Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones

 | 
Jacques-Henri Coste

Introduction

Full text

1Cet ouvrage est l’aboutissement d’un projet de recherche mené sur l’entrepreneur, l’entrepreneuriat et ses contextes d’occurrence par le Centre de recherche sur la vie économique des pays anglo-saxons (CERVEPAS) de l’université Sorbonne nouvelle. Il s’inscrit dans la continuité des travaux entrepris sur les ressorts et les acteurs dominants de la dynamique économique anglo-saxonne et sa puissante force de changement et de restructuration (Esposito & Azuelos, 1997 ; Péron 2002 ; Esposito & Zumello 2003 ; Champroux & Frayssé, 2005 ; Azuelos & Esposito, 2006 ; Peyronel & al. 2011 ; Zumello, 2011). Le livre s’étaye sur l’hypothèse centrale que les entrepreneurs anglo-saxons et leurs réseaux, l’impact de leurs projets innovants, jouent un rôle moteur dans la reconfiguration des sociétés anglophones autour de valeurs et de normes entrepreneuriales et participent ainsi au rayonnement mondial d’une nouvelle économie politique en voie de transnationalisation. Ils contribuent à la suprématie de la société civile sur d’autres instances politiques concurrentes tout en affirmant un ethos démocratique de liberté et de mobilité sociale. L’entrepreneuriat envisagé en tant que comportement économique et conduite morale favoriserait la montée de sociétés entrepreneuriales fondées sur l’autonomie des individus, les valeurs de marché et l’innovation. Ces pratiques et discours concouraient, in fine, à l’émergence d’un modèle mondial de capitalisme entrepreneurial créateur de nouvelles formes de liens économiques et sociaux.

2Ce travail de recherche prolonge ainsi la réflexion sur les évolutions économiques récentes du monde anglophone suite au processus de globalisation et aux changements sociétaux qui en découlent. Il analyse tout particulièrement l’imbrication sociale et politique de phénomènes économiques entrepreneuriaux afin de les situer dans les espaces où ils s’enracinent et de repérer leur généralisation à d’autres sphères sociales, leurs transferts vers d’autres cultures et leurs éventuelles hybridations. Les travaux rassemblés ici sont le fruit d’un colloque international qui s’est tenu en septembre 2010 en Sorbonne. Il a permis aux spécialistes de l’entrepreneuriat et de l’aire anglophone de confronter leurs points de vue et d’étudier la montée d’une société entrepreneuriale qui met en contact et en dialogue les mondes anglophones et les aires culturelles avec lesquelles ils interagissent. C’est au sein de l’anglosphère que ce modèle entrepreneurial de capitalisme s’est le plus rapidement diffusé avant d’exercer son influence sur d’autres aires culturelles (l’Europe, Hong Kong, la Chine, etc.), en dépit de la crise économique mondiale en cours et de contextes socio-politiques très variés.

3Les contributions retenues visent à rendre compte d’une combinatoire articulant une dynamique entre, d’une part, la spécificité culturelle et la rémanence d’une matrice entrepreneuriale du capitalisme anglo-saxon ancrée au cœur du monde anglo-américain et, d’autre part, l’extension et la transformation d’une économie politique anglophone vers des communautés locales et des pays liés à l’anglosphère qui privilégient la fonction entrepreneuriale et l’ordre spontané du marché pour assurer leur développement. Elles se proposent d’interroger dans une perspective transdisciplinaire et comparative la diversité des formes entrepreneuriales, le rôle, la fonction et l’impact de l’entrepreneuriat en tant que phénomène innovant, multivarié, dont la dimension est indissociablement économique et sociale, individuelle et institutionnelle. Les auteurs analysent la diversité et la pluralité intrinsèques des formes inhérentes à un modèle entrepreneurial en voie de mondialisation et qui place en son centre un esprit de liberté et de concurrence, une valorisation de l’action d’entreprendre, l’agir de l’acteur entrepreneur autonome (agency), tout en l’interstructurant avec des instances médiatrices et institutionnelles qui l’autorisent et permettent son actualisation. Ces changements sociaux et les nouvelles combinaisons économiques et structurelles qui les accompagnent ont ainsi des conséquences culturelles, sociétales et politiques déterminantes et transforment les paradigmes existants et le modèle du capitalisme anglo-saxon initial.

4En effet, le champ et la portée de l’entrepreneuriat entendu comme fonction d’innovation (Schumpeter, 1934), prise de risques en contexte de forte incertitude (Knight, 1921), perception et exploitation d’opportunités (Kirzner, 1973), processus de création d’entreprises (Gartner, 1985) et émergence d’entreprises et développement de projets (Fayolle, 2007), ne cessent de s’élargir. Ils constituent dans les pays anglo-saxons, dans l’anglosphère, en Europe et désormais dans la sinosphère (Ho & Cheng, 2010) une pratique innovante largement partagée et un discours mobilisateur sur le changement social relayé par un très grand nombre d’acteurs issus de la société civile mondiale.

5En réponse à la globalisation économique et à la fragmentation sociale qui en résulte, un nouvel esprit du capitalisme s’étend à tous les domaines de la vie économique et sociale et brouille les frontières entre secteurs privé et public, logiques économiques et logiques sociales (Boltanski & Chiapello, 1998). Ce processus de transmutation de l’environnement économique, politique, culturel apparaît comme une émanation du capitalisme anglo-saxon originel mais aussi comme le produit de l’évolution récente des sociétés. C’est l’expression d’un projet d’économie politique paradoxal. Il ne se fonde pas exclusivement sur l’individualisation croissante, l’autonomie d’acteurs atomisés ou leur seul intérêt économique ni n’invoque le principe Schumpétérien de la « destruction créatrice » (Schumpeter, 1934) comme unique déterminant. Il prend également appui sur une forme renouvelée de lien social structurant la manière du « vivre ensemble » en société autour de valeurs et de pratiques communes. L’entrepreneuriat est, sans aucun doute, un processus conflictuel de création et d’appropriation de la valeur économique central pour les sociétés de la modernité libérale. C’est aussi, dans le même temps, un processus collectif, éminemment social, d’exploration et de création d’opportunités qui requiert des partenariats, des coopérations sociales, des réseaux, des outils et un langage communs. La construction de formes originales de lien social fondées sur une culture de l’initiative, la libre entreprise, la concurrence entre intérêts pour le profit économique mais aussi des formes partagées de capital social via les réseaux sociaux, reste fortement insérée, encastrée dans des aires culturelles, des économies politiques et des contextes variés désormais très interconnectés (Granovetter, 1983 ; 1985 ; 2005 ; Swedberg, 2000 ; 2005). Les entrepreneurs sont devenus, par ailleurs, des acteurs économiques, éthiques mais aussi politiques incontournables qui façonnent à leur manière les institutions, l’espace public. Ils proposent à la société civile dans laquelle ils sont insérés de nouveaux modèles d’action collective, d’identification individuelle (entreprising selves) et d’intégration mondiale.

6La crise récente que traversent les grandes organisations plus managériales et l’économie mondiale redonne, paradoxalement, un nouveau lustre et un rôle plus central à la « figure héroïque » de l’entrepreneur individuel et à ses œuvres. Elle souligne également l’importance de la dynamique sociétale qu’impulsent les familles, les diasporas, les réseaux entreprenants, les régions et tous les entrepreneurs sociaux qui se sentent investis d’une mission économique mais aussi sociale et morale de transformation de la société (Coste & Michel, 2013). La montée de l’entrepreneuriat en tant que phénomène économique, social et sociétal reflète ainsi de profonds changements d’attitudes, un bouleversement des valeurs et des pratiques au sein des systèmes économiques et sociaux. L’émergence de nouveaux discours politiques donne cohésion et force aux sociétés entrepreneuriales de la postmodernité libérale ou du postcommunisme. Nous aurions ainsi quitté la société salariale et son organisation managériale, bureaucratique, disciplinaire pour entrer dans ce que Norbert Elias (1987) dénomme : La société des individus. Les individus, s’ils sont liés par des liens de dépendance réciproque, restent libres de choisir entre plusieurs façons d’agir. L’entrepreneuriat devient une modalité démocratique de production de la valeur économique mais aussi un mode de gouvernement de soi et une procédure de gouvernance et de coordination des groupes et des sociétés grâce à un mécanisme de concurrence interindividuelle érigée en norme sociale (Dardot & Laval, 2010). Pour Michel Foucault (2004) qui a analysé le nouveau tour de cette « gouvernementalité » libérale, chacun se fait l’entrepreneur de lui-même et conduit ses choix en concurrence avec ceux de ses semblables, à partir des informations qu’il possède et du projet de vie qu’il souhaite élaborer sinon « sculpter ».

7La valorisation de cette faculté entrepreneuriale au détriment de l’interventionnisme étatique a connu un essor sans précédent depuis les années 1980 suite aux politiques néolibérales lancées par les gouvernements Thatcher en Grande-Bretagne et Reagan aux États-Unis. Peter Drucker (1985 : 254-255), dans le chapitre conclusif de son ouvrage intitulé Innovation and Entrepreneurship où il adopte une perspective très normative, met le concept de « société entrepreneuriale » en avant pour caractériser la nécessité d’un nouveau régime socio-économique seul à même de relancer les économies keynésiennes en crise.

  • 1 « What we need is an entrepreneurial society in which innovation and entrepreneurship are normal, (...)

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une société entrepreneuriale au sein de laquelle l’innovation et l’entrepreneuriat soient des processus normaux, stables et constants. De la même manière que le management est devenu l’outil de gestion de toutes les institutions et l’outil d’intégration de notre société à organisations, l’innovation et l’entrepreneuriat doivent devenir des activités vitales pour nos organisations, notre économie et la société.1

8David B. Audretsch, dans son ouvrage intitulé The Entrepreneurial Society (2007), reprend l’expression à son compte et développe l’argumentation. Il constate l’émergence d’un capitalisme entrepreneurial qu’il pose comme un facteur déterminant de la croissance à la suite de Baumol (1968 ; 2007). Ce nouveau régime productif viendrait remplacer le capitalisme managérial et la technostructure de l’ère moderniste fondés sur la grande entreprise hiérarchique qu’il accuse de ne pas être assez innovante. La dissémination des connaissances et de l’innovation se heurtent, en effet, au mur de l’innovation fermée et au filtre des droits de propriété. Audretsch fait de l’entrepreneuriat un processus ouvert de fertilisation croisée des connaissances et une pratique innovante qu’il place, comme Schumpeter, au cœur de la dynamique de croissance des économies mais aussi de la cohésion des sociétés postmodernes « ouvertes » (Popper, 1945). Selon lui, les sociétés contemporaines utiliseraient la « destruction créatrice » lancée par les entrepreneurs pour créer de la richesse, des emplois et constituer du lien social. Les révolutionnaires de l’économie que sont les entrepreneurs seraient des acteurs destructeurs mais aussi des bâtisseurs d’organisations, de normes, de valeurs. Il s’inspire de la vision Hayekienne (1945) de « l’ordre spontané » (Kosmos) qui émerge de l’interaction des individus et de leurs comportements rationnels d’individus, et de son opposé, la vision d’un ordre volontairement construit par les acteurs (Taxis).

9L’entrepreneuriat est-il une réponse originale des sociétés néolibérales anglophones de la postmodernité face à l’émergence d’une nouvelle ère non seulement productive mais aussi cognitive où pays et acteurs sont désormais interconnectés et en très forte concurrence ? Dans ce cas, la société du savoir n’est-elle pas toujours une « société des individus » ? Chacun, pour se réaliser (MacClelland, 1962), doit faire la preuve de ses qualités et de ses compétences et se mesurer à l’aune des succès et des opinions d’autrui. La notion de société entrepreneuriale a ainsi offert une réponse idéologique aux défis socio-économiques posés par la crise du fordisme, la mondialisation et le retrait volontaire de la régulation étatique. Dès la fin de la guerre froide, elle a fourni un paradigme de substitution et un contre-modèle « sub-politique » (Beck, 1986). La typologie de Baumol (2007) qui fait du « capitalisme entrepreneurial » le modèle économique le plus dynamique entre tous et le fer de lance de l’innovation radicale aux États-Unis a pu être également utilisée pour légitimer des discours politiques de changement, de restructuration et de flexibilisation. Un grand nombre d’institutions publiques et d’organisations privées ont fait de la primauté de la société civile et de l’émergence de ses membres les plus talentueux un des mécanismes autorégulateurs de la démocratie pluraliste et la preuve de sa réussite économique.

  • 2 « […] the agent of change is the individual entrepreneur responding to the incentives embodied in (...)

10On peut toutefois noter un paradoxe sinon repérer l’oxymore : comment une société qui se veut un ensemble uni peut-elle se fonder uniquement sur des processus concurrentiels, le désaccord ou la rupture ? C’est ici que le deuxième corpus en provenance de la sociologie peut aider à replacer l’action économique de l’entrepreneur dans une logique sociale plus complexe, plus réticulaire que ne le permet la seule référence à la rationalité de l’intérêt ou au calcul coût/avantage. Comme le suggère Giddens (1984), l’action de l’entrepreneur est socialement située. Elle ne peut pas seulement être expliquée par des mobiles personnels. Elle est le fruit d’un processus d’inter-structuration entre les actions individuelles et les institutions (Douhan & Henrekenson, 2008). Il faut en effet comprendre comment les institutions « permettent » un certain type d’action humaine et adopter une perspective sociologique plus large sur la fonction entrepreneuriale que la seule explication économique (Smelser, Swedberg, 1996 ; Donzelot, 1994). L’action économique est toujours « encastrée » dans le social, des cadres relationnels et institutionnels qui exercent une emprise selon les théories proposées par Karl Polanyi (1944) et développées par Granovetter (1985 ; 2005). Pour l’économiste et historien institutionnaliste North (1990 : 83) : « […] l’agent du changement est l’entrepreneur qui réagit à des incitations qui sont incarnées dans la structure institutionnelle ».2 Le rôle des idéologies est pour lui également central dans le processus de légitimation d’une vision entrepreneuriale dominante. Elle s’est propagée dans l’anglosphère avec le mouvement de l’entrepreneuriat social et l’action très politique de certains entrepreneurs civiques institutionnels qui ont intégré les cercles de l’élite du pouvoir politique. Les entrepreneurs cherchent, en effet, par des pratiques philanthropiques ou d’influence à échapper aux contraintes qui structurent les interactions humaines et aux règles juridiques d’institutions encadrantes qui ont pour visée de réduire l’incertitude et de réguler leurs pratiques. Enfin, la double fonction équilibrante et déséquilibrante de l’entrepreneuriat doit être également intégrée dans ce cadrage théorique pour rendre compte du double impact des stratégies et de la fonction entrepreneuriale (Baumol, 1990). Il faut ainsi marier le legs théorique de Schumpeter qui repose sur la fonction déstabilisante de la destruction créatrice lancée par l’entrepreneur-innovateur à la contribution ancienne de Gabriel Tarde (1902) où « l’invention [est] considérée comme moteur de l’évolution sociale ».

11On le voit, la transformation de l’entrepreneuriat en logique d’action et pratique de cohésion sociale largement acceptée et recommandée, alors qu’il était, à l’origine, une pratique inhabituelle, anti-conformiste, parfois destructive, en fait un objet économique et social complexe, caractéristique non seulement de l’agent et de son action mais aussi de la culture du nouveau capitalisme (Sennet, 2006) et des mille et une manières de « faire société » dans le monde anglophone.

12L’ouvrage est organisé en trois parties afin de contextualiser tout d’abord les notions croisées d’entrepreneuriat et de civilisation économique au sein des sociétés anglo-saxonnes. Il explore ensuite la double dynamique constitutive de la société entrepreneuriale anglophone (processus d’encastrement social et dynamique d’autonomisation) qui l’anime et la met en tension. Il repère le rôle et l’impact social, sociétal, et transnational des pratiques et des discours entrepreneuriaux sur la constitution des sociétés entrepreneuriales et leur rayonnement. La première partie considère l’entrepreneuriat à la fois comme une émanation du capitalisme anglo-saxon et comme un projet politique porté par les entrepreneurs et façonné également par les valeurs et les normes socio-économiques propres aux sociétés anglophones. La deuxième se concentre sur les dynamiques internes et externes de croissance économique et d’accumulation du capital social propres à un entrepreneuriat qui peut tout autant s’incarner et apparaître comme une stratégie encastrée dans des communautés immigrantes ou autochtones (a) mais aussi comme une expérience transculturelle, transfrontière qui doit s’élargir pour accomplir sa visée autonome et dérégulante (b). Enfin la dernière partie révèle la fonction intrinsèque de changement social que précipite ou met en branle la pratique entrepreneuriale. Elle redevient, une fois le moment de la « destruction créatrice » passé, une affaire de société, d’éducation, de discours commun à partager mais aussi un enjeu plus politique lié au rayonnement du modèle anglo-saxon et à son acclimatation, hybridation et transfert au sein même, par exemple, d’un pays comme la Chine, pays autrefois plus réputé pour son socialisme planificateur que pour le dynamisme actuel de sa classe entrepreneuriale.

13La première partie s’ouvre sur un texte liminaire de Michel Péron qui établit un lien direct entre l’émergence d’un nouvel esprit entrepreneurial et l’essor international du capitalisme marchand (Perroux, 1951), à l’origine de changements quantitatifs dans les domaines de l’économie et de la technologie en Angleterre entre le XVIe et le début du XVIIIe. L’association mercantiliste des projectors et des maîtres de l’argent engendre une dynamique financière extrodéterminée qui est mise au service de l’exploration du monde et qui se traduit par une circulation des biens et une expansion sans précédent du commerce mondial et de la liberté des échanges. L’entrepreneuriat transatlantique des marchands-aventuriers se veut sans entraves, libéré des liens communautaires et tutélaires traditionnels et de la réglementation mercantiliste. Il s’affirme en franche opposition à l’approche étatique et à tout contrôle bridant l’autonomie et la soif pécuniaire de ses acteurs. Les excès d’un capitalisme marchand sans limites transforment toutefois les « projeteurs » en spéculateurs cupides. D’où la nécessité d’équilibrer les intérêts économiques avec les préoccupations sociales et de ré-encastrer l’économie dans le social, faute de quoi l’échange se transforme en spéculation destructrice et n’est plus l’innovation perturbatrice originelle mais néanmoins créatrice projetée. L’aventure entrepreneuriale sous contrat, comme en témoigne l’expérience américaine fondatrice du Mayflower Compact marque une tentative pionnière de concilier, par contrat, préoccupations économiques et bien-être social. L’opposition benthamienne entre calcul d’utilité et calcul de félicité résume également la contradiction interne du capitalisme, lequel doit être apprivoisé, régulé, sauf à s’autodétruire. Intérêts et calcul rationnels au cœur de tout échange ne peuvent être totalement désencastrés des institutions et des normes communautaires qui leur octroient leur possibilité de mise en jeu. La dynamique centrifuge du capitalisme mondialisé des Temps modernes fait ressortir le rôle de ces marchands-aventuriers, entrepreneurs modernes de l’action à risque (Braudel, 1979 ; Sloterdijk, 2011) en quête de liberté religieuse et de richesses.

14À trois siècles d’intervalle, c’est le même esprit entrepreneurial de liberté conquérante et une commune mentalité de créativité et de combat qui anime les entrepreneurs britanniques. À partir du cas emblématique de Richard Branson, Nathalie Champroux montre que ce personnage flamboyant est un agent vecteur des valeurs de la société entrepreneuriale promues par les pouvoirs publics mais aussi un acteur créateur de cette même société en devenir. Ses actions entrepreneuriales sont structurées par son environnement culturel et sociétal, mais elles sont aussi volontairement structurantes de ce même environnement que Richard Branson s’évertue à changer. La fonction créatrice et transformatrice qu’il exerce sur les idées, les mœurs, exprime et accélère la mutation profonde d’une société sortant de l’État-providence des années 1960 et allant vers un développement sociétal de type entrepreneurial. Issu de l’activisme et de la contre-culture de l’époque, cet entrepreneur-étudiant devient un innovateur culturel et un entrepreneur social puis un homme d’affaires avisé qui construit un groupe éponyme, lequel va devenir un empire mondial prospère durant les années Thatcher, Blair et Brown. Arlequin serviteur du marché et de la société anglaise, Branson incarne les identités successives qu’endosse le sujet idéal et libéral de la société entrepreneuriale britannique. Sa trajectoire internationale révèle l’interaction dynamique qui lie les acteurs et leur faculté d’agir sur les structures sociales. Elle souligne la centralité d’un esprit entrepreneurial volontariste et globalisé et d’un puissant capital social qui dérive de l’appartenance à une classe créative préoccupée de son image et de son rayonnement mondial.

15La réflexion sur la problématique croisée de l’acteur (agency) et de l’institution (structure) est prolongée par l’analyse de la trajectoire entrepreneuriale et politique de George Soros, entrepreneur héroïque de la finance. Jacques-Henri Coste se propose en analysant le cas de George Soros, immigrant d’origine hongroise, pionnier et nouvel oligarque américain des fonds spéculatifs (hedge funds), de comprendre les interactions entre l’esprit de l’entrepreneur, les institutions politiques et la construction de la « société ouverte ». Il examine les caractéristiques de l’entrepreneuriat financier tel qu’il a pu s’incarner dans l’univers de ces fonds « alternatifs » ou à risque et considère l’impact de l’utilisation hégémonique d’innovations et d’instruments spécifiques par une nouvelle classe de financiers. George Soros est ainsi une figure centrale de la singularité entrepreneuriale contemporaine et l’incarnation de la réussite du self-made-man américain et de l’homme d’affaires transatlantique et cosmopolite. Il repère les contradictions et tensions entre logiques économiques et logiques sociales que tente de dépasser cet homo œconomicus calculateur et ce sujet libéral qui s’affiche tout autant homo socialis généreux. Le milliardaire qui a mis, un temps, la Banque d’Angleterre à genoux, ne se conçoit qu’inséré dans des jeux de pouvoir, en dialogue toutefois avec un cadre institutionnel américain et un contexte culturel mondial qu’il tente de structurer via ses fondations philanthropiques, ses multiples réseaux et de façonner selon sa propre vision du monde et son intérêt bien entendu. L’entrepreneuriat financier a ainsi acquis un pouvoir de gouvernance politique qui est désormais au cœur des sociétés entrepreneuriales anglophones et mondiale.

16Aux États-Unis, le développement rapide d’un entrepreneuriat technologique et l’expansion foudroyante des réseaux sociaux et des plateformes collaboratives ont permis une désintermédiation, une virtualisation du lien social et la massification de relations inter-individuelles. Ces bouleversements socio-techniques ont favorisé une autonomie croissante des individus tout en recréant des interdépendances plus étroites avec les autres membres de la société. Pour illustrer cette mise en réseau généralisée des individus et de leurs désirs et cette reconfiguration numérique, invisible, de la solidarité au profit de firmes de l’Internet, Marie-Christine Pauwels étudie la montée d’une nouvelle approche entrepreneuriale de prêt solidaire. Le social lending repose sur l’instrumentalisation et la marchandisation économique des liens sociaux mis en œuvre via un nouveau système d’accès informatique au crédit : le P2P (Peer-to-Peer Lending). Cette nouvelle pratique collective permet à des particuliers de prêter et d’emprunter de petits montants par le biais d’un réseau social qui joue le rôle d’intermédiaire et favorise l’octroi de crédits de particulier à particulier. Cette forme de désintermédiation bancaire, propre à la finance en ligne et qui s’effectue grâce à des plateformes collaboratives, n’est ni philanthropique ni altruiste mais très lucrative. Elle permet de remédier, en partie, à l’absence de capital économique et de capital social en constituant une communauté virtuelle solidaire. La dimension technologique et organisationnelle de ce processus entrepreneurial américain reste en partie cachée. Mais chaque acteur est mis en interdépendance avec d’autres et se retrouve ainsi uni à eux par l’intermédiaire d’une transaction virtuelle dont la valeur est économique mais aussi sociale. Ces nouveaux forums cultivent les affinités électives et prospèrent sur le besoin de cohésion qui anime les individus. Des réseaux d’individus entrent en rébellion contre les conditions de prêts qui leur sont faites par les grandes banques en ré-encastrant les relations économiques au sein de logiques sociales plus communautaires. La force des liens faibles permet d’accéder également à un plus grand nombre d’informations que ne le permettraient les liens forts de la famille. Le P2P est l’aboutissement ultime d’une logique socio-économique entrepreneuriale nouvelle qui investit tous les domaines de la société et inscrit l’instrument réseau social dans une économie de marché et un dispositif de création de valeur sociale.

17La deuxième partie du livre s’attache à saisir les modalités de la croissance entrepreneuriale et les nouvelles stratégies de marché plus locales ou transfrontières que mettent, par exemple, en œuvre les familles immigrantes américaines, les entrepreneurs amérindiens, des promoteurs américains du tourisme mayaniste ou une diaspora d’entrepreneurs d’origine irlandaise pour rassembler du capital social et trouver la meilleure structure d’opportunité. Tous les projets de ces acteurs issus des sociétés anglophones témoignent, à leur manière, de la tension structurante qu’impliquent la dialectique socio-économique de l’encastrement communautaire caractéristique de l’entrepreneuriat ethnique, autochtone mais aussi la dynamique autonome propre à toute initiative transnationale extrodéterminée. C’est ici un processus de désencastrement qui préside aux stratégies de développement externes visant à l’extension d’un marché par des réseaux ou par des diasporas plus éloignées.

18Dans les deux cas, la capacité à entreprendre semble liée à l’établissement de liens sociaux d’un nouveau type qui permettent l’affranchissement relatif des structures communautaires d’appartenance ou offrent la capacité d’articuler en un ensemble cohérent et efficace la culture d’origine avec la culture d’accueil. C’est le constat que dresse Régine Hollander en étudiant le cas de l’entrepreneuriat ethnique américain, lequel est souvent pris dans un dilemme entre mode introdéterminé ou extrodéterminé de constitution du capital social. Faut-il jouer sur les liens communautaires internes existants (bonding) ou sur les liens plus faibles établis an dehors (bridging). Dès lors, est-il possible d’inscrire l’entrepreneuriat familial ethnique aux États-Unis dans le débat sur l’inné ou l’acquis ? En d’autres termes, dans quelle mesure le succès des familles entrepreneuriales qui ont une origine ethnique (ou multi-ethnique) est-il dû à des caractéristiques culturelles et/ou génétiques, à des ressources communautaires, ou à un environnement propice à leur développement ? Une revue de la littérature sur l’entrepreneuriat ethnique et l’entrepreneuriat familial fournit un premier cadre théorique pour aborder ces questions. Pour confirmer ou invalider les théories, le chapitre analyse des statistiques récentes sur les entreprises familiales ethniques et non-ethniques. À l’aide du cadre théorique défini par Roger Waldinger (1986) qui se fonde sur les structures d’opportunité, les caractéristiques de groupe et leurs stratégies, le chapitre montre l’impact de la culture et du contexte sur la capacité d’une famille à créer une entreprise et à la faire prospérer. Il examine les liens entre les entreprises familiales ethniques et les secteurs d’activité, la taille des entreprises, les sources de financement et l’esprit d’entreprise et d’innovation. Il tente aussi de montrer que, bien qu’il y ait une manière américaine de monter une entreprise familiale, les motivations, les valeurs et l’éthique diffèrent néanmoins d’une minorité à l’autre. L’encastrement de la famille entrepreneuriale dans le contexte américain se fait de manière différente et selon la culture d’origine et l’âge des membres de la famille. Arrivés jeunes aux États-Unis, les entrepreneurs ethniques ont ainsi moins tendance à se reposer sur leur communauté d’origine et leur famille. L’accès au crédit se révèle déterminant pour se libérer, se désencastrer des logiques communautaires.

19L’entrepreneuriat autochtone amérindien, quant à lui, semble au contraire pris dans un mouvement plus centripète. Il cherche à ré-enchasser les logiques de marché au sein d’une culture communautaire déjà constituée pour tenter de réactiver un lien identitaire affaibli et refaire société dans la dignité. Marie-Claude Strigler montre que les populations autochtones d’Amérique du Nord qui souffrent d’une pauvreté chronique, d’un niveau d’éducation insuffisant et sont victimes, entre autres, du régime foncier des réserves qui a bouleversé leur mode de vie, se sont lancées dans des stratégies entrepreneuriales de croissance économique pour préserver leur culture minoritaire et mettre en œuvre un projet de renouveau culturel et de développement sociétal. Une « deuxième vague » de développement, après une aide gouvernementale extérieure qui en a fait des assistés, se lit dans les efforts de communautés autochtones pour se prendre en charge et améliorer leur sort, tout en respectant leurs valeurs traditionnelles. Un entrepreneuriat autochtone spécifique a émergé pour tenter de résoudre la difficile question du développement économique et culturel amérindien. Un nombre croissant de communautés indiennes se tournent vers de nouveaux vecteurs de croissance comme l’entreprise privée et la création d’entreprise pour générer de nouvelles sources de revenus et donc d’autonomie. Une forme d’entrepreneuriat composite, fondé à la fois sur les liens forts communautaires et les liens faibles marchands, est ainsi promue. Il est censé réconcilier tradition et innovation, transformer la vie économique et sociétale, greffer un esprit entrepreneurial sur des valeurs résolument communautaires mises au service d’un développement qui se veut durable et tenable. L’émergence d’un nouvel esprit entrepreneurial amérindien ré-encastré dans des traditions indiennes mais aussi dans une conception de la société de marché dessine une autre façon de faire société et communauté en milieu autochtone par le biais de liens faibles mis au service de liens forts.

20Tels les projets coloniaux que portaient les marchand-aventuriers des Temps modernes, l’entrepreneuriat touristique a eu vocation à s’étendre dans le monde et à se dégager de tout ancrage purement national pour privilégier des projets transnationaux fondés plutôt sur des liens faibles. Quitte à transférer méthodes et objectifs de croissance dans un autre contexte culturel qui apparaît comme une source d’opportunités intarissable. C’est ainsi qu’une vision socio-économique nord-américaine du développement touristique a été exportée vers le Mexique. Comme le souligne Eve Bantman-Masum, archéologues et anthropologues ont joué le rôle de passeurs. Ils ont été également le moteur du développement touristique initial des régions maya au Mexique en activant sur place un nouveau cycle économique et en esquissant les contours d’une future intégration socio-économique. La contribution met à jour la relation étroite entre exploration scientifique et innovation entrepreneuriale sur les sites de Chichen Itza (Yucatan) et dans les villages autour de San Cristobal de las Casas (Chiapas). Le tourisme de masse contemporain s’est développé grâce à ces pionniers issus des meilleures universités américaines qui ont attiré les premiers touristes américains au cœur du Mexique maya et tissé des liens de partenariat avec des hommes d’État et d’affaires mexicains. Ces scientifiques ont inventé un premier modèle de développement touristique international fondé sur l’expertise anthropologique et la commercialisation du patrimoine du Mexique indigène. Ils ont participé à la première création de l’image de marque du pays et permis l’émergence d’un produit d’appel touristique qui a ensuite rapidement focalisé l’attention d’une communauté transnationale d’entrepreneurs sur le potentiel touristique de sites naturels remarquables.

21De même que « la mise en tourisme » des sites et de la culture maya résultait d’un processus entrepreneurial d’extraversion lancé par des archéologues-entrepreneurs et jouait le rôle de « pontage » (bridging) en rapprochant deux sociétés et deux systèmes de valeurs américain et mexicain, Anne Groutel nous invite à réfléchir à l’importance stratégique d’une forme apparentée de lien social extravertie mais fondé cette fois sur la proximité culturelle et la persistance de racines culturelles communes. Les liens forts (bonding) qui traversent et unifient la diaspora irlandaise peuvent permettre une forme d’entrepreneuriat de croissance qui pourrait résulter de l’exploitation des réseaux d’hommes d’affaires et du développement transnational des PME irlandaises. L’économie irlandaise est, en effet, à la croisée des chemins. Ces dernières années, elle a beaucoup perdu de son attractivité et de nombreuses multinationales étrangères ont délocalisé leurs activités de production vers des pays à bas coûts. Miser sur le développement de l’entrepreneuriat irlandais apparaît de plus en plus comme un moyen de compenser les pertes d’emplois consécutives aux départs des multinationales et d’aider le pays à assurer une croissance endogène plus durable. Encore faut-il inciter les PME irlandaises à se développer afin qu’elles prennent le relais. Les élites de la diaspora irlandaise peuvent aider les entreprises irlandaises à élargir leur capital social et leur périmètre d’action, à croître en les faisant bénéficier de compétences et de contacts transnationaux dans le domaine des affaires.

22Les contributions rassemblées dans la troisième partie décrivent la puissance extrodéterminée et transformatrice des environnements, leur impact sur les pratiques culturelles et la dynamique entrepreneuriale régénérante que de nouvelles stratégies entraînent. Ainsi le changement externe survenu au sein de l’environnement politique en Irlande, en Chine, a-t-il bouleversé mais aussi relancé de nouvelles approches de l’entrepreneuriat et permis un retour de la croissance entrepreneuriale du fait de l’amélioration des conditions institutionnelles et d’un environnement plus pacifié. Dans le même temps, se renforçaient une stimulation éducative pour une nouvelle approche disciplinaire à l’éducation à l’entrepreneuriat et une propagation d’un ethos entrepreneurial pénétrant de nouvelles sphères sociales comme celle du monde de l’éducation ou de la création artistique.

23Les conditions socio-économiques encadrantes, la stabilité institutionnelle, la réduction de l’incertitude, sont déterminantes lorsqu’il s’agit de créer un cadre propice à la stimulation de l’initiative privée et d’activer le volontarisme des acteurs mais aussi d’exploiter un capital social élargi à toute la société civile et qui ne se cantonne plus à un seul groupe d’appartenance. Valérie Peyronel montre que l’Irlande du Nord, pendant des décennies, mais plus particulièrement entre la fin des années 1960 et le début des années 1990, a été accablée par un violent conflit intercommunautaire qui a détérioré considérablement sa situation économique et sociale, minant la confiance et toute forme de liens sociaux établis sur des bases autres que communautaires. Avant cette période des Troubles, l’économie nord-irlandaise avait déjà souffert de faiblesses structurelles et n’avait pas réussi à retrouver l’esprit d’entrepreneuriat privé qui l’avait caractérisée avant la partition de 1921. La part prépondérante de l’emploi dans le secteur public, par exemple, en était une illustration. Les Troubles ont eu ensuite un effet dissuasif supplémentaire sur l’entrepreneuriat privé, rendant les projets plus difficiles et plus risqués. Cependant, dans les années 1990, l’effet conjugué de la croissance mondiale et du processus de paix, a abouti à la signature de l’Accord du Vendredi Saint et encouragé le développement économique, fournissant aux entreprises privées, tant nationales qu’internationales, de nouvelles opportunités, et réduisant la part du service public dans le marché de l’emploi. Ce nouvel esprit d’entreprise dans l’Irlande du Nord d’après les Troubles, son ampleur, ont eu des effets et des conséquences indéniables sur les structures économiques et sociales de la Province et le renouveau d’une dynamique entrepreneuriale.

24Ce mouvement de convergence des sociétés civiles anglophones vers une généralisation et une pénétration de la pratique entrepreneuriale au sein de toutes les sphères et couches de la société s’est accompagné d’un discours pratique et d’une réflexion plus théorique sur les tenants et aboutissants de la pratique entrepreneuriale et la possibilité de constituer une transdiscipline combinant savoirs théoriques et savoirs d’action. L’action concrète a été mise en textes et a pu être ainsi transmise à des publics divers. Des stratégies éducatives en matière de formation à l’entrepreneuriat ont fleuri en Grande-Bretagne aux États-Unis et en France. Ces nouvelles tendances éducatives qui privilégient une pédagogie active de la création d’entreprise et de la conduite de projet restent toutefois dépendantes de particularités culturelles liées à leurs contextes spécifiques mais aussi au monde anglophone. Mais comme le montre Catherine Coron, une transition rapide vers une nouvelle économie de la formation appliquée, orientée vers l’action entrepreneuriale et la production de valeur socio-économique, s’accélère dans tous les pays du monde anglophone et se propage peu à peu dans le monde. Elle emprunte des trajectoires communes mais présente des variantes et adaptations spécifiques. La rénovation et le développement des formations entrepreneuriales, longtemps placées aux États-Unis sous la férule de l’économie financière et de la gestion, sont en cours et désormais mis au cœur de la transformation des universités et de leur réorganisation facultaire mais aussi du dynamisme des systèmes d’innovation. Ce mouvement de rapprochement entre les besoins de la société civile, le marché mondialisé et des modes d’action privilégiant l’initiative des individus et la floraison de projets se traduit par une reconfiguration des approches éducatives, des représentations et des discours. Pour en comprendre la dynamique et l’une des formes structurantes, Catherine Coron analyse tout particulièrement les formations à l’entrepreneuriat offertes dans l’enseignement supérieur et se livre à une étude comparée des programmes de Master in Business Administration. Les reconfigurations à l’œuvre du fait de l’impact de la crise assignent un rôle stratégique aux formations à l’entrepreneuriat. Elles se voient confiées la mission de mettre en mouvement une société d’entrepreneurs et de l’initiative entrepreneuriale plus efficace.

25L’extension de l’esprit entrepreneurial à la sphère artistique et la généralisation de la notion de créativité se poursuivent à grande vitesse non sans résistances ou enthousiasmes zélés de la part des publics concernés, en quelque sorte « colonisés » par ces discours et visions sociales dominantes. Elen Riot décrit et interprète la stratégie ironique que les artistes adoptent pour résister et s’approprier les représentations et les valeurs plus marchandes qu’entraîne l’influence grandissante d’un modèle artistique anglo-saxon de l’artiste-entrepreneur. La notion de créativité renvoie aussi bien à l’audace entrepreneuriale qu’à la qualité artistique de certaines œuvres. Cependant, est-il légitime de confondre le travail de l’artiste et celui de l’entrepreneur ? Utilisant les histoires racontées par des artistes plasticiens à propos de leur travail, elle remarque que sans refuser un rapprochement avec la figure de l’entrepreneur, les artistes la lisent à l’aune de leur travail quotidien et de leur œuvre. Cette lecture, qui n’est pas exempte d’ironie, est, sans doute, bien différente de celle qu’en feraient d’autres professions, comme les managers ou les entrepreneurs eux-mêmes. En présentant ainsi des témoignages contemporains sur le monde de l’art et de la culture mais également sur l’influence des industries créatives, elle donne une perspective contrastée de la situation actuelle du monde de l’art et note les évolutions récentes de la chaîne de valeur artistique qui renforce la prégnance d’un modèle de référence entrepreneurial anglo-saxon et de son vocabulaire.

26Dans le chapitre de conclusion, Siu-Lun Wong revisite le concept et la métaphore schumpériens de la destruction créatrice. Il fait de ce mouvement par essence extrodéterminé de la déstabilisation d’un ordre autrefois stable le moteur de la dynamique entrepreneuriale et la condition nécessaire et suffisante de son impact. Il y lit une modalité centrale de la transformation radicale des sociétés et un moment clef de l’interaction entre mondes et acteurs autrefois séparés. La mise en contact et en tension qu’occasionnent les recombinaisons productives, politiques ou sociales, à l’occasion de périodes historiques de grand changement ou de rupture, sont ainsi fortement structurées par le rayonnement des acteurs et du modèle entrepreneurial dominant ou influent. La relation de la République populaire de Chine au modèle entrepreneurial anglophone a été ainsi forte suite à l’expérience historique qu’a constituée la rétrocession de Hong Kong à la RPC et aux nombreux contacts et transactions qui ont ainsi lié l’anglosphère à la sinosphère. Il nous invite à replacer cette dérégulation régulante au cœur de tout processus de changement. Les savoirs autrefois dispersés dans la société sont agrégés et réassemblés dans le processus d’innovation par des entrepreneurs économiques et politiques mis en position d’agir. Ainsi, sous l’effet d’un mouvement de brassage des populations, on a assisté à l’émergence d’une première forme de société entrepreneuriale en RPC, phénomène à peine visible il y a de cela quarante ans sur le continent. L’auteur se demande comment cette nouvelle dynamique entrepreneuriale a pu émerger de l’économie planifiée socialiste de la République populaire de Chine. Il avance deux causes premières : le rôle de la Révolution culturelle prolétarienne et le retour de la colonie britannique de Hong Kong dans le giron de la Chine. La Révolution culturelle a stimulé l’entrepreneuriat pour trois raisons : elle a affaibli le contrôle étatique sur une paysannerie par essence dynamique, elle a modifié la structure d’opportunité par un processus de décentrage et a créé un mouvement migratoire interne de très grande ampleur qui a déclenché un grand nombre de créations d’entreprise. Par ailleurs, les négociations sur la rétrocession et le futur de Hong Kong, commencées en 1980, ont posé un défi sans précédent aux dirigeants chinois. Les communistes chinois ont dû se familiariser avec les rouages internes du système capitaliste dont ils avaient fait toutefois l’apprentissage au sein de la colonie britannique. Les revendications nationalistes appelant à la souveraineté de Hong Kong ont légitimé, par contrecoup, auprès de tous les cadres du parti, la nécessité d’accepter la coexistence pacifique entre logiques capitalistes et socialistes. Le développement spectaculaire de l’entrepreneuriat en République populaire de Chine ne va cependant pas sans de nombreux problèmes et contradictions.

27Les nombreux exemples convoqués et étudiés dans l’ouvrage pour rendre compte de l’émergence de sociétés entrepreneuriales au sein du monde anglophone et dans le monde soulignent tous la force et la puissance de la dynamique entrepreneuriale lancée depuis les années 1980 suite au processus de globalisation qui n’a cessé de s’amplifier depuis. La pratique entrepreneuriale a néanmoins adopté des formes diverses et des modalités variées selon que sa visée était extrodéterminée ou introdéterminée. Elle a non seulement bouleversé les économies managériales de l’ère keynesiènne mais aussi traversé et restructuré les sociétés civiles contemporaines, au point d’engendrer de nouvelles formes de lien social et une économie politique dont le cœur reste encore anglo-saxon. Le modèle de capitalisme entrepreneurial anglophone qui se dessine est toutefois en voie de transnationalisation du fait des nombreux transferts, contacts, transactions entretenus avec des acteurs et des sphères multiples qui sont désormais interconnectées. En tant que logique économique autonome et force dérégulante, la « destruction créatrice » lancée par les entrepreneurs, acteurs centraux de l’économie, a eu un impact éminemment social et sociétal du fait de sa fonction très déséquilibrante. Elle a eu, dans le même temps, une fonction rééquilibrante, avec pour conséquence d’imbriquer des phénomènes économiques et politiques, de relier des sphères, des groupes sociaux autrefois dispersés ou guère en contact. La dynamique entrepreneuriale a ainsi créé du lien social puis activé et construit un nouvel ordre socio-économique plus paradoxal fondé sur la tension irrésolue entre une dynamique d’autonomisation des processus économiques et la nécessité sociétale de ré-encastrer l’économie dans les sociétés. De cette exploration des contextes entrepreneuriaux anglophones, il ressort que les sociétés entrepreneuriales sont constituées par une tension structurante fondée soit sur des liens forts émanant de la culture d’appartenance ou de référence des entrepreneurs ou sur des liens faibles caractéristiques des logiques de marché et de désencastrement. La société entrepreneuriale apparaît comme un projet volontariste du capitalisme entrepreneurial anglo-saxon mais aussi comme une dynamique complexe de création de valeur économique et d’accumulation du capital social dont la fonction de changement est intrinsèque. C’est aussi une modalité de représentation et de conciliation du social et de l’économique et un horizon d’attente pour les sociétés du monde anglophone. Cette façon d’envisager l’action sociale autour d’une « cité de projets » économiques constitue une des formes caractéristiques qu’emprunte la construction du lien social au sein des sociétés « liquides » de la postmodernité.

Bibliography

Bibliographie

Aldrich, Howard, Waldingter, Roger, 1990, «Ethnicity and Entrepreneurship», Annual Review of Sociology, 16: 111-135.

Arendt, Anna, 1958, Condition de l’homme moderne, Paris, Calman Levy, chapitre V, « L’action », [1961].

Audretsch, David B., 2007, The Entrepreneurial Society, Oxford, Oxford University Press.

Axelrod, Alan, 2002, Elisabeth I CEO, Strategic Lessons from the Leader who Built an Empire, New Jersey, Prenctice Hall.

Azuelos, Martine, Esposito, Marie-Claude (éds.), 2006, « Les économies anglo-saxonnes et l’innovation : ressorts, enjeux, influences », La Revue LISA/LISA e-journal, 4 (1), consulté le 20 novembre 2011, http://lisa.revues.org/1164.

Baumol, William J., 1968, «Entrepreneurship in Economic Theory», American Economic Review, 58: 64-71.

Baumol, William J., 1990, «Entrepreneurship: Productive, Unproductive, and Destructive», Journal of Political Economy, 98 (5): 898-921.

Baumol, William J., Litan, Robert E., Schramm, Carl J., 2007, Good Capitalism, Bad Capitalism and the Economic of Growth and Prosperity, Yale, Yale University Press.

Beck, Ulrich, 1986, La société du risque, sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion, [2003].

Braudel, Fernand, 1979, La dynamique du capitalisme, Paris, Colin.

Boltanski Luc, Chiapello, Eve, 1998, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Casson, Mark, 2009, «Entrepreneurship : Theory, Institutions and History», Scandinavian Economic Review, 58 (2): 139-170.

Champroux, Nathalie, Frayssé, Olivier, 2005, Entreprises et entrepreneurs dans leur environnement en Grande-Bretagne et aux États-Unis, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Coste, Jacques-Henri, Michel, Dominique (éds), 2013, «Entrepreneuriat social : expériences, limites, perspectives», Entreprendre & Innover, (17) 3.

Dardot, Pierre, Laval, Christian, 2010, Essai sur la nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte.

Donzelot, Jean, 1994, L’invention du social, essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayard.

Douhan, Robin, Henrekenson, Magnus, 2008, The Political Economy of Entrepreneurship, Northampton, Elgar, vol. I et II.

Drucker, Peter, 1985, Innovation and Entrepreneurship, New York, Harper.

Esposito, Marie-Claude, Azuelos, Martine (éds.), 1997, Mondialisation et domination économique : la dynamique anglo-saxonne, Paris, Economica.

Esposito, Marie-Claude, Zumello, Christine (éds.), 2003, L’entrepreneur & la dynamique économique, l’approche anglo-saxonne, Paris, Economica.

Fayolle, Alain, 2007, Entrepreneurship and New Value Creation, The Dynamic of the Entrepreneurial Process, Cambridge, Cambridge University Press.

Foucault, Michel, 2004, Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard/Le Seuil.

Gartner, William B., 1985, «A Framework for Describing the Phenomenon of New Venture Creation», Academy of Management Review, 10 (4): 696-706.

Granovetter, Mark, 1983, «The Strength of Weak Ties: A Network Theory Revisited» Sociological Theory, 1: 201-233.

Granovetter, Mark, 1985, «Economic Action and Social Structure, the Problem of Embeddedness», American Journal of Sociology, 91 (3): 481-510.

Granovetter, Mark, 2005, « The Impact of Social Structure on Economic Outcomes », Journal of Economic Perspectives, 19: 33-50.

Giddens, Anthony, 1984, The Constitution of Society, Outline of the Theory of Structuration, Cambridge, Polity.

Hayek, Friedrich Von, 1945, «The Use of Knowledge in Society», American Economic Review, 35 (4): 519-530.

Ho, Tsai-man C., Cheng, Louella, 2010, Economic Dynamism in the Sinospheres and Anglospheres, Hong Kong, The University of Hong Kong.

Kirzner, Israel, 1983, Perception, Opportunity and Profit, Studies in the Theory of Entrepreneurship, Chicago, Chicago University Press.

Knight, Frank, 1921, Risk, Uncertainty and Profit, Chicago, Chicago University Press, [1985].

McClelland, David, 1962, The Achieving Society, Princeton, Van Nostrand.

North, Douglass, 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Perroux, François, 1951, Le Capitalisme, Paris, Presses universitaires de France.

Polanyi, Mark, 1944, La grande transformation, Paris, Gallimard, [1983].

Popper, Karl, 1945, Open Sociey and its Enemies, Londres, Routledge.

Senett, Richard, 2006, The Culture of the New Capitalism, Yale, Yale University Press.

Sloterdijk, Peter, 2010, Le Palais de cristal, à l’intérieur du capitalisme planétaire, Paris, Fayard.

Schumpeter, Joseph A., 1908, « On the Concept of Social Value », Quarterly Journal of Economics, 23: 213-232.

Schumpeter, Joseph A., 1934, The Theory of Economic Development, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Smelser Neil J., Swedberg, Richard, 1996, Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University.

Steyaert, Chris, Hjorth, David, 2006, Entrepreneurship as Social Change, Elgar, Northampton.

Swedberg, Richard, 2000, « The Social Science View of Entrepreneurship: Introduction and Practical Applications », in Swedberg, Richard (ed.), Entrepreneurship, The Social Science View, Oxford University Press.

Swedberg, Richard, Knudsen, Thorbjorn, 2009, « Capitalist Entrepreneurship: Making Profit through the Unmaking of Economic Orders », Capitalism and Society, 4 (2): 1-26.

Swedberg, Richard, 2005, « Towards an Economic Sociology of Capitalism », L’Année Sociologique, 55 (2): 419-50.

Tarde, Gabriel, 1902, « L’invention considérée comme moteur de l’évolution sociale », Revue Internationale de Sociologie, Paris, Giard & Brière, 12.

Péron, Michel (éd.), 2002, Transdisciplinarité : fondement de la pensée managériale anglo-saxonne ?, Paris, Economica.

Peyronel, Valérie et al., 2010, La crise financière et les économies du monde anglophone, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Taylor, Charles, 2007, Modern Imagineries, Durham and London, Duke University.

Waldinger, Roger, 1986, « Immigrant Enterprise: A Critique and Reformulation, » Theory and Society, 15 (1/2): 249-285.

Weber, Max, 1904, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, [1964].

Weber, Max, 1909, Économie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte, [1998].

Zumello, Christine, 2011, L’intermédiation en question, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Notes

1 « What we need is an entrepreneurial society in which innovation and entrepreneurship are normal, steady and continuous. Just as management has become the specific organ of all institutions, and the integrating organ of our society of organizations, so innovation and entrepreneurship have to become an integral life-sustaining activity in our organizations, our economy, our society. »

2 « […] the agent of change is the individual entrepreneur responding to the incentives embodied in the institutional framework. »

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540