Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1a - Politique, société et discours

Le modèle allemand à l’épreuve du Monde. Analyse d’un double discours

Marcel Tambarin

Note de l’éditeur

Les extraits d’articles du Monde, p. 59 à 74, ont été reproduits avec l’autorisation du journal Le Monde.

Texte intégral

1La référence au « modèle allemand » dans les colonnes du quotidien Le Monde donne souvent l’impression de passer par des hauts et des bas à première vue difficilement compréhensibles. Il semble en effet qu’alternent dans ce journal des articles tantôt laudatifs, tantôt péjoratifs à son égard, et le lecteur peut tomber à trois mois d’intervalle sur un titre comme « Le retour du modèle allemand » (19/9/1995) puis sur « Les limites du modèle allemand » (11/12/1995) ; ou encore voir le même modèle, pourtant déclaré mal en point dès le début des années quatre-vingt-dix, ne pas en finir d’être en crise au début des années 2000. D’où l’idée de rechercher les règles constitutives de ce discours sur le modèle allemand et – à supposer que les incohérences observées ne relèvent ni du phénomène de la perception sélective ni du simple hasard de la conjoncture économique – de vérifier dans quelle mesure elles manifestent un antagonisme entre deux positions contradictoires dans la stratégie discursive du Monde.

  • 1 Le dépouillement a été arrêté à la date du 5 novembre 2003.

2Une recherche en plein texte dans les archives du Monde a donc été effectuée sur la plus longue période possible couverte par l’archivage numérique, c’est-à-dire depuis 19871, à partir des expressions-clés « modèle allemand (MA) » et « modèle rhénan » (MR), cette double recherche étant justifiée par le fait que si « modèle rhénan » désigne plutôt la forme d’organisation du capitalisme en Allemagne, les deux expressions sont souvent employées de manière indifférenciée. Cette recherche a donné respectivement 306 et 77 articles, soit 383 articles comportant une référence explicite au modèle allemand et/ou au modèle rhénan, ce nombre se ramenant à un total de 376 articles si l’on tient compte de ceux qui présentent les deux occurrences en même temps. Une fois éliminés les articles portant exclusivement sur le sport, la presse, la télévision, le système électoral ou l’organisation des partis, etc., il restait 304 articles économiques stricto sensu ou comportant un développement sur le modèle allemand ou rhénan, soit une moyenne de près de 18 articles par an.

  • 2 Rédacteurs et collaborateurs occasionnels, donc à l’exclusion de 34 tribunes libres et contribution (...)
  • 3 Foucault, 1971 : 23.

3Il va de soi qu’un tel corpus, même allégé des éléments non textuels et concentré pour des raisons d’homogénéité sur les articles des collaborateurs du Monde2, imposait des limites assez drastiques, et l’on se contentera ici d’analyser la conformation du modèle allemand (dont on verra qu’il constitue du point de vue de la définition comme de la distribution une référence à géométrie variable), d’exposer ensuite la dialectique de sa mise en relief et de sa mise en doute (en examinant les co-occurrences, la légitimité et l’exemplarité affectées au modèle allemand) avant de voir, à travers la confrontation avec la réalité économique, comment peut s’expliquer la validation d’un discours contradictoire dans une rédaction où s’exercent sans doute plus qu’ailleurs les « procédures de contrôle et de délimitation du discours3 ».

1. Un modèle à géométrie variable

4La référence au modèle allemand se présente fondamentalement sous deux formes : la référence partielle, à un aspect précis comme le système de formation, et la référence globale à un ensemble d’aspect cohérent, que l’on pourrait appeler le modèle constitué. À côté de références plus ponctuelles à l’organisation du travail, à l’industrie automobile ou à la banque-industrie, les domaines où le modèle allemand sert de référence partielle sont essentiellement ceux des finances, de la formation et des relations sociales. Dans le premier, le modèle allemand est invoqué quand il est question de réforme des institutions financières et fiscales françaises ou de rigueur monétaire : « […] une inflation limitée, des déficits contenus et un franc fort seraient, à l’image de ce qui est déjà le modèle allemand, des préalables à la lutte contre le chômage. » (23/5/1995, « Monétarisme et risque social »). Dans le second, il s’agit essentiellement de l’apprentissage, dont le modèle allemand est qualifié en 1987 de « référence obligée » (3/6/1987, « Le projet de loi sur l’apprentissage - Une alternance à la française est-elle possible ? »). Le troisième concerne l’aspect consensuel du modèle allemand, le « fameux modèle allemand de négociation » (30/4/1997, « 32 heures par semaine : un nouveau modèle allemand ? »), invoqué aussi bien quand il est question des statuts de l’entreprise que de l’organisation du travail.

5Quant au modèle allemand constitué tel qu’il se présente dans le Monde, les formulations les plus synthétiques le définissent comme « l’industrialisation dans le consensus social, des produits haut de gamme avec des employés très qualifiés et bien payés. Telle est la philosophie du modèle allemand. » (23/10/1993, « La récession outre-Rhin et ses conséquences sociales et politiques/Les acquis sociaux sont bousculés en Allemagne ») ou présentent un modèle allemand « fondé sur l’État-providence, le consensus social et la négociation à tous les niveaux » (26/9/1998, « Allemagne Année 2000 »). C’est dire qu’il ne s’agit pas seulement d’un modèle économique, mais aussi d’un modèle de société.

6Ces formulations elliptiques supposent sans doute que les lecteurs connaissent déjà le modèle allemand, pour ne pas dire que le soin leur est laissé de construire l’objet du discours, car il est rare que ce modèle soit présenté de manière plus approfondie. Ceci ne se produit vraiment qu’une fois, en 1991, dans le tout premier article qui en propose une définition (4/6/1991, « Le modèle industriel d’outre-Rhin »). Celui-ci décrit cinq composantes (« la maîtrise technique », « un financement favorable », « le dynamisme de la Rercherche-Développement », « des relations sociales harmonieuses » et « une régionalisation réussie ») qui constituent peu ou prou les éléments repris par la suite et qui ensemble composent ce modèle allemand tel qu’il ressort de la lecture des articles successifs, tel qu’il pourrait apparaître à un lecteur qui aurait la mémoire de tous ces articles. En synthétisant ces derniers, on peut expliciter ces éléments de la manière suivante : la maîtrise technique renvoie à la culture industrielle permettant de produire et d’exporter des produits de qualité à forte valeur ajoutée ; le financement exprime les liens privilégiés entre la banque et l’industrie à travers la Hausbank ; le dynamisme de la R & D et les dépôt de brevets qui s’ensuivent traduisent l’engagement des entreprises elles-mêmes plus que des pouvoirs publics ; les relations sociales harmonieuses tiennent à la pratique de la concertation et du consensus mais aussi aux salaires élevés et à la bonne couverture sociale qui font du modèle allemand un système où tous trouvent leur compte ; enfin, la régionalisation fournit un cadre favorable à l’apprentissage et à l’épanouissement des PME, permettant d’avoir des ouvriers et des employés très bien qualifiés.

7Ce modèle allemand comporte donc les composantes que l’on peut estimer nécessaires et suffisantes, mais il faut noter premièrement que cela reste toujours un modèle sommaire axé sur les éléments les plus symboliques (les salaires, la concertation sociale, l’État-providence) et deuxièmement que l’accent est mis tantôt sur l’un, tantôt sur l’autre de ces éléments. C’est pourquoi on peut parler d’un modèle à géométrie variable, sinon considérer que ce modèle allemand recouvre en réalité une multiplicité de modèles spécifiques réunis par commodité sous une même étiquette.

1.1. Distribution des occurrences

8La distribution cumulée des articles dans le temps suit une courbe assez marquante (cf. graphique ci-dessus) : de quelques unités par an à la fin des années quatre-vingt, on monte à 12 puis à 21 en 1990 et 1991, ce dernier niveau se maintenant pendant toute la première moitié des années quatre-vingt-dix avant de connaître une brusque élévation en 1996 et 1997 (39 et 44) pour retomber brusquement en 1998 à celui de 1990. On constate donc grosso modo une corrélation entre cette distribution et les problèmes entraînés par l’unification qui, après la récession de 1993, culminent en 1995 et 1996, les deux années où l’Allemagne se montre d’abord incapable de respecter les critères de convergence prévus par le Traité de Maastricht, puis dépasse pour la première fois la barre des quatre millions de chômeurs.

9Il convient de signaler que la référence globale au modèle allemand en tant que modèle constitué se fait assez tardivement, car dans les premières années ne se rencontrent que les références partielles qui viennent d’être évoquées, et ce n’est qu’en 1990 que paraît le premier article qui thématise le modèle allemand.

10Le modèle rhénan quant à lui n’apparaît qu’en juillet 1991, soit – ce qui n’est sans doute pas une coïncidence – quelques semaines avant la recension du livre de Michel Albert (1991), lequel prend justement la défense du modèle de capitalisme qu’il qualifie de rhénan contre le modèle anglo-saxon. C’est du reste au même moment, quelques semaines après la parution du livre, que le modèle allemand devient « fameux » dans les colonnes du Monde (7/11/1991, « La faute à l’école ? »). Cependant, si la montée des occurrences MR au début des années quatre-vingt-dix peut s’inscrire dans ce cadre auto-référentiel, leur remontée significative en 2000 (10 articles après un seul en 1999, parallèlement à la baisse des occurrences MA) traduit la confrontation du modèle allemand avec la mondialisation, alors illustrée par l’OPA initialement hostile du Britannique Vodafone sur Mannesmann.

2. Mise en relief et mise en doute

11Le marquage typographique et lexical qui accompagne les occurrences des combinaisons « modèle allemand » ou « modèle rhénan » a indiscutablement pour but de les mettre en relief, tout comme la mention dans le titre principal (31 articles) ou le positionnement à la une (67 articles), mais il n’équivaut pas pour autant à une mise en valeur, loin s’en faut. Dans une proportion d’environ une occurrence sur sept (40 sur 290 pour MA et 12 sur 97 MR), la combinaison « modèle allemand » se trouve en effet placée entre guillemets, et ce jusqu’en 2003 encore. Ce n’est pas forcer l’interprétation, a fortiori quand les guillemets ne portent que sur le seul mot de modèle, de considérer que c’est une façon de signaler que ce dernier ne relève pas de l’évidence et qu’il y a matière à débat sur sa validité, sa légitimité, voire son existence même.

12Quand le modèle allemand ou rhénan est en outre qualifié de « fameux » (respectivement 10 et 7 co-occurrences pour MA et MR), la prudence semble de mise, car bien que le lecteur soit laissé dans l’incertitude du registre, laudatif ou péjoratif, choisi par l’auteur, il s’agit plus souvent d’une mise en doute que d’une mise en valeur et à tout le moins d’une façon de se distancier du modèle allemand, sinon de le rejeter ironiquement.

13Enfin, le fait que l’on rappelle que le modèle allemand est « rituellement loué » ne parle pas forcément en sa faveur, car il paraît évident que cette publicité-là, lassante à force de répétition, ne saurait être de bon aloi (« le “modèle rhénan”, qu’on aime tant rabâcher en France », 14/1/2000, « Le paradoxe de la liquidité »).

2.1. Cautions sujettes à caution

  • 4 Respectivement : 6/6/1991, « Le trompe-l’œil de l’apprentissage » ; 6/1/1994, « Le nouveau Conseil (...)
  • 5 Le journaliste Michael Mönninger remarquait récemment que l’engouement pour le modèle allemand tena (...)

14Si dans sa version la plus stéréotypée, le « fameux modèle allemand si souvent vanté » se trouve plus mis en doute que mis en valeur, cela tient aussi aux cautions invoquées, plus souvent françaises qu’allemandes du reste, car leur mode d’évocation relève de ce que l’on pourrait appeler une défense à charge. Les défenseurs français du modèle allemand, quand ils ne sont pas simplement qualifiés de « fervents » (comme Édith Cresson), apparaissent en effet pour le moins comme des « défenseurs acharnés », des « chantres » ou des « apôtres » du modèle allemand (comme Michel Albert), voire des « thuriféraires4 ». Le choix des qualificatifs ne laisse pas de place à l’équivoque : le modèle allemand relève de la foi, voire du zèle sectaire – et non de la raison. D’ailleurs, à quelques reprises, le modèle « installé comme un mythe » se trouve même rejeté dans le domaine du fantasme (19/9/1995, « Le retour du “modèle allemand” ») ou du rêve, ce qui est une façon de signifier que le modèle allemand tient parfois plus de la projection ou de l’idéalisation qu’il ne reflète une connaissance exacte de la situation allemande5.

15Cette confusion des genres douteuse se retrouve lors de l’évocation des « avocats les plus convaincus du modèle allemand » (12/5/1992, « La crise européo-allemande »), c’est-à-dire des Allemands eux-mêmes :

Marquée par le protestantisme, l’Allemagne croit que la vertu est payante. Influencé par son histoire, le pays se veut, de ce point de vue, un modèle. Depuis vingt ans, l’Allemagne tirait de cette exemplarité, en même temps que de sa puissance industrielle, une vocation naturelle à conduire les affaires économiques de l’Europe. Elle montrait avec fierté les voies d’une croissance stable, équilibrée et socialement juste. (26/1/1993, « Solidarité et vertu allemandes »).

  • 6 Mais non exclusives, cf. par exemple Bernard Keizer (1979 : 7) parlant de la « réussite insolente » (...)

16La dernière phrase de cette citation révèle une raison supplémentaire de se méfier du modèle allemand : l’arrogance allemande, ici présentée comme (presque légitime) fierté, mais à plusieurs reprises dénoncée. Ainsi en 1988 quand Daniel Vernet revient sur un vieux slogan électoral du SPD : « ˶Modell Deutschland !˝ “l’Allemagne, un modèle !”. Le slogan, rebattu aux élections au Bundestag de 1976, avait irrité les adversaires du Parti social-démocrate et réveillé de vieilles craintes chez les voisins de l’Allemagne, tous y décelant la superbe de Helmut Schmidt, alors chancelier à Bonn […]. » (11/5/1988, « La recomposition du paysage politique/Le modèle allemand »). « Modèle Allemagne », mais aussi « Allemagne modèle », alors que cette acception reste marginale en allemand ; il faut croire que certaines rancœurs sont tenaces6 puisqu’en 1995 on pouvait encore retrouver sous la plume du même « Helmut Schmidt qui, à la chancellerie, ne répugnait pas jadis à vanter le “modèle allemand” et à donner des leçons tous azimuts […] ». (19/2/1995, « L’Europe à l’heure allemande »).

  • 7 « Est-ce que l’idée du “modèle allemand” n’est pas une idée bien française ? » se demande Michael N (...)

17Mais le comble, c’est que les Allemands persistent à vouloir montrer l’exemple quand leur modèle apparaît mal en point, persuadés qu’ils sont « que le modèle incarné par leur pays “l’économie sociale de marché” a été et continue d’avoir pour vocation d’être à l’avenir le “meilleur produit d’exportation” du pays. » (11/2/1997, « Allemagne, le bon modèle ? »). Il faut toutefois noter que Le Monde ne met que rarement un nom sur ces Allemands en majorité convaincus de la supériorité de leur modèle d’« économie sociale de marché » (11/2/1993, « L’Allemagne désunie III. – Les grands patrons en mal de modèle ») – ce qui amène à se demander si ce sont bien les Allemands qui se donnent en exemple ou si ce ne sont pas plutôt les Français qui vont chercher un modèle en Allemagne7.

2.2. Modèle ou anti-modèle ?

  • 8 Cf. Anne-Marie Le Gloannec (1996 : 50).

18Le coup fatal pour le modèle allemand vient de l’affirmation répétée de l’impossibilité ou à tout le moins de la grande difficulté qu’il y aurait à transposer ce modèle en France : « Ceux-là mêmes qui souhaitent nuancer l’exemplarité du modèle allemand font valoir le caractère irréaliste d’une transposition mécanique de ce système à l’Hexagone. » (14/5/1997, « Le modèle allemand bat de l’aile »). Une telle entreprise apparaît d’ailleurs d’emblée dévalorisée par la fréquence des cooccurrences de « modèle allemand » avec les verbes copier et calquer ou de leurs participes – le dernier, qui évoque l’imitation étroite, en comptant 13 à lui seul. Quelle que soit la date à laquelle la question de la transposition est abordée, la réponse est invariablement négative ou au mieux, mais exceptionnellement, dubitative : « On comprend que le “modèle allemand” séduise pouvoirs publics et patrons français. Est-il transposable par contagion, par imitation ou par le truchement de la coopération européenne ? Rien n’est moins sûr. » (4/6/1991, « Le modèle industriel d’outre-Rhin »). Même si cette réponse concorde avec l’avis de bien des spécialistes8, elle n’en oblige pas moins à se demander ce que peut bien valoir un modèle qui ne saurait être imité, et il se trouve d’ailleurs un article pour aller au bout du raisonnement en constatant que « l’Allemagne miracle est devenue Allemagne anti-modèle » (15/9/2002, « L’Allemagne désunifiée »).

19Étrange modèle donc au final, dont on vous rebat les oreilles, avec une sorte de zèle sectaire, quand ce n’est pas avec l’arrogance du premier de la classe. Mais il y a pire, puisque ce modèle qui ne saurait servir d’exemple applicable à la France ne semble même pas résister à la confrontation avec la réalité économique allemande.

3. Le modèle et la réalité

  • 9 E. Le Boucher, resp. 7/1/1993, « Allemagne : les taux tant attendus » (dossier Les défis de 1993) e (...)

20Les années quatre-vingt-dix donnent l’occasion de battre en brèche le modèle allemand en multipliant articles et titres à propos des menaces que fait peser l’unification sur l’économie allemande – même si, à en croire le journaliste qui signe 9 des 20 articles consacrés au modèle allemand en 1993, ces menaces semblent d’abord difficiles à évaluer. En janvier, ce dernier considère en effet que l’unification est « venue mettre à mal sinon à terre » le modèle allemand9 – et il écrit pourtant dès décembre : « En ces temps durs en Europe, osons un pronostic qui se veut “optimiste” : l’Allemagne réussira à sortir de la profonde crise qu’elle traverse en conservant son “modèle” d’économie sociale de marché. »… Mais après la récession de 1993, les interrogations sur les causes structurelles de la crise et les problèmes intrinsèques au modèle allemand se renforcent : « et si la récession que vient de connaître l’Allemagne n’était pas seulement conjoncturelle mais avait des causes plus profondes ? » (31/8/1994, « La reprise économique outre-Rhin »).

3.1. Crise du modèle allemand

21À partir de 1996, un nombre croissant d’articles porte spécifiquement sur la crise du modèle allemand (7 articles sur la crise du MA en 1997, après 5 en 1996) : « Bientôt quatre millions de chômeurs, une activité ralentie, des déficits en hausse… Le “modèle allemand” a décidément du plomb dans l’aile. » (13/1/1996, « Les appels à une réforme en profondeur se multiplient »). Pendant que certains s’interrogent encore (« Le “modèle allemand” survivra-t-il aux contraintes de la modernité ? », 24/1/1996, « Un nouveau contrat social en Allemagne »), d’autres signent déjà l’acte de décès (« maintenant que le modèle allemand éclate », 16/8/1996, « Le jeu dangereux de la Bundesbank »). En 1997 en tout cas, la crise est consacrée, métadiscours à l’appui : « Et pourtant, depuis quelques mois, l’apprentissage n’échappe pas, lui non plus, à ce qu’il est désormais convenu d’appeler la “crise du modèle allemand”. » (5/3/1997, « Le “modèle allemand” de formation professionnelle n’échappe pas à la crise »).

  • 10 Comme Esprit no 221, mai 1996 ; Documents no3/1996, Le Modèle allemand, fin ou recommencement ? ; M (...)

22Ce discours de la crise peut s’appuyer non seulement sur les nombreuses publications qui s’y consacrent autour de 1996 et dont Le Monde se fait l’écho10, mais aussi sur le fait que premièrement les Allemands eux-mêmes auraient depuis quelque temps cédé à l’évidence : « L’Allemagne a pris conscience ces dernières années que son industrie commençait à s’endormir sur ses lauriers, que le “modèle allemand” qui en avait fait la force tout au long des décennies précédentes arrivait à ses limites […] » (27/1/1995, « L’Allemagne entame une série de consultations pour apporter des réponses au problème de l’emploi ») ; que deuxièmement la défiance à l’égard du modèle allemand se répand non seulement dans les pays voisins, mais aussi à Wall Street et sur les marchés (4/4/1996, « Malheurs du mark, bonheur du franc »).

3.2. Déclin ou mutation ?

  • 11 Auteur de l’ouvrage controversé La France qui tombe : un constat clinique du déclin français, Paris (...)
  • 12 Alors que l’on n’observe que des occurrences isolées du mot mutation jusqu’à la fin des années 1990 (...)

23De là le chemin devrait mener tout droit au constat de déclin du modèle allemand, or on n’en trouve que des mentions très isolées et il n’est guère qu’un auteur extérieur au journal comme Nicolas Baverez (2003)11 pour parler d’un modèle « en pleine faillite » (1/3/2001, « Archaïque et autiste, la BCE n’est pas crédible »). On voit au contraire se multiplier les remarques sur « cette mutation [qui] prend en Allemagne une tournure spectaculaire » (30/3/2001, « Allianz convoite Dresdner Bank pour dominer la finance européenne ») en lieu et place de l’implosion prévisible du modèle allemand12.

  • 13 Resp. 8/2/2000, « L’économie allemande entre deux modèles » et 8/9/2002, « Prudent et pragmatique, (...)

24Les colonnes mêmes du Monde fournissent une explication à cette « mutation », qui évoque quand même un changement brusque et qui fournit un argument bien commode pour expliquer la survie d’un modèle réputé mal en point depuis 1993. La cohérence entre le discours de crise de 1995/1996 et le constat de mutation de 2001/2002 se rétablit si l’on tient compte d’un discours parallèle autrement moins pessimiste. Tout d’abord, le modèle allemand ne se portait peut-être pas si mal que cela : on trouve en effet, au beau milieu du discours dominant des années 1996/1997 sur la crise du modèle allemand, une bonne demi-douzaine d’articles entre 1994 et 1997 qui vont dans ce sens (31/12/1996, « L’Allemagne se sent plutôt bien ») ou soulignant que les créations d’emplois « confortent sérieusement le modèle allemand. » (17/11/1997, « L’industrie automobile allemande a créé 25 000 emplois cette année »), à tel point que le modèle allemand fait toujours preuve au début des années 2000 d’une farouche résistance illustrée par le sauvetage du groupe de BTP Holzman et par l’affaire Mobilcom13. Et si le modèle allemand résiste, c’est tout simplement grâce à sa faculté d’adaptation, largement thématisée dans un article de 1994 :

Le géant européen est en train de bousculer son traditionnel modèle social pour l’adapter aux exigences des temps. […] L’Allemagne innove. On avait pu craindre que les suppressions massives d’emplois, les réductions des allocations chômage par le gouvernement et la remise en cause par les entreprises des conventions sociales, ne conduisent à un blocage du « modèle allemand ». […] Le modèle allemand fait montre, au contraire, d’une adaptabilité remarquée. (9/3/1994, « Hausse limitée des salaires et maintien de l’emploi/L’onde de choc Volkswagen »).

25Le lecteur se trouve donc en présence d’un double discours ou de deux discours parallèles : un discours sur le modèle allemand en crise et en déclin d’une part, et un discours sur le modèle allemand qui résiste et s’adapte d’autre part, le premier dominant vers 1995/1996, le second vers 2001/2002. À première vue, ces discours parallèles apparaissent en 1996, qui est effectivement présenté comme année-charnière : « “La réforme ou le déclin” : telle est l’alternative qui se présente aujourd’hui aux Allemands. » (24/1/1996, « Un nouveau contrat social en Allemagne »), et à partir de là les deux discours coexistent, ce qui explique que l’on trouve en même temps des références au modèle allemand en crise et au modèle allemand en mutation. Cependant, à y regarder de plus près, on constate que ces deux discours contradictoires existent depuis le début ; ainsi en 1990, à une époque où le modèle allemand fait figure de « référence obligée », Paul Fabra affirmait-il déjà : « Le “modèle allemand” n’est plus ce qu’il était. » (21/8/1990, « La troisième voie du capitalisme »).

3.3. Discours indirect

  • 14 Ce qui n’exclut pas des prises de positions plus franches dans un autre cadre, comme celles d’Izrae (...)
  • 15 Un classement sommaire donne environ 60 % d’articles comportant un jugement négatif contre 40 % de (...)

26Mais cette coexistence est loin d’être flagrante, car l’adhésion ou le rejet ne s’expriment jamais ouvertement : on ne trouvera en effet aucun article pour vanter ou dénigrer clairement le modèle allemand sous la signature d’un rédacteur du Monde14. Est-ce parce que Le Monde se distingue sur cette question aussi bien des tenants du modèle allemand que des opposants ? Toujours est-il que les préférences ne s’expriment qu’indirectement, par exemple à travers le sort fait aux adeptes du modèle allemand, plutôt moqués (comme Alain Madelin) ou aux opposants, plutôt « corrigés » (23/5/2000, « Allemagne : le contresens de Jean-Pierre Chevènement »). Dans le même ordre de procédés indirects, il arrive que les interviews sollicitent la caution de l’interviewé pour conforter l’idée du déclin, en demandant par exemple à Gerhard Cromme : « Votre opération sonne-t-elle le glas du modèle rhénan ? » (2/4/1992, « Un entretien avec le président de Krupp ») ; ou au consultant Gerhard Berger : « Est-ce que cette affaire sonne le glas d’un certain capitalisme rhénan ? » (16/4/2002, « Plaidoyer pour la réforme du capitalisme allemand »). Les articles favorables au modèle allemand se servent quant à eux du retour ironique sur des pronostics de déclin prématurés : « Vers 1985, les meilleurs économistes […] prédisaient la fin du miracle allemand, le déclin industriel du pays. » (4/6/1991, « Le modèle industriel d’outre-Rhin ») ; « En 1993, tous les constructeurs allemands, à l’exception de BMW, étaient dans le rouge. Personne n’aurait parié ni sur un tel comeback, encore moins sur sa vitesse. Voitures trop chères, modèles inadaptés, coûts de production trop élevés : le verdict était sans appel. Et avec lui venait la fin du “modèle allemand”. » (9/5/1998, « Retour en force »). Mais il faut noter que les articles favorables au modèle allemand, souvent rédigés sur le ton de la défensive, restent minoritaires15.

3.4. Ambivalences

  • 16 Philippe Ricard en l’occurrence. Certes, ce n’est pas toujours l’auteur de l’article qui en choisit (...)

27Ce qui ne laisse toutefois pas de troubler, c’est qu’un même journaliste16 puisse établir deux constats contradictoires à peu de temps d’intervalle, par exemple : « Le capitalisme rhénan change, mais il n’est pas mort » (titre du 3/4/2001) et à peine six mois plus tard : « Bref, le déclin du modèle rhénan semble incontournable. » (21/9/2001, « Gerhard Schröder réforme par petites touches le “modèle rhénan” »). C’est ici qu’intervient la géométrie variable du modèle allemand, car dans l’exemple cité, le déclin concernait les liens traditionnels entre la banque et l’industrie, alors que la survie concernait le volet social et la cogestion, en voie de modernisation. Autrement dit, les uns et les autres ne parlent pas toujours du même modèle, dont ils envisagent au gré des articles tantôt tel aspect, tantôt tel autre. Il est donc tout à fait possible de parler en même temps de crise (par exemple à cause des coûts de production) et de bonne santé (à cause de la concertation toujours efficace). Ce qui complique la perception, c’est qu’il est rare que la référence au modèle allemand soit clairement spécifiée. Cela ne se produit guère que dans des interviews, comme celle précédemment citée de Roland Berger (déclin du modèle capitaliste, mais survie du modèle social), ou dans une autre d’Alfred Grosser (17/9/2002, « Les scandales ont montré que la cogestion ne garantit pas la transparence ») ; mais ce sont les interviewés qui recadrent les questions avant d’y répondre (Le Monde : « Peut-on encore parler d’un modèle rhénan ? », A. Grosser : « Si “le modèle rhénan”, c’est la cogestion des entreprises […], alors oui, on peut dire que ce système fonctionne encore. »).

28Il faut ajouter à cela le fait que les éléments mêmes qui sont mis en avant pour défendre le modèle allemand peuvent aussi bien être retournés contre lui, ce qui explique qu’un même journaliste puisse tenir des discours apparemment contradictoires, ou que deux journalistes puissent avoir des discours opposés sur le même sujet. Ainsi la pratique de la concertation peut-elle être considérée comme synonyme d’immobilisme, les liens étroits entre banques et entreprises comme synonyme de protectionnisme, la rigueur monétaire de rigidité, la protection sociale de coûts inflationnaires, etc.

29Enfin, la nature et la taille des enjeux n’est pas sans influer non plus sur l’appréciation du modèle allemand : la référence partielle au modèle allemand, généralement d’ordre plus technique, passe plus facilement que la référence globale qui comporte une dimension idéologique et qui oppose le modèle allemand à « l’exception française ». De même, le modèle allemand rencontre-t-il davantage de compréhension quand il est question des problèmes économiques dus à l’unification ou de la résistance au modèle anglo-saxon que lorsqu’il s’agit de l’édification européenne et de la rivalité entre la France et l’Allemagne pour le leadership européen…

Conclusion

  • 17 D. Vernet venait, il est vrai, de publier son livre La renaissance allemande, 1992.

30L’impression de lecture initiale ne relevait donc pas d’un simple phénomène de perception sélective, car non seulement le discours du Monde sur le modèle allemand n’est pas exempt de contradictions, en partie dues à la géométrie variable du modèle présenté, à l’ambivalence de ses composantes ou au contexte de la discussion, mais il s’articule effectivement en deux sous-discours contradictoires, dont la coexistence peut d’autant plus facilement induire un tel phénomène chez les lecteurs que les articles du Monde n’échappent pas toujours à certains travers pourtant dénoncés dans les colonnes mêmes du quotidien, à commencer par la tendance à annoncer la mort du modèle allemand avant l’heure, déplorée par Daniel Vernet17 dès 1992 : « Le “modèle” allemand de consensus, largement idéalisé, a été du jour au lendemain déclaré caduc, parce que quelques milliers d’employés des services publics avaient cessé le travail. » (23/5/1992, « L’Allemagne par-dessus tout ») ; ensuite la tendance à ne se référer qu’à un aspect choisi du modèle allemand mais à juger de la totalité du modèle en fonction de cet aspect, critiquée par Luc Rosenzweig : « Seulement voilà, nos hommes politiques ont tendance à ne voir outre-Rhin que ce qui les arrange, et à passer sous silence ce qui ne leur convient pas. » (11/12/1995, « Les limites du modèle allemand »). Enfin, une difficulté à faire coïncider l’image du modèle et sa réalité, soit parce qu’il s’agit d’un modèle virtuel, voire rêvé, dont on cherche en vain la confirmation dans la réalité économique et dont on ne peut donc être que déçu ; soit parce qu’il s’agit d’une représentation plus ou moins statique qui a du mal à suivre la réalité dynamique d’un modèle en perpétuel changement. C’est ce décalage qui nécessite de temps en temps des ajustements, pour ne pas dire des mutations du discours, précisément comme lorsque l’on parle subitement de « mutation » du modèle allemand et que l’on découvre que le modèle réputé moribond se porte encore bien.

  • 18 Il n’y a donc rien d’« incompréhensible » dans la « délectation […] avec laquelle, comme bien souve (...)
  • 19 Pour un discours explicite, cf. P. Thibaud associant la « germanomanie des élites » françaises et l (...)
  • 20 Respectivement : 13/11/2001, « Pourquoi l’Allemagne devient la lanterne rouge de l’Europe » ; 26/1/ (...)

31La chronologie des occurrences de la référence globale au modèle allemand, c’est-à-dire au modèle constitué avec ses diverses composantes, montre par ailleurs que l’on ne commence à en parler qu’au moment où ce modèle se trouve en difficulté. Or dans un contexte de crise, le discours sur le modèle allemand peut être le prétexte à créer une situation dans laquelle les rapports de pouvoirs économiques réels se trouvent sinon inversés, du moins fortement altérés : dans la réalité l’Allemagne est plus puissante que la France, dans le discours cette puissance peut être contestée – et si par chance pour la France (ou par malheur pour l’Allemagne) les données conjoncturelles confirment le discours sur le déclin du modèle allemand, ce dernier fait figure de vérité. À partir du moment où l’on peut montrer que le modèle est mal en point, qu’il a « du plomb dans l’aile » – la métaphore cynégétique montre d’ailleurs bien qu’il s’agit d’un modèle à (a) battre –, le discours sur le modèle allemand peut s’établir en discours de pouvoir. Ce n’est donc qu’en démontant le modèle, en constatant son déclin, ou simplement en affirmant l’impossibilité de le transposer en France, c’est à dire en niant son statut même de modèle, que ce discours peut revendiquer une certaine autorité18. Et à ce jeu-là, il y a tout intérêt à ériger l’Allemagne en modèle idéal pour mieux pouvoir la critiquer ensuite, puisque le procédé fonctionne d’autant plus efficacement que le piédestal est élevé et le modèle idéalisé… Inversement, dans la situation où le modèle est effectivement présenté comme étant digne d’imitation, le discours sur le modèle allemand constitue en même temps un discours sur l’infériorité de la France, et ceux qui se font les « apôtres », les « chantres », les « thuriféraires » de ce modèle se rendent forcément suspects. Cette évidence demeure toutefois tacite dans les colonnes du Monde19, et pour que le quotidien titre exceptionnellement « Le “modèle allemand” suscite agacement et convoitise chez les Français » (2/2/2001), il faut se placer sur un terrain où il est apparemment plus facile de reconnaître les rapports de force, un terrain de handball en l’espèce. Dans le domaine économique, il faut se contenter de s’apitoyer, avec une satisfaction dissimulée, sur la crise du modèle allemand ou d’ironiser, comme en 2001, sur ce « pays volontiers donneur de leçons » qui a perdu sa « superbe », l’idéal étant de pouvoir inverser le rapport de forces pour faire la leçon aux Allemand et décréter, comme en 1993, « L’Allemagne n’est plus digne de son modèle », ou mieux encore, de sortir son stylo rouge pour corriger « les copies à revoir du mauvais élève allemand20 ».

Bibliographie

Bibliographie

Albert, Michel, 1991, Capitalisme contre capitalisme, Paris, Le Seuil.

Baverez, Nicolas, 2003, La France qui tombe : un constat clinique du déclin français, Paris, Perrin.

de Champris, Thibaut., 2001, « Mort, le modèle allemand ? » in Documents no 2/2001, p. 56.

Crouch, Colin/Streeck, Wolfgang (éds.), 1996, Les Capitalismes en Europe, Paris, La Découverte.

Documents no 3/1996, Le Modèle allemand, fin ou recommencement ?

Esprit no 221 (mai 1996), L’Allemagne de nos incertitudes. L’Europe sera-t-elle allemande ? Leçons d’enquête sur le « modèle » allemand.

Foucault, Michel, 1971, L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

Gave, François, 1996, « Le modèle allemand est-il en crise ? », in Les Études du CERI (Centre d’études et de recherches internationales-FNSP) no 19, Paris, FNSP.

Izraelewicz, Erik, 1999, Le Capitalisme zinzin, Paris, Grasset.

Keizer, Bernard, 1979, « Le modèle économique allemand – mythes et réalités », in Notes et Études Documentaires no 4549-4550, Paris, La Documentation française, p. 7.

Le Gloannec, Anne-Marie, 1996, « L’Allemagne et la France, deux cultures politiques ? Entretien avec Anne-Marie Le Gloannec et Pierre Hassner », in Esprit no 221, p. 50.

Mauduit, Laurent, 1999, La Gauche imaginaire et le nouveau capitalisme, Paris, Grasset.

Milano, Serge, 1996, Allemagne. La fin d’un modèle, Paris, Aubier.

Nerlich, Michael, 1996, « L’Allemagne de nos incertitudes. L’Europe sera-t-elle allemande ? Leçons d’enquête sur le “modèle” allemand », in Esprit no 221, p. 27.

Thibaud, Paul, 1996, « L’Europe allemande… Définitivement ? », in Esprit no 221, p. 61.

Notes

1 Le dépouillement a été arrêté à la date du 5 novembre 2003.

2 Rédacteurs et collaborateurs occasionnels, donc à l’exclusion de 34 tribunes libres et contributions dont les auteurs se signalent par leurs fonctions extérieures au journal ou leur notoriété (hommes politiques, écrivains, etc.).

3 Foucault, 1971 : 23.

4 Respectivement : 6/6/1991, « Le trompe-l’œil de l’apprentissage » ; 6/1/1994, « Le nouveau Conseil de la politique monétaire de la Banque de France/Michel Albert : l’apôtre du modèle rhénan » ; 24/11/1997, « L’Allemagne s’italianise ».

5 Le journaliste Michael Mönninger remarquait récemment que l’engouement pour le modèle allemand tenait souvent de ce qu’il appelle joliment « kenntnisfreie Wertschätzung der deutschen Verhältnisse » (Die Zeit no 40 du 25/9/2003, « Allemagne, du ‘ ast es besser »).

6 Mais non exclusives, cf. par exemple Bernard Keizer (1979 : 7) parlant de la « réussite insolente » de l’Allemagne.

7 « Est-ce que l’idée du “modèle allemand” n’est pas une idée bien française ? » se demande Michael Nerlich dans Esprit (Nerlich, 1996 : 27).

8 Cf. Anne-Marie Le Gloannec (1996 : 50).

9 E. Le Boucher, resp. 7/1/1993, « Allemagne : les taux tant attendus » (dossier Les défis de 1993) et 21/12/1993, « Le modèle allemand n’est pas mort ».

10 Comme Esprit no 221, mai 1996 ; Documents no3/1996, Le Modèle allemand, fin ou recommencement ? ; Milano, 1996 ; Crouch/streeck, 1996 ; Gave, 1996.

11 Auteur de l’ouvrage controversé La France qui tombe : un constat clinique du déclin français, Paris, Perrin. En la matière, Le Monde se distingue aussi d’autres publications qui entonnent volontiers ce chant du déclin, comme L’Expansion (28/8/2002, « Le déclin allemand » ou 29/1/2003, « Incertitudes allemandes »).

12 Alors que l’on n’observe que des occurrences isolées du mot mutation jusqu’à la fin des années 1990, on en trouve subitement 17 sur un total de 36 articles consacrés de 2000 à 2003 au modèle rhénan.

13 Resp. 8/2/2000, « L’économie allemande entre deux modèles » et 8/9/2002, « Prudent et pragmatique, Gerhard Schröder a contribué à la mutation du capitalisme rhénan ».

14 Ce qui n’exclut pas des prises de positions plus franches dans un autre cadre, comme celles d’Izraelewicz (1999), ou de Mauduit (1999), qui concluent à la victoire du modèle anglo-saxon.

15 Un classement sommaire donne environ 60 % d’articles comportant un jugement négatif contre 40 % de positifs (une fois les 34 signatures extérieures éliminées, il reste 132 articles « contre » et 88 « pour » sur un total de 220 qui expriment un jugement, les 50 restants ne comportant qu’une mention neutre du MA ou du MR).

16 Philippe Ricard en l’occurrence. Certes, ce n’est pas toujours l’auteur de l’article qui en choisit le titre, mais cela ne modifie en rien la contradiction apparente du contenu.

17 D. Vernet venait, il est vrai, de publier son livre La renaissance allemande, 1992.

18 Il n’y a donc rien d’« incompréhensible » dans la « délectation […] avec laquelle, comme bien souvent, la presse française célébrait ce qu’elle croyait être la fin d’un système […] » (de Champris, 2001 : 56).

19 Pour un discours explicite, cf. P. Thibaud associant la « germanomanie des élites » françaises et leurs « vieux complexes vis-à-vis de l’Allemagne » qui se traduiraient aujourd’hui comme sous la collaboration par une « fascination pour les plus forts » (Thibaud, 1996 : 61, en part. note 16).

20 Respectivement : 13/11/2001, « Pourquoi l’Allemagne devient la lanterne rouge de l’Europe » ; 26/1/1993, « Solidarité et vertu allemandes » ; 23/3/1999, Dossier : « Les copies à revoir du mauvais élève allemand ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7911/img-1.jpg
Fichier image/, 67k

Auteur

Université de Bourgogne-Dijon

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540