Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones

 | 
Jacques-Henri Coste

Première partie. L'entrepreneuriat, émanation du capitalisme anglo-saxon et projet d'économie politique

Propos liminaires sur l’esprit entrepreneurial et le capitalisme anglo-saxon

Michel Péron

Texte intégral

  • 1 Voir les interventions du colloque mises en ligne : http://www.univ-paris3.fr/38534094/0/fiche___a (...)

1Dans les précédentes contributions aux recherches menées par l’équipe du Cervepas sur l’entrepreneuriat (Péron 2002 ; Esposito & Zumello 2003 ; Champroux & Frayssé, 2005), l’expression « esprit entrepreneurial » était considérée comme se suffisant à elle-même. Elle évoquait confiance en soi, innovation, créativité et prise de risque en situation d’incertitude, ce dernier terme établissant un rapport indirect avec les problèmes financiers. Les liens possibles avec le système économique et social semblaient aller de soi. Le thème général du colloque international qui s’est tenu, en septembre 2011, en Sorbonne, sur les cultures, les contextes de l’entrepreneuriat au sein des mondes anglophones1, attire notre attention sur l’émergence d’un nouvel esprit du capitalisme largement entrepreneurial. Il est considéré comme une réponse proactive à la globalisation, en lien direct avec le concept de « société entrepreneuriale ». Concilier ici le côté plus affectif, moral, d’une approche sociale de la réalité entrepreneuriale, laquelle dépend, à première vue, du marché et de considérations financières incontournables est ici postulé pour contrebalancer les effets déstructurants d’un capitalisme financier devenu sauvage. Les leçons de l’histoire tendraient à nous faire penser qu’il s’agit là d’un vœu pieux mais d’une quête qui reste pérenne. Ainsi, le capitalisme bienveillant (benign capitalism) prôné par l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, ne constitue pas une voie ou une méthode infaillible menant à la réussite de tous les projets entrepreneuriaux, bien que cette approche s’enracine dans un fort substrat historique et culturel anglo-saxon et soit promue aujourd’hui par les avocats de l’entrepreneuriat social et de la responsabilité sociale.

I. L’Esprit entrepreneurial et l’essor du capitalisme anglo-saxon

2L’essor de l’esprit entrepreneurial du capitalisme n’est donc pas un phénomène nouveau. Il est à l’origine des changements quantitatifs dans les domaines de l’économie et de la technologie survenus entre le XVIe et le début du XVIIIe en Angleterre. La dimension financière de l’entrepreneuriat ne faisait alors aucun doute. Elle se matérialisait dans l’association entre un projeteur (projector) défini comme celui qui conçoit ou planifie une entreprise, et des maîtres de l’argent (moneyed-men) comme on appelait alors les capital-risqueurs (venture-capitalists).

I. 1. Esprit entrepreneurial et dynamique financière au service de l’innovation technologique et de l’exploration du monde

3L’association entre entrepreneurs et financiers a toujours été nécessaire pour qu’inventions et innovations se concrétisent. C’était par exemple le cas de James Watt (1736-1819) qui n’aurait pu voir aboutir son projet de machine à vapeur sans le soutien financier de John Roebuck que cette collaboration mena presque à la faillite et puis de Matthew Boulton qui finit par décider qu’il serait plus sage de s’occuper lui-même des questions financières dans leur entreprise. Citons aussi Richard Arkwright (1732-1792), l’inventeur d’une machine à filer, qui n’aurait pu mener à bien son projet sans l’aide de deux riches bonnetiers qui lui fournirent l’argent nécessaire et qu’il réussit à convaincre des grandes opportunités offertes par cette industrie.

4Gardons à l’esprit que le terme anglais venture ou adventure signifiait, entre autres, investissement – le mot investissement (investment) étant réservé au commerce avec les Indes Occidentales et désignant l’argent utilisé pour l’achat de marchandises indiennes. Les marchands-aventuriers d’hier étaient aussi étroitement engagés dans la gestion de leurs investissements et l’avancement des connaissances techniques que les capitalistes-risqueurs de la Silicon Valley.

  • 2 Le terme de « merchant-adventurer » est le terme générique utilisé à l’époque mercantiliste pour d (...)

5Le nouvel esprit entrepreneurial du capitalisme se serait développé suite à la globalisation. En vérité, l’histoire économique nous montre qu’il est présent dès l’expansion du commerce international au XVIe siècle et se développe sous les effets combinés de diverses forces concurrentielles du marché, des luttes incessantes contre une régulation envahissante et des nombreux appels en faveur de la liberté des échanges, même au plus fort de la période mercantiliste. L’internationalisation du commerce exigeait des marchands-aventuriers2 qu’ils sachent s’adapter rapidement et avec souplesse aux circonstances nouvelles.

I. 2. L’entrepreneuriat sans frontières : une réponse proactive aux excès mercantilistes

6En fait, l’esprit entrepreneurial du capitalisme a toujours été assimilé au concept de libéralisme, par opposition à l’approche étatique qui prévalait dans une économie de type mercantiliste. Il était déjà en gestation durant la période mercantiliste qui a entraîné un affaiblissement de la position des individus et des communautés face au gouvernement. Le capitalisme n’est pas statique mais dynamique. Il n’a cessé de s’adapter et d’évoluer dans une sorte de continuum qui va des débuts de la société préindustrielle, via la société industrielle jusqu’à la société postindustrielle, passant du capitalisme commercial au capitalisme industriel et managérial, puis au capitalisme financier, les quatre étapes restant étroitement liées.

  • 3 « There are, indeed, abundant indications that the capitalist spirit, as evinced in the conception (...)
  • 4 « A merchant […] is not necessarily the citizen of any particular country. It is in a great measur (...)

7L’entrepreneuriat a toujours constitué la réponse proactive aux excès réglementaires depuis la période mercantiliste jusqu’à nos jours. Comme le dit E. Lipson (1960 : 215) : « Il existe en vérité une multitude d’éléments qui montrent que l’esprit capitaliste tel qu’il se fait jour dans la conception et la réalisation de grandes entreprises spéculatives date d’avant la révolution industrielle3. » La figure héroïque de l’entrepreneur évoquée au XXe siècle par l’économiste Schumpeter (1911) a pris sa dimension épique avec l’état d’esprit universaliste ou internationaliste des premiers marchands-aventuriers. L’esprit entrepreneurial du capitalisme met en question la notion même de frontière. C’était déjà le cas aux XVIIe et XVIIIe siècles. Adam Smith (1776 : 373) souligne cette évolution et pose en principe qu’« un marchand […] n’est pas nécessairement le citoyen d’un pays donné » et que « […] le lieu où il exerce son activité commerciale lui est dans une grande mesure indifférent »4. À l’heure actuelle, la globalisation, qui plus est, a donné naissance à une nouvelle forme de souveraineté économique impossible à localiser géographiquement. Par voie de conséquence, le capitalisme sans entrave qui a présidé à l’activité économique ces dernières années est censé avoir porté un coup fatal aux institutions financières dans le monde entier. On l’accuse d’avoir entraîné la métastase monstrueuse de la sphère financière, et d’être responsable de son éclatement et de l’onde de choc dévastatrice qui a suivi. La responsabilité en incombe au dérèglement anarchique d’un esprit entrepreneurial dévoyé par un capitalisme financier totalement débridé. On ne saurait nier qu’entreprendre a toujours comporté une forte dimension financière. Le champ de la finance est directement lié à l’activité entrepreneuriale, sauf dans le cas de l’entrepreneuriat social qui, redisons-le, ne dépend pas du marché.

II. Vers un entrepreneuriat de bulles et d’agioteurs : les dérèglements d’un capitalisme sans limites

II. 1. Des « projeteurs utiles » aux spéculateurs résolus

  • 5 Jonathan Swift utilise l’expression « useful projectors ».
  • 6 Voir l’entrée “Projector” dans l’Oxford English Dictionary et la citation tirée de D. Featley, 163 (...)

8L’économie capitaliste a déjà connu le type de crise que nous venons de traverser, toutes choses étant égales par ailleurs. Parmi les projeteurs que nous avons mentionnés plus haut, figuraient aussi un certain nombre d’individus que nous pourrions assimiler à nos traders voyous – une nouvelle race d’entrepreneurs escrocs passés maîtres dans l’art de la manipulation. En fait, dès 1636, une deuxième acception du terme transforme nos « projeteurs utiles »5, comme Jonathan Swift (1738 : XLIX) les appelait, en « spéculateurs résolus à voler les riches et à duper les pauvres » selon la citation que propose l’OED pour illustrer la notion6. Dès les années 1690, il existait une activité intense dans le domaine des transactions portant sur les actions des plus grandes compagnies commerciales ou des plus importantes manufactures. Le pic d’activité a été atteint en 1694, à l’occasion de la création de la Banque d’Angleterre. 150 compagnies virent le jour en 1695 contre seulement 28 en 1688. Bon nombre d’entre elles firent faillite car elles n’étaient ni techniquement viables ni financièrement saines. Sans parler du manque cruel de savoir-faire entrepreneurial de leurs fondateurs. La prolifération du crédit peut être attribuée à la frénésie spéculative mais aussi à l’expansion des manufactures du fait de la révolution industrielle et de l’augmentation concomitante des besoins de financement. Mais on pourrait faire remonter cette spéculation aux développements techniques favorisés par la création de la société royale en 1662, comme à l’extension du commerce international. Les membres de la Société Royale étaient tout autant des philosophes spéculatifs que des philosophes pratiques que leurs observations concrètes portaient à la recherche et aux innovations. Les nouvelles inventions et les progrès techniques entraînaient également une augmentation des investissements qui rendait le système de production de plus en plus capitaliste.

II. 2. Triomphe de la cupidité spéculative et méfaits de l’entrepreneuriat sauvage

  • 7 «In the good old days of Trade […] there were no Bubbles, no Stock jobbing, no South sea Infatuati (...)
  • 8 « An act to refrain the number of ill practices of brokers and stock-jobbers. », London Gazette, n(...)

9De tous ces projets financiers et commerciaux illusoires, l’exemple le plus parlant reste le South Sea Bubble, la Bulle des mers du Sud. La montée en flèche de la valeur des titres de la Compagnie des mers du Sud se termina par un krach boursier entraîné par une vague de spéculations intensives. Les faillites d’investisseurs qui avaient acheté à crédit se multiplièrent. L’effondrement de nombreuses compagnies finit par atteindre les orfèvres et les quelques banques existantes devenus incapables de récupérer les prêts consentis sur les actions douteuses de certaines sociétés par action. Daniel Defoe (1726 (2) : 7), que cite l’OED à l’article Bubble, regrettait « Le bon vieux temps du commerce quand n’existaient ni bulles ni agioteurs […]7. », et ce, malgré la promulgation dès 1719 d’une loi connue sous le nom de Loi sur les Bulles qui visait à restreindre un certain nombre de pratiques extravagantes et injustifiables. Notons d’ailleurs que, déjà en 1697, la London Gazette, dans sa livraison du 19 avril, faisait état d’une loi visant à limiter le nombre des agioteurs et à contrecarrer leurs pratiques délictueuses8. Plus de trois siècles plus tard, Joseph Stiglitz dans Le Triomphe de la cupidité (2010 : 73) remarque à son tour que « les bulles et leurs suites sont aussi anciennes que la banque et le capitalisme ».

10Au début des années 1860, on retrouve le même type de scénario provoqué par une multiplication imprudente de sociétés par actions. Une fièvre spéculative s’empara du monde des affaires et, en 1866, une maison d’escompte de premier plan, la Overend, Gurney and Co., saignée à blanc par des prêts hasardeux finit par faire faillite, entraînant dans sa chute de nombreuses petites entreprises. Aujourd’hui, dans le monde entier, les gouvernements réagissent de façon identique contre les bulles successives – telles que, la bulle technologique, la bulle Internet, la bulle immobilière, la bulle financière, cette dernière relevant des comportements erratiques voire délictueux de certains traders – et contre une propension à considérer la bourse comme un casino. On assimile l’évolution marchande des institutions du monde de la finance au comportement spéculatif des acteurs privés et aux situations propres aux temps de crise.

III. La « société entrepreneuriale », projet d’économie politique libérale bien tempérée ?

11David Audretsch (2007) a récemment mis en avant le concept de « société entrepreneuriale » qu’il juge en parfaite cohérence avec les valeurs américaines et celles de la modernité libérale. Posons-nous donc la question de savoir si de telles sociétés cherchant à concilier préoccupations économiques et bien-être social ont existé dans le passé.

III. 1. L’aventure entrepreneuriale sous contrat social : l’exemple du Mayflower Compact

  • 9 Voir le texte du Mayflower Compact : « […] combine ourselves together into a civil Body Politick, (...)

12Il s’agit, sans aucun doute, d’une réalité anglo-saxonne spécifique que nous pouvons faire remonter au premier document jamais rédigé qui en atteste, pour ainsi dire, l’existence – le Mayflower Compact – contrat signé à bord du Mayflower le 11 novembre 16209. Chacun sait que les États-Unis sont le seul pays au monde fondé, à l’origine, sur un contrat d’entreprise, les Pères Pèlerins agissant en tant qu’entrepreneurs individuels réunis pour un projet commun et un groupe de Marchands-aventuriers de Londres jouant le rôle de capital-risqueurs ou d’anges-gardiens d’entreprises. En fait, les treize colonies originelles ont été construites sur des modèles différents et selon des statuts juridiques variés qui vont de la colonie royale à la société privée par actions (jointstock society). Mais c’est l’esprit entrepreneurial de leurs fondateurs (autre définition des dictionnaires pour projeteur ou entrepreneur) qui a présidé à l’édification des sociétés entrepreneuriales en promouvant pragmatisme, confiance en soi et créativité. Ces caractéristiques étaient favorables au développement de la vie sociale, de la coopération, des activités communautaires, grâce à une relation et une communication positives. Elles signifiaient autonomie et défi tout en reposant sur une conception bien ancrée de la solidarité. Les mots-clés du Mayflower Compact sont ordre, préservation et progrès – en accord parfait avec le modèle de développement durable que l’on s’efforce actuellement d’atteindre socialement et économiquement à l’échelle mondiale. L’idée d’ordre montre qu’une société entrepreneuriale doit être réglementée et dirigée comme nous dirions aujourd’hui. L’idée de préservation correspond à la volonté de tenir la communauté à l’abri du danger et du mal, ce qui signifie que dans leur conception de la durabilité les Pères-Pèlerins ne se focalisaient pas tant sur leur environnement que sur leur survie. Le concept d’avancement, de progrès, signifie qu’ils espéraient porter leur communauté à un stade supérieur de développement.

III. 2. Équilibrer les préoccupations économiques et le bien-être social : le retour de la responsabilité sociale et d’un entrepreneuriat social

13Remarquons, en passant, que dans l’expression plus contemporaine de « développement durable », le mot « durable » doit s’entendre comme « socialement responsable ». À l’heure actuelle le concept de durabilité se rapporte également à la qualité de vie d’une communauté, aux liens très étroits établis entre des facteurs sociaux, économiques et environnementaux. La performance des entreprises ne se matérialise plus exclusivement dans les notions de retour sur investissements ou de ratio de productivité. On exige des entrepreneurs qu’ils agissent davantage dans l’intérêt de la société quand il est question de sauvegarder l’emploi, l’environnement ou de définir des stratégies opérationnelles permettant de résoudre des problèmes sociétaux non résolus par l’intervention publique.

14À nos yeux, le concept de société entrepreneuriale est donc très proche de celui de Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), lui-même lié à la notion ‘englobante’ de durabilité. Le vieillissement des pays industrialisés étant inévitable, l’idée était de « verdir » l’économie globalisée de façon à rendre le développement économique soutenable tout en prenant en considération ses dimensions sociales. L’esprit entrepreneurial du capitalisme s’intéresse désormais à l’interaction des inquiétudes sociales et des préoccupations financières et budgétaires. Il prend davantage conscience du poids du bonheur comme variable dépendante importante. N’oublions pas que la poursuite du bonheur figure en bonne place dans la Déclaration d’Indépendance américaine. Le capitalisme entrepreneurial tendrait ainsi à devenir apprivoisé dans une société plus juste et plus humaine.

III. 3. Felicity calculus vs utility calculus

15D’une manière générale, dans la littérature économique anglo-saxonne, l’opposition entre le calcul de félicité à la Jeremy Bentham ou le calcul d’utilité à la Stanley Jevons explique les heurts constants entre le capitalisme sauvage et le capitalisme maîtrisé puisque ce qu’on appelle une économie courtoise (gentlemanly economy) relève du château en Espagne. D’un côté, l’accomplissement des aspirations de l’homme est mis en avant, de l’autre, l’efficacité économique. Cela devrait se traduire dans les entreprises par un résultat d’exploitation qui figurerait dans une bottom-line unique, tout à la fois éthique et financière, quantitative et qualitative. Malheureusement, la quête des valeurs matérialistes (pouvoir, contrôle, profit) va à l’encontre de la poursuite du bonheur puisqu’elle conduit à un abaissement du bien-être individuel en provoquant déprime, dépression, anxiété voire burn-out et détériore les relations interpersonnelles. L’auri sacra fames mène ainsi à des conflits et des comportements asociaux. L’idée de juste milieu est peut-être mieux représentée par le concept smithien d’harmonie entre les intérêts particuliers et l’intérêt général. En favorisant le bien-être d’autrui on accroît automatiquement le sien propre et vice versa.

16L’utilitarisme de Bentham prétend qu’une action juste consiste à promouvoir le plus grand bonheur pour le plus grand nombre. Adam Smith, quant à lui, en développant son concept de sympathie au chapitre 1er de sa Théorie des Sentiments Moraux (1756), pose en principe que l’homme tire satisfaction non seulement de son propre plaisir mais aussi de la sympathie qu’il éprouve pour l’expérience des autres. Dans la Richesse des Nations (1776) ce sera le principe de la main invisible en économie qui va dans le sens de celui de sympathie puisqu’il assure le bien-être de tous même si les individus recherchent leur propre intérêt. Le comportement matérialiste et intéressé, nécessaire à la dynamisation du système capitaliste, dérive finalement de la sympathie. Se plier à l’impératif social de sympathie fait partie de la responsabilité individuelle du chef d’entreprise. Francis Hutcheson (1728) avait développé quelques années auparavant le concept apparenté de bienveillance (benevolence). Il insistait sur le fait qu’une action vertueuse tendait à promouvoir le bonheur des autres et le bien-être collectif et constituait ainsi la société.

17En vérité, les entrepreneurs ne sont pas exclusivement mus par des considérations économiques mais aussi par des principes moraux et éthiques qui sont fréquemment mentionnés dans les déclarations des milieux d’affaires. Josiah Wedgwood (1730-1795), l’une des grandes figures anglaises de la révolution industrielle, réputé pour son savoir-faire organisationnel, s’efforçait de se comporter avec ses employés en suivant, pour ainsi dire, la ligne de conduite éclairée des chefs d’entreprise socialement responsables que l’on vante si souvent aujourd’hui. Plus près de nous, les Américains David Packard et William Hewlett ont inventé le concept de l’entreprise moderne bienveillante en vertu duquel il faut traiter le personnel dans un esprit de justice et d’équité. L’objectif primordial de Walt Disney était « de rendre les gens heureux » (Kitti, 2001 : 255). Microsoft s’engage à changer le monde pour le meilleur.

IV. De l’entrepreneuriat responsable au capitalisme apprivoisé : utopie altruiste du possible ou chimère idéologique de la société entrepreneuriale ?

18En vérité, la culture de la réussite individuelle à tout prix qui est profondément enracinée dans l’esprit du capitalisme va à l’encontre des principes fondamentaux de la société entrepreneuriale. Ce que la société et ses membres attendent, théoriquement, du monde des affaires d’aujourd’hui c’est qu’il devienne plus altruiste, voire plus solidaire. Il doit assumer ses responsabilités vis-à-vis de l’environnement, se préoccuper de toutes les parties prenantes, que ce soit sur le lieu même de travail ou en dehors de celui-ci. Il doit engendrer création de richesse et ménager un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, sans oublier d’assurer un juste retour sur investissements aux actionnaires. Être une entreprise socialement responsable implique de surveiller les effets de certaines pratiques de management sur le bien-être physique et psychologique du personnel. Joseph Stiglitz (2010 : 225) remarquait récemment que « lorsque les entreprises maximisent leurs profits, elles maximisent aussi, dans l’idéal, le bien-être social ». Dans le même ordre d’idée, François Perroux (1948 : 23-24) lie la notion de profit à celle d’instinct d’acquisition, à celle de puissance mais aussi à l’instinct de création et éventuellement même à l’instinct altruiste. Mais les dirigeants d’entreprise, soumis à d’intenses pressions de la part de leurs actionnaires, tendraient plutôt à se ranger du côté de Milton Friedman et de la déclaration péremptoire qui sert de titre à son article du New-York Times Magazine du 13 septembre 1970, « La responsabilité sociale de l’entreprise est d’accroître ses profits ». Il s’agit là d’une opposition entre deux logiques de répartition de la valeur économique propres l’une au shareholder capitalism (le capitalisme des actionnaires) et l’autre au stakeholder capitalism (le capitalisme des parties prenantes) qui n’ont rien de commun avec l’esprit entrepreneurial originel du capitalisme et de ses marchands-aventuriers. François Perroux (1948 : 23) dans son livre Le Capitalisme, résume bien la situation :

Le caractère le plus notable du profit d’entreprise [est] […] de lancer l’appel le plus pressant aux tendances les plus diverses du psychisme humain. Le profit mobilise le meilleur et le pire aux fins de l’efficience économique […]. Le profit est la quintessence du système capitaliste.

Bibliographie

Bibliographie

Audretsch, David, 2007, The Entrepreneurial Society, NY, Oxford University Press.

Champroux, Nathalie, Frayssé, Olivier, 2005, Entreprises et entrepreneurs dans leur environnement en Grande-Bretagne et aux États-Unis, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Defoe, Daniel, 1726, The Complete English Tradesman, 2: 7, Gale ECCO, Print Editions [2010].

Esposito, Marie-Claude, Zumello, Christine (éds.), 2003, L’entrepreneur et la dynamique économique, Paris, Economica.

Friedman, Milton, 1970, « The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits », New-York Times Magazine, 13 sept. 1970.

London Gazette, 1697, no 3280, 5 avril, p. 1, http://www.london-gazette.co.uk/issues/3280/pages/1, consulté le 9 mars 2012.

Goltz, Jay, 2010, « What Exactly is a Social Entrepreneur? », The New York Times, http://boss.blogs.nytimes.com/2010/08/16/what-exactly-is-a-social-entrepreneur, consulté le 16 août 2010.

Loizos, Heracleous, Lan, Luh Luh, 2010, Harvard Business Review, http://hbr.org/2010/04/the-myth-of-shareholder-capitalism/ar/1, consulté le 4 mai 2011.

HP Alumni, « The HP Way », http://www.hpalumni.org/hp_way.htm, consulté le 20 septembre 2011.

Hutcheson, Francis, 1728, An Essay on the Nature and Conduct of the Passions and Affections, With Illustrations on the Moral Sense, Dublin, J. Smith and W. Bruce.

Kitti, Ted, 2001, Be our Guest, Perfecting the Art of Customer Service, NY, Disney Enterprise, 52.

Lipson, Ephraim, 1960, Economic History of England, Londres, Adam and Charles Black, 3: 215.

Mill, James Stuart, 1848, Principles of Political Economy with some of their Applications to Social Philosophy, “On the Likely Futurity of the Working Class”, vol. 4, ch. 7, http://www.econlib.org/library/Mill/mlP62.html, consulté le 2 mars 2011.

Packard, David, 1995, The HP way, New York, Harper Business.

Pfeffer, Jeffrey, 2010, « Building Sustainable Organizations: The Human Factor », Academy of Management Perspectives, 24 (1): 43.

Péron, Michel (éd.), 2002, Transdisciplinarité : fondement de la pensée managériale anglo-saxonne ? Paris, Economica.

Perroux, François, 1948, Le Capitalisme, Paris, Que sais-je, Puf.

Schumpeter, Joseph A., 1911, Theory of Economic Development, Cambridge, Harvard, University Press.

Smith, Adam, 1776, The Wealth of Nations, Londres, J. M. Dent & sons LTD, 1: 373, [1947].

Smith, Adam, 1790, The Theory of Moral Sentiments, Londres, A. Strahan, T. Cadell; D. D. Raphael, A. L. Macfie (eds.), Oxford, Clarendon Press, [1976].

Swift, Jonathan, 1738, A Complete Collection of Genteel and Ingenious Conversations, Londres, p. XLIX.

Stiglitz, Joseph, 2010, Freefall, New York, WW Norton.

Thomas, Maurice W. (éd.), 1961, A Survey of English Economic History, Londres, Blackie & son.

Notes

1 Voir les interventions du colloque mises en ligne : http://www.univ-paris3.fr/38534094/0/fiche___actualite.

2 Le terme de « merchant-adventurer » est le terme générique utilisé à l’époque mercantiliste pour désigner les marchands engagés dans l’organisation et l’envoi d’expéditions Outre-mer et l’établissement de manufactures et de comptoirs à l’étranger.

3 « There are, indeed, abundant indications that the capitalist spirit, as evinced in the conception and execution of large and speculative enterprises, is older than the Industrial Revolution. »

4 « A merchant […] is not necessarily the citizen of any particular country. It is in a great measure indifferent to him from what place he carries on his trade. »

5 Jonathan Swift utilise l’expression « useful projectors ».

6 Voir l’entrée “Projector” dans l’Oxford English Dictionary et la citation tirée de D. Featley, 1636, Clavis Mystica, XXXIV, p. 447 : « Let not the Projector pretend the publicke good, when he intends but to robbe and to cheat the poore. »

7 «In the good old days of Trade […] there were no Bubbles, no Stock jobbing, no South sea Infatuations […].»

8 « An act to refrain the number of ill practices of brokers and stock-jobbers. », London Gazette, no 3280, 5 avril 1697, p. 1, http://www.london-gazette.co.uk/issues/3280/pages/1, consulté le 3 mars 2011.

9 Voir le texte du Mayflower Compact : « […] combine ourselves together into a civil Body Politick, for our better Ordering and Preservation, and Furtherance of the Ends aforesaid ; And by Virtue hereof to enact, constitute, and frame, such just and equal Laws, Ordinances, Acts, Constitutions and Offices, from time to time, as shall be thought most meet and convenient for the General good of the Colony ; unto which we promise all due submission and obedience. ».

Auteur

Professeur émérite à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, spécialiste de langue, littérature et civilisation des pays anglo-saxons. Recherches en lexicologie, histoire des idées, éthique de l’entreprise. Son intérêt pour l’interculturel apparaît dans ses contributions à de nombreux ouvrages et articles dont L’Europe interculturelle : mythes ou réalité, Éditions d’Organisation, 1991 ; Transdisciplinarité : fondement de la pensée managériale anglo-saxonne, Economica, 2002, sous sa direction. Il est membre du CERVEPAS. Son expérience de quatre mandats consécutifs de maire l’a sensibilisé aux problèmes des sociétés entrepreneuriales.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540