Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones

 | 
Jacques-Henri Coste

Deuxième partie. De l'entrepreneuriat ethnique à l'entrepreneuriat transnational : dynamiques de l'encastrement social, stratégies de marché et expériences transfrontières

Diaspora irlandaise et entrepreneuriat de croissance : vers un développement transnational des PME irlandaises ?1

Anne Groutel

Résumé

Ireland’s economy is at a crossroads. Since the financial crisis of 2007–2008, it has been losing its attractiveness as a location for inward investment. Numerous foreign multinationals have moved their manufacturing units to lower-cost countries, thus causing unemployment. This state of affairs has heightened discussion about the necessity to foster the growth of indigenous companies so that they can create jobs and drive sustainable growth. This paper focuses on the ways in which the Irish diaspora elites could help indigenous firms achieve scale, especially thanks to their business expertise and a shared entrepreneurial spirit.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme le remarquait déjà Robert Reich (1992), il est difficile, en raison de la mondialisation des (...)
  • 2 L’assembleur américain Dell a fermé son usine de Limerick en 2009 et délocalisé une partie de sa pr (...)
  • 3 Le budget 2013 du ministère de l’Économie et des Finances irlandais a maintenu, à cet effet, le tau (...)

1Au terme de quinze années d’une croissance économique exceptionnelle, l’Irlande connaît un retournement de situation dramatique qui appelle une remise en question de sa stratégie économique. En premier lieu, nous examinerons les raisons qui font que le pays est plongé dans une crise économique très grave depuis 2008. Alors qu’il est, plus que jamais, impératif de développer les exportations pour sortir le pays de l’ornière, les multinationales étrangères, qui ont, pendant un temps, contribué à en faire l’une des économies les plus florissantes de l’Union européenne, délocalisent leur production vers des pays à plus bas coûts2. La stratégie actuelle des autorités vise à attirer les flux d’investissments directs étrangers en provenance des grands groupes et à les inciter, par des mesures fiscales avantageuses, à poursuivre leurs activités de recherche et de développement afin de les retenir en Irlande3. Cependant, les grands groupes créent moins d’emplois que les plus petites unités de production (Collins, 2010). Dès lors, miser sur le développement de l’entrepreneuriat irlandais apparaît de plus en plus comme un moyen de compenser ces pertes d’emplois et d’aider le pays à retrouver une croissance durable (Forfás, 2007).

2Il existe, comme nous le verrons en second lieu, un fort esprit entrepreneurial en Irlande. Cela est un atout, certes, mais le déficonsiste à favoriser un entrepreneuriat de forte croissance, c’est-à-dire à promouvoir la création et le développement d’entreprises innovantes à fort potentiel technologique ou exportateur. Or ces PME dénommées « gazelles » qui comptent entre 20 et 250 employés sont encore trop peu nombreuses. Qui plus est, un ensemble d’obstacles endogènes et exogènes brident leur développement. Le manque d’expérience et de connaissance des marchés internationaux ainsi que la quasi-absence d’exemples de réussite internationale d’entreprises irlandaises pouvant servir de modèle figurent parmi ces obstacles. Il est essentiel de pallier ces déficiences pour que l’Irlande parvienne à constituer un tissu suffisant de grandes entreprises créatrices d’emplois.

  • 4 « Le mentorat est une relation interpersonnelle de soutien et d’échange dans laquelle une personne (...)

3Les nombreux hommes d’affaires d’origine irlandaise ou binationaux qui ont réussi à l’étranger, ont, quant à eux, acquis une solide expérience en matière de direction d’entreprise et une bonne connaissance des marchés internationaux. Ils disposent désormais de nombreux contacts dans le monde des affaires des pays où ils sont établis. Ces élites issues de la diaspora irlandaise disposent donc d’un fort « capital social », c’est-àdire d’une connaissance, d’une expertise et d’une expérience précieuses mais aussi de liens transnationaux actifs, qui pourraient être utiles aux entrepreneurs irlandais. Nous nous intéresserons, en troisième lieu, à la façon dont ces acteurs clés de la diaspora irlandaise pourraient encourager les entreprises irlandaises à croître notamment grâce au mentorat4 d’entreprise et par l’intermédiaire de leurs réseaux d’affaires et de savoir.

4Les élites de la diaspora irlandaise ont la capacité d’aider les entrepreneurs de leur pays d’origine à s’internationaliser, mais encore faut-il que ces derniers aient plus facilement accès aux compétences de la diaspora. C’est ici qu’intervient le rôle institutionnel de l’État en tant que facilitateur et opérateur de mise en relation entre acteurs encastrés dans des réseaux sociaux et un espace culturel partagé. Nous examinerons, dans la dernière partie de ce chapitre, la stratégie récemment mise en œuvre par les autorités irlandaises afin d’établir des canaux de communications et des liens renouvelés entre entrepreneurs irlandais et élites diasporiques.

I. Orienter l’économie irlandaise vers une croissance durable : le rôle potentiel de l’entrepreneuriat national

  • 5 L’Irlande est extrêmement dépendante des exportations des multinationales qui représentent 90 % des (...)

5À la fin des années 1950, l’Irlande renonça à sa politique protectionniste dont l’un des buts était de préserver ses industries naissantes de la concurrence internationale. Cette politique ne permit cependant pas au pays d’enclencher un processus d’industrialisation à même d’assurer une croissance économique suffisante. Devant ce constat d’échec, les gouvernants optèrent pour une économie de marché intégrée à l’économie européenne et mondiale et décidèrent d’ouvrir les portes du pays aux investissements étrangers. Ceux-ci, pensait-on, seraient source de prospérité en contribuant à promouvoir les exportations et à créer un grand nombre d’emplois (O’Hearn, 2001 : 142). Les investisseurs étrangers répondirent à l’appel. De grands groupes industriels exportateurs furent attirés par les incitations fiscales proposées par les autorités irlandaises, par la présence d’une main-d’œuvre anglophone, qualifiée et à bas coût, ainsi que par la perspective de l’entrée de l’Irlande dans le Marché commun. Ce sont principalement les exportations de ces multinationales étrangères5, majoritairement américaines, qui permirent l’envol économique de l’Irlande. Ainsi, du milieu des années 1990 à 2002, l’économie irlandaise connut-elle une première phase d’expansion sans précédent (Sweeney, 1999). Ce fut l’avènement du « tigre celtique ».

6À partir de 2002, la consommation est devenue le nouveau moteur de la croissance irlandaise, ce qui a eu pour conséquence, entre autres, d’alimenter une spirale inflationniste. Des taux d’intérêt historiquement bas ont, en outre, entraîné un boom de l’immobilier. Les prix se sont envolés jusqu’à ce que la bulle finisse par éclater, mettant en difficulté de nombreux promoteurs immobiliers et les banques qui leur ont prêté de l’argent. La décision des autorités irlandaises de garantir la totalité des dettes et dépôts des six grandes banques irlandaises à hauteur de 440 milliards d’euros a eu des conséquences ruineuses pour les finances publiques. Le 21 novembre 2010, l’Irlande a accepté l’aide de l’Union européenne et du FMI, un plan de secours de 85 milliards d’euros afin de recapitaliser ses banques (Economist, 2010). Par ailleurs, l’effondrement du secteur de la construction a entraîné une hausse spectaculaire du taux de chômage qui s’élève actuellement à 13,8 % (Eurostat, 2011). En 2009, Brian Lenihan, le ministre des Finances irlandais, admettait que le pays devait de nouveau tabler en priorité sur les exportations pour assurer sa croissance (Economist, 2009). Or, la compétitivité de l’économie irlandaise s’est peu à peu érodée au fil de la dernière décennie sous la pression de la hausse des salaires. Devenue un pays où les coûts de production sont désormais élevés, l’Irlande ne plus prétendre concurrencer les pays d’Asie du Sud-Est ou d’Europe de l’Est. En 2008, Robert Shapiro, conseiller économique du président Obama et ancien sous-secrétaire américain au Commerce, déclarait de manière assez abrupte : « L’Irlande doit se sevrer de sa dépendance envers les investissements étrangers » (Finfacts, 2008). En février 2010, Craig Barrett, ancien président-directeur-général d’Intel et membre américain éminent de la diaspora irlandaise affirmait à son tour :

  • 6 «Ireland had a ‘blueprint for success’ that led to an influx of FDI. But that blueprint is no longe (...)

L’Irlande avait une « formule gagnante » qui a permis l’afflux d’investissements étrangers. Mais cette formule est obsolète et une nouvelle stratégie doit être élaborée […]. L’ère des investissements étrangers est maintenant révolue. La croissance viendra des entreprises irlandaises et des investissements dans l’innovation6.

  • 7 Dans la mesure où les autorités irlandaises offraient des avantages fiscaux conséquents aux investi (...)

7De fait, un certain nombre de multinationales ont procédé, depuis 2008, à des licenciements massifs ou délocalisé leurs unités de production situées en Irlande (Doyle, 2007 ; Curran, 2010). Délocaliser est d’autant plus simple pour les multinationales qu’elles sont peu encastrées dans l’économie irlandaise (Breznitz, 2007 : 149). En réalité, leur contribution à cette dernière, particulièrement en termes d’emplois et d’exportations, fut telle que le développement de l’industrie irlandaise fut rapidement considéré comme accessoire (Kirby, 2002 : 37) et ce n’est que récemment que des mesures visant véritablement à ancrer7 les multinationales étrangères dans l’économie nationale ont été prises (Breznitz, 2007 : 186-7). Ces mesures entrent dans le cadre de la politique gouvernementale qui aspire à faire remonter l’industrie irlandaise dans la chaîne de valeur internationale, en transformant l’économie nationale en « une économie du savoir », un « écosystème » composé d’entreprises innovantes, grandes et petites (Department of the Taoiseach, 2010). L’un des objectifs de cette politique est de retenir les multinationales en les incitant à mener des activités de recherche et de développement en Irlande en espérant pouvoir bénéficier de formes d’essaimage. Forfás, le comité de coordination investi par l’État d’une mission de conseil en matière de développement industriel et d’innovation, accorde un rôle central à un entrepreneuriat de type national dans cette économie du savoir. Selon ce comité, l’activité entrepreneuriale est un moteur majeur de croissance, de compétitivité et d’innovation (Forfás, 2007 : 14). Il s’appuie sur les travaux de David Audretsch et sur les conclusions d’un rapport de la Commission européenne (Commission européenne, 2004) qui montrent qu’un secteur entrepreneurial dynamique a un impact notable sur les performances économiques locales et régionales, en autres, en termes de création d’emplois, d’exportation et de gains de productivité. Comme il vient d’être dit, les autorités irlandaises cherchent à encourager les multinationales à mener des activités de recherche et de développement en Irlande, toutefois, celles-ci génèrent moins d’emplois que les unités de production plus petites. Le pays doit donc concentrer ses efforts sur la création d’une masse critique de gazelles nationales afin qu’elles prennent le relais et génèrent des emplois en nombre suffisant. Il existe, comme nous allons le voir, un fort esprit entrepreneurial en Irlande, mais celui-ci peut-il suffire à créer un véritable mouvement de croissance endogène ?

II. Les obstacles à un entrepreneuriat de croissance

  • 8 « Small firms do not operate in a closed world […] they are affected by economic, political, social (...)
  • 9 Ce terme désigne les entrepreneurs étant toujours dans la période de démarrage fixée, dans le cas p (...)
  • 10 Le taux d’activité entrepreneuriale inclut les entreprises naissantes (en phase de prédémarrage), l (...)

8Alan Southern insiste sur le fait que « les petites entreprises n’opèrent pas en vase clos […] elles sont soumises à l’influence de facteurs économiques, politiques, sociaux et culturels8 ». Une étude poussée de l’ensemble de ces éléments dépasse le cadre de ce chapitre, néanmoins, il convient de souligner que, dans le cas qui nous occupe, certaines données récentes sont encourageantes. En effet, la majorité des personnes interrogées dans le cadre de l’étude menée par les auteurs du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) sur l’activité entrepreneuriale en Irlande, affirme avoir une opinion positive de l’aide gouvernementale apportée aux entrepreneurs (Fitzsimmons, O’Gorman, 2008 : 88). En outre, en 2009, l’Eurobaromètre sur l’entrepreneuriat en Irlande révélait que 64 % des personnes sondées avaient une opinion « plutôt favorable » des entrepreneurs, l’un des pourcentages les plus élevés de l’Union européenne (Commission européenne, 2009 : 32). Qui plus est, 95 % d’entre elles pensaient qu’une seconde chance devait être accordée aux entrepreneurs ayant fait faillite (Commission européenne, 2009 : 79). Ces résultats sont d’autant plus surprenants que plusieurs études menées dans les années 1970 et 1980 montraient qu’à cette époque les conditions n’étaient guère favorables à l’entrepreneuriat en Irlande (Fogarty, 1973 ; O’Connor, Lyons, 1983 ; O’Farrell, 1986). Tant l’opinion publique que les autorités se montraient alors méfiantes à l’égard des entrepreneurs dont l’image était peu reluisante. Au-delà de la prospérité économique, l’ère du « tigre celtique », a créé un sentiment de confiance qui semble avoir contribué à l’émergence de cet esprit entrepreneurial en Irlande (Fitzsimmons, O’Gorman, Roche, 2001 : 28). De fait, en décembre 2009, selon l’Eurobaromètre, 4 % des personnes interrogées étaient des « entrepreneurs nouveaux »9 (Commission européenne, 2009 : 48). Malgré une baisse de 9 % par rapport à 2008, (Bank of Ireland, 2009), due au resserrement du crédit, ce pourcentage restait supérieur à la moyenne européenne qui était de 3 %. En outre, le taux d’activité entrepreneuriale10 a augmenté de 4 % entre 2004 et 2009 (Commission européenne, 2009 : 48).

9Quant aux caractéristiques communément associées à l’esprit d’entreprise (Delmar, 2000 : 87), l’Irlande se distingue par rapport aux autres membres de l’Union européenne. Ainsi 73 % des Irlandais interrogés dans le cadre de cette même étude montraient-ils une attitude « favorable » ou « très favorable » vis-à-vis de la prise de risque et 70 % affirmaient avoir l’esprit de compétition (Commission européenne, 2009 : 87-88). Dans les deux cas, l’Irlande arrivait en tête du classement européen. Enfin, seuls 38 % admettaient que la peur de l’échec était susceptible de freiner leur désir d’entreprendre, un pourcentage légèrement inférieur à la moyenne européenne (Fitzsimmons, O’Gorman, 2008 : 29).

  • 11 L’intensité des exportations correspond au pourcentage du chiffre d’affaires attribuable aux export (...)

10Certes, ce fort esprit d’entreprise est un atout mais encore faut-il qu’il puisse contribuer à la croissance irlandaise (Forfás, 2007). C’est bien là que le bât blesse. Une étude du Central Statistics Office (2008) montre que les petites sociétés irlandaises opèrent principalement dans les secteurs traditionnels de l’économie à forte intensité de maind’œuvre, c’est-à-dire la construction, l’agro-alimentaire, la distribution ainsi que l’hôtellerie-restauration. Leur taux de productivité est inférieur à la moyenne européenne (Small Business Forum, 2006 : 6-9). En outre, peu d’entre elles exportent. La croissance de leurs exportations, durant la période 2000-2008, a été minime, en particulier dans le secteur manufacturier (Forfás, 2008 : 9). De plus, l’intensité des exportations11 des entreprises irlandaises était de 43 % en 2008, un pourcentage assez faible qui stagne depuis deux décennies (Forfás, 2008 : 9). Il existe néanmoins un certain nombre de PME à fort potentiel de croissance dans le secteur de la haute technologie (Fitzsimmons, O’Gorman, 2008 : 22). Ce sont sur celles-ci que les autorités misent pour transformer l’économie irlandaise en une économie de la connaissance. En 2009, Enterprise Ireland, l’agence gouvernementale chargée d’aider ce type d’entreprise à se développer et à exporter, annonça avoir aidé 71 start-ups. Ce nombre est jugé bien trop modeste par Dan Breznitz du Georgia Institute of Technology qui estime qu’il devrait être dix fois supérieur (Breznitz, 2009).

  • 12 La plupart grandes entreprises irlandaises, touchées de plein fouet par la crise des années 1970 et (...)

11Qui plus est, la quasi-totalité des entreprises nationales restent de petite taille12. Aujourd’hui, 97 % des entreprises irlandaises emploient moins de cinquante personnes (The Small Business Forum, 2006 : VII). Bien qu’un pourcentage non négligeable d’entrepreneurs espère être en mesure d’exporter et de recruter du personnel, leurs ambitions en matière de création d’emploi et de ventes à l’export sont, somme toute, modestes (Fitzsimmons, O’Gorman, 2008 : 47-8, 53-4). En d’autres termes, la majorité des entreprises irlandaises sont petites et aspirent à le rester (Fitzsimmons, O’Gorman, 2008 : 81-82). Le secteur de l’industrie du logiciel irlandais illustre bien ce phénomène. Bien qu’il ait connu un réel succès dans les années 1990 avec des entreprises comme Iona, Trintech ou Baltimore (Breznitz, 2007 : 146-7), en 2010, moins de vingt sociétés de ce secteur ont des recettes supérieures à 10 millions d’euros (Collins, 2010).

  • 13 La croissance entrepreneuriale est généralement, mais pas exclusivement, mesurée en termes de vente (...)

12Le cas des petites entreprises irlandaises est loin d’être unique en Europe. Les facteurs qui déterminent la croissance des petites sociétés en général ont fait l’objet de nombreuses études et tentatives de modélisation13. Cependant, la multiplicité des facteurs externes, internes et psychosociologiques qui entrent en jeu est telle qu’elle rend difficile une analyse exhaustive. En réalité, ce phénomène complexe et polymorphe est encore mal compris (Foidart, Surlemont, 2009 : 38-47).

13Nous ne tenterons donc pas d’expliquer le phénomène de la croissance entrepreneuriale mais simplement de mettre en lumière certains des facteurs susceptibles d’inhiber le développement des petites entreprises irlandaises. L’accès au financement, par exemple, est un problème pour ces dernières (Fitzsimmons, O’Gorman, 2008 : 87-8). Ceci dissuade nombre d’entre elles d’entreprendre des projets d’expansion ou de se lancer dans l’exportation. Le marché intérieur irlandais est de petite taille et la nécessité d’exporter apparaît souvent avant que les entreprises ne disposent de ressources suffisantes pour s’internationaliser (Small Business Forum, 2006 : 34) et n’aient acquis l’expérience et les compétences requises pour mener à bien ce genre de projet (Holt, Macpherson, 2007 : 172-192 ; Ibeh, 2000 : 434-452 ; Tilley, Tonge, 2003 : 1-12). Le manque de personnel qualifié ayant une expérience des marchés internationaux fait partie des faiblesses internes qui entravent la croissance des petites entreprises irlandaises (Chaston & Mangles, 1997 : 47-57 ; Enterprise Strategy Group, 2004 : 109). Le fait que seule une minorité d’entrepreneurs a recours à une formation en matière de conduite d’entreprise est un facteur aggravant (Barringer, Jones, 2004 : 73-86). Comme la plupart des chefs de petites entreprises, les entrepreneurs irlandais ont une préférence marquée pour des méthodes de formation dites « informelles » comme le mentorat (Holt, Macpherson, 2007 ; Expert Group on Future Skills Needs, 2006 : 10). Or, l’Irlande souffre d’une pénurie de mentors ayant des compétences suffisantes pour conseiller les petites entreprises à fort potentiel de croissance en particulier dans le domaine pointu de la haute technologie (Fitzsimmons, O’Gorman, Roche, 2001 : 30).

  • 14 Sur le rôle que peuvent jouer les réseaux d’affaires, voir Daskapolou et Petrou, 2010 : 7-8.

14Les attentes et la motivation des entrepreneurs figurent parmi les nombreux facteurs qui ont une influence décisive sur la croissance d’une entreprise (Smallbone, Wyer, 2000 : 409-433 ; Davidsson, Delmar, Wiklund, 2003 : 109-38 ; Foidart, Surlemont, 2009 : 38-47). Les conclusions du Goodbody Report sont particulièrement intéressantes dans la mesure où peu d’études se sont intéressées à l’attitude des entrepreneurs irlandais vis-à-vis de la croissance entrepreneuriale. D’après ce rapport, la majorité d’entre eux considère que les bénéfices qui pourraient résulter du développement de leur entreprise ne représentent pas une contrepartie suffisante au regard des sacrifices que cela nécessiterait de leur part, d’où leur réticence à croître. En effet, pour nombre d’entre eux, cela signifie abandonner leur rôle d’entrepreneur pour celui de gestionnaire d’entreprise, perdre une partie de leur autonomie et de leur pouvoir décisionnel. En outre, devoir gérer du personnel supplémentaire est perçu comme un véritable fardeau (Goodbody Economic Consultants, 2002 : i, iii, 14-5, 18, 24). Bien que cette méfiance à l’égard de la croissance entrepreneuriale soit assez répandue, en Europe, parmi les chefs de petites entreprises (Jacquemin, Janssen, 2009 : 19), elle semble particulièrement marquée chez les entrepreneurs irlandais (Commission européenne, 2009 : 66). D’ailleurs, en février 2010, Micháel Martin, ministre irlandais des Affaires étrangères, affirmait avec force que les entreprises irlandaises devaient se montrer plus ambitieuses (Hennessy, 2010). Bien que les auteurs du Goodbody Report concèdent que les entrepreneurs ne peuvent être contraints à croître, ils insistent sur le fait que des acteurs extérieurs, tels que les mentors, administrateurs non exécutifs et réseaux d’affaires, peuvent aider à vaincre leurs réticences (Goodbody Economic Consultants, 2002 : iv, 15, 24, 28)14. Dans ce cas, quel rôle la diaspora irlandaise peut-elle jouer pour pallier ces déficiences ?

III. Comment la diaspora irlandaise peut-elle contribuer à la croissance des entreprises irlandaises ?

15La définition du terme « diaspora » (du grec ancien diasporá : « dispersion ») a évolué au cours des dernières décennies (Reis, 2004). De nos jours, les raisons qui motivent la décision de quitter son pays d’origine sont très variées. La définition proposée par Delphine Ancien, Mark Boyle et Rob Kitchen est intéressante car elle intègre les différents types de populations diasporiques :

  • 15 « A collection of people who share a common national, civic or ethnic identity and who were either (...)

[Le terme « diaspora » désigne] un groupe de personnes qui partagent une même identité nationale, civique ou ethnique, et qui ont été contraintes de quitter leur terre d’origine ou l’ont quittée volontairement et sont devenues résidentes de leur terre d’adoption ; les descendants de ces émigrés qui s’intéressent à leur héritage culturel et qui pourraient vouloir renouer des liens avec la terre de leurs ancêtres ; des personnes mobiles, ayant un mode de vie nomade, migrant de manière temporaire et circulaire. Celles-ci mènent une existence transnationale qui les conduit à faire des allers-retours entre leur pays d’origine et leur pays d’accueil. Ce groupe inclut les expatriés travaillant pour le compte d’une société15.

  • 16 Pour une définition du terme « entrepreneur ethnique », voir Menzies, Brenner, Filion, 2003.
  • 17 Pour une définition du terme « entrepreneur transnational », voir Drori, Honig, Wright, 2009.

16Les populations diasporiques peuvent concourir au développement de leur pays d’origine de différentes façons : transferts de fonds, philanthropie, investissements, aide émanant des réseaux d’affaires et du savoir des diasporas, participation à l’élaboration de réformes, voire au développement institutionnel (Meyer, 2001 ; Davone, 2005 ; Meyer, Wattiaux, 2006 ; Kuznetsof, 2006a, 2006b ; Saxenian, 1999 ; Wickramasekara, 2009). Elles peuvent également faire la promotion de leur pays d’origine afin d’inciter des entreprises étrangères à y investir (Riddle, Brinkerhoff, Nielsen, 2008 : 55). En outre, la contribution des entrepreneurs ethniques16 ou transnationaux17 et des migrants de retour peut être très appréciable en termes de création d’emploi et d’investissement (Landolt, 2001 ; Saxenian, 2002 : 183, 186 ; Menzies, Brenner, Filion, 2003 ; Bruno, 2004 : 143-5 ; Brinkerhoff, 2008 : 9 ; Drori, Honig, Wright, 2009). Les hommes d’affaires qui ont réussi à l’étranger peuvent aussi aider les entreprises nationales à croître. La diaspora a, par exemple, joué un rôle capital dans l’émergence de multinationales indiennes (Ramamurti, 2004 : 280-1). Les entreprises indiennes de haute technologie, notamment celles spécialisées dans la technologie logicielle, ont non seulement bénéficié du soutien financier de la diaspora mais également de son expérience et de ses conseils. Elle a également contribué à faciliter leur accès à des marchés plus développés. Enfin, les magnats des affaires peuvent servir de modèles de réussite, avoir une influence bénéfique sur leur culture d’origine et aider à faire évoluer les mentalités (Kilduff, Corley, 2009 : 21).

17Cependant, les configurations diasporiques sont variées et force est de constater que les diasporas n’évoluent pas de manière identique. Ainsi toutes n’auront-elles pas le même désir ni la même capacité de participer au développement de leur pays d’origine. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte comme, par exemple, les circonstances qui poussent les personnes à migrer et l’ampleur du phénomène migratoire. De même, l’attitude du pays d’accueil ainsi que les conditions sociales, politiques, économiques, culturelles et environnementales auxquelles les migrants seront confrontés auront une influence décisive à la fois sur la façon dont une diaspora s’intégrera (Ancien, Boyle, Kitchen, 2009b : 2) et sur son degré de cohésion. Enfin, de l’image que les diasporas ont de leur pays d’origine dépendra leur volonté d’œuvrer à son développement.

  • 18 Le Central Statistics Office ne publie pas le détail des pays inclus dans le « reste du monde » (Ce (...)

18La diaspora irlandaise offre indéniablement un potentiel de développement transnational pour les entreprises irlandaises. En premier lieu, une étude récente montre que le sentiment identitaire irlandais, ou d’allégeance à l’Irlande, est fort parmi les membres de la diaspora (Ancien, Boyle, Kitchin, 2009a : 24-5). Qui plus est, elle est massivement présente et maintenant bien intégrée aux États-Unis, au Canada et en Australie. Aux États-Unis, notamment, il existe une masse critique d’élites diasporiques. En 1999, 25 % des grosses multinationales américaines étaient dirigées par des Irlando-Américains (Irish Council for Science, 1999 : 21). Une étude menée au Royaume-Uni en 2009 révèle également que plus de 43 000 expatriés irlandais siégeaient dans les conseils d’administration d’entreprises britanniques (Brennan, 2009). L’émigration a diminué de moitié durant les années d’expansion économique mais le profil socioéconomique des Irlandais qui ont quitté l’Irlande depuis les années 1980 a changé. Cette vague de migrants comprend une proportion importante de personnes très qualifiées appartenant à la catégorie des cadres d’entreprise et des professions libérales (Walter, 2002 : 16). Par ailleurs, il est intéressant de constater que la majorité de ceux qui ont migré depuis la décennie 1990 n’a pas choisi les États-Unis ou le Royaume-Uni pour destination mais l’Europe continentale et « le reste du monde »18. La répartition géographique de la diaspora irlandaise est donc désormais plus étendue qu’auparavant. Outre les élites irlando-américaines du monde des affaires, il existe, de par le monde, un vivier de professionnels hautement qualifiés dont certains sont membres de réseaux diasporiques scientifiques, techniques et professionnels. La majorité de ces réseaux de la diaspora du savoir se sont formés de façon spontanée entre 1998 et 2008 (O’Neill, 2009 : 6).

19Au vu de ce qui vient d’être dit, la participation des élites de la diaspora irlandaise, animée a priori d’un sentiment identitaire fort, peut se révéler très constructive. Il y a donc matière à faire appel à ce réservoir de compétences. Elles peuvent faire bénéficier les petites entreprises irlandaises désireuses de s’internationaliser de leurs contacts, de leur expérience des marchés internationaux et faire fonction de mentors (Aikins, Sands, White, 2009 : 42-3). Elles pourraient également contribuer à promouvoir une attitude plus positive vis-à-vis de la croissance entrepreneuriale et, éventuellement, investir dans de petites entreprises irlandaises prometteuses. Il faut cependant que ces dernières puissent être mises en contact avec les acteurs clés de la diaspora. L’État, comme nous allons le voir, joue un rôle d’entraînement en la matière.

IV. Impliquer la diaspora dans le développement économique : le rôle facilitateur de l’État

  • 19 Entretien avec Martina Donohoe, directrice de la division CleanTech, Enterprise Ireland, Dublin, 4 (...)

20Enterprise Ireland exploite les compétences de la diaspora depuis plusieurs années en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni. Elle a créé un certain nombre de groupes, composés de membres éminents de la diaspora, spécialisés notamment dans les secteurs des services financiers et des sciences du vivant, qui sont chargés de conseiller les PME irlandaises bénéficiant des services de l’agence. Elle a également mis sur pied un programme international de mentorat. Son rôle consiste à mettre en relation les entreprises irlandaises qui projettent d’exporter avec un mentor idoine. Ceci a d’ailleurs amené certains de ces conseillers à devenir membres du conseil d’administration de petites sociétés irlandaises. Selon Enterprise Ireland, la contribution de la diaspora a été particulièrement appréciable en matière d’informations sur les marchés et d’introductions auprès de contacts clés19.

  • 20 Ibid.

21Enterprise Ireland aide également une soixantaine de réseaux diasporiques du savoir dans le monde entier en leur apportant une aide financière ou en leur prodiguant des conseils. Loin de se montrer dirigiste, l’agence a adopté une attitude flexible à l’égard de ces réseaux et préfère jouer le rôle de facilitateur20.

22Néanmoins, de récentes études montrent que le potentiel économique de la diaspora irlandaise est loin d’être exploité de manière optimum. Elles soulignent la nécessité de la mise en œuvre d’une stratégie globale visant à tirer parti de cette ressource inestimable (Boyle, Kitchin, 2008 : 5 ; Ancien, Boyle, Kitchin, 2009a : 18-19).

  • 21 Chine, Indonésie, Corée du Sud, Malaisie, Philippines, Singapour.
  • 22 Émirats arabes unis, Arabie Saoudite.

23En 2007, Dermot Ahern, alors ministre des Affaires étrangères, appelait de ses vœux un débat national sur l’attitude de l’Irlande à l’égard de sa diaspora (Ahern, 2007). La crise actuelle a indubitablement précipité la décision de resserrer les liens avec celleci et de faire appel à son aide (Department of Foreign Affairs, 2009 : 48-9). En septembre 2009, le gouvernement irlandais a organisé le Global Irish Economic Forum dans le but de consulter et d’impliquer la diaspora dans la relance de l’économie irlandaise. Cent douze membres de l’élite de la diaspora irlandaise, venus du monde entier, ont participé à cet événement annoncé à grand renfort de publicité. Les Irlando-Américains étaient présents en nombre. Qui plus est, certaines personnalités résidant en Asie21 et au Moyen-Orient22 ont également fait le déplacement pour l’occasion. L’aide de ces dernières pourrait être d’un grand secours pour les petites entreprises désireuses d’exporter vers les pays émergents.

24Les points à l’ordre du jour du Forum étaient très nombreux et de multiples recommandations ont été formulées. La question de la croissance des petites entreprises irlandaises figurait parmi les sujets de réflexion soumis aux participants. Ceux-ci ont reconnu que leur expérience des affaires pourrait être mise à profit et ont proposé de créer un système de mentorat à l’échelle mondiale (Global Irish Economic Forum, 2009 : 8-11).

  • 23 Entretien avec Caitr’ona Ingoldsby et Richard Scannell, Global Irish Network Secretariat, Departmen (...)

25Ils se sont aussi montrés disposés à mettre de petites entreprises, triées sur le volet, en relation avec des clients stratégiques (Global Irish Economic Forum, 2009 : 8), ceci au sein d’un réseau d’affaires mondial, idée initialement proposée par Micháel Martin, ministre des Affaires étrangères. Ce réseau, le Global Irish Network, a été officiellement inauguré en février 2010. En avril de cette même année, trois cents membres des élites diasporiques, résidant dans trente-sept pays différents, en étaient devenues membres23. Au sein du ministère des Affaires étrangères, une équipe fait le lien entre les membres du Réseau, les ambassades et consulats irlandais et le comité interministériel chargé du suivi des recommandations émises lors du Forum. Le Réseau a pour vocation de pérenniser l’élan suscité par le Forum, de permettre à ses membres de rester en contact entre eux et avec les autorités irlandaises.

Conclusion

26Comme nous l’avons vu, les autorités irlandaises doivent impérativement s’efforcer de faciliter le développement d’entreprises irlandaises à fort potentiel afin de créer les conditions favorables à une croissance endogène durable. La diaspora irlandaise a indiscutablement la capacité d’aider les entreprises irlandaises à croître en leur faisant partager le fruit de leur expérience des affaires et leurs réseaux de contacts dans le monde entier. Toutes les entreprises irlandaises ne pourront bénéficier de cette aide, mais si un nombre suffisamment important d’entre elles parvient à croître et à s’internationaliser, elles pourront, à leur tour, servir de modèles et, à long terme, être facteur de croissance. Toutefois, le rôle de l’État ne doit pas s’arrêter à la simple création de liens entre entrepreneurs et acteurs clés de la diaspora. En effet, si les participants au Global Irish Economic Forum (2009 : 8) ont clairement affiché leur volonté d’aider l’Irlande, ils ont aussi insisté sur le fait que l’impact de leur action serait limité à moins que les autorités irlandaises ne fassent tout pour encourager l’émergence d’une masse critique de start-ups susceptibles de croître. Ainsi ont-ils préconisé que le budget alloué à Enterprise Ireland soit revu à la hausse et la stratégie de l’agence repensée. Plutôt que de concentrer ses efforts sur un nombre très restreint de secteurs comme les technologies de l’information et de la communication ou l’industrie pharmaceutique, l’approche d’Enterprise Ireland devrait, selon eux, être plus flexible. En d’autres termes, elle devrait apporter son soutien aux entreprises ayant un fort potentiel de réussite même si elles n’appartiennent pas aux secteurs les plus prisés par l’agence (technologies de l’information et de la communication ainsi que les sciences du vivant). Les membres du Réseaux se sont d’ailleurs proposés pour aider celle-ci à sélectionner les projets les plus prometteurs (Global Irish Economic Forum, 2009 : 8). Enfin, selon eux, il incombe aux autorités d’encourager les entrepreneurs irlandais à avoir recours à l’expérience de la diaspora et, par exemple, à convier ses élites à siéger dans leurs conseils d’administration en tant qu’administrateurs non exécutifs. Le 2 février 1995, Mary Robinson, alors présidente de la république d’Irlande, fit un discours remarqué devant les parlementaires de son pays, dans lequel elle exprimait son désir de voir les liens se resserrer entre l’Irlande et sa diaspora (Robinson, 1995). Ce vœu fut de nouveau formulé en 2007, par Dermot Ahern, ministre des Affaires étrangères de l’époque (Ahern, 2007). De fait, au-delà de leur importance en termes économiques, ces contacts entre élites diasporiques et entrepreneurs irlandais participent également à la création d’un type de lien social nouveau et au rapprochement, tant souhaité par Mary Robinson, entre l’Irlande et sa diaspora.

  • 24 Entretien avec Caitr’ona Ingoldsby et Richard Scannell, Global Irish Network Secretariat, Departmen (...)

27La stratégie du gouvernement irlandais visant à impliquer la diaspora dans le développement économique du pays est en devenir. Le Global Irish Economic Forum a suscité beaucoup de ferveur parmi les participants mais encore faut-il que les autorités irlandaises veillent à perpétuer cet enthousiasme. En effet, des initiatives visant à impliquer les diasporas se sont parfois révélées éphémères (Ionescu, 2006 ; Aikins, Sands, White, 2009). Des rencontres du Global Irish Network sont maintenant organisées dans différentes régions du monde et le gouvernement irlandais espère qu’une dynamique à long terme a été enclenchée24.

28Il est cependant vraisemblable que l’État, pour les années à venir, s’implique plus encore afin de continuer à bénéficier du soutien de la diaspora irlandaise. En effet, la crise pousse, de nouveau, les Irlandais à s’expatrier. Beaucoup éprouvent de la colère à l’égard des autorités irlandaises, tenues pour responsables de la récession actuelle (Bradfield, 2010 ; Healy, 2010 ; Moore, 2010). Et de se demander si ces nouveaux migrants éprouveront un jour le désir de contribuer au développement économique de leur pays d’origine. Il incombera donc aux autorités irlandaises de récréer un lien de confiance avec ces nouveaux migrants pour faire en sorte que le potentiel économique de la diaspora ne s’étiole pas au fil du temps.

Bibliographie

Bibliographie

Ahern, Dermot, 2007, « Ireland’s Attitude to its Diaspora », discours présenté à la conférence intitulée : « Ireland’s attitude to the Diaspora », Dublin Castle, Irlande, 4 avril.

Aikins, Kingsley, Sands, Anita, White Nicola, 2009, A Comparative Review of International Diaspora Strategies, The Global Irish Making a Difference Together, Dublin, The Ireland Funds.

Akenson, Donald, 1993, The Irish Diaspora : A Primer, Belfast, The Institute of Irish Studies.

Ancien, Delphine, Boyle, Mark, Kitchin, Rob, 2009a, consulté le 10 mars 2010, The Scottish Diaspora and Diaspora Strategy, Insights and Lessons from Ireland, Scottish Government Social Research, http://www.nuim.ie/nirsa/diaspora/PDFs/Scottish%20Diaspora%20Strategy%20Lessons%20from%20Ireland.pdf.

Ancien, Delphine, Boyle, Mark, Kitchin, Rob, 2009b, Exploring Diaspora Strategies : an International Comparison, Workshop Report, Maynooth, National University of Ireland.

Audretsch, David B., 2004, « Sustaining Innovation and Growth: Public Policy Support for Entrepreneurship», Industry & Innovation, 11 (3): 167-191.

Bank of Ireland, 2010, « Latest Bank of Ireland Barometer shows 13,327 new business start-ups in 2009 – a 9 % decrease from 2008 », consulté le 2 janvier 2010, http://www.bankofireland.com/about-bank-of-ireland/press-room/press-releases/item/13/latest-bank-of-ireland-barometer-shows-13-327-new-business-start-ups-in-2009-a-9-decrease-from-2008/.

Barringer, Bruce R., Jones, Foard F., 2004, «Achieving Rapid Growth: Revisiting the Managerial Capacity Problem», Journal of Developmental Entrepreneurship, 9 (1): 73-86.

Bielenberg, Andy (ed.), 2000, The Irish Diaspora, Harlow, Pearson Education Ltd.

Boyle, Mark, Kitchin, Rob, 2008, « Towards an Irish Diaspora Strategy : a Position Paper », NIRSA working paper series, no 37, Maynooth, National University of Ireland, http://www.nuim.ie/nirsa/research/documents/WP37_BoyleandKitchin.pdf.

Bradfield, Paul, 2010, « Turn Offthe Lights, Brian, the People are Leaving », The Irish Times, consulté le 25 juillet 2011, www.irishtimes.com.

Brennan, Joe, 2009, « Irish Directors Spread their Wings and Take Over the British Boardrooms », The Irish Independent, consulté le 25 juillet 2011, www.independent.ie.

Breznitz, Dan, 2007, Innovation and the State : Political Choice and Strategies for Growth in Israel, Taiwan and Ireland, Yale, Yale University Press.

Breznitz, Dan, 2009, « Leading the Way to Success », Business & Finance.

Brinkerhoff, Jennifer M. (éd.), 2008, Diasporas and Development, Exploring the Potential, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

Bruneau, Michel, 2004, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Economica.

Business and Leadership, 2010, « The FDI era is over, says Craig Barrett », consulté le 20 février 2010, http://www.businessandleadership.com/technology/news/article/19833/technology/the-fdi-era-is-over-says-craig-barrett.

Chaston, Ian, Mangles, Terry, 1997, « Core Capabilities as Predictors of Growth Potential in Small Manufacturing Firms », Journal of Small Business Management, 35 (1) : 47-57.

Central Statistics Office (Dublin), 2008, « Small Business in Ireland », consulté le 25 juin 2010, http://www.cso.ie/releasespublications/documents/other_releases/smallbusiness08ed.pdf.

Central Statistics Office (Dublin), 2009, « Population and Migration Estimates, 1987-2009 », consulté le 15 juin 2010, http://www.cso.ie/en/media/csoie/releasespublications/documents/population/2009/popmig_2009.pdf.

Collins, John, 2010, « IDA’s Plan to Create 105,000 Jobs Could Be a Hard Sell », The Irish Times, consulté le 25 juillet 2011, www.irishtimes.com.

Commission européenne, 2004, Action Plan – the European Agenda for Entrepreneurship, COM (2004) 70 final.

Commission européenne, 2009, « Entrepreneurship in the EU and Beyond : A Survey in the EU, EFTA countries, Croatia, Turkey, the US, Japan, South Korea and China », Flash Eurobarometer 283, Analytical Report, décembre, consulté le 3 mars 2010, http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/facts-figures-analysis/eurobarometer/fl283_en.pdf.

Corley, Kevin G., Kilduff, Martin, 1999, « The Diaspora Effect, The Influence of Exiles on their Cultures of Origin », Management, 2 (1) : 1-12.

Curran, Richard, 2010, « Multinational Employment Figures Back to 1998 levels », The Post, consulté le 25 juillet 2011, www.irishpost.ie.

Daskalopoulou, Irene, Petrou, Anastasia, page consultée le 15 juin 2010, Entrepreneurial Growth Expectations and Information Flows in Networks, paper no 22663, Munich, Munich Personal RePEc Archive, http://mpra.ub.uni-muenchen.de/22663/1/MPRA_paper_22663.pdf.

Davidsson, Per, Delmar, Frédéric et Wiklund, Johan, 2003, «What Do they Think and Feel about Growth? An Expectancy-Value Approach to Small Business Managers’ Attitudes Toward Growth», Entrepreneurship : Theory and Practice, 27 (3) : 247-269.

Davidsson, Per, Delmar, Frédéric et Wiklund, Johan, 2006, Entrepreneurship and the Growth of Firms, Cheltenham, Edward Elgar Publishing Ltd.

Davone, Richard, « Diasporas and Development, Global Workshop on Migration of Talent and Diasporas of the Highly Skilled, Buenos Aires, Argentine, 26-27 avril 2005 », consulté le 20 juin 2010, http://info.worldbank.org/etools/docs/library/152385/richarddavone.pdf.

Delmar, Frédéric, 2000, « The Psychology of the Entrepreneur », in Carter, Sara, Jones-Evans, Dylan (eds.), Enterprise and Small Business, Principles, Practice and Policy, Harlow, Pearson Education Limited, 132-154.

Delmar, Frédéric, 2006, « Measuring Growth : Methodological Considerations and Empirical Results », in Davidsson, Per, Delmar, Frédéric, Wiklund, Johan, Entrepreneurship and the Growth of Firms, Cheltenham, Edward Elgar, 39-61.

De Haas, Hein, 2006, Engaging Diasporas, How Governments and Development Agencies Can Support Diaspora Involvement in the Development of Origin Countries, Oxford, International Migration Institute, Oxford University.

Department of Foreign Affairs (Irlande), 2009, Global Irish Economic Forum, Report, 18-20 septembre 2009, consulté le 10 février 2010, http://www.globalirishforum.ie/Documents/141114_Global_Irish_Economic_Forum_Report.pdf.

Department of the Taoiseach, 2010, Innovation Ireland, Report of the Innovation Taskforce, Dublin, Stationery Office, mars.

Doyle Dara, 2007, « Ireland Losing Favour with US Firms », The Irish Independent, consulté le 25 juillet 2011, www.independent.ie.

Drori, Israel, Honig, Benson, Wright, Mike, 2009, «Transnational Entrepreneurship: An Emergent Field of Study», Entrepreneurship: Theory and Practice, 33 (5): 1001-1022.

Economist (The), 2009, « The Party is definitely over », consulté le 25 juillet 2011, http://www.economist.com/node/13331143.

Economist (The), 2010, « A Contagious Irish Disease ? », consulté le 25 juillet 2011, http://www.economist.com/node/17577107.

Enterprise Strategy Group, 2004, Ahead of the Curve: Ireland’s Place in the Global Economy, Dublin, Forfás.

Ernst & Young, 2010, « Ireland retains position as world’s third most globalised nation », consulté le 18 mai 2010, http://www.ey.com/IE/en/Newsroom/News-releases/Press-release-2010-Ireland-retains-position-as-worlds-third-most-globalised-nation.

Eurostat, 2011, « Communiqué de presse euroindicateurs », consulté le 25 juin 2011, http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-01022011-AP/FR/3-01022011-AP-FR.PDF.

Expert Group on Future Skills Needs, 2006, « SME Management in Ireland », consulté le 5 avril 2010, http://www.forfas.ie/media/egfsn060512_sme_development.pdf.

Finfacts, 2008, « Obama advisor says ‘Ireland must wean itself from dependence on FDI’ », consulté le 30 décembre 2008, http://www.finfacts.ie/irishfinancenews/article_1015171.shtml.

Fitzsimmons, Paula, O’Gorman, Colm, Roche, Frank, 2001, How Entrepreneurial is Ireland ? GEM Report 2001, Dublin, Department of Business Administration, University College Dublin.

Fitzsimmons, Paula, O’Gorman, Colm, 2008, Entrepreneurship in Ireland, Global Entrepreneurship Monitor (GEM Report), Dublin, Business School, Dublin City University.

Forfás, septembre 2007, Towards Developing an Entrepreneurship Policy for Ireland, Dublin.

Forfás, 2008, Annual Business Survey of Economic Impact, Dublin.

Fogarty, Michael Patrick, 1973, Irish Entrepreneurs Speak for Themselves, Broadsheet no 8, Dublin, Economic and Social Research Institute.

Foidart, Marc, Surlemont, Bernard, 2009, « Il faut le vouloir pour le croître », L’Expansion Entrepreneuriat, 3 septembre, 38-47.

Goodbody Economic Consultants, 2002, Entrepreneurship in Ireland, Dublin.

Hayton, James, George, Gerard, Zahra, Shaker, 2002, « National Culture and Entrepreneurship : A Review of Behavioral Research », Entrepreneurship : Theory and Practice, 26 (4) : 33-52.

Healy, Tom, 2010, « No Choice but to Emigrate », The Irish Times, consulté le 25 juillet 2011, www.irishtimes.com.

Hirschman, Albert, 1958, The Strategy of Economic Development, New York, Norton.

Holt, Robin, Macpherson, Allan, 2007, «Knowledge, Learning and Small Firm Growth: A Systematic Review of Evidence», Research Policy, 36 (2): 172-192.

Ibeh, Kevin, 2000, « Internationalisation and the Small Firm », in Carter, Sara, Jones-Evans, Dylan (eds.), Enterprise and Small Business, Principles, Practice and Policy, Harlow, Pearson Education Ltd., 434-452.

Ionescu, Dina, 2006, Engaging Diasporas as Development Partners for Home and Destination Countries : Challenges for Policymakers, Migration Research Series, Genève, International Organisation for Migration, consulté le 8 mai 2010, www.iom.int/jahia/webdav/site/…/mrs26%20interior.pdf.

Irish Council for Science, 1999, Technology and Innovation, Technology Forsight Ireland, Report of the Information and Communications Technologies Panel, Dublin, Forfás.

Irish Times, 2010, « Irish Firms Must Be More Ambitious », consulté le 25 juillet 2011, http://www.irishtimes.com/news/irish-firms-must-be-more-ambitious-1.852783.

Jacquemin, Amélie, Janssen, Franck, 2009, « Small business et job machine », L’Expansion Entrepreneuriat, 3 septembre, 18-22.

Joint Committee on Foreign Affairs, 2010, Ireland’s Foreign Trade Promotion Policy : Developing International Markets for Irish Exports, fourth report, Dublin, Houses of Oireachtas.

Kirby, Paedar, 2002, The Celtic Tiger in Distress, Basingstoke, Palgrave.

Kuznetsov, Yevgeny (ed.), 2006, Diaspora Networks and the International Migration of Skills, How Countries Can Draw on Their Talent Abroad, Washington, The International Bank for Reconstruction/The World Bank.

Kuznetsov, Yevgeny (ed.), 2009, «Why is Diaspora Potential so Elusive? Towards a New Generation of Initiatives to Leverage Countries’Talent Abroad », World Bank Institute, consulté le 2 mai 2010, http://www.migration4development.org/docs/kuznetsov_diasporas.doc.

Landolt, Patricia, 2001, «Salvadorian Economic Transnationalism: Embedded Strategies for Household Maintainance, Immigrant Incorporation, and Entrepreneurial Expansion», Global Networks, 1 (3) : 217-241.

Menzies, Teresa, Brenner, Gabrielle, Filion, Louis Jacques, 2003, «Social Capital, Networks and Ethnic Minority Entrepreneurs: Transnational Entrepreneurship and Bootstrap Capitalism», Etemad, Hamid, Wright, Richard (eds.), Globalization and Entrepreneurship : Policy and Strategy Perspectives, Northampton, Massachusetts, Edward Elgar, 125-151.

Meyer, Jean-Baptiste, 2001, « Network Approach Versus Brain Drain: Lessons from the Diaspora», International Migration, 39 (5): 91-110.

Meyer, Jean-Baptiste, Wattiaux, Jean-Paul, 2006, « Diaspora Knowledge Through Diaspora Networks : Vanishing Doubts and Increasing Evidence », International Journal on Multicultural Societies, 8 (1) : 4-24.

Moore, Sarah, 2010, « No Choice but to Emigrate », The Irish Times, consulté le 25 juillet 2011, www.irishtimes.com.

O’Connor, Joyce, Lyons, May, 1983, Enterprise – The Irish Approach, publication series, paper no 7, Dublin, Industrial Development Authority.

O’Farrell, Patrick, 1986, Entrepreneurs and Industrial Change : the Process of Change in Irish Manufacturing, Dublin, The Irish Institute of Management.

O’Gorman, Colm, Cunningham, James, 2007, Enterprise in Action, an Introduction to Entrepreneurship in an Irish Context, Cork, Oak Tree Press.

O’Hearn, Denis, 2001, The Atlantic Economy, Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press.

O’Neill, Aine, 2009, « Diaspora Knowledge Networks », presentation at Exploring Diaspora Strategy workshop, consulté le 30 mai 2010, http://www.nuim.ie/nirsa/diaspora/PDFs/aineoneill.pdf.

Ramamurti, Ravi, 2004, « Developing Countries and MNCs : Extending and Enriching the Research Agenda », Journal of International Business Studies, 35 (4) : 277-83.

Reich, Robert, 1992, «The Coming Irrelevance of Corporate Nationality», The Work of Nations, New York, Vintage Books, 136-153.

Riddle, Liesl, Brinkerhoff, Jennifer M., Nielsen, Tjai M., 2008, « Partnering to Beckon them Home : Public-Sector Innovation for Diaspora Foreign Investment Promotion », Public Administration and Development, 28 (1) : 54-66.

Robinson, Mary, 1995, « Cherishing the Irish Diaspora ; On a Matter of Public Importance, An Address to the Houses of the Oireachtas », consulté le 27 août 2011, http://www.oireachtas.ie

Saxenian, AnnaLee, 1999, Silicon Valley’s New Immigrant Entrepreneurs, San Francisco, Public Policy Institute of California.

Saxenian, AnnaLee, 2002, «Transnational Communities and the Evolution of Global Production Networks: The Cases of Taiwan, China and India», Industry & Innovation, 9 (3): 183-202.

Simard, Pierre, Fortin, Julie, 2008, « Mentorat des entrepreneurs », Gestion, 33 (1) : 10-17.

Small Business Forum, 2006, Small Business is Big Business, Dublin, Forfás.

Smallbone, David, Wyer, Peter, 2000, « Growth and Development in the Small Firm », in Carter, Sara, Jones-Evans, Dylan (eds.), Enterprise and Small Business, Principles, Practice and Policy, Harlow, Pearson Education Ltd., 409-433.

Southern, Alan, 2000, « The Social and Cultural World of Enterprise », in Carter, Sara, Jones-Evans, Dylan (eds.), Enterprise and Small Business, Principles, Practice and Policy, Harlow, Pearson Education Ltd., 78-94.

Sweeney, Paul, 1999, The Celtic Tiger, Ireland’s Continuing Economic Miracle, Dublin, Oak Tree Press.

Tilley, Fiona, Tonge, Jane, 2003, « An Introduction to SME Policy and Research », in Jones, Oswald, Tilley, Fiona (eds.) Competitive Advantage in SMEs : Organising for Innovation and Change, Chichester, Wiley and Sons, 1-12.

Walter, Bronwen, 2002, A Study of the Existing Sources of Information and Analysis about Irish Emigrants and Irish Communities Abroad : a Research Study Undertaken for the Task Force on Policy regarding Emigrants, consulté le 30 juin 2010, http://www.dfa.ie/uploads/documents/taskforcestudy.pdf.

Wickramasekara, Piyasiri, 2009, « Diasporas and Development : Perspectives on Definitions and Contributions », Genève, International Labour Office.

Notes

1 Comme le remarquait déjà Robert Reich (1992), il est difficile, en raison de la mondialisation des activités économiques, de déterminer la nationalité d’une entreprise uniquement par son implantation productive ou son siège social. Dans le présent chapitre, nous désignerons par les termes « entreprises irlandaises » ou « entreprises nationales », les sociétés dont les propriétaires et les actionnaires sont, majoritairement, de nationalité irlandaise ou qui résident en Irlande.

2 L’assembleur américain Dell a fermé son usine de Limerick en 2009 et délocalisé une partie de sa production irlandaise vers la Pologne.

3 Le budget 2013 du ministère de l’Économie et des Finances irlandais a maintenu, à cet effet, le taux d’imposition sur les sociétés à 12,9 % et un régime de crédit d’impôt très favorable.

4 « Le mentorat est une relation interpersonnelle de soutien et d’échange dans laquelle une personne d’expérience (le mentor) déploie sa sagesse et son expertise afin de favoriser le développement d’une autre personne (le mentoré) qui a des compétences à acquérir et des objectifs à atteindre » (Simard, Fortin, 2008 : 10).

5 L’Irlande est extrêmement dépendante des exportations des multinationales qui représentent 90 % des exportations du pays (Joint Committee on Foreign Affairs, 2010). Notons que les exportations représentent 80 % du produit intérieur brut de l’Irlande. Celle-ci est le troisième pays le plus mondialisé au monde, (Ernst & Young, 2010).

6 «Ireland had a ‘blueprint for success’ that led to an influx of FDI. But that blueprint is no longer relevant and a new one needs to be drawn up […] The FDI era is over. Real economic investment will be indigenous and growth will come from investment in new ideas» (Business and Leadership, 2010).

7 Dans la mesure où les autorités irlandaises offraient des avantages fiscaux conséquents aux investisseurs étrangers, elles auraient pu exiger, dès la fin des années 1950, qu’en retour ceux-ci procèdent à des transferts de technologie ou créent des liens commerciaux avec des entreprises irlandaises. Force est de constater que les autorités irlandaises ne prirent aucune mesure allant dans ce sens (Breznitz, 2007 : 149). Dans son ouvrage The Strategy of Economic Development, publié en 1958, Albert Hirschman préconisait d’encourager ce type de liaison entre différents secteurs complémentaires de l’économie (Hirshman, 1958).

8 « Small firms do not operate in a closed world […] they are affected by economic, political, social and cultural trends » (Southern, 2000 : 79). Comme le remarquent Hayton, George, Zahra (2008 : 33-52) la culture nationale exerce une forte influence sur les entrepreneurs et leurs projets.

9 Ce terme désigne les entrepreneurs étant toujours dans la période de démarrage fixée, dans le cas présent, à trois ans.

10 Le taux d’activité entrepreneuriale inclut les entreprises naissantes (en phase de prédémarrage), les entreprises nouvelles (en période de démarrage, c’est-à-dire en activité depuis moins de trois ans) et les entreprises en activité depuis plus de trois ans.

11 L’intensité des exportations correspond au pourcentage du chiffre d’affaires attribuable aux exportations.

12 La plupart grandes entreprises irlandaises, touchées de plein fouet par la crise des années 1970 et par la concurrence engendrée par l’entrée de l’Irlande dans le Marché commun en 1973, firent faillite. Ce fut à cette époque que le paysage industriel irlandais se transforma. Il fut désormais composé de grandes unités de production de groupes industriels étrangers exportateurs qui n’entretenaient que très peu de liens commerciaux avec les petites entreprises irlandaises peu innovantes, spécialisées dans des secteurs traditionnels de l’industrie et tournées principalement vers le marché intérieur (O’Hearn, 2001 : 147, 161-2, 164).

13 La croissance entrepreneuriale est généralement, mais pas exclusivement, mesurée en termes de ventes et de créations d’emplois (Delmar, 2006 : 39-61).

14 Sur le rôle que peuvent jouer les réseaux d’affaires, voir Daskapolou et Petrou, 2010 : 7-8.

15 « A collection of people who share a common national, civic or ethnic identity and who were either forced to leave or voluntarily left their settled territory and became residents in a new territory ; descendants of these emigrants who remain interested in their heritage and who might be prepared to reengage with their ancestral home ; migrants who move in a transient, circular and more nomadic way, leading a transnational existence which entails moving into and out of the homeland for short periods, including business travelers » (Ancien, Boyle, Kitchin, 2009a : 14).

16 Pour une définition du terme « entrepreneur ethnique », voir Menzies, Brenner, Filion, 2003.

17 Pour une définition du terme « entrepreneur transnational », voir Drori, Honig, Wright, 2009.

18 Le Central Statistics Office ne publie pas le détail des pays inclus dans le « reste du monde » (Central Statistics Office, 2009).

19 Entretien avec Martina Donohoe, directrice de la division CleanTech, Enterprise Ireland, Dublin, 4 mai 2010.

20 Ibid.

21 Chine, Indonésie, Corée du Sud, Malaisie, Philippines, Singapour.

22 Émirats arabes unis, Arabie Saoudite.

23 Entretien avec Caitr’ona Ingoldsby et Richard Scannell, Global Irish Network Secretariat, Department of Foreign Affairs, Dublin, 28 avril 2010.

24 Entretien avec Caitr’ona Ingoldsby et Richard Scannell, Global Irish Network Secretariat, Department of Foreign Affairs, Dublin, 28 avril 2010.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a publié un livre sur la coopération économique entre les deux Irlandes et plusieurs articles sur l’économie irlandaise. Ses recherches actuelles portent sur la contribution de la diaspora irlandaise à la relance de l’économie irlandaise.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540