Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

William T. Vollmann, le roman historique en question

 | 
Françoise Palleau-Papin

Chapitre VI. L’hybridité générique

Generic Hybridity

Christine Lorre-Johnston

Résumé

Vollmann refers to The Rifles as a book that “straddles the gap between fiction and documentary history” (409). The novel’s narrator is difficult to pin down, because of his polymorphous omnipresence and multiple narrative voices. This precludes any attempt to distinguish, within the narration, between fiction and anthropological, historical or travel discourse. This chapter, in conclusion to the other chapters of the book, aims to investigate the generic hybridization of The Rifles and the process of fragmentation of language and genres.
The chapter builds on louri Lotman’s idea that in a literary text, by shifting from one system of expression to another, one genre to another, the writer creates “noise” that, paradoxically, is a constant source of information. This strategy plays on the relation between writer and reader, whose reading contract, in The Rifles, is blurred from the beginning and whose expectations are therefore unsettled. The chapter reads The Rifles together with three other texts, in order to examine Vollmann’s way of dealing with dislocation and displacement by employing generic displacement and transformation. Les derniers rois de Thulé (1955, 1989), by Jean Malaurie, is an anthropological narrative about his work with Greenland Inuit; Passage to Juneau (1999), the travel narrative in which Jonathan Raban retraces George Vancouver’s search for the Inside Passage in 1791; and A Discovery of Stangers (1994), a historical novel in which Rudy Wiebe retells John Frankin’s 1820-21 land expedition to the Polar Sea.
The conclusion to the anthropological enquiry carried out in Les derniers rois de Thulé consists in denouncing and rejecting the destruction of the Inuit people. The Rifles adopts a similar stance, but conveys it by framing the narrative with testimonies, and by moving away from this form to fiction in the bulk of the text. Further, illustrations have a documentary function in Thulé, whereas they aim at subjective representation in The Rifles. Overall, while Malaurie in Thulé familiarizes himself with the world of the Inuit, one is left with a strong impression of alienation of the protagonist in The Rifles.
Passage to Juneau provides a good counterpoint to The Rifles if considered as a travel narrative underlaid by a quest. Raban starts out aiming to examine the various meanings attributed to the Inside Passage over time, and ends up communing with a sea in which he finds a projection of his own tumultuous emotions, in a mix of predominantly Romantic, but also West-Coast Indian vision. By contrast, the quest of Vollmann’s avatars at the Pole is dominated by the painful awareness that their vision is limited by both scope and mortality.
A Discovery of Strangers focuses on the story of Greenstockings and Hood during Franklin’s 1820-21 land expedition, a story which is retold in the chapter entitled “Akaicho’s Debt” in The Rifles. Both Wiebe and Vollmann rely on a defamiliarization process, but while the former aims at foregrounding the viewpoint of the Yellowknife Indians and women, the latter evokes the long-term shock caused by the expedition, through time shifts between the 19th and 20th centuries, and via Franklin/Subzero and Reepah’s affair.
Altogether, generic hybridity in The Rifles contributes to leaving the reader with an impression of disorientation and repressed guilt, so that any form of reconciliation seems bound to remain a dream. But hybridity is also a source of disruptive “noise” which prevents ethnocentric reduplication by offering so many forms of opening to the Other, leading to a renewed form of Romantic lyricism that refuses closure.

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Françoise Palleau-Papin pour ses suggestions concernant le cadrage thé (...)

1L’auteur de The Rifles se joue des genres narratifs. Décrit par Vollmann comme étant à cheval entre fiction et histoire documentaire (409), le récit est également marqué par l’omniprésence polymorphe d’un narrateur difficile à saisir, du fait du jeu de fusion et de confusion des voix narratives, qui par ailleurs désamorce toute velléité de délimiter enquête anthropologique, fiction, récit historique ou récit de voyage. Cette contribution se propose, dans une perspective conclusive du présent ouvrage, d’explorer plus avant cette question du genre, ou plutôt de l’hybridation des genres qui caractérise The Rifles. Comme le rappellent Dominique Budor et Walter Geertz dans Le texte hybride, le XIXe siècle, marqué par le triomphe du roman réaliste et du roman historique, se clôt avec l’émergence d’une forme d’hybridité, dont les prémisses sont perceptibles dans la décanonisation des genres opérée par le romantisme allemand. Cette hybridité est liée à l’esthétique moderne et à la disparition de toute certitude quant à la distinction entre la vérité et le faux, et ceci en particulier dans le roman, « la forme la plus amorphe, ouverte à toutes sortes de mutations, accueillante envers les sous-genres, toute disponible au compromis entre la totalité ordonnée et le discontinu bariolé » (Budor et Geertz : 11). Ainsi, « le fait littéraire n’a plus à se soumettre à la question de la vérité, remplacée par le canon de l’authenticité » (Budor et Geertz : 14). La polyphonie vient rompre le discours monotone et lance un défi à toute prétention à la véridicité. L’hybridité se fait ainsi par la fragmentation interne du langage, y compris, le cas échéant, les genres du discours.1

2Quelle force créatrice se dégage de ce processus ? Dans La structure du texte artistique, un ouvrage dont l’objet annonce certaines stratégies créatrices du postmodernisme, louri Lotman analyse précisément le processus déclenché par ces passages d’un système d’expression à un autre (en l’occurrence, d’un genre littéraire à un autre), qu’il appelle « transcodage », autour d’un « noyau sémantique commun » (Lotman : 70,75) – ici, celui de la quête. En faisant jouer ainsi des structures hétérogènes, l’écrivain crée un désordre, appelé « bruit » en théorie de l’information, mais qui, dans le texte artistique, au lieu d’agir comme entropie, entre en corrélation avec le milieu ambiant et, au contraire, « engendr[e] une activité informationnelle permanente » (Lotman : 387). C’est ce processus qui travaille l’ensemble de The Rifles, où les changements génériques opèrent de manière interactive, à l’intérieur d’un seul et même texte désigné comme « Rifle-text » (1).

3En effet, dans le chapitre d’ouverture intitulé « Rifle-text. [...] A Historical Note », Vollmann rappelle au lecteur qu’il a affaire à un texte pourvu de limites. Quand le « je » narrateur apparaît pour la première fois (15), il peut être identifié à l’auteur et le passage lu comme un commentaire sur le texte. Ce « je » se souvient d’histoires lues dans un ouvrage de 1933 intitulé The Quest for Polar Treasures. Il conclut sur le caractère mensonger mais néanmoins intéressant du livre, et enjoint le lecteur, de la même manière, à prendre un plaisir sombre à lire les « histoires » qui suivent : « Let us read our histories and grin just as the sky grinned chilly and humourless in a blue slit between the clouds. » (16) Il rappelle ainsi le caractère double, à la fois fictif (« It is all lies » [15]) et historique (« histories » [16]) du récit qui débute, et évoque par ailleurs le jeu du rapport écrivain/lecteur dans l’acte de lecture, puisque, comme le rappelle Jean-Marie Schaeffer, « toute lecture est une résultante d’au moins deux facteurs, à savoir deux intentions ou stratégies communicatives, celle de l’encodeur du texte et celle du décodeur » (in Genette et al : 193). Ainsi, le choix du genre par l’écrivain fait partie de cette stratégie de communication, de même que les attentes du lecteur, qui sont largement définies par le genre auquel appartient une œuvre littéraire, et qui orientent sa compréhension (Jauss in Genette et al : 42). Avec le chapitre liminaire, le lecteur est donc prévenu d’emblée que ce contrat générique sera brouillé, tout comme il est averti, à la lecture des premiers paragraphes de ce même chapitre, de la direction incertaine du récit, dont le point final est transformé en « un point de fuite toujours plus lointain », comme on l’a vu au chapitre III. Dans ces conditions, quel effet le texte de Vollmann produit-il en tant que texte littéraire ? Quel est le résultat de son activité informationnelle ? Et quels savoirs peut-il encore atteindre et communiquer au lecteur ? Car c’est bien, entre autres, la question de la connaissance, notamment historique, qui se pose à travers les jeux génériques de Vollmann ; Subzero est un avatar moderne du Vieux Marin de Coleridge, qui « après avoir passé la Ligne » (Coleridge : 155) démarquant le Pôle Sud, tout comme Subzero une fois parvenu au Pôle Nord, évolue au-delà des limites conventionnelles de la connaissance (Cavell : 57). La transgression de cette ligne est reflétée dans les transgressions des genres qui se font dans le récit.

4Cette étude sur l’hybridation générique sera menée selon une approche comparative, en rapprochant The Rifles de trois autres textes canoniques liés à des traditions distinctes qui affleurent dans le roman. Il s’agira d’examiner la manière dont Vollmann utilise les conventions génériques existantes pour mettre en œuvre une écriture originale de la dislocation, chaque genre étant lié aux « trois types de déplacement ou de dis/location » identifiés au chapitre I de cet ouvrage : l’exil forcé des Inuits (récit anthropologique), l’épopée du narrateur (récit de voyage), et les expéditions du XIXe siècle (roman historique). Les textes de référence choisis sont, pour le récit anthropologique, Les derniers rois de Thulé (1955, 1989), dans lequel Jean Malaurie rend compte de son travail sur une communauté inuit du Groenland ; pour le récit de voyage, Passage to Juneau (1999), où Jonathan Raban suit l’itinéraire du Capitaine George Vancouver à la fin du XVIIIe siècle, à la recherche du Passage Intérieur le long de la côte ouest du continent américain ; et pour le roman historique, A Discovery of Strangers (1994), dans lequel Rudy Wiebe relate une expédition terrestre de John Franklin en 1820-21.

1. Les derniers rois de Thulé : le récit anthropologique

5S’il est possible de caractériser en termes de genre les trois ouvrages dont The Rifles sera rapproché, il faut d’emblée remarquer que cette mise en relation n’est pas fondée sur une quelconque présomption que ces ouvrages seraient des « modèles génériques » absolus. Comme le souligne Jean-Marie Schaeffer, « il faut abandonner la réification du texte et, corrélativement, l’idée d’une extériorité d’ordre ontologique entre texte et genre » (Genette étal : 184). Il poursuit :

Dans le cas de la composante générique, [...] on doit dire que tout texte modifie « son » genre : la composante générique d’un texte n’est jamais (sauf exceptions rarissimes) la simple réduplication du modèle générique constitué par la classe de textes (supposés antérieurs) dans la lignée desquels il se situe. Au contraire, pour tout texte en gestation le modèle générique est un « matériel » parmi d’autres sur lesquels il « travaille ». (Genette et al : 197)

6Schaeffer distingue ainsi entre « le genre en tant que catégorie de classification rétrospective, et la généricité en tant que fonction textuelle », ajoutant que « [l]e régime de la transformation générique est évidemment le meilleur terrain d’étude pour la généricité, alors que le régime de la réduplication n’est guère intéressant » (Genette et al : 198, 204).

7The Rifles se place bien sur le terrain de la transformation générique, et crée une hybridité fondée sur le mélange des genres par composition, plutôt que par simple juxtaposition. Il faut souligner que l’ouvrage de Jean Malaurie s’inscrit aussi dans un processus de déplacement des genres. Le récit résulte de ce qui devait être à l’origine un travail de terrain de géologue. Cependant l’ouvrage final, somme plus que doublée au fil de ses rééditions et augmentations sur une quarantaine d’années, entre la première édition de 1955 et la cinquième et dernière de 1989, mêle histoire, anthropologie, et géomorphologie au récit d’un voyage personnel. C’est sans doute cette dimension créatrice et innovante du récit, outre la somme de connaissances qu’il véhicule, qui lui a valu son succès.

8L’ouvrage est composé, après une brève section introductive relatant l’arrivée du chercheur au pays des Inuits du Groenland, de quatre parties principales. Dans la première partie intitulée « Les rois de Thulé », Malaurie décrit en anthropologue le mode de vie traditionnel des Inuits, ces « chasseurs de la protohistoire » (Malaurie : 690), tel qu’il a pu l’observer pendant plusieurs mois en 1950. La deuxième partie, « Quinze cents kilomètres d’exploration en terres d’Inglefield, de Washington et d’Ellesmere », rapporte son exploration de 1951, dont le but scientifique était d’établir le « levé d’une carte précise au-delà des pays habités d’Etah, sur les plateaux géomorphologiquement non cartographiés d’Inglefield et de Washington » (Malaurie : 317). Une troisième partie, intitulée « Thulé-Blue-Jay », est consacrée aux enjeux géopolitiques de la région qui, en pleine guerre froide, voit l’installation d’une base américaine en 1951. L’entrée fulgurante des Inuits dans l’ère moderne, par laquelle « ces hommes du harpon se retrouveront installés dans l’âge atomique » (Malaurie : 551), est un événement historique auquel il est donné à Malaurie d’assister. Une quatrième partie, « Et après ? Retours à Thulé », porte plus spécifiquement sur les voyages ultérieurs de Malaurie dans la région, entre 1967 et 1982, et relate l’évolution de la situation des Inuits au fil de cette période.

9On voit ainsi l’auteur, dont le but initial était un travail de recherche en géomorphologie, acquérir, dans « Les rois de Thulé » et « Quinze cents kilomètres... », une connaissance de terrain fondée d’une part sur ses relations humaines avec les Inuits, des « hommes exemplaires » qu’il considère comme sa « seconde université » (Malaurie : 584), et d’autre part sur son exploration physique du territoire. Il se décrit d’ailleurs comme « géo-historien » (Malaurie : 687) plutôt qu’ethnographe ou ethnologue. Il acquiert finalement, à partir de ce travail de thèse de doctorat d’État, un statut d’expert à renommée internationale, bien placé dans les institutions (CNRS, UNESCO), ce que laissent entrevoir les ajouts plus récents au récit. Dans « Thulé-Blue-Jay » et « Retours à Thulé », il apparaît en militant, prend position sur de grandes questions comme celle du néocolonialisme, analyse les enjeux géostratégiques et les intérêts des pays occidentaux, et s’interroge sur la survie des sociétés menacées de disparition par le monde moderne. Il faut mentionner dans cette présentation rapide de l’œuvre sa valeur littéraire soulignée par plusieurs commentateurs qui sont cités dans une annexe à l’ouvrage de Malaurie (Malaurie : 799, 809), ce par quoi on peut entendre sa profondeur de vue, ainsi que sa capacité à évoquer et à émouvoir. Les derniers rois de Thulé présente donc plusieurs traits : le récit offre une perspective riche et complexe, fondée sur une somme de connaissances qui au cours d’une quarantaine d’années ont conduit son auteur, jeune chercheur quand il arrive en 1950 à Thulé, humble face à la tâche qui l’attendait et mal pourvu pour mener à bien son entreprise, à devenir un expert international incontesté de la civilisation du Pôle Nord.

10Le contraste est vif entre le type de récit offert par Malaurie et celui de Vollmann. Pourtant, les deux textes ont en commun de dénoncer la destruction du peuple inuit pour la refuser, comme le résume Vollmann dans une lettre de 1991 reproduite à la fin du roman et qu’il a adressée à la Makivik Corporation, un groupe chargé de représenter les intérêts des Inuits du nord Québec :

The basic theme of my book is one that you might disagree with as being too gloomy: that non-lnuit are rapidly and irrevocably destroying most Inuit life ways, leaving in their wake welfare dependency, alcoholism, violence, gasoline sniffing, and an unbridgeable gap between older and younger people, and that within the next 20 years the Canadian Arctic will become so ecologically damaged (by, say, oil spills in Lancaster Sound, mining, bulldozing, etc.) as to finish the job. This is how things seem to me, and obviously I do not want to believe that I am right. (400)

11Cet objectif premier du livre, celui de dresser un constat de la dégradation du peuple inuit sous l’effet de la colonisation blanche, est perceptible dans la manière dont l’enquête anthropologique, sous forme de témoignages, encadre le corps du roman, pour sa part essentiellement consacré aux allers-retours entre Subzero et Franklin et à leurs expéditions et quêtes respectives. Les témoignages en début d’ouvrage portent sur les conséquences du déplacement de familles inuits, d’Inukjuak à Resolute, en 1955, pour préserver les intérêts économiques et militaires canadiens (7-15). Le genre du témoignage prend des allures de parodie à la fin du roman, dans une section ajoutée comme en appendice et intitulée « A Morality Play 1990 ». Vrai-faux procès de la Gendarmerie royale du Canada et de son comportement envers les Inuits déplacés en 1955, la « pièce » est abrégée une fois les voix inuits entendues, tant l’issue du procès est prévisible : celui-ci ne leur accorde aucun dédommagement. Vollmann fait ainsi état, sous forme elliptique, allusive et efficace, d’une situation d’exploitation et de dégradation de type colonial. En encadrant le roman de cette manière, il en livre rapidement le noyau dur et réserve le texte à l’évocation des glaces qui fascinent tant Subzero et Franklin, afin de livrer au lecteur une représentation autre du chaos engendré par ce déplacement de population.

12En présentant la quête de Subzero et Franklin comme la conquête d’un territoire qui passe par la conquête d’une femme, Reepah, Vollmann utilise le trope de la femme à conquérir, comme on l’a vu dans le chapitre V, voire la métaphore d’un double viol, celui d’un peuple et de sa terre, par les colonisateurs blancs. Au-delà du constat récurrent de l’impossibilité d’une relation viable entre Subzero et Reepah, Seth vient par ailleurs rappeler à Franklin : « [P]eople want to be conquerors. They not only want what they can’t have, they want what they shouldn’t have. And they’re going to get it, they don’t care how. I mean, look at you and Reepah. And this whole Northwest Passage thing – » (249) Le motif du désir illégitime qui est déployé au fil du roman se synthétise en Reepah, sa vie déstructurée de droguée et son suicide final. En rapprochant Les derniers rois de Thulé du roman de Vollmann, afin de cerner les différentes manières dont les deux textes évoquent les maux de la société inuit, on voit comment l’hybridation du texte largement fictionnel de Vollmann conduit, paradoxalement, à ramener au premier plan la dimension sociale du discours, et comment l’hybridation est aussi une question d’enjeux épistémologiques suscités par la représentation : par quel(s) moyen(s) évoquer au mieux la société inuit ? Subzero, le « personnage artistique » du récit, pour reprendre Lotman, suit des « schémats] culturels] déterminé[s] », que ce soit l’investigation anthropologique ou la pièce de théâtre, tout en mettant en place « un système d’écarts significatifs par rapport à ce[ux]-ci » (Lotman : 350), générant ainsi une interrogation épistémologique. L’interaction entre littérature et anthropologie est créatrice d’un bruit qui reflète un discours social confus, mouvant, cacophonique et discordant (Budor et Geertz : 150), teinté de culpabilité blanche.

13Un effet similaire peut être discerné dans les illustrations qui parsèment Les derniers rois de Thulé et The Rifles. Chez l’anthropologue, ces illustrations ont une valeur documentaire ; il s’agit de reproductions tirées d’autres ouvrages, de cartes du pôle, de représentations graphiques résultant de l’application de méthodes scientifiques (par exemple les tableaux généalogiques, pages 96 et 97), de notes de carnet de terrain prises par Malaurie, de télégrammes, lettres et autres documents de travail qui tout à la fois donnent une authenticité à la recherche et en montrent le caractère pionnier, nombre des interlocuteurs natifs de Malaurie dans les années 1950 étant encore peu familiers de la communication écrite. Enfin, de nombreux dessins d’Inuits, ainsi que de rares témoignages écrits, introduisent dans le texte un point de vue autochtone. Ces dessins à l’aspect enfantin, parfois inachevés, sont signalés comme appartenant à la « collection Malaurie » ; le détenteur précise le nom de l’auteur, son âge, ainsi que le lieu et la date d’exécution du dessin. Dans l’ensemble, ils reflètent une vision du monde en apparence dépouillée, mais pour qui sait lire ces dessins, avec l’aide des commentaires de l’anthropologue, on peut y voir l’habileté requise pour survivre dans le Grand Nord, et toutes les nuances de la perception de l’environnement polaire, en dépit d’une apparente blancheur uniforme.

14Dans le roman de Vollmann, si les illustrations peuvent sembler à première vue avoir une valeur documentaire, elles révèlent en fait très peu d’informations, comme le démontre le chapitre II du présent ouvrage, et reflètent surtout le point de vue du narrateur. Toutes les illustrations, de même que les cartes, sont de la main de l'auteur/narrateur, à l’exception de deux dessins d’enfants inuits qui se caractérisent par la joie qui se dégage des sourires des personnages représentés. On sait que Vollmann est aussi artiste graphique, qu’il a réalisé des livres d’artiste. Ici, les illustrations consistent en des dessins au crayon, comme si elles étaient tirées du carnet de voyage de l’auteur/narrateur. Outre les deux autoportraits en début de livre (sur la double page intitulée « Our Land » et à la page 4), elles représentent principalement la flore (des lichens, des herbes, parfois des fleurs) et la faune (des animaux morts, des os), des armes (couteaux, fusils, cartouches) et des objets d’expédition (piolet, thermomètre, etc., pages 269-270), des paysages de glace vus en extérieur, ou des paysages d’habitation vus de l’intérieur d’une maison. Ces illustrations se caractérisent par leur dépouillement, l’absence de personnages, la solitude qu’elles évoquent, la mort, l’attente, le froid, l’enfermement, l’immensité et la désolation. Elles sont le reflet du paysage mental du narrateur, et en disent plus long sur sa vision du pôle que sur le pôle lui-même, que le narrateur veut connaître, mais qu’il semble avoir du mal à cerner dans sa vitalité.

15Par ailleurs, chacune des quatre expéditions de Franklin est illustrée d'une carte générale et d’une liste, à chaque fois tronquée, de l’équipage (« Selected List », 50, 106, 178, 224). Le lecteur attend des cartes qu’elles aient une fonction d’orientation, mais elles apparaissent dans un désordre chronologique qui oblige à des mouvements d’aller-retour dans les pages du texte, et amène à un exercice de recomposition dans le temps et l’espace pour parvenir à discerner la progression exacte de la découverte du pôle au fil de quelque trente années. Les cartes désorientent plus qu’elles n’orientent, reflétant finalement le désordre des événements du récit et la désorientation générale qui en résulte, comme on l’a vu au chapitre I du présent ouvrage. Dans ce roman qui effectue constamment des sauts dans le temps, dans l’espace, ainsi qu’entre faits historiques et imaginaires, le lecteur peine à se faire une image globale nette de ce pôle que les cartes livrent par morceaux. À l’image des Blancs qui, en dépit de l’accumulation de connaissances au fil des expéditions, semblent finalement voués à rester désorientés au pôle nord.

2. Passage to Juneau : le récit de voyage

16Cette impression persistante d’étrangeté, du point de vue anthropologique, est renforcée si l’on aborde le roman de Vollmann comme un récit de voyage sous-tendu par une quête. L’ouvrage de Jonathan Raban, Passage to Juneau, fournit un excellent contrepoint au roman et permet de montrer comment le romantisme qui colore de nombreux récits de voyage mène chez Vollmann au constat que si l’homme blanc désire le Pôle Nord, il n’y trouve pas sa raison d’être.

17The Rifles et Passage to Juneau ont en commun de relater un voyage guidé par les traces d’un explorateur. Chez Vollmann, Subzero côtoie Franklin au point de souvent se fondre avec lui ; chez Raban, les explorations de George Vancouver, à la recherche du Passage Intérieur, guident le narrateur, c’est-à-dire Raban, le long de la côte ouest américaine, de Seattle à Juneau en Alaska. Dans les deux cas, le narrateur est conscient des liens entre le présent et le passé, et ne cesse d’interroger celui-ci, explicitement ou implicitement : comment Franklin ou Vancouver ont-il perçu l’environnement qu’ils exploraient ? Que cherchaient-ils vraiment ? Que trouvèrent-ils ? Les deux ouvrages s’appuient sur des témoignages d’explorateurs, quoique de manière différente. Raban se dépeint comme un écrivain qui se nourrit d’ouvrages nombreux et variés, son bateau pouvant abriter la vaste bibliothèque qu’il a soigneusement constituée avant son départ : ouvrages scientifiques, anthropologiques, récits de voyage et mémoires, littérature de la mer, de Homère à Conrad, livres sur l’art des Indiens de la côte ouest, récits des explorateurs du XVIIIe siècle, l’ouvrage clé étant le récit en quatre volumes par George Vancouver de son expédition de 1791-95. L’objectif de Raban est clair :

To put oneself afloat on a sea route as old and heavily travelled as the Inside Passage was to join the epic cavalcade of all those, present and past, who’d found some kind of meaning in these waters. [...] My conceit was that I could listen and talk about the sea to all these people, and somehow mediate between their rival images. (Raban: 35,36)

18La quête s’annonce épistémologique et érudite.

19Dans The Rifles, la quête est plus confuse et très peu méthodique. Quand Subzero arrive avec Seth à Pond Inlet en 1989, les termes paraissent simples : « Here he was. He’d come here to be free. Now what did he do ; what did he want ? » (41) Sa recherche s’oriente après sa rencontre avec Jukee, qui lui indique l’existence de son « jumeau », Franklin, et de son « triplé », Reepah. Mais cette recherche reste confuse, par son caractère bidimensionnel qui lui fait enjamber deux époques et deux personnages (Subzero et Franklin) gravitant autour d’un troisième (Reepah). Les motivations de Franklin sont proches de celles de Subzero : « My motives were good, Peddie. I wanted to explore and to love. » (158) L’exploration du territoire se fait par la conquête de la femme, comme chez Subzero : « he would find the Northwest Passage between Reepah’s legs. » (87) Pourtant cette quête est vouée à l’échec, comme l’illustre l'expédition manquée de Franklin/Subzero et Seth à Uktuk Lake, un lieu investi de projections anthropomorphiques sexuelles, qu’ils n’arrivent pas à atteindre. La quête de Subzero/Franklin serait ainsi masculine, comme on l’a vu au chapitre V. De ce point de vue, le roman de Vollmann s’inscrit en contraste apparent par rapport à la quête avant tout intellectuelle de Passage to Juneau. Pourtant, ce que cherchent Subzero ou Franklin n’est pas non plus réductible à ce qui motive les aventuriers de l’Alaska rencontrés par Raban, avides d’une liberté d’exploiter sans contrainte la dernière Frontière, comme pour se prouver une virilité que reflètent leur langage et leurs manières bourrues. La quête de Subzero est plus anxieuse, confuse et aveugle.

20Cette quête atteint son paroxysme dans l’expédition solitaire relatée dans « Subzero’s Debt 1991 ». Pourquoi décider de passer douze jours seul dans une station météorologique abandonnée au risque de mourir de froid ? « [O]ne Captain Subzero, seeking to peel the frozen Franklin flesh-mask away from his FULMAR-skull, spent twelve days at the abandoned weather station at Isachsen, Ellef Ringnes Island – that way he’d know everything ! » (250) La recherche de l’épreuve physique, le désir d’expérience si cher aux Romantiques (Cavell : 50), semblent être un moyen d’atteindre une plus grande connaissance de la vie, mais se présente en même temps comme un désir de mort :« But Subzero had to be Mr Franklin in his own way ; he had to die alone. » (252) Ou peut-être est-ce un moyen de prouver sa force, sa virilité, en défiant la peur : « Fie had the knowledge that manhood isn’t something you only earn once, (...] but something that must be achieved over and over, always pursuing what you fear [...]. » (263) Mais ces explications ne suffisent pas entièrement à justifier l’expédition de Subzero vis-à-vis de lui-même : « He wondered again why he was there. » (265) Finalement, quand on l’interroge sur ses motivations, c’est par la dérision que Subzero justifie son voyage, au bout duquel se trouvent... des coquilles Saint-Jacques congelées laissées par des prédécesseurs plusieurs années auparavant. Cet épisode appelle à nouveau l’image du Vieux Marin, dans une version moderne où le Marin serait une incarnation composite, à la fois agresseur (Franklin/le Marin) et victime (le Fulmar/l’albatros), le masque de chair de l’un recouvrant le crâne de l’autre. Le séjour dans le froid serait alors une forme d’expiation des actes commis par le passé par d’autres, que Subzero aurait à endurer lui-même dans sa chair.

21Car si le but de son voyage n’apparaît pas clairement à Subzero, il s’impose à lui physiquement, quand il se retrouve en situation de survie dans le froid et qu’il frôle la mort. Les images funèbres sont nombreuses : il se sent à demi-mort de froid ; son sac de couchage, glacé, est une tombe potentielle ; ses doigts sont insensibilisés par le froid. Puis Subzero le bien nommé se trouve en face à face direct avec un froid funeste qui lui apparaît dans une figure anthropomorphique : « but, ah, now the cold slid a long skinny finger under his parka and flicked once at his heart. That was nothing, really, just a reminder of what the cold wanted to do in the end. » (289) Dans la même perspective, la section suivante, très brève, joue sur l’ambiguïté du pronom personnel « she » et fait se côtoyer Éros et Thanatos : « And she said : are you coming to me ? And he said yes and she laughed with joy and shouted : I’m happy, happy ! » (289) S’il s’agit d’une des nombreuses scènes amoureuses entre Subzero et sa maîtresse inuit, « elle » peut être la femme, Reepah. Mais dans une logique de continuité avec le passage précédent, le pronom peut tout autant renvoyer à la mort, the reaper. Alors il s’agit d’une mort joyeuse, consentie, comme dans une dernière noce funèbre.

  • 2 « a post-Romantic tourist ».

22Les éléments de romantisme inhérents à cette expédition apparaissent de plus en plus clairement. Sur ce point, Passage to Juneau est éclairant. Raban y montre comment la vision romantique qui émerge au XVIIIe siècle a conditionné le regard porté par les contemporains de George Vancouver sur les paysages de la côte ouest qu’ils découvraient – même si Vancouver lui-même, plutôt homme de science que romantique, et de tempérament maniaco-dépressif, restait largement insensible et étranger à ces paysages. L’essai d’Edmund Burke, « On the Sublime and the Beautiful », publié en 1757, explique et justifie ce nouveau sentiment d’admiration mêlée d’effroi face à la nature sauvage, un sentiment de chaos et de dérangement. C’est par de telles expériences extrêmes que se révèlent les grands sentiments humains : « Extreme experience – the peaks and chasms of love and death, which were at the heart of the Romantic movement in writing and painting – required a corresponding extremity, and loneliness, in nature. » (Raban : 268) Familier de la littérature et de l’art romantique, Raban apparaît comme l’héritier culturel de cette tradition. Il se désigne dans un premier temps, et de manière dérisoire, comme « touriste post-romantique »2 (Raban : 188). Après la mort de son père, qui interrompt momentanément son voyage, et l’annonce de la séparation conjugale, il fait lui aussi l’expérience d’une communion avec la Nature, et surtout avec la mer, dans laquelle il trouve une projection de ses émotions les plus houleuses. Ce sont alors non seulement les Romantiques anglais qui lui parlent, mais aussi toute la littérature des Indiens de la côte ouest, dont les personnages incarnent la nature sauvage que les humains doivent affronter pour survivre ou prospérer. Finalement Raban, qui abordait le Passage Intérieur avec la distance de l’écrivain, se trouve plongé dans un chaos émotionnel inattendu par lequel il entre en osmose avec deux cultures, celle dont il est issu et celles, anciennes, des génies du lieu.

23Il n’en va pas de même pour Subzero après qu’il a frôlé la mort. Il n’acquiert aucune vision existentielle pénétrante, comme le démontre le chapitre II, mais au contraire voit son champ de vision réduit plus que jamais par le masque facial sensé lui tenir chaud, mais qui, complètement glacé, fait sur son visage l’effet d’un masque de fer. Au pire moment, ce masque lui sert tout juste à continuer de se sentir vivant : « Flolding his breath, he pulled the crumpled mask of ice back on so that once again he had eyes inside his own skull to see the inside of his nose. » (286-287) Dans cette expérience, Subzero laisse une partie de son identité de Blanc : par le froid il perd ses sourcils, et cesse symboliquement d’être un Qaallunaat – « literally, “the people with bushy eyebrows.” Canadian Inuktitut word for white people. » (7) Mais il ne devient pas pour autant plus inuit, contrairement à Malaurie pendant son séjour au Grand Nord. En effet, la conclusion de son aventure est que s’il avait eu à ses côtés un Inuit, comme Back était accompagné de voyageurs métis et d’indiens, il n'aurait pas commis autant d’erreurs de logistique. Son aventure est donc une expérience d’humilité, qui ne fait que lui rappeler son étrangeté au milieu polaire. La menace de mort qui plane sur cette expédition trouve une résonance accrue de parson placement en écho au premier chapitre de la section « The Rifles », intitulée « Two Men », dans laquelle se trouvent un Inuit et un Blanc, l’un sachant survivre dans l’environnement polaire, l’autre non. Malgré sa détermination et ses voyages répétés, Subzero n’est pas chez lui au pôle, et semble incarner ce que l’on peut considérer comme l’intrusion blanche dans ce milieu.

24Paradoxalement, bien que Subzero apparaisse parfois comme un baroudeur désabusé, c’est malgré tout la quête de soi moderne et romantique qui sous-tend le récit de Vollmann, dans un environnement dont l’échelle invite à ce genre d'introspection, comme le suggère cet extrait de Michel Onfray tiré de Esthétique du pôle Nord :

Dans le Grand Nord, l’espace absorbe le temps et le matérialise en étendues sublimes. La vastitude transfigure l’être humain en fragment, en tout petit morceau installé dans un temps limité, mais évoluant dans l’éternité d’une perspective à perte de vue. Le romantisme menace dès l’installation solitaire face à l’immensité démesurée des montagnes, des falaises, des torrents, des cours d’eau, des icebergs, des fjords, des glaciers, des neiges éternelles. (Onfray : 43)

25Le sentiment de l’immensité de l’espace par rapport à l’être est bien présent chez Vollmann, par le biais d’une narration qui déroute, d’un texte qui désoriente, et dans lequel affleure un sentiment omniprésent de culpabilité. Celle-ci ne semble pouvoir être atténuée que dans la quête d’une connaissance autre, qui est aussi connaissance de l’Autre. Ce processus de désorientation s’opère également par d’autres procédés, que le roman de Rudy Wiebe. A Discovery of Strangers, permettra de mettre en lumière.

3. A Discovery of Strangers : le roman historique

26A Discovery of Strangers retrace l’expédition terrestre de Franklin et de ses hommes vers l’intérieur du continent, au nord-ouest de la baie d’Hudson, lors de leur deuxième expédition au Grand Nord (1819-22). Franklin espérait, en remontant la Coppermine River vers le nord, atteindre à son embouchure la Mer Polaire puis rejoindre la baie d’Hudson par passage maritime vers l’est. L’expédition rapportée dans le roman de Wiebe est relatée dans The Rifles dans la section intitulée « Akaicho’s Debt », et comporte deux aspects principaux. D’une part, la dépendance alimentaire des Blancs envers les Indiens Yellowknife (dans A Discovery), également connus sous le nom d’indiens Coppermine (dans The Rifles), et leur entêtement à s’aventurer vers le nord contre l’avis des Indiens. Et d’autre part, la relation entre Greenstockings, la fille de l’Indien Keskarrah (A Discovery) ou Cascathry (The Rifles) et de sa femme Birdseye, et Robert Hood, enseigne de vaisseau recruté comme dessinateur pour l’expédition. Pour redire cette expédition rapportée par Franklin dans Narrative of a Journey to the Shores of the Polar Sea in the Years 1819-1822, Wiebe et Vollmann mettent en œuvre un processus de défamiliarisation, mais leurs objectifs sont très différents. L’un vise à mettre en valeur le point de vue des autochtones dans l’histoire, l’autre à évoquer le choc à long terme de l’expédition.

27À son ouverture, le roman de Wiebe surprend le lecteur, la focalisation dans le premier chapitre se faisant du point de vue d’une femelle caribou qui cherche à protéger son petit de l’attaque d’un loup. L’animal pressent également le danger que représentent les Blancs aperçus par lui, et ceci à juste titre puisque l’expédition Franklin nécessita une chasse intensifiée de tous les animaux comestibles, à une saison où la chasse est habituellement limitée. Ce motif animal encadre véritablement le roman, puisque le dernier chapitre, « The Split-footed Caribou », commence par le retour des caribous et se termine par une réaffirmation du lien entre Indiens et monde animal, dans une scène ou Greenstockings refuse de révéler aux Anglais la paternité de son nouveau-né : « I found this child in a caribou hoof-print. » (Wiebe : 317) L’objectif de défamiliarisation associé à ce choix de focalisation est perceptible dans le titre du premier chapitre, « The Animals in This Country », qui fait écho à un recueil de poésie de Margaret Atwood, The Animals in That Country (1968). Dans le poème éponyme, Atwood établit un contraste entre here (le Canada) et there (l’Angleterre), implicite dans l’emploi des pronoms démonstratifs. Les deux premiers vers, « In that country the animals/have the faces of people » (Atwood : 30), sont suivis d’une évocation de l’anthropomorphisme qui sous-tend l’imaginaire occidental (et plus particulièrement anglais, à travers la chasse au renard) dans son rapport aux animaux. Par contraste, la fin du poème présente le rapport aux animaux tel qu’il existe en Amérique du Nord (et implicitement au Canada) sous forme tautologique : « In this country the animals/have the faces of/animals. » (Atwood : 30) Puis leur fugacité, leur indépendance et la dureté de leur environnement sont évoquées de manière lapidaire, le tout donnant à cette caractérisation l’aspect abrupt du réel auquel on ne saurait échapper. En intitulant son premier chapitre « The Animals in This Country », qui signale un double mouvement de décentrement/recentrement, c’est dans ce monde-là que Wiebe se situe d’emblée.

28Le processus de défamiliarisation se poursuit du fait que dans ce roman, la focalisation se fait majoritairement à travers la voix du narrateur, du point de vue des Indiens, et des femmes indiennes de surcroît. Keskarrah raconte des histoires qui rendent compte des événements récents,y compris [’arrivée des Blancs. Les femmes parlent ouvertement de leur rapport aux hommes. Birdseye dit la charge excessive de travail de préparation de la viande que représente la présence des Blancs. On voit Greenstockings manier son couteau pour fabriquer des raquettes et se défendre des hommes. Une polyphonie est ainsi mise en œuvre, dans laquelle les chapitres rendant le point de vue des Blancs, les hommes de Franklin, ne viennent qu’en contrepoint de celui des Indiens. Ces points de vue européens sont alors rapportés à la première personne, ce qui leur donne une étroitesse de vue que n’ont pas les Indiens. La voix des Blancs est entendue sous la forme de récit (chapitre 3), de témoignage (chapitre 5), de lettres (chapitre 12), ou d’extraits de journaux de bord (ceux de Robert Hood et du Docteur John Richardson) placés à la fin des autres chapitres, en contrepoint d’un point de vue indien, blanc, ou, dans le chapitre 12, par juxtaposition à une lettre du même protagoniste (Richardson), mais écrite dans un autre contexte, à l’attention d’un destinataire différent (le père de Hood). Ces différentes stratégies de polyphonie créent un déplacement de point de vue dans le récit, encore rare dans la littérature canadienne. Ce déplacement est d’autant plus inattendu que Wiebe lui-même n’est pas autochtone (il est né dans une communauté mennonite de la Saskatchewan), et par conséquent n’a pas de prétention à représenter une communauté dont il serait issu ; les voix qu’il crée sont imaginées. Sa démarche en tant qu’homme blanc consiste donc à se projeter dans la tête de l’autre : l’Indien ou la femme.

29Hepburn, l’un des membres de l’équipage de Franklin, révèle après la mort de Robert Hood que ce dernier était le père de l’enfant de Greenstockings ; sa voix est recréée sous la forme d’un témoignage au chapitre 5 et au chapitre 12, en contrepoint des lettres de Richardson sur la mort de Hood. Le contraste est double : le témoignage de Hepburn est celui d’un Blanc par opposition aux Indiens, mais aussi celui d’un simple marin illettré (ce qui est rendu par l’oralité du style) et anonyme, recruté de force comme tant d’autres à l’époque, en contraste avec des commandants d’expédition érudits et reconnus, bénéficiant souvent de leur entregent. Avec le témoignage de Hepburn, un contraste de classe se met en place, dans lequel les aveux de cannibalisme sont bien plus francs que chez Richardson, Hepburn étant pleinement conscient de la façon dont les voyageurs comme Michel Teroahauté, exploités par les Européens pour mener à bien l’expédition, en sont réduits à une inhumanité à laquelle lui-même se résout quand la nécessité l’impose. Ainsi Wiebe fait-il jouer la trilogie de la race, de la classe et du sexe pour tisser des voix variées dans un ensemble cohérent.

30The Rifles met également en jeu un processus de défamiliarisation, mais celle-ci se fonde avant tout, comme l’a montré le chapitre IV, sur la confusion et la fusion des voix narratives, et, par voie de conséquence, des repères temporels et spatiaux. Les voix de Subzero, de Franklin, du narrateur et parfois la voix de l’auteur elle-même se substituent les unes aux autres et se confondent, établissant des liens entre passé et présent, et contribuant à l’atmosphère onirique de ce « Sixième rêve » de Vollmann. On peut noter que la confusion des voix s’effectue dans une certaine proximité : il s’agit toujours d’hommes blancs, de personnalités présentant des caractéristiques communes, et non pas de personnes radicalement autres culturellement ni de sexe opposé. S’il y a une forme d’identité entre Subzero, Franklin et Reepah en tant que triplés, la voix de Reepah reste toujours distincte de celle des hommes. Il n’y a donc pas, dans ce roman, de tentative de se placer du point de vue de l’autre comme chez Wiebe. L’identité d’homme blanc est entièrement assumée, voire revendiquée, par l’auteur, le narrateur, et les personnages imaginés. Cela renforce le sentiment sous-jacent que l’homme blanc est responsable du sort des Inuits.

31« Akaicho’s Debt » (dans la partie « Northwest Passages ») annonce dans sa formulation trois autres chapitres : « Subzero’s Debt », « Reepah’s Debt », et « Back’s Debt » (dans la partie « Peel Sound »). Il ouvre donc une série de « dettes » à géométrie variable, dont le sens doit être entendu différemment. Franklin a une dette envers Akaicho à l’issue de son infortunée expédition. Subzero en a une envers Franklin, qui par ses explorations pionnières, a ouvert la voie du pôle. Reepah a une dette envers la civilisation occidentale moderne – ici la notion de « dette » n’est pas dépourvue d’une ironie sombre. Enfin, Back a une dette envers les Inuits sur lesquels ses hommes, pour des raisons inexpliquées, se sont mis à tirer lors d’une expédition commandée par lui en 1833-34. Quand d’autres Blancs viennent pour la quatrième expédition de Franklin (1845-48), munis d’une carte établie par Back, mais sans lui, et qu’ils se meurent de faim parce qu’incapables de pêcher par eux-mêmes en milieu arctique, les Inuits, qui n’ont pas oublié leurs morts et leurs blessés victimes de l’incident précédent, se détournent des explorateurs sans les aider, contrairement à leurs pratiques. En multipliant les personnages impliqués dans le système de l’échange et de la dette, Vollmann élude la simplification et suggère la complexité de cet héritage de rencontres humaines. Ainsi, dans « Further History of the Rifles », sorte d’épilogue au roman, le narrateur s’interroge : « What is there to say about the rifles, finally ? Isn’t it a lazy conceit that blames them for so many problems ? [...] We can’t prove that they caused starvation or game reduction ; Reepah didn’t have to shoot herself ; she could have done it another way. » (339) Pas de culpabilité facile ni d’explication simpliste chez Vollmann, pas de métaphore ni de figure parfaitement synthétique ; au contraire, le sens des fusils reste problématique et renforce le refus de conclure, de clore, analysé dans le chapitre III. Néanmoins, la notion d’une responsabilité blanche dans la dégradation du peuple inuit est sous-jacente, ainsi que le sentiment d’inadéquation des Blancs pour survivre au pôle, comme le suggère Subzero, s’avouant à demi vaincu à l’issue de son aventure en solitaire : il aurait dû solliciter les conseils des Inuits pour organiser sa survie, au lieu de s’appuyer entièrement sur la technologie moderne.

32Revenons ici à « Akaicho’s Debt » et l’idée de défamiliarisation. Le récit de l’expédition terrestre de 1820-21 qui a lieu dans ce chapitre est enchâssé dans l’expédition de 1845, la quatrième et dernière, et intervient comme une réminiscence d’un Franklin désormais âgé, à la demande d’un jeune explorateur promu second au commandement de l’Erebus. Le récit oral s’engage de manière classique, avec Franklin dans le rôle du vieux sage, et Fitzjames dans celui du jeune second avide d’apprendre et de plaire : « Tell me, sir, said eager Fitzjames, his epaulet-fringes a bit askew, did you and the men relish the taste of tripe de roche in your days of hunger, or was eating it an unpleasant duty ? » (175) Le fil de ce conte (tale, 179) bien connu de certains est brutalement interrompu, selon un processus auquel le lecteur est désormais habitué, par l’irruption de Reepah dans l’histoire, que l’on retrouve en compagnie d’un Franklin se transformant graduellement en Subzero. Tous les deux sont dans une ville contemporaine pour une sortie en amoureux, d’abord au cinéma, puis à une fête, et Reepah goûte avec joie les bienfaits de la société de loisirs, que Subzero l’aide à intégrer, avant qu’elle ne réclame de plus en plus violemment de l’alcool et que la sortie ne commence à se transformer en cauchemar. Subzero/Franklin use de calmants et de sa force physique pour l’apaiser, et dans l’épuisement finit presque par la haïr, jusqu’à ce qu'elle retrouve, au petit matin, le sourire qui lui plaît tant. Le récit revient alors à l’expédition Franklin et à la manière dont Akaicho sauva les survivants de l’expédition, Flood, Richardson et Flepburn, mais pas avant qu’ils n’aient eu recours au cannibalisme, à leur insu, par l'entremise du voyageur Michel Teroahauté (195).

33Ce passage du passé à la période contemporaine, puis l’inverse, suggère des liens historiques forts et introduit la notion d’un héritage pour le moins ambigu. La liaison imaginaire entre Franklin et Reepah fait écho à la liaison historiquement attestée entre Flood et Greenstockings, dans laquelle les amants éprouvaient visiblement l’un pour l’autre une attraction allant au-delà des simples besoins de la chair chez Hood : « Just as Mr Franklin was doing with the others of her race, he used her only as a temporary source of meat. He said this to himself, and yet it was not true. He loved her. » (180) Leur liaison était désirée, ce qui est vrai aussi de celle entre Reepah et Franklin/Subzero, mais la déchéance de Reepah, deux siècles et demi plus tard, laisse voir, en dépit de l’ellipse narrative qui sépare les deux périodes, l’étendue des dégâts finalement causés par les colonisateurs et leurs descendants. Cet épuisement physique et moral des autochtones, Inuits comme Indiens, est annoncé et symbolisé par le labeur incessant qui use Birdseye dans A Discovery. Quant à Reepah, elle incarne les ravages causés par l’alcool introduit par les Européens, entre autres maux, dans la société inuit (et indienne), lesquels se traduisent par l’équivalent d’un suicide collectif endémique. L’expérience passée de cannibalisme, évoquée en clôture de cette section chronologiquement bouleversée, à la fois annonce et symbolise la violence de la destruction opérée. De plus, le mélange concomitant des genres et des temporalités chez Vollmann fait jouer à plein ce que Jacques Derrida appelle « la loi de la loi du genre », une loi logée au cœur de la loi même : « C’est précisément un principe de contamination, une loi d’impureté, une économie du parasite. » (Derrida, 1986 : 256) Tous les éléments convoqués ici par Derrida sont particulièrement pertinents dans l’histoire des contacts entre Blancs et Inuits, et sont évoqués indirectement chez Vollmann à chaque fois qu’il s’écarte brusquement d’un genre pour passer à un autre. En bousculant les genres, en les faisant se côtoyer brutalement, à l’instar des premiers explorateurs faisant intrusion chez les Inuits, Vollmann crée une situation textuelle évocatrice d’enchaînements historiques par lesquels les marins de Franklin sont contaminés par le plomb, et Reepah par l’alcoolisme. Diverses dépendances ou parasitages apparaissent et perdurent : dépendance aux substances ou à l’aide gouvernementale qui mettent en péril le mode de vie traditionnel millénaire des Inuits ; établissement sporadique mais définitif des Blancs au Pôle Nord pour son intérêt géo-politique ou naturel. La blancheur du Pôle est désormais entachée par l’histoire, comme le suggèrent les étendues grisâtres de l’incipit du roman.

34The Rifles met en œuvre une hybridation des genres productrice d’un « bruit » discordant et dérangeant, pour reprendre les termes de louri Lotman, dont les effets sont multiples. Dans un premier temps, le lecteur est en droit de se demander si, au fond, le récit ne fait pas beaucoup de bruit pour rien, car sa valeur informationnelle est constamment mise en doute. Comment pourrait-on par exemple se fier à des cartes croquées à la main qui échouent à nous donner une représentation structurée de l’espace polaire ? Pourtant, de manière plus profonde, l’entropie créée par la transformation générique mène aussi à des formes variées d’ouverture à l’autre à l’occasion de l’aventure au Pôle. En effet, le récit est bien évocateur du sort des Inuits, notamment par le biais des témoignages de ceux qui ont été déplacés, ou des gestes de désespoir de Reepah. Il est également évocateur du rôle de la femme ; emblème de l’inconnu, territoire mystérieux, elle correspond aussi à une part enfouie de la psyché et de l’imaginaire masculins. À travers ces évocations de l’autre, le roman nous laisse finalement avec le sentiment d’une confusion, ainsi que d’une culpabilité refoulée qui cependant affleure constamment dans la relation de Subzero/Franklin avec Reepah, et partant, à tous les détours du texte.

35Faut-il conclure de ce « Sixième rêve » que la réconciliation de l'homo americanus, incarné par le narrateur et ses divers avatars, avec la nature, les peuples menacés par lui, et son histoire, ne peut rester qu’une chimère ? L’hybridation générique du texte met paradoxalement en valeur la dimension sociale du discours, ainsi que la culpabilité mélancolique, le sentiment de désorientation et la souffrance d’un protagoniste protéiforme irrévocablement lié à son identité historique. Mais cette hybridation permet également d’esquiver la réduplication et le ressassement ethnocentriste. Les modalités d’écriture de The Rifles mènent ainsi au renouvellement d’une forme de lyrisme romantique, centré sur les émotions du sujet mais largement ouvert à l’autre, et qui souligne l’impossibilité de conclure.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Françoise Palleau-Papin pour ses suggestions concernant le cadrage théorique de ce chapitre.

2 « a post-Romantic tourist ».

Auteur

Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a co-dirigé l’ouvrage Comment comparer le Canada avec les ÉtatsUnis aujourd'hui : enjeux et pratiques (PSN, 2009).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540