Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones

 | 
Jacques-Henri Coste

Première partie. L'entrepreneuriat, émanation du capitalisme anglo-saxon et projet d'économie politique

Entrepreneuriat financier et « agir » socio-politique aux États-Unis : le cas George Soros

Jacques-Henri Coste

Zusammenfassung

Entrepreneurship is not only influenced by institutions and contexts but also shapes institutions. It may steer the socio-economic orientation of post-modern entrepreneurial societies. Entrepreneurs are innovative actors that produce economic outcomes but also have become institutional agents that enunciate standards and enact desirable societal models through the shared vindication and implementation of their projects. Financial entrepreneurship in the USA– the creation and exploitation of innovative and sophisticated instruments and organizations for leveraging credit, securitization, and managing risk– rests on such a political economy paradigm: a reflexive but controlled interaction between aggregated individual agencies and institutional structures both characteristic of an “open society” and an “achieving society”. Financial entrepreneurs have assumed a greater social and governance role in the US civil society but also in the world of politics and policy making. The case of George Soros who turned successively philanthropist, social, political, and even intellectual entrepreneur provides the ideal-type of an economic and political hedge fund entrepreneur that encapsulates the disruptive agency and the polymorphous governance function of new financial elites. A complex interaction and transaction between agencies and institutions is made visible with the economic, philanthropic and social initiatives he has undertaken to sculpt a more positive public image and achieve political influence.

Volltext

Introduction

1La montée en puissance et en influence aux États-Unis, depuis le début des années 1980, d’une nouvelle élite d’entrepreneurs financiers et d’acteurs institutionnels de la finance est inextricablement liée à l’ouverture et à la financiarisation rapide de l’économie mondiale, à la démocratisation des marchés mais aussi au retrait de l’État d’un certain nombre de processus de régulation et d’intermédiation économiques (Shiller, 2003 ; Zumello, 2011). Ces évolutions rapides caractéristiques d’une société américaine en devenir et qui se veut entrepreneuriale ont été rendues possibles par une politique de déréglementation volontariste et la multiplication des innovations financières dans les années 1990 (Gowland, 1991 ; Engelen et alii, 2010). Les établissements financiers ont pu ainsi mettre en œuvre de nouvelles pratiques de désintermédiation et généraliser des modes de gestion plus accommodants et plus opaques. Ces changements ont été légitimés par les théories de l’efficience des marchés (Fama, 1970) et une vision ultralibérale du rôle coordonnateur et démultiplicateur qu’assument de nouvelles institutions en charge de capter et de gérer la microéconomie des intérêts privés. Pour accélérer la croissance de l’économie mondiale, il fallait drainer des liquidités permettant de réaliser des dépenses d’investissement et ouvrir de nouveaux canaux par lesquels l’épargne pourrait financer les dettes souscrites qui abondent les investissements futurs. La titrisation d’actifs a ainsi permis d’accroître considérablement la taille des marchés et de les ouvrir à une multitude d’intervenants, tout en transférant et en disséminant les risques. De nouveaux acteurs institutionnels, les hedge funds (dénommés tantôt « fonds spéculatifs », « fonds alternatifs », « fonds de couverture ») ont prospéré sur des marchés de capitaux élargis où s’ajustent l’offre et la demande et où les entreprises et les États se financent (Teïletche, 2009), au point d’en oublier toute discipline de marché et leur lien avec la société civile.

2Des entrepreneurs schumpétériens comme George Soros, John Paulson (Zuckerman, 2010), Jim Simons de Renaissance Technology ou le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine en 2012, Mitt Romney, fondateur de Bain Capital, ont alors investi les marchés financiers pour profiter des exemptions de contrôle et des facilités de gestion procurées par de nouveaux dispositifs. Faisant fides règles prudentielles imposées à d’autres acteurs, ils ont géré les immenses fortunes de leurs riches clients, n’hésitant pas à parier sur une faillite éventuelle du système ou à spéculer à la baisse (short selling) afin de s’approprier un maximum de valeur économique dans un minimum de temps. Peu réglementés, souvent implantés dans des paradis fiscaux offshore, ces acteurs de la finance ont pu opérer dans l’ombre (shadow banking), accroissant l’opacité et le court-termisme du marché (Lewis, 2010).

3La crise économique récente a mis en évidence la dimension prédatrice et perturbante de ces fonds spéculatifs très actifs sur le marché du crédit, ainsi que l’influence paradoxale sinon destructrice que peuvent également exercer les décisions de leurs gérants sur les monnaies et sur les sociétés entrepreneuriales dont ils sont pourtant l’émanation mais aussi un vivant exemple de réussite (Aglietta, 2010 ; Wright & Zahra, 2011 ; Lysandrou, 2011). Dans le même temps ces entrepreneurs de la finance, par leurs choix d’investissement radicaux, devenaient générateurs de risques systémiques. Ils ont participé à la propagation de la crise du crédit structuré en 2007 (Aglietta & Rigot, 2009) qui s’est transformée en crise économique mondiale. Ces fonds remettent souvent en question la croissance économique mais aussi le bien-être économique et social des sociétés dont ils sont issus. Un acteur historique de ce nouveau secteur industriel, George Soros, participe résolument, par l’intermédiaire de ses nombreuses sociétés, à cette destruction créatrice. Cela ne l’empêche pas de pourfendre dans le même temps les théories ultralibérales qui justifient un fondamentalisme de marché, à l’origine, selon lui, de la crise et de l’aveuglement de beaucoup d’économistes ou de responsables politiques. George Soros a tenu, par exemple, depuis des années, un discours politique aux forts accents néo-keynésiens, reconnaissant la nécessité de renforcer la régulation de l’économie, indissociable à ses yeux d’une restauration de la régulation politique pour défendre la démocratie et les marchés contre eux-mêmes (Soros, 1997, 2012). Ces positions insolites ne l’ont pas empêché, plus récemment, de s’efforcer d’anticiper les conséquences négatives éventuelles liées aux lois sur la régulation financière en transformant, en 2011, ses sociétés en family funds.

4Non content de mettre en œuvre des modes d’intervention philanthropiques dans le monde entier via ses nombreuses fondations, George Soros a cherché à tempérer, plus en paroles qu’en actions concrètes toutefois, les excès de cupidité et les emballements systémiques d’une économie financière emportée par les méfaits de la « destruction créatrice » financière qu’il avait pourtant contribué à lancer. Ses nombreuses interventions médiatiques et le lobbying de ses collaborateurs et de lui-même auprès du personnel politique américain et mondial interrogent.

5Quelle peut être la sincérité, la réalité mais aussi la fonction exacte de ces discours de responsabilité sociale qu’affichent les responsables de ces fonds et de tous les programmes de philanthropie ou de mécénat au sein d’une industrie qui se targue d’être la plus philanthropique de toutes ? Comment interpréter ce décalage, ce chiasme entre l’action économique rationnelle, intéressée du spéculateur, et les discours plus politiques de ce personnage médiatique qui cherche à légitimer des formes d’entrepreneuriat social et politique aux accents civiques et « socialement responsables » ? D’aucuns y liront le point de vue cynique ou schizophrénique d’un des plus grands spéculateurs américains de la finance désireux de minorer ses choix économiques les plus discutables aux yeux de ses nombreux détracteurs et de ne valoriser que son image de bienfaiteur et d’évergète progressiste (Frankel, 1999). D’autres souligneront la dépendance directe ainsi créée envers un donateur philanthrope qui se substitue à la fonction redistributive de l’État mais aussi qui monopolise souvent la parole publique.

6Il faut, sans naïveté, nuancer le propos et comprendre le lien plus structural qui unit le capitalisme entrepreneurial (Amable, 2005 ; Baumol, Litan, Schramm, 2007) et tout particulièrement l’une de ses composantes clefs, l’entrepreneuriat financier et ses oligarques, aux institutions économiques et politiques, à un État devenu plus « modeste » mais toujours en position d’adjuvant de cette industrie. Il faut encore intégrer l’enjeu de cette relation et son impact sur la société civile américaine tout entière puisque cette dernière valorise l’esprit d’entreprendre et l’idée de rendre volontairement à la société ce qui a été acquis. L’entrepreneuriat social, civique, institutionnel dont G. Soros se réclame et qu’il cherche à mettre en œuvre est un style d’intervention sociale et politique habituel outre-Atlantique, une pratique institutionnalisée et formalisée. La philanthropie moderne est néanmoins orientée vers des choix collectifs et non purement individuels ou économiques. C’est cette recherche de « valeur sociale » (Schumpeter, 1908) mais aussi de capacité à réformer, de sa propre autorité, qui anime le philanthrope moderne américain et qui s’enracine dans une double tradition culturelle et socio-politique : celle de l’« Évangile de la richesse » que l’on peut faire remonter à l’âge du Toc et aux « Barons voleurs », aux Carnegie et aux Rockefeller mais aussi à celle de l’ère progressiste des réformateurs (Nielsen, 1996 ; Zunz, 2012).

7Pourquoi un oligarque postmoderne, entrepreneur « héroïque » de la finance, qui semble avant tout préoccupé de maximiser ses utilités économiques, se pique-t-il de morale et de philosophie politique et cherche-t-il à théoriser et à légitimer ses principes d’action mais aussi à structurer une vision du bien public et de l’action politique souhaitable ?

8Pour comprendre les interactions entre l’esprit de l’entrepreneur, les institutions et la construction d’une société ouverte (Popper, 1945) qui propose des objectifs démocratiques et économiques de croissance entrepreneuriale et de mobilité sociale à tous, nous replacerons la problématique entrepreneuriale dans son contexte théorique. Nous examinerons ensuite les caractéristiques de l’entrepreneuriat financier tel qu’il a pu s’incarner dans l’univers des hedge funds et considérerons l’utilisation hégémonique d’innovations et d’instruments spécifiques. Nous nous tournerons ensuite vers le cas de George Soros, pionnier des hedge funds, figure centrale de la singularité entrepreneuriale contemporaine et incarnation de la réussite du self-made-man américain et de l’homme d’affaires transatlantique et cosmopolite. Nous repérerons ainsi les contradictions et tensions entre logiques économiques et logiques sociales que tentent de dépasser cet homo œconomicus calculateur et ce sujet libéral. Il ne se conçoit qu’inséré dans des jeux de pouvoir, en dialogue toutefois avec un cadre institutionnel américain et un contexte culturel mondial qu’il tente de structurer et de façonner selon sa propre vision du monde et son intérêt bien entendu.

I. Le cadre théorique : réflexivité et récursivité de l’agent et de la structure

9L’analyse de l’« entrepreneuriat financier » en tant qu’objet de recherche se situe à la croisée de la problématique de l’acteur (agency) et de l’institution (structure). Ce rapport d’interstructuration est toujours antagonique car il oscille entre un processus de déséquilibrage et de rééquilibrage. Agon et alea, lutte concurrentielle, risque, incertitude en sont la dynamique intrinsèque que bornent et limitent les règles et les principes plus politiques de l’ordre institutionnel. Cette dialectique est souvent problématique, rarement dépassée par l’entrepreneur individuel qui se veut un sujet souverain. Pour rendre compte de cette tension et des tentatives de conciliation entre logiques individuelles et logiques sociales que cherchent à résoudre certains entrepreneurs de la finance, l’objet de recherche sera envisagé selon une approche multidimensionnelle propre à l’économie politique et à la sociologie économique afin de lier les diverses disciplines, notamment l’économie, la sociologie, l’histoire et les sciences politiques (Casson, 2009 ; Baumol, 2007 ; Swedberg, 2000 ; Polanyi, 1946 ; Giddens, 1987).

I. 1. La fonction déséquilibrante de l’entrepreneuriat à visée économique

10Constatons la fonction déséquilibrante centrale de l’entrepreneuriat financier et le rôle majeur dévolu à des entrepreneurs souvent masqués derrière la complexité et l’abstraction des processus financiers. Nous posons que l’activité financière reste initiée et sanctionnée en dernier ressort par les décisions stratégiques de ses individus-propriétaires. Ces derniers peuvent certes disparaître derrière leurs organisations ou les processus mécanisés de gestion des données qu’ils mettent en œuvre mais ils ne renoncent jamais, in fine, à leur prérogative discrétionnaire sauf à disparaître. L’innovation financière radicale reste inscrite dans le schéma canonique proposé par Schumpeter (1934), lequel fait de l’entrepreneur individuel l’agent central du changement économique, et un activateur du cycle économique. Grâce à l’exécution de nouvelles combinaisons, le « révolutionnaire de l’économie » lance un processus de destruction créatrice qui brise les monopoles et déséquilibre les rentes et les situations acquises. Le projet entrepreneurial repose également sur la notion d’« agency » entendue comme action, qualification de l’action et agent à l’origine de l’action. « Agir », « l’agir », le « pouvoir d’agir » sont étroitement liés à la notion de sujet libre, autonome, qu’il soit rationnel ou/et en proie aux passions, aux « esprits animaux », selon l’expression de J. M. Keynes. L’action entrepreneuriale ne se définit pas par une cause originelle, mais par une visée, un projet d’action finalisée qui se démarque des pratiques routinières et managériales existantes et déséquilibre un ordre économique ou social qui se voulait stabilisé. Le paradigme de l’individualisme méthodologique est ici central pour comprendre un schème constant de la civilisation américaine qui fait de l’entrepreneur et de ses projets le moteur d’une culture de l’initiative et de l’innovation (Sobel, 1993). L’entrepreneur s’est construit aux États-Unis en opposition à la représentation européenne, organique, holiste, dépersonnalisante du social et en opposition à l’interventionnisme d’un État bureaucratique trop tutélaire. Dans l’approche de l’action entrepreneuriale, ce sont les individus, leurs actions, leurs interactions, leurs droits de propriété qui sont privilégiés en tant que réalités premières et constitutives d’une société entrepreneuriale qui se veut en constant mouvement. L’identification ou la création d’opportunités d’affaires au sein du monde de la haute finance vise avant tout à la création de valeur économique et à son appropriation. Elle repose sur des décisions et des jugements créateurs d’investissements (Kirzner, 1973) mais aussi sur une stratégie de transfert et d’appropriation de la valeur économique qui se fonde sur les droits de propriété, borne et fondement suprême de l’activité entrepreneuriale.

11Toute dynamique entrepreneuriale, comme le remarquent Baumol (1990) et Dessai & alii (2010), peut être productive, improductive, déstabilisante ou destructrice. Dans le cas de la finance entrepreneuriale, l’introduction de nouveaux outils et méthodes par des innovateurs très inventifs a certes permis d’ouvrir le marché du crédit au plus grand nombre des Américains en titrisant leurs dettes, mais au point de fragiliser le système financier tout entier et de ruiner, en bout de chaîne, plusieurs millions d’Américains qui ont vu leurs maisons saisies lors de la crise des crédits hypothécaires (sub-primes) survenue en 2007. Dans le cas des hedge funds, l’accumulation de positions à risques et la soudaine dévalorisation d’actifs ont par exemple déclenché une crise de la liquidité et fortement contracté le crédit, puis entraîné un risque systémique qui est loin d’être écarté (Aglietta & Rigot, 2009).

I. 2. Fonction ré-équilibrante de la valeur sociale et modalités de ré-encastrement sociétal de l’entrepreneuriat à visée économique

12Mais la fonction déséquilibrante propre à la destruction créatrice, prioritairement orientée vers la création de valeur économique, appelle un processus de rééquilibrage au niveau social et politique qui peut prendre une forme volontaire ou réglementaire. Le processus de ré-encastrement des logiques économiques au sein des logiques sociales permet de concilier valeur économique et valeur sociale (Granovetter, 1985, 2005). Ce processus ne va pas de soi. Il est l’objet de luttes, de compromis, d’arbitrages difficiles entre un type de « régulation autonome » commandée par l’entrepreneur et une « régulation de contrôle », plus coercitive, qui est imposée de l’extérieur par la régulation juridique ou la pression de l’opinion publique. C’est ainsi qu’un très grand nombre d’entrepreneurs de la finance ont préféré se lancer, de leur propre initiative, dans des actions philanthropiques et des programmes d’entrepreneuriat social visibles pour légitimer sur un mode public, parfois publicitaire, leurs choix stratégiques et leurs gains économiques uniquement fondés en rationalité. C’est cette régulation plus conjointe que cherche à négocier et à « acter » l’entrepreneur George Soros par des stratégies discursives, caritatives et monétaires.

13Dès lors, les actions de ces acteurs économiques privés, orientées vers la sphère publique, ont un impact politique et déclenchent, par contrecoup, des réactions institutionnelles et des changements sociétaux. En effet, les marchés financiers et leur fonctionnement, bien que très autonomes, n’existent pas totalement séparés des logiques sociopolitiques propres à la société et à ses acteurs. Ils sont en partie co-construits par les émetteurs (entreprises, banques, offrant les titres sur le marché) qui œuvrent dans une perspective de création de valeur, les institutions publiques (Securities and Exchange Commission, etc.) qui exigent transparence et responsabilité, et les entrepreneurs financiers qui sont orientés vers leurs projets et leurs gains. Porteurs d’innovations et soucieux de maintenir leurs marges, les entrepreneurs de hedge funds ont ainsi tenté et réussi à limiter les contraintes institutionnelles et les régulations juridiques qui viendraient limiter leur efficacité et leur souveraineté économiques. La loi Dodd-Frank, adoptée en juillet 2010, qui visait à plus de transparence et à protéger les citoyens américains endettés, a été en partie édulcorée sous l’effet des lobbys de la finance inquiets de la mise en place d’un contrôle trop tatillon dans l’octroi des crédits ou d’une contrainte de trop grande transparence.

14Mais les initiatives des entrepreneurs de la finance ne peuvent pas être totalement déconnectées du cadrage institutionnel existant et des pressions que peut exercer la société civile. Une forme de négociation et de transaction particulière doit avoir lieu. La réforme financière en cours offre un exemple de cette rétroaction et de la réponse institutionnelle à l’agir volontaire d’acteurs devenus souverains. Elle met en jeu un contexte sociopolitique pluraliste américain où sphère publique et intérêts privés sont rarement distincts. On se souvient aussi que les tentatives plus récentes d’abolition de la loi Gramm-Leach-Bliley (Financial Services Modernization Act) de 1999, laquelle avait abrogé une partie des dispositions du Glass-Steagall Act de 1933 pour rapprocher les banques d’investissement et les banques de détail, n’ont pu encore aboutir suite à un intense lobbying. Les autorités publiques présentes au niveau national ont, certes, pour rôle de fixer les règles du marché et leur application, mais leur pouvoir de sanction reste limité face à la tentative d’autonomisation et de dé-encastrement constante que tentent les marchés mais aussi ces entrepreneurs. Se sont ainsi développés des marchés obscurs (dark pools) où les transactions s’effectuent de gré à gré, dans une très grande opacité, ce qui permet d’échapper, le plus souvent, à la surveillance des autorités et d’individualiser la transaction. L’interdépendance entre hedge funds et systèmes bancaires s’est également fortement accrue puisque les banques d’investissement garantissent le financement des expositions que prennent les fonds lorsqu’ils jouent sur l’effet multiplicateur de l’effet de levier. Enfin, la montée d’une désintermédiation financière a été aussi favorisée par la complexité des outils, la spécialisation nécessaire à leur maniement et l’instantanéité des transactions. L’absence de transparence et d’imputabilité claire, sinon de responsabilité (accountability) ayant permis, avant la crise, de faire l’économie d’une régulation plus politique des marchés et de leurs acteurs les plus offensifs.

15Le ré-encastrement social de l’entrepreneur au sein de la société doit toujours s’opérer volontairement si cet acteur veut préserver son autonomie et sa légitimité sociale, et voir le cadre qui préside à sa liberté d’action se maintenir tel quel. L’entrepreneuriat financier reste avant tout un phénomène économique, puisqu’il s’agit de produire des « utilités » et de l’efficacité, mais sa dimension socio-politique qui le fonde en droit ne disparaît pas pour autant. Elle implique que des valeurs, un esprit, un accord, une mise en forme institutionnelle permettent la libre intervention des sujets et de leurs stratégies au sein d’un cadre plus ou moins stabilisé, même si chaque partie en présence tente d’échapper ou de modifier les règles à son avantage. L’entrepreneuriat financier qui se présente sous la forme dépersonnalisée des marchés ou comme le vecteur de forces et de flux invisibles, reste activé par des individus singuliers et des organisations peu visibles mais qui exercent une force perturbatrice, une action déséquilibrante sur les sociétés, par exemple sur les monnaies, dans le cas des fonds spéculatifs.

16Il n’est donc pas indifférent que des chevaliers de la finance comme Michael Milken, Carl Icahn, George Soros, après avoir accumulé des profits gigantesques suite à des opérations spéculatives, se présentent en entrepreneurs civiques et en serviteurs de l’intérêt général. Ils se lancent également dans des formes plus commerciales de « venture philanthropy », transposant les concepts et les techniques du capital-risque pour atteindre des objectifs sociaux et se refaire une virginité morale. Le champ de cette nouvelle philanthropie n’étant pas totalement dissocié des règles et de la logique discrétionnaire propre aux réseaux financiers internationaux. C’est ainsi que les intérêts de l’entrepreneuriat financier et de l’entrepreneuriat social se rencontrent. En effet, dans les deux cas, les droits de propriété du donateur ne sont pas aliénés mais ressortent, bien au contraire, renforcés. Se révèle ici la double dimension économique et politique des engagements commandés par le donateur. Cette interstructuration entre logiques économiques, sociales et politiques provisoirement réconciliées autour d’un idéal éthique a, bien évidemment, des objectifs stratégiques. Il s’agit d’ordonner une relation de don ou d’influence autour de la décision purement personnelle et souveraine du propriétaire qui est ici l’ordonnateur d’une relation qui reste asymétrique. Cette opération de justification constitue une forme de « réassemblage » (Latour, 2007), de réinsertion de la dimension économique au sein de la sphère sociale mais qui ne peut totalement cacher ses objectifs politiques ni économiques.

II. Contexte d’émergence et essor de l’entrepreneuriat financier

17Resituons les processus entrepreneuriaux et philanthropiques au sein de leurs contextes d’émergence.

II. 1. Émergence et développement de l’innovation financière

18La montée d’une économie de l’entrepreneuriat dans les années 1980, destinée à générer une croissance économique endogène, a renouvelé les recherches sur les liens unissant les systèmes financiers et le développement économique. Les systèmes financiers affectent la croissance de long terme. Ils concentrent et allouent l’épargne nécessaire au financement des activités innovantes. Ils déterminent la viabilité des projets individuels et conditionnent le dynamisme des sociétés entrepreneuriales (Audretsch, 2006). Le passage du capitalisme fordiste, managérial, fondé sur les collectifs et le salariat stable, au capitalisme financier labile et flexible, a certes privilégié l’intérêt des détenteurs de capitaux mais a également permis le développement sans précédent d’un marché massifié du crédit et plus ciblé de la finance entrepreneuriale. Les retours sur investissements ainsi produits ont permis l’essor d’une économie entrepreneuriale et donné lieu à l’émergence d’un nouveau type d’entrepreneurs au sein de la sphère financière. Ces évolutions structurelles accompagnées de changements technologiques majeurs (outils informatiques et mathématiques, NTIC, transactions automatisées, etc.) ont permis le développement de l’innovation financière et sa mise en œuvre rapide (Miller, 1986 ; Schiller, 2004). Les entrepreneurs financiers ont ainsi pu développer une myriade d’outils, de méthodes et d’instruments financiers. L’interaction entre un contexte en pleine mutation et le dynamisme d’acteurs placés en position d’exploiter des technologies et des informations a ouvert un champ d’activité répondant aux nouveaux besoins de traitement intégré, en temps réel d’information proliférante et en constante interaction. Capables de traiter le risque de manière plus efficiente que les agents placés en position de monopole (banques, courtiers, etc.), ces entrepreneurs de la finance se sont attaqués à la gestion de l’incertitude à très grande échelle. Ils ont repensé de fond en comble l’ingénierie financière (Schiller, 2004) à la lumière de nouvelles approches théoriques des marchés.

19Les pratiques innovantes de l’investissement à haut risque sont souvent inintelligibles au commun des mortels. Surnommées par les spécialistes « The Alpha Game » (Mallaby, 2010), elles ont repoussé les limites de la finance traditionnelle et accru une extrême spécialisation des agents, mais aussi jeté un voile d’ignorance sur les vrais destinataires de ces opérations mathématisées, modélisées et dématérialisées à l’extrême. Les fonds spéculatifs et leurs dirigeants se sont emparés de ces techniques d’avant-garde, pariant ainsi sur l’inefficience des marchés, utilisant la force directionnelle ou événementielle des tendances pour imaginer, en fonction des actifs de leurs clients, les stratégies les plus immédiates et les plus lucratives possibles. Exit l’harmonie des intérêts accomplie par un mécanisme d’équilibre des prix transparent et un marché autorégulateur.

20Cette nouvelle approche entrepreneuriale, plus intentionnelle, plus ciblée de l’action financière a engendré un nouveau paradigme « constructiviste » où la recherche de l’impact et l’instrumentalisation du déséquilibre sont devenus des sources de gains. C’est la dynamique performative de cette asymétrie masquée (win/lose, perdant total/gagnant total) que les hedge funds mettent en actes pragmatiques par des effets de leviers et qu’ils ont porté au sommet de sa puissance

II. 2. Entrepreneuriat financier et hedge funds : caractéristiques et enjeux

21La création du premier hedge fund est attribuée au sociologue et journaliste financier australien devenu américain, Alfred Winslow Jones, en 1949. Utilisant l’effet de levier pour financer l’achat d’actions et la vente à découvert pour réduire les risques de marché, A. Jones, comme d’autres investisseurs tels Warren Buffet et Barton Biggs, met en œuvre une nouvelle approche de la finance qui connaîtra une expansion foudroyante. Dans l’euphorie financière des années 1990, on assiste à l’institutionnalisation de l’industrie des hedge funds, qui adopte des stratégies diversifiées et sophistiquées pour prendre des positions plus risquées que ne le permettait l’usage exclusif de fonds propres.

22Les hedge funds ne gèrent pas que de très grandes fortunes privées, ils ont attiré les banques d’investissement qu’elles ont intégrées à leurs stratégies et rendues ainsi interdépendantes. Les hedge funds gèrent une classe d’actifs financiers décorrélés des marchés financiers traditionnels, afin d’offrir au porteur une performance « régulière » et « absolue » quelle que soit l’évolution de ces marchés. Les hedge funds rejettent l’idée d’efficience des marchés selon laquelle les prix sont un mécanisme de mise en équilibre. Leur but est de repérer des poches d’inefficience à court terme en dénichant des valeurs (stock picking) susceptibles d’un fort développement. Il s’agit d’acheter et de vendre au bon moment : « ahead of the curve ».

23Afin de profiter d’opportunités d’investissement, les hedge funds utilisent un certain nombre d’instruments tels que les produits dérivés (dont la valeur dépend d’un autre actif appelé « sous-jacent »), et de processus comme la « vente à découvert » (achat d’un titre que l’on emprunte sans le posséder à un cours le plus bas possible, afin d’obtenir une plus-value), l’effet de levier (emprunt d’argent pour augmenter la taille d’un portefeuille). Par la structure de propriété de type privée, le gérant est directement engagé aux côtés des investisseurs, puisqu’il investit une partie de ses ressources dans son fonds. L’environnement juridique des hedge funds se caractérise par une faible contrainte de transparence et une domiciliation sur des places financières extraterritoriales (offshore). Ce qui accroît la liberté des gérants et réduit le niveau de taxation. Après avoir géré la fortune des investisseurs privés (High Net Worth Individuals), les hedge funds ont attiré de nombreux investisseurs institutionnels et captent des fonds immenses dont la taille et la valeur doit être ainsi sans cesse augmentée.

24Depuis la quasi-faillite du fond LTCM (Long-Term Capital Investment) en 1998 qui a été à l’origine d’une crise de liquidité majeure aux États-Unis, un environnement technologique et un contexte institutionnel favorables ont permis une croissance exceptionnelle des hedge funds. Leur nombre est passé de 3 800 au début 2000 à plus de 10 000 début 2007. Entre 2002 et 2008, les actifs gérés par ces institutions sont toutefois passés de 490 milliards de dollars à 1 860 milliards. Ils représenteraient de 30 à 40 % du volume des transactions d’actions aux États-Unis. L’aggravation de la crise financière à la mi-2008 a freiné l’emballement. Avec la crise, 2000 d’entre eux ont disparu et 500 milliards de dollars ont été détruits en mars 2009. Mais dès 2011, le nombre de fonds américains est reparti à la hausse passant de 935 en 2010 à 1113 en 2012. Les dix plus gros fonds sont concentrés à l’Est des États-Unis et traitent des portefeuilles très importants.

Liste des dix plus gros hedge funds américains (2012)

Hedge Funds

Actifs gérés (milliards)

Date de création

Siège social

Bridgewater Associates

$ 76.6

1975

Wesport, Conn.

JP Morgan Asset Management

$ 45.0

1984

New York

Och-Ziff Capital Management Group

$ 28.4

1994

New York

BlackRock

$ 25.5

1988

New York

Baupost Group

$ 25.0

1983

Boston

Paulson & Co

$ 22.6

1994

New York

Angelo, Gordon & Co

$ 21.2

1988

New York

Renaissance Technologies

$ 20.0

1982

East Setauket, N. Y.

Elliott Management Corporation

$ 19.2

1977

New York

Farallon Capital Management

$ 19.2

1986

San Francisco

Tableau synthétique réalisé à partir de http://247wallst.com/​2012/​03/​16/​the-10-largest-hedge-funds-in-america/​, consulté en mars 2012.

25L’évolution récente de l’industrie des hedge funds révèle un taux de rotation et de mortalité assez important suite à la crise d’illiquidité de 2007, mais leur place au sein du système financier en fait des acteurs systémiques importants et encore peu contrôlés.

III. Le cas emblématique de George Soros : de l’entrepreneuriat financier à l’entrepreneuriat politique

  • 1 « Hedge funds are the vehicles for loners and contrarians, for individualists whose ambitions are t (...)

26Dans la jungle de l’innovation financière radicale, les gérants de ces fonds spéculatifs ont tous les caractéristiques de l’entrepreneur héroïque : « Les fonds spéculatifs sont des dispositifs faits pour des solitaires et des anticonformistes, des individualistes dont les ambitions sont trop grandes pour cadrer avec des institutions financières qui ont pignon sur rue. »1 (Mallaby, 2010 : 4).

27Un de ces « Carusos » de la finance « alternative » est le très médiatique et très contesté George Soros dont nous voudrions examiner le parcours puisqu’il se conjoint avec la montée historique de ce secteur et l’apparition de formes d’actions politiques originales. L’ascension sociale et la réussite économique exceptionnelle de George Soros, en tant que créateur en 1969 d’un des premiers fonds d’investissement alternatif, le Soros Fund Management, qui deviendra l’un des plus grands acteurs de cette industrie financière naissante, est en effet exemplaire. Le cas de George Soros peut servir d’idéal type pour l’entrepreneuriat économique et l’entrepreneuriat politique. La trajectoire personnelle et entrepreneuriale de ce flamboyant personnage donne en effet à voir le pouvoir structurant et déstabilisant de l’acteur, et la gouvernance protéiforme qu’un entrepreneur héroïque de la finance continue d’exercer à plus de 82 ans.

III. 1. L’ascension d’un immigrant devenu entrepreneur de la finance

28Né en 1930 dans une famille juive hongroise peu pratiquante, George Soros est confronté en 1944, une première fois, à l’occupation nazie de la Hongrie et à la perspective d’être déporté. Il doit vivre sous une fausse identité. Son combat contre le totalitarisme et les sociétés fermées trouve également son origine dans l’occupation soviétique de son pays natal en 1945. Fuyant la Hongrie occupée, George Soros émigre en Grande-Bretagne en 1947 et obtient son Bachelor of Science en 1952 à la London School of Economics. Il y devient l’élève du philosophe des sciences Karl Popper. L’auteur de La société ouverte et de ses ennemis (1943), dont la pensée « indéterministe » réfute la possibilité de la prédiction historique, inscrit ses travaux dans une vision politique libérale voisine de celle de Friedrich Hayek. C’est à Londres que le jeune Soros découvre la conception libérale de la démocratie, de la liberté, et de l’ordre spontané du marché où les individus interagissent non en fonction de ce qu’ils savent mais de ce qu’ils croient et désirent. Leurs comportements se caractérisent par leur imprévisibilité et un déséquilibre dynamique. Ils ne peuvent être maîtrisés mais l’on peut les canaliser en vue d’une fin. Ces enseignements sur la réfutabilité de toute proposition scientifique et la mutabilité du marché seront mis en pratique aux États-Unis deux décennies plus tard, dans le cadre de ses activités professionnelles. La quête démocratique de l’entrepreneur et ses valeurs s’incarneront dans la création de la Soros Foundation et de l’Open Society Foundation (1979), organisations à but non-lucratif qui auront une forte influence politique et sociale dans des pays de l’Europe de l’Est en route vers la démocratie dans les années 1980. Sa trajectoire d’entrepreneur économique et social est donc profondément enracinée dans une histoire personnelle qui le fait passer du statut d’immigrant européen à celui de financier américain cosmopolite (Kaufman, 2002).

29Renonçant pour un temps à ses velléités de vocation philosophique, il s’installe en 1956 à New York comme arbitrage trader et analyste financier avant de créer son propre fonds de placement alternatif, le Quantum Fund, qui va évoluer pour former une entité aux contours et aux ramifications complexes. Comme il l’affirme : « J’ai réussi comme professionnel, là où j’ai échoué en tant que théoricien. » (Soros, 1991 : 154). Il met en pratique sa théorie de la réflexivité et de la « faillibité », qui découle des idées de Karl Popper et du principe d’incertitude (Bryant, 2002). Cette perspective théorique est toutefois en contradiction radicale avec le concept d’équilibre et d’efficience des marchés qui prédomine en économie, dans la mesure où les acteurs financiers ne sont pas considérés comme des acteurs entièrement rationnels. Ils sont en effet parties prenantes des situations qu’ils contribuent à modifier. Cette approche pragmatique de la réversibilité des tendances et de l’évolution des opportunités qu’offrent à l’analyse les fluctuations du marché sera une constante de sa stratégie financière et de son principe d’action. Selon George Soros, l’utilisation de ce cadre de pensée explique sa compréhension intime des logiques chaotiques du marché, sa réussite socio-économique mais aussi sa lecture politique des évolutions économiques et sociétales.

30Avec son collègue Jim Rogers, avec qui il travaille depuis dix ans à la firme Arnhold and S. Bleichroeder, banque d’investissement new-yorkaise, Soros s’établit à son compte. Tous deux créent, en 1973, le Quantum Fund. Resté seul maître à bord d’un des premiers hedge funds américain, il regroupera autour du Soros Fund Management un ensemble d’entités. Elles deviendront les firmes les plus rentables de l’industrie en dégageant, pendant plus de quarante ans, plus de 20 % de retour annuel sur investissement. Ce n’est que le 16 septembre 1992 que le milliardaire accédera à la notoriété planétaire avec un coup d’éclat : l’attaque spéculative contre la Livre Sterling britannique, symbole de souveraineté nationale. Il est désormais surnommé « l’homme qui fit sauter la Banque d’Angleterre » car il a gagné plus de 1 milliard de dollars en une journée. La valeur fixe de la Livre Sterling était surévaluée compte tenu de la conjoncture de l’époque et des taux d’intérêt. En foi de quoi, Soros a vendu, à découvert, 10 milliards de Livres Sterling en pariant à la baisse pour provoquer une pression insoutenable sur la Banque d’Angleterre. Cette opération hostile a coûté 3,4 milliards de dollars au Trésor britannique, contraint le pays à sortir du Système monétaire européen (SME) et à dévaluer. Soros apportera une justification ex-post à son agression, arguant que la rigidité du système entraînait mécaniquement la spéculation et qu’il faisait œuvre de salubrité économique. Il renouvellera le même type de spéculation à l’occasion de la crise asiatique de 1997. Dans d’autres circonstances et sur le continent européen, sollicité pour l’achat d’actions de la Société Générale, il sera accusé de délit d’initié à l’occasion des programmes de privatisation lancés sous le gouvernement Chirac. Cette image de financier et d’agioteur sans scrupule constituera sa première marque de fabrique et une forme de capital médiatique qu’il utilisera pour affirmer son identité et sa puissance d’entrepreneur économique. Le profit pour l’entrepreneur n’est-il pas le salaire du risque et la marque tangible du succès, fût-il, par essence, amoral ?

31En mars 2012, le magazine Forbes le plaçait à la 22e position des personnes les plus riches du monde. Il était également classé 7e dans la liste des plus riches patrons américains avec une fortune estimée à plus de 13 milliards de dollars. En 2009, il venait en 2e position des gérants de fonds spéculatifs les mieux payés avec 3,3 milliards de dollars.

32C’est en investissant la profession d’« arbitragiste » et en se saisissant des occasions de développement délaissées par les établissements bancaires qu’une classe émergente d’entrepreneurs est apparue sur la scène financière dans les années 80. Bien qu’ils n’aient eu ni la légitimité ni l’autorité des juristes et des banquiers ayant pignon sur rue, les Ivan Boesky, les Michael Milken, les corporate raiders, les rogue traders, ont profité de la déréglementation et de cette vacance pour asseoir leur nouvelle position au sein de la haute finance.

33George Soros est l’un de ces francs-tireurs et aventuriers qui a accumulé un capital économique qu’il a pu démultiplier par des opérations à très haut risque, opérations dont il est difficile de connaître la nature et les tenants et aboutissants. Il a, sans conteste, acquis une force de frappe financière qui lui a donné autonomie et souveraineté économiques, mais ne lui a pas pour autant octroyé une pleine légitimité politique et civique lui permettant de redorer l’image négative de chevalier noir que ses activités de spéculations monétaires lui avaient assignée. C’est une des raisons qui peut expliquer, en dehors de ses propres nostalgies identitaires ou de sa culpabilité latente, qu’il soit devenu un entrepreneur transnational et qu’il ait eu besoin, pour s’intégrer pleinement aux valeurs idéalistes et positives de l’Amérique démocratique, de se lancer dans des programmes internationaux d’entrepreneuriat social et de promotion de la démocratie (Stone, 2008). De façon très pragmatique, il va mener de front, dès les années 1970, des programmes philanthropiques transnationaux avec ses activités de trading qui visent à produire de la valeur économique à très grande échelle.

34C’est sur ce mode de la contradiction, de l’antithèse et de la provocation que cet acteur économique de premier plan se propose de retrouver une légitimité sociale et politique mais aussi de réconcilier sa culture européenne d’origine avec sa nouvelle culture d’appartenance américaine.

III. 2. De l’entrepreneuriat financier à l’entrepreneuriat transnational et géopolitique

35Soucieux de restaurer auprès du public et des responsables politiques une image plus positive de lui-même et de ses pratiques, G. Soros a mis au service de l’Amérique et de son projet démocratique ses moyens financiers considérables et son énergie politique ainsi que ses nombreux réseaux tissés pendant plus de trois décennies. Il va renverser l’image négative associée à l’entrepreneur financier implacable et valoriser l’image positive de l’entrepreneur social au service de la démocratie et des minorités délaissées ou oppressées. D’outsider économique il va, peu à peu, devenir un insider très politique dans les années 2000, après un long engagement dans la philanthropie, une participation constante à des réseaux d’influence internationaux puis à la vie politique et économique américaine. Il est ainsi devenu l’un des Américains les plus puissants et les plus influents au monde.

36Par le biais de ses très nombreuses fondations regroupées au sein de l’Open Society Foundation, il propose et diffuse une expertise en sciences sociales. Il promeut les principes démocratiques et les droits de l’homme dans les pays de l’Est et dans le monde. Il a soutenu les dissidents soviétiques comme Andrei Sakharov, diffusé la « Charte 77 » des intellectuels tchécoslovaques emmenés par Vaclav Havel et encouragé le mouvement polonais syndicaliste « Solidarité » (Soros, 1991). Il a aidé, dans les années 1970, entre autres actions, les étudiants noirs à intégrer l’Université de Cape Town en Afrique du Sud.

37Ses interventions en Europe et dans le monde, par l’intermédiaire de ses fondations et des nombreuses organisations auprès desquelles il dispense une aide matérielle et intellectuelle, le transforment, à la fin de la guerre froide, en entrepreneur géopolitique et en ambassadeur autoproclamé de l’Amérique. La création d’un réseau international de fondations qui rassemble universitaires, spécialistes de l’économie et consultants, a également eu pour objectif de transférer des idées et des recommandations américaines en matière de régime politique (democracy building) et de politique économique (policy transfer) au sein de sociétés civiles en émergence (Guilhot, 2005 ; 2007). Cette forme de soft power persuasif a eu pour but d’étendre l’influence américaine et de questionner l’ordre communiste, alors sur le point de s’effondrer. Deux ans après la chute du mur de Berlin, en 1991, G. Soros offre à ses ex-compatriotes hongrois 250 millions de dollars pour la création de l’Université d’Europe centrale (Central European University) à Budapest, en sus de généreuses donations annuelles. L’objectif est de créer un pôle d’étude et de recherche avancé sur la guerre froide doté d’une riche bibliothèque, où les élites régionales, obligées par sa générosité, viendront partager les principes de la démocratie libérale et amorcer des coopérations inter-régionales et internationales.

38L’Open Society Institute (OSI) créé en 1993, promeut des modes de développement propres à la libre entreprise et à l’économie de marché. Il offre des programmes de formation et des chaires d’enseignement qui diffusent normes et valeurs anglo-saxonnes caractéristiques d’une société entrepreneuriale dont il est l’un des symboles. La constitution d’un réseau philanthropique international a aussi des retombées diplomatiques pendant la guerre froide et après que les régimes communistes se sont effondrés. C’est ainsi que capital économique et capital social concourent à l’établissement de liens atlantistes et à des modes revendiqués de réforme politique mondiale (Guilhot, 2007) qui vont construire une confiance renouvelée avec ses compatriotes et la nouvelle élite du pouvoir mondial.

III. 3. De l’entrepreneuriat politique à la ré-écriture du paradigme financier

39Paradoxalement, c’est le soutien apporté aux dissidents des pays de l’Est et le développement planétaire de programmes philanthropiques organisés par des ONG et des fondations qui a redonné une influence géopolitique mais aussi et surtout une légitimité politique forte à un entrepreneur de la finance qui avait longtemps maintenu son engagement économique séparé de son engagement social.

  • 2 « I used to be opposed to the idea of social entrepreneurship. I said […], let business be business (...)

J’étais opposé à l’idée d’entrepreneuriat social. Je me disais […], laissons le monde des affaires au monde des affaires et la philanthropie à la philanthropie. Gardons les deux mondes distincts, ne les confondons pas, c’est ce que j’ai fait et c’est ce qui m’a plutôt bien réussi. Maintenant, je dois reconnaître qu’il faut désormais réunir les deux mondes et que l’entrepreneuriat social a toute sa place.2

40C’est en 2004, un peu après la Convention démocrate, que Soros et une demi-douzaine de milliardaires progressistes décident de mettre leur fortune personnelle à contribution pour que le président G. W. Bush soit battu aux élections de cette année-là. En vain. La guerre en Irak et le projet présidentiel de promouvoir par la force (hard power) la démocratie allaient contre la philosophie plus pacifiste et persuasive des programmes de la Fondation Soros qui se fondait sur les relations publiques et une forme originale de soft power. La religiosité affichée du président et le militarisme d’une partie de l’opinion américaine ont poussé cet agnostique à adopter pour la première fois une position ouvertement partisane et tenter d’avoir un impact direct sur la politique intérieure américaine, sur un mode électoral et publicitaire, rompant avec une tradition plus feutrée de la donation. La publication de son livre The Bubble of American Supremacy : Correcting the Misuse of American Power (2003) et ses interventions médiatiques contre l’administration Bush ont suscité de nombreuses attaques ad hominem à une période où le nationalisme et l’hubris américaine étaient au plus haut. Dans de nombreux quotidiens régionaux et magazines, Soros a publié une série de tribunes virulentes où il dénonçait la politique va-t-en-guerre du président Bush. Elle mettait en danger, selon lui, la sécurité, les intérêts vitaux et les valeurs démocratiques de l’Amérique. Cet engagement d’entrepreneur idéologique contre la torture, les victimes de la guerre en Irak par exemple, consacre, par antithèse, l’ancrage citoyen de Soros mais aussi son identité américaine libérale et progressiste qu’il a affirmée à très haute voix à cette occasion. En 2004, il effectue une série de conférences intitulées « Why we Must not Re-elect President Bush ». Pour la première fois, il octroie, très ouvertement, des donations importantes à des groupes d’activistes démocrates pour une somme estimée à 23 millions de dollars. Il renouvellera l’expérience en faveur du président Obama, en 2008-2009 à l’occasion des élections de son premier mandat. Il encouragera ultérieurement le mouvement Occupy Wall Street. Il semble que son don de 1 million de dollars pour financer la deuxième campagne d’Obama en 2011 ait été moins généreux que les précédents (CBS News, 2012), froissé qu’il semble avoir été de la relative indifférence de l’Administration à son égard. Entraîné sur le terrain polémique de la politique politicienne, Soros va mettre en sourdine son engagement politique d’activiste aux accents parfois radicaux. Il espère intégrer davantage les cercles les plus rapprochés du pouvoir politique de l’Administration Obama, qui le tiennent un peu à distance.

41Est-ce pour élargir le cercle de son influence au-delà des responsables politiques ou du milieu des économistes qui n’a pas su anticiper ni remédier à l’ampleur de la crise qu’il se tourne vers le public informé ? Tente-t-il de capter l’attention d’une opinion publique inquiète des effets très concrets de la crise économique et du déclin de l’Amérique ? Ne cherche-t-il pas également à orienter les débats sur la politique économique, la régulation du capitalisme et les réformes que cherche à mettre en place le gouvernement Obama ? Sa lecture et son interprétation de la crise qui fait rage dès 2007 en donne une bonne illustration. George Soros se présente désormais comme un expert et un praticien réflexif dont le diagnostic et la compétence sont incontournables. Ils s’inscrivent dans une expérience et une connaissance de première main, au cœur de la finance mondiale et de la structure du pouvoir qui relie désormais étroitement les élites financières et bancaires aux élites politiques. La crise européenne lui fournit une autre occasion de mettre à profit ses relations transatlantiques et surtout de mettre en garde les autorités européennes à propos de la crise des dettes souveraines et de l’Euro. Il peut ainsi écrire et réécrire le paradigme de la finance.

42Si l’analyse de la conjoncture et des enjeux est toujours focalisée sur l’actualité et les questions macro-économiques au centre de la vie économique mondiale, la justification de ses actions personnelles reste rétrospective. Elle emprunte aux relations publiques ses formes et ses modalités d’expression. Toutefois, il se distingue de ses pairs par une pulsion plus théorique que seulement hagiographique ou biographique (Cross & Stachan, 1997). Il explique fréquemment que sa pratique se fonde sur une théorie de la réflexivité et de l’incertitude qu’il a commencé d’élaborer en Europe et qu’il a longtemps cherché à faire partager en Amérique (Soros, 2011). La crise lui donne l’occasion de faire triompher sa doctrine et d’endosser le rôle d’entrepreneur « public », d’entrepreneur « institutionnel ». En cumulant cette double expertise et en adoptant une stratégie discursive plus modérée, il apparaît désormais aux yeux de l’opinion publique américaine et de ses pairs comme une autorité institutionnelle non partisane qui cherche à proposer une réflexion constructive sur une politique interventionniste qu’il voudrait mieux ciblée. La réforme financière et l’adoption d’une politique néokeynésienne susceptible d’encadrer et de discipliner les forces destructrices du marché lui apparaissent comme devant structurer le nouvel ordre du jour politique. Comme en témoigne sa forte présence dans les colonnes de la New York Review of Books ou de The Atlantic, le milliardaire n’est plus seulement le prophète de malheur de l’économie ou le Cassandre de la finance dérégulée. Il s’est désormais investi d’un pouvoir d’analyste et d’expert sur la crise. Il est indéniable qu’il n’a cessé de la prédire depuis 1998, comme le pointe son ouvrage intitulé : The Crisis of Global Capitalism : Open Society Endangered. Les titres de ses articles parus dans The New York Review of Books (2008, 2009, 2010, 2012) sont parlants: « The tragedy of the European union and how to resolve it », « The crisis and how to deal with it », « The real danger to the economy », tout comme son denier ouvrage: Financial Turmoil in Europe and the United States (2012). Tous ses écrits attestent d’une volonté de dépasser le seul pré-carré de l’Amérique ou le prophétisme catastrophiste dont il est souvent accusé. Il propose des orientations et des modalités de sortie de crise concrètes inspirées d’une tradition moderniste américaine de la réforme et d’un post-keynésianisme qui rejoint, étrangement, certaines positions de l’éditorialiste et prix Nobel d’économie Paul Krugman ou celles de l’ex-secrétaire au travail, Robert Reich.

  • 3 « I have long nurtered the fantasy of becoming an economic reformer à la Keynes » (Soros, 1987).

43Soros concentre moins ses efforts sur la politique politicienne que sur la nécessité d’un vaste chantier institutionnel international qu’il appelle de ses vœux. L’anticipation de la crise et les nombreuses alertes lancées et corroborées par la conjoncture et les spécialistes de l’économie, lui redonnent une légitimité morale et technique. Sa parole peut refaire autorité (Slater, 2009). Sa connaissance intime du système financier international, la force et la ramification de ses réseaux nationaux et mondiaux, son âge canonique, tout concourt à lui redonner une liberté de parole, une place privilégiée et une légitimité institutionnelle au sein du système économique et politique américain mais aussi mondial. Adoptant la voix du « sage » réformiste au-dessus de la mêlée, cet entrepreneur longtemps soucieux de « battre » le marché peut redonner un sens ironique à une de ses répliques célèbres : « J’ai longtemps caressé le rêve de devenir un réformateur économique à la Keynes »3.

Conclusion

44L’entrepreneur financier Geoge Soros, self-made-man américain de la finance, marchand-aventurier des temps postmodernes, est un caméléon idéologique et un acteur politique et socio-économique de premier plan qui a su dominer la sphère économique et jouer de ses nombreux masques et rôles pour exister sur la scène politique. Il n’a cessé de changer de style pour s’ajuster aux conditions du moment. L’entrepreneuriat financier et philanthropique qu’il a incarné conjointement aux États-Unis plus de quatre décennies durant révèle, par contre coup, l’affaiblissement de l’État, l’effacement des frontières entre la sphère publique et la sphère privée et la difficile articulation des sujets aux institutions. Cette situation a permis à des agents économiques d’assumer une puissante gouvernance économique et politique au sein d’une société civile qui privilégie l’action individuelle et se veut résolument tournée vers l’entrepreneuriat. La production de l’innovation économique a eu un impact social et une visée ultime très politique aux États-Unis. Ainsi s’entrecroisent la fonction entrepreneuriale, qui est un processus dynamique de création de valeur économique et de valeur sociale, avec la fonction politique, qui vise à articuler la pluralité en un ensemble signifiant et des dispositifs institutionnels. Pour continuer à accumuler du capital économique et du capital social, la nouvelle oligarchie financière a dû renforcer sa légitimité sociale et pénétrer, à cet effet, la sphère politique aux États-Unis. Le ré-encastrement de l’action économique au sein de pratiques sociales et politiques, aide, sans aucun doute, les entrepreneurs installés à perpétuer leur souveraineté économique et à promouvoir des formes de lien social fortement ancrées dans des valeurs économiques. Il n’est pas sûr qu’en période de retournement du cycle économique et de crise la survalorisation de l’acteur (agency) au détriment des institutions et de politiques plus coordonnées favorise la relance de l’économie et le processus démocratique de mobilité sociale que vise l’entrepreneur individuel. Tel est le paradoxe de George Soros, entrepreneur héroïque qui se veut progressiste mais qui reste membre d’une élite économique du pouvoir qui a tendance à déborder de son propre champ d’activité et à coloniser le champ politique. Dans un pays aux institutions politiques en crise et où la démocratie représentative est fortement contestée, les entrepreneurs de la finance comme Georges Soros ne peuvent pas, au nom de leur seule richesse et de leur appartenance présumée à une « aristocratie naturelle des talents », structurer et façonner à eux seuls la société politique. Sauf à imaginer le pire : que le capitalisme financier puisse se passer de la démocratie et abolir, de facto, la société entrepreneuriale qui l’a fait naître.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Acs, Zoltan, Philips, Ronnie J., 2002, «Entrepreneurship and Philanthropy in American Capitalism», Small Business Economics, 19 (3): 189-204.

Acs, Zoltan J., Audretsch, David, Ronnie Phillips J., Sameeksaha Desai, 2007, «The Entrepreneurial-Philanthropy Nexus, Non-market Source of American Entrepreneurial Capitalism», Jena Economic Research Papers.

Aglietta, Michel, 2007, Désordres dans le capitalisme mondial, Paris, Odile Jacob.

Aglietta, Michel, Khanniche, Sabrina, Rigot, Sandra, 2010, Les Hedge Funds, entrepreneurs ou requins de la finance, Paris, Perrin.

Aglietta, Michel, Rigot, Sandra, 2009, « The Regulation of Hedge Funds under the Prism of the Financial Crisis, Policy Implications », Revue économique de Louvain, 75 (1): 5-34.

Aglietta, Michel, Rigot, Sandra, 2009, « Hedge Funds : la fin du laissez-faire », Revue économique, 2009, 60 (3) : 693-702.

Amable, Bruno, 2005, Les cinq capitalismes : diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, Seuil.

Battilana, Julie Leca, Bernard, Boxenbaum, 2009, «How Actors Change Institutions: Towards a Theory of Institutional Entrepreneurship», Academy of Management Annals, 3 (1): 65-107.

Baumol, William J., 1990, «Entrepreneurship: Productive, Unproductive, and Destructive», Journal of Political Economy, 98 (5): 898-921.

Baumol, William J., Litan, Robert E., Schramm, Carl, 2007, Good Capitalism and Bad Capitalism The Economics of Growth and Prosperity, Yale, Yale University Press.

Boettke, Peter J., and Christopher J. Coyne, 2009, «Context Matters: Institutions and Entrepreneurship», Foundations and Trends in Entrepreneurship, 5 (3): 135– 209.

Boyer, Robert, 2011, Les financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Paris, Economica.

Bryant, Christopher G. A., 2002, «George Soros’s Theory of Reflexivity: a Comparison with the Theories of Giddens and Beck and a Consideration of its Practical Value», Economy and Society, 31 (1): 112-131.

Campbell, Jones, 2009, Unmasking the Entrepreneur, Cheltenham, Elgar.

Cartapanis, André, Teïletche, Jérôme, 2008, « Les hedge funds et la crise financière internationale », http://www.sciencespo-aix.fr/media/ACTeilteche-Hedge_Fundsavril_2008.pdf, consulté en avril 2012.

Casson, Marck, 2009, «Entrepreneurship: Theory, Institutions and History», Scandinavian Economic Review, 58 (2): 139-170.

CBS News, 2012, « Billionaire George Soros has donated $ 1 million to Priorities USA Action, a « super PAC » backing President Obama, a spokesperson for the group has confirmed to CBS News », consulté le 19 novembre 2012, http://www.cbsnews.com/8301-250_162-57521816/george-soros-gives-$1-million-to-support-obama/

Cross, Rod, Strachan, Douglas, 1997, « On George Soros and Economic Analysis », Kyklos, 50 (4): 561-574.

Desai, Sameeeksha, Acs, Zoltan, Weitzel, Utz, 2010, « A Model of Destructive Entrepreneurship », UNU-Wider Project, United Nations, Working paper No 2010/34.

Douhan, Robin, Henrekenson, Magnus, 2008, The Political Economy of Entrepreneurship, Northampton, Elgar, vol. I et II.

Elkington, John, 2008, The Power of Unreasonable People, How Social Entrepreneurs Create Markets that Change the World, Boston, Harvard University Press.

Engelen, Ewald, Ertuk, Ismail, Froud, Julie, Leaver, Adam, Williams, Karel, 2010, Economy and Society, « Reconceptualizing Financial Innovation: Frame, Conjuncture and Bricolage », 39 (1): 33-63.

Fama, Eugene, 1970, « Efficient Capital Markets: A Review of Theory and Empirical Work », Journal of Finance, 25 (2): 385-417.

Frankel, Jeffrey F., 1999, «Soros’s Split Personality: Scanty Proposals from the Financial Wizard», Foreign Affairs, 78 (2): 124-130.

Giddens, Anthony, 1984, The Constitution of Society, Cambridge, Polity Press [1987].

Gowland, David, 1991, « Financial Innovation in Theory and Practice », in Green Christopher J., Llewellyn, David T. (eds.), Surveys in Monetary Economics, Oxford, Basil Blackwell, vol. 2.

Granovetter, Mark, 1985, « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness ». American Journal of Sociology, 91 (3): 481-510.

Granovetter, Mark. 2005. « The Impact of Social Structure on Economic Outcomes », Journal of Economic Perspectives, 19 (1): 33-50.

Guilhot, Nicolas, 2004, « Une vocation philanthropique, George Soros, les sciences sociales et la régulation du marché mondial », Actes de la recherche en sciences sociales, (no 151-152) : 36-48.

Guilhot, Nicolas, 2005, The Democracy Makers: Human Rights and the Public Politics of Global Order, New York, Columbia University Press.

Guilhot, Nicolas, 2007, « Reforming the World: George Soros, Global Capitalism and the Philanthropic Management of the Social Sciences », Critical Sociology, 33 (3): 447-477.

Hjorth, David, Steyaert, Chris, 2006, Entrepreneurship as Social Change, Northampton, Elgar.

Hwang, Hokyu, Powell, Walter, W., 2005, « Institutions and Entrepreneurship », in The Handbook of Entrepreneurship Research, ch. 9, Kluwer Publishers, p. 179-210.

Henrekenson, Magnus, Sanandaji, 2010, « The Interaction of Entrepreneurship and Institutions », IFN research paper, no 830.

Kaufman, Michael, 2002, The Life and Times of a Mesiannic Billionaire, New York, Knopf.

Kirzner, Israel, 1973, Competition and Entrepreneurship, Chicago, Chicago University Press.

Latour, Bruno, 2005, Reassembling the Social: An introduction to Actor-Network-Theory, Oxford, Oxford University Press, [2007].

Lewis, Michael, 2010, The Big Short, Inside the Doomsday Machine, New York, Norton.

Licht, Amir N., Siegel, Jordan I., 2006, « The Social Dimension of Entrepreneurship », in Mark Casson & Bernard Yueng, Oxford Handbook of Entrepreneurship, Oxford, OUP.

Lysandrou, Photis, 2011, «The Primacy of Hedge Funds in the Subprime Crisis», Journal of Post Keynesian Economics, 34 (2): 225-254.

McClelland, David, 1961, The Achieving Society, Princeton, Van Nostrand.

Mallaby, Sebastian, 2010, More Money than God: Hedge Funds and the Making of the New Elite, Londres, The Penguin Press.

Meyer, John W., Jepperson, Ronald I., 2000, « The Actors of Modern Society: The Cultural Construction of Social Agency », Sociological Theory, 18 (1): 100-120.

Miller, Merton H., « Financial Innovation: the Last Twenty Years and the Next », The Journal of Financial and Quantitative Analysis, 21 (4): 459-471.

Morris, Charles R., 2009, The Sages, Warren Buffet, George Soros, Paul Volcker, and the Maelstrom of Markets, New York, PublicAffairs.

Nielsen, Waldemar, 1996, Inside American Philanthropy: The Dramas of Donorship, Norman, University of Oklahoma Press.

Popper, Karl, 1945, Open Society and its Enemies, Londres, Routledge.

Polanyi, Karl, 1946, La grande transformation, Paris, Gallimard, [1983].

Posner, Richard, 2010, The Crisis of Capitalist Democracy, Cambridge, Harvard.

Roelofs, Joan, 2003, Foundations and Public Policy, The Mask of Pluralism, State University of New York Press.

Saab, Samer, 2005, «Ideas in Development from George Soros: Power and Influence through Philanthropy?», MRPA paper no 1878.

Schumpeter, Joseph A., 1908, «On the Concept of Social Value», Quarterly Journal of Economics, 23: 213-232.

Schumpeter, Joseph A., 1934, The Theory of Economic Development, Cambridge, MA Harvard University Press.

Sennett, Richard, 1999, «A Spin Around the Axis of Greed», New Stateman, 15 janvier.

Shapiro, Marc, 2000, « Conversation avec George Soros le 5 septembre 2000 », consulté le 10 novembre 2011, http://en.wikiquote.org/wiki/George_Soros.

Sennett, Richard, 2006, The Culture of the New Capitalism, New Haven, Yale University Press.

Shiller, Robert, 2003, The New Financial Order: Risk in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University.

Shiller, Robert, 2004, «Radical Financial Innovation», Cowles Foundation Discussion paper no 1461, Yale, Yale University.

Slater, Robert, 2009, The World’s Most Influential Investor, New York, McGraw-Hill.

Sobel, Robert, 1993, Dangerous Dreamers, The Financial Innovators from Charles Merrill to Michael Milken, New York, Wiley.

Soros, George, 1987, The Alchemy of Finance, Reading the Mind of the Market, New York, Wiley.

Soros, George, 1991, Underwriting Democracy, New York, The Free Press.

Soros, George, 1997, « The Capitalist Threat », The Atlantic Monthly, consulté le 12 fevrier 2011, http://www.theatlantic.com/past/docs/issues/97feb/capital/capital.htm.

Soros, George, 1998, The Crisis of Global Capitalism, Open Society Endangered, New York, Public Affairs.

Soros, George, 2003a, The Bubble of American Supremacy: Correcting the Misuse of American Power, New York, PublicAffairs.

Soros, George, 2003b, « The Bubble of American Supremacy », The Atlantic Monthly, 292 (5): 63-66.

Soros, George, 2008a, « Paulson Cannot be Allowed a Blank Cheque », Financial Times, consulté le 20 mars 2011, http://www.ft.com/intl/cms/s/0/9973c5b0-8a6d-11dd-a76a-0000779fd18c.html#axzz2dNRSHIBj.

Soros, George, 2008b, The New Paradigm for Financial Markets, New York, Public Affairs.

Soros, George, 2010a, « The Crisis and the Euro », The New York Review of Books, consulté le 12 septembre 2011, http://www.nybooks.com/articles/archives/2010/aug/19/crisis-euro/

Soros, George, 2010b, The Soros Lecture, New York, Public Affairs.

Soros, George, 2011, « My Philanthropy », The New York Review of Books, consulté le 20/09/2011, http://www.nybooks.com/articles/archives/2011/jun/23/my-philanthropy.

Soros, George, 2012, Financial Turmoil in Europe and the United States: Essays, New York, Public Affairs.

Stone, Diane, 2008, «Transnational Philanthropy, Policy Transfer Networks and the Open Society», CSGR Working paper no 238/08.

Strachan, Rod Cross D., 2008, « On George Soros and Economic Analysis », Kyklos, 50 (4): 561-574.

Strange, Susan, 1986, Casino Capitalism, Oxford, Blackwell.

Supiot, Alain, 2010, « Contribution à une analyse juridique de la crise économique », Revue Internationale du travail, 149 (2) : 165-176.

Swedberg, Richard, 2000, Entrepreneurship, The Social Science View, Oxford, Oxford University Press.

Teïletche, Jérôme, 2009, Les hedge funds, Paris, La Découverte.

Wright, Mike, Zahra, Shaker, 2011, «The Other Side of Paradise, Examining the Dark Side of Entrepreneurship», Entrepreneurship Research Journal, 1 (3): 1-7.

Yu, Tony Fu-Lai, 2001, « An Entrepreneurial Perspective of Institutional Change », Constitutional Political Economy, 12 (3): 217-236.

Zuckerman, Gregory, 2009, The Greatest Trade Ever, New York, Crown Business.

Zumello, Christine, 2011, L’intermédiation en question, Finance et politique aux États-Unis de Clinton à Obama, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Zunz, Olivier, 2012, Philanthropy in America, A History, Princeton, Princeton University.

Anmerkungen

1 « Hedge funds are the vehicles for loners and contrarians, for individualists whose ambitions are too big to fit into established financial institutions. »

2 « I used to be opposed to the idea of social entrepreneurship. I said […], let business be business, and philanthropy be philanthropy. Keep the two separate, don’t mix it up, and this is what I did, and I did that rather successfully, but I now recognize that actually you do need to mix it up and I think there is room for social entrepreneurship. » Marc Shapiro (2000).

3 « I have long nurtered the fantasy of becoming an economic reformer à la Keynes » (Soros, 1987).

Autor

Maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 où il enseigne la civilisation américaine. Il est membre du CERVEPAS et sa recherche porte sur la place et le rôle socio-économiques de l’entreprise et de l’entrepreneur au sein de la société américaine. Ses travaux récents s’intéressent à la dimension entrepreneuriale du capitalisme américain, aux évolutions des systèmes et des politiques d’innovation ainsi qu’aux paradigmes et aux représentations du modèle économique anglo-saxon.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540