Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

William T. Vollmann, le roman historique en question

 | 
Françoise Palleau-Papin

Postface

Texte intégral

  • 1 « Melville’s Magic Mountain », in Larry McCaffery et Michael Hemmingson, Expelled from Eden, p. 37 (...)

1Pour mieux comprendre le rapport que ta fiction vollmannienne entretient avec l’écriture de l’Histoire et des mythes, nous avons examiné tour à tour les modalités de ce roman : récriture post-moderne du gothique (chapitre I) ; rêve de déculpabilisation de la conquête coloniale occidentale (chapitre II) ; expérience narrative de l’errance et de la désorientation épistémologique (chapitre III) ; polyphonie narrative qui brouille tout discours historiographique univoque (chapitre IV) ; exploration problématique de l’Autre par les personnages féminins (chapitre V) ; et enfin, roman de l’hybridité, qui affirme en néoromantique l’altérité de toute écriture vis-à-vis de son objet (chapitre VI) ; The Rifles déploie une écriture de l’esquive autant que de l’engagement, qui oscille entre la projection amoureuse et la réticence solitaire des focalisations. Après The Ice-Shirt et sa récriture des mythes norrois, dans The Rifles Vollmann donne corps écrit à une poétique de la blancheur, sur les traces de Poe, Melville et Gass. Melville, à qui Vollmann a consacré un essai1, s’est aventuré sur les océans, à la poursuite impossible du cachalot blanc ; Vollmann s’aventure dans la blancheur du Grand Nord. Nous pourrions reprendre pour celui-ci le commentaire que fait Claude Richard de Moby Dick et de son narrateur :

  • 2 Claude Richard, Lettres américaines : Essais, p. 85-86.

Trève de faux-semblants ; le narrateur parle de soi, comme Narcisse. Partir en mer, c’est s’aventurer sur le miroir universel, parmi les projections imaginaires du moi sur le monde, d’un monde que Narcisse voulait semblable à lui-même. Mais la surface de la mer n’est pas le glacis des lacs mythiques sur lesquels s’inscrit la meurtrière image du même. Miroir brouillé qui ne renvoie que l’image morcelée du moi, la mer reste un langage où s’égare Narcisse dans l’éclatement de son image2.

  • 3 « Melville invente une langue étrangère qui court sous l’anglais, et qui l’emporte : c’est l’outla (...)

2Si Melville parle « la langue de la Baleine3 », pour reprendre une expression deleuzienne, Vollmann parle celle du permafrost : une langue étale qui mêle les sources, brouille les pistes entre histoire et récit, entre narrateur, personnages et voix, comme autant de reflets fragmentaires d’un soi sans image, qui pourrait bien ressembler à l’Autre.

Notes

1 « Melville’s Magic Mountain », in Larry McCaffery et Michael Hemmingson, Expelled from Eden, p. 371-378.

2 Claude Richard, Lettres américaines : Essais, p. 85-86.

3 « Melville invente une langue étrangère qui court sous l’anglais, et qui l’emporte : c’est l’outlandish, ou le Déterritorialisé, la langue de la Baleine. » « Bartleby, ou la formule » in Deleuze, Critique et Clinique, p. 93.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540