Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones

 | 
Jacques-Henri Coste

Troisième partie. Entrepreneuriat et changement social

Nouvelle dynamique entrepreneuriale et reconstruction sociale en Irlande du Nord post-conflit

Valérie Peyronel

Résumé

For decades, but more particularly from the late 1960s to the early 1990s, Northern Ireland was plagued with a violent cross-community conflict, which seriously deteriorated its social and economic conditions. Before that period of Troubles, the economy of Northern Ireland had already suffered from structural weaknesses and had failed to recover the private entrepreneurial spirit which had characterised it before the 1921 Partition. This was illustrated, for instance, by the exaggerated share of public employment on the job market. The Troubles then acted as a further deterrent for private entrepreneurship, making ventures more difficult and more risky. In the 1990s, though, the combined effect of global growth and the peace process, leading to the signing of the Good Friday Agreement in 1998, was to encourage economic development, providing private enterprises, both national and international, with renewed opportunities, reducing the share of public services in employment in particular. This chapter examines the circumstances and driving forces of this new entrepreneurial spirit in the post-Troubles Northern Ireland, its scope, and its consequences on the economic and social structures and patterns in the Province.

Texte intégral

Introduction

1Entre 1969 et la fin des années 1990, l’Irlande du Nord fut en proie à un conflit opposant la communauté nationaliste, majoritairement catholique, à la communauté unioniste, majoritairement protestante. Outre la question de la réunification de l’Irlande, divisée en 1920, celle de la discrimination, réelle ou ressentie, exercée à l’encontre des catholiques, exacerba, pendant ces trois décennies, de fortes tensions intercommunautaires. L’implication de mouvements paramilitaires, liés à l’un ou l’autre des deux camps en présence, entretint, pendant cette même période, un climat de violence, ouverte ou larvée. Dans un tel contexte, ni le développement de relations sociales harmonieuses, ni l’activité économique et entrepreneuriale, qu’il s’agisse d’entrepreneuriat local ou de l’investissement étranger, ne trouvèrent les conditions nécessaires à leur plein épanouissement.

2Au début des années 1990, un processus de paix, fruit des efforts conjugués des gouvernements britannique et irlandais, et des partis politiques unioniste et nationaliste les plus modérés allait cependant prendre corps et aboutir à la signature de l’Accord dit du Vendredi Saint, le 10 avril 1998. Celui-ci définissait les modalités d’un pouvoir politique partagé, renforçait les mesures propres à lutter contre la discrimination dans tous les domaines, et conférait aux citoyens nord-irlandais la possibilité d’une plus grande autonomie dans la gestion des affaires de cette partie du Royaume-Uni. Sans résoudre tous les problèmes de cette société encore sujette, dans plusieurs domaines, à la ségrégation, l’Accord ouvrait des perspectives nouvelles, tant politiques que sociales et économiques, en particulier pour les activités entrepreneuriales. Mais dans quelle mesure la nouvelle dynamique entrepreneuriale qui s’est révélée dans cette Irlande du Nord plus apaisée a-t-elle pu contribuer à remédier aux divisions et aux déséquilibres, sources de conflit entre les communautés catholique et protestante ?

3Une fois délimité le cadre conceptuel du type d’entrepreneuriat retenu pour cette étude, il s’agira d’interroger le lien entre conflit et activité entrepreneuriale en Irlande du Nord, puis d’analyser les retombées du processus de paix sur cette même activité, pour enfin étudier la contribution du regain d’activité entrepreneuriale à la reconstruction sociale nord-irlandaise.

I. Entrepreneuriat et conflit : une relation paradoxale

I. 1. Quelle définition de l’entrepreneuriat ?

4Si le concept d’entrepreneuriat fait l’objet d’une grande diversité de définitions, certaines paraissent plus pertinentes pour définir le cadre de cette étude qui porte sur le rôle joué par l’action entrepreneuriale lors du processus de reconstruction sociale vers une société nord-irlandaise post-conflictuelle.

  • 1 Théodore William Schultz (1902-1998), co-récipiendaire, avec Arthur Lewis, du prix Nobel d’économie (...)
  • 2 «to perceive an economic desequilibrium, evaluate its attributes […] and if it is found to be worth (...)

5Tout d’abord, il semble utile de retenir la vision schumpetérienne, qui présente l’entrepreneur comme l’introducteur de nouvelles combinaisons productives, un coordonnateur de la production et un agent du changement dans un processus de destruction créatrice (creative destruction) (Schumpeter, 1950, 1961). L’entrepreneur est ainsi décrit comme un innovateur, un terme qui, doit évidemment s’entendre dans une acception beaucoup plus étendue que celle liée au simple progrès technique. Mais alors que la théorie de Schumpeter fait de l’entrepreneur un agent potentiel de déséquilibre, Théodore Schultz1, quant à lui, définit l’entrepreneur comme un individu doté de la faculté de redistribuer les ressources, et donc d’œuvrer, au contraire, en faveur d’un rééquilibrage : « percevoir un déséquilibre économique, évaluer ses attributs, et si cela en vaut la peine, redistribuer les ressources2 » (Schultz, 1975 : 843). Nous retiendrons pour notre étude les deux caractéristiques suivantes : d’une part, les deux théories soulignent la dimension essentiellement dynamique de l’entrepreneuriat et son rôle dans les équilibres économiques, qu’il tende à les défaire ou à les reconstruire ; d’autre part, la fonction économique de l’action entrepreneuriale revêt également une dimension sociale en ce qu’elle est susceptible de modifier la répartition des ressources.

  • 3 «Strategic entrepreneurship is applicable to smaller newer firms and older established firms as wel (...)
  • 4 «the efforts of corporations to generate new business».
  • 5 «entrepreneurship within an existing organisation».
  • 6 «the pursuit of creative or new solutions to challenges confronting the firm».

6On notera cependant que Schultz ne lie pas nécessairement l’entrepreneuriat à la création d’entreprises. À sa suite, Michael A. Hitt et ses co-auteurs, proposent une définition de l’entrepreneuriat stratégique (strategic entrepreneurship) « applicable aux petites entreprises nouvelles comme aux entreprises plus anciennes et bien établies [dont] l’entrepreneuriat stratégique facilite les efforts pour identifier les meilleures opportunités selon leurs ressources et pour garantir les meilleurs retours sur investissement3 » (Hitt et al, 2002 : 13). C’est aussi cette définition plus managériale de l’entrepreneuriat qui a donné naissance aux concepts de corporate entrepreneurship, défini comme « les efforts des entreprises pour générer de nouvelles transactions4 » (Sathe, 2003 : 1) ou d’intrapreneuriat (intrapreneurship), défini comme « l’entrepreneuriat au sein d’une organisation existante5 » (Antoncic et Hisrich, 2001 : 497). En prenant particulièrement en considération l’environnement mouvant dans lequel évoluent les entreprises et le nécessaire maintien de leur compétitivité, l’entrepreneuriat se définit alors comme « la recherche de solutions créatives et nouvelles aux défis auxquels l’entreprise est confrontée6 » (Antoncic and Hisrich, 2001 : 495). Ainsi l’analyse présentée ici ne se bornera-t-elle pas à s’appuyer sur la seule création d’entreprises nouvelles pour mesurer l’activité entrepreneuriale nord-irlandaise et son impact sur la reconstruction sociale.

7Compte tenu des difficultés tant sociales qu’économiques qui ont caractérisé l’Irlande du Nord sur la période étudiée, l’entrepreneuriat social s’est développé et l’analyse de son rôle dans la reconstruction sociale s’avère également pertinente dans le cadre de l’Irlande du Nord post-conflictuelle. Nous en retiendrons deux définitions complémentaires :

    • 7 «Social entrepreneurs are individuals with innovative solutions to society’s most pressing social p (...)

    « Les entrepreneurs sociaux sont des individus qui trouvent des solutions innovantes aux problèmes sociaux les plus pressants7 » (ASHOKA, 2010) ;

  • « Toute activité privée d’intérêt général organisée à partir d’une démarche entrepreneuriale et n’ayant pas comme raison principale la maximisation des profits mais la satisfaction de certains objectifs économiques et sociaux ainsi que la capacité de mettre en place, par la production de biens et de services, des solutions innovantes aux problèmes d’exclusion et de chômage » (OCDE, 1998).

8L’ensemble de ces définitions de l’activité entrepreneuriale, qu’elle aboutisse à la création d’entreprises ou se situe au sein d’entreprises en activité, souligne l’obligation, pour répondre à l’appellation d’entrepreneur, de faire preuve des aptitudes suivantes :

    • 8 «Situations in which new goods, services, raw materials, markets and organizing methods can be intr (...)

    savoir saisir les opportunités, c’est-à-dire « des situations dans lesquelles de nouveaux biens, services, matières premières, marchés et méthodes d’organisation peuvent être introduits grâce à l’émergence de nouvelles relations entre les moyens, entre les objectifs, ou entre les moyens et les objectifs8 » (Eckhardt et Shane, 2003 : 336) ;

  • pouvoir s’accommoder d’un certain degré d’incertitude et de risque, puisque les résultats de l’activité entrepreneuriale sont incertains (Elston et Audretsch, 2007 : 66).

I. 2. Quelles réponses entrepreneuriales à un contexte conflictuel ?

9Si, à partir des définitions précitées, on admet que l’entrepreneuriat, d’une part, consiste à pouvoir s’adapter à des situations nouvelles par une démarche innovante et, d’autre part, comprend une part de risque et d’incertitude, pourquoi l’entrepreneuriat est-il freiné lorsqu’il est confronté à la violence et au conflit ?

10Tout d’abord, en période de conflit les opportunités se raréfient, si l’on excepte celles qui sont directement liées au conflit, telles que les ventes d’armement, ou celles favorisées par les pénuries engendrées par le conflit, comme les créations de filières d’approvisionnement en nourriture et biens de première nécessité (Naudé, 2007 : 3-4). Toutefois, dans la mesure où de telles activités sont soit très spécifiques, soit souvent mises en œuvre en dehors d’un cadre légal, nous ne les retiendrons pas pour notre étude. Hormis dans ces cas précis, la violence décourage l’investissement, réduisant l’entrepreneuriat en temps de conflit à un entrepreneuriat de nécessité (necessity entrepreneurship) selon les termes du Global Entrepreneurship Monitor (Harding, 2002) : c’est-à-dire à un entrepreneuriat par défaut, en quelque sorte, par opposition à l’entrepreneuriat d’opportunité (opportunity entrepreneurship), qui permet à des individus de prendre conscience d’opportunités et de les mettre à profit soit pour leur propre compte, soit en temps que salariés (Harding, 2002 : 3).

  • 9 «One senses a reluctance of poor people to commit themselves psychologically to a project of making (...)

11Plusieurs auteurs ont par ailleurs démontré le lien entre conflits et appauvrissement au sein d’une société donnée (Goodhand, 2001 ; Verstegen, 2001 : 49) : en raison non seulement de la baisse des investissements, les investisseurs préférant se replier sur des zones plus stables, mais encore de la destruction des moyens de production, des difficultés croissantes à communiquer et à laisser circuler les biens et les personnes. Or la pauvreté augmente la crainte du risque. Dans une étude publiée en 2007, les économistes Abhijit Banerjee et Esther Duflo, spécialistes d’économie du développement, ont relevé la difficulté qu’éprouvent des populations appauvries soit à prendre conscience des opportunités commerciales, tant la satisfaction de besoins liés la survie immédiate devient prioritaire, soit à avoir la capacité psychologique de supporter les risques qu’elles impliquent : « On a l’impression d’une réticence des pauvres à s’engager psychologiquement dans le projet de gagner plus d’argent9 » (Banerjee et Duflo, 2007 : 165). Ceci s’avère particulièrement pertinent dans le cas des petites entreprises qui, dans un contexte d’appauvrissement, se trouvent dans l’incapacité de compenser leurs pertes éventuelles et s’emploient donc essentiellement à consolider leurs acquis.

  • 10 Taxis privés qui remplaçaient les transports en commun dans les quartiers catholiques de Belfast au (...)

12Enfin, les environnements conflictuels incitent à l’introversion, ce qui influence également l’activité économique et entrepreneuriale. En période de conflit, les communautés ont tendance à se replier sur elles-mêmes et à préférer exercer leurs activités sociales et économiques à l’échelle intra-communautaire, dans la mesure du possible. Si une telle reconversion peut être porteuse d’innovation (comme en a témoigné, par exemple, l’initiative des Black Taxis à Belfast10) elle est également susceptible de restreindre le périmètre des activités entrepreneuriales (limité à la seule communauté concernée) et, par conséquent, leur dynamique.

13La raréfaction des opportunités, conjuguée à une proportion trop importante de risque et d’incertitude, l’appauvrissement et l’introversion communautaire, trois paramètres essentiels des sociétés en conflit, contribuent donc à y affaiblir le potentiel entrepreneurial et, par conséquent, l’influence habituellement exercée par l’action entrepreneuriale sur le développement économique et social.

II. L’activité entrepreneuriale en Irlande du Nord en contexte conflictuel

14Examinons à présent le cas de l’entrepreneuriat en Irlande du Nord, plus précisément du début des « Troubles », à la fin des années 1960, jusqu’à la fin des années 1990, c’est-à-dire avant la signature de l’Accord de paix dit « du Vendredi Saint » le 10 avril 1998.

II. 1. Un environnement structurel défaillant

15Si tout le monde s’accorde à dire que les trente années de violence, connues sous le nom de « Troubles », qui ont agité l’Irlande du Nord entre la fin des années 1960 et celle des années 1990, ont fortement perturbé le développement économique de cette région britannique dans son ensemble, force est d’y reconnaître également l’existence de difficultés structurelles. Elles attestent du déclin de l’esprit d’entreprise comparativement à la période glorieuse qu’avait connue l’Irlande du Nord, au XIXe siècle et encore au début du XXe, sous l’impulsion d’entrepreneurs héroïques comme Harland et Wolff, constructeurs du Titanic, ou des frères Short, constructeurs aéronautiques, ou encore des multiples petites entreprises qui faisaient prospérer l’industrie textile ou alimentaire au sein ce qu’il était alors convenu d’appeler « le fleuron industriel du Royaume ». Dans ce contexte structurellement fragile, les effets délétères de la violence sur l’activité entrepreneuriale, tels que précédemment décrits, allaient se trouver amplifiés.

16À la veille de l’éruption des « Troubles », l’évolution de l’économie de l’Irlande du Nord depuis la partition de 1920 s’était tout d’abord caractérisée par un immobilisme prononcé (Hisrich, 1988 : 5). L’attachement aux industries traditionnelles (essentiellement la construction navale et l’industrie textile), qui persistait à la fin des années 1960, avait empêché l’Irlande du Nord de compenser leur déclin et d’opérer une reconversion vers des secteurs plus modernes et porteurs. Région périphérique du Royaume-Uni, géographiquement isolée non seulement de la Grande-Bretagne mais encore de l’Europe et de sa dynamique connective, l’Irlande du Nord en était réduite à exporter son capital humain sans parvenir, pour le retenir, à développer les capacités d’emploi généralement induites par l’émergence d’activités économiques innovantes. Par ailleurs, le secteur public s’était développé dans une proportion outrancière et ne laissait qu’une place relative et en constante diminution au secteur privé entrepreneurial. Enfin, l’économie nord-irlandaise dépendait très largement des subventions allouées par l’État britannique, une approche en contradiction avec l’esprit d’entreprise (Harris, 1991 : 36).

II. 2. L’aggravation du déficit entrepreneurial par le conflit

17Les faiblesses structurelles précédemment décrites allaient se trouver aggravées par le conflit, dans les années 1970 et 1980.

  • 11 Entre 1973 et 1990, le nombre d’entreprises nord-irlandaises détenues par des investisseurs externe (...)
  • 12 Le pic fut atteint en 1983, avec un taux de 21 %.

18Tout d’abord, le risque engendré par le conflit allait décourager l’investissement entrant qui aurait pu lancer la reconversion sectorielle et l’innovation salvatrices11 (Teague, 1993 : 196-197). L’Irlande du Nord en proie à la violence n’offrait plus les garanties nécessaires au développement serein de nouvelles entreprises. Les investisseurs étrangers, qui auraient été prêts à assumer les risques commerciaux inhérents à toute activité entrepreneuriale, ne l’étaient cependant plus lorsqu’il fallait face aux risques de déprédations matérielles et de pertes humaines dont le conflit était porteur. Un marché intérieur de faible ampleur, au pouvoir d’achat affaibli, de surcroît, par une activité économique ralentie et par le chômage consécutif à ce ralentissement12 (NISRA, 2000 : 2), ne pouvait non plus constituer un élément d’attractivité suffisant. Ce constat de la situation était d’autant plus défavorable à l’Irlande du Nord que, parallèlement, des régions voisines, politiquement et socialement plus stables, devenaient des régions très attrayantes pour l’investissement non européen. Dès lors, elles pouvaient servir de tremplin d’accès au marché européen.

  • 13 Entre 1971 et 1998, le solde migratoire de l’Irlande du Nord allait être presque constamment négati (...)

19À la montée du chômage, facteur aggravant pour le développement du marché nord-irlandais, s’ajoutait également l’accélération de l’émigration13 qu’entraînait, en particulier, l’évasion des cerveaux qui auraient été porteurs d’innovation et d’entrepreneuriat. Il devenait difficile, en effet, face au marasme économique et au désordre civil issus du conflit, de présenter l’activité entrepreneuriale comme une voie propice aux développements de carrière. Le salut se trouvait nécessairement hors des frontières d’Irlande du Nord, pour tous ceux qui avaient simultanément la volonté et la capacité d’entreprendre ailleurs.

20Pour ceux qui restaient, c’est-à-dire la très grande majorité, l’explosion de la violence intercommunautaire allait renforcer la ségrégation et le repli intra-communautaire non seulement en matière de logement, de vie sociale et culturelle, d’éducation, mais encore d’emploi et de transactions commerciales. En effet, dans un environnement résidentiel majoritairement mono-confessionnel et un tissu entrepreneurial essentiellement composé de petites entreprises, souvent familiales, le recrutement était, de manière prépondérante, locale et intra-communautaire et contribuait un peu plus encore au cloisonnement des activités.

21Cette attitude entrepreneuriale intra-communautaire allait en grande partie expliquer la faiblesse des initiatives entrepreneuriales, comme en témoigne l’une des conclusions d’une enquête menée en 2002 par le Global Entrepreneurship Monitor :

  • 14 «The Northern Ireland culture was viewed by experts as highly parochial and ownership-based which m (...)

La culture nord-irlandaise a été perçue par les experts comme fortement locale et fondée sur la propriété, ce qui rend l’acceptation tant du risque et l’option du capital-actions plus difficile. Les personnes interrogées ont également considéré l’histoire de l’Irlande du Nord comme un point faible affectant les attitudes à l’égard de la prise de risque14 (Harding, 2002 : 9).

III. Entrepreneuriat et processus de paix nord-irlandais

22Le processus de paix, engagé à partir du début des années 1990 et concrétisé par la signature de l’Accord dit du Vendredi Saint le 10 avril 1998, puis par le dépôt des armes par l’IRA en avril 2005, allait néanmoins largement contribuer au regain de vitalité de l’activité entrepreneuriale en Irlande du Nord. Certes, il est d’autant plus difficile d’évaluer l’impact exact de la pacification sur la dynamique entrepreneuriale, que les années 1990 furent aussi caractérisées par un essor économique généralisé, porteur de dynamiques nouvelles. Mais l’Irlande Nord n’aurait pas pu profiter de ce contexte plus favorable si elle avait été encore perçue, de manière persistante, comme un territoire dangereux et sans avenir.

23Le premier facteur favorable à la renaissance entrepreneuriale fut la prise de conscience, par le gouvernement britannique et les autorités nord-irlandaises, de la nécessité de soutenir l’activité entrepreneuriale dans l’Irlande du Nord post-conflictuelle, un paramètre essentiel pour donner le coup d’envoi de la reprise, comme l’explique Wim Naudé :

  • 15 «A prerequisite for understanding how to support pro-growth entrepreneurship in fragile and post-co (...)

Un pré-requis pour comprendre comment l’on peut soutenir un type d’entrepreneuriat favorable à la croissance dans les pays en situation fragile et post-conflictuelle est de comprendre le contexte de guerre, de conflit et de pauvreté qui caractérise ces États, et comment ceux-ci conditionnent l’émergence et la répartition des capacités entrepreneuriales15 (Naudé, 2007 : 11).

  • 16 «[…] grow the economy by helping new and existing businesses to compete internationally and by attr (...)

24Le 1er avril 2002, une nouvelle agence pour le développement économique fut ainsi créée suite au vote de l’Industrial Development (NI) Act. Appelée Invest Northern Ireland. Elle devait prendre en charge une partie des fonctions antérieurement attribuées au ministère nord-irlandais des entreprises, du commerce et de l’industrie (Northern Irish Department of Enterprise, Trade and Industry). L’objectif assigné à ce nouvel organisme était « d’assurer la croissance économique en aidant les entreprises nouvelles et existantes à être concurrentielles à l’international et en attirant de nouveaux investissements vers l’Irlande du Nord16 » (Invest NI, 2011 : page d’accueil). C’est donc bien dans une acception large, telle que nous l’avons définie dans la première partie de cette étude, et non pas comme simple création d’entreprise, que s’entendait ici la notion d’action entrepreneuriale. Il s’agissait également de puiser dans les ressources déjà disponibles pour reconstruire l’économie post-conflit.

  • 17 Enterprise Northern Ireland, http://www.enterpriseni.com/
  • 18 Le programme européen PEACE I avait contribué au financement de 80 nouvelles entreprises. À partir (...)

25La nouvelle restructuration des agences en une seule et unique organisation, regroupant les responsabilités antérieurement assumées par l’Industrial Development Board, le Local Enterprise Development Unit et l’Industrial Research and Technology Unit, tout comme l’insistance sur le terme « investment » dans le titre, traduisait bien la nouvelle stratégie mise en place autour d’un projet entrepreneurial complexe et protéiforme. Il s’agissait d’y inclure toutes les facettes de l’activité entrepreneuriale (formation, expansion et innovation), pour en favoriser la compétitivité au niveau international et l’attractivité pour tous les investisseurs potentiels, qu’ils soient locaux, nationaux ou internationaux. L’État devait néanmoins assumer également ses responsabilités, une autre manière de convaincre les investisseurs et les entrepreneurs potentiels d’un réel engagement politique dans la stabilisation indispensable du contexte. Alors que le budget alloué à l’Industrial Development Board entre 1988 et 1997, c’est-à-dire juste avant la signature de l’Accord dit du Vendredi Saint, s’était élevé à 477 millions de dollars, Invest Northern Ireland bénéficie d’un budget annuel d’environ 182 millions de livres sterling. Parallèlement, un second organisme, Enterprise Northern Ireland17, fédère désormais un réseau de 32 agences de développement pour les entreprises (Local Enterprise Agencies), des entités à but non lucratif destinées surtout à soutenir la création et le développement des petites entreprises. Il s’est donc bien agi d’aider les entrepreneurs à saisir les opportunités offertes simultanément par le retour au calme et par l’essor économique des années 1990, pour créer ou intensifier leurs activités. Une stratégie similaire a été lancée par les programmes de fonds structurels européens PEACE I et PEACE II18.

26La fin de la violence allait effectivement contribuer non seulement au redémarrage des activités des entreprises nord-irlandaises mais encore à l’augmentation des investissements étrangers. Dans un communiqué daté du 18 septembre 2007, le cabinet de conseil OCO Global publiait les résultats d’une enquête selon lesquels Belfast figurait au second rang des meilleures destinations britanniques pour les investisseurs, juste derrière Londres (OCO Global, 2007) : la ville avait attiré des entreprises comme City Bank, Euronext, Fujitsu ou Liberty Information Technology (Invest NI, Performance Information Report, 2009 : 7). Outre les flux financiers, l’inversion de la balance migratoire faisait à nouveau apparaître un solde positif en faveur de l’Irlande du Nord (NISRA, 2009) et attestait également, à partir de 2003, de l’attractivité nouvelle du marché de l’emploi nord-irlandais et du potentiel d’embauche lié à l’activité entrepreneuriale.

  • 19 L’indice TEA utilisé par le Global Entrepreneurship Monitor est la somme cumulée de tous les nouvea (...)

27L’indice d’activité entrepreneuriale (Total Entrepreneurial Activity - TEA19) en Irlande du Nord, tel que calculé par le Global Entrepreneurship Monitor à partir de 2002, allait ainsi progresser de 3,1 en 2002 (Reynolds et al., 2002 : 28) à 5,2 en 2009 (Hart & Levie, 2009 : 3), avec un pic à 5,6 en 2007 (Hart, 2007 : 1). À l’échelle nationale britannique, alors que seul l’indice du nord-est était inférieur à celui de l’Irlande du Nord en 2002, cette dernière se classait également mieux que le nord-ouest et que l’Écosse à partir de 2007, s’approchant de la moyenne britannique de 5,8. Même si cet indice ne fournit pas une vision complète de l’entrepreneuriat (en particulier dans la mesure où il n’inclut que l’entrepreneuriat naissant), cette évolution ultérieure à la signature de l’accord du Vendredi Saint, mais qui se situe dans une période de moindre essor économique que celle des années 1990, démontre l’existence d’une dynamique de nouvelles entreprises, ou de jeunes entreprises dans l’Irlande du Nord de l’après-conflit.

  • 20 20 % de croissance annuelle de l’emploi pendant trois ans, pour une entreprise d’au moins 10 employ (...)

28Les chiffres du Global Entrepreneurship Monitor de 2009 montrent bien que les nord-irlandais ont accordé une confiance croissante à la création de start-ups entre 2002 et 2007 et qu’en dépit des premiers signes de la crise, dès 2008, ils ont renoué ainsi avec le sens du risque et le goût pour l’innovation (Hart & Levie, 2009). La proportion d’entreprises « à forte croissance » (high growth), selon la définition de l’OCDE20 est encore très faible (1,4 % pour la période 2002-2008), mais pendant la même période, cette proportion a été plus élevée que dans n’importe quelle autre région du Royaume-Uni et que la moyenne britannique (1,1 %) (Invest NI, 2009 : 16). Alors que l’investissement étranger est demeuré une composante essentielle de la création ou de la dynamisation des entreprises en Irlande du Nord (grâce à la promotion d’idées nouvelles ou à l’apport de capitaux), l’entrepreneuriat local a, d’une part, également fait l’objet d’une attention particulière et, d’autre part, su saisir les opportunités nouvelles portées par un contexte économique et politique plus favorable. On note ainsi que 90 % des entreprises membres d’Invest Northern Ireland sont des entreprises à capitaux locaux, la plupart d’entre elles ayant un fort potentiel exportateur. Dans la mesure ou, en Irlande du Nord, 98 % des entreprises sont des PME, la perception nouvelle d’une capacité non seulement à créer de nouvelles entreprises, mais plus largement, à développer des activités innovantes, est un facteur clé d’attractivité non seulement pour les investisseurs, locaux et étrangers, mais également pour les jeunes diplômés qui y ont vu une raison nouvelle de rester en Irlande du Nord (Mc Quaid et Hollywood, 2008 : 27 ; Osborne et al., 2006 : 108).

  • 21 Soit 700 entreprises, dont 100 investisseurs internationaux comme Fujitsu, HP, Microsoft et 13 cent (...)
  • 22 Un cluster de 200 entreprises regroupées sous le nom de Global Wind Alliance.
  • 23 De nombreuses entreprises travaillent dans le domaine de l’équipement médical, les nanotechnologies (...)
  • 24 De nombreux centres de services multilingues desservent l’Europe occidentale à partir de l’Irlande (...)

29Enfin, le dynamisme entrepreneurial reconquis s’est également traduit par la place croissante laissée à l’innovation, dans un contexte désormais apaisé et laissant plus de place à la réflexion sur les impératifs stratégiques de la croissance et du développement économiques. Pour partie, l’innovation s’est manifestée par la reconversion d’entreprises implantées de longue date, voire même historiques, telles que la société de construction navale Harland et Wolffhonorée en septembre 2010 d’une commande de plusieurs millions de livres de la société Siemens pour la construction de deux plateformes sous-marines pour la ferme d’éoliennes de Gwynt y Mör, à environ 10 miles nautiques de la côte du nord du Pays de Galles (Build. co. uk, 03.09.2010). Mais l’essor entrepreneurial de l’Irlande du Nord post-conflit a pu également s’appuyer sur le développement généralisé des secteurs technologiques de pointe, tels que les technologies de l’information et de la communication21, la fabrication des logiciels22, les technologies de soins à distance23, ou sur l’explosion d’activités du secteur tertiaire directement liées au boom économique des années 1990, comme les services financiers et les services commerciaux24.

30Le fait qu’une grande partie de ce regain d’activité entrepreneuriale à partir de la dernière partie des années 1990 ait été la conséquence des investissements étrangers en Irlande du Nord n’est que plus révélateur du rôle essentiel joué par le processus de paix pour redonner confiance aux investisseurs et mettre à nouveau en valeur le potentiel économique et entrepreneurial de l’Irlande du Nord.

IV. Entrepreneuriat et reconstruction sociale en Irlande du Nord post-conflit

31Si le climat politique apaisé a posé le cadre nécessaire au redémarrage économique de la Province, inversement dans quelle mesure est-il possible de dire que le renouveau économique et entrepreneurial a contribué, même partiellement, à la reconstruction sociale ?

32En premier lieu, il est possible d’établir un lien entre la reprise de l’activité entrepreneuriale et la réhabilitation de zones défavorisées. Depuis 2003, 51 % de l’aide proposée par Invest NI s’est investie dans des projets situés dans des zones économiquement défavorisées où vivent 30 % de la population nord-irlandaise (Invest NI, 2009 : 59). La création de nouveaux emplois dans ces zones a ainsi été particulièrement propice à la reconstruction sociale. En effet, 71 % des nouveaux projets d’investissement extérieur soutenus pendant cette période ont été destinés à ces zones, générant 75 % des nouveaux emplois créés par l’investissement étranger (Invest NI, 2009 : 19).

33Parallèlement, le regain d’activité entrepreneuriale a contribué à réduire l’écart socio-économique entre les communautés catholique et protestante, l’une des sources du conflit nord-irlandais. Ainsi, alors que le taux de chômage en Irlande du Nord chutait de 18 % à 6 % entre 1992 et 2005, le différentiel de chômage entre les catholiques et les protestants diminuait, pour sa part, de 9 % à 4 % (NISRA, 2007 : 21).

  • 25 La législation sur l’emploi équitable a été mise en œuvre en Irlande à partir de 1976. Elle est ins (...)

34Globalement, les opportunités d’emploi offertes par le secteur privé semblent avoir favorisé l’égalisation des chances en matière d’emploi (Equality Commission for Northern Ireland, 2008 : 50). S’il est certes fait obligation à tous les employeurs, privés comme publics, de se conformer désormais aux règles et aux exigences de la législation sur l’emploi équitable (Fair Employment Legislation25), la dynamique à l’œuvre en Irlande du Nord dans la seconde moitié des années 1990 et la première moitié des années 2000 en a facilité l’application.

  • 26 Il s’agit d’un organisme indépendant mis en place dans le cadre du Northern Ireland 1998 Act pour p (...)

35Au-delà de l’accès à l’emploi, le début des années 2000 a également vu la mise en œuvre de programmes visant à l’égalité des chances en matière d’activité entrepreneuriale. En novembre 2003, Invest NI publiait son premier Programme en faveur de l’égalité (Equality Scheme) (Invest NI, 2003), approuvé par l’Equality Commission26. L’agence y exposait les moyens à mettre en œuvre pour remplir les obligations stipulées dans l’article 75, paragraphe 9 du Northern Ireland Act 1998, en matière de promotion de l’égalité des chances. La comparaison des chiffres des participations catholique et protestante au programme NI Start a Business semble démontrer que cet objectif a été atteint (Invest NI, 2005 : 15).

36Autre élément de la reconstruction du tissu social, l’entrepreneuriat social, entendu ici comme activité, entreprise ou initiative à caractère social, volontaire et/ou communautaire, a également su se saisir de nouvelles opportunités offertes par l’apaisement des tensions intercommunautaires. En 2006, le niveau d’activité de l’entrepreneuriat social (SEA : Social Enterprise Activity) en Irlande du Nord était de 3,3 % (soit équivalent à la moyenne du Royaume-Uni) et se hissait ainsi au cinquième rang dans le classement général des régions britanniques (Hart, 2006 : 2).

37L’entrepreneuriat social est devenu à tel point important qu’il fait l’objet de formations spécifiques. Ainsi, le Community Business Start Up Programme, proposé par Enterprise Northern Ireland, forme les groupes communautaires (community groups) désireux de créer une entreprise, et leur offre conseils et soutien, y compris financiers, pendant la première année d’existence de l’entreprise, à condition que cette nouvelle entreprise soit créatrice d’emplois, et ne vienne pas concurrencer des entreprises locales déjà en activité. Enfin, les profits que la nouvelle entreprise tire de son activité doivent être réinvestis entièrement dans l’entreprise elle-même au profit de la communauté locale.

Conclusion

38Entravée par la violence du conflit opposant les communautés catholique et protestante en Irlande du Nord entre la fin des années 1960 et le milieu des années 1990, l’activité entrepreneuriale a ensuite pu bénéficier des retombées du processus de paix amorcé au début des années 1990 et concrétisé par la signature de l’Accord dit du Vendredi Saint le 10 avril 1998. Le contexte politique et social plus apaisé, grâce, en particulier, au soutien institutionnel et gouvernemental, a suscité un regain d’intérêt de la part des entreprises privées, locales comme extérieures, pour le potentiel économique offert par cette région. Ces entreprises, déjà établies ou nouvelles, ont ainsi contribué à recréer une dynamique économique disparue depuis longtemps, permettant à l’Irlande du Nord de saisir les opportunités offertes par le boom des années 1990 et du début des années 2000.

39En retour, et parallèlement au processus politique, cette dynamique entrepreneuriale a contribué à la reconstruction sociale en remédiant à certaines sources de tensions entre les communautés catholique et protestante. En favorisant l’emploi pour tous et en permettant une meilleure mise en œuvre de la législation contre la discrimination à l’embauche, l’activité entrepreneuriale a permis de lutter contre la pauvreté et les inégalités. S’emparant de nouvelles opportunités présentées par le contexte politique plus serein et par l’embellie économique, l’entrepreneuriat social s’est également développé, favorisant aussi, par le biais des activités entrepreneuriales, le resserrement des liens sociaux.

40Beaucoup reste à faire pour, d’une part, transformer l’Irlande du Nord en la « zone entrepreneuriale » (entreprise zone) que le parti conservateur a appelée de ses vœux (en réduisant, en particulier, la part d’un secteur public qui représente encore 70 % du PIB) et, d’autre part, continuer d’accompagner la reconstruction sociale. Mais le tournant amorcé la fin des années 1990 semble désormais irréversible.

Bibliographie

Bibliographie

ASHOKA, consulté le 30 juillet 2010, http://www.ashoka.org/social_entrepreneur.

Antoncic, Bostjan, Hisrich, Robert. D., 2001, «Intrapreneurship: Construct, Refinement and Cross-cultural Validation», Journal of Business Venturing, 16 (5): 495-527.

Banerjee, Abhijit V., Duflo, Esther, 2006, « The Economic Lives of the Poor », Boston, Massachussetts Institute of Technology, consulté le 4 septembre 2010, http://econwww.mit.edu/files/530.

Build.co.uk, 3 septembre 2010, « Harland and WolffWins Contract for Offshore Substations », consulté le 6 septembre 2010, http://www.build.co.uk/construction_news.asp?newsid=116071.

Eckhardt, Jonathan. T., Shane, Scott A., 2003, « Opportunities and Entrepreneurship », Journal of Management, 29 (3): 333-349, consulté le 25 juillet 2010, http://faculty.weatherhead.case.edu/shane/or/OR2.pdf.

Elston, Julie A., Audretsch, David. B., « The Role of Risk in Entrepreneurial Behaviour », in Minniti M. (ed.), 2007, Entrepreneurship: the Engine of Growth, Westport, Praeger publishers, 65-80.

Equality Commission for Northern Ireland, consulté le 8 septembre 2010, http://www.equalityni.org/site/default.asp?secid=home.

Equality Commission for Northern Ireland, 2008, Monitoring Report no 19, A Profile of the Northern Ireland Monitored Workforce, Belfast.

Goodhand, Jonathan, 2001, Violent Conflict, Poverty and Chronic Poverty, INTRAC, CPRC Working Paper 6, consulté le 7 août 2010, http://www.chronicpoverty.org/uploads/publication_files/WP06_Goodhand.pdf.

Guide de l’entrepreneur social en Nord Pas de Calais, http://www.entrepreneur-socialnpdc.org/spip.php?article27.

Harding, Rebecca, Global Entrepreneurship Monitor Northern Ireland, 2002, consulté le 10 août 2010, http://www.altassets.com/pdfs/N-Ireland_GEM_2002_14-5-03.pdf.

Harris, Richard, 1991, Regional Economic Policy in Northern Ireland, 1945-1988, Aldershot, Avebury.

Hart, Mark, 2007, Global Entrepreneurship Monitor Northern Ireland, Northern Ireland Summary, Belfast, Invest NI.

Hart, Mark, Levie, Jonathan, 2009, Global Entrepreneurship Monitor Northern Ireland, Northern Ireland Summary, Belfast, Invest NI.

Invest NI, 2005, Equality Impact Assessment (EQIA) on the Accelerating Entrepreneurship Strategy, Belfast, consulté le 9 août 2010, http://www.investni.com/aes_eqia_-_full_report.pdf.

Invest NI, mars 2009, Performance Information Report 2002-03 to 2007-08, Belfast.

Hisrich, Robert D., 1988, « The Entrepreneur in Northern Ireland: Characteristics, Problems, and Recommendations for the Future », Journal of Small Business Management, 26 (3).

Hitt, Michael A., Ireland, Duane. R., Camp, Michael S., Sexton, Donald. L., Strategic Entrepreneurship: Creating a New Mindset, Oxford, Blackwell Publishing, 2002.

HMSO, Northern Ireland Act 1988, section 75, disponible sur le site : legislation.gov.uk, http://www.legislation.gov.uk/ukpga/1998/47/section/75.

Invest NI, consulté le 2 août 2010, http://www.investni.com/index.htm.

Invest NI, 2003, Invest NI Equality Scheme 2003-2005, Executive Summary, Belfast.

Invest NI, mars 2009, Performance Information Report, 2002-03 to 2007-08, Belfast.

Licht, Amir N., 2007, « The Entrepreneurial Spirit: What the Law can Do about it », Comparative Labour Law and Policy Journal, 28: 817-862.

McQuaid, Ronald, Hollywood, Emma, 2008, Educational Migration and Non Return in Northern Ireland, Employment Research Institute, Edinburgh, Napier University.

Naudé, Wim, 2007, « Peace, Prosperity and Pro-growth Entrepreneurship », Discussion Paper, No 2, United Nations University, UNU-Wider World Institute for Development Economics Research.

NISRA, 2000, Economy and Labour Market, Belfast.

NISRA, juin 2007, 2005 Labour Force Survey Religion Report, Belfast, consulté le 10 juin 2010, http://www.ofmdfmni.gov.uk/lfs-religion-report-2005.pdf.

NISRA, 2007, Long term International Migration Estimates for Northern Ireland consulté le 15 juin 2010, http://www.nisra.gov.uk/archive/demography/population/migration/NI_Migration_Report%282006%29.pdf.

NISRA, 2009, Northern Ireland Migration Flows 1991 to 2009, consulté le 15 juin 2010, http://www.nisra.gov.uk/demography/default.asp18.htm.

OCDE, 1998, « Les entreprises sociales dans les pays membres de l’OCDE », service du développement territorial, Paris.

OCO Consulting, « Belfast Leading the Way in Attracting Investment », 18 septembre 2007, consulté le 3 juin 2010, http://www.ocoglobal.com/oco_nsm/index.cfm?fuseaction=cms.home&page_id=101.

Osborne, Bob, Smith, Alayne, Hayes, Amanda, 2006, Higher Education in Northern IreIreland: a Report on Factors Associated with Participation and Migration, Coleraine, Social and Policy Research Institute, University of Ulster.

Reynolds, Paul D., Bygrave, William D., Autio, Erkko, Cox, Larry W., Hay, Michael, Global Entrepreneurship Monitor, Executive Report 2002, http://www.gemconsortium.org/docs/download/256.

Sathe, Vijay, 2003, Corporate Entrepreneurship: Top Managers and New Business Creation, Cambridge, Cambridge University Press.

Schultz, Theodore, 1975, «The Value of the Ability to Deal with Disequilibria», Journal of Economic Literature, 13 (3): 827-846.

Schumpeter, Joseph A., 1934, The Theory for Economic Development, New York, Oxford, Oxford University Press, [1961].

Teague, Paul, (éd.), 1993, The Economy of Northern Ireland: Perspectives for Structural Change, Londres, Lawrence and Wishart.

Verstegen, Suzanne, 2001, Poverty and Conflict: an Entitlement Perspective, Stiftung Wissenshaft und Politik (SWP), Conflict Prevention Network (CPN).

Notes

1 Théodore William Schultz (1902-1998), co-récipiendaire, avec Arthur Lewis, du prix Nobel d’économie en 1979.

2 «to perceive an economic desequilibrium, evaluate its attributes […] and if it is found to be worthwhile to act, reallocate their resources».

3 «Strategic entrepreneurship is applicable to smaller newer firms and older established firms as well. Strategic entrepreneurship facilitates firms’ efforts to identify the best opportunities (matched to their resources and with the highest potential returns) and then to exploit them with the discipline of a strategic business plan».

4 «the efforts of corporations to generate new business».

5 «entrepreneurship within an existing organisation».

6 «the pursuit of creative or new solutions to challenges confronting the firm».

7 «Social entrepreneurs are individuals with innovative solutions to society’s most pressing social problems».

8 «Situations in which new goods, services, raw materials, markets and organizing methods can be introduced through the formation of new means, ends or means-ends relationships».

9 «One senses a reluctance of poor people to commit themselves psychologically to a project of making more money».

10 Taxis privés qui remplaçaient les transports en commun dans les quartiers catholiques de Belfast au moment des « Troubles ».

11 Entre 1973 et 1990, le nombre d’entreprises nord-irlandaises détenues par des investisseurs externes (Grande-Bretagne comprise) était tombé de 351 à 207, et le nombre d’emplois représenté par ces entreprises de 87 561 à 41 085.

12 Le pic fut atteint en 1983, avec un taux de 21 %.

13 Entre 1971 et 1998, le solde migratoire de l’Irlande du Nord allait être presque constamment négatif. Cf. NISRA, http://www.nisra.gov.uk/archive/demography/publications/annual_reports/historical/1981.pdf pour la période 1971-1981 et http://www.nisra.gov.uk/demography/default.asp3.htm pour la période 1982-1998.

14 «The Northern Ireland culture was viewed by experts as highly parochial and ownership-based which makes acceptance both of risk and equity finance difficult. Interviewees also identified the history of Northern Ireland as a real weakness that affected attitudes towards risk-taking.»

15 «A prerequisite for understanding how to support pro-growth entrepreneurship in fragile and post-conflict states is to understand the context of war, conflict, and poverty which characterizes these states, and how these determine the supply and allocation of entrepreneurial talent.»

16 «[…] grow the economy by helping new and existing businesses to compete internationally and by attracting new investment to Northern Ireland».

17 Enterprise Northern Ireland, http://www.enterpriseni.com/

18 Le programme européen PEACE I avait contribué au financement de 80 nouvelles entreprises. À partir d’avril 2002, les financements se sont poursuivis dans le cadre du programme PEACE II, Mesure 1.4, Promouvoir l’entrepreneuriat, en collaboration avec le ministère pour l’Emploi et la Formation (Department for Employment and Learning) nord-irlandais.

19 L’indice TEA utilisé par le Global Entrepreneurship Monitor est la somme cumulée de tous les nouveaux entrepreneurs (nascent), c’est-à-dire ceux qui, dans les douze mois précédents ont œuvré à la naissance d’une nouvelle entreprise, et de tous les entrepreneurs créateurs de nouvelles entreprises (new firm entrepreneurs), dont les activités se sont déroulées quarante-deux mois après la naissance de l’entreprise.

20 20 % de croissance annuelle de l’emploi pendant trois ans, pour une entreprise d’au moins 10 employés.

21 Soit 700 entreprises, dont 100 investisseurs internationaux comme Fujitsu, HP, Microsoft et 13 centres de recherche universitaires s’investissant dans ce secteur.

22 Un cluster de 200 entreprises regroupées sous le nom de Global Wind Alliance.

23 De nombreuses entreprises travaillent dans le domaine de l’équipement médical, les nanotechnologies, la photonique, en collaboration avec les laboratoires de recherche des Universités de Queen’s et d’Ulster.

24 De nombreux centres de services multilingues desservent l’Europe occidentale à partir de l’Irlande du Nord, parmi lesquels Gem, Teletech, Stream.

25 La législation sur l’emploi équitable a été mise en œuvre en Irlande à partir de 1976. Elle est inspirée des MacBride Principles américains.

26 Il s’agit d’un organisme indépendant mis en place dans le cadre du Northern Ireland 1998 Act pour promouvoir et veiller à l’égalité des chances dans tous les domaines et entre tous les citoyens d’Irlande du Nord.

Auteur

Professeur de civilisation britannique et irlandaise à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle est spécialiste des questions économiques dans les îles Britanniques et du conflit nord-irlandais. Elle a publié plusieurs articles sur ces sujets et deux ouvrages : Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris, Ellipses, 2001 et Les relations communautaires en Irlande du Nord : une nouvelle dynamique, Paris, PSN, 2003. Elle est membre du CERVEPAS. Elle est vice-présidente de la SOFEIR (Société française d’études irlandaises), chargée des relations internationales, membre du bureau d’EFACIS (European Federation of Associations and Centers of Irish Studies), présidente de l’ANLEA (Association nationale des langues étrangères appliquées).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540