Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

Biobibliographie des auteurs

Texte intégral

Louis Balthazar est professeur émérite au département de science politique de l’université Laval à Québec (Canada). Il est aussi président de l’Observatoire sur les États-Unis à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM (Université du Québec à Montréal). Il est l’auteur de Bilan du nationalisme au Québec, Montréal, L’Hexagone, 1986 ; avec Alfred O. Hero Jr, Le Québec dans l’espace américain, (Québec Amérique, 1999) ; et, avec Charles-Philippe David et Justin Vaïsse, La politique étrangère des États-Unis : fondements, acteurs, formulations (Paris, Les Presses de Sciences-Po, 2003).

Éric Bédard, docteur en histoire de l’université McGill, Montréal (Canada), diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, est professeur à l’université du Québec à Montréal (TÉLUQ). Ses travaux portent sur l’histoire politique des idées au Québec et au Canada et sur les rapports qu’entretiennent les Québécois avec leur passé. Avec Julien Goyette, il a fait paraître, aux Presses de l’université de Montréal, Parole d’historiens. Anthologie des réflexions sur l’histoire au Québec (2006).

Frédéric Boily est professeur adjoint en science politique/études canadiennes, Campus Saint-Jean, université de l’Alberta (Canada). Il est l’un des auteurs de Stephen Harper. De l’école de Calgary au Parti conservateur (PUL, collection « Prismes », 2007) et il a publié Mario Dumont et l’Action démocratique du Québec : entre populisme et démocratie (Presses de l’université Laval, 2008).

Gérard Boismenu est professeur de science politique à l’université de Montréal (Canada), Directeur du Centre d’excellence sur l’Union européenne, Université de Montréal – McGill, il est aussi doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’université de Montréal. Membre du conseil scientifique de l’Institut des Amériques (France), il a occupé la chaire d’études canadiennes de Paris 3 et a codirigé avec Jean-Michel Lacroix un ouvrage sur la diplomatie canadienne, Les Enjeux de la politique canadienne (Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2008).

Linda Cardinal est professeure de science politique à l’université d’Ottawa (Canada) et titulaire d’une Chaire de recherche sur la francophonie canadienne ; elle a occupé la chaire d’études canadiennes de Paris 3 en 2006-2007 et vient de publier Le fédéralisme asymétrique et les minorités linguistiques et nationales (Prise de parole, 2008).

Jean-François Caron, doctorant en science politique à l’université Laval à Québec (Canada) en histoire des idées politiques et en sociologie politique, a également été chargé de cours à l’université du Québec à Chicoutimi. En 2007, il a publié « La droite et le conservatisme de la Révolution française à nos jours : continuité ou rupture ? » in Nelson Michaud (éd.), Droite et démocratie au Québec : enjeux et paradoxes, Presses de l’université Laval.

Catherine Côté est professeure adjointe à l’École d’études politiques de l’université d’Ottawa (Canada). Elle a également été invitée sur la Chaire d’études politiques et économiques américaines de l’université de Montréal. Après avoir soutenu une thèse de doctorat en études politiques à l’université Queen’s, ses intérêts de recherche portent sur la communication politique, les dynamiques d’opinion publique et l’analyse de discours.

Gérard Fabre, docteur d’État de l’université de Provence et chercheur au CNRS (Institut Marcel Mauss, EHESS), a notamment publié l’ouvrage Échanges intellectuels entre la France et le Québec et dirigé un numéro de la revue Sociologie et Sociétés (« Le Québec et l’internationalisation des sciences sociales »).

Andrew Ives est maître de conférences en civilisation nord-américaine à l’université de Caen. Il est l’auteur d’une thèse sur la culture politique canadienne et ses recherches récentes portent sur l’influence religieuse sur le discours politique.

Nathalie Kermoal est professeure à la Faculté des études autochtones et au Campus Saint-Jean de l’université de l’Alberta (Canada). Elle détient un doctorat en histoire de l’université d’Ottawa. Ses recherches portent surtout sur les Métis, ainsi que sur les Francophones de l’Alberta. Elle est l’auteure des livres Un passé métis au féminin et Les Francophones de l’Alberta publiés aux Éditions GID au Québec, en 2007.

Gilles Labelle est professeur de science politique à l’université d’Ottawa (Canada). Il s’intéresse particulièrement au destin de la philosophie politique dans le monde contemporain et à l’histoire des idées politiques au Québec depuis la Révolution tranquille. Il est l’auteur de L’Avenir de la philosophie politique de la France (Monde Commun, 2007).

Jean-Michel Lacroix est professeur de civilisation nord-américaine à l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; il dirige le Centre de recherche sur l’Amérique du Nord (CRAN), EA 3978 et il est vice-président Information scientifique de l’Institut des Amériques. Il a publié une Histoire des États-Unis aux PUF, collection Quadrige, 3e éd., en 2009.

Paul Lucardie est chercheur en sciences politiques au Centre de documentation des partis politiques néerlandais et au Centre d’études canadiennes de l’université de Groningen (Pays-Bas).

Jacques Palard, Docteur d’État en science politique, directeur de recherche au CNRS, Université de Bordeaux/Sciences Po Bordeaux, SPIRIT - CNRS. Ses recherches portent sur la transformation du système politico-administratif, l’analyse organisationnelle du catholicisme et le système sociopolitique du Canada et du Québec. Il a publié avec J. Vezina, Vieillissement, Santé et Société (Québec, Presses de l’université Laval, 2007).

Michel Sarra-Bournet, historien, est spécialiste de l’histoire politique et intellectuelle du Québec. Conseiller de Lucien Bouchard à Ottawa (1993-1994) et à Québec (1999-2001), il est chercheur associé à la Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et chargé de cours en histoire et en science politique. Son livre le plus récent, publié aux Presses de l’université Laval, s’intitule Les nationalismes au Québec du XIXe au XXIe siècle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search