Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1b - Variétés et homogénéités

Discours économique : variétés intralinguistiques et différences contrastives

Bernd Spillner

Texte intégral

11. Si l’on aborde le sujet Langue, Économie, Entreprise, on traite un sujet pluridisciplinaire qui s’insère, du point de vue linguistique, dans le domaine des langues de spécialité, des discours spécifiques, un domaine qui a une longue tradition scientifique. Dès l’Antiquité et le Moyen Âge nous avons des recueils et des trésors de termes scientifiques et techniques pour aboutir aux nomenclatures des sciences naturelles au XVIIIe siècle. Et en ce qui concerne la communication technique dans le sens moderne, ce sont, au début du XXe siècle en Allemagne, le Verein deutscher Ingenieure et le Verein deutscher Elektrotechniker qui s’occupent, systématiquement et de façon sérieuse, de la normalisation du vocabulaire technique. Ce sont ces activités qui vont se manifester plus tard, dans les institutions nationales comme par exemple le DIN, Deutsches Institut für Normung en Allemagne et l’AFNOR, Association Française de Normalisation en France. Tout ceci se fait uniquement au niveau de la terminologie et dans la plupart des cas sans la moindre collaboration de linguistes.

21.1. Quant à la tradition des recherches portant sur la langue de l’économie, elle commence dans les années trente du XXe siècle avec les conceptions d’une Wirtschaftslinguistik (Messing, 1932 ; Vančura, 1934 ; Drozd, 1978 ; Spillner, 1990) et même d’une Wirtschaftsgermanistik (Siebenschein, 1936). Elle débute dans les pays comme la Tchécoslovaquie, les Pays-Bas, le Danemark, dans des pays où existe l’institution de Handelshochschulen (l’équivalent en France serait les Sups de Co), institutions où l’on s’occupe, entre autres, de la communication dans le commerce extérieur.

3L’avantage de ces initiatives : ce sont des linguistes qui mènent les recherches, et le champ d’investigation ne se limite pas à la seule terminologie, mais inclut tous les niveaux de la communication. Et ces linguistes avaient déjà une conception très précise de l’importance de la langue pour le commerce national et international.

4Messing, lors du Premier Congrès International de Linguistes en 1928, l’exprime très clairement :

  • 1 « Une nouvelle tâche est exigée de la linguistique : l’interprétation du monde de l’économie. Que l (...)

Von der Sprachwissenschaft wird neue Arbeit gefordert, die Deutung der wirtschaftenden Welt. […] Wissenschaftliche Aufklärung auch der wirtschaftenden Kreise über die Sprache ist mehr denn je notwendig. […] Als Arbeitsleistung – Sprech-und Schreibhandlung – ist die Sprache geradezu der allerwichtigste Produktionsfaktor überhaupt. […]
Die geordnete Zusammenfassung der Ergebnisse der wirtschaftssprachlichen Forschung ergibt eine unvergleichliche Deutung des überall von wirtschaftlichen Interessen beherrschten nationalen Denkens.
Die Wissenschaft von der Wirtschaftssprache wird zur Nationenwissenschaft1. (Messing, 1928 : 140-142)

5Malheureusement, cette conception fructueuse d’une collaboration entre linguistique et économie n’a pas été poursuivie pendant de longues années. On peut supposer quelles sont les raisons de ce défi manqué de part et d’autre des deux disciplines concernées.

61.1.1. D’une part, l’économie générale aussi bien que la gestion ont longtemps sous-estimé, voire complètement ignoré le facteur productif du côté linguistique, le rôle de la communication pour le commerce extérieur, la négociation d’entreprise, pour la traduction de la documentation technique, pour la correspondance commerciale, pour la publicité, etc.

71.1.2. D’autre part, la Wirtschaftslinguistik était encore largement orientée vers des recherches purement historiques de la langue économique (Peter, 1973 : 19).

8Plus tard, l’avènement du structuralisme descriptif et encore plus de la grammaire générative, faisant abstraction de la langue naturelle, empêchaient l’analyse de la communication pragmatique surtout dans ce domaine appliqué qu’est le discours économique. Il faut avouer aussi que, lorsque la linguistique commençait, vers 1980, à analyser systématiquement les langues de spécialité, elle s’appuyait sur une définition trop étroite pour faire face au discours économique. On partait souvent de la définition de Lothar Hoffmann selon laquelle une langue de spécialité serait

  • 2 « l’ensemble des moyens langagiers utilisés dans un domaine de communication spécialisé pour assure (...)

[…] die Gesamtheit aller sprachlichen Mittel, die in einem fachlich begrenzten Kommunikationsbereich verwendet werden, um die Verständigung zwischen den in diesem Bereich tätigen Menschen zu gewährleisten2. (Hoffmann, 1984 : 53)

9Cette définition ne tient pas compte de quelques composantes assez importantes du discours économique : l’existence d’éléments non verbaux, de données pragmatiques et culturelles et des discours entre experts et non-experts. Il convient donc d’élargir la conception des langues de spécialité pour saisir de façon plus large les particularités de la communication économique.

101.2. Étant donné son importance dans le commerce national et international, la langue économique joue un rôle primordial dans le domaine des langues de spécialité. Ce rang est clairement démontré par la demande dans l’enseignement des langues étrangères. Parmi les cours d’allemand spécifique offerts par le Goethe-Institut, c’est l’enseignement de la langue économique qui est de loin en tête. La situation n’est pas différente quant aux cours de l’Alliance Française et des Instituts Français à l’étranger. Et la réputation de l’enseignement de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris ne s’est pas faite pour la langue littéraire mais pour ses cours de français des affaires.

11L’enseignement de la langue économique à des apprenants étrangers exige des analyses linguistiques préalables des particularités du discours économique.

122. Malheureusement, il faut constater un déficit dans la recherche linguistique consacrée à la communication économique.

13Des tentatives prometteuses existent tout de même pour l’allemand (cf. à titre d’exemple Siebenschein, 1936 ; Desmet, 1979 ; Borgulya, 1988 ; Pákozdi, 1989), mais aussi pour l’anglais (Wendt, 1960 ; Gallais-Hammono, 1980, 1982 ; Gläser, 1988) et jusqu’à un certain point même pour le russe (par exemple Nagorr/Seifert, 1972).

14Certes, pour le français, on dispose d’une certaine quantité de travaux ; ils ne concernent néanmoins que des aspects partiels du discours économique. Au premier plan, il s’agit d’analyses purement terminologiques (par exemple Fugger, 1988), les unes ayant une orientation statistique et les autres servant d’outils pratiques pour la traduction (Servotte, 1963 ; Potonnier/Potonnier, 1970 ; Haensch/Renner, 1971 ; Desmet, 1979, Haefner, 1982 ; Bernard/Colli/Walrafen, 1989), ou bien de dictionnaires spécialisés de sciences économiques.

15En outre, il existe une étude historique relativement détaillée de Kaehlbrandt (1989).

16À cela, il faut ajouter série de manuels didactiques de correspondance commerciale (par exemple Ilgenfritz/Sachs, 1974 ; Godfrin, 1985). Seule la recherche synchronique importante d’Ihle-Schmidt (1983 : 42) se donne pour tâche

[…] d’analyser la langue économique française et de l’examiner du point de vue des divergences par rapport à la langue française commune.

17Cependant, l’objet de cette analyse se limite à la « communication économique » sur le plan théorico-scientifique, et plus précisément à « la communication économique écrite » (1983 : 43). Le corpus textuel provient de la partie économique d’un quotidien (Le Monde), de magazines spécialisés (Revue Économique, L’Expansion, Économie et Statistique, etc.) et de plans annuels économiques d’État. Il s’agit donc d’une limitation considérable de la « langue économique ».

18D’un point de vue méthodologique, on peut objecter que la comparaison envisagée avec la langue commune est uniquement réalisée au niveau de la terminologie (et cela non pas en tant que comparaison textuelle, mais en comparant des listes de fréquence par rapport à la langue commune). Pour les autres niveaux linguistiques, on n’effectue de comparaisons qu’à l’intérieur de corpus textuels partiels de langue économique et non pas par rapport à la langue commune ou à d’autres langues de spécialité. Par conséquent, on ne peut pas savoir précisément si les résultats obtenus sont typiques :

  • de la langue française ou

  • de la langue économique française ou

  • de la langue économique universelle ou

  • de toutes les langues de spécialité françaises ou

  • des types de texte analysés, etc.

19Les résultats ne sont donc pas probants pour la recherche scientifique en langue de spécialité ; dans le meilleur des cas les listes terminologiques et phraséologiques s’avèrent utiles pour l’enseignement des langues de spécialité.

20Avant que des analyses descriptives de la langue économique française ne puissent être avancées, il est indispensable de déterminer l’objet de l’analyse et de préciser les étapes méthodiques de comparaison.

21Dans les analyses de discours économique, on part normalement d’idées a priori concernant la langue de spécialité par rapport à la langue commune. Dans l’étude déjà mentionnée, Ihle-Schmidt (1983 : 22-24) résume les caractéristiques de la langue économique de la façon suivante :

  • tendance à la plus haute précision possible dans une langue de spécialité

  • tendance à éviter l’ambiguïté et à chercher la monosémie

  • tendance à la concision et à l’économie linguistique

  • tendance à l’objectivité et à la neutralité.

22Ces tendances sont attestées entre autres par des relations dénominatives biunivoques (à un seul terme ne correspond qu’un seul objet et vice versa), par la fréquence très réduite de la première et de la deuxième personne, par le manque de redondance, de décor verbal et de moyens linguistiques appréciatifs et subjectifs (impératif, adverbes de modalité, interrogation, exclamation, subjonctif, etc.).

23De manière analogue, Wimmer (1982 : 17) résume les traits que l’on attribue à la langue de spécialité/langue scientifique par rapport à la langue commune :

Langue scientifique et de spécialité

Langue commune discours ordinaire

précision

indétermination

univocité dénominative

ambiguïté

économie

redondance

invariance situationnelle

multiplicité situationnelle

rapport à la matière/

multiplicité thématique/

à l’objet

évaluation

niveau théorique

quotidienneté

24Kocourek, lui aussi, constate que la « langue de spécialité » a généralement une tendance à éviter les éléments personnels et affectifs :

Elle vise l’idéal de l’intellectualisation, c’est-à-dire, la précision sémantique, la systématisation conceptuelle, la neutralité émotive, l’économie formelle et sémantique ; elle a donc tendance […] à neutraliser ou à contenir l’émotivité, la subjectivité. (Kocourek, 1991 : 41).

25Il semble douteux que de telles comparaisons antithétiques puissent résister à une vérification empirique.

26Il s’agit plutôt d’idées préconçues qui, à la rigueur, indiquent quelques tendances communicatives dans les textes de spécialité. En plus, ces tendances caractérisent les discours spécifiques des sciences naturelles plutôt que la langue économique.

27La même remarque vaut pour une division verticale, par laquelle on essaie normalement de classifier les discours de spécialité en quatre niveaux différents :

  1. Theoriesprache, Wissenschaftssprache (selon le degré d’abstraction)

  2. Fachsprache (selon le contenu informatif)

  3. Verteilersprache, Verkäufersprache, Verbrauchersprache (selon le type communicatif)

    • 3 « 1. Langue de la théorie, langage scientifique ; 2. Langue de spécialité ; 3. Langue des diffuseur (...)

    Werkstattsprache, Werkstättensprache, Betriebssprache, Produktionssprache3 (selon le lieu) (cf. Ischreyt, 1965 : 39-45 ; Hoffmann, 1984 : 64-65 ; Möhn/Pelka, 1984 : 38 ; Beier, 1980 : 24-26).

28De façon analogue Hoffmann (1984 : 70) procède à une distinction hiérarchique en cinq niveaux avec un degré de spécificité linguistique en ordre décroissant :

  • Sprache der theoretischen Grundlagenwissenschaften

  • Sprache der experimentellen Wissenschaften

  • Sprache der angewandten Wissenschaften und der Technik

  • Sprache der materiellen Produktion

    • 4 « Langue de la science théorique fondamentale, langue des sciences expérimentales, des sciences app (...)

    Sprache der Konsumtion4.

29Il n’est pas certain qu’un tel modèle hiérarchique convienne à l’analyse du discours économique qui est considéré comme spécialement hétérogène (cf. par exemple Fluck, 1977 : 33). L’École de Prague faisait déjà une distinction de la langue économique en domaines tout à fait disparates, par exemple :

  1. Sprache der Handelskorrespondenz

  2. Terminologie der Praxis des Geld-und Warenhandels

  3. Sprache der ‚Wirtschaftswissenschaften’

  4. Börsensprache

    1. gesprochen

    2. geschrieben

    • 5 « Langue de la correspondance commerciale ; Terminologie de la pratique commerciale (monnaies et ma (...)

    Annoncen-, Telegramm-und Reklamesprache5 (Gutkind, 1931 : 385 f.)

30Ici, il ne s’agit pas d’une hiérarchie verticale (selon le niveau terminologique, le degré d’abstraction, etc.), mais d’une différence de styles fonctionnels utilisés selon des besoins communicatifs très variés. Il en résulte la constatation qu’une langue homogène du domaine économique n’existe pas :

  • 6 « La langue de spécialité de l’économie ne présente cependant aucune homogénéité. Son degré d’élabo (...)

Die wirtschaftliche Fachsprache ist jedoch keineswegs homogen. Der Grad ihrer ‚Elaboriertheit’ sinkt von der reinen Theoriesprache wirtschaftswissenschaftlicher Literatur über die wissenschaftliche Umgangssprache unter Fachkollegen und den Fachjargon bis ‚ hinab’ zur wirtschaftsjournalistischen Sprache in der Tagespresse6 (Fluck/Ferbach/Waldrich, 1975 : 166)

31Ce résultat d’un manque de discours économique homogène, cette

  • 7 « cette constatation que La langue de l’économie, qu’Une langue spécifique de l’économie n’existe p (...)

[…] Feststellung, dass es die Sprache der Wirtschaft, dass es eine Fachsprache Wirtschaft eigentlich nicht gibt […]7 (Fluck, 1977 : 39)

32a eu pour conséquence que, jusqu’à présent, nous ne disposons pas d’analyses suffisamment approfondies de types de textes du domaine économique. La constatation que Reboullet exprimait dans le titre d’un article en 1971 est toujours valable : « Le français des affaires reste à faire » (Reboullet, 1971).

333. S’il est difficile d’affronter une langue économique globale et homogène, il convient de répertorier, dans une langue donnée, les types discursifs qui sont régulièrement utilisés. Il s’agit donc d’analyser les variétés intralinguistiques, les types de textes avec leurs structures linguistiques, l’emploi de structures syntaxiques (par exemple passif, constructions interrogatives), phraséologismes, les moyens stylistiques utilisés (par exemple parallélismes, antithèse, métaphore), les procédés argumentatifs, les conventions terminologiques, les données pragmatiques, etc.

343.1. Les variétés intralinguistiques apparaissent tout de suite, lorsqu’on part des divers actes communicatifs employés dans le domaine économique, par exemple :

Formel

informel

établir une facture

donner un conseil lors d’un repas d’affaires

par écrit

oral

rédiger un contrat de vente

conseiller un client ; téléphoner dans un service après-vente

productif

réceptif

rédiger un appel d’offre lire une notice boursière

écouter un rapport moral

public

privé

insérer une publication dans le registre de commerce ; publier une annonce publicitaire

discuter un prix

en langue de spécialité

en langue commune

rédiger un texte de droit commercial ; traduire le mode d’emploi d’un appareil, etc.

convaincre un client des qualités d’un produit

35Il y a bien sûr des étapes intermédiaires et des transitions entre les actes communicatifs liés à l’économie. Ce fait est notamment illustré par la documentation technico-économique puisque celle-ci se compose aussi bien de modes d’emploi techniques (rédigés dans une langue très spécialisée) pour les experts, installateurs ou employés de services après-vente, que de modes d’emploi destinés aux consommateurs (avec un haut degré d’intelligibilité).

36Les textes d’économie générale sont surtout caractérisés par un haut degré d’abstraction, de « terminologisation » et de rigueur d’argumentation dans le domaine de la législation.

37Voir par exemple la complexité syntaxique, la répétition lexicale et la division en paragraphes textuels dans un texte de droit commercial :

Vierter Abschnitt. Handelsbücher
§ 38. [Buchführungspflicht]
(1) Jeder Kaufmann ist verpflichtet, Bücher zu führen und in diesen seine Handelsgeschäfte und die Lage seines Vermögens nach den Grundsätzen ordnungsmäßiger Buchführung ersichtlich zu machen.
(2) Er ist verpflichtet, eine mit der Urschrift übereinstimmende Wiedergabe der abgesandten Handelsbriefe (Kopie, Abdruck, Abschrift oder sonstige Wiedergabe des Wortlauts auf einem Schrift-, Bild-oder anderen Datenträger) zurückzubehalten.

  • 8 « Quatrième section. Livres de comptes
    § 38. [Obligation de tenir des livres de comptes] (1) Tout co (...)

§ 39. [Inventar, Bilanz] (1) Jeder Kaufmann hat bei dem Beginne seines Handelsgewerbes seine Grundstücke, seine Forderungen und Schulden, den Betrag seines baren Geldes und seine sonstigen Vermögensgegenstände genau zu verzeichnen, dabei den Wert der einzelnen Vermögensgegenstände anzugeben und einen das Verhältnis des Vermögens und der Schulden darstellenden Abschluss zu machen. (Handelsgesetzbuch)8

38Un haut degré d’abstraction verbale et de formalisation, lié à l’usage de modèles schématiques se rencontre aussi dans des manuels théoriques d’économie générale, par exemple :

La création de monnaie par les banques
Lorsqu’une banque commerciale accorde un crédit à un particulier ou à une entreprise, elle le fait sans disposer de la somme correspondante en monnaie centrale dans ses caisses. Elle inscrit simplement au crédit du compte de son client le montant du prêt accordé : il y a alors création de monnaie scripturale.
Les banques ne prêtent pas la monnaie qu’elles reçoivent en dépôt. Elles créent la monnaie qu’elles prêtent : ce sont donc les crédits qui font les dépôts.
Lorsque le crédit est remboursé, la quantité de monnaie en circulation diminue d’autant (il y a destruction de monnaie) mais avant cette destruction, le crédit aura permis une multiplication de la création monétaire par le mécanisme du multiplicateur de crédit, ce qui induit une croissance continue de la masse monétaire (la création de monnaie s’avère en effet toujours supérieure à sa destruction).

Schéma de la création monétaire par les banques

Schéma de la création monétaire par les banques

A. Beitone/J.-P. Guidoni/A. Legardez, Économie générale, Paris, 1988 : 81

39Par contre, si de tels manuels sont rédigés dans un but de vulgarisation, de diffusion du savoir, ils comportent des éléments stylistiques et journalistiques :

  • 9 « La différence des parcours des courbes d’offre et de demande en réponse aux variations des prix n (...)

Aus den unterschiedlichen Verläufen der Nachfrage-und der Angebotskurve als jeweilige Reaktionen auf verschieden hohe Preise gewinnen wir folgende Erkenntnis:
Der Preis bestimmt Angebot und Nachfrage. Ein sinkender Preis drängt das Angebot zurück, verstärkt jedoch die Nachfrage, ein steigender Preis hingegen erhöht das Angebot und drängt die Nachfrage zurück.
Wir werden unten sehen, dass nicht nur Angebot und Nachfrage vom Preis abhängen, sondern dass umgekehrt auch der Preis wesentlich von Angebot und Nachfrage bestimmtwird.
Gleichgewichtspreis
Nachdem wir festgestellt haben, wie sich Angebot und Nachfrage bei einem angenommenen Preis verhalten, können wir nun durch die Kombination der beiden Funktionen erklären, wie sich unter den gegebenen Umständen der tatsächliche Wettbewerbspreis bildet, wie viel zu diesem ‚ Marktpreis’nachgefragt und wie viel angeboten wird.
Dazu fassen wir jetzt Angebot und Nachfrage unseres angenommenen Marktes in einer Tabelle und in einem Diagramm zusammen9.

  • 10 « Essayons alors de nous rapprocher progressivement du prix tel qu’il s’établira vraisemblablement (...)

Versuchen wir nun, uns von den beiden Extremsituationen, 5,-und 1,-DM, her an den Preis heranzutasten, der sich wahrscheinlich auf unserem Markt bilden wird. Stellen wir die Frage:
Würde sich ein Preis von 5,-DM auf die Dauer halten können ? Bei ihm werden 110 Pfund Butter angeboten, jedoch nur 10 Pfund von „ betuchten“Käufern nachgefragt. Die restlichen 100 Pfund Butter bleiben liegen, oder die Verkäufer gehen mit ihren Preisforderungen zurück und locken so zusätzliche Kundschaft an.
Daraus folgt : Liegt das Angebot über der Nachfrage, so sinkt der Preis10.
(Harten, Peter, 1987 : 119)

  • 11 « Prix en hausse/en baisse ».
  • 12 « d’acheteurs aux revenus confortables ».
  • 13 « Essayons alors » ; « Un prix pourrait-il se maintenir ? »

40Dans ce texte, il y a des éléments didactiques (typographie/lettres en caractères gras ; subdivision en paragraphes ; antithèses : « Ein sinkender Preis…, ein steigender Preis… »11 ; peu de termes techniques) aussi bien que des éléments journalistiques (métaphores : « von ˶betuchten″ Käufern »12 ; pronoms personnels de la troisième personne : « wir » ; formule appellative à l’adresse du lecteur : « Versuchen wir nun » ; « Würde sich ein Preis… halten können ? »13).

41Si l’on inclut la publicité du produit dans la communication économique – ce qui est tout de même légitime –, on répertorie des phases de transition, qui vont de la langue de spécialité rigoureusement technique ou juridique aux conseils-client en langue familière dans la publicité par annonce ou bien à la télévision pour aboutir à l’usage des moyens stylistiques littéraires et poétiques.

42Voir, par exemple, le mélange de termes techniques, d’éléments publicitaires et d’éléments de la langue parlée dans un texte tiré d’un catalogue de vente par correspondance :

  • 14 « Blazer léger pour l’été, qui peut aussi super-bien se combiner avec un jean. Boutonnage croisé, a (...)

Sommerlicher Leichtblazer, der auch zu Jeans super kombinierbar ist. Doppelreihig geknöpft, mit 2 großen aufgesetzten Taschen. Fließende Qualität : aus 63 % Viskose, 37 % Polyester. Länge ca. 76 cm.
Shift-Kleid mit modischen Knöpfen, Schulterklappen, Polstern und sportivem Gehschlitz mit Riegel. Attraktiver Crash aus reiner Baumwolle. Länge ca. 112 cm. Ohne Gürtel14.

43Les différences intralinguistiques dans le domaine du discours économique exigent des analyses différenciées en fonction des types de texte plutôt qu’une description globale.

443.2. Aux variétés intralinguistiques s’ajoutent des différences textuelles selon la conception d’une linguistique contrastive. Malgré certaines tendances à une globalisation de la communication économique, dues à la croissance des échanges économiques internationaux, on peut constater beaucoup de contrastes interlinguistiques, voire interculturels.

453.2.1. Un contraste très remarquable concerne l’existence, la fréquence ou la fonction de certains types de texte. Dans la correspondance commerciale il existe les types de texte, « Eingangsbestätigung »/ « Accusé de réception » et « Zwischenbescheid »/ « Réponse (Avis) préliminaire » qui attestent des différences interculturelles. Leurs fonctions sont bien décrites dans les manuels pratiques de correspondance commerciale, par exemple :

Si la commande n’est exécutée qu’au bout d’un certain délai, le fournisseur en accusera également réception. (Ilgenfritz/Sachs, 1974 : 63)

46Même si l’information de ce type de texte peut être très brève, elle est pourtant attendue par le commerçant qui a passé une commande. On trouve effectivement très souvent des lettres modèles dans les guides d’art épistolaire, par exemple :

Accusé de réception d’une commande.
Monsieur,
Nous sommes en possession de votre lettre du 7 courant et vous remercions de la commande que vous avez bien voulu nous passer.
Les marchandises seront expédiées, selon vos instructions, en grande vitesse et vous les recevrez sans doute avant la fin de la semaine.
[…]
Nous sommes très heureux d’entrer en relations d’affaires avec vous et espérons que vous aurez toute satisfaction de ce premier envoi. Soyez assuré que par la suite nous ferons tous nos efforts, aussi bien en ce qui concerne la fabrication que l’expédition, pour justifier la confiance que vous nous accordez.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations empressées. (Chauffurin, 1954 : 306sqq)

47Il en est de même pour le type de texte « réponse préliminaire » dont la fonction et la nécessité sont décrites en détail dans les manuels spécialisés, par exemple :

  • 15 « Réponse préliminaire
    Une réponse préliminaire est utile lorsqu’on peut prévoir que le traitement d (...)

Zwischenbescheid
Ein Zwischenbescheid ist sinnvoll, wenn abzusehen ist, dass die Bearbeitung eines Vorganges längere Zeit in Anspruch nehmen wird, und man den Geschäftspartner nicht so lange warten lassen will. Mit einem Zwischenbescheid vermeidet man zudem Kundenanfragen über den Stand der Angelegenheit.
Ein Zwischenbescheid sollte folgende Angaben enthalten:
die Angabe, worauf sich der Zwischenbescheid bezieht
den Dank für die Anfrage (das Angebot, die Bestellung, die Bewerbung usw.)
den Grund für die verzögerte Bearbeitung, z. B. Einhaltung von Fristen, genaue Prüfung, Rückfragen, Personalmangel, Urlaubszeit o. ä
die Bitte um Verständnis
die Angabe des Termins, bis zu dem die Sache bearbeitet wird
15. (Briese-Neumann, 1995 : 47)

  • 16 « Très honoré M. Riefer,
    Par le présent courrier, vous vous attendiez certainement à recevoir une le (...)

Sehr geehrter Herr Riefer,
sicher erwarten Sie mit diesem Brief unsere Zu-oder Absage. Bitte seien Sie nicht allzu sehr enttäuscht, wenn dieser Brief nichts von beidem enthält. Wir können das Bewerbungsverfahren nicht zum vorgesehenen Zeitpunkt mit einer hoffentlich richtigen Entscheidung beenden.
Betriebliche Gründe sprechen momentan dagegen. Bitte haben Sie zwei weitere Wochen Geduld.
Vielen Dank.
Mit freundlichen Grüßen…16 (Reinert-Schneider, 1997 : 189)

48Dans l’espace francophone, la « réponse (l’avis) préliminaire » est également connue et justifiée dans les manuels de correspondance commerciale, par exemple :

Lorsqu’un fournisseur reçoit une commande (un ordre), il l’examine à fond pour déterminer s’il peut l’accepter en tous points. S’il accepte la commande sans réserves, il n’est pas obligé d’en accuser réception ; mais dans la plupart des cas, il adressera, pour la bonne forme, un accusé de réception de la commande au client.
Dans certains cas cependant, l’accusé de réception est de rigueur :
Si le client a oublié un détail nécessaire à l’exécution de la commande, le fournisseur accusera réception, tout en demandant au client de lui donner le détail manquant.
Si la commande ne peut être exécutée sans réserves, le fournisseur en informera immédiatement le client qui pourra soit accepter les modifications, soit annuler sa commande.
Si le fournisseur ne peut pas livrer les articles commandés, il essaiera, par une contre-proposition, d’intéresser le client à des produits semblables.
Si le fournisseur n’est pas du tout en mesure d’exécuter la commande, il en avisera tout de suite le client, tout en expliquant les raisons du refus.
Si la commande n’est exécutée qu’au bout d’un certain délai, le fournisseur en accusera également réception. (Ilgenfritz/Sachs, 1974 : 63)

49Même si les deux types de texte existent aussi bien en France qu’en Allemagne, on peut cependant constater une différence dans l’utilisation. L’accusé de réception est pour ainsi dire obligatoire dans la communication économique allemande, moins fréquent entre les entreprises françaises. Il paraît que la « réponse préliminaire », bien qu’existant en France, est peu fréquente, tandis qu’elle est couramment utilisée dans la correspondance allemande. Plus encore, dans certains pays comme la Finlande, les deux types de texte Eingangsbestätigung et Zwischenbescheid sont traditionnellement inconnus dans la communication économique (cf. Spillner, 2002 : 148). Une explication possible de ce manque d’acte langagier a été donnée par Widén qui constate,

  • 17 « […] que le Finlandais n’a pas pour habitude de manifester son travail de réflexion. Il réfléchit (...)

[…] daß der Finne nicht gewohnt ist, seine Denkarbeit zum Ausdruck zu bringen. Er denkt über die Antwort nach, vergisst aber darüber zu zeigen, daß er die Frage verstanden hat. Er will erst das fertige Produkt bringen. […] Der deutsche Anfragende will eine Bestätigung bekommen, dass sein Brief überhaupt angekommen ist, wogegen der Finne erst mit fertigen Resultaten kommen will und erst dann antwortet, wenn er seines Erachtens auch etwas mitzuteilen hat17. (Widén, 1985 : 168)

50Cette explication psychologique relève évidemment du stéréotype courant du « Silent Finn » (cf. Lehtonen/Sajavaara, 1985). Sans se fier à de telles spéculations, on pensera plutôt à des traditions rhétoriques – discipline très récente et peu développée – en Finlande, et plus spécialement à différentes conventions de l’art épistolaire.

51Quelles que soient les raisons de cette différence culturelle, il faut en tenir compte dans la communication économique internationale.

523.2.2. À côté de ces contrastes concernant l’existence et la fréquence d’emploi de quelques types de lettres dans la correspondance commerciale, il existe évidemment beaucoup de points communs entre les différentes langues. C’est surtout le cas des textes qui transportent avant tout des informations économiques, par exemple les nouvelles de la Bourse :

  • 18 « ANALYSE BOURSIÈRE
    Le Dax poursuit sa hausse
    En milieu de semaine, les grandes valeurs allemandes on (...)

BÖRSENANALYSE
Dax steigt weiter
Auch zur Wochenmitte pendelten die deutschen Standardwerte lange Zeit um ihren Vortagesschluss. Erst die Rede von US-Notenbankchef Alan Greenspan sorgte für eine Marktbelebung, die den Xetra-Dax um 11,36 auf 4122,16 Punkte nach oben führte. Zuvor hatte Greenspan das aktuelle Zinsniveau als angemessen bezeichnet. Händler rechnen daher nicht mit einer baldigen Anhebung der Leitzinsen in den USA. Gefragt waren die Aktien von MAN. Der Maschinen und Anlagebauer ist nach Aussage von Vorstandschef Rudolph Rupprecht gut ins neue Jahr gestartet. Im Januar lag das Auftragsvolumen um 23 Prozent über dem entsprechenden Vorjahresmonat. Auch die T-Aktie notierte leicht im Plus. T-Mobile, die Tochter des magentafarbenenen Telekommunikationskonzerns wird sich nicht an der Übernahmeschlacht um den amerikanischen Mobilfunkbetreiber AT & T Wireless beteiligen. Lufthansa litt unter einem negativen Kommentar von Goldman Sachs. Der Rentenmarkt schloss leichter. Während der Rex auf 118,20 (118,47) Punkte nachgab, kletterte die Umlaufrendite öffentlicher Anleihen auf 3,85 (3,80) Prozent. Bergab ging es hingegen mit dem Euro, der von der EZB bei 1,2680 (1,2764) US-Dollar festgestellt wurde. Weiter Informationen erhalten Sie unter : www.rponline.de/boerse/SIE18 (Rheinische Post, 12/2/04 : R-Wi 2)

TOKYO : hausse modérée. Le Nikkei a progressé de 0,4 % hier à 19 650,03 points après une évolution irrégulière au cours de la journée. Le Topix a gagné 2,11 points à 1 579 points. Les transactions ont été très limitées, seuls 160 millions d’actions ont été échangés contre 223,6 millions vendredi. Les résultats mitigés des négociations commerciales américano-japonaises ont eu peu d’impact sur les cotations du jour, le marché ayant anticipé une telle issue, ont observé les analystes. Les sociétés d’investissements sont restées pour la plupart sur la réserve de même que les Fonds publics, selon les cambistes. Les investisseurs hésitent à s’engager avant de connaître le résultat de l’offre publique de Japan Tobacco, ont-ils ajouté.
L’indice Nikkei devrait pour l’instant s’établir autour de 19 5000 points, peu de bonnes nouvelles étant susceptibles de pousser le marché à la hausse. (Le Figaro Économique, 4/10/04, IX)

53Ces textes montrent beaucoup d’équivalences terminologiques et même des ressemblances au niveau des métaphores conventionnelles.

54On peut constater des structures identiques dans la correspondance commerciale, surtout dans les lettres avec implications juridiques. En ce qui concerne les textes des sciences économiques, de gestion aussi bien que d’économie générale, on trouve peu de différences interlinguistiques, par exemple dans les modes de présentation comme la division en paragraphes et la mise en relief par des moyens typographiques.

553.2.3. La langue économique joue un grand rôle dans la presse écrite aussi bien dans le domaine de l’information pour les entreprises et le commerce national et international qu’au niveau de la vulgarisation, de la présentation des faits économiques au grand public. Les textes économiques publiés dans les quotidiens et dans les magazines spécialisés couvrent donc un vaste champ, on y trouve des explications financières et boursières hautement techniques, voire scientifiques ainsi que des informations pratiques pour les consommateurs.

56Malgré cette gamme relativement variée de types de texte, on ne trouve pas beaucoup de contrastes interlinguistiques. Ce qui caractérise ces textes de la presse écrite, c’est la dominance d’un style journalistique utilisé pour rendre la matière de l’économie plus attrayante pour le lecteur. Il en résulte une abondance de métaphores et de jeux de mots employés surtout dans les titres des articles. Dans les différentes langues, les journalistes donnent, par exemple, la préférence aux métaphores de relations familiales pour caractériser les regroupements entre entreprises (fusion, création de succursales, etc.) :

  • 19 « Les actions du holding HSBC, la (maison-) mère de la Hongkong and Shanghai Bank, constituent une (...)

Eine der besten Möglichkeiten, an der Hongkong Hausse zu partizipieren, sind die Aktien der HSBC Holding, der Mutter der Hongkong und Shanghai Bank, […]19. (TAIPAN, Oktober 1997 : 11)

Rivaud-Bolloré : Le beau mariage […].
L’alliance, cette fois est scellée des deux côtés. […] M. Bolloré […] franchit le seuil du conseil d’administration de la banque Rivaud (Challenges 1990, no 39 : 87)

[…] en 1930, Margarine Uni se marie avec Lever Brothers, un producteur anglais de détergents. (Le Monde, 1/4/ 92, III)

Le CNPF fait des petits. (Le Nouvel Économiste, 1990, no 753 : 8)

57Dans les titres des articles, le style journalistique aime trouver des métaphores et des jeux de mots à double sens qui reflètent les activités des entreprises, par exemple :

  • 20 Littéralement : « celui qui survole ».

Les Recettes de McDonald’s (Le Nouvel Économiste, 1990, no 753 : 32)
Der Überflieger20 (Titre d’un article sur Jean-Cyril Spinetta, chef d’Air France. Die Welt 12/2/04 : 15)

Mercedes-Benz embraye (Challenges, 1990, no 39 : 87)

Coques en stock (Titre d’un article sur un chantier de réparation navale. Le Figaro 23/5/96 : B IX)

58Bien entendu, on trouve aussi des contrastes entre les articles économiques dans les quotidiens des différents pays. Voici un exemple de titre d’un article espagnol qui, de par sa longueur, résume tout le contenu de l’article :

Tres bancas españolas y una extranjera se lanzan sobre el banco Atlántico, la « perla » del ex imperio de Ruiz-Mateos (El Pais, 10/10/83 : 7)

59On ne trouvera pas facilement un titre aussi long dans un quotidien allemand, anglais ou français. Mais un tel contraste relève d’un code journalistique et non pas de différences nationales dans une langue de spécialité.

603.2.4. Si l’on compte la publicité parmi les branches appliquées de la gestion, on doit s’attendre à un domaine qui offre beaucoup de contrastes interlinguistiques, voire interculturels. Évidemment, les textes publicitaires doivent faire appel aux besoins et aux désirs des consommateurs. Il suffit de comparer la publicité pour le même produit, publiée en même temps, dans des médias comparables, dans différents pays, et de préférence (ce qui est rare) organisée par la même agence publicitaire, par exemple :

Seules les lunettes foncées vous empêchent d’être éblouis. Vrai ? Faux ! Les lunettes de soleil ordinaires se contentent d’atténuer la réverbération, mais ne l’éliminent pas. Les lunettes de soleil Polaroid, elles, éliminent jusqu’à 99 % de la réverbération. Et vous empêchent d’être aveuglés par les surfaces brillantes ou éblouis par les rayons du soleil. Vérifiez bien que les lunettes que vous achetez sont des lunettes polaroid, le nom Polaroid est imprimé sur l’étiquette et gravé sur la monture. Seules les lunettes Polaroid portent la marque Polaroid. (Elle, no 1528, 21/4/75 : 2)

  • 21 « Toutes les lunettes de soleil qui s’appellent Pola-trucmuche sont des lunettes de soleil Polaroid (...)

Alle Sonnenbrillen, die Pola-Dingsda heißen, sind Polaroidsonnenbrillen. Richtig ? Falsch.
Denn die Polaroid Spezialschreiben wurden nur von Polaroid erfunden. Und von niemand sonst. Auch wenn er sich ähnlich nennt. Die Polaroid Spezialschreiben können bis zu 99 % der horizontalen Reflexblendung unschädlich machen. Also Sonnenstrahlen, die zum Beispiel von Wasser und Sand reflektiert werden. Achten Sie deshalb darauf, dass Sie wirklich bekommen, was Sie verlangen. Achten Sie darauf, dass das Markenzeichen Polaroid auf Anhänger und Brille steht. Nur wenn Polaroid draufsteht, ist es wirklich Polaroid.
‚Polaroid’ Warenzeichen der Polaroid Corporation, Cambridge, Mass., USA21. (Stern, 15/5/75 : 110)

61Les deux textes transportent approximativement les mêmes informations. Dans les deux cas, il s’agit surtout de propager le nom de la marque, et de distinguer le produit des marques concurrentes. Mais cette stratégie est poursuivie de façon beaucoup plus agressive dans le texte allemand. Le texte français contient cinq fois le nom Polaroid alors qu’il apparaît neuf fois dans la version allemande.

62Contrairement à la version française, la publicité allemande insiste sur le port de lunettes de soleil en vacances au bord de la mer (« Sonnenstrahlen, die zum Beispiel von Wasser und Sand reflektiert werden »), probablement l’indice de différentes habitudes comportementales des consommateurs français et allemands. Finalement, le texte français évite toute allusion au fait qu’il s’agit de la marque déposée d’un producteur américain. On peut en conclure que le prestige des entreprises américaines n’est pas le même dans les deux pays.

63La présence de contrastes interlinguistiques et interculturels dans des textes publicitaires vantant le même produit est manifeste, comme le montre la comparaison ci-dessus.

643.2.5. Dans la communication économique, les contrastes interculturels sont surtout très frappants dans l’emploi des éléments non verbaux. Il s’agit du phénomène sémiotique de textes composés de signes verbaux (langue) et de signes non verbaux (par exemple images). En principe, il s’agit là d’un phénomène fondamental des langues de spécialité qui, dans une composante verbale, intègrent fréquemment illustrations, schémas, signes numériques, éléments grapho-symboliques, etc.

65Par contre, dans certains types de textes économiques, il y a un emploi particulier des illustrations. En Scandinavie, les rapports moraux des entreprises, les offres de vente dans les rayons de supermarchés, les catalogues de vente par correspondance sont presque toujours illustrés par une photo du responsable. Il paraît que ce moyen de personnalisation tend à se globaliser dans un certain nombre de types de texte.

66Plus spécialement dans la documentation, à savoir dans les instructions de montage et les modes d’emploi destinés à l’usage des consommateurs et dans les instructions de révision destinées au service après-vente, on constate un recours très fréquent à des composantes textuelles non verbales. Les instructions de montage de l’entreprise IKEA représentent par exemple un cas extrême car, pour éviter les traductions, elles essaient de réduire les informations verbales à zéro. Pour faire ceci, il faut une syntaxe non verbale, un code symbolique (par exemple des flèches) et un certain nombre de signes emblématiques.

67Dans certains pays, les instructions sont composées comme des bandes dessinées ou à la façon des images d’Épinal, par exemple un mode d’emploi en finnois pour des outils de fabrication de vin de fruits (annexe 1).

68Cette séquence en étapes d’un texte bi-médial est caractéristique de la culture textuelle en Finlande. La fin comporte toujours un élément obligatoire : le plaisir qu’éprouve le consommateur du produit est exprimé en fin de séquence. Des instructions sémiotiques comparables existent au Japon où, par exemple, dans un hôtel tout est expliqué par des textes illustrés, le fonctionnement d’un ascenseur aussi bien que le fonctionnement de la théière et l’usage d’un cabinet de toilette.

69En Europe, un dépliant publicitaire pour un restaurant est composé du menu et le cas échéant des heures d’ouverture ou du nom du chef. Au Japon, un tel texte est une œuvre multimédia (annexe 2).

70La moitié du texte est occupée par des informations verbales et visuelles situant les deux emplacements par rapport à la gare et les chemins précis pour accéder à un parking – informations indispensables à Tokyo où dans la plupart des cas les noms des rues ne sont pas indiqués. S’y ajoutent des plans très précis des immeubles, les heures d’ouvertures des parkings, les sens uniques, les lignes de train, etc. Les restaurants sont décrits par une partie verbale et illustrés par une photo de l’intérieur. Les plats sont indiqués par les prix (minimum et maximum) et par une photo. Ceci n’est pas étonnant dans un pays où les plats culinaires sont couramment reproduits, à l’entrée des restaurants, par des sculptures en plastique. Et l’importance des illustrations s’explique facilement dans un pays où les locuteurs doivent faire face à quatre systèmes graphiques.

71Le commerce extérieur doit tenir compte de ces conventions sémiotiques et adapter la publicité, les modes d’emploi et les textes du service après-vente.

724. Les discours économiques sont très importants et très fréquents dans le cadre de la communication internationale, depuis les négociations entre entreprises jusqu’à la correspondance commerciale. Il n’est donc pas étonnant que la langue économique joue un grand rôle dans l’enseignement des langues étrangères. L’étude des variétés intralinguistiques et interlinguistiques démontre clairement qu’il n’y a pas de langue économique homogène. Les contrastes entre langues et cultures ont pour conséquence pour le commerce extérieur qu’il faut adapter les textes et les actes langagiers aux attentes et aux modes de communication des publics visés. Les variétés intralinguistiques exigent une analyse détaillée des discours spécifiques, des types de texte aussi bien écrits qu’oraux, en tenant compte des données linguistiques, communicatives et pragmatiques et en dégageant des répertoires linguistiques, stylistiques et sémio tiques.

73Si Hundt se propose, en 1995, de faire

  • 22 « […] une incursion dans le territoire peu exploré de la langue économique […] »

[…] einen Vorstoss in das wenig erschlossene Land der Wirtschaftssprache
[…]
22 (Hundt, 1995 : 3)

74il faut en conclure que l’on est encore loin d’atteindre l’objectif visé par Reboullet il y a un quart de siècle. Le jeu de mots : « Le français des affaires reste à faire » (Reboullet, 1971 : 89) est toujours d’actualité.

Bibliographie

Bibliographie

Beier, Rudolf, 1980, Englische Fachsprache, Stuttgart, Kohlhammer.

Bernard, Yves/Colli, Jean-Claude/Walrafen, Thomas, 1989, Dictionnaire économique et financier : avec les terminologies anglaise, allemande, et espagnole, Paris, Le Seuil.

Beitone, Allain/Guidoni, Jean-Pierre/Legardez, Alain, 1988, Économie générale, Paris, Dalloz.

Borgulya, Ágnes, 1988, « Zu einigen wichtigen Merkmalen der deutschsprachigen Texte der Dokumentation in der Wirtschaft », in Bungarten, Theo (éd.), Sprache und Information in Wirtschaft und Gesellschaft. Referate eines internationalen Kongresses – zugleich der XI. Jahrestag der internationalen Vereinigung » Sprache und Wirtschaft» , Tostedt, Attikon, p. 420-429.

Briese-Neumann, Gisa, 1995, Geschäftliche Briefe, Niedernhausen (Taunus), Falken.

Chauffurin, Louis, 1954, Le Parfait Secrétaire. Correspondance usuelle, commerciale et d’affaires, Paris, Larousse.

Cox, Susan/O’Sullivan, Emer/Rösler, Dietmar, 1992, Business – auf Deutsch, München, Klett Edition.

Dany, Max/Rebérioux, Anne/De Renty, Ivan, 1975, Le Français des hommes d’affaires, s.l. [Paris], Hachette.

Desmet, Pierre, 1979, L’Allemand des affaires. Lexique pratique français-allemand, allemand-français, Paris, E. Belin.

Drozd, Lubomír, 1978, « Von der Wirtschaftslinguistik zur heutigen Fachsprachenforschung », in Muttersprache no 88, p. 203-208.

Fluck, Hans-Rüdiger, 1977, « Fachsprache Wirtschaft – Versuch einer Abgrenzung » in Internationales Bulletin der Vereinigung » Sprache und Wirtschaft« no 57, p. 28-51. [Réédité in Terminologie. Bulletin no 32 - Doc. no 5804/78, p. 19-31.]

Fluck, Hans-Rüdiger/Fernbach, Reinhard/Waldrich, Hans-Peter, 1975, « Zur Sprache des Wirtschaftsteils von Tageszeitungen. Eine Unterrichtseinheit in der Berufsschule », in Linguistik und Didaktik no 6, p. 165-178.

Fugger, Bernd, 1988, « La terminologie économique française », in Bungarten, Theo (éd.), Sprache und Information in Wirtschaft und Gesellschaft. Referate eines internationalen Kongresses – zugleich der XI. Jahrestag der internationalen Vereinigung » Sprache und Wirtschaft» , Tostedt, Attikon, p. 430-443.

Gallais-Hammono, Janine, 1980, « The Characteristics of English for Economists », in Fachsprache no 2, p. 60-71.
— 1982, « Le lexique économique dans le discours scientifique anglo-saxon »,
in Les Cahiers de l’APLIUT. Pédagogie et recherche no 4, Sèvres, Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie, p. 51-64.

Gläser, Rosemarie, 1988, « Neologismen im englischen Wortschatz der Ökonomie und Probleme der Übersetzung », in Bungarten, Theo (éd.), Sprache und Information in Wirtschaft und Gesellschaft. Referate eines internationalen Kongresses – zugleich der XI. Jahrestag der internationalen Vereinigung » Sprache und Wirtschaft«, Tostedt, Attikon, p. 172-182.

Godfrin, Emil P., 1985, Französisch für Kaufleute. Handelskorrespondenz und Handelskunde, Berlin, Langenscheidt.

Gutkind, Curt, Sigmar, 1931, « Bemerkungen zur Struktur der modernen französischen Wirschaftssprache », in Neuphilologische Monatsschrift no 2, p. 385-393.

Haefner, Monique, 1982, Deutsch-französisches Glossarium finanzieller und wirtschaftlicher Fachausdrücke. Begr. von Fritz Roepke, neubearb. von Monique und Peter Häfner, Frankfurt, Knapp. 

Haensch, Günther/Renner, Rüdiger, 1971, Wirtschaftssprache Französisch-Deutsch. Systematischer Wortschatz mit Übersetzungsübungen, München, Hueber 41971 [11961].

Harten, Peter, 21987, So funktioniert unsere Wirtschaft : Handbuch für Beruf und Praxis, München, Heyne.

Hoffmann, Lothar, 21984 [11976], Kommunikationsmittel Fachsprache. Eine Einführung, Berlin, Akademie-Verlag.

Hundt, Markus, 1995, Modellbildung in der Wirtschaftssprache. Zur Geschichte der Institutionen-und Theoriefachsprachen in der Wirtschaft, Tübingen, Niemeyer.

Ihle-Schmidt, Lieselotte, 1983, Studien zur französischen Wirtschaftssprache, Frankfurt a. M./Bern, Lang.

Ilgenfritz, Peter/Sachs, Rudolf, 1974, Correspondance commerciale. Einführung in die moderne französische Handelskorrespondenz, Zweite Auflage, München, Max Hueber.

Ilgenfritz, Peter/Sachs, Rudolf/ Lindner, Patricia, 22000, Correspondance commerciale. Einführung in die moderne französische Handelskorrespondenz, München, Max Hueber.

Ischreyt, Heinz, 1965, Studien zum Verhältnis von Sprache und Technik. Institutionelle Sprachlenkung in der Terminologie der Technik, Düsseldorf, Pädagogischer Verlag Schwann.

Kaehlbrandt, Roland, 1989, Syntaktische Entwicklungen in der Fachsprache der französischen Wirtschaftwissenschaften. Untersucht an der Textsorte »Lehrwerk« im Zeitraum von 1815-1984, Stuttgart, Steiner Verlag.

Kocourek, Rostislav, 21991 [11982], La Langue française de la technique et de la science. Vers une linguistique de la langue savante, Wiesbaden, Brandstetter.

Lavric, Eva/Pichler, Herbert, 1998, Wirtschaftsfranzösisch fehlerfrei. Le français économique sans fautes. Übungs-und Studienbuch, München, Wien, Oldenbourg.

Lehtonen, Jaakko/Sajavaara, Kari, 1985, « The Silent Finn », in Tannen, Deborah/Saville-troike, Muriel (éds) Perspectives on Silence, Norwood N.J., Ablex, p. 193-201.

Martelly, Ingola/Nicolas, Gerd/Sprenger, Margarete, 1989, Wirtschaft leicht. Cours d’allemand économique niveau intermédiaire, Paris, Belin.

Messing, Ewald E. J., 1928, « Methoden und Ergebnisse der wirtschaftssprachlichen Forschung », in Actes du premier congrès international de linguistes à La Haye, du 10-15 avril 1928, Leiden, Sijthoff, p. 140-142.
— 1932, Zur Wirtschaftslinguistik. Eine Auswahl von kleineren und großeren Beiträgen über Wert und Bedeutung, Erforschung und Unterweisung der Sprache des wirtschaftlichen Verkehrs, Rotterdam, Nijgh U. van Ditmar.

Möhn, Dieter/Pelka, Roland, 1984, Fachsprachen. Eine Einführung, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Nagorr, Ursula/Seifert, Thomas, 1972, « Inhaltliche und stilistische Differenzierungen in russischen ökonomischen Texten », in Wissenschaftliche Zeitschrift der Martin-Luther-Universität. Gesellschaftsund sprachwissenschaftliche Reihe no 21, 5, Halle/Wittenberg, p. 25-26.

Nicolas, Gerd/Sprenger, Margarete/Weermann, Wolfgang, 1991, Wirtschaft – auf Deutsch. Lehrwerk für Wirschaftsdeutsch, München, Klett Edition.

Nicolas, Gerd/Schuler, Harald/Sprenger, Margarete, 1993, Wirtschaft im Blickpunkt. Cours supérieur d’allemand économique, Paris, Belin.

Pákozdi, Irén Gonda, 1989, « Sprachliche Ökonomie, metaphorisch-metonymische Termini in der Fachsprache der Wirtschaftswissenschaften », in Weber, Siegfried (éd.) Fachkommunikation in deutscher Sprache. Ergebnisse, Probleme und Methoden der Fachsprachenforschung, Leipzig, VEB Verlag Enzyklopädie, p. 200-209.

Peter, Herbert, 1973, « Historischer Überblick über die Wirtschaftslinguistik », in Bulletin der Internationalen Vereinigung Sprache und Wirtschaft no 1, p. 11-20.

Potonnier, Georges Ed./Potonnier, Brigitte, 1970, Wörterbuch für Wirtschaft, Recht und Handel. Deutsch-Französisch. Französisch-Deutsch, Wiesbaden, Brandstetter.

Reboullet, André, 1971, « Le français des affaires reste à faire », in La Revue de l’AUPELF 9 no 2, p. 89-94.

Reinert-Schneider, Gabriele, 1997, Korrespondenz heute. Band 2. Anleitungen und Musterbriefe für geschäftliche Anlässe, Augsburg, Weltbild.

Servotte, Jozef V., 1963, Dictionnaire commercial et financier. Français-allemand/Allemand-français, Brepols, Helmold.

Schifko, Peter, 1989, Langage économique. Éléments d’économie générale. Französische Wirtschaftssprache, Wien, Service-Verlag.

Siebenschein, Hugo, 1936, Abhandlungen zur Wirtschaftsgermanistik, Prag, Orbis.

Spillner, Bernd, 1990, « Prolegomena zur Beschreibung und Vermittlung der französischen Wirtschaftssprache », in FLuL. Fremdsprachen lehren und lernen. Zur Theorie und Praxis des Sprachunterrichts an Hochschulen no 19, p. 64-8.
— 2002, « Fachtexte im interkulturellen Vergleich. Kontrastive Pragmatik deutscher, finnischer und französischer Wirtschaftstexte »,
in Nuopponen, Anita/Harakka, Terttu/Tatje, Rolf (éds), Interkulturelle Wirtschaftskommunikation. Forschungsobjekte und Methoden, Vaasa, Vaasan yliopisto/University of Vaasa [= Vaasan yliopiston julkaisuja/Proceedings of the University of Vaasa. Reports. Selvityksiä ja raportteja 93], p. 144-164.

Vančura, Zdenek, 1934, Hospodáršká linguistika. Polus o její teorii s doklady z anglického úcetnického názvosloví, Praha, nákladem vlastním, v komisi vedeckého knihkupectiví a nakladatelstiví Milose Procházky.

Wendt, Kurt, 1960, « Die Form englischer Geschäftsbriefe », in Fremdsprachen. Zeitschrift für Dolmetscher, Übersetzer und Sprachkundige no 3, p. 201-203.

Widén, Pertii, 1985, « Interkulturelle Verständigung am Beispiel finnischdeutscher Kommunikation », in Lebende Sprachen no 20, p. 167-170.

Wimmer, Rainer, 1982, « Wissenschaftliche Kommunikation und Alltagskommunikation im Lichte einer linguistisch begründeten Sprachkritik », in Ermert, Karl (éd.) Wissenschaft – Sprache – Gesellschaft. Über Kommunikationsprobleme zwischen Wissenschaft und Öffentlichkeit und Wege zu deren Überwindung. Tagung vom 18. bis 21.3.1982, Rehburg-Loccum [= Loccumer Protokolle 6/1982], p. 15-32.

Notes

1 « Une nouvelle tâche est exigée de la linguistique : l’interprétation du monde de l’économie. Que les milieux économiques bénéficient eux aussi des lumières de la science sur les faits de langue, c’est une nécessité plus urgente que jamais. En tant que prestation professionnelle – comme acte de discours oral ou écrit – la langue est décidément le facteur de production le plus important dans l’absolu.
La compilation ordonnée des résultats de la recherche en linguistique économique constituera un outil d’interprétation incomparable de la pensée nationale, qui est partout dominée par les intérêts économiques. La linguistique économique deviendra une science des nations. »

2 « l’ensemble des moyens langagiers utilisés dans un domaine de communication spécialisé pour assurer l’intercompréhension entre les personnes agissant dans ce domaine. »

3 « 1. Langue de la théorie, langage scientifique ; 2. Langue de spécialité ; 3. Langue des diffuseurs, vendeurs, consommateurs ; 4. Langue des ateliers, jargon de l’entreprise, langue de la production. »

4 « Langue de la science théorique fondamentale, langue des sciences expérimentales, des sciences appliquées et de la technique, de la production matérielle, de la consommation. »

5 « Langue de la correspondance commerciale ; Terminologie de la pratique commerciale (monnaies et marchandises) ; Langue des sciences économiques ; Langue de la bourse a) parlée, b) écrite ; Langue des annonces, langue télégraphique, publicitaire. »

6 « La langue de spécialité de l’économie ne présente cependant aucune homogénéité. Son degré d’élaboration “s’abaisse”, depuis le pur langage théorique, celui des textes de science économique jusqu’à la langue du journalisme économique, dans la presse quotidienne, en passant par la langue scientifique courante, entre collègues de la même spécialité et par le jargon de la spécialité. »

7 « cette constatation que La langue de l’économie, qu’Une langue spécifique de l’économie n’existe pas… »

8 « Quatrième section. Livres de comptes
§ 38. [Obligation de tenir des livres de comptes] (1) Tout commerçant a l'obligation de tenir des livres comptables pour y faire figurer ses opérations commerciales et la situation de son patrimoine conformément aux principes régissant la comptabilité.
(2) Il a l'obligation de conserver une reproduction, conforme à l'original, des lettres commerciales par lui envoyées (photocopie, fac-similé, copie manuscrite ou tout autre reproduction du texte original sous forme écrite, graphique ou autre type de support de données.)
§ 39. [Inventaire, Bilan] (1) Au début de son activité commerciale, tout commerçant a l'obligation d'enregistrer avec précision ses propriétés foncières, ses créances et engagements, le montant de ses liquidités et ses autres éléments de patrimoine, en indiquant la valeur des divers éléments composant son patrimoine et en établissant un bilan faisant ressortir la relation entre son patrimoine et ses dettes. » (Handelsgesetzbuch - Code de Commerce allemand)

9 « La différence des parcours des courbes d’offre et de demande en réponse aux variations des prix nous amène à la conclusion suivante :
C’est le prix qui détermine l’offre et la demande. Une baisse du prix fait reculer l’offre mais renforce la demande, une augmentation de prix fait au contraire augmenter l’offre et reculer la demande.
Nous verrrons plus loin que ce ne sont pas seulement l’offre et la demande qui dépendent du prix, mais qu’à l’inverse le prix est largement déterminé par l’offre et la demande.
Prix d’équilibre
Après avoir observé comment l’offre et la demande se comportent pour un prix supposé donné, nous pouvons expliquer, en combinant les deux fonctions, comment le prix de concurrence effectif se forme dans ces circonstances données, en indiquant les quantités offertes et demandées pour ce “prix du marché”.
Pour ce faire, nous présenterons une synthèse de l’offre et de la demande sur notre marché supposé sous forme de tableau et de diagramme. »

10 « Essayons alors de nous rapprocher progressivement du prix tel qu’il s’établira vraisemblablement sur notre marché, en partant des prix extrêmes, à savoir 5 deutschemarks et 1 deutschemark. Posons la question : le prix de 5 deutschemarks pourrait-il se maintenir sur le long terme ? À ce prix, 110 livres de beurre seront offertes, mais seulement 10 livres demandées par des acheteurs “aux revenus confortables”. Les 100 livres restantes ne trouveront pas preneur, à moins que les vendeurs ne réduisent leurs exigences de prix, attirant ainsi des clients supplémentaires. Conclusion : quand l’offre excède la demande, le prix baisse. »

11 « Prix en hausse/en baisse ».

12 « d’acheteurs aux revenus confortables ».

13 « Essayons alors » ; « Un prix pourrait-il se maintenir ? »

14 « Blazer léger pour l’été, qui peut aussi super-bien se combiner avec un jean. Boutonnage croisé, avec 2 grandes poches plaquées. Tissu qualité souple, 63 % viscose, 37 % polyester. Longueur env. 76 cm.
Robe transformable à boutons mode, pattes d’épaule, épaulettes, jupe-culotte sportive à patte boutonnée. Offre-choc, pur coton. Longueur env. 112 cm. Vendue sans ceinture. »

15 « Réponse préliminaire
Une réponse préliminaire est utile lorsqu’on peut prévoir que le traitement d’une opération exigera un délai relativement long et que l’on ne veut pas faire attendre son partenaire commercial jusque-là. Une réponse préliminaire permet en outre d’éviter les demandes d’information du client sur le degré d’avancement de l’affaire.
Une réponse préliminaire devrait comporter les indications suivantes :
l’indication de l’objet de la réponse préliminaire
des remerciements pour la demande d’information (l’offre, la commande, la candidature etc.)
le motif du retard intervenu dans le traitement de l’affaire p. ex. respect des délais, examen approfondi, demandes de complément d’information, manque de personnel, vacances, etc.
l’appel à la compréhension du client
l’indication de la date à laquelle l’affaire sera traitée ».

16 « Très honoré M. Riefer,
Par le présent courrier, vous vous attendiez certainement à recevoir une lettre d’acceptation ou de refus. Nous vous prions de ne pas être trop déçu si cette lettre ne contient ni l’un ni l’autre. Nous ne sommes pas en mesure de mener dans les délais prévus cette procédure de candidature à sa conclusion que nous espérons juste. Des motifs internes à notre entreprise s’y opposent actuellement. Nous vous prions de patienter encore pendant deux semaines. Avec tous nos remerciements.
Veuillez agréer, etc. »

17 « […] que le Finlandais n’a pas pour habitude de manifester son travail de réflexion. Il réfléchit à sa réponse, mais du coup il en oublie de montrer qu’il a bien compris la question. Il attend de pouvoir fournir le produit fini […] Le demandeur d’informations allemand veut obtenir un accusé de réception lui prouvant que sa lettre est simplement arrivée alors que le Finlandais attend d’avoir des résultats complets à présenter et ne répond que lorsqu’il estime avoir quelque chose à communiquer. »

18 « ANALYSE BOURSIÈRE
Le Dax poursuit sa hausse
En milieu de semaine, les grandes valeurs allemandes ont continué à osciller autour de leurs cours de clôture de la veille. C’est seulement le discours du patron de la Banque centrale américaine, Alan Greenspan, qui a ranimé le marché, faisant grimper le Xetra-Dax de 11,36 points à 4122,16. Préalablement, Greenspan avait qualifié d’adéquat le niveau actuel des taux. Les opérateurs ne s’attendent donc pas à une prochaine hausse des taux directeurs aux USA. Les actions MAN ont été recherchées. D’après le Président du directoire, Rudolph Rupprecht, le constructeur de machines et d’équipements a pris un bon départ dans la nouvelle année. En janvier, le volume des commandes se situait à 23 % au-dessus de celui du même mois de l’année précédente. L’action-T a également enregistré un léger plus. T-Mobile, filiale du groupe de télécommunications rose magenta ne participera pas à la bataille pour la reprise de l’opérateur de téléphonie mobile américain AT& T Wireless. Les actions Lufthansa ont souffert d’un commentaire négatif de la part de Goldmann Sachs. Le marché obligataire a conclu sur un léger affaiblissement. Tandis que le Rex reculait à 118,20 (118,47), le taux des emprunts publics grimpait à 3,85 % (3,80). Plongeon de l’euro, en revanche, qui d’après la BCE s’établit à 1,2680 (1,2764) Dollars US. Vous trouverez d’autres informations sous : www.rponline.de/boerse/ ».

19 « Les actions du holding HSBC, la (maison-) mère de la Hongkong and Shanghai Bank, constituent une des meilleures opportunités pour participer à la hausse de Hong Kong. »

20 Littéralement : « celui qui survole ».

21 « Toutes les lunettes de soleil qui s’appellent Pola-trucmuche sont des lunettes de soleil Polaroid. Vrai ? Faux.
Les verres spéciaux Polaroid n’ont été inventés que par Polaroid. Et par personne d’autre. Même s’il porte un nom qui y ressemble. Les verres spéciaux Polaroid peuvent neutraliser jusqu’à 99 % des réverbérations horizontales. Ainsi par exemple le rayonnement solaire réverbéré par l’eau ou par le sable. Veillez par conséquent à obtenir réellement ce que vous demandez. Veillez à ce que la marque Polaroid figure sur l’étiquette et sur les lunettes. C’est seulement quand il y a Polaroid écrit dessus que c’est du Polaroid. ‘ Polaroid’, marque déposée de Polaroid Corporation, Cambridge, Mass., USA. »

22 « […] une incursion dans le territoire peu exploré de la langue économique […] »

Table des illustrations

Titre Schéma de la création monétaire par les banques
Légende A. Beitone/J.-P. Guidoni/A. Legardez, Économie générale, Paris, 1988 : 81
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

Auteur

Universität Duisburg-Essen

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540