Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

1a - Politique, société et discours

1a. Politique, société et discours

Texte intégral

1Nous savons que nos représentations collectives apparemment les plus naturelles procèdent d’un travail de construction et de diffusion qui s’effectue dans et par le discours. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine économique. De même que le langage est pénétré des métaphores de la valeur, de la production, du négoce, de même l’activité économique fait largement appel aux procédures de la communication. Échange de biens et échange symbolique ne sont-ils pas intimement mêlés, et l’analogie entre le langage et la monnaie l’une des plus classiques en sciences sociales ? Searle montre ainsi que l’instauration de la monnaie est l’un des exemples les plus évidents de la création discursive des institutions sociales. De grands économistes, comme Keynes ou Erhard, estimaient d’ailleurs que l’opinion publique représente un facteur essentiel dans l’évolution de la conjoncture, et que la production de biens s’appuie souvent sur une production de discours.

2Les contributions réunies dans ce chapitre de notre recueil portent toutes, sous divers aspects, sur la dimension constitutive, centrale, des faits de discours pour l’économie et la société : Konrad Ehlich, ainsi, s’efforce de situer à un niveau théorique fondamental les perspectives d’une possible analyse linguistique des discours en usage dans le champ économique. Günter Schmale soumet à un examen critique les pratiques et idéologies de la communication professionnelle. Patricia Commun, Marcel Tambarin et Jacqueline Percebois retracent la mise en place d’idéologies politiquement opérantes par le biais du discours : l’économie sociale de marché de Ludwig Erhard, la mise en place et la contestation du mythe d’un modèle allemand à l’intention du public français ou les représentations différentes de la fonction publique en France et en Grande-Bretagne.

3Sur la base d’un travail de schématisation et de classification, K. Ehlich analyse les diverses formes d’articulation possibles entre l’activité économique et les pratiques communicationnelles, qu’il définit comme coopératives, compétitives ou antagonistes. Le cas où la communication représente à la fois un facteur de production et un coût est particulièrement intéressant, ainsi dans la forme qu’il nomme « homiléïque », celle des conversations informelles sur le lieu de travail, souvent rejetée comme inutile et improductive, alors qu’elle améliore le bien-être et donc la productivité. Il montre ensuite que les pratiques langagières tendent historiquement à s’institutionnaliser en schémas destinés à traiter des situations répétitives. Les différentes dimensions de l’activité langagière donnent lieu à des pratiques spécifiques, relevant d’analyses linguistiques. L’aspect propositionnel ou cognitif est pris en charge par les terminologues, alors que la perspective illocutoire se déploie dans la négociation, laquelle peut s’interpréter au moyen de schémas, dont K. Ehlich présente un modèle.

4La contribution de Patricia Commun étudie dans sa dimension idéologique mais aussi pragmatique – on pourrait presque dire tactique – le discours du 21 avril 1948 dans lequel L. Erhard a défendu son projet de retour à une économie libérale – non administrée – parallèlement à la réforme monétaire. Elle montre que si les concepts théoriques de base du discours d’Erhard sont ceux de l’ordolibéralisme de Eucken et Röpke, son travail de persuasion argumentative emprunte largement aux thèmes et au vocabulaire de ses adversaires, en insistant sur le caractère ordonné et social du nouveau paradigme économique à instaurer. On voit donc in concreto comment le discours de l’économie sociale de marché, constitutif jusqu’à nos jours de l’identité de la RFA, est en partie né d’un compromis rhétorique entre divers courants de la pensée politique et économique allemande qu’il s’agissait de faire converger. P. Commun avance la thèse originale que dans l’Allemagne de l’après-guerre, le libéralisme ne pouvait s’avancer que masqué, le rôle historique d’Erhard ayant alors consisté à lui fournir ce masque par son activité de propagandiste.

5Marcel Tambarin s’intéresse au modèle allemand vu de l’autre côté : dans sa mise en scène discursive par les journalistes du Monde – et il convient effectivement de se demander si ce « fameux modèle » a jamais eu d’existence réelle en dehors du discours mythifiant de la presse française. Un examen exhaustif de toutes les occurrences de ce thème dans les colonnes du quotidien révèle une profonde ambivalence. Le modèle est à géométrie variable, comme le montre M. Tambarin, telle ou telle de ses composantes étant alternativement mise en avant. De plus, l’apologie de sa supériorité n’empêche pas qu’il soit simultanément déclaré en crise, voire moribond, tout au long de la décennie. Le journal, qui a pourtant lui-même contribué à la création discursive du mythe, dénonce à l’occasion l’arrogance latente qu’il manifesterait. La vision globale adoptée par Marcel Tambarin agit comme un révélateur des tendances de fond d’une écriture journalistique à la fois cohérente par sa répétitivité et fondamentalement contradictoire.

6Günter Schmale critique les modèles de la communication actuellement dominants dans la vie professionnelle et les manuels de formation. Fondés non sur une approche authentiquement linguistique, mais sur un modèle théorique dépassé, celui du rapport émetteur-récepteur de Shannon et Weaver, ils ne permettent pas de véritable interaction entre le professionnel – ainsi l’opérateur/-trice de télé-prospection – et le client, celui-ci étant défini par avance comme la « cible » de messages qu’il doit subir passivement. Une prise en compte des acquis récents de l’analyse conversationnelle permettrait pourtant d’établir des relations moins mécaniques, moins stéréotypées que ce n’est le cas actuellement.

7Le sujet de Jacqueline Percebois se situe à l’intersection de l’histoire des institutions et de la terminologie. Après avoir exposé les modalités de la mise en place des corps de hauts fonctionnaires en France et dans le monde anglo-saxon, selon des conceptions très différentes, elle montre dans le détail comment ces visions divergentes du service de l’État se manifestent dans les terminologies en usage dans les pays considérés. Le fait que certains termes restent intraduisibles manifeste clairement alors que ce sont des univers culturels qui se confrontent, univers dont les langues de spécialité ne sont que le reflet. J. Percebois met ainsi en lumière l’influence croissante du management privé sur les formes d’organisation des administrations publiques anglo-saxonnes, mutation qui revêt donc en définitive une dimension politique de première importance.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540