Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie et entreprise : le travail des mots

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Michel Kauffmann
, 
et al.

Introduction

Irmtraud Behr

Texte intégral

1Les faits économiques s’appréhendent aussi à travers des discours. S’il y a d’une part les discours sur l’économie, il y a également des discours qui sont en quelque sorte constitutifs de l’activité économique elle-même. Spécialistes et non-spécialistes ne parlent pas des mêmes faits dans les mêmes termes, pas plus que les spécialistes de disciplines distinctes ; et les représentants de différentes cultures ne mettent pas les mêmes mots sur les mêmes réalités.

2En mettant en contact des chercheurs de plusieurs disciplines (linguistique, économie, gestion), venant de plusieurs pays (Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie, Slovaquie), on a cherché à susciter une réflexion conjointe, voire commune, sur les relations entre les différentes « mises en mots » d’une réalité complexe et la circulation des savoirs, c’est-à-dire de savoirs « factuels » et de savoirs « linguistiques ». D’où ce volume à visée interdisciplinaire et contrastive, résultat d’un colloque qui s’est tenu du 13 au 15 novembre 2003 à l’université Paris 3, à l’initiative d’Irmtraud Behr, Dieter Hentschel, Michel Kauffmann et Anja Kern.

3Les contributions présentées ici tissent entre elles des liens multiples : selon les thèmes traités, selon la méthodologie, selon les langues étudiées. Mais comme la langue, ses composantes et son emploi, seule ou conjointement avec d’autres systèmes sémiotiques, sont au centre de ce volume, ce seront donc les manifestations langagières qui serviront de fil conducteur de cette présentation générale.

4Une langue est d’abord parlée. Et on parle dans les entreprises. Pour communiquer, négocier, organiser, pour exécuter un travail, téléphoner, demander des renseignements ou les donner, donner des ordres ou contester…

5Plusieurs articles rendent compte de la place spécifique qu’occupe le langage dans l’activité économique elle-même, se concentrant plus particulièrement sur ses aspects oraux (Günter Schmale, Bernd Spillner) ou non (Konrad Ehlich, Sophie Pène). Car on peut parler et faire autre chose en même temps, et parler en faisant autre chose peut avoir un effet structurant (Heike Baldauf). Les réunions impliquent l’oralité (Monika Dannerer) mais vont au-delà du simple fait de parler ensemble. Savoir parler fait encore partie, à côté d’autres savoirs, de l’activité du vendeur (Jean Barbier). Communiquer au travail, communiquer à propos du travail, peut également se faire par écrit (Freddie Plassard).

6Le langage écrit est présent dans un nombre important de contributions. D’abord sous l’aspect terminologique, très important dans le domaine économique. On s’aperçoit du rôle que joue le développement économique pour l’émergence d’une terminologie propre à une langue (Armelle Lebars, Fayza El Qasem, L’udmila Mešková). Inversement, les régularités d’une langue et les attitudes des locuteurs influent sur le développement de la terminologie (Rachele Raus, Maria Wirf Naro). Et puis, vérité souvent méconnue, on ne saurait comprendre vraiment un terme hors de son contexte, contexte linguistique (Thierry Grass) ou contexte sociopolitique (Jacqueline Percebois).

7La presse peut être considérée comme un des moyens de la transmission de connaissances et de savoirs, son devoir est d’informer ; on y trouve pourtant des phénomènes de polyphonie (Irmtraud Behr, Sybille Sauerwein), et d’affectivité (Sabine Bastian/Françoise Hammer). Elle est également le lieu de construction du discours sur l’économie (Marcel Tambarin). D’autres documents écrits, émanant de l’entreprise ou à usage interne, véhiculent plus ouvertement des marques de subjectivité, et concourent à créer l’image que l’entreprise veut donner d’elle-même (Michel Kauffmann, Claudia Böttger, Janine Rozen).

8Il y a des discours qui contribuent à construire une réalité économique (Patricia Commun), des discours qui servent à transmettre des connaissances et s’inscrivent donc dans des pratiques scientifiques (Roland Decker/Dieter Hentschel) ou d’enseignement (Michel Ghertmann), discours qu’il est possible d’aborder d’un point de vue contrastif, ou interculturel (Christoph Barmeyer/Isabelle Demangeat).

9« Langue », « économie » et « entreprise » renvoient de fait au cadre concret, à la culture dans laquelle elles s’inscrivent et qu’elles façonnent à leur tour – c’est ce que soulignent de nombreuses études. Les langues étudiées ici dans leur fonctionnement sont l’allemand, l’anglais, l’arabe, le français, le portugais, le slovaque. Les problèmes de terminologie se posent évidemment souvent en termes de comparaison, de contrastivité ou de traduction.

10Mais plus globalement, les activités langagières – le discours journalistique, les productions scientifiques en management, la présentation de soi des entreprises tout autant que les discours à l’intérieur des entreprises – peuvent être étudiées parallèlement ou dans des situations de contact. Les deux types d’étude sont nécessaires et complètent les réflexions plus générales sur la place du langage dans le monde de l’économie tout comme les analyses monolingues de situations de travail. Les mots au travail, donc.

Auteur

Université Paris 3 – EA 182

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540