Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones

 | 
Jacques-Henri Coste

Biographies

Texte intégral

1Eve Bantman-Masum est maître de conférences à l’Université de Toulouse le Mirail et spécialiste de l’immigration et du tourisme américain au Mexique. Elle a récemment publié « Laughing at the United States » et « You Need to Come Here… to See What Living Is Really About: Staging North American Expatriation in Merida (Mexico) » in Miranda (5), 2011.

2Nathalie Champroux est maître de conférences en civilisation britannique à la Faculté de sciences économiques et de gestion de l’Université Paris-Est Créteil. Sa recherche suit deux axes : la politique monétaire britannique depuis 1979 et l’entrepreneuriat britannique. Elle a publié plusieurs articles sur ces thèmes. Son dernier ouvrage, Richard Branson, l’aventure Virgin, est paru en 2011 chez Economica. Elle est membre du CERVEPAS (Centre de recherche sur la vie économique des pays anglo-saxon) de la Sorbonne nouvelle.

3Catherine Coron est maître de conférences en anglais de spécialité appliqué à l’économie, l’entrepreneuriat, la gestion et la finance à l’Université Panthéon-Assas Paris 2. Elle est l’auteur d’une thèse sur « La formation : priorité et nécessité économique pour le gouvernement travailliste de Tony Blair », soutenue à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent principalement sur l’impact économique des investissements en capital humain au Royaume-Uni, la formation à l’entrepreneuriat et le modèle britannique de capitalisme.

4Jacques-Henri Coste est maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 où il enseigne la civilisation américaine. Il est membre du CERVEPAS et sa recherche porte sur la place et le rôle socio-économiques de l’entreprise et de l’entrepreneur au sein de la société américaine. Ses travaux récents s’intéressent à la dimension entrepreneuriale du capitalisme américain, aux évolutions des systèmes et des politiques d’innovation ainsi qu’aux paradigmes et aux représentations du modèle économique anglo-saxon.

5Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a publié un livre sur la coopération économique entre les deux Irlandes et plusieurs articles sur l’économie irlandaise. Ses recherches actuelles portent sur la contribution de la diaspora irlandaise à la relance de l’économie irlandaise.

6Régine Hollander est maître de conférences à l’Université Panthéon-Assas, Paris 2 où elle est co-directrice du Pôle langues et enseigne l’anglais financier aux étudiants du Magistère Banque-Finance. Elle est membre du CERVEPAS et sa recherche s’intéresse tout particulièrement à la micro-finance, aux PME, et à l’entrepreneuriat ethnique aux États-Unis.

7Marie-Christine Pauwels est maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, où elle enseigne la civilisation américaine. Elle est membre associée du CERVEPAS (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) et ses travaux portent essentiellement sur les questions d’identité ethno-raciale et sur l’intégration des minorités ethniques.

8Michel Péron est professeur émérite à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, spécialiste de langue, littérature et civilisation des pays anglo-saxons. Recherches en lexicologie, histoire des idées, éthique de l’entreprise. Son intérêt pour l’interculturel apparaît dans ses contributions à de nombreux ouvrages et articles dont L’Europe interculturelle : mythes ou réalité, Éditions d’Organisation, 1991 ; Transdisciplinarité : fondement de la pensée managériale anglo-saxonne, Economica, 2002, sous sa direction. Il est membre du CERVEPAS. Son expérience de quatre mandats consécutifs de maire l’a sensibilisé aux problèmes des sociétés entrepreneuriales.

9Valérie Peyronel est professeur de civilisation britannique et irlandaise à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle est spécialiste des questions économiques dans les îles Britanniques et du conflit nord-irlandais. Elle a publié plusieurs articles sur ces sujets et deux ouvrages : Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris, Ellipses, 2001 et Les relations communautaires en Irlande du Nord : une nouvelle dynamique, Paris, PSN, 2003. Elle est membre du CERVEPAS. Elle est vice-présidente de la SOFEIR (Société française d’études irlandaises), chargée des relations internationales, membre du bureau d’EFACIS (European Federation of Associations and Centers of Irish Studies), présidente de l’ANLEA (Association nationale des langues étrangères appliquées).

10Elen Riot est ancienne élève de l’ENS de Lyon et d’HEC. Elle a soutenu en 2009 une thèse à HEC portant sur le rapport entre l’art et la stratégie au regard de l’engouement actuel pour la notion de créativité. Elle est professeur de stratégie au département stratégie et entrepreneuriat à la Reims Management School (RMS).

11Marie-Claude Strigler est maître de conférences honoraire à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle est membre de CIMMA (Constructions identitaires et mobilisations dans le monde anglophone), équipe de recherche à l’Université Paris Est Créteil. Après une thèse de doctorat sur la politique économique du gouvernement tribal Navajo, elle a écrit plusieurs livres sur différents aspects de la culture et de l’économie Navajos. Elle a également écrit de nombreux articles, en français et en anglais, sur l’évolution politique et économique des nations amérindiennes.

12Siu-Lun Wong est professeur émérite à l’Institute for the Humanities and Social Sciences de l’université de Hong Kong. Après avoir obtenu un B. Soc. Sc. à l’Université de Hong Kong, un M. Phil. à l’université Chinoise de Hong Kong, puis un B. Lit. et un Ph. D. à l’université d’Oxford, il enseigne tout d’abord au département de sociologie de l’université de Hong Kong dont il devient le responsable en tant que professeur. Il est ensuite nommé directeur du Centre of Asian Studies en 1996, puis directeur général de l’Institute for the Humanities and Social Sciences de 2009 à 2010. Ses travaux de recherche s’intéressent à l’entrepreneuriat, aux réseaux d’entreprises, aux questions de migration, aux indicateurs sociaux ainsi qu’au développement de la sociologie en Chine.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540