Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA au passé présent

 | 
Catherine Fabre-Renault
, 
Élisa Goudin
, 
Carola Hähnel-Mesnard

Première partie. Enjeux de la transmission

La vie dans une dictature moderne

Politique et société dans la zone d’occupation soviétique/République démocratique allemande comme objets de l’enseignement universitaire

Armin Owzar
Traduction de Catherine Fabre-Renault

Texte intégral

  • 1 Nous laisserons, dans la traduction française, les sigles allemands lorsqu’il s’agira comme ici d’u (...)

1Quinze ans après la chute du Mur, lorsqu’on étudie la place que la RDA occupe dans la conscience des Allemands, on fait un constat déconcertant : jamais l’écart entre l’intérêt « profane » et l’intérêt scientifique n’a été aussi grand. Certes, d’après les sondages récents, seule une minorité souhaiterait le retour de la RDA ; beaucoup pensent toutefois que le socialisme était au fond une bonne idée, mal appliquée dans la réalité. Sans parler de ses défenseurs, en nombre croissant, qui ne se lassent pas d’expliquer que tout n’y était pas mauvais. Cette nostalgie que l’on rencontre partout dans l’Allemagne de l’Est, a son pendant dans les anciens Länder : une florissante « ostalgie ». Les sigles comme « FDJ » et « DDR »1, vidés de leur contenu politique, ornent les T-shirts et les sacs des adolescents ouest-allemands ; les « packs-DDR » avec un shampoing est-allemand pour enfant, une Trabant en carton à monter soi-même et des chansons socialistes, sont exposés dans les rayons des grandes librairies ; et les films comme Sonnenallee (1999) ou Good bye, Lenin ! (2003), se voient fréquentés, même à l’ouest, par un nombre exceptionnellement grand de spectateurs et dotés de nombreux prix.

2Mais en même temps, la deuxième dictature allemande perd de plus en plus d’importance comme objet d’enseignement dans les universités allemandes. Une enquête, réalisée par l’Institut de recherche sur l’enseignement supérieur à partir d’un échantillon représentatif des universités de la République fédérale, a montré que la présence du thème RDA a constamment diminué depuis le milieu des années 1990 pour tomber, il y a trois ans déjà, en dessous du niveau de départ en 1990-91 (Pasternak, 2001 : 169). Si l’on ne met pas fin à cette évolution, un observateur établit un pronostic dramatique selon lequel « bientôt, nous aurons des universités sans aucun enseignement de la RDA » (Dietrich, 2003).

  • 2 Voir le rapport rédigé par Ulrich Mählert, Aktuelles aus der DDR-Forschung. Ein Newsletter der Stif (...)

3Mais cette tendance dont l’évolution n’est certes pas encore prévisible aujourd’hui, n’est en aucune façon due à une incurie de la part des enseignants. Au contraire, peu de sujets bénéficient d’un soutien aussi conséquent, ce dont témoignent de nombreux instituts de recherche, des colloques largement fréquentés, sans parler des activités de la Fondation pour la recherche sur la dictature du SED (Mählert/Wilke, 2004). Le grand nombre de publications scientifiques, de monographies, de recueils et d’articles dans des revues spécialisées en est une illustration : toutes les semaines paraissent de nouvelles études sur l’histoire de la zone d’occupation soviétique ou la RDA2. L’offre déclinante de cours sur l’histoire de la RDA ne reflète en rien un déplacement des activités de recherche. Les enseignants semblent, au contraire, réagir au déclin de la demande de la part des étudiants. C’est une tendance que je peux confirmer d’expérience : malgré nos efforts, les candidats à la recherche d’un sujet pour leur examen manifestent de plus en plus leur désintérêt pour un thème concernant la RDA. Et comme toujours, les cours d’histoire du temps présent qui portent sur le national-socialisme, jouissent d’une affluence démultipliée par rapport aux séminaires ou aux cours sur l’histoire de la zone d’occupation soviétique ou la RDA.

4Comment expliquer l’écart entre la tendance à l’« ostalgie » et la régression de l’enseignement sur la RDA ? Quelles causes peut-on trouver à ce désintérêt croissant ? Voilà la première question à laquelle nous tenterons de répondre. Dans une deuxième étape, nous nous attacherons à l’évaluation de cette régression. S’agit-il d’une simple normalisation des cours sur la RDA après un boom exceptionnel au début des années 1990 ? Nous trouvons-nous plutôt face à un résultat alarmant ? Pour apprécier au plus près l’ampleur que l’enseignement de la RDA doit prendre dans l’échelle des cours, il convient de déterminer l’importance qu’il faut attribuer à son histoire et les fonctions qu’elle peut remplir. Pour conclure, nous indiquerons très brièvement les approches et les méthodes qui nous semblent convenir pour transmettre un enseignement sur la RDA.

Explications

5Prenons d’abord la première question sur les causes du désintérêt pour l’histoire de la RDA comme matière d’enseignement universitaire. Ma première hypothèse serait que la contradiction n’est qu’apparente entre le boom de l’« ostalgie » qui s’étend aujourd’hui partout en Allemagne et le désintérêt que l’on constate essentiellement dans l’ouest de l’Allemagne de la part des étudiants pour une étude scientifique. Il semble que la RDA soit devenue pour beaucoup l’objet d’un folklore apolitique. Ce n’est en aucune façon la RDA dans son existence réelle qui intéresse la plupart de nos contemporains ouest-allemands et de larges parts de la jeune génération est-allemande. Quinze ans après la chute du Mur et en dépit de toutes les adjurations pour élaborer une histoire germano-allemande, le besoin de retour explicatif sur la RDA s’amoindrit, surtout à l’ouest, où cette histoire n’est pas constitutive de l’identité et ne peut le devenir. Cette circonstance explique du reste aussi la grande différence dans l’offre est-ouest des cours. Dans le sud de l’Allemagne où sont quand même inscrits 27 % de tous les étudiants allemands, on trouve à peine 6 % de l’offre totale de cours sur la RDA. Et dans le nord-ouest de l’Allemagne, les 12 % de cours consacrés à la RDA se situent largement en dessous de la proportion d’étudiants inscrits (Pasternak, 2001 : 168).

6À l’inverse, on peut supposer qu’il y a des causes spécifiques à l’identité qui justifient le nombre particulièrement élevé de cours sur la RDA à Berlin et dans l’est de l’Allemagne. Mais du fait que les primo-arrivants d’aujourd’hui ont vécu la chute du Mur à l’âge de cinq ou six ans, on peut supposer que le besoin de traiter de la RDA comme la résultante d’une histoire personnelle va décroître. Le socialisme réellement existant ne deviendra aucunement une histoire qui ne passera pas. C’est sans doute dû au fait que les fonctionnaires du SED ont pratiqué une politique beaucoup moins criminelle comparée à celle des nationaux-socialistes et à ce que l’acceptation sociale était beaucoup moins grande de la part de la population. Un conflit de génération comme on a pu le voir dans les années 1960 en Allemagne de l’Ouest est donc peu probable. À l’inverse du national-socialisme qui est devenu partie d’une identité collective en contrepoint pour l’ensemble de l’Allemagne, la RDA va plutôt disparaître peu à peu de la mémoire collective des Allemands de l’Est. La RDA a déjà disparu de la mémoire collective des Allemands de l’Ouest dans les années 1970 dans la mesure où leur État partiel était légitimé à l’origine bien plus par l’anticommunisme que par l’antifascisme. La façon de considérer le 17 juin 1953 en est la preuve (Wolfrum, 1999). Une historiographie qui insistera trop fort sur la tentative de surmonter le passé que ce soit dans l’enseignement ou dans la recherche, manquera bientôt son but auprès de la plupart des étudiants, à l’Ouest comme à l’Est.

7À ceci s’ajoute que l’histoire de la RDA (qui passe entre-temps pour sur-étudiée) est encore largement dominée par les problématiques propres à l’histoire sociale et politique (Scholtyseck, 2003 ; Heydemann, 2003 ; Bauerkämper, 2005), alors même que sont négligées les approches culturelles ou celles de l’anthropologie historique. Cette réduction reflète bien un dilemme spécifique à l’histoire du temps présent. La masse énorme de sources archivales de la RDA induit l’historien à une reconstruction positiviste de ce qui a été. Alors qu’en règle générale, la disparité des sources oblige le médiéviste, l’historien moderne ou de la Renaissance à faire jouer son imagination, à concevoir de nouvelles interrogations et à accepter des méthodes innovatrices, les historiens du temps présent sont d’abord contraints de s’attaquer à des montagnes de dossiers. L’enseignement se ressent de cette situation de la recherche. Alors que la germanistique présente un grand nombre de cours sur la RDA (Pasternak, 2004 : 176), il n’y a pas encore eu de « virage culturel » chez les historiens ni en matière de recherche, ni dans l’enseignement de la RDA. On continue de publier de nombreuses études qui prennent comme point de départ la théorie du totalitarisme ou la logique inhérente au système. Ces deux perspectives ont eu une fonction importante en leur temps pour le discours politique de leur époque. Les études s’appuyant sur le modèle du totalitarisme ont mis en évidence le caractère inique du régime du SED et ont donc permis une meilleure compréhension des différences structurelles entre démocratie et dictature. Parallèlement, les études partant de la perspective inhérente au système, ont contribué à une meilleure compréhension des mécanismes internes à l’« État-SED ». Ces deux approches étaient les fruits de leur temps : l’une, de la guerre froide, l’autre, de la détente (Weber, 2000 ; Ihme-Tuchel, 2002).

Fonctions

8Les deux approches étaient légitimes et continuent de l’être. L’intérêt pour les taches blanches de l’histoire de la RDA comme Hermann Weber le demande depuis toujours, continue, bien sûr, d’exister (Weber, 1990). Mais combler ces lacunes ne devrait être une fin en soi ni dans la recherche ni dans l’enseignement ni, a fortiori, servir aux contemporains directement impliqués dans un effort pour surmonter leur propre histoire. Il ne suffit pas non plus d’écrire une histoire de la RDA qui reposerait uniquement sur des intérêts cognitifs dictés par le présent (Hüttmann, 2004, 44-50). Étudier la RDA peut certainement contribuer à mettre à jour les lourdes conséquences socio-économiques et mentales du régime du SED et contribuer ainsi à une meilleure compréhension de la « crise de l’unification » (Jürgen Kocka) qui perdure. La RDA offre aussi un matériau d’illustration empirique pour les historiens et les politologues qui interrogent les différences structurelles entre les systèmes démocratiques ou non. C’est un point légitime et toujours actuel de la formation dans le domaine politique en fin de compte, « le triomphe du modèle occidental de civilisation avec sa constitution pluraliste et son ordre économique capitaliste sur le communisme mondial idéologiquement figé, n’a aucunement mené à la fin des dictatures. » (Schmiechen-Ackermann, 2002 : 10). En même temps, une approche comparative des dictatures peut contribuer à remettre en question cette assimilation des dictatures de droite et de gauche que l’on retrouve souvent dans l’opinion publique, et à mettre en évidence les caractères historiquement uniques des deux systèmes.

9En outre, l’histoire de la RDA offre une large palette d’illustrations pour des problématiques d’ordre général. Elle permet d’une part d’analyser de façon exemplaire la relation entre dominants et dominés, une relation qui ne se développe pas de façon linéaire mais qui est de nature dialectique (Lüdtke, 1991), ce qui pose la question de la dimension anthropologique : comment une politique s’imprime-t-elle sur les personnes dont elle revendique le contrôle total. D’autre part, elle aiguise le regard sociologique sur les capacités de la politique. Finalement, l’exemple de la RDA montre de façon particulièrement nette où conduit une évolution au cours de laquelle la politique se voit promue au rang de système de régulation central de la société au détriment de l’autonomie d’autres sous-systèmes comme l’économie ou le droit.

10La pertinence d’une discussion sur le socialisme réellement existant apparaît justement dans une perspective qui croise les aspects politiques, sociaux et culturels. Car l’analyse de la RDA autorise, au-delà de l’intérêt cognitif concret, une percée fondamentale dans le fonctionnement des dictatures modernes. On peut étudier de façon exemplaire à un niveau concret et à un niveau général comment les dictatures se mettent en place et se stabilisent, comment les personnes agissent et se comportent dans un certain cadre politique et dans quelle mesure sont condamnés à l’échec des systèmes ayant refusé la différenciation, donc quelle efficacité et quelle capacité de régulation peuvent être reconnues à la politique.

11Venons-en à l’échelle générale pour commencer. Peu d’autres systèmes ont été assujettis aussi fortement au primat du politique que la RDA. Ou, plus ironiquement : le SED a réussi en peu d’années à mettre sens dessus dessous le modèle social marxiste. Ce n’est pas l’économie qui formait la base du socialisme réellement existant mais la centrale de régulation politique. Le SED nous montre un parti d’État dont la prétention à l’omnipotence est manifeste dans tous les domaines de la réalité sociale : pour l’économie comme pour le système juridique, pour la science comme pour la culture. Selon la sociologue Sigrid Meuschel, la société de RDA ne s’était « constituée ni sur la base du droit ou du droit constitutionnel, ni du marché ou de la tradition, mais elle était directement formée par la politique » (Meuschel, 1993 : 5). L’objectif était la stabilisation de la domination du Parti, il fallait donc supprimer ou soumettre toutes les institutions et mécanismes de régulation extra-politiques.

12Dans ce contexte, il faut examiner dans quelle mesure le SED a réussi à réaliser ce programme (Jessen, 1995 : 96-110). Car finalement de nombreux historiens affirment depuis un temps certain plutôt les limites de la dictature que sa force de pénétration (Bessel/Jessen, 1996). Et, lorsqu’on observe la société de RDA, l’un des résultats les plus probants est l’existence de structures héritées et l’émergence de nouvelles structures, à peine contrôlables. Car la liste des limites est extrêmement longue. Elle commence par les conditions mentales et socio-économiques de départ qui étaient plus défavorables que favorables à la construction d’une société socialiste : par exemple le déficit économique de base par rapport à l’Allemagne de l’Ouest, la forte emprise du national-socialisme et l’antibolchevisme largement répandu dans la population. Ces limites sociales ont été encore renforcées par la division consommée en 1949 dans la mesure où les relations économiques n’étaient pas seules abolies, mais où la République fédérale se construisait en alternative réellement existante au modèle socialiste et devenait de plus en plus attrayante pour la majorité de la population est-allemande. La politique socialiste elle-même produisit des limites, lorsque des mesures, non seulement manquaient leur but, mais avaient un effet contre-productif. En raison des dysfonctionnements de la politique socialiste, des limites de plus en plus grandes s’accumulèrent. Plus le processus d’indifférenciation progressait, plus il pesait négativement sur la productivité.

13Cette discussion menée depuis largement une décennie sur la relation entre le Parti et la société n’est pas seulement en mesure de livrer des connaissances sur le fonctionnement et l’écroulement de la RDA. La RDA pourrait même devenir un laboratoire d’analyse historico-sociologique consacré à étudier les capacités et les limites du pouvoir de régulation de la politique. Justement parce que le SED, comme aucun des autres partis en Allemagne, a tenté de s’opposer aux processus de différenciation à l’œuvre depuis le XVIIIe siècle, la RDA est un bon objet d’étude. Si la tentative, en RDA, de placer la politique au centre du système central de régulation de la société et de restreindre l’autonomie d’autres sous-systèmes était, d’une certaine manière, inéluctablement condamnée à l’échec, ce serait une preuve de validité pour les modèles sociologiques qui affirment qu’il y a une large autonomie des sous-systèmes qui opèrent selon leur logique propre, et un désaveu de tous ceux qui surestiment les capacités de la politique et la comprennent comme le sommet, la tête, l’âme de la société (Luhmann, 1986 : 167 ; 1981 : 22sq.). Mais rien ne serait encore dit sur la validité future de l’alternative réellement existante, celle des États constitutionnels basés sur l’économie de marché. Il n’est pas à exclure que, dans ces systèmes aussi, les processus autopoïétiques puissent être annihilés à long terme. Il n’en reste pas moins que les limites de la faisabilité politique étudiées à l’exemple de la RDA contribuent à une considération sans plus guère illusion des programmes et des déclarations d’intentions politiques.

14L’historiographie guidée par les principes de structures historiques ou de théories des systèmes a beau être crédible pour expliquer le nécessaire écroulement de la RDA, elle n’en reste pas moins redevable d’une réponse à la question portant sur la durée de presque un demi-siècle de socialisme réellement existant, sur son écroulement postérieur au retrait du protecteur soviétique et ce, en dépit de toutes les crises d’un système instable et aussi, sur l’existence d’une certaine nostalgie aujourd’hui encore, jusque dans les milieux qui sont opposés à tout État de non-droit. Ces phénomènes apparemment paradoxaux exigent donc aussi une approche qui ne questionne pas seulement les structures anonymes mais aussi les modèles de comportement collectifs quotidiens de la population est-allemande qui allaient « d’un soutien coopératif à la résistance passive et l’opposition, en passant par l’apathie et le repli sur la sphère privée » (Kocka, 1993 : 11). Quel rôle la population a-t-elle joué dans l’édification, le maintien et l’écroulement de la RDA ? Y a-t-il eu, dans l’agir social, des différences spécifiques au milieu ou à la religion, y en a-t-il eu qui soient liées à l’âge, à la génération ou au sexe ? Voilà les questions centrales qu’il convient de résoudre concrètement dans ce contexte. Comment faire passer ce programme dans l’enseignement ?

Mise en œuvre didactique

15Pour maîtriser le lien dialectique entre domination et population et le transmettre dans l’enseignement, il convient de constituer deux blocs d’enseignement. Le premier bloc décrira le processus de transformation sous l’angle de l’histoire de la domination. Il s’agit, d’un côté, des programmes des Soviétiques et des partis est-allemands, de l’autre, de l’implémentation du concept d’origine socialiste qui vise à l’indifférenciation : comment les Soviétiques et les émigrés communistes allemands de retour de leur exil à Moscou ont réussi à prendre le contrôle sur la politique et l’administration, l’économie et la culture. Un deuxième bloc placera au premier plan les modèles de comportement de la population. Une première séquence sera consacrée aux idées et mentalités : dans quelle mesure l’idéologie communiste était-elle un guide pour l’action ? Quelles hypothèques, quels modèles de légitimation étaient reliés au passé national-socialiste ? Quel rôle ont joué la religion et la foi ? Dans la deuxième partie, on traitera de la situation matérielle et de sa signification pour la loyauté de la population : quel rôle ont joué la propriété privée, la consommation et la position au sein du processus de production pour les ouvriers, les classes moyennes et les paysans, quelle importance ont eu les possibilités de carrière qui s’offraient aux arrivistes qui entraient dans le moule ? La troisième partie s’attachera aux facteurs apparemment non politiques de l’histoire des succès de la RDA (l’effet intégrateur des conquêtes techniques et des succès sportifs, par exemple). En quatrième lieu, il s’agira de l’importance des facteurs anthropologiques (comme la peur de l’isolement), un champ dont on ne peut traiter que dans un cadre interdisciplinaire (par exemple Asch, 1963 ; Milgram, 1961). Et enfin, on traitera de la violence politique agitée en permanence comme une menace par le pouvoir, et parfois, bel et bien exercée, ainsi que de la question du conditionnement de la population par cette violence à certains comportements-types.

  • 3 DDR-Geschichte, Matthias Judt (dir.) 1997, représente une exception.
  • 4 Pour l’une des rares sources de documentation sur cette période, voir Apel, 1967.

16Seul un point de départ pluriel centré sur l’agir quotidien et qui le situe dans un cadre d’histoire sociale (celui-là même qui thématise les aspects d’histoire culturelle, politique, sociale et économique) peut permettre une approche adéquate de la société de la RDA. On aurait besoin, à cet effet, d’une maquette pédagogique avec des trames de cours flexibles et d’une anthologie de textes originaux qui intégrerait les médias nécessaires pour transmettre la thématique de la RDA dont l’actualité se situe à différents niveaux. Car, pour introduire ces prémisses dans son cours, il faut résoudre un problème pratique d’envergure : il n’y a quasiment aucune édition de sources qui donne la parole aux acteurs quotidiens en marge de l’appareil d’État. Du reste, les recueils de sources originales parus depuis le début des années 1960 n’ont été constitués que du point de vue de la domination politique. Ce sont essentiellement des écrits rédigés par des représentants des partis ou des fonctionnaires de l’administration3. Il y a quand même une série de témoignages autobiographiques, de récits de voyage et de reportages parmi lesquels certains tentent de saisir le quotidien d’hommes et de femmes parfaitement normaux (Niethammer/von Plato/Wierling, 1991). Il n’en reste pas moins que le mode de pensée et d’action des gens dans les usines, les ateliers ou les hôpitaux durant les années 1950 et 1960 nous est encore inaccessible4 – un état de fait paradoxal eu égard au nombre d’acteurs de ce temps-là, même s’il est déjà un peu lointain, qui sont à la fois en bonne forme et probablement très disposés à s’exprimer sur le sujet.

17Cela induirait vite à se précipiter, pour l’enseignement, sur les médias tels que les films ou les romans qui illustrent particulièrement bien le quotidien. Et ce sont en effet des productions cinématographiques ou télévisuelles qui ont marqué la conscience de l’Histoire de tout un chacun. De même que les quatre épisodes de la série Holocauste et La liste de Schindler de Spielberg ont porté l’extermination des Juifs dans la conscience collective et l’opinion publique, aujourd’hui, ce sont des films de fiction comme Sonnenallee et surtout, Good bye, Lenin !, qui déterminent notre regard sur la RDA. C’est problématique pour plusieurs raisons. D’une part, il ne s’agit pas de documents réalisés au temps de la RDA mais « post-festum » et, en ce qui concerne Good bye, Lenin !, il ne s’agit même pas de la RDA mais de sa disparition dans le contexte quotidien est-allemand après 1989. D’autre part, même des films d’époque, comme Spur der Steine de Frank Baier, sont largement inutilisables comme source, si l’on ne les prend pas sous l’aspect de l’analyse du discours : aussi réalistes que puissent être les films ou les romans, ces productions esthétiques ne peuvent servir de gisement à l’historien. Ils créent un monde, qui, du moins dans le meilleur des cas dépasse largement l’objet concrètement traité. Ces médias esthétiques reflètent néanmoins la réalité historique et il faut donc examiner leur caractère idéologique à l’aide de l’historiographie. Par exemple, les résultats obtenus par les études historiques peuvent être comparés avec les interprétations esthétiques qui marquent l’image actuelle de la RDA de façon particulièrement forte. Des unités d’enseignement thématiques pourraient ainsi confronter les résultats, en termes d’image véhiculée de la RDA, de la recherche historique et sociologique d’une part, avec ceux de la littérature et du cinéma de l’autre. Une analyse comparative permet, de surcroît, de débattre de la problématique fondamentale du potentiel heuristique des discours et du langage esthétique. Que peut la science et que ne peut-elle pas ? Quel accès singulier les arts offrent-ils ? Et dans quelle mesure les interprétations esthétiques et historiennes se complètent-elles ? Les films et les romans, les tableaux et les pièces de théâtre ne peuvent être des sources historiques que sous l’aspect d’une analyse du discours : lorsque, dans le choix des thèmes traités, ils sont mis en relation avec les discussions et les problèmes qui étaient réellement dominants en leur temps.

18Presque toutes les questions soulevées ici, presque toutes les approches proposées, dépassent l’objet historique concret. Elles encouragent ainsi une historicisation de la RDA, ce qui peut certainement irriter ceux qui, aujourd’hui encore, ont à souffrir des traumatismes que le régime leur a infligés. D’un autre côté, seule une historicisation conséquente de la RDA peut permettre à cette dernière d’entrer dans le canon des enseignements universitaires. Elle ne sera plus, alors, un objet parmi d’autres qui menace de disparaître de la mémoire collective, un processus qui touchera probablement, un jour ou l’autre, même le national-socialisme.

19Ce processus peut être un inconvénient, mais ce n’est pas nécessairement le cas : l’instrumentalisation de l’Histoire à des fins politiques peut mener à des abus. Mais si nous nous tenons à distance d’un traitement par trop concret, centré sur la tentative pour surmonter le passé, du socialisme réellement existant, si nous comprenons l’histoire de la RDA comme quelque chose d’inconnu, si nous l’approchons avec des procédés de mise à distance comme par exemple l’ethnométhodologie, nous découvrirons peut-être un modèle qui nous donnera des éclairages sur le fonctionnement des dictatures modernes et sur les arrangements, établis pour la plupart de mauvais gré, entre les dominants et les dominés, ce dont, nous aussi, pourrons profiter à l’avenir. Seule une perspective historicisante et capable de prendre de la distance rendra intéressante la seconde dictature allemande pour tous ceux qui ne sont pas de la génération concernée par son vécu : comme modèle d’une dictature moderne qui donne des éclaircissements sur les questionnements et les fonctionnements d’ordre général qui, même après la fin du siècle des catastrophes, demeurent d’actualité.

Bibliographie

Bibliographie

Apel H., 1967, DDR 1962 1964 1966, West-Berlin, Voltaire Verlag.

Asch S., Asch E., 1963, Effects of Group Pressure upon the Modification and Distortion of Judgments, Groups, Leadership and Men. Research in Human Relations, Reports on Research Sponsored by the Human Relations and Morale Branch of the Office of Naval Research 1945-1950, dir. Harold Guetzkow, New York, Carnegie Press, p. 177-190.

Bauerkämper A., 2005, Die Sozialgeschichte der DDR (Enzyklopädie deutscher Geschichte 76), München, R. Oldenbourg Verlag.

Bessel R., Jessen R. (dir.), 1996, Die Grenzen der Diktatur. Staat und Gesellschaft in der DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

DDR-Box. Der Osten auf 0,05m2, 2003, Berlin, Eulenspiegelverlag.

Dietrich G., 25. März 2003, Rezension zu Peer Pasternack, Gelehrte DDR, http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de

Heydemann G., 2003, Die Innenpolitik der DDR (Enzyklopädie deutscher Geschichte 66), München, R. Oldenbourg Verlag.

Hüttmann J., collaboration de Pasternack P., 2004, Die »„Gelehrte DDR“ und ihre Akteure. Inhalte, Motivationen, Strategien: Die DDR als Gegenstand von Lehre und Forschung an deutschen Universitäten« (HoF : Arbeitsberichte 4/04), Wittenberg.

Ihme-Tuchel B., 2002, Die DDR (Kontroversen um die Geschichte), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

JEssen R., 1995, Die Gesellschaft im Staatssozialismus. Probleme einer Sozialgeschichte der DDR, Geschichte und Gesellschaft 21, p. 96-110.

Judt M. (dir.), 1997, DDR-Geschichte in Dokumenten. Beschlüsse, Berichte, interne Materialien und Alltagszeugnisse, Berlin, Ch. Links Verlag.

Kocka J., 1993, Die Geschichte der DDR als Forschungsproblem. Id.: Historische DDR-Forschung. Aufsätze und Studien, Berlin, Akademie-Verlag, p. 9-26.

Lüdtke A., 1991, Herrschaft als soziale Praxis, id.: Herrschaft als soziale Praxis. Historische und sozial-anthropologische Studien, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 9-63.

Luhmann N., 1986, Ökologische Kommunikation. Kann die moderne Gesellschaft sich auf ökologische Gefährdungen einstellen? Opladen, Westdeutscher Verlag.

Luhmann N., 1981, Politische Theorie im Wohlfahrtsstaat, München/Wien, Olzog.

Mählert U., Wilke M., 2004, Die DDR-Forschung – ein Auslaufmodell? Die Auseinandersetzung mit der SED-Diktatur seit 1989, DDR-Geschichte vermitteln. Ansätze und Erfahrungen in Unterricht, Hochschullehre und politischer Bildung, Hüttmann J., Mählert U., Pasternack P., dir., Berlin, Metropol Verlag, p. 141-161.

Meuschel S., 1993, Überlegungen zu einer Herrschafts- und Gesellschaftsgeschichte der DDR, Geschichte und Gesellschaft 19, p. 5-14.

Milgram S., Dezember 1961, Nationality and Conformity, Scientific American 205, p. 45-51.

Niethammer L., von Plato A., Wierling D., 1991, Die volkseigene Erfahrung. Eine Archäologie des Lebens in der Industrieprovinz der DDR. 30 biographische Eröffnungen, Berlin, Rowohlt.

Pasternack P., 2001, Gelehrte DDR. Die DDR als Gegenstand der Lehre an deutschen Universitäten 1990-2000 (HoF: Arbeitsberichte 5/01), Wittenberg.

Schmiechen-Ackermann D., 2002, Diktaturen im Vergleich (Kontroversen um die Geschichte), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Scholtyseck J., 2003, Die Außenpolitik der DDR (Enzyklopädie der Geschichte 69), München, R. Oldenbourg Verlag.

Weber H., 2000, Die DDR 1945-1990, München, R. Oldenbourg Verlag.

Weber H., 1990, »Weiße Flecken« in der DDR-Geschichtsschreibung, Aus Politik und Zeitgeschichte B 11/90, p. 3-15.

Wolfrum E., 1999, Geschichtspolitik in der Bundesrepublik Deutschland. Der Weg zur bundesrepublikanischen Erinnerung 1948-1990, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Notes

1 Nous laisserons, dans la traduction française, les sigles allemands lorsqu’il s’agira comme ici d’une représentation graphique, mais les traduirons, dans la mesure du possible, lorsqu’il s’agira de l’institution.

2 Voir le rapport rédigé par Ulrich Mählert, Aktuelles aus der DDR-Forschung. Ein Newsletter der Stiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur, paraissant régulièrement dans Deutschlandarchiv et sur http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de

3 DDR-Geschichte, Matthias Judt (dir.) 1997, représente une exception.

4 Pour l’une des rares sources de documentation sur cette période, voir Apel, 1967.

Auteur

Privatdozent en histoire contemporaine et du temps présent à la Wilhelms-Universität de Münster (Westphalie). Principales publications : Sozialistische Bündnispolitik und gewerblich-industrieller Mittelstand. Thüringe 1945-1953, Historische Kommission für Thüringen, Kleine Reihe 4, München, Jena, 2001 ; Reden ist Silber, Schweigen ist Gold. Konfliktmanagement im Alltag des wilhelminischen Obrigkeitsstaates Studien zum Kommunikationsverhalten im Großraum Hamburg. Universitätsverlag Konstanz, 2006.

Catherine Fabre-Renault (Traducteur)

Maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Thèse en 1997 sur « Le rôle social des femmes écrivains dans la RDA des années quatre-vingts ». Domaine de recherche : littérature et politique depuis 1945. Parmi les publications récentes : « La polémique autour de Was bleibt, comment neutraliser l’ennemie », in V. Robert (éd.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Publications de l’Institut d’Allemand, 2003, p. 111-120 ; « Histoire et tabous, une imposture d’État ou comment Christa Wolf et Christoph Hein avaient entrepris de déjouer l’imposture de l’Histoire officielle en RDA », in Germanica no 35/2004, p. 51-68 ; « Trobadora Beatriz : 874 ans et pas une ride ! », in Alain Cozic/Jacques Lajarrige (dir.), Traversées du miroir. Mélanges offerts à Erika Tunner, L’Harmattan, 2005, p. 339-352. « Marges et transgressions au cœur de l’œuvre de Christoph Hein et Christa Wolf », in : Frontières rêvées et frontières réelles de l’Allemagne, GRHIS, Rouen, 7 décembre 2005, à paraître dans les Cahiers du GRHIS, juin 2006.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540