Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1b - Variétés et homogénéités

1b. Variétés et homogénéités

Texte intégral

1La langue économique en tant que telle n’existe pas, mais il existe des façons de parler et d’écrire dans des situations professionnelles, qui relèvent du domaine économique, et il existe des façons de parler et d’écrire à propos des faits économiques.

2Bernd Spillner donne un aperçu des relations entre linguistique et monde économique qui remontent aux années vingt et trente du siècle dernier : il y a toujours eu des linguistes qui ont plaidé pour inclure le monde économique dans le champ d’études des sciences du langage.

3Une linguistique appliquée au monde des affaires doit prendre en compte un certain nombre de facteurs, parmi lesquels on citera notamment les composantes strictement linguistiques du discours économique, des données pragmatiques et des données sémiotiques. Partant du constat qu’il n’y a pas une langue de spécialité homogène, l’auteur dresse une sorte de cartographie des différences. Ainsi, les distinctions entre divers emplois de la langue valent aussi bien pour le discours économique que pour la langue commune : emplois formels et informels, écrits et oraux, publics et privés, etc. L’étude des variétés intralinguistiques (qu’on pense à la terminologie ou la presse, mais aussi à la publicité) qui existent à l’intérieur du discours économique doit être complétée par l’analyse des différences textuelles et pragmatiques selon des méthodes proposées par la linguistique contrastive. Ainsi, l’allemand et le français, par exemple, connaissent en principe les mêmes types de lettres commerciales, cependant leur emploi effectif diffère considérablement. Mais c’est dans l’emploi de l’image comme support d’informations diverses que les langues et cultures divergent fortement. B. Spillner cite à ce titre le cas de la Finlande et du Japon qui dans des situations précises recourent systématiquement à l’image, voire à la série d’images (mode d’emploi, localisation d’un restaurant).

4Les relations entre l’écriture journalistique, les modalités informatives et subjectives et le monde de l’économie font l’objet des deux articles suivants.

5Sibylle Sauerwein analyse les traces de polyphonie dans trois langues : le français, le portugais et l’allemand. Elle s’appuie pour ce faire sur une soixantaine d’articles consacrés au non-respect du pacte de stabilité par la France, l’Allemagne et le Portugal. Après avoir exposé la théorie de la polyphonie telle qu’elle a été élaborée par Ducrot, S. Sauerwein passe en revue les différents moyens dont disposent les locuteurs des trois langues étudiés pour présenter le point de vue des personnalités citées. Elle arrive à la conclusion que les textes de presse qui parlent d’économie se subdivisent en deux grandes catégories : les articles signés dans lesquels un auteur exprime clairement son point de vue, et les articles à vocation informative qui impliquent pour le journaliste l’exigence de neutralité. Cette différence se révèle fondamentale pour le marquage du point de vue du journaliste : en effet, dans les textes à vocation informative, les marquages explicites d’un point de vue se trouvent dans les discours cités et dans les passages de discours rapporté. Ce sont donc les acteurs de la vie économique ou politique qui expriment ouvertement leur point de vue. Le journaliste apparaît tout au plus à travers la qualification de l’attitude discursive du locuteur cité, à travers un « encadrement interprétatif » qui entoure le discours rapporté au style direct ou indirect.

6C’est également d’un problème touchant au caractère informatif des articles de presse que traite l’article de Irmtraud Behr. En effet, les articles de presse ayant pour objet des sujets économiques comportent un grand nombre d’ajouts marqués par un jeu de parenthèses ou de tirets. Ce phénomène se rencontre aussi bien dans la presse allemande que française. Ces ajouts d’un type particulier, bien visibles, constituent un outil d’écriture commode et souple et remplissent en gros trois fonctions : a) servir l’expression de la subjectivité du journaliste, b) résoudre un éventuel problème de compréhension, par exemple par la traduction ou le transcodage, c) faciliter la répartition de l’information. L’auteur montre que le journaliste fait dans un grand nombre de cas œuvre de traducteur entre une langue de spécialité et une langue commune, ou du moins plus familière. Il s’agit alors d’une procédure à portée essentiellement locale qui touche plus spécialement les sigles et autres expressions consacrées, des entités comme les monnaies, mais elle peut également servir à présenter les acteurs économiques à la fois globalement (par leur nom, par exemple) et concrètement (par leurs activités ou responsabilités). Les actions des différents acteurs, en revanche, sont rarement explicitées par des ajouts parenthétiques – à moins que ces ajouts ne fassent partie d’un véritable réseau parallèle d’informations présentées comme relevant de l’arrière-plan.

7Ces deux articles arrivent à la conclusion que les langues étudiées ne diffèrent pas fondamentalement quant aux deux aspects étudiés, à savoir l’expression du point de vue et le phénomène de l’ajout dans ses différentes fonctions non commentatives. On peut voir là un indice que les modes de fonctionnement de l’écriture journalistique dans la presse grand public, quand elle touche aux problèmes généraux de l’économie, sont largement homogènes, à moins qu’elle ne soit homogénéisées du fait de la mondialisation. Il pourrait être intéressant d’élargir le champ des comparaisons à d’autres langues, européennes ou non.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540