Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1a - Politique, société et discours

L’économie sociale de marché allemande vue à travers les premiers discours de Ludwig Erhard

Patricia Commun

Texte intégral

  • 1 Schumacher, 2003 : 8 et sq. ; Kauffmann, in Schumacher, 2003 : 77-97.

1Depuis quelques années, l’Allemagne fédérale subit le triple choc de l’unification, de l’accélération de la mondialisation et du poids grandissant de l’État de bienfaisance. La crise de l’économie allemande semble remettre en cause les fondements du système qui avait fait de l’Allemagne un modèle de succès économique et de stabilité sociale depuis plus de cinquante ans1. Cette crise économique a ravivé en Allemagne comme en France la discussion autour du concept qui sous-tend le système économique de l’Allemagne fédérale : celui d’économie sociale de marché.

  • 2 Lattard, in Schumacher, 2003 : 53-76.
  • 3 Commun, in Schumacher 2003 : 119-141.

2Les chercheurs mettent de plus en plus en avant la dichotomie grandissante entre le concept et la déréliction du système, en particulier dans sa dimension sociale qui comprend à la fois les questions de politique sociale et de partenariat social2. Par ailleurs, le concept lui-même fait l’objet depuis quelques années d’une refonte idéologique orchestrée par un regroupement d’hommes politiques de tendance libérale qui tentent de redonner au « social » un sens compatible avec les contraintes de la crise économique actuelle3. Ces efforts de sauvetage du concept prouvent une fois de plus l’importance qu’attachent les Allemands à la spécificité culturelle et idéologique de leur « économie sociale de marché » qu’ils continuent à ne pas vouloir assimiler à une « économie de marché » pure et simple.

  • 4 Blümle/Goldschmidt/Klump/Schauenberg/VON Senger, 2004.
  • 5 En particulier : Klump, 2003, Campagnolo, 2003 et Goldschmidt, 2003.

3Parler de dimension idéologique du concept d’économie sociale de marché signifie en premier lieu qu’on le relie à un espace culturel. Depuis peu en Allemagne une « économie culturelle », héritière à la fois de l’École de Fribourg et de l’École historique allemande, ramène dans le champ culturel l’étude des concepts et des systèmes économiques4. C’est dans ce cadre de réflexion et en commun avec deux des principaux chercheurs à l’origine du concept d’économie culturelle que des recherches ont été engagées voici quelques années en France sur les origines philosophiques allemandes du concept d’ordolibéralisme allemand, lui-même à la source de l’économie sociale de marché5.

4Tout concept économique n’est pas seulement marqué par un espace culturel, il est également intégré dans une époque donnée, un moment historique. Il est important d’en rappeler les circonstances afin de parvenir à l’« historiciser » sans pour autant le relativiser entièrement. C’est la raison pour laquelle il est utile de revenir sur les circonstances de la naissance et surtout de la « mise en scène » politique du concept par celui qui fut considéré a posteriori comme le « père du miracle économique allemand » : le ministre Ludwig Erhard.

5L’étude des premiers discours économiques multipliés par Ludwig Erhard au moment de la Réforme monétaire de 1948 permet de cerner cette mise en scène politique et idéologique du concept. Je fais ici l’hypothèse suivante : c’est la capacité de Ludwig Erhard à politiser le discours économique qui engagea les zones occidentales puis l’Allemagne fédérale sur la voie d’une économie de marché. La politisation du concept d’économie sociale de marché attira à l’économie de marché une large majorité d’adeptes de l’économie dirigée en les persuadant de la dimension sociale inhérente à une économie de marché correctement régulée.

  • 6 « Der Weg in die Zukunft », Rede vor der 14. Vollversammlung des Wirtschaftsrates des Vereinigten (...)

6L’objet central de cette analyse est un long discours tenu par Ludwig Erhard le 21 avril 1948, quelques mois donc avant la réforme monétaire du 21 juin instaurant le Deutsche Mark6. Le discours fut prononcé à l’occasion d’une séance plénière de l’administration économique de la Bizone que Erhard dirigeait depuis décembre 1947. Le directeur économique de la Bizone, qui se faisait de plus en plus remarquer pour ses propos libéraux, a été interpellé par les membres de cette administration sur la question de l’existence d’un « programme de politique économique ». Quelques jours auparavant, le 18 avril 1948, c’est sur la foi d’un rapport de Leonhard Miksch, économiste ordolibéral membre de l’École de Fribourg et élève du célèbre économiste et fondateur de cette école, Walter Eucken, que le conseil scientifique de l’administration économique de la Bizone a décidé, à une très faible majorité cependant, le retour à l’économie de marché qui passait par une libéralisation des prix concomitante de la réforme monétaire. Mais il restait encore à convaincre une administration économique en quelque sorte engluée dans les pratiques quotidiennes de l’économie dirigée héritée de la guerre et prolongée pour faire face aux problèmes de pénurie des biens de consommation.

1. La critique de l’économie dirigée

  • 7 La notion d’économie sociale de marché apparaît pour la première fois dans un ouvrage d’Alfred Mül (...)

7En 1948, le concept d’économie sociale de marché a déjà vu le jour : il a été « inventé » par Alfred Müller-Armack en 19467. Il n’est certes pas encore expressément évoqué par Erhard mais il est omniprésent entre les lignes du discours du 21 avril.

  • 8 C’était également la position du gouvernement français qui fit le choix d’une politique de planifi (...)

8Dans son discours d’avril 1948, Ludwig Erhard commence par fustiger les méfaits de l’économie dirigée à laquelle il impute les graves difficultés d’approvisionnement du moment. La thèse généralement la plus répandue et donc celle de l’administration économique était que les difficultés d’approvisionnement étaient en train de s’aggraver à cause de dysfonctionnements du système de distribution des denrées qui avait été mis en place dans le cadre de l’économie de guerre. Par ailleurs, les bruits autour d’une réforme monétaire prochaine encourageaient la rétention des marchandises à laquelle il fallait mettre fin par des mesures autoritaires et punitives. La perspective d’une réforme monétaire accompagnée d’une libéralisation des prix risquait d’aggraver ces dysfonctionnements qui pourraient déboucher sur de graves troubles sociaux. C’était là la position de l’administration économique8.

  • 9 Walter Eucken, économiste dit ordolibéral, fut le chef de file de l’École de Fribourg qui parvint (...)
  • 10 Erhard, 1948a : 92 et sq.

9La classe politique ouest-allemande réclamait dans son ensemble une amélioration du fonctionnement de l’économie dirigée, en particulier dans le domaine de l’approvisionnement de la population en biens de première nécessité. Ludwig Erhard était le seul homme politique de renom s’engageant au nom d’une solution libérale. Pour ce faire, il fit dans ce fameux discours d’avril 1948 un descriptif du cercle vicieux de l’économie dirigée. Sa description de la situation économique du moment s’inspirait, sans le citer expressément, de l’analyse négative de l’économie dirigée faite par l’économiste ordolibéral Walter Eucken9. Pour lui, comme pour Eucken d’ailleurs, les problèmes de l’économie de la Bizone étaient d’ordre structurel et non conjoncturel10 et devaient pour cette raison être réglés à la lumière d’une approche à la fois pragmatique et scientifique. Les problèmes sociaux étaient liés au déclin matériel de l’économie allemande, lui-même dû moins à des problèmes d’organisation de la distribution qu’à une productivité et une production insuffisantes. C’était justement l’économie dirigée qui avait mis et continuait de mettre l’accent sur le redémarrage de l’industrie lourde. L’économie dirigée ne faisait donc qu’aggraver le déséquilibre structurel entre industrie lourde et industrie légère né de l’économie de guerre. L’économie dirigée ne se contentait pas de produire des déséquilibres structurels : elle méprisait le travail humain simplement vu sous un jour de facteur productif.

10Il fallait donc plutôt planifier un soutien à l’industrie des biens de consommation. Erhard entendait transformer les crédits du plan Marshall à l’aide alimentaire en un apport de capital à l’industrie alimentaire. La production de nourriture en quantité suffisante stimulerait alors non seulement l’énergie mais aussi le moral des travailleurs et donc au bout du compte leur productivité.

11Ludwig Erhard reprend en termes plus concrets et plus politiques toute l’analyse économique que fit Walter Eucken de la situation d’après-guerre.

  • 11 Walter Eucken a eu jusqu’à sa mort en 1950 une activité de conseiller politique au sein du conseil (...)

12L’économiste ordolibéral Walter Eucken imputa effectivement une série d’articles11 parus dans la presse généraliste les désordres de l’économie allemande d’après-guerre non pas à une destruction de l’appareil productif ou encore à des dysfonctionnements de l’économie dirigée mais aux problèmes de reconversion d’une économie de guerre en économie de paix. En mettant traditionnellement l’accent sur l’industrie lourde, l’économie dirigée aggravait ces déséquilibres et freinait la reprise. Les dysfonctionnements étaient donc les suivants : déséquilibre de la répartition entre secteur primaire et secondaire ; faiblesse du stock de capital utilisable en économie de paix ; excès de liquidité dus à l’inflation cachée qui avait financé l’armement et la guerre ; ralentissement de la vitesse de circulation de la monnaie jusqu’à un blocage complet dans les phénomènes de troc ; dérèglement complet de la relation de l’offre et de la demande ; faible productivité du travail ; développement d’une économie domestique parallèle pour les besoins de survie alimentaire. Les problèmes étaient structurels et non ponctuels ou conjoncturels, encore moins sociaux.

  • 12 Sontheimer, 1961 : 61 ; Janssen, 2000.
  • 13 Erhard, 1948a : 98.

13Cependant il est intéressant de voir que Ludwig Erhard évite de reprendre dans son discours la terminologie de l’économiste Eucken, tout en décrivant ces mêmes mécanismes de la crise structurelle liée à un problème de transition entre économie de guerre et économie de paix. Il évoque alors dans ce discours adressé à des hauts fonctionnaires ces problèmes économiques à l’aide d’un vocabulaire organiciste : plutôt que de parler de « déséquilibre structurel », il parle de « disharmonie » ou d’équilibre organique et naturel de la société. Pour parler de reprise, il parle de « guérison ». Il n’évoque pas la planification de l’industrie lourde mais « la concentration planifiée des énergies » sur l’industrie lourde. Il s’agissait sans doute d’éviter le reproche fait dans les années vingt et trente aux libéraux d’avoir une vision trop « mécaniste » et justement purement structurelle du fonctionnement de l’économie et de la société. L’économie de marché est alors décrite avec le vocabulaire organiciste de ses détracteurs des années vingt12 : « L’économie ne pouvait être comprise comme un mécanisme sans âme, mais elle était portée par des hommes vivants, pleins de désirs individuels et d’idées… On s’exposait à de funestes conséquences sociales si on oubliait que le but suprême de l’activité économique ne pouvait être que la consommation… »13. Il introduisait ainsi en recourant au vocabulaire même des détracteurs de l’économie de marché la notion d’économie de marché, en particulier en évoquant cette question centrale du prix de marché, garantissant bien mieux que les prix contrôlés l’équilibre entre l’offre et la demande.

14Le libéralisme était accusé dans les années 1920 et 1930 d’impuissance et d’incapacité à gérer les crises. À son auditoire qui l’a sommé de développer un programme de politique économique et donc d’action, il fallait qu’Erhard fasse comprendre que l’important était justement de ne rien faire et de quitter la voie du contrôle des prix. Il fallait convaincre une administration occupée à faire fonctionner une économie dirigée en quelque sorte de devoir mettre fin à ses tâches en acceptant l’idée d’un retour à une économie de marché ou du moins, dans un premier temps, à relâcher l’étau de l’économie dirigée. Ludwig Erhard sait donc qu’il ne peut proposer des moyens supplémentaires de contrôle mais qu’il doit donner une impression de maîtrise de la situation à un auditoire qui doit donner son accord et son soutien à une libéralisation des prix prévue pour le mois de juin. Tout l’art consiste donc à insuffler au discours suffisamment de dynamique pour donner une impression d’action.

15Il rappelle tout d’abord que l’important était de régler l’équilibre entre l’offre et la demande, mais que le meilleur des régulateurs n’était pas une administration tentaculaire ou de multiples commissions des prix, mais… le marché et donc la liberté des prix dans un cadre de justice concurrentielle.

16C’est la raison pour laquelle Erhard recourt beaucoup à un vocabulaire de l’action censé donner au discours un aspect dynamique : il affirmait qu’en tant que directeur de l’administration économique de la Bizone, il ne « resterait pas inactif », en particulier lors de la Réforme monétaire. La Réforme monétaire est présentée comme ce qu’elle est, c’est-à-dire une décision incontournable des Alliés. Être inactif signifierait alors accepter passivement cette réforme imposée en quelque sorte par l’occupant sans rien changer au système. Alors qu’il y avait justement un moyen de donner un tour actif à la situation en prenant une décision qui n’était pas demandée par les Alliés et qui pourrait être décidée par les Allemands eux-mêmes : justement celle d’une libéralisation des prix concomitante à la réforme monétaire.

17Dans la pratique, on sait que la décision de libéralisation des prix fut portée par Erhard seul qui s’imposa contre le souhait même de l’occupant américain, en fait inquiet des désordres politiques et sociaux que la libéralisation des prix pouvait engendrer. Les occupants américains seront également les premiers à demander un retour à des mesures de contrôle à la suite des premiers troubles sociaux causés par l’augmentation des prix à la fin de l’année 1948.

18Le retour à l’économie de marché par le biais de la libéralisation des prix a toujours été présenté par Erhard comme une décision personnelle mais aussi comme la marque d’une volonté nationale par rapport à des occupants dans l’ensemble plutôt favorables à un système d’économie dirigée. Il fallait que cette économie de marché fût spécifiquement allemande : ce fut l’économie sociale de marché.

19Le problème était que le libéralisme et l’économie de marché avaient été accusés d’être profondément asociaux, défavorables à la classe ouvrière. Erhard montre que c’est la situation économique actuelle qui est profondément asociale : l’inflation cachée permettait effectivement l’enrichissement des possédants au détriment des travailleurs ; le retour à une société de troc était non seulement primitif mais amoral ; le travail était dévalorisé car il n’était plus possible de s’enrichir par le travail. Walter Eucken avait, lui aussi, décrit les conséquences morales désastreuses pour l’ensemble de la société de la prolifération d’une économie parallèle. « Social » devient sous la plume des ordolibéraux et de Ludwig Erhard un synonyme de « moral » et de « responsable ». Ce n’était pas quelques personnes incompétentes dans la chaîne de l’économie dirigée qui étaient, comme le croyait l’administration économique, responsables des dysfonctionnements de la distribution alimentaire, mais tout un système économique. C’est le système qui créait des situations asociales, amorales, risquant au bout du compte de remettre l’autorité de l’État en question. Seul un nouvel ordre économique et monétaire permettrait de redonner aux travailleurs leur dignité morale et serait donc social. Le « social » passait donc avant tout, comme les économistes ordolibéraux l’affirmaient, par une moralisation de l’ordre économique : fin du marché noir et remise à l’honneur de la valeur travail.

  • 14 Erhard, 1948a : 94.

20Enfin, ce qui comptait, c’était le maintien de l’ordre social qui ne pourrait être assuré que dans le cadre du rétablissement d’un ordre économique : seule une réforme monétaire permettant un assainissement de l’inflation cachée ainsi qu’un rééquilibrage rapide entre l’offre et la demande, grâce à la libéralisation des prix, pouvait assurer une stabilisation de la situation à la fois économique et sociale14.

  • 15 L. Erhard, « Bestimmungsgründe des deutschen Lebensstandards », Die Neue Zeitung du 1/12/1947.

21En tous les cas, les injustices sociales ne pouvaient pas être attribuées au marché : Ludwig Erhard rappelait dans un article datant de décembre 194715 que les injustices sociales frappaient déjà et frapperaient encore ceux qui étaient dans l’incapacité de travailler : femmes et surtout retraités ainsi que ceux qui avaient subi des pertes matérielles pendant la guerre. Mais ces injustices sociales étaient une conséquence de la guerre, et non du capitalisme !

22Il fallait en tous les cas remédier à ces injustices par une politique de compensation sociale au bénéfice de ceux qui avaient tout perdu et qui étaient dans l’incapacité de reconstituer par le travail ce patrimoine brisé par la guerre. C’est là la seule mesure sociale pour laquelle Ludwig Erhard s’engage. Nulle part dans ces premiers textes il ne parle de la nécessité d’une justice sociale correctrice des inégalités et des injustices produites par le marché. La justice était celle de la réussite pour le travailleur performant et le consommateur libre de ses choix.

2. L’argumentation face aux opposants à l’économie de marché : le libéralisme organisé ou la troisième voie ordolibérale

  • 16 R. Sally, « Ordoliberalism and the Social Market : Classical Political Economy form Germany », in (...)

23La notion d’ordre était particulièrement importante aux yeux des conservateurs allemands qui assimilaient l’économie de marché à un capitalisme débridé porteur de crises et de désordre social. Ludwig Erhard s’y réfère volontiers, tenant compte de cette critique conservatrice du capitalisme et reprenant à son compte les positions des ordolibéraux comme Wilhem Röpke et Alexander Rüstow qui ont intégré cette critique dans leur version d’un néolibéralisme à l’allemande16.

24Dans son discours du 21 avril 1948, à peine Ludwig Erhard a-t-il évoqué, après de longs détours et une grande ruse dialecticienne et politicienne, sa volonté de supprimer le contrôle des prix, qu’il se croit obligé de lancer une salve de contre-feux : il ne prétend en aucun cas prêcher pour « des formes économiques issues du libéralisme historique » ainsi que pour un libéralisme qui se réduisait à de la « flibusterie ».

  • 17 Voir en particulier Röpke, 1942. Erhard affirme avoir découvert W. Röpke pendant la guerre et que (...)
  • 18 Erhard, 1948a : 110.

25Il s’agissait de trouver un ordre économique et politique capable de résoudre le problème posé par la dichotomie entre individu et société et qui n’avait pas été réglé, ni par le libéralisme, ni par les États totalitaires. La terminologie utilisée par Ludwig Erhard est sortie tout droit de Wilhem Röpke17 : le choix de l’homme ne pouvait se réduire à l’alternative entre l’anarchie et un « État termitière » ; il fallait pour l’homme à la fois la liberté et l’engagement contractuel dans un État de droit qui ait l’autorité morale pour agir et parler au nom du peuple18.

26Le concept d’ordolibéralisme, développé au début des années 1940 par Walter Eucken, occupait ce terrain de la troisième voie en ayant associé au libéralisme tant décrié dans les années vingt et trente la notion d’ordre. Nous voyons ici que cette notion est bien davantage qu’un concept de législation anticartels par ailleurs déjà présent chez les libéraux anglo-saxons.

  • 19 Bartels, 1997.

27Ce qui est caractéristique du néolibéralisme à l’allemande repris ici par Ludwig Erhard, c’est le besoin d’adjoindre la notion d’ordre au libéralisme. Cela ne se comprend que si l’on connaît la critique conservatrice et plus particulièrement catholique du capitalisme dans l’Allemagne des années vingt et trente qui intègre la doctrine sociale de l’Église catholique. L’ordre renvoyait à la notion quasi augustinienne d’ordo, à celle de conservation de l’harmonie sociale, en réponse à l’idée marxiste de lutte des classes. L’ordre, c’était aussi l’équilibre entre nature et vie citadine qui pallie les méfaits du capitalisme que sont la massification et la perte du rapport à la nature. L’ordre, c’était ce qui permettait d’éviter le chaos des crises économiques, l’équilibre entre tradition et progrès19.

28Erhard recourt fréquemment sans la citer expressément à cette terminologie de l’ordre qu’il a trouvée chez Röpke. Il reprend à plusieurs reprises la notion d’ordre qui est manifestement utilisée chez lui à des fins politiques : car les descriptifs qui suivent sont en général ceux tout simplement d’une économie de marché. L’expression « d’ordre » est abondamment employée pour calmer les peurs de désordre liées à la libéralisation des prix. Ludwig Erhard croit en la naissance quasi spontanée d’une harmonie sociale issue d’un système économique de concurrence régulée et n’évoque pas dans les textes de la fin des années quarante la mise en place d’un partenariat social qui caractérisera la future économie sociale de marché. L’économie sociale de marché emprunte chez le Ludwig Erhard des années 1947 et 1948 largement à l’ordolibéralisme conservateur d’un Wilhem Röpke.

29Cependant il ne suit pas Röpke sur la voie de la critique du capitalisme et de la massification.

30Ce qui importe, c’est de neutraliser les peurs suscitées par un saut dans l’inconnu de l’économie de marché. La notion d’ordre s’adresse à l’ensemble de la classe politique ainsi qu’aux fonctionnaires de l’économie dirigée. Il s’agissait de rassurer ceux qui demandaient un renforcement des mesures de contrôle des prix et de distribution des marchandises et auxquels Erhard proposait en fait un abandon complet du système de contrôle. Il fallait en quelque sorte que l’ordre ne vînt plus de l’organisation et du contrôle étatique mais du marché et d’un ordre moral dans lequel le travail et l’échange devaient retrouver une valeur centrale.

  • 20 « Freie Wirtschaft und Planwirtschaft », Die Neue Zeitung du 14/10/1946 ; « Sprachverwirrung um di (...)

31La notion de troisième voie et d’ordolibéralisme est également extrêmement utile à Erhard car elle lui permet de se placer, dans un premier temps, dans une sorte de no man’s land politique, au-delà des querelles entre socialisme, économie planifiée d’un côté et capitalisme et libéralisme de l’autre. Dans les textes de 1946 et jusqu’à mi-1947 environ, avant le début de la guerre froide donc, Erhard reprend l’idée d’Eucken et son principe des multiples formes et compositions possibles entre économie libérale et économie dirigée. Il prétend se placer au-delà d’un débat politique qui n’avait pas de sens, et donc sur le terrain de la troisième voie20. Il refuse d’opposer systématiquement les deux systèmes et prétend apporter la solution de compromis entre capitalisme et socialisme.

  • 21 Erhard, 1948b : 134.
  • 22 Sur la question de l’évolution idéologique de la CDU, voir par exemple Georget, 1997.

32Cependant, dès le début de la guerre froide et au moment de la radicalisation du débat politique entre communisme et capitalisme, donc dès la fin 1947 et surtout à partir d’août 1948, Erhard reprend en la radicalisant l’opposition entre freie Marktwirtschaft, « économie libérale » et Planwirtschaft, « économie dirigée ». Il s’agit alors pour lui de marquer son appartenance à l’Europe occidentale puis, à partir de 1949, de gagner les élections en assimilant toutes les propositions de nationalisation faites par l’adversaire social-démocrate à de l’économie dirigée. Il puise toujours dans l’ordolibéralisme mais il abandonne les références à Walter Eucken et à la notion d’une troisième voie pour puiser dans la tendance conservatrice de Wilhelm Röpke. L’idée d’ordre supplante dans ses discours et ses articles celle de troisième voie21. Et c’est lui qui convainc la CDU d’abandonner dans son deuxième programme politique de Düsseldorf en 1949 toute idée de nationalisation et de planification économique encore présente dans le premier programme de 1947, celui d’Ahlen22.

3. La corrélation entre ordre économique et ordre politique

33Puis, à partir d’août 1948 environ, il ne s’agit plus de rassurer et de convaincre l’ensemble de la classe politique de faire le saut dans l’économie de marché. Il s’agit de tenir bon contre une levée de boucliers générale face à la flambée des prix. La libéralisation des prix et donc l’économie de marché sont sérieusement menacées. En effet, à peine quelques mois après sa proclamation, l’augmentation des prix des produits de consommation courante provoque un tollé tel des syndicats et de la gauche en général que Erhard se voit obligé de proposer des mesures correctrices de retour à des prix indicatifs sur un certain nombre de produits de première nécessité.

  • 23 Erhard, 1948d : 128.
  • 24 Erhard, 1948c : 162 et sq.

34Face à ces menaces de remise en cause du système, Erhard doit frapper politiquement très fort, s’il souhaite pouvoir garder la ligne libérale remise en cause par l’ensemble de la classe politique allemande. C’est là que la version plus « conservatrice » de l’ordolibéralisme délivrée par Röpke lui est extrêmement utile. Wilhelm Röpke fut en effet celui des ordolibéraux qui, dans la foulée de Karl Jaspers ou de Hannah Arendt, exprima le plus clairement le lien entre dictature politique et économie dirigée. Ludwig Erhard reprend alors cette idée et lui donne toute sa force politique en évoquant le danger du collectivisme : à ceux qui brandissent le fantôme des désordres sociaux susceptibles de mettre en péril l’ordre économique et politique, il rétorque en affirmant qu’il n’y a qu’un pas de l’économie planifiée à l’économie dirigée et son cortège de corruptions et de faillites. Le peuple est donc lassé de la mise sous tutelle d’une administration dictatoriale et souhaite prendre son destin en main23. C’est ce qu’affirme Erhard dans une allocution radiodiffusée qui suit l’annonce de la libéralisation des prix. À cette occasion, il apparaît comme le tribun parlant au nom du peuple, contre les partis politiques, et s’engage, pour défendre sa réforme, dans une radicalisation du jeu politique : ceux qui réclamaient un contrôle des prix étaient à mettre au même niveau que ceux qui demandaient une économie dirigée et ou ceux qui l’avaient mise en œuvre. L’assimilation de la politique économique nazie à la politique économique à la soviétique sera un élément essentiel de la lutte contre les tentatives de déstabilisation orchestrées par les syndicats contre la liberté des prix24 ainsi que pendant la campagne électorale de 1949. Par ailleurs, même si Erhard perd un peu la notion des nuances au nom du combat politique, il ne cesse de croire en la vertu de la pédagogie économique, expliquant à la population les origines de l’augmentation des prix due en partie à un rééquilibrage et en réaction aux subventions de l’État accordées aux matières premières.

  • 25 Erhard, 1949 : 214 et sq.
  • 26 Erhard, 1949 : 214.

35Dans un message électoral lancé le 29 juillet 1949 à l’occasion des élections de septembre 1949 pour lesquelles Erhard était candidat pour le compte de la CDU dans le Kreis de Ulm-Heidenheim, apparaît quasiment pour la première fois dans les discours publics de Ludwig Erhard le terme d’« économie sociale de marché ». Seulement, Erhard la définit uniquement comme une économie de marché : le moteur de cette économie sociale de marché est en effet la concurrence dans un cadre réglementé qui la protège des gains obtenus illégalement dans le cadre de monopoles. Par ailleurs cette économie sociale de marché devait s’accompagner de l’éradication de toutes les institutions dommageables à l’économie et à la productivité du travail. C’est en créant les conditions d’une élévation générale du niveau de vie que l’économie de marché permettrait une meilleure répartition du revenu national et du produit intérieur sur la base de critères liés à la performance. C’est en cela que l’économie de marché était sociale25. À nouveau, Erhard souligne les liens entre l’économie planifiée et la dérive politique vers la dictature : la planification bureaucratique dérivait sur la distribution arbitraire des matières premières, la baisse de la productivité et la fin de la liberté du choix d’un emploi et de la consommation ; libre choix et liberté de consommation étant les bases de la démocratie26. Il souligne également que l’économie sociale de marché n’est pas une économie sans planification aucune : simplement cette planification était plutôt d’ordre financier et fiscal, commercial et douanier également. Par ailleurs le refus de l’économie dirigée devait s’accompagner d’un refus de la formation des cartels et des monopoles : « un ordre concurrentiel clair et une surveillance étroite des cartels étaient les bases de l’économie sociale de marché ». Il n’était donc encore nullement question de politique sociale spécifique…

  • 27 « Ludwig Erhard antwortet Otto A. Friedrich, Hamburg, und mit ihm der deutschen Wirtschaft ». Die (...)

36Concrètement, il fallait refuser la politique de subvention, la politique protectionniste réclamée par l’agriculture ainsi que des correctifs de prix pratiqués sur les produits importés pour les empêcher d’entrer en concurrence avec les produits fabriqués sur le sol allemand ! Cette politique protectionniste était une forme de nationalisme et de collectivisme qu’il fallait rejeter à tout prix, alors qu’il s’agissait de redonner vie au libre développement, à la fierté et à la dignité du peuple allemand. Pour Erhard comme pour Röpke, il y a une intime relation entre la forme d’organisation de la vie économique et les valeurs propagées. L’ordolibéralisme permet en quelque sorte de fixer les lignes d’un accompagnement moral du retour à l’économie de marché : il y est beaucoup question de liberté, de sens du travail, de fierté et de dignité. L’organisation de la vie économique est également liée aux formes d’organisation de la vie politique : l’économie sociale de marché permet le retour à la démocratie libérale. Mais elle se nourrit de choix éthiques qui plaçaient la valeur de la personne et l’idéal de liberté au premier rang des valeurs dans la société27.

  • 28 « Soziale Marktwirtschaft », Die Neue Zeitung du 8/1/1950.

37Enfin Erhard a publié un article intitulé « Économie sociale de marché28 » paru en janvier 1950. Dans ce texte qui est une réponse à Alfred Weber et aux tenants d’un « socialisme libéral », Erhard commence à développer l’idée d’une loi sur la concurrence qui devient, après la libéralisation des prix et dans la lignée des idées ordolibérales, la nouvelle clé de voûte de l’économie sociale de marché. Il ne cesse également, comme il l’a toujours fait dans le passé, de souligner l’importance de la libéralisation des échanges.

38C’était grâce à la libéralisation des prix mais aussi grâce à une loi sur la concurrence et la formation des monopoles ainsi qu’à la libéralisation du commerce extérieur que les privilèges constitués par les positions de rente allaient s’effriter et que le niveau de vie de l’ensemble de la population allait augmenter. Au socialiste libéral Alfred Weber qui mettait en avant l’augmentation de 60 % des prix alimentaires, Erhard rétorquait en évoquant les persistances indues de contrôles de prix justement dans le domaine de l’agriculture. Une comparaison entre les prix du secteur industriel libérés et ceux du secteur alimentaire sous contrôle montrait que la politique libérale avait fait davantage pour la baisse des prix que la politique de contrôle administratif des prix.

  • 29 Non seulement avait été créé fin 1947 un conseil scientifique de l’administration économique de la (...)

39Et, en dernier ressort, Ludwig Erhard arguait du fait que l’économie sociale de marché était un concept scientifique développé par des économistes, présents dans un conseil scientifique du ministère de l’Économie, ce qui donnait donc une valeur de vérité quasiment absolue au concept, la plaçant en quelque sorte au-delà des attaques politiciennes29.

Conclusion

  • 30 Les réseaux de propagation du concept d’économie sociale de marché ont fait l’objet de deux études (...)

40Dans l’ensemble de ses discours et écrits rédigés entre 1946 et 1950, Ludwig Erhard ne cesse de prôner le retour à une économie de marché. Cependant il le fait dans les premiers temps sans pratiquement jamais prononcer son nom : Ludwig Erhard trouve le moyen de poser la première pierre angulaire de l’économie de marché, c’est-à-dire le retour à la liberté des prix, en feignant de s’associer aux chœurs critiques du libéralisme. L’ordolibéralisme qui met l’accent sur la notion d’ordre et d’harmonie sociale hérités de la doctrine sociale de l’Église l’aide à convaincre une Démocratie chrétienne très réticente à ses débuts à l’idée d’une économie libérale. Puis, dans la foulée de la radicalisation du débat politique dans le cadre de la guerre froide entre communisme et capitalisme, il utilise le concept d’économie de marché mais en lui adjoignant systématiquement l’adjectif « libre » : la freie Marktwirtschaft, l’économie de marché libre devient ainsi l’insigne et l’enseigne du monde libre. Lorsque Erhard lui adjoint l’adjectif « social » à partir de 1949, c’est en considérant que le social est une partie intégrante d’une économie de marché. L’économie sociale de marché devient le mot d’ordre politique qui va gagner à l’économie de marché une vaste majorité électorale dans l’Allemagne fédérale des années 195030. L’économie sociale de marché, symbole identitaire à la fois politique, économique et social de l’Allemagne fédérale fut d’abord sous la plume de Ludwig Erhard une économie de marché fondée sur un retour à des valeurs morales allemandes.

Bibliographie

Bibliographie

Bartels, Kay-Uwe, 1997, Katholische Soziallehre und ordoliberale Ordnungskonzeption : eine ordnungspolitische Analyse der Enzyklika Centesimus annus (Papst Johannes Paul II, Mai 1991), Frankfurt a. M., Lang.

Blümle, Gerold/Goldschmidt, Nils/Klump, Rainer/Schauenberg, Bernd/von Senger, Harro (éds.), 2004, Perspektiven einer kulturellen Ökonomik, vol. 1, Münster, Lit Verlag (http://www.lit-verlag.de-/isbn/3-8258-6137-6 info.

Campagnolo, Gilles, 2003, « Les trois sources philosophiques de la réflexion ordolibérale », in Commun, Patricia (éd.), 2003a, p. 133-148.

Commun, Patricia (éd.), 2003a, L’ordolibéralisme allemand. Aux sources de l’économie sociale de marché, Cergy-Pontoise, CIRAC/CICC

Commun, Patricia, 2003b, « Vers un renouveau de l’Économie sociale de marché ? Le mouvement “Chancen für alle. Initiative Neue Soziale Marktwirtschaft” », in Schumacher, Alois, 2003, p. 119-141.

Erhard, Ludwig, 1946a, « Freie Wirtschaft und Planwirtschaft », in Die Neue Zeitung, 14/10/1946.
— 1946b, « Sprachverwirrung um die Wirtschaftsordnung », in Die Neue Zeitung, 23/06/1947.
— 1947, « Bestimmungsgründe des deutschen Lebensstandards », in Die Neue Zeitung, 1/12/1947.
— 1948a, « Der Weg in die Zukunft, Rede vor der 14. Vollversammlung des Wirtschaftsrates des Vereinigten Wirtschaftsgebietes, Frankfurt a. M., 21/4/1948 », in Hohmann, Karl (éd.), 1988, p. 95-120.
— 1948b, « Marktwirtschaft im Streit der Meinungen. Rede vor dem 2. Parteikongress der CDU der britischen Zone, Recklinghausen, 28/08/1948 », in Hohmann, Karl (éd.), 1988, p. 134.
— 1948c, « Generalstreik zur Rettung eines unhaltbaren Dogmas. Allocution radiodiffusée du 11 novembre 1948 », in Hohmann, Karl (éd.), 1988, p. 162 et sqq.
— 1948d, « Zur Kritik an der neuen Ordnung. Allocution radiodiffusée du 06 août 1948 », in Hohmann, Karl (éd.), 1988, p. 128.
— 1949, « Wahlaufruf zur ersten Bundestagswahl 1949 », in Heidenheimer Zeitung, 29/7/1949, in Hohmann, Karl (éd.), 1988, p. 214 et sqq.
— 1950a, « Ludwig Erhard antwortet Otto A. Friedrich, Hamburg, und mit ihm der deutschen Wirtschaft », in Die Welt, 4/1/1950, in Hohmann, K. (éd.), 1988, p. 228.
— 1950b, « Soziale Marktwirtschaft », in Die Neue Zeitung, 8/1/1950.

Eucken, Walter, 1947, « Das unentbehrliche Preissystem », in Wirtschaftszeitung, Stuttgart, no 46 du 14/1/1947, p. 5.
— 1948, « Lenkung der Wirtschaft », in Wirtschaftszeitung, Stuttgart, no 24 du 11/6/1948, p. 3.

Fourastié, Jean/Courthéoux, Jean-Paul, 1963, La Planification économique en France, Paris, PUF.

Georget, Jean-Louis, 1997, La démocratie-chrétienne en Bade-Wurtemberg, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Goldschmidt, Nils, 2003, « Theorie auf normativer Basis : Anmerkungen zum ordoliberalen Konzept von Walter Eucken », in Commun, Patricia (éd.), 2003a, p. 119-131.

Hohmann, Karl (éd.), 1988, Ludwig Erhard, Gedanken aus fünf Jahrzehnten. Reden und Schriften, Düsseldorf, Wien, New York, Econ Verlag, p. 228.

Janssen, Hauke, 2000, Nationalökonomie und Nationalsozialismus. Die deutsche Volkswirtschafslehre in den dreissiger Jahren, Marburg, Metropolis.

Kauffmann, Michel, 2003, « Les problèmes macroéconomiques de l’économie allemande depuis 1990 : productivité, investissement et rentabilité », in Schumacher, Alois, 2003, p. 77-97.

Klump, Rainer, 2003, « On the phenomenological roots of German Ordnungstheorie », in Commun, Patricia (éd.), 2003a, p. 149-161.

Lattard, Alain, 2003, « Le partenariat social allemand : un système en crise » in Schumacher, Alois, 2003, p. 53-76.

Löffler, Bernhard, 2002, Soziale Marktwirtschaft und administrative Praxis. Das Bundeswirtschaftsministerium unter Ludwig Erhard, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, p. 217 et sqq.

Razeen, Sally, 2003, « Ordoliberalism and the Social Market : Classical Political Economy from Germany », in Commun, Patricia (éd.), 2003a, p. 31-36.

Riedl, Anton, 1992, Liberale Publizistik für soziale Marktwirtschaft. Die Unterstützung der Wirtschaftspolitik Ludwig Erhards in der Frankfurter Allgemeinen Zeitung und der Neuen Zürcher Zeitung 1948/49 bis 1957, Regensburg, Roderer.

Röpke, Wilhelm, 1942, Die Gesellschaftskrisis der Gegenwart, Zürich, Eugen Rentsch Verlag.

Schumacher, Alois (éd.), 2003, La Crise de l’économie allemande, État des lieux et perspectives, Créteil, Publications du Centre d’Études et de Recherches européennes, p. 8 et sqq.

Sontheimer, Kurt., 1961, Antidemokratisches Denken in der Bundesrepublik, München, Nymphenburger Verlagshandlung, p. 61.

Notes

1 Schumacher, 2003 : 8 et sq. ; Kauffmann, in Schumacher, 2003 : 77-97.

2 Lattard, in Schumacher, 2003 : 53-76.

3 Commun, in Schumacher 2003 : 119-141.

4 Blümle/Goldschmidt/Klump/Schauenberg/VON Senger, 2004.

5 En particulier : Klump, 2003, Campagnolo, 2003 et Goldschmidt, 2003.

6 « Der Weg in die Zukunft », Rede vor der 14. Vollversammlung des Wirtschaftsrates des Vereinigten Wirtschaftsgebietes, Frankfurt a. M., 21 avril 1948, in Hohmann, 1988.

7 La notion d’économie sociale de marché apparaît pour la première fois dans un ouvrage d’Alfred Müller-Armack publié en 1946, Wirtschaftslenkung und Marktwirtschaft. C’est une synthèse entre l’économie dirigée et l’économie libérale. Les mesures de correction sociale ne devaient en aucun cas entraver le bon fonctionnement de l’économie de marché. Le concept de Müller-Armack comprenait un volet économique et un volet politique : après la remise sur pied d’un pouvoir central et la remise en route d’une économie de marché fondée sur la liberté des prix, il fallait créer un système social humain reposant sur la participation des travailleurs à l’organisation de leur travail et limiter le pouvoir des monopoles. Se trouvaient là en germe les principes de la cogestion et des lois sur la concurrence.

8 C’était également la position du gouvernement français qui fit le choix d’une politique de planification indicative et de contrôle des prix dès 1946 ; voir Fourastié/Courthéoux, 1963.

9 Walter Eucken, économiste dit ordolibéral, fut le chef de file de l’École de Fribourg qui parvint à développer une alternative à l’économie dirigée nazie en pleine guerre. Son ouvrage le plus connu, Les Fondements de l’économie nationale, est paru en 1942 en Allemagne et montrait l’histoire économique en quelque sorte comme une histoire de constitutions de monopoles de différents types. La question de la surveillance des monopoles devenait alors centrale et constituait la spécificité de ce qu’on peut appeler un néolibéralisme allemand.

10 Erhard, 1948a : 92 et sq.

11 Walter Eucken a eu jusqu’à sa mort en 1950 une activité de conseiller politique au sein du conseil scientifique de l’administration économique de la Bizone ainsi qu’une activité de publiciste en faveur d’un retour à une économie de marché régulée : voir par exemple Eucken, 1947 : 5 et Eucken, 1948 : 3.

12 Sontheimer, 1961 : 61 ; Janssen, 2000.

13 Erhard, 1948a : 98.

14 Erhard, 1948a : 94.

15 L. Erhard, « Bestimmungsgründe des deutschen Lebensstandards », Die Neue Zeitung du 1/12/1947.

16 R. Sally, « Ordoliberalism and the Social Market : Classical Political Economy form Germany », in Commun, 2003 : 35 et sq.

17 Voir en particulier Röpke, 1942. Erhard affirme avoir découvert W. Röpke pendant la guerre et que cette lecture a eu l’effet sur lui d’une véritable révélation.

18 Erhard, 1948a : 110.

19 Bartels, 1997.

20 « Freie Wirtschaft und Planwirtschaft », Die Neue Zeitung du 14/10/1946 ; « Sprachverwirrung um die Wirtschaftsordnung », Die Neue Zeitung du 23/06/1947.

21 Erhard, 1948b : 134.

22 Sur la question de l’évolution idéologique de la CDU, voir par exemple Georget, 1997.

23 Erhard, 1948d : 128.

24 Erhard, 1948c : 162 et sq.

25 Erhard, 1949 : 214 et sq.

26 Erhard, 1949 : 214.

27 « Ludwig Erhard antwortet Otto A. Friedrich, Hamburg, und mit ihm der deutschen Wirtschaft ». Die Welt du 4/1/1950, in Hohmann, 1988 : 228.

28 « Soziale Marktwirtschaft », Die Neue Zeitung du 8/1/1950.

29 Non seulement avait été créé fin 1947 un conseil scientifique de l’administration économique de la Bizone dans lequel avaient siégé des ordolibéraux comme Walter Eucken et Leonhard Miksch, mais encore la grande spécificité du ministère de l’Économie sous Erhard était l’existence d’un « département des questions d’ordre économique », la fameuse Grundsatzabteilung I, qui fut dirigée à ses débuts par l’inventeur du concept d’é-conomie sociale de marché, Alfred Müller-Armack. Voir à ce sujet Löffler, 2002.

30 Les réseaux de propagation du concept d’économie sociale de marché ont fait l’objet de deux études magistrales, voir Löffler, 2002 et Riedl, 1992.

Auteur

Université de Cergy Pontoise

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540