Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

II. Le conservatisme au Québec

L’infortune politique de la droite québécoise après 1960

Michel Sarra-Bournet

Résumé

This study focuses on the difficulty of right-wing parties to gain support in Quebec after 1960. Two factors have been identified. The first is the effect of the electoral system on the number of parties and on their behaviour once in power : it favours a two-party system, made of “catch-all parties” that govern close to the center of the political spectrum. The striking similarities of the policies of the last two governments disappointed many right-wing voters who deserted the Liberal Party in 2007. The second is the effect of the constitutional debate. For many years, the right-leaning voters were forced to choose between the federalist Liberal Party and the sovereignist Parti Québécois. Therefore, the diminished constitutional tension also accounts for the recent surge of the Action démocratique du Québec. That party was able to tap into the pool of nationalist voters tied to the Parti Québécois since the disappearance of the Union nationale.

Texte intégral

L’auteur remercie les organismes suivants pour leur contribution financière : le Programme de perfectionnement pour les personnes chargées de cours de l’UQAM, l’Association internationale des études québécoises et la Chaire d’études canadiennes de l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle.

1Deux événements récents rendent l’étude du conservatisme encore plus pertinente, si besoin en était. D’abord, le décès de René Rémond, spécialiste de l’histoire politique et des droites en France. Sa typologie (ultracisme, bonapartisme et orléanisme) ne s’applique évidemment ni au Québec, ni au Canada. Le grand historien français nous a néanmoins enseigné que chaque système politique a ses caractéristiques propres qu’il convient de bien décrire. Comme nous avons pu le constater lors du premier tour des présidentielles françaises, nos systèmes politiques respectifs comportent une gauche, un centre et une droite. Cependant, ce n’est pas l’émergence d’un centre qui a fait les manchettes au Québec, mais celle d’une droite, dont la plupart des analystes politiques ne soupçonnaient pas l’attrait électoral. C’est là le second événement à souligner : la récente résurgence, lors des élections générales de 2006 et de 2007, du Parti conservateur du Canada et de l’Action démocratique du Québec.

2Il y a quelques décennies à peine, la plupart des observateurs extérieurs définissaient la société québécoise par son conservatisme. Les années 1960 et 1970 ont été témoins de courants cherchant à décrire le caractère national de chaque État ou de chaque société. Cela donna lieu à des approches essentialistes, telles que la théorie des fragments de Louis Hartz. Certains disciples du professeur de Harvard ont rapidement réglé le cas du Québec, le plaçant dans la catégorie des sociétés féodales en raison de l’origine de sa majorité canadienne-française issue de la France d’Ancien Régime. Toutefois, cela tranchait avec le bouillonnement idéologique qui avait cours à ce moment-là. La droite était devenue un sujet tabou depuis la fin de la « Grande Noirceur ». À cette époque, le rejet du conservatisme était tel qu’il était difficile d’en évoquer la présence sans être accusé de vouloir caricaturer le Québec. La déferlante Révolution tranquille avait, semble-t-il, tout balayé sur son passage. Le Parti libéral avait embrassé le libéralisme réformiste, le Parti Québécois, la social-démocratie, et l’Union nationale s’était évanouie.

3Force est de constater qu’il y a toujours eu des droites au Québec. À condition de ne pas trop écorcher la Révolution tranquille et le modèle québécois, il est maintenant plus facile de revisiter le sujet. Au Québec, on retrouve la droite dans trois sphères : celle des penseurs et des mouvements (droite intellectuelle), celle des partis politiques (droite politique) et celle de la population et des électeurs (droite populaire). Comment expliquer l’infortune de la droite politique au Québec depuis la chute de l’Union nationale en 1960 et sa disparition progressive ?

4Il y a toujours eu un écart entre la droite intellectuelle et la droite politique. Au début du XXe siècle, par exemple, les partis conservateurs ne pouvaient pas transposer les idées clérico-nationalistes et corporatistes dans l’espace politique neutre sur le plan confessionnel. Une fois passées au tamis politique, les idées de droite ont acquis un caractère modéré. Ainsi, l’Église et les penseurs catholiques sont demeurés de simples groupes de pression.

5Il y a aussi un écart entre les programmes des partis de droite et leur pratique au pouvoir. La sensibilité de droite, bien que minoritaire dans la population québécoise, y est néanmoins présente. Toutefois, cette sensibilité s’incarne rarement dans les politiques des gouvernements. S’ensuit parfois une réaction électorale qui prend la forme d’un appui pour un parti de protestation, tel qu’on l’a observé au fédéral, en 1962, par l’élection de 26 députés du Crédit social.

6Cette étude se concentre sur l’inadéquation entre les droites politique et populaire, c’est-à-dire sur les échecs électoraux des partis politiques de droite sur l’échiquier politique provincial. Elle se penche plus particulièrement sur deux facteurs : l’effet de convergence du système électoral québécois et la polarisation autour de la question nationale. Ensuite, il sera possible d’évaluer si le succès électoral de l’Action démocratique du Québec signifie la fin de l’infortune des droites au Québec.

L’effet du système électoral

  • 2 Au Québec, on a aussi tendance à prendre le terme « libéral » dans son sens américain. Cela peut po (...)

7La dichotomie entre droite et gauche est inspirée de la France du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, la droite vise l’autonomie de l’individu, privilégie les solutions privées et locales, et se méfie des projets abstraits. La gauche recherche la dignité de l’individu et emploie souvent des moyens collectifs et technocratiques. En Amérique du Nord, on parle davantage de conservatisme et de progressisme (« conservatism and liberalism »)2.

8Au Québec, la gauche et la droite se sont transposées dans deux grandes traditions politiques, celles des Rouges et des Bleus, et se sont incarnées dans les partis libéral et conservateur (appelé Union nationale à partir de 1936). Le Parti conservateur a établi sa domination de 1867 à 1897, puis de 1936 à 1959. Les libéraux ont, pour leur part, exercé le pouvoir sans interruption de 1897 à 1936. Malgré les différences idéologiques que recelaient leurs discours, concurrence électorale oblige, on constate une forte convergence vers le centre, une fois au pouvoir. C’est notamment le cas des partis conservateurs qui n’ont jamais entièrement mis en œuvre le programme de la droite intellectuelle. Ni les ultramontains, ni les clérico-nationalistes, pour ne nommer que les mouvements les plus connus, n’ont réussi à faire adopter une grande partie de leurs politiques par les partis au pouvoir. À la fin des années 1930, Maurice Duplessis, le chef du Parti de l’Union nationale et Premier ministre du Québec, n’a pas mis en œuvre les aspects corporatistes de son programme. Il a plutôt maintenu le modèle libéral du début du siècle et retardé l’avènement de l’État providence.

9Un nouvel échiquier politique a vu le jour dans les années 1960. En 1968, dans la foulée de la Révolution tranquille, l’émergence d’un parti social-démocrate, le Parti Québécois (PQ) a poussé le Parti libéral du Québec (PLQ) plus à droite, rétrécissant l’espace électoral de l’Union nationale. Reprenant le flambeau nationaliste, le PQ a réduit l’Union nationale à l’insignifiance.

  • 3 Cette convergence touche tout autant le PQ, dont le « préjugé favorable aux travailleurs » a connu (...)

10Depuis la mise en place de ce nouveau bipartisme, le Québec a connu l’alternance entre un parti de centre-droite et un parti de centre-gauche. Avant même l’apparition du PQ, en effet, on a observé un haut degré de convergence entre les gouvernements québécois. Est-ce l’effet d’un soi-disant unanimisme autour des objectifs et des politiques de la Révolution tranquille ? Après le rattrapage institutionnel rapide des gouvernements libéraux de Jean Lesage entre 1960 et 1966, l’unioniste Daniel Johnson a poursuivi les réformes entre 1966 et 1970. En 1985, le gouvernement libéral de Robert Bourassa n’a pas mis en œuvre son projet de déréglementation, ni privatisé les institutions publiques, ni réduit la taille de l’État. En 2003, celui de Jean Charest n’a pas réalisé la « réingénierie » de l’État3.

11La « loi de l’attraction du centre », implacable dans le contexte de bipartisme, est en bonne partie responsable de cette situation. Parce qu’il n’a aucun adversaire à gauche, le parti de centre-gauche gouverne au centre pour favoriser ses chances de réélection. Le parti de droite fait de même. Le système électoral uninominal à un tour a donc deux effets : il favorise le bipartisme et la convergence vers le centre. La Révolution tranquille a entraîné un réalignement partisan en éliminant le parti qui paraissait le moins pertinent aux yeux de l’électorat. Ensuite, les deux partis « attrapetout » (catch-all parties) ont absorbé les propositions plus radicales en campagne électorale, et les ont neutralisées une fois au pouvoir.

  • 4 L’effet uniformisateur de la mondialisation a également une incidence sur la convergence entre les (...)

12Ainsi, on peut dire que le Parti Québécois et le Parti libéral ont gouverné près du centre depuis la fin de la Révolution tranquille4. Les grandes institutions et les grands programmes publics sont en place, on aide l’entreprise à trouver sa place dans la nouvelle donne continentale. Aujourd’hui, même si chaque parti adopte une stratégie économique différente (le capital entrepreneurial pour le PQ, le grand capital pour le PLQ), la similitude de leurs politiques est frappante. Par exemple, ni l’un ni l’autre n’osent revisiter le modèle québécois.

13Cette convergence des gouvernements qui se sont succédé à Québec est la première cause de l’émergence d’une « alternative » de droite, l’Action démocratique du Québec (ADQ). À un premier niveau, l’appui de l’électorat à ce parti populiste et rural exprime une désaffection envers des partis qui semblent interchangeables : ni le PQ ni le PLQ n’ont réussi à régler les problèmes de la surcharge du système public de santé ; tous deux ont appuyé le renouveau pédagogique du ministère de l’Éducation, malgré les réticences des enseignants et des parents ; enfin ils ont mécontenté les localités opposées aux fusions municipales. De plus, ni les libéraux, ni les péquistes n’ont semblé se préoccuper du déclin des régions et des conséquences de l’immigration sur le mode de vie des Québécois. Tous deux sont perçus comme l’expression des intérêts et des valeurs de Montréal.

Tableau 1. L’ascension de l’ADQ

1994

1998

2003

2007

ADQ

6,5 %

11,9 %

18,2 %

31 %

PQ

44,9 %

42,9 %

33,2 %

28,3 %

PLQ

44,4 %

43,5 %

45,9 %

33 %

(Pourcentage de vote accordé aux trois grands partis lors des quatre dernières élections générales)

14Pour certains, cette résurgence de la droite n’est qu’un vote de protestation. Mais en reprenant le flambeau nationaliste, l’ADQ menace sérieusement les deux partis rivaux.

L’effet de la polarisation constitutionnelle

  • 5 Les partis politiques fédéraux ont également dû tenir compte du nationalisme de la population franc (...)

15L’idée que le spectre politique québécois ait été influencé par la question nationale est bien fondée. Même si elle a changé de contenu, l’identité nationale distincte des Québécois est un phénomène « transversal » et durable qui a pris la couleur de la plupart des idéologies sociales dans l’histoire. C’est un facteur avec lequel tous les politiciens ont dû compter5.

16Au Québec, tous les partis professent une forme ou une autre de nationalisme dans leur discours. Par exemple, de part et d’autre du débat actuel sur le modèle québécois, les protagonistes invoquent des arguments nationalistes pour défendre un Québec plus « lucide » ou plus « solidaire ». Toutefois, il ne faut pas croire que la question nationale soit immune de toute influence idéologique. Au cours de l’histoire du Québec, il y a eu deux réalignements spectaculaires qui firent passer le nationalisme de gauche à droite, puis de droite à gauche du spectre politique au Québec : l’Union de 1840 et la Révolution tranquille des années 1960.

17Au début des années 1960, quand les libéraux de Jean Lesage ont amorcé la Révolution tranquille, ils ont récupéré le nationalisme qui est alors passé de droite à gauche et est devenu un projet d’émancipation des Canadiens français centré sur l’utilisation de l’État. La définition même de la nation en fut bouleversée : on cessa de parler de nation canadienne-française et on y substitua la nation québécoise. À la fin des années 1960, le Parti Québécois de René Lévesque, qui voulait pousser plus loin la Révolution tranquille et réaliser la souveraineté du Québec, a doublé le Parti libéral sur sa gauche. Il a absorbé et neutralisé l’Union nationale, ce qui poussa le Parti libéral vers la droite et, à nouveau, vers la défense de l’unité canadienne.

  • 6 Rappelons toutefois que la Loi constitutionnelle de 1982 n’a jamais été soumise à un référendum.

18L’importance de la question nationale dans le débat politique a masqué les différences entre les partis au niveau de leur idéologie sociale, surtout durant les périodes de polarisation autour de la question de la place du Québec au sein (ou en dehors) du Canada. La polarisation du débat politique autour des options fédéraliste et souverainiste a marginalisé la troisième option, celle de l’autonomie, aussi nommée « fédéralisme renouvelé ». Or, aucune option constitutionnelle n’a obtenu l’appui d’une majorité de Québécois, comme en font foi les résultats des référendums de 1980, 1992 et 19956.

  • 7 Cela ne fut pas toujours sans peine. Pour citer quelques exemples : le départ des députés bloquiste (...)

19L’effet cumulé des crises constitutionnelles depuis le refus par le Québec de la formule d’amendement Fulton en 1961, l’émergence de l’option souverainiste a polarisé la question constitutionnelle. Cette polarisation a divisé la droite, obligeant ses partisans à choisir, selon leur option constitutionnelle, entre les libéraux fédéralistes et les souverainistes du Parti Québécois. Plus à l’aise au sein d’un parti de centre-droite, les fédéralistes de droite ont toutefois déchanté depuis la mise en veilleuse par le PLQ des réformes annoncées en 1985 et 2003. Du côté du PQ, l’alliance entre socio-démocrates et conservateurs était plus difficile. Mais la forte tension constitutionnelle et des leaders rassembleurs ont maintenu la coalition durant de nombreuses décennies7.

L’émergence d’une droite politique

20Au pouvoir, les deux grands partis qui ont dominé le système politique québécois depuis 40 ans ont pratiqué des politiques économiques et sociales convergentes, tout en défendant des options constitutionnelles divergentes. Chacun abritait une aile droite, maintenue en place par la tension constitutionnelle. Que s’est-il passé lors de l’élection du 26 mars 2007 ? Après plusieurs années d’alternance entre deux partis convergents, on a observé l’ascension au rang d’opposition officielle d’une droite politique marginale jusque-là, l’Action démocratique du Québec. La diminution de la polarisation constitutionnelle consécutive à l’élection d’un gouvernement fédéral conservateur lui a permis de récupérer le vote de droite « fédéré » par les partis fédéraliste et souverainiste, provoquant du coup l’élection d’un gouvernement minoritaire.

Tableau 2. Les orientations des trois grands partis actuels

Action démocratique du Québec (ADQ)

Parti libéral du Québec (PLQ)

Parti Québécois (PQ)

Idéologie sociale

Néolibéralisme avec un style populiste

Néolibéralisme

Social-démocratie

Position dans le spectre idéologique

Droite

Centre-droite

Centre-gauche

Identité nationale

Nationalisme québécois

Nationalisme canadien

Nationalisme québécois

Option constitutionnelle

Autonomisme

Fédéralisme

Souverainisme

21On peut comparer la montée de l’ADQ à celle des créditistes fédéraux au Québec en 1962 ou à l’arrivée au pouvoir du Nouveau Part démocratique (NPD) en Ontario en 1980. Dans ces deux cas, un tiers parti avait récupéré le mécontentement de l’électorat qui avait successivement évincé du pouvoir les deux grands partis. Or, l’ADQ est plus qu’un simple véhicule de protestation politique. Son ascension démontre que le discours de droite a un attrait sur la population.

22On peut aussi se demander si l’ADQ est l’expression d’une droite intellectuelle ? Au Québec, il n’y a pas de droite néoconservatrice organisée comme dans le reste du Canada. La droite intellectuelle québécoise est néolibérale. Elle se retrouve au Conseil du Patronat et au sein de l’Institut économique de Montréal. Trouvera-t-elle dans l’ADQ le véhicule de ses aspirations ? Son programme économique est, en effet, d’inspiration néolibérale. Mais sur le plan social, l’ADQ préconise une approche populiste. Ce parti exprime les intérêts des familles, des enfants, des personnes âgées et de la « classe moyenne » contre la grande entreprise, la grande ville, les syndicats ou le fisc. Son discours ne recèle pas d’éléments néoconservateurs. Seul le thème de la défense de la culture et des traditions y est apparu, quoique tardivement et de manière opportuniste.

23Dans ce contexte, que réserve l’avenir à ce système à trois partis ? Pourra-t-il durer, malgré l’instabilité d’un gouvernement minoritaire ? Deux choses peuvent se produire : ou bien le Québec adopte un système proportionnel, ou bien on assistera tôt ou tard à un réalignement politique, car le système électoral actuel mène au bipartisme. Ce jour-là, un des trois grands partis actuels devra disparaître. Pour le moment, tant l’ADQ que le PLQ et le PQ ont des faiblesses, mais aucun n’est en totale déroute. Si l’ADQ survit dans le prochain système bipartisan, en délogeant le PLQ ou le PQ, il finira nécessairement par se rapprocher du centre du spectre politique, laissant les électeurs de droite encore une fois orphelins. Il semble donc que seul un système proportionnel conduirait à la permanence d’une droite politique au Québec, comme d’une gauche au demeurant. Mais cela est un autre débat.

24Comme les idées de gauche avant 1960, les idées de droite eurent du mal à s’exprimer depuis cette date. Est-ce la fin de l’infortune de la droite au Québec ? Comment expliquer la remontée des conservateurs québécois aux élections fédérales de janvier 2006 et celle de l’ADQ aux provinciales de mars 2007 ? Plusieurs thèses ont été avancées.

25Certains ont mis l’accent sur la fluidité du vote et sur l’expression d’une désaffection à l’égard de la classe politique, comme en font foi les fluctuations dans les intentions de vote et le faible taux de participation. Les résultats électoraux signifient davantage qu’une simple protestation politique. Le Parti Québécois est devenu l’opposition en 2003, en raison notamment de la surcharge du système de santé, du rejet par les parents et les enseignants du « renouveau pédagogique », de la gestion des fusions municipales et du déclin des régions. Après 2003, les libéraux ont gardé le cap dans ces quatre domaines. De plus, et cela affecte davantage l’électorat de droite, ils n’ont pas réalisé les réformes promises : la « réingéniérie » et les réductions d’impôt. Ainsi, la convergence entre les deux grands partis expliquerait la réaction d’une partie de l’électorat, notamment la droite fédéraliste modérée qui aurait déserté le PLQ.

26D’autres ont relevé que l’émergence d’une nouvelle droite politique populiste et rurale serait la conséquence du déclin des régions et de l’inquiétude pour la survie de la culture traditionnelle devant la question de l’intégration des immigrants. Le métissage de la métropole inquiète les Québécois dans les régions où le tissu culturel ne correspond pas encore à la nouvelle définition de la nation québécoise. Et puisque l’identité québécoise est plus forte chez les francophones, surtout de vieille souche, le danger de dérapage et de fracture est évident. Si l’identité québécoise ne s’arrime pas à un projet national de gauche, à la fois identitaire et inclusif, cela pourrait signifier le retour à un nationalisme apolitique ou à un nationalisme de repli culturel comme on en retrouve actuellement dans plusieurs pays européens.

  • 8 La Commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelle (...)

27Le nationalisme québécois est donc à un tournant. Il s’est attaché à différentes idéologies sociales dans le temps. Avant 1840, il s’agissait d’un programme de révolution libérale démocrate. Pendant plus d’un siècle, il a préconisé la conservation d’une culture homogène, celle des Canadiens français catholiques. Avec la Révolution tranquille, il s’est extirpé du piège ethnocentriste et religieux dans lequel il s’était enfermé. Or, la question de la définition de la nation québécoise n’a pas été débattue en dehors du cercle des élites politiques et intellectuelles de Montréal8.

28Le PQ, principal véhicule politique du nationalisme québécois, est né d’une coalition de gauche et de droite (du Rassemblement pour l’indépendance nationale [RIN] au Ralliement national [RN]). La polarisation autour de la question nationale a fait disparaître l’Union nationale, le PQ conservant une bonne partie de son électorat grâce à la polarisation constitutionnelle et à la présence de chefs rassembleurs, deux facteurs absents lors de l’élection générale de 2007. Ainsi, le second facteur, qu’il faut considérer, pour expliquer la montée de l’ADQ, tout comme celle des conservateurs fédéraux, est bien la baisse progressive de la polarisation sur la question nationale depuis 2003.

29Enfin, la présence de trois partis est-elle viable à l’échelle du Québec ? Eu égard au système électoral, la réponse est non. Le système uninominal à un tour conforte le bipartisme. Si la proportionnelle était instaurée au Québec, il y aurait au moins trois partis permanents, ce qui permettrait à l’Assemblée nationale de refléter toutes les nuances idéologiques présentes dans l’électorat. Étant donné que son instauration n’est pas imminente, on va retourner vraisemblablement à un système bipartisan.

30Si l’ADQ déloge un de ses concurrents, nous assisterons à un réalignement, comme ceux qui sont survenus au cours des années 1930 (lors de la disparition du Parti conservateur provincial) et 1970 (avec celle de l’Union nationale). Bien malin qui pourrait prédire quel parti cédera sa place. Chacun a ses faiblesses. Le Parti libéral existe depuis 1867, mais il a l’appui de moins du quart des francophones. Le PQ a du mal à renouveler son discours, tant sur les questions socio-économiques que sur la question nationale.

31De son côté, l’ADQ a du mal à pénétrer les milieux urbains. Si le Parti libéral renoue avec son programme de droite, et que, de son côté, le Parti Québécois adapte le modèle québécois, s’attaque au déclin des régions, s’occupe de la question identitaire et réussit à remettre la question du statut du Québec au centre du débat publique, il n’est pas exclu que l’électorat de droite se fractionne à nouveau et que ce soit le parti de Mario Dumont qui fasse les frais du prochain réalignement partisan.

Notes

2 Au Québec, on a aussi tendance à prendre le terme « libéral » dans son sens américain. Cela peut porter à confusion, comme on l’a vu dans le débat au sujet du caractère « libéral » ou « conservateur » du régime de Maurice Duplessis, qui fut au pouvoir de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959. Duplessis pratiquait un libéralisme classique qui, à son époque, faisait figure de conservatisme. Mais son discours social était nettement conservateur.

3 Cette convergence touche tout autant le PQ, dont le « préjugé favorable aux travailleurs » a connu nombre d’exceptions au cours des années, provoquant des nombreux affrontements avec le monde syndical. De plus, l’adoption d’une politique de « déficit zéro » a considérablement affecté le filet de sécurité sociale du Québec.

4 L’effet uniformisateur de la mondialisation a également une incidence sur la convergence entre les partis. Toute chose étant égale par ailleurs, il faut tenir compte du déplacement général de l’échiquier politique vers la droite avec l’adoption du libre-échange.

5 Les partis politiques fédéraux ont également dû tenir compte du nationalisme de la population francophone du Québec. Entre 1958 et 1962 et entre 1984 et 1993, le Parti conservateur fédéral devait son succès à l’alliance avec les nationalistes québécois. Au milieu des années 1960, les trois partis fédéraux étaient pour une forme ou une autre de reconnaissance de la thèse des deux nations. Même Pierre Elliott Trudeau a fait la promotion du bilinguisme, ce qui signifiait la protection du français au Canada. Avec son équipe du « Quebec Power », il promettait de faire une place aux Québécois à Ottawa. Dans ses discours, il évoquait le souvenir des explorateurs français et des colons canadiens-français avant de conclure « C’est à nous ce pays-là ! ».

6 Rappelons toutefois que la Loi constitutionnelle de 1982 n’a jamais été soumise à un référendum.

7 Cela ne fut pas toujours sans peine. Pour citer quelques exemples : le départ des députés bloquistes Pierrette Venne et Ghislain Lebel, le passage de Pierre Brien du Bloc Québécois à l’ADQ et l’adhésion d’anciens péquistes, notamment Lucien Bouchard et Joseph Facal, au Manifeste pour un Québec lucide.

8 La Commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles, mise sur pied par le Premier ministre, Jean Charest, pourrait remédier à cela.

Auteur

Historien, est spécialiste de l’histoire politique et intellectuelle du Québec. Conseiller de Lucien Bouchard à Ottawa (1993-1994) et à Québec (1999-2001), il est chercheur associé à la Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et chargé de cours en histoire et en science politique. Son livre le plus récent, publié aux Presses de l’université Laval, s’intitule Les nationalismes au Québec du XIXe au XXIe siècle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search