Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1a - Politique, société et discours

La communication économique et l’analyse du discours

Konrad Ehlich

Texte intégral

1Dans le présent article, j’ai l’intention de présenter certains résultats de l’analyse linguistique de la communication économique sous l’angle de l’analyse pragmatique du discours. Ce type d’analyse se situe dans le vaste domaine de l’analyse de la communication au sein des institutions, analyse qui a produit des résultats importants dans la linguistique pragmatique allemande au cours des dernières décennies.

2Il me faudra utiliser quelques termes techniques, en particulier dans le domaine de l’analyse pragmatique de la langue, des termes dont les relations d’équivalence entre l’allemand et le français ne sont pas encore établies. Il sera même nécessaire d’introduire deux ou trois néologismes afin d’exprimer de façon précise les faits analytiques et théoriques.

3L’article est constitué de cinq parties. Les deux premières traitent de l’économie et de la communication liée à ses différentes dimensions. J’introduirai par la suite quelques termes de base de l’analyse pragmatique fonctionnelle de la communication, et notamment de la communication institutionnelle. Je thématiserai ensuite l’accès aux données linguistiques, aussi bien discursives que textuelles.

1. L’économie et la communication économique

4Il ne fait aucun doute que l’économie est un des secteurs les plus importants et les plus déterminants de notre vie. Il ne fait aucun doute non plus que la communication fait partie intégrante de la vie économique. Mais en y regardant de plus près, nous constatons que la part de la communication dans les divers domaines économiques diffère largement et profondément quant à leur distribution. Certains secteurs de l’économie ne comportent guère d’implication ou d’application de la langue, tandis que d’autres n’existent que d’une manière langagière.

5Avant de me lancer dans des considérations plus poussées, je propose de préciser en quelques mots ce que nous entendons ici par « économie ».

6« Économie » est un de ces termes à double sens qui, par conséquent, semble avoir une signification confuse et tend à confondre les choses et leurs théories. L’économie comprend un ensemble de formes d’actions productives et distributives ainsi que la science qui s’occupe de les analyser.

7Pour comprendre l’économie comme un terme de base désignant un ensemble d’activités humaines, il est nécessaire de prendre en considération les actions que l’homme réalise dans le but de reproduire sa vie et de développer l’espèce humaine, qu’il s’agisse de l’homme socialisé ou de l’homme isolé, tel l’éternel Robinson échoué sur les îles de la production théorique en économie (au sens théorique).

8L’économie (sens théorique), c’est-à-dire l’ensemble des sciences qui analysent l’économie (au sens de base) fait partie des sciences les plus développées et les plus controversées.

9Malgré ces controverses, certaines distinctions semblent bien acceptées. Celle entre la production et la distribution en est sans aucun doute la plus fondamentale.

10Dans la réalité économique actuelle, réfléchie surtout par la microéconomie, il existe un secteur tertiaire appelé les « services ». Cette notion introduit une certaine confusion théorique, le terme comprenant en soi ou bien des services personnels qui n’attribuent rien à la valeur des biens, ou bien certains aspects de la distribution, ou encore le secteur bancaire en expansion, à savoir le secteur financier.

11Bien que cette confusion terminologique serve des buts raisonnables dans le cadre d’une micro-économie appliquée, elle n’est pas utilisable à des fins analytiques.

Schéma 1 : Les structures fondamentales et leur conceptualisation

Schéma 1 : Les structures fondamentales et leur conceptualisation

12Le schéma 1 illustre la relation entre les structures fondamentales représentées par une ligne pleine et la conceptualisation de ces structures représentée en pointillés.

13L’économie, ce sont des ensembles d’activités. L’appropriation du monde par l’homme est réalisée au moyen d’actions économiques. L’appropriation du monde est surtout une transformation des objets et des choses.

14Cette transformation est le résultat du travail, lui-même exécuté selon diverses méthodes coopératives. Le travail étant une nécessité permanente, les hommes ont développé des formes d’organisation visant d’une part à optimiser la réalisation des buts de leur travail, et d’autre part à diminuer la quantité du travail nécessaire, optimisant ainsi leur travail. Dès qu’une certaine stabilité est réalisée pour atteindre le but défini, les voies pour y arriver sont standardisées et fixées. Le travail s’inscrit dans une organisation fixe. Une fois que cette organisation a gagné en stabilité et en calculabilité, le statut d’« institution économique » lui est conféré. Les sociétés modernes n’ont presque plus de formes économiques pré-ni dés-institutionnalisées.

15Ces ensembles d’activités s’accomplissent au sein de formations sociales et en particulier de procédures coopératives. La coopération nécessite la communication, et la communication est une forme spécifique de coopération. L’interrelation entre communication et coopération constitue un des traits caractéristiques fondamentaux de l’économie.

2. Les dimensions communicatives dans l’économie

2.1. Coopération

16La coopération prend des formes diverses en fonction des secteurs économiques dans lesquels elle est mise en œuvre.

17Pour atteindre les objectifs de transformation des objets du monde par un groupe d’actants, c’est-à-dire pour la coopération au sens propre, il est nécessaire de constituer une opération commune, opération orientée vers un but commun, opération qui requiert la constitution d’une telle orientation commune. Je nommerai ce type de coopération la coopération en collaboration. Elle doit être distinguée d’un deuxième type : la coopération compétitive. Les objectifs de cette deuxième coopération sont communs aux coopérants, mais ces objectifs sont réalisés différemment, supposant une forme de compétition.

18Les coopérations compétitive et collaborative présentent des aspects communs en matière de communication, mais également des aspects divergents.

19On peut considérer un troisième type, la coopération antagoniste. Les coopérants tendent à empêcher, éliminer, annihiler les actions des autres afin de faire échouer la réalisation des objectifs.

2.2. Types de communication

20Ces trois types de coopération éclairent des formes spécifiques de communication, et les différentes formes de coopération dans le domaine de l’économie sont généralement organisées de manière communicative. Ceci nous permet d’appeler communication coopérative toutes les formes de communication qui participent de la coopération économique. La communication coopérative peut se situer dans le secteur productif (communication co-productive), elle peut se situer dans le secteur distributif (communication co-distributive). Dans le secteur des services, la situation est plus complexe.

21Outre la communication économique coopérative, il existe un autre type de communication, situé dans les fissures et les ouvertures se manifestant dans tous les secteurs économiques. Cette communication n’est pas destinée à servir les objectifs économiques et peut être insérée dans presque toutes les formes de la communication coopérative. Il s’agit d’une communication par laquelle les interlocuteurs s’entretiennent et se distraient et que l’on peut qualifier de homiléïque (un néologisme formé afin de marquer la différence face à l’usage théologique du mot « homilétique »).

22Il existe de plus une seconde série de types de communication dont le rôle est d’accompagner les structures de la communication coopérative : la communication tactique. À ces types de communication appartiennent les actes de langage tels que « mentir », « tricher », « trahir ». Cette série, concomitante à la communication coopérative, présente une surface coopérative qui en réalité est déterminée par son contraire. Il s’agit en quelque sorte d’une « ombre communicative », d’une possibilité de suspendre quelques conditions de base sans lesquelles la communication ne peut obtenir le succès envisagé. Grâce à la communication tactique, le menteur, le tricheur ou le traître peut bénéficier d’un sur-profit communicatif, mais le risque d’être découvert est grand et le danger de perdre son crédit communicatif est énorme.

23Dans les règlements communicatifs, et essentiellement dans le secteur juridique, de vastes parties sont consacrées à l’élaboration de structures susceptibles d’enrayer la communication tactique – et la communication ne serait pas tactique si une forme de méta-élaboration n’utilisait les structures légales afin de les neutraliser.

24Les ombres communicatives représentent un aspect de la communication économique mais qui, dans de nombreux cas, n’est guère analysé en raison de son discrédit éthique.

25Le développement social de la division du travail a pour conséquence une multiplication considérable de toutes les formes de communication économique. Comme elle dépend du poids de chaque partie communicative dans les divers secteurs de l’économie, la communication – non seulement homiléïque mais aussi coopérative – requiert une certaine quantité de travail social. En particulier, l’extension temporelle de cette somme de travail a des conséquences importantes sur les coûts de production ou de distribution suivant les cas. L’extension des parts communicatives dans la coopération économique se reflète proportionnellement dans l’augmentation des coûts. Dans le secteur de la banque, par exemple, la part communicative est extrêmement élevée. Or, les coûts se confondent avec l’objectif fondamental, tout en rendant sa réalisation plus difficile, c’est-à-dire la réalisation du profit de l’institution économique. Par conséquent, de grands efforts sont consacrés à la diminution de ces frais.

26Dans d’autres secteurs, la communication en soi est considérée comme une forme de « faux frais » et à plus forte raison la communication homiléïque, jugée inutile et donc à éliminer de toutes les sphères économiques.

27Certes, cette considération repose sur un calcul à courte vue qui ne prend guère en compte les améliorations en matière de bien-être des ouvriers dans l’usine, des vendeuses dans l’entreprise, etc., ni les bénéfices qui en résultent pour la productivité et l’efficacité des transactions économiques.

28De même que le travail humain est transformé en un travail mécanique effectué par des machines, il existe des tendances à inventer et à implanter, pour ainsi dire, des « machines de communication ». Le développement et l’installation des ordinateurs constituent un des progrès les plus décisifs sur la voie de la mécanisation de la communication.

29Actuellement, les banques, les assurances et des institutions diverses du secteur financier subissent, par exemple, cette mutation – qui s’accompagne d’une forte diminution des effectifs.

30On peut néanmoins observer une grande variété de types et de formes de communication économique, et qui plus est, une diversification croissante.

3. L’analyse pragmatique de la communication et de la communication économique

31Ce n’est qu’à la fin du XXe siècle que la linguistique s’est libérée des liens étroits d’une méthodologie disciplinaire qui l’empêchait d’analyser les phénomènes langagiers dans toute leur extension. Les limitations d’une analyse étroite ont été surmontées avant tout grâce au développement de la pragmatique linguistique qui a même permis d’éliminer ces limites elles-mêmes.

32L’analyse pragmatique fonctionnelle étudie les actions langagières des interlocuteurs, d’une part dans leur rapport avec les actions humaines en général, et d’autre part comme formes spécifiques d’actions humaines. Le but analytique et méthodologique d’une telle analyse est d’effectuer une reconstruction conceptuelle des structures complexes d’action. L’analyse s’inscrit dans un cadre conceptuel qui ne dispense pas l’analyste de sa tâche fondamentale et ne lui permet pas non plus de contourner les difficultés liées à la recherche des facteurs de base qui déterminent la production de diverses surfaces langagières immédiatement accessibles, alors qu’il ne peut pas se baser sur ces phénomènes de surface dont l’apparence semble pourtant de premier abord naturelle et incontestable.

33L’action langagière, les schémas d’action langagière et les procédures langagières forment quelques-uns des concepts essentiels d’une telle analyse pragmatique (cf. Ehlich, 1988).

34L’action langagière se compose d’un acte énonciatif, d’un acte propositionnel et d’un acte illocutif. Les actions langagières se manifestent comme phénomènes de surface de la communication. L’illocution a un caractère partiellement abstrait en ce qu’il s’agit d’une réalité qui exige de l’auditeur un grand effort « d’interprétation » pour l’identification correcte du caractère illocutif d’une action langagière.

Schéma 2 : l’action langagière

Schéma 2 : l’action langagière

35Les actions langagières ne sont pas des faits isolés. Ce ne sont pas non plus des exemplaires uniques. Au contraire, la plupart des actions langagières réalisent une structure établie par un travail rigoureux effectué pendant des générations, et par les générations qui ont formé le langage que nous utilisons aujourd’hui.

36Ce sont donc des réalisations de structures générales. Ces structures ont le caractère de schémas. Les schémas sont des ressources communicatives destinées à traiter des constellations répétitives qui permettent de surmonter un obstacle dans le cours des actions des interactants. Pour mettre en accord les constellations avec les actants, ces ressources peuvent être actualisées et utilisées. Chaque schéma a sa propre structure, une structure générative de base (à ne pas confondre avec les calculs génératifs de la syntaxe) qui rend possible une variation de réalisations différentes en accord avec les buts des actants. Le schéma est organisé par rapport à sa finalité (Zweck) : la résolution de la configuration problématique.

37Les schémas d’actions lient deux actants (le locuteur et l’allocutaire). Comme tels, les schémas sont des formes élémentaires de coopération. Dans le cadre de la communication économique, tous les types de coopération peuvent être retrouvés dans des types de schémas, tels la communication coopérative, la communication compétitive et la communication antagoniste. Le groupe des schémas de communication homiléïques forme un ensemble typologique à part. Par leur caractère inter-coopératif intégré, les exemplaires du discours homiléïque peuvent être isolés facilement pour et par l’analyse – c’est un grand avantage pour le travail analytique du linguiste.

38Chaque action langagière a une dimension acoustique ou visuelle, par elle-même ouverte et accessible aux deux actants : le locuteur et l’allocutaire. Chaque action langagière comprend aussi les sphères mentales des actants – un aspect qui avait été exclu de l’analyse pour des raisons méthodologiques empruntées par la linguistique à une psychologie fondée sur l’occultation de son propre objet. Dans les sphères mentales des actants, le savoir économique et le savoir langagier ont leur place.

  • 1 Par exemple, les interjections. (Note des éditeurs)

39Les microstructures des actions langagières sont peut-être les activités langagières les plus négligées, et la théorie pragmatique elle-même n’est pas à l’abri de cette négligence. L’analyse pragmatique fonctionnelle offre cependant un concept pour surmonter ces difficultés : le concept des procédures langagières. Il s’agit de formes dont le caractère diffère de celui de l’action langagière et des actes propositionnels, illocutifs et énonciatifs. Cinq types de procédures sont à distinguer : la procédure déictique, la procédure expéditive1, la procédure symbolique, la procédure opérative et la procédure de coloration.

40Pour atteindre les finalités des procédures dans les activités langagières, il existe différents moyens d’expression. L’arrangement et l’accord, la combinaison et l’intégration des procédures diverses constituent la réalité des phénomènes langagiers. La distribution des procédures dans un discours ou dans un texte caractérise les structures spécifiques des types de communication, et notamment de la communication économique.

4. Exemples

41La spécificité de la communication économique s’exprime de manière différente dans les divers secteurs de l’économie. Les analyses des trois dernières décennies ont amplement contribué à notre connaissance des différents phénomènes communicatifs économiques. L’étude de G. Brünner (2000) sur « La communication économique. Analyse linguistique de ses formes orales » donne un excellent résumé synoptique de ces recherches. D’autres ouvrages jettent des éclairages particuliers sur certains phénomènes langagiers tels que par exemple l’analyse sur le phénomène de la « réclamation » de G. Schnieders (à paraître), l’analyse de M. Dannerer (1999) sur les « conférences dans l’entreprise » ou l’ouvrage de K. Ehlich/J. Wagner (1995) sur les « négociations économiques ». La bibliographie sélective ci-dessous présente un aperçu des recherches en langue allemande. Naturellement, les analyses en langue anglaise et en langue française sont également très nombreuses mais sans doute mieux connues de mes lecteurs que de moi-même.

42À titre d’illustration, je vais brièvement mettre l’accent sur trois exemples d’interrelation spécifique entre structure langagière et structure institutionnelle économique.

Schéma 3 : Structures économiques et structures langagières

Schéma 3 : Structures économiques et structures langagières

43La relation entre l’économie et la propositionnalité représente un des rares domaines ayant attiré une partie de l’attention des chercheurs en linguistique. La propositionnalité relie l’action langagière au système du savoir. Les savoirs sont des phénomènes mentaux. La langue constitue la ressource concrète pour la communication des savoirs. L’ensemble des recherches sur les terminologies économiques constitue l’exemple le plus saillant d’une telle approche. Les conséquences de la recherche scientifique sont réutilisées dans le cadre des agences de normalisation terminologique telles que l’ASA, le DIN, le NF et l’ISO. Les savoirs standardisés jouent un rôle prépondérant dans le domaine de la production et des finances. Le secteur de la distribution, par contre, est caractérisé par des liens étroits entre la langue quotidienne et la langue des actants économiques. Ce secteur instaure les contacts entre les institutions productives et les destinataires finaux qui disposent de la langue quotidienne, une langue non pas spécialisée, mais commune. Le rôle de la publicité est primordial dans ce secteur.

44Le savoir technique, transformé en formes linguistiques de terminologie, est non seulement l’objet des pratiques économiques, mais également de l’enseignement. La formation constitue un scénario d’introduction à ce savoir. Sur le plan linguistique, la phase d’adaptation des néophytes donne naissance à une langue qui mêle de façon intéressante les mots et les constructions de la langue quotidienne à ceux de la langue spécialisée.

45L’analyse de G. Brünner (1978) montre en détail comment les facultés communicatives spécifiques à la discipline sont acquises. L’analyse des langues de spécialité a subi les restrictions traditionnelles d’une linguistique limitée aux signes.

46Les langues de spécialité, elles aussi, sont des ressources communicatives, des ressources qui appartiennent aux actants à des degrés très variables. La complexité de la vie économique actuelle exige d’une grande partie de la population un certain savoir économique de base, ainsi que la capacité d’acquérir un savoir spécialisé croissant, propre aux spécialistes. Plusieurs sortes de textes ont été développées dans le but de transférer le savoir spécialisé aux destinataires non spécialisés profanes. Les « modes d’emploi », un des genres de texte les plus problématiques, sont l’expression la plus flagrante des problèmes linguistiques produits par la transformation du savoir, et rares sont les textes qui ne reflètent pas ces difficultés. C’est sur le plan de l’analyse concrète des textes que se situe le véritable défi lancé à l’expertise linguistique. Le deuxième exemple se réfère à la dimension de l’énonciation, la dimension de la matérialisation de l’activité linguistique. Quand on considère le secteur de la production, on y trouve une situation dans laquelle les conditions élémentaires de la production linguistique au niveau de la réalisation sont substantiellement annihilées. Le bruit en tant que phénomène permanent dans les sphères de la production rend la communication impossible. Par conséquent, on note un effort continu visant à réduire la nécessité de communiquer dans les domaines de production. Les événements de communication sont transformés en travail mort, sous forme de machines. En particulier, le travail de montage à la chaîne est caractérisé par cette transformation des communications possibles en machines, une transformation par laquelle un monde de communication devient un monde taciturne et submergé de bruit.

47La partie la plus intéressante – et en outre la plus productive pour l’analyse linguistique – concerne la finalité de la communication, c’est-à-dire la dimension de l’illocution. La structure des échanges est une structure constitutive de la coopération économique. Elle joue un rôle considérable dans tous les secteurs de l’économie. Les négociations, c’est-à-dire les échanges dans le domaine de la distribution, sont caractéristiques en ce qu’elles combinent la communication coopérative et la coopération compétitive. Les ombres communicatives impliquent de nombreuses formes de communication tactique. Il en résulte que la communication se transforme en une communication double avec une sous-structure occulte.

48La structure des négociations économiques forme l’exemple le plus clair de la structure de l’échange. Le schéma suivant représente un hyper-pragmème ou une structure formalisée de la négociation.

Schéma 4 : Le modèle « négocier »

Schéma 4 : Le modèle « négocier »

Illustration : le modèle « négocier »
Brünner, Gisela (2000) Wirtschaftskommunikation, Tübingen, Niemeyer, p. 155 [Communication économique]

49Cette illustration schématise la structure de la succession des actions entre les interlocuteurs A et B. Le début et la fin du processus sont significatifs : la perception d’un conflit d’intérêts caractérise le début, l’accord en marque la fin. Entre le conflit d’intérêts et l’accord, de nombreuses actions communicatives sont possibles. La structure est récursive. En plusieurs points, les actants risquent de retourner à un stade déjà rencontré, par exemple au nœud de décision 7 ou 16. Les cartouches représentent les actions langagières caractérisées soit par leur force illocutive (5, 8, 13, 17) soit par leur propositionnalité (11, 15). Les structures des négociations diffèrent selon la formation économique et sociale. À l’occasion des négociations, les différences interculturelles apparaissent dans toute leur ampleur. Il est très regrettable de devoir constater que les analyses interculturelles sur ces grandes différences sont la plupart du temps basées sur du matériel secondaire et non sur des données authentiques.

50Les théoriciens des phénomènes interculturels ont développé un certain cadre d’analyse et on ne perçoit pas toujours clairement en quoi le scope étendu de leurs théories se différencie du préjugé commun.

51L’accès à la réalité communicative dans l’économie joue un rôle important dans l’analyse ainsi que dans la formation des catégories.

52La structure du schéma de la négociation éclaire un autre aspect : la subdivision en phases diverses. L’identification de ces phases ou la segmentation des discours est une des premières étapes à réaliser en ce qui concerne l’analyse des données du corpus à analyser. La phase initiale, la phase de la négociation détaillée et la phase de conclusion constituent l’hyper-pragmème de la négociation.

5. L’accès aux données discursives et textuelles

53L’analyse pragmatique se réfère à la réalité communicative, c’est-à-dire à une réalité qui se reproduit tous les jours en se manifestant dans des milliers de phénomènes. Il ne s’agit donc pas d’un concept préconçu de la langue ni d’un concept qui n’utiliserait que le savoir linguistique du locuteur de langue maternelle. L’analyse pragmatique se base sur les données observées sur le terrain. Tout travail analytique qui requiert l’obtention de données linguistiques spontanées se heurte à un grand nombre d’obstacles. Le travail sur le terrain est un travail ardu et de longue haleine.

54Dans le domaine des documents écrits, les obstacles sont d’envergure, mais ils deviennent presque insurmontables dans le domaine de la communication orale, donc au niveau discursif.

55Pour ce qui est de la communication économique, la situation insatisfaisante est due en partie à un trait caractéristique des institutions économiques elles-mêmes : confrontées au danger du passage de la coopération compétitive à la coopération antagoniste, les diverses institutions construisent des barrages afin de protéger la communication interne des assauts extérieurs. Une barrière d’opacité entoure donc les institutions économiques. Pour le chercheur, l’accès à ces données est par conséquent extrêmement difficile. À titre d’exemple, nous pouvons citer le Tilburg-Eindhoven-Corpus et ses données communicatives entre commerciaux néerlandais, belges et français. Près de 80 % des rencontres prévues ont finalement été annulées à la dernière minute sans raison apparente. Cette expérience était pourtant basée sur un excellent contact entre les chercheurs et les commerciaux. Quand un contact préliminaire aussi positif ne précède pas la prise de rendez-vous, les difficultés s’aggravent encore.

56Les chercheurs tentent de contourner ces obstacles en utilisant des données supplémentaires qui semblent plus simples d’accès. C’est par exemple le cas des « jeux de rôle » et de certaines formes d’interviews des actants. Cependant, les problèmes méthodologiques qui surgissent alors compensent largement la facilité de l’accès.

57Une fois les données recueillies au moyen d’enregistrements audio ou audiovisuels, la tâche longue et difficile de leur transcription doit être effectuée. Il existe plusieurs systèmes de transcription de données. Le système HIAT est souvent utilisé dans le cadre d’analyses de la communication orale en Allemagne ainsi que dans d’autres pays d’Europe.

58Je tiens à remercier Aurélie Caboi, Diana Kühndel, Karine Lichtenauer et Melanie Moll qui ont participé à la production de la version française du texte, ainsi que Guido Schnieders pour sa contribution à la bibliographie.

Bibliographie

Bibliographie

Antos, Gerd, 1988, « Zwischen Kunde und Computer. Interaktionsprobleme bei telefonischen Reklamationsgesprächen », in Gutenberg, Norbert (éd.), Kann man Kommunikation lehren ? Konzepte mündlicher Kommunikation und ihrer Vermittlung, Frankfurt a. M., Scriptor, p. 9-17.
— 1989, « Optimales Telefonieren nach Script. Neue Formen des Mediengebrauchs in der Wirtschaftskommunikation. Ein Beitrag zu einer ˶Bedarfs-Linguistik˝© », in Antos, Gerd/ Augst, Gerhard (éds) Textoptimierung. Das Verständlichmachen von Texten als linguistisches, psychologisches und praktisches Problem, Frankfurt a. M., Lang, p. 125-161.
— 1992, « Kommunikationstraining und Empirie. Linguistische Analysen bei der Bedarfsermittlung und der Konzeptionsentwicklung von Kommunikationstrainings », inFiehler, Reinhard/Sucharowski, Wolfgang (éds), 1992, p. 266-275.

Bartsch, Elmar (éd.), 1994, Sprechen, Führen, Kooperieren in Betrieb und Verwaltung. Kommunikation in Unternehmen, München, Basel, Reinhardt.

Becker-Mrotzek, Michael/Fiehler, Reinhard (éds), 2002, Unternehmenskommunikation, Tübingen, Narr.

Beneke, Jürgen, 1992, « ˶Na, was fehlt ihm denn ?˝ Kommunikation in und mit der Autowerkstatt », in Fiehler, Reinhard/Sucharowski, Wolfgang (éds), 1992, p. 212-233.

Bolten, Jürgen (éd.), 1995, Cross culture. Interkulturelles Handeln in der Wirtschaft, Sternenfels, Berlin, Verlag Wissen und Praxis.

Breckle, Margit, 1997, Untersuchungen zur Interkulturellen Wirtschaftskommunikation – eine Bestandsaufnahme, Magisterarbeit, Universität Bielefeld, Fakultät für Linguistik und Literaturwissenschaft.

Brinker, Klaus/Antos, Gerd/Heinemann, Wolfgang/Sager, Sven F. (éds), 2001, Text- und Gesprächslinguistik. Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung (= HSK, vol. 16.1. et 16.2), Berlin, New York, de Gruyter.

Brons-Albert, Ruth, 1991, « Verkaufen lernen mit ˶programmierten Verkaufsgesprächen˝. Eine Hilfe für Deutschlerner in Verkaufsberufen ? », in Müller, Bernd (éd.), 1991, p. 245-260.
— 1995a, Auswirkungen von Kommunikationstrainings auf das Gesprächsverhalten, Tübingen, Narr.
— 1995b, Verkaufsgespräche und Verkaufstrainings, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Brünner, Gisela, 1978, Kommunikation in betrieblichen Kooperationsprozessen. Theoretische Untersuchungen zur Form und Funktion kommunikativer Tätigkeit in der Produktion, Diss. Universität Osnabrück.
— 1987, Kommunikation in institutionellen Lehr-Lern-Prozessen. Diskursanalytische Untersuchungen zu Instruktionen in der betrieblichen Ausbildung, Tübingen, Narr.
— 1992, « Zum Verhältnis von Kommunikation und Arbeit in Wirtschaftsunternehmen », in Spillner, Bernd (éd.), 1992, p. 25-42.
— 1993, « Mündliche Kommunikation in Fach und Beruf », in Bungarten, Theo (éd.), Fachsprachentheorie. Bd. 2, Konzeptionen und theoretische Richtungen, Tostedt, Attikon, p. 730-771.
— 1994a, « Exigences interactives dans les conversations de vente », in Trognon, Alain et al. (éds), La Construction interactive du quotidien, Nancy, p. 263-279.
— 1994b « ˶Würden Sie von diesem Mann einen Gebrauchtwagen kaufen ?˝ Interaktive Anforderungen und Selbstdarstellung in Verkaufsgesprächen », in Brünner, Gisela/ Graefen, Gabriele (éds), Texte und Diskurse. Methoden und Forschungsergebnisse der Funktionalen Pragmatik, Opladen, Westdeutscher Verlag, p. 328-350.
— 1995, « Fachtermini in der Ausbildung im Bergbau, Bedingungen und Funktionen ihrer Verwendung im Diskurs », in Ehlich, Konrad/Elmer, WIlhelm/Noltenius, Rainer (éds), Sprache und Literatur an der Ruhr, Essen, Klartext Verlag, p. 109-124.
— 1997, « Fachlichkeit, Muster und Stil in der beruflichen Kommunikation », in Selting, Margret/Sandig, Barbara (éds), Sprechund Gesprächsstile, Berlin, New York, de Gruyter, p. 254-285.
— 2000, Wirtschaftskommunikation. Linguistische Analyse ihrer mündlichen Formen, Tübingen, Niemeyer.
— 2001, « Gespräche in der Wirtschaft », in Brinker, Klaus/Antos, Gerd/Heinemann, Wolfgang/Sager, Sven F. (éds), 2001, p. 1526-1540.
— 2002, « Probleme der Wirtschaftskommunikation am Beispiel der UMTS-Versteigerung », in Becker-Mrotzek, M./Fiehler, Reinhard. (éds), 2002, p. 13-34.

Bungarten, Theo (éd.), 1988, Sprache und Information in Wirtschaft und Gesellschaft, Tostedt, Attikon.
— 1994, Unternehmenskommunikation. Linguistische Analysen und Beschreibungen, Tostedt, Attikon.

Dannerer, Monika, 1999, Besprechungen im Betrieb. Empirische Analysen und didaktische Perspektiven, München, iudicium.

Dengel, Peter/Scheck, Ulrich, 1977, « Linguistische Aspekte des Verkaufsgesprächs », in Sprengel, Konrad/Bald, Wolf-Dietrich/Viethen, Heinz W. (éds), Semantik und Pragmatik. Akten des 11. Linguistischen Kolloquiums, Aachen 1976, vol. 2, Tübingen, Niemeyer, p. 211-220.

Ehlich, Konrad, 1988, « L’analyse pragmatique de la langue et son application à la communication institutionnelle », in Centre National de la Recherche Scientifique, Institut National de la Langue Française (éd.), Épistémologie de la Recherche Informatisée. Problèmes linguistiques et problèmes épistémologiques (Actes des rencontres de Nancy, 21-23 nov. 1985), Paris, CNRS, p. 101-115.
— 1991, « Funktional-pragmatische Kommunikationsanalyse. Ziele und Verfahren », in Flader, Dieter (éd.), Verbale Interaktion. Studien zur Empirie und Methodologie der Pragmatik, Stuttgart, Metzler, p. 127-143.
— 1993a, « Computergestütztes Transkribieren – Das Verfahren HIAT-DOS », in Richter, Günther (éd.), Methodische Grundfragen der Erforschung gesprochener Sprache (Arbeiten zur Sprachanalyse 16), Frankfurt a. M., Lang, p. 47-60.
— 1993b, « HIAT – a Transcription System for Discourse Data », in Edwards, Jane/Lampert, Martin (éds), Talking Data. Transcription and Coding in Discourse Research, Hillsdale (New Jersey), Erlbaum, p. 123-148.

Ehlich, Konrad/Rehbein, Jochen, 1976, « Halbinterpretative Arbeitstranskriptionen (HIAT) », in Linguistische Berichte, no 45, p. 21-41.

Ehlich, Konrad/Scheiter, Susanne (éds), (à paraître), Interkulturelle Kommunikation analysieren.

Ehlich, Konrad/Wagner, Johannes (éds), 1995, The Discourse of Business Negotiation, Berlin, New York, Mouton de Gruyter.

Ehnert, Rolf (éd.), 2000, Wirtschaftskommunikation kontrastiv, Frankfurt a. M., Lang.

Fiehler, Reinhard/Kindt, Walther, 1994, « Reklamationsgespräche. Schulungsperspektiven auf der Basis von Ergebnissen diskursanalytischer Untersuchungen », in Bartsch, Elmar (éd.), 1994, p. 255-269.

Fiehler, Reinhard/Kindt, Walther/ Schnieders, Guido, 1999, « Kommunikationsprobleme in Reklamationsgesprächen », in Brünner, Gisela/Fiehler, Reinhard/ Kindt, Walther (éds), Angewandte Diskursforschung. vol. 1 : Grundlagen und Beispielanalysen, Opladen, Westdeutscher Verlag, p. 120-154.

Fiehler, Reinhard/Sucharowski, Wolfgang (éds), 1992, Kommunikationsberatung und Kommunikationstraining. Anwendungsfelder der Diskursforschung, Opladen, Westdeutscher Verlag,

Firth, Alan (éd.), 1995, The Discourse of Negotiation. Studies of Language in the Workplace, Oxford/New York, Elsevier.

Firth, A., 1995, « Talking for a Change : Commodity Negotiating by Telephone », in Firth, A. (éd.), 1995, p. 247-268.

Häcki-Buhofer, Annelies, 1993, « Sachlichkeit, Zwänge und Emotionen als Charakteristika der schriftlichen Kommunikation im Versandhandel », inDarski, Józef/Vetulani, Zygmunt (éds), Sprache – Kommunikation – Informatik. Akten des 26. Linguistischen Kolloquiums, Poznan 1991, vol. 1. Tübingen, Niemeyer, p. 63-72
— 1993, « Instrumentelles Schreiben im Alltag – Schriftliche Versandhandelskommunikation », in Werlen, Iwar (éd.), Soziolinguistik in der Schweiz - Schweizer Soziolinguistik : Zur Einfuehrung, Neuchâtel, Presse Univ. de Neuchâtel (= Bulletin CILA 58), p. 213-232.

Hundsnurscher, Franz/Franke, Wilhelm (éds), 1985, Das Verkaufs-/Einkaufs-Gespräch, Stuttgart, Akademischer Verlag.

Hundt, Markus, 1995, Modellbildung in der Wirtschaftssprache. Zur Geschichte der Institutionen-und Theoriefachsprachen der Wirtschaft, Tübingen, Niemeyer.
— 1998, « Neuere institutionelle und wissenschaftliche Wirtschaftsfachsprachen », in Hoffmann, Lothar/Kalverkämper, Hartwig/Wiegand, Herbert Ernst (éds), Fachsprachen – Languages for Special Purposes. Ein internationales Handbuch zur Fachsprachenforschung und Terminologiewissenschaft, 2. Halbbd, Berlin, New York, de Gruyter, p. 1296-1304.
— 2000, « Textsorten des Bereichs Wirtschaft und Handel », in Brinker, Klaus/Antos, Gerd/Heinemann, Wolfgang/SAGER, Sven F. (éds), 2001 (= HSK, vol. 16.1), p. 642-658.

Kerner, Marion, 1997, « Kontoeröffnung - empirische Analysen und Materialerstellung DaF », in Bildungsarbeit, no 3/1997, p. 20-28.
— 1998, « Kontoeröffnung im DaF-Unterricht. Lehrmaterialerstellung », in Bildungsarbeit, no 1/1998, p. 33-44.

Komter, Martha L., 1991, Conflict and Cooperation in Job Interviews. A Study of Talk, Tasks and Ideas, Dordrecht, ICG Printing.

Lepschy, Annette, 1995, Das Bewerbungsgespräch. Eine sprechwissenschaftliche Studie zu gelingender Kommunikation aus der Perspektive von Bewerberinnen und Bewerbern, St. Ingbert, Röhrig.

Meier, Christoph, 1998, Arbeitsbesprechungen. Interaktionsstruktur, Interaktionsdynamik und Konsequenzen einer sozialen Form, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Menz, Florian, 2000, Selbst-und Fremdorganisation im Diskurs. Interne Kommunikation in Wirtschaftsunternehmen, Wiesbaden, Deutscher Universitäts-Verlag.

Messing, Ewald J. (éd.), 1932, Zur Wirtschaftslinguistik. Eine Auswahl von kleineren und größeren Beiträgen über Wert und Bedeutung, Erforschung und Unterweisung der Sprache des wirtschaftlichen Verkehrs, Rotterdam, Nijgh & Van Ditmar N.V.

Müller, Andreas P., 1997, » Reden ist Chefsache» . Linguistische Studien zu sprachlichen Formen sozialer » Kontrolle» in innerbetrieblichen Arbeitsbesprechungen, Tübingen, Narr.

Müller, Bernd-Dietrich (éd.), 1991, Interkulturelle Wirtschaftskommunikation, München, iudicium.

Ohama, Ruiko, 1987, « Eine Reklamation », in OBST 38, p. 27-52.

Picht, Heribert, 1998, « Wirtschaftslinguistik, ein historischer Überblick », in Hoffmann, Lothar/Kalverkämper, Hartwig/Wiegand, Herbert Ernst (éds), Fachsprachen (= HSK, vol. 14.1), Berlin, New York, de Gruyter, p. 336-341.

Plog, Kirsten, 1996, Telefonmarketing. Ziele und Methoden aus linguistischer Perspektive, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Pogarell, Reiner, 1988, Linguistik im Industriebetrieb. Eine annotierte Auswahlbibliographie, Aachen, Alano.

Pothmann, Achim, 1997, Diskursanalyse von Verkaufsgesprächen, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Rehbein, Jochen, 1985, « Medizinische Beratung türkischer Eltern », in Rehbein, Jochen (éd.), Interkulturelle Kommunikation, Tübingen, Narr, p. 349-419.
— 1995, « International Sales Talk », in Ehlich, Konrad/ Wagner, Johannes (éds), 1995, p. 67-102.
— (à paraître a), Funktionale Pragmatik im Spektrum.
— (à paraître b), « Verhandeln. Verbale, nonverbale und interkulturelle Aspekte einer amerikanisch-deutschen Geschäftskommunikation », in Ehlich, Konrad/ Scheiter, Susanne (éds), (à paraître).

Reuter, Ewald, 1989, « Die kommunikative Organisation der Produktvorstellung », in Laurén, Christer/Nordmann, Marianne (éds), From Office to School. Special Language and Internationalisation, Clevedon, Philadelphia, Multilingual Matters Ltd., p. 67-77.

Stalpers, Judith M., 1993, « Discourse Strategies for Avoiding Misunderstanding and Other Unwelcome Situations », in Crochetiere, A./Boulanger, J.-C./Ouellon, C. (éds), Proceedings of the XVth International Congress of Linguists, Quebec, Universite Laval, 9-14 August 1992, Sainte-Foy, PU Laval, p. 257-260.

Scheiter, Susanne, 2002, « Wie werden in Geschäftsverhandlungen Entscheidungen getroffen ? Diskursive Formen des Interessenausgleichs in der Wirtschaftskommunikation », in Becker-Mrotzek, Michael/Fiehler, Reinhard (éds), 2002, p. 35-57.

Schnieders, Guido, 2002, « Verärgerung in Reklamationsgesprächen. Zur Analyse von Emotionsmanifestationen im Diskurs », inBecker-Mrotzek, Michael/Fiehler, Reinhard (éds), 2002, p. 115-143.
— (à paraître a), « Authentische und simulierte Reklamationsgespräche – ein exemplarischer Vergleich », in Rehbein, J. (éd.), (à paraître a).
— (à paraître b), Reklamationsgespräche. Eine diskursanalytische Studie.

Spillner, Bernd (éd.), 1992, Wirtschaft und Sprache. Kongressbeiträge zur 22. Jahrestagung der Gesellschaft für Angewandte Linguistik (GAL), Frankfurt a. M., Lang.

Siebenschein, Hugo, 1936, Abhandlungen zur Wirtschaftsgermanistik, Prag, Orbis.

Tiittula, Lisa, 1995, « Kulturen treffen aufeinander. Was finnische und deutsche Geschäftsleute über die Gespräche berichten, die sie miteinander führen », in Jahrbuch DaF no 21, p. 293-310.

Notes

1 Par exemple, les interjections. (Note des éditeurs)

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Les structures fondamentales et leur conceptualisation
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Schéma 2 : l’action langagière
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Schéma 3 : Structures économiques et structures langagières
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Schéma 4 : Le modèle « négocier »
Légende Illustration : le modèle « négocier »Brünner, Gisela (2000) Wirtschaftskommunikation, Tübingen, Niemeyer, p. 155 [Communication économique]
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Ludwig-Maximilian Universität, München

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540