borne, il est particulièrement important en allemand où ne figurent que très rarement des guillemets, en raison de l’utilisation du mode consacré au discours rapporté, le Konjunktiv I/II. En dehors du verbe introducteur accompagné de son sujet, ce n’est que la forme verbale qui signale que ce discours n’est pas à attribuer au locuteur global du texte. Quant au fait que le verbe introducteur participe de façon significative du commentaire, cela explique que ces mêmes verbes peuvent ne pas introduire un discours autre, mais permettre au locuteur de décrire, voire de qualifier un dire d’autrui. Dans ce cas, il n’y a plus mise en scène d’un cadre énonciatif, ni d’un point de vue, mais description d’un objet qui se trouve être un discours. Le journaliste relate et résume la discussion ambiante (par exemple 1e phrase de 7a). Il assume cette description. Il ne s’agit donc pas d’une configuration spécifiquement polyphonique11.

36Cette fonction qualificative semble constituer la raison de la grande variété de ces verbes introducteurs dans les trois langues. Ainsi, on peut trouver des expressions allant du simple dire, à des expressions qui reflètent toute une palette d’états d’âme. En français, les hommes et femmes politiques, la commission, l’OCDE, mais aussi tout simplement Paris, Bruxelles, Berlin ou Bercy disent, estiment, appellent, jugent, professent, lancent, soulignent, répondent, ajoutent, déclarent, demandent, reconnaissent, lâchent, dénoncent, concèdent, expliquent, assurent, résument, tranchent, constatent, indiquent, se félicitent, nuancent, préviennent, précisent, promettent, rappellent, qualifient, réclament…

37De même, le choix est grand en portugais et en allemand :

(8b) assegurar, negar, realçar, afirmar, sustentar, admitir, acentuar, sublinhar, frisar, acrescentar, lembrar, defender, adiantar, destacar, reafirmar, referir, entender que, explicar, dizer, revelar, acusar, inquirir, considerar, propor, avançar, esclarecer, assumir…

(8c) sagen, betonen, gestehen, hinzufügen, auffordern, fordern, von etw. sprechen, meinen, aufrufen, mahnen, kommentieren, mitteilen, vorwerfen, erklären, unterstreichen, andeuten, ankündigen, einräumen, ermuntern, ablehnen…

38Parfois, des verbes dont le rôle habituel n’est pas d’introduire, mais plutôt de qualifier, deviennent des verbes introducteurs d’un dire au moyen des deux-points combinés avec l’indication d’une source :

(9) Le ministre belge des finances, Didier Reynders, qui avait plaidé dans la matinée pour l’application de sanctions si nécessaire, adoptait le même ton : « Francis Mer nous a donné une forme d’engagement. Mais maintenant, nous avons besoin de chiffres… » (Le Monde, 14-15/9/2003)

39Dans ce cas, la source correspond au sujet du verbe introducteur ou verbe utilisé comme tel. La source du point de vue rapporté, raconté ou mis en scène peut aussi être indiquée au moyen d’autres formules, et ce notamment lorsqu’il n’y a pas qualification du dire d’autrui, mais simple distanciation. Il s’agit de tournures de type selon un tel/d’après un tel en français, segundo X en portugais et laut X, dem so-und-so nach, ou so X en allemand.

40Cependant, cette source peut rester vague, tandis que le journaliste a tout de même besoin de se démarquer ou d’indiquer qu’il a bien une source sérieuse. Dans ces cas précis on trouve en allemand fréquemment le verbe heißen. En tant que verbe du dire, ce verbe est en quelque sorte spécialisé dans cet emploi. En effet, il ne peut être employé que dans une tournure impersonnelle es heißt :

  • 12 « Comme on peut entendre/comme on entend dire parmi les milieux proches du gouvernement »

(10a) Es heißt in Regierungskreisen…12
hieß es in unbestätigten Medienberichten
hieß es in der EU-Kommission

41Ainsi, on peut rencontrer des citations présentées comme précises, au moyen de guillemets par exemple, mais les paroles ainsi rapportées n’ont pas d’origine précise. La personne qui se cache derrière ce locuteur ne peut ou ne doit être identifiée explicitement.

42Une autre expression remplit une fonction semblable en allemand :

  • 13 « à la place, on entendit de France des voix, selon lesquelles… »

(10a’)… stattdessen wurden aus Frankreich Stimmen laut, wonach es…13 (Financial Times Deutschland, 2/9/2003)

43Dans la même situation, le journaliste français va recourir à des expressions comme celles qui suivent :

(10b) précise une source diplomatique
explique une source proche de la présidence européenne ajoute une autre source communautaire
explique un des participants à ces réunions
estime un porte-parole du ministère des Finances néerlandais nuance l’entourage de M. Solbes

44En portugais, on retrouve le même type d’expressions vagues.

(10c) segundo fontes comunitárias
segundo fontes diplomáticas
segundo um porta-voz comunitário
adiantou à agência Lusa fonte comunitária

45Dès que l’on s’éloigne du discours rapporté à proprement parler, c’est-à-dire thématisé en tant que « rapport de discours », l’attribution à une source précise peut être sujette à interprétation. En effet, l’idée peut être plus importante que le fait de provenir de X ou Y. Parfois, le sujet parlant ou l’auteur du texte a intérêt à dégager sa responsabilité, notamment quand il veut caricaturer le point de vue d’autrui. Dans ce cas, il peut représenter un discours où des points de vue se confrontent et laisser à l’interlocuteur/au lecteur le soin d’identifier les sources respectives éventuelles de ces points de vues.

46Ainsi en (11), extrait d’un article qui commente les difficultés de la ministre des Finances portugaise dans l’élaboration du dernier budget, la locutrice qui est citée par le journaliste met en scène des points de vue auxquels elle s’oppose. Trois plans d’énonciation se superposent donc :

  • 14 « La ministre se montre cependant ferme sur le cap qu’elle s’est fixé. “Je reste convaincue que la (...)

(11) A ministra mostra-se, contudo, firme no caminho que traçou. « Mantenhome convicta de que a despesa pública não tem efeitos benéficos. Não se ganham eleições por causa da despesa. A despesa pode ter efeitos benéficos no curto prazo, mas tem efeitos maléficos no médio prazo14 ». (Expresso on-line, 17/10/2003)

47Ici, le journaliste apparaît à travers la qualification de l’attitude de la locutrice citée. Elle-même semble assumer pleinement le rejet du point de vue qu’elle n’attribue cependant pas explicitement à une source. Le contexte politique permet à son auditoire de savoir si ceux qui défendent une politique plus dépensière (le point de vue positif présent « sous » la négation) se trouvent dans son propre parti, dans l’opposition, ou dans les deux ; dans ce dernier cas de figure, ne pas nommer la source du point de vue devient même une nécessité.

48Plus loin, dans le même article, le journaliste la cite de nouveau :

  • 15 « Mais elle maintient que le pays doit réduire son déficit pour des raisons internes et non pas en (...)

(12) Mas mantém que o país tem de reduzir o défice por razões internas e não por causa das recomendações do comissário Pedro Solbes. Em qualquer caso, não aceita que Portugal seja tratado de forma discriminatória nesta matéria em relação a França. Garante que, se isso acontecer, protestará. E acrescenta que, se Paris não cumprir reiteradamente o défice e não for sancionada, « então acho que acabou o Pacto de Estabilidade »15. (Expresso on-line, 17/10/2003)

  • 16 La distinction entre locuteur en tant que tel et locuteur en tant qu’être du monde (Ducrot, 1984 : (...)

49Dans ce passage, au contraire, elle s’engage très fermement en tant que locutrice qui assume sa subjectivité en marquant son discours par acho que (j’estime que). Cette expression semble fonctionner comme marqueur spécifique de l’identification du locuteur à son énonciateur16.

50Dans l’exemple qui suit, le journaliste commente le comportement du gouvernement français et du commissaire européen et ce dans la deuxième partie sous forme de dialogue raconté. Les sources sont clairement indiquées. Ce qui rend cet exemple plus particulier est le fait qu’au-delà de l’indication de la source, le discours du gouvernement français lui est clairement attribué par le simple changement de langue. Dans le texte en allemand, la simple utilisation du mot-phrase français lui confère un statut de « quasi-citation ». À travers la mise en scène de son discours, sous forme de caricature, on semble entendre la voix du gouvernement français :

  • 17 « […] Solbes exige des Français une concession. Il leur demande de réduire la part du déficit qui n (...)

(13) Vermutlich hat Solbes keine andere Wahl, als Paris einen fragwürdigen Handel anzubieten. Frankreich darf die Euro-Defizitgrenze nächstes Jahr ohne Milliardenstrafe erneut überschreiten – nicht zum ersten Mal, nicht zum zweiten Mal, sondern zum dritten Mal hintereinander. Die aktuelle Glaubwürdigkeit des Paktes tendiert damit gegen Null. Um das Regelwerk wenigstens nur angeschlagen in bessere Zeiten zu retten, verlangt Solbes den Franzosen ein Zugeständnis ab. Sie sollen jenen Teil des Defizits reduzieren, der von der Konjunkturschwäche unabhängig ist. Und was antwortet Paris auf dieses großzügige Angebot ? Non !17 (Süddeutsche Zeitung, 3.11.2003)

  • 18 certes… mais

51Dans les trois langues les moyens utilisés pour mettre en place des points de vue autres que celui du locuteur sont multiples. Outre la négation, que l’on trouve dans les trois langues, des marqueurs apparaissent tantôt dans l’une, tantôt dans l’autre langue. Ainsi, on observe la mise à distance à travers le conditionnel, en français ou en portugais, et le Konjunktiv II, en allemand, en combinaison avec un verbe de modalité. De même, des connecteurs comme zwar… aber18, qui indique que le premier point de vue est seulement accordé sans être pris en charge par le locuteur, ou puisque, qui sert à attribuer le point de vue qu’il introduit parallèlement au locuteur et à l’interlocuteur, permettent au locuteur de moduler sa prise en charge de certains éléments présents dans son discours.

52Ce qui semble important pour notre problématique générale, c’est le constat que ces moyens qui sortent du discours rapporté et de la description d’apparence neutre d’un dire d’autrui sont absents des dires du journaliste, lorsque l’article se présente comme informatif. On les trouve, soit à l’intérieur des discours rapportés, des citations ou des interviews, où ils sont attribués à la responsabilité du locuteur dont le discours est présenté, soit dans des articles de type commentaire (d’ailleurs signés) où le journaliste sort de sa réserve pour assumer en son nom propre la perspective plus personnelle qu’il présente.

53On peut donc penser que la forme précise que revêt la polyphonie est révélatrice du type de texte dont il s’agit.

Conclusion

54La réponse à la question de savoir s’il existe des marquages de la polyphonie spécifiques à une des trois langues présentes dans le corpus, semble être négative, à part peut-être de petits phénomènes « locaux » de différences dans le lexique. Le verbe heißen comme verbe du dire en constitue un exemple. Ce résultat reste à confirmer par l’analyse d’autres types de corpus.

55En ce qui concerne le « texte économique » plusieurs constats s’imposent.

  • 19 « argumentatif » est à comprendre au sens de la linguistique textuelle qui permet de distinguer ent (...)

56Si l’on accepte d’intégrer sous cette étiquette le texte de presse parlant d’économie, il faut distinguer l’article descriptif d’information sur les données économiques ou sur la politique économique du commentaire (éditorial, article de fond) qui aura un caractère plus argumentatif19. L’analyse du corpus permet d’affirmer que l’article informatif utilise de façon assumée avant tout les formes de polyphonie qui correspondent à un « rapport de discours » affiché comme tel ; les formes où le point de vue d’autrui est mis en place de manière plus insidieuse étant réservées aux locuteurs dont le discours est « manifestement » rapporté. L’auteur a tendance à se retrancher derrière le dire d’autrui. On trouve énormément de citations et la qualification des faits décrits passe avant tout par le choix des verbes introducteurs de discours, sinon tout simplement par le choix des discours rapportés.

57Le commentaire, l’article de fond ou l’éditorial concernant la situation ou la politique économique, en revanche, emploient tout type de mise en scène polyphonique, étant donné que le journaliste y affiche son propre engagement derrière sa parole. Dans ce type d’article de presse, l’auteur sort de manière assumée du rôle habituel qui se réduit à la transmission de l’information.

58Un rapide sondage en dehors de ce corpus d’analyse permet d’avancer quelques hypothèses sur d’autres formats de textes économiques.

59Qu’il s’agisse d’un manuel d’économie, où l’on trouvera tout au plus quelques citations des auteurs dont les grandes théories sont issues, ou du site officiel (plurilingue) de l’Union Européenne, le « langage économique » semble s’apparenter au langage juridique, d’apparence assez aseptisé où les traces de la polyphonie sont rares. Si l’on considère que la publicité d’une banque ou la présentation du bilan annuel d ‘ une grande entreprise pour ses actionnaires constituent des « textes économiques », on pourra observer que les moyens polyphoniques employés s’y apparentent plutôt à ceux que l’on trouve dans le commentaire, bref à ceux du texte argumentatif.

60Ce qui caractérise ces types de textes semble être moins le fait qu’ils traitent d’économie que leur finalité. Ainsi, les formes de polyphonie attestées sont révélatrices du rôle que l’auteur entend jouer à travers son texte et, de ce fait, elles assurent une fonction distinctive essentielle dans la définition des séquences textuelles relevées dans notre corpus.

Bibliographie

Bibliographie

Adam, Jean Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Araújo Carreira, Maria Helena, 1988, « Subjectividade enunciativa e discurso relatado : contribuição para o desenvolvimento de um método de análise », in Actas do III° Encontro da Associação Portuguesa de Linguística, Lisboa, Associação Portuguesa de Linguística.

Bakhtine, Mikhaïl, 1977, Le Marxisme et la philosophie du langage : essai d’application de la méthode sociologique en linguistique, Paris, Éditions de Minuit [édition originale : Leningrad, 1929, sous le nom de Volochinov].

Cortès, Colette/Sauerwein Spinola, Sibylle, 2002, « Auf Deutsch gesagt, Polyphonie », in Baudot, Daniel (éd.), Redewiedergabe, Redeerwähnung, Tübingen, Stauffenburg Verlag (Eurogermanistik n ° 17) p. 15-26.

Ducrot, Oswald, 1972, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.
— 1984, Le Dire et le dit, Paris, Minuit.
— 1990, Polifonía y Argumentación, Cali, Editions de l’Université de Cali, Colombie.
— et al., 1980, Les Mots du discours, Paris, Minuit.

García Negroni, Maria Marta/Sauerwein Spinola, Sibylle, 2003, « Particules et prosodie. À propos de certaines répliques de disqualification et de confirmation en espagnol et en allemand », in Cortès, Colette/Laurian, Anne-Marie (éds), Dictionnaires bilingues et interculturalité, Berne, Peter Lang (Études contrastives, vol. 5), p. 139-160.

Heinemann, Wolfgang/Viehweger, Dieter, 1991, Textlinguistik. Eine Einführung, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Sauerwein Spinola, Sibylle, 2005, « Le questionnement au moyen de wieso : polyphonie et argumentation dans la question partielle », in Rossari, Corinne et al. (éd.), Les états de la question, Québec, Nota bene (Langue et pratiques discursives), p. 129-145.

Todorov, Tzvedan, 1981, Mikhaïl Bakhtine : le principe dialogique, suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine, Paris, Seuil.

Notes

1 Le terme énonciateur n’est donc pas à prendre au sens culiolien.

2 « Nous devons rester dehors. »

3 « Je cherche un nouveau propriétaire. »

4 « Peut-être que je suis un idiot, mais ça, je le comprends mieux que toi. » (Les apostrophes marquent les mots accentués particulièrement.)

5 Une exception à cette systématicité est décrite par Ducrot (1972 : 38) comme « négation descriptive », un type de négation rare qui n’instaure pas la dissociation entre deux énonciateurs. Il semble remarquable que la traduction de son exemple, prototypique dans un certain contexte (« Il n’y a pas un nuage au ciel. »), correspondrait dans ce même contexte à une lexicalisation en allemand – qui fait donc disparaître la négation : « Der Himmel ist wolkenlos ».

6 Type de texte est à comprendre au sens de « Textsorte » de la linguistique textuelle allemande.

7 « Göran Persson, le Premier ministre de la Suède, a rendu l’Allemagne, la France et l’Italie responsables de la faiblesse de l’économie européenne. “Les États centraux de la zone euro ont nui à toute la zone de la monnaie unique en…”, a-t-il reproché aux grandes économies de l’Union Européenne. » La question de la traduction la plus adéquate pour le Konjunktiv I/II mérite une étude approfondie et ne sera donc pas résolue ici (cf. Friess/sauerwein, 2004).

8 « Les ministres européens des Finances vont se réunir ce soir et mardi à Bruxelles pour tenter de trouver des formes de soutien à l’économie européenne, afin de sortir de la situation actuelle de stagnation économique. D’après des sources diplomatiques, “on n’a pas l’intention de toucher au pacte de stabilité et de croissance” dans la réunion d’aujourd’hui à Bruxelles, bien que… »

9 Nous traduisons du portugais : « enquadramento interpretativo » (Araújo Carreira, 1988 : 94).

10 « constituem “ilhas” de objectividade aparente » (id. : 93).

11 Il faut se rappeler que, dans le cadre de la théorie de la polyphonie, toute énonciation est fondamentalement polyphonique, mais ce n’est que dans certaines configurations que ce trait de base apparaît de façon plus spécifiquement visible.

12 « Comme on peut entendre/comme on entend dire parmi les milieux proches du gouvernement »

13 « à la place, on entendit de France des voix, selon lesquelles… »

14 « La ministre se montre cependant ferme sur le cap qu’elle s’est fixé. “Je reste convaincue que la dépense publique n’a pas d’effets bénéfiques : on ne gagne pas les élections grâce à la dépense. La dépense peut avoir des effets bénéfiques à court terme, mais elle a des effets négatifs à moyen terme” ».

15 « Mais elle maintient que le pays doit réduire son déficit pour des raisons internes et non pas en raison des recommandations du commissaire Pedro Solbes. Dans tous les cas, elle n’accepte pas qu’en la matière le Portugal soit traité de manière discriminatoire par rapport à la France. Elle assure que, si tel était le cas, elle protesterait, et ajoute que, si de nouveau Paris n’accomplit pas [les recommandations sur] le déficit sans être sanctionné, “alors j’estime que le Pacte de Stabilité n’existe plus” ».

16 La distinction entre locuteur en tant que tel et locuteur en tant qu’être du monde (Ducrot, 1984 : 199 et sqq.), que nous n’avons pas introduite dans la présente étude pour des raisons d’espace, permet de mieux cerner cette « expression de subjectivité » : en fait, cette expression indique que ce point de vue appartient en plus spécifiquement au locuteur en tant qu’être du monde.

17 « […] Solbes exige des Français une concession. Il leur demande de réduire la part du déficit qui ne dépend pas de la faiblesse conjoncturelle. Et que répond Paris à cette offre généreuse ? NON ! »

18 certes… mais

19 « argumentatif » est à comprendre au sens de la linguistique textuelle qui permet de distinguer entre texte descriptif, narratif et argumentatif (cf. Adam, 1999 ou Heinemann/Viehweger, 1991).

Auteur

Université Paris 7 – Denis Diderot, C.I.E.L.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540