Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA au passé présent

 | 
Catherine Fabre-Renault
, 
Élisa Goudin
, 
Carola Hähnel-Mesnard

Avant-propos

Catherine Fabre-Renault, Elisa Goudin et Carola Hähnel-Mesnard

Texte intégral

1Le présent ouvrage part d’une question simple : comment enseigner l’histoire de la RDA aujourd’hui ? Quelle place lui attribuer au sein d’un enseignement plus large sur l’Allemagne ? Voilà quel fut l’objet du colloque organisé les 4 et 5 novembre 2004 par le groupe de recherche sur la RDA et les nouveaux Länder de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Quinze ans après la réunification, nous sommes en effet en face d’un public d’étudiants qui n’a plus aucun lien avec la RDA ni la chute du Mur, car ils étaient alors enfants. La RDA en tant qu’État est pour eux un objet historique. Nous sommes ainsi passés d’une génération qui, même s’il s’agissait d’adolescents, était suffisamment consciente pour vivre cet événement de près – dans les médias et grâce à la transmission parallèle d’un savoir par les parents et les institutions scolaires – à une génération qui est largement coupée de cette époque. Aujourd’hui dans les cours d’histoire du lycée, il ne reste plus que le passage obligé par des thèmes comme la chute du Mur et la réunification ; la dimension événementielle de ces années de changement l’emporte généralement sur l’analyse précise des réalités propres à la RDA pendant quarante ans. La conséquence est que les élèves n’ont souvent plus aucune curiosité pour découvrir autre chose que les lieux communs véhiculés sur « les » Allemands de l’Est et les conflits entre « Ossis » et « Wessis ».

2Or, actuellement, un nombre croissant d’étudiants, toutes matières confondues, poursuit une partie de son cursus en Allemagne, y compris dans les nouveaux Länder, grâce à des échanges Erasmus, des stages, etc. Par ailleurs, certains germanistes deviendront des historiens, professeurs d’histoire, journalistes, commerciaux, et ils auront besoin d’une connaissance précise de la société allemande, y compris des différences dans les modes de socialisation entre l’Est et l’Ouest. De façon générale, il est donc nécessaire de connaître l’histoire de la RDA et de pouvoir l’analyser pour porter un jugement adéquat sur l’Allemagne actuelle.

  • 1 La notion Eigensinn a été initialement forgée par Alf Lüdtke pour désigner des types de comporteme (...)

3Une enquête, réalisée à l’occasion de ce colloque sur la base de questionnaires distribués à des étudiants de différents niveaux, montre le faible niveau de connaissances et une large diffusion des stéréotypes. « Communisme », « Mur », « dictature » ou encore « retard économique » étaient spontanément associés à la RDA, tandis que des connaissances plus précises dans les domaines politique, économique, culturel, de la jeunesse ou du mode de vie faisaient défaut. Dans l’ensemble, on a pu s’apercevoir que ces connaissances minimales entraînaient des représentations erronées des réalités de la RDA, d’autant plus que les étudiants y projettent pour l’essentiel des modèles et des grilles de lecture occidentaux. Ils sont persuadés que cet État connaissait un fort taux de chômage, ils associent dans leur grande majorité la RDA avec la notion de pauvreté, ou encore évoquent « l’absence de contacts culturels », comme si l’absence de contacts culturels avec l’Occident – qui n’était d’ailleurs pas une réalité en RDA – signifiait l’absence de contacts tout court, en dépit des relations internes aux pays de l’Est. Par ailleurs, on trouve dans les réponses à la fois les notions de rébellion, d’opposition, de résistance, et au contraire celles de « déresponsabilisation », « d’individus endoctrinés », etc. L’idée qu’il puisse exister des contradictions à l’intérieur d’un système ou même d’une personne, qu’il n’existe pas nécessairement une ligne de partage définitive et univoque entre résistance et endoctrinement, entre soutien au régime en place ou aux idéaux sur lesquels il s’appuyait et opposition résolue, qu’il puisse y avoir une voie intermédiaire, n’est jamais présente. C’est donc ce type de réalités propres à la RDA qu’il est important de transmettre, en s’appuyant sur des notions qui ont influencé la recherche sur la RDA, comme par exemple celle de Eigensinn1.

4Notre enquête montre également que les principales sources d’information sur la RDA sont l’enseignement dispensé dans les lycées, dans une certaine mesure aussi les séminaires dans l’enseignement supérieur et, surtout, les médias. Tandis que les manuels scolaires ne traitent de la RDA que de façon indirecte au travers des problèmes des nouveaux Länder et qu’y domine la vision de l’histoire de la RFA vécue comme une réussite (Erfolgsgeschichte) – par conséquent, la chute du Mur et l’unification apparaissent comme les dates les plus importantes de l’histoire de la RDA ! – les médias ont privilégié la plupart du temps une approche fondée sur les théories du totalitarisme, ce qui conduit souvent à produire une image indifférenciée de la RDA.

  • 2 Voir à ce sujet les différentes contributions dans J. Hüttmann, U. Mählert, P. Pasternack (éds), 2 (...)
  • 3 Cf. K. Jarausch, »Die Zukunft der ostdeutschen Vergangenheit – Was wird aus der DDR-Geschichte?«, (...)

5Partant de ces prémisses, la nécessité de réfléchir aux contenus et aux modalités de la transmission de l’histoire de la RDA se fait jour. En France, cette thématique ne revêt bien sûr pas la même importance qu’en Allemagne où elle est liée à des questions d’« unité intérieure », d’histoire nationale et de monopole d’interprétation2. Mais puisqu’on y forme des spécialistes de l’Allemagne, c’est de ces derniers que dépend, en France, la place que prendra à l’avenir la RDA dans l’histoire allemande et l’interprétation qui en sera faite. Est-ce qu’on se souviendra d’un État qui a joué son rôle dans l’échiquier politique international ou est-ce que l’histoire de la RDA devient, à moyen terme, une simple histoire régionale, comme l’indiquent les plus pessimistes3 ?

  • 4 H. Mayer, 1993 [1991], Der Turm von Babel. Erinnerungen an eine Deutsche Demokratische Republik, S (...)
  • 5 Voir T. Ahbe, »Die DDR im Alltagsbewusstsein ihrer ehemaligen Bevölkerung«, in DDR-Geschichte verm (...)

6Au regard des connaissances actuelles des étudiants et des stéréotypes fortement ancrés, il apparaît surtout nécessaire de transmettre, davantage qu’un ensemble de connaissances, une capacité à changer certains repères, une aptitude à comprendre les contradictions inhérentes au système. Plus qu’un savoir, d’acquérir un savoir-faire relatif à la RDA. Savoir décrypter et décoder, entrevoir l’implicite dans les différentes productions discursives. Et, chose essentielle, transmettre une image adéquate de la RDA en tenant compte, dans toutes les interrogations, des critères qui lui sont propres. Dans cette perspective, il sera judicieux de déplacer le regard et de ne pas analyser la RDA uniquement à partir des événements de 1989 et de sa disparition en 1990. Déjà en 1991, Hans Mayer insistait sur le fait de ne pas interpréter la RDA « à partir de sa fin » pour en déduire des conséquences sur le caractère et l’éthique du « personnel » de cet État4. Il plaidait pour une analyse différenciée, de même qu’il mettait en avant le « bon début » : les espoirs de voir se construire une nouvelle collectivité « démocratique et antifasciste », des termes qui n’étaient pas vides de sens à l’époque. Tenir compte de ces débuts, tenir compte de l’ambition de construire une alternative aux sociétés qui ont existé avant, une société qui, pour la première fois, mettait la classe ouvrière au centre, une société où des catégories comme l’antifascisme et la justice sociale étaient des expériences vécues. Tenir compte donc de l’utopie sociale développée dans cet État – ceci non pas au risque d’en faire un nouveau mythe, mais pour mieux comprendre les impacts actuels d’une socialisation différente des Allemands de l’Est. En guise d’exemple : la conception de la démocratie diffère de celle de l’Ouest dans la mesure où la majorité des citoyens est-allemands attache quasiment la même importance aux droits politiques et aux droits sociaux garantis par l’État5. Ce n’est qu’après avoir déterminé toutes les particularités de l’histoire et de la société de la RDA que l’on peut, et que l’on se doit de les soumettre à l’indispensable critique qui, elle seule, peut déterminer l’écart entre ces professions de foi et la réalité.

7Le présent recueil se propose d’apporter un certain nombre d’instruments dont l’enseignement de la civilisation allemande doit se doter pour donner une place à l’histoire de la RDA et pour tenir compte de ses spécificités socioculturelles. À cet effet, il croise les regards disciplinaires et les sources entre l’histoire, l’histoire culturelle, l’anthropologie, la littérature et la linguistique pour engager une réflexion sur les thèmes à aborder, sur l’utilité des différentes approches sociopolitiques et sur les supports pédagogiques les plus pertinents. Quels outils peuvent permettre d’obtenir une approche plus interne et plus respectueuse de ce qu’était réellement la RDA ? Comment rationaliser la connaissance historique pour la mettre à la portée du public étudiant sans pour autant éliminer la complexité des sujets historiques et leur subjectivité ?

  • 6 Ce n’est pas le lieu ici pour retracer cette évolution. Pour un bilan concernant la recherche sur (...)

8Les différentes contributions proposent des éclairages multiples et lient, dans leur ensemble, l’état des lieux et l’information à l’analyse et à l’exploitation très concrète de différents supports comme la presse, la littérature, le cinéma, la photographie et la peinture. Inéluctablement, les articles reflètent les diverses approches et interprétations sur le statut de la RDA, sur son histoire et sur sa société qui ont marqué le paysage de la recherche ces quinze dernières années6. Les débats se poursuivent donc à l’intérieur de ce recueil qui témoigne par là de la pluralité des perspectives de perception et des approches parfois diamétralement opposées qui influencent la transmission de connaissances sur l’objet « RDA ». S’interroger sur la portée pédagogique de chacune de ces approches allant de l’analyse des macrostructures de la société souvent influencée par les théories du totalitarisme (le fonctionnement de la domination par les institutions de l’État et du SED) aux recherches sur les microstructures s’appuyant davantage sur l’histoire sociale et l’histoire du quotidien, signifie également réfléchir sur sa propre position. Lorsqu’on enseigne l’histoire de la RDA en tant qu’histoire non consensuelle sujette à de multiples interprétations, il faudra être conscient de son propre point de vue qui risque d’exclure d’autres approches et perspectives. Or, faire comprendre les contradictions inhérentes à cette société implique de transmettre aux étudiants une pluralité d’approches en tenant compte de leurs atouts et de leurs limites, au-delà des intérêts et des professions de foi politiques qui sous-tendent ce domaine de recherche. C’est ce que ce recueil se propose de faire à travers les différentes contributions.

  • 7 Pour l’Allemagne, voir les études de P. Pasternack, 2001, Gelehrte DDR. Die DDR als Gegenstand der (...)
  • 8 Consulter le « Répertoire de la recherche française sur le monde germanique » établi par le CIERA (...)

9Une dernière remarque d’ordre général : en Allemagne et en France, la recherche sur la RDA dépasse largement sa présence dans l’enseignement, que ce soit dans le secondaire ou dans le supérieur7. En France, il y a en effet de nombreux chercheurs, doctorants et post-doctorants qui mènent des recherches sur la RDA et les nouveaux Länder, et la part des jeunes chercheurs de toutes les disciplines (études germaniques, histoire, sociologie, anthropologie, géographie) qui s’intéressent au sujet est étonnante8. Pour l’avenir, cette évolution semble prometteuse, mais encore faut-il réussir le passage de la recherche à l’enseignement. C’est ce passage qu’encourage également la présente publication, en incitant des chercheurs à réfléchir sur les enjeux et les modalités concrètes de la transmission de leur objet d’étude et cela, dans une perspective fortement interdisciplinaire. Les trois parties du présent volume sont à lire de façon transversale et complémentaire. Elles se proposent de cerner la problématique de la transmission et de délimiter des thèmes possibles, elles fournissent des outils critiques nécessaires à la compréhension des langages et des discours propres à la RDA et elles donnent à voir dans toute leur richesse des analyses et des supports concrets, directement utilisables dans l’enseignement.

10Les quatre contributions de la première partie se proposent d’étudier comment la conception de l’Histoire peut déterminer un objet d’enseignement. Dans l’enseignement de l’histoire du temps présent, nombreux sont les écueils ou les obstacles qu’il convient de circonscrire dans un but de cohérence. Histoire, politologie, muséologie, sciences sociales, mais aussi l’esthétique sont convoquées pour cerner cet enjeu.

11Armin OWZAR nous propose une modélisation didactique dans le cadre précis de ce colloque : que devons-nous aujourd’hui enseigner de la RDA à nos étudiants ? Contrairement à ce que l’on aurait pu penser a priori, la situation n’est pas foncièrement différente en Allemagne et en France sur cette question. Mais pour parvenir à une modélisation cohérente, Armin Owzar commence par faire une analyse fine, d’une part de l’état actuel : la présence de la RDA comme objet médiatique de grande consommation et comme objet scientifique, de l’autre, des raisons qui ont conduit à cette importante distorsion entre le « folklore » surreprésenté dans les médias et le désintérêt croissant de la part des étudiants, mais non des enseignants. Il y voit avant tout une dépolitisation de l’objet et son propos est de montrer que la RDA peut, au contraire, avoir une fonction d’exemplarité pour le monde moderne. En effet, les rapports entre un régime autoritaire moderne et ses citoyens, les relations de pouvoir et d’abus du pouvoir, la fonction du poids de l’idéologie sur la vie quotidienne ou même la psyché, sont des éléments dont la prise en compte, la compréhension détaillée, peuvent servir au citoyen du XXIe siècle dans sa définition de la démocratie. Armin Owzar délimite aussi les dangers de la recherche sur l’histoire du temps présent : la somme gigantesque de sources archivales peut être un handicap à l’indispensable distanciation qui fera de l’histoire de la RDA un réel objet d’enseignement universitaire. Du reste, l’histoire vécue de la RDA sera un vecteur capital pour éviter l’écueil d’une comparaison qui aboutirait à une assimilation facile entre la dictature national-socialiste et celle du SED.

12Une autre façon d’aborder l’enseignement de la RDA sur un plan plus centré sur les théories de l’Histoire nous est présentée par Sophie WAHNICH. S’appuyant sur les écrits de François Hartog sur les régimes d’historicité et sur les catégories nietzschéennes : antiquaire, monumentale ou critique, elle analyse l’ouvrage que Sophie Calle a consacré à Berlin-Est en 1999, pour en montrer les contradictions dans les déclarations des habitants, témoignages sensibles d’une histoire vécue de façons différentes. Or, le démontage de statues, les changements de noms de rues, ont eu une pertinence vécue parfois comme une perte de conscience historique. Cela pose de manière fondamentale la question du rapport d’un État à sa propre histoire et, dans cette logique, celle de son enseignement. Comme Armin Owzar, Sophie Wahnich s’attache à montrer l’importance des objets culturels pour la transmission des expériences. Ces objets culturels sont multiples et porteurs de sens, autant de façon intrinsèque que dans le regard que l’on porte sur eux et qui est soumis à des variations dans le temps, ou encore dans le sort qui leur est fait après la chute de la dictature. Comme Armin Owzar aussi, son propos est de faire de l’histoire de la RDA un outil d’appréciation du présent, en ceci, la chute du Mur n’aura pas été un « événement » au sens que lui donne Reinhart Koselleck, c’est-à-dire une manifestation tellement en rupture avec la trame historique que son enseignement ne peut être utilisable dans le présent advenu. Or, la RDA, selon elle, mérite bien qu’on s’y attache et l’angle choisi, celui des monuments et symboles mémoriels est un sujet d’étude universitaire qui pourrait devenir un objet didactique.

13C’est cette perspective d’une politique de la mémoire consacrée aux mémoriaux qu’a choisie Rainer ECKERT, en montrant que tout reste encore à faire en matière de théorie de la muséalisation de la RDA et que les différences est-ouest sur cette question sont immenses. Ici encore, il note la nécessité de faire appel à la mémoire collective et à la mémoire culturelle, à des historiens comme à des politologues ou aux spécialistes de muséologie. Jusqu’à présent, les expositions ont été souvent partielles, parfois le fait d’associations lorsqu’il s’agit de la vie quotidienne et, pour la plupart, présentées uniquement dans l’Est de l’Allemagne. Les musées ont, plus souvent, vu la RDA sous l’angle de la répression, et les mémoriaux n’échappent pas à la discussion sur la comparaison entre national-socialisme et communisme. La question que pose Rainer Eckert est à la fois celle du nombre, du lieu et de la fonction des symboles mémoriels, mais bien aussi celle d’une « politique de la mémoire » qui se fonde sur des choix scientifiques, certes, mais aussi politiques et surtout, humains. L’exemple des camps de concentration, réutilisés après 1945 en camps d’internement est, à ce titre, particulièrement éclairant sur la difficulté de ce double passé.

14L’approche comparatiste que fait Pascal FAGOT dans le quatrième article sensibilise le lecteur aux similitudes et différences entre la RDA et la Pologne. Il prétend ainsi apporter des arguments contre le stéréotype que l’on rencontre encore si fréquemment et qui consiste à englober dans un même concept, celui de « bloc de l’Est », tous les pays satellites de l’URSS. Pascal Fagot montre que l’histoire nationale des deux pays est constitutive de leur identité y compris communiste. Les structures de domination d’État n’ont qu’une fonction relativement superficielle à l’échelle historique, même si elles sont déterminantes pour la vie quotidienne – et contraignantes, voire dans certains cas meurtrières. Or, l’histoire de « l’esprit récalcitrant » (Eigensinn) en Pologne et en RDA est particulièrement révélatrice de ces différences nationales. Il tient, en Pologne, certainement autant aux événements de l’histoire moderne qu’à celle du temps présent et les facteurs comme celui de l’Église catholique ou celui de l’histoire du Parti communiste polonais sont des éléments de différenciation non négligeables. Une autre différence pèse aussi sur le devenir des deux pays, c’est, bien sûr, celle de leur statut pendant la guerre. Il est bien évident que la mémoire collective ou individuelle influe sur l’avenir des États. C’est aussi dans ce contexte que l’on peut considérer la méfiance réciproque qui a présidé aux relations germano-polonaises entre 1945 et 1989, le ressentiment ancestral s’étant doublé d’une peur de la contagion de la révolte, de la part de la RDA par exemple. Une histoire comparative moderne pourra s’attacher à étudier les multiples connections particulières entre les « citoyens privés » des deux pays et du soutien que certains, en RDA même, ont apporté au syndicat Solidarność à partir de 1980. Ici encore, tout un champ de recherches reste à défricher pour les étudiants.

15Les trois contributions de la deuxième partie se présentent comme des guides de lecture pour comprendre les spécificités, les dits et les non-dits du langage et des discours officiels. La compréhension de la RDA par des documents authentiques nécessite d’une part une connaissance précise des modes de fonctionnement de la communication publique et d’autre part, la capacité de pouvoir décoder et décrypter les productions discursives.

16La contribution de Michel KAUFFMANN s’attache, à travers une analyse linguistique détaillée, aux particularités de la langue de bois pratiquée en RDA. Celle-ci présente nombre de régularités dont la connaissance aide le lecteur de textes authentiques à éviter les faux-sens et les contresens et à véritablement comprendre les faits désignés par elle, d’autant plus qu’elle se caractérise par une forte absence de référentialité. Dans cette perspective, les étudiants devraient apprendre la langue de bois presque comme une langue étrangère. Cela inclut une prise en compte de ses particularités terminologiques et stylistiques (stéréotypie, nominalisation, formules ritualisées, tendance à l’impersonnel et à l’abstraction, etc.), mais aussi la sensibilisation à l’implicite véhiculé par le langage du Parti, qu’il soit intentionnel ou bien involontaire. En même temps, l’analyse linguistique est indispensable pour accéder à la dimension historique et culturelle de la langue de bois en RDA, sans oublier son apport à une connaissance du langage administratif allemand (Amtsdeutsch) en général. Dans l’ensemble, ce petit « guide de la lecture en langue de bois » proposé par Michel Kauffmann se prête à une utilisation comme première unité d’enseignement de tout cours sur la civilisation de la RDA qui recourt à des documents authentiques.

17Après cette microanalyse de la langue de bois, Gunhild SAMSON s’attache à la question des interpénétrations entre le discours officiel et les pratiques communicatives quotidiennes. Partant du monopole de la communication et de l’information par l’État, Gunhild Samson a cherché à savoir dans quelle mesure le discours officiel ne se contentait pas de pénétrer la vie publique, mais était également présent dans certaines formes de textes rédigés par des citoyens de la RDA, comme le courrier de lecteurs (Leserbriefe) ou des requêtes adressées à des instances officielles (Eingaben). Ces deux genres textuels sont considérés comme des documents uniques sur le quotidien en RDA, et s’intègrent parfaitement à une analyse de la culture quotidienne (Alltagskultur). Les citoyens de RDA avaient-ils assimilé le discours officiel et s’identifiaient-ils à lui, ou bien au contraire avaient-ils une position de distance critique ? L’analyse montre que, dans le cas des Eingaben, on se situe à mi-chemin entre identification au discours officiel et distance, sous la forme d’une critique prudente. Les lettres de lecteurs témoignent en revanche d’une plus forte ritualisation et elles sont le plus souvent une marque de loyauté envers l’État. Dans les deux cas, ces textes sont l’expression d’un consensus imposé entre l’État et les citoyens et ils contribuent à la stabilité du régime. Ils contiennent des informations précieuses sur les valeurs et les normes de la vie quotidienne et peuvent illustrer, auprès des étudiants, la complexité des rapports entretenus par le SED avec les citoyens de RDA. Dans ce sens, on peut mieux comprendre ce que recouvrent les notions de « dictature d’assistance » (Fürsorgediktatur) ou de « dictature de consensus » (Konsensdiktatur) utilisées pour caractériser cet État, et le différencier d’autres formes de dictature.

  • 9 Cf. P. Pasternack, 2004, »Wozu die DDR lehren?«, in J. Hüttmann et al., DDR-Geschichte vermitteln, (...)

18La contribution de Simone BARCK se propose d’analyser un discours spécifique au croisement de la politique, de l’historiographie et de la littérature : le discours sur l’antifascisme. Si l’étude de Peer Pasternack a montré que l’enseignement ne s’intéresse quasiment plus aujourd’hui à la thématique de l’antifascisme9, en dépit de sa signification fondamentale pour la RDA, il est pourtant absolument nécessaire d’examiner ce discours essentiel à l’autodéfinition de la RDA. Après avoir rappelé les débats sur l’antifascisme après 1989, Simone Barck s’intéresse aux répercussions du discours antifasciste dans la littérature. On s’aperçoit que le monopole d’interprétation de l’État en matière d’antifascisme fut régulièrement contourné par les productions littéraires. Si l’importance de ce discours en RDA peut s’illustrer par l’analyse de textes littéraires comme par exemple le roman Nu parmi les loups de Bruno Apitz, faisant partie du canon littéraire officiel, il est important de lire ces textes « officiellement approuvés » non pas seulement en tant que textes conformes au discours officiel et reproduisant celui-ci, mais en cherchant également les écarts et les prises de distances avec ce dernier. D’autres œuvres plus tardives sur la question comme Jakob le menteur de Jurek Becker ou Le septième puits de Fred Wander sont l’exemple d’un discours antifasciste non héroïque, contraire au discours officiel. Ainsi le discours antifasciste pouvait-il avoir de multiples facettes et de surcroît, transmettre dans le domaine littéraire un savoir historique autre que celui de l’histoire officielle, malgré la forte monopolisation de ce discours par le pouvoir. L’exemple du traitement de l’antifascisme dans la littérature donne ainsi à voir les contradictions inhérentes au système qu’il est indispensable de faire percevoir aux étudiants.

19Les quatre contributions réunies dans la troisième partie partent d’une problématique commune : comment transmettre une vision plus proche de l’expérience des citoyens de RDA dans leur quotidien ? Il s’agissait donc de réfléchir aux moyens de présenter une image de la RDA la plus conforme possible à la réalité, ou du moins à ce que nous savons à ce jour de cette réalité. Car il faut rappeler que la recherche sur la RDA – notamment en Allemagne – ne s’est orientée qu’assez récemment vers les questions d’histoire sociale, avec l’objectif de décrire des pratiques sociales au quotidien et non plus uniquement les rouages d’un État. Mais le corollaire de ce changement d’orientation de la recherche est la question des supports pédagogiques permettant de faire de ces pratiques sociales un objet d’enseignement, à différents niveaux, dans le secondaire et dans le supérieur. Dans cette optique, les quatre contributions proposent des supports originaux et analysent la façon dont ces derniers – photographies, films, poèmes et tableaux – peuvent être utilisés pour tenter de corriger les représentations parfois fausses, souvent lacunaires, de la RDA.

20Cécile MILLOT met en évidence, en s’appuyant sur deux poèmes de Volker Braun, à la fois les difficultés inhérentes à ce type d’enseignement et le bénéfice que les étudiants peuvent en tirer : ces poèmes, à l’image de la grande majorité des textes écrits en RDA, fourmillent d’expressions qui désignent des réalités socioculturelles propres à la RDA, que les lecteurs est-allemands savaient décrypter sans problème, mais qui appellent, pour les autres lecteurs, une série d’explications. Les poèmes peuvent, en ce sens, être analysés comme des documents historiques. Mais ils sont aussi, comme le montre Cécile Millot, des documents idéologiques : le poème intitulé « La machine à modeler le caoutchouc » (»Die Gummikneteranlage«) peut être lu à deux niveaux : un poème en langue de bois et un poème sur la langue de bois. « Attente générale » (»Allgemeine Erwartung«) ressemble à un poème d’opposition, mais il n’aurait, si tel était le cas, jamais pu être publié. Il faut donc relire le poème en faisant sa place à la personnalité du locuteur, qui est un ouvrier, et à un élément central de la dialectique marxiste-léniniste, la « critique constructive ». Dans une perspective didactique, Cécile Millot propose de s’intéresser à la fois au matériel linguistique utilisé par Volker Braun, aux références socioculturelles présentes en filigrane dans les poèmes, à l’évolution de la situation des artistes en RDA, au rôle de la censure dans l’acte d’écriture, et enfin à certains éléments de la biographie de l’auteur qui permettent d’expliquer ses choix d’écriture. Ces deux poèmes offrent ainsi une occasion d’enseigner comment s’orienter dans le discours idéologique, pour percevoir à quel moment l’auteur choisit de s’en écarter, et donc à « lire les lignes » avant d’apprendre à « lire entre les lignes ».

21De la même façon, Caroline MOINE s’interroge sur la possibilité de permettre un autre regard sur la RDA en utilisant les images de fiction ou de documentaires de la DEFA, dont les studios ont exercé jusqu’à la fin un monopole sur la production cinématographique de RDA. Elle s’appuie sur deux exemples : La légende de Paul et Paula de Heiner Carow (1973) et le cycle de Wittstock de Volker Koepp, une série de cinq documentaires tournés entre 1975 et 1997, qui permettent tous deux, à des titres différents, de donner à voir la RDA telle que les Allemands de l’Est la vécurent. En effet, le film de fiction et la série de documentaires témoignent de l’intérêt de la société est-allemande pour les problèmes individuels et immédiats, reflétant le quotidien des citoyens, davantage que pour la sphère du politique. Or, en analysant avec un public étudiant le contexte de production de ces œuvres, il est possible de transmettre des éléments de connaissance sur la RDA que d’autres supports pédagogiques laisseraient dans l’ombre. Le personnage de Stupsi, et son évolution dans le temps, entre l’année 1974, où elle est embauchée dans une usine nouvellement construite en Prignitz orientale, et les années 1990-1992 où, suite à son licenciement, elle relit le passé, guidée par son amertume, permet d’illustrer une trajectoire de vie caractéristique d’une génération d’ouvrières de RDA, et donc d’éviter que les connaissances sur la société de RDA ne soient transmises de façon trop désincarnée. Caroline Moine montre ainsi comment la question de l’émancipation de la femme, centrale pour comprendre l’évolution sociale de la RDA, peut être traitée en prenant appui sur des productions cinématographiques.

22Dans cette optique, la photographie peut également servir de support à une approche pédagogique différente. Ainsi, on peut travailler avec les étudiants sur les indices qui permettent de retrouver le contexte de la prise de certains clichés. La valeur pédagogique du document réside dans un travail de recontextualisation sociale, qui permet aussi de montrer qu’il faut être prudent avec le maniement de ce type de sources, la photographie étant à la fois le reflet et la construction d’une réalité. Emmanuel DROIT montre, à l’aide d’exemples de photographies officielles prises par des professionnels travaillant pour l’ADN, Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst, et de photographies d’amateurs, comment on peut exploiter ce type de sources pour reconstituer des aspects de la société est-allemande avant la chute du Mur, notamment sur les pionniers et le système scolaire. Il est possible de déduire de ces analyses un certain nombre de conclusions sur la façon dont le régime se donnait à voir. Emmanuel Droit met en évidence ce qui caractérisait la culture visuelle officielle propagée par le régime mais aussi comment cette culture visuelle a imprégné les citoyens de RDA et se retrouve en filigrane dans certaines photographies d’amateurs.

23Jacques POUMET propose une réflexion sur la réception de l’antifascisme officiel, et sur l’usage pédagogique qui peut en être fait. Cette réflexion est complétée par une analyse de plusieurs tableaux de RDA qui ont en commun de traiter de la question des rapports de la RDA avec l’Allemagne nationale-socialiste. Il est intéressant d’expliquer à un public étranger à cette problématique comment fonctionnait le discours officiel de la RDA sur le fascisme, pour découvrir ensuite quelle résonance cette question a trouvée dans les arts plastiques. Décrire précisément le fonctionnement de ce discours officiel permet de comprendre aussi comment la société est-allemande a pu en être imprégnée. Le thème de l’antifascisme était en effet un thème très fédérateur. Loin de n’être qu’un simple slogan, il était un ciment idéologique beaucoup plus fort que l’idéologie marxiste, pour reprendre la comparaison de Bernd Faulenbach. Or, une figure comme Ernst Thälmann, qui incarnait la notion d’antifascisme et était centrale pour les enfants pendant leur scolarité, demeure très peu connue des étudiants français. Les traces que l’instrumentalisation de l’antifascisme a laissées en RDA peuvent se lire à travers l’étude de cette figure symbolique. Les arts plastiques ont ensuite constitué un lieu privilégié pour dénoncer les dérives de ce positionnement de la RDA face à l’histoire nationale-socialiste. En montrant comment fonctionne cette dénonciation, cette démarche permet d’un point de vue pédagogique de remettre en question l’équation « rouge égale brun » qui « assimile, tous domaines confondus la dictature nazie et la dictature communiste ». Mais cette problématique est également sous-jacente dans de nombreux débats au sein de l’espace public allemand. Il s’agit donc de donner aux étudiants des clés pour comprendre le discours officiel de la RDA autour de la notion d’antifascisme, afin de disposer d’une grille de lecture applicable à certaines œuvres qui ont trait au fascisme, et dont Jacques Poumet propose, à titre d’exemple, une analyse très complète.

24Les quatre contributions reposent donc sur quatre types de supports pédagogiques distincts, proposant des matériaux pour organiser un enseignement qui permet de véhiculer une image de la RDA basée sur ses réalités socioculturelles, tout en réfléchissant sur les compétences et les connaissances qu’il est nécessaire de transmettre pour que ces matériaux puissent être utilisés avec un public qui n’est pas expert en décryptage, à la différence du public de RDA.

25Dans l’ensemble, les contributions de ce recueil rassemblent des éléments de ce que l’on pourrait nommer une didactique critique de la RDA, se donnant pour ambition de faire découvrir l’histoire sociale de cet État et non pas seulement le fonctionnement de ses institutions. Découvrir les modes de socialisation à l’œuvre en RDA – distincts de ceux de la République fédérale – permet aussi, in fine, d’avoir accès à un grand nombre de débats actuels sur l’identité est-allemande au sein de l’Allemagne unifiée.

26Avant de clore cet avant-propos, nous tenons à exprimer notre profonde reconnaissance à Christiane Deussen, directrice de la Maison Heinrich Heine, Paris, pour son soutien lors de l’organisation et la tenue du colloque intitulé « Transmission des connaissances de l’histoire contemporaine à l’exemple de la RDA » les 4 et 5 novembre 2004, ainsi que l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et le Conseil scientifique. Merci également à Alain Lance qui a accepté de traduire les deux poèmes de Volker Braun qui sont placés en annexe de l’article de Cécile Millot. Nous remercions, enfin, tous les contributeurs de cet ouvrage.

Notes

1 La notion Eigensinn a été initialement forgée par Alf Lüdtke pour désigner des types de comportement autonome, non intégré, chez des ouvriers d’usine allemands à la fin du XIXe siècle, et de façon plus globale, toute distanciation par rapport à des structures d’intégration. Elle est transposée dans le contexte de la RDA par Thomas Lindenberger pour permettre de comprendre la « domination » comme pratique sociale où tous les acteurs sont pourvus de formes de pouvoir, ne serait-ce que par le fait d’acquiescer et d’obéir ou de refuser, de se taire ou de s’opposer. Cette notion désigne l’ambiguïté potentielle des attitudes et actions des individus et, à la différence de termes comme opposition ou résistance, elle n’est pas explicitement négative par rapport au pouvoir. Cf. T. Lindenberger (éd.), 1999, Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur, Köln, Wien, Böhlau, p. 23. En français, Eigensinn est tantôt traduit par « entêtement » et « obstination », mais aussi par « domaine réservé » et « quant-à-soi ». Dans le présent ouvrage, nous utiliserons l’expression « esprit récalcitrant ».

2 Voir à ce sujet les différentes contributions dans J. Hüttmann, U. Mählert, P. Pasternack (éds), 2004, DDR-Geschichte vermitteln. Ansätze und Erfahrungen in Unterricht, Hochschullehre und politischer Bildung, Berlin, Metropol.

3 Cf. K. Jarausch, »Die Zukunft der ostdeutschen Vergangenheit – Was wird aus der DDR-Geschichte?«, in DDR-Geschichte vermitteln…, op. cit., p. 88sq.

4 H. Mayer, 1993 [1991], Der Turm von Babel. Erinnerungen an eine Deutsche Demokratische Republik, Suhrkamp Taschenbuch, Frankfurt/Main, p. 17. Hans Mayer (1907-2001) quitte l’Allemagne nazie en 1933 et revient s’installer, en 1948, en RDA. Il devra la quitter en 1963 pour devenir un des critiques littéraires allemands les plus marquants de l’après-guerre.

5 Voir T. Ahbe, »Die DDR im Alltagsbewusstsein ihrer ehemaligen Bevölkerung«, in DDR-Geschichte vermitteln…, op. cit., p. 124.

6 Ce n’est pas le lieu ici pour retracer cette évolution. Pour un bilan concernant la recherche sur la RDA on se référera à R. Eppelmann, B. Faulenbach, U. Mählert (éds), 2003, Bilanz und Perspektiven der DDR-Forschung, Paderborn, Schöningh. Pour un aperçu rapide sur les thèmes qui sont toujours sujets à débat dans la recherche, voir B. Ihme-Tuchel, 2002, Die DDR, coll. Kontroversen um die Geschichte, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft. Pour le lecteur non germaniste, voir l’aperçu d’Alf Lüdtke, 1998, « La République démocratique allemande comme histoire. Réflexions historiographiques », in Annales Histoire, Sciences Sociales, 1/1998, p. 3-39, et le dossier « La recherche en France et en Allemagne sur la RDA » (dir. U. Pfeil) dans Allemagne d’aujourd’hui, no 169/2004, p. 6-141.

7 Pour l’Allemagne, voir les études de P. Pasternack, 2001, Gelehrte DDR. Die DDR als Gegenstand der Lehre an deutschen Universitäten 1990-2000, Wittenberg, HoF et J. Hüttmann, 2004, Die »Gelehrte DDR« und ihre Akteure (Arbeitsberichte), Wittenberg, HoF.

8 Consulter le « Répertoire de la recherche française sur le monde germanique » établi par le CIERA (www.ciera.fr).

9 Cf. P. Pasternack, 2004, »Wozu die DDR lehren?«, in J. Hüttmann et al., DDR-Geschichte vermitteln, op. cit., p. 172.

Auteurs

Maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Thèse en 1997 sur « Le rôle social des femmes écrivains dans la RDA des années quatre-vingts ». Domaine de recherche : littérature et politique depuis 1945. Parmi les publications récentes : « La polémique autour de Was bleibt, comment neutraliser l’ennemie », in V. Robert (éd.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Publications de l’Institut d’Allemand, 2003, p. 111-120 ; « Histoire et tabous, une imposture d’État ou comment Christa Wolf et Christoph Hein avaient entrepris de déjouer l’imposture de l’Histoire officielle en RDA », in Germanica no 35/2004, p. 51-68 ; « Trobadora Beatriz : 874 ans et pas une ride ! », in Alain Cozic/Jacques Lajarrige (dir.), Traversées du miroir. Mélanges offerts à Erika Tunner, L’Harmattan, 2005, p. 339-352. « Marges et transgressions au cœur de l’œuvre de Christoph Hein et Christa Wolf », in : Frontières rêvées et frontières réelles de l’Allemagne, GRHIS, Rouen, 7 décembre 2005, à paraître dans les Cahiers du GRHIS, juin 2006.

Normalienne agrégée d’allemand, maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Thèse en 2002 sur « Les inflexions de la politique culturelle allemande après l’unification à l’exemple de la ville de Leipzig (1990-1998) ». Domaines de recherche : politique culturelle, nouveaux Länder, unification. Publications récentes : Culture et action publique en Allemagne, Éditions Connaissances et Savoirs, 2005, 618 p., « Les inflexions de la politique culturelle allemande après l’unification », in : CIRAC-Forum, Bulletin pour la coopération franco-allemande dans les sciences humaines et sociales, no 57, décembre 2002, p. 27-31, « Vers une politique culturelle nationale allemande ? », in : Allemagne d’aujourd’hui, no 164, avril-juin 2003, p. 99-112.

Maître de conférences en littérature et civilisation allemandes à l’École Polytechnique. Thèse en 2003 sur La littérature autoéditée de la RDA dans les années 1980. Cadres – discours – poétiques (Université Paris 3). Domaines de recherche : littérature de la RDA, modèle du champ littéraire, littérature contemporaine, enjeux mémoriels en Allemagne. Publications récentes : « Limites d’une polémique : Volker Braun et les milieux littéraires parallèles des années 1980 en RDA », in V. Robert (éd.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, PIA, 2003, p. 145-156 ; « “La rupture dans la vie” – Les récits de la jeune génération d’Allemands de l’Est entre témoignage et fiction », in Allemagne d’aujourd’hui, no 169/2004, p. 146-159 ; « La littérature soviétique comme modèle littéraire pour la RDA ? La réception de Ciment de Fiodor Gladkov par Eduard Claudius et la question du “héros positif” », in K. Hausbei/S. Gödicke (éd.), Affinités électives : les littératures de langue russe et allemande (1881-1940), PSN, à paraître.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540