Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

II. Le conservatisme au Québec

Une tentative pour faire renaître un courant intellectuel conservateur au Québec : la revue Égards

Gilles Labelle

Résumé

Égards is a new conservative journal published since 2003 in Quebec. The editors have already published 16 issues, which is more than many observers expected. The main goal of Égards as expressed in its fundamental declaration is to “untie the homicidal work of the Quiet Revolution.” After an analysis of the critique of Quebec contemporary society proposed by the editors, the “political theology” of one of the founders of the journal, well-known writer Jean Renaud, is considered in detail.

Texte intégral

  • 1 Quinze numéros ont été publiés jusqu’à maintenant (juin 2007).
  • 2 Xavier Gélinas, « Déclin et disparition de la droite intellectuelle québécoise (1956-1966) », in S (...)
  • 3 Jean Renaud, « La troisième année », Égards, no 9, automne 2005.
  • 4 « Pourquoi Égards ? », Égards, no 1, automne 2003. La formule tire son origine des écrits du marxi (...)

1La revue Égards, née à l’automne 20031, marque-t-elle la renaissance d’un courant intellectuel conservateur au Québec ? À l’exception de L’analyste, de 1983 à 1992 (d’orientation plutôt néolibérale), des Cahiers de Jeune nation, de 1992 à 1995 (orientation « lepéniste ») et, depuis 2004, de La lettre conservatrice (traditionaliste), la droite intellectuelle conservatrice a été absente des débats d’idées au Québec depuis le milieu des années 19602. C’est cette situation qu’Égards se propose de corriger. Prenant exemple sur le conservatisme américain, Égards voudrait faire renaître une intelligentsia conservatrice et susciter un pôle idéologique conservateur dans l’opinion, de manière à disposer d’un poids suffisant pour faire reculer l’influence du « libéralisme » (au sens américain du terme) ou du « gauchisme ». À terme, il s’agirait de réussir une « conquête culturelle et politique3 » voire d’opérer une « réforme intellectuelle et morale4 » qui ferait que, comme aux États-Unis, des questions aujourd’hui considérées comme taboues dans l’espace public québécois et canadien pourraient faire l’objet de débats qui placeraient le libéralisme et le gauchisme sur la défensive : questions portant, par exemple, sur la légitimité, eu égard aux fondements civilisationnels de nos sociétés, du mariage homosexuel, de l’avortement, de l’euthanasie ou du suicide assisté. Pour Égards, toutes ces questions ne font présentement l’objet que de pseudo-débats dans lesquels l’opposition à la doxa gauchiste est immédiatement assimilée à l’homophobie, à la misogynie, au « moralisme », quand ce n’est pas à la « montée de la réaction ».

  • 5 « Pourquoi Égards ? », p. 13-14, 45.
  • 6 Richard Bastien, « Pour un renouveau de la pensée conservatrice canadienne », Égards, no 12, été 2 (...)

2À l’exemple des conservateurs américains, Égards voudrait susciter, pour atteindre cet objectif, une « bataille » ou une « lutte culturelle5 » (cultural war), consistant dans un premier temps en un harcèlement systématique des positions tenues par la classe intellectuelle et médiatique qui promeut la doxa gauchiste. Ce n’est que dans un deuxième temps, à long terme, après que la guerre culturelle aura été engagée, qu’il sera possible d’envisager le passage au combat politique. Comme l’écrivait l’un des membres du comité de rédaction après les dernières élections fédérales : « On ne peut espérer mettre fin à cette tyrannie [du sécularisme] par de simples victoires électorales du Parti conservateur. Ce qu’il faut, c’est recréer dans l’ensemble du pays une véritable culture judéo-chrétienne – une culture “conservatrice”6. »

  • 7 « Pourquoi Égards ? », Égards, no 1, automne 2003.
  • 8 On trouve des éléments d’une théologie politique également chez Maurice G. Dantec. Ces éléments so (...)

3Les arguments avancés par Égards afin d’amorcer la guerre culturelle se déclinent jusqu’à maintenant sur deux plans distincts. Un premier plan prend pour objet la scène culturelle et politique québécoise et, secondairement, canadienne. Si Égards s’oppose à l’indépendance du Québec et s’il accorde une grande valeur à l’existence du Canada, il reste que son premier lieu d’ancrage est la société québécoise, ainsi qu’en témoigne la « Déclaration » qui ouvre le premier numéro et où il est question de « défaire systématiquement l’œuvre meurtrière de la Révolution tranquille7 ». Un deuxième plan prend pour objet l’aire civilisationnelle – l’« Occident chrétien » – dans laquelle se situent non seulement le Québec et le Canada, mais aussi quelques-uns des principaux acteurs qui configurent le monde actuel. C’est sur ce plan que Jean Renaud situe sa « théologie politique8 » – certainement l’apport le plus original d’Égards, ce qui la distingue absolument de toute autre entreprise intellectuelle au Québec.

4Ces deux plans communiquent : on pourrait même soutenir que l’analyse portant sur la situation québécoise et canadienne aboutit à la théologie politique.

  • 9 Richard Bastien, « Pour un Québec vraiment lucide », Égards, no 15, printemps 2007, p. 16.
  • 10 « Pourquoi Égards ? », Égards, no 1, automne 2003.

5La Révolution tranquille est considérée par Égards comme aussi importante pour la société québécoise que le fut la grande Révolution pour la France ; en outre, elle aurait eu à peu près le même sens, puisqu’elle fut, comme cette dernière, une « gigantesque apostasie9 ». Entendons que cette révolution fut l’occasion d’un reniement de la « culture catholique », qui se traduisit par une volonté de chamboulement de tout l’appareil institutionnel qui avait jusque-là donné consistance à la société québécoise. Le triomphe de l’« étatisme » au Québec est la manifestation la plus visible de cette volonté. À partir de 1960, l’État s’arroge le droit de réformer en profondeur et, dans plusieurs cas, d’abolir des institutions relevant de la « société civile » pour les remplacer par de nouvelles. Cela ne veut pas dire que l’État québécois n’était pas interventionniste avant 1960 ; mais ce qui change après cette date est le « ton », l’État s’arrogeant désormais le droit de décider souverainement du caractère non fonctionnel des institutions, qui ont été forgées par le temps plutôt que par l’esprit raisonneur, et, en conséquence, du degré de rationalité qu’il conviendrait de leur injecter. En somme, le principal produit de la Révolution tranquille est l’identification de l’État à « l’unique autorité spirituelle » de la société québécoise10.

  • 11 Sur la « nouvelle classe », voir Richard Bastien, « La désertification spirituelle et intellectuel (...)

6Autorité spirituelle, en effet, puisque la finalité de l’interventionnisme est définie comme le bonheur de chacun des Québécois. Pour accomplir cette tâche démesurée, titanesque – l’Église ayant toujours eu la prudence de relativiser le bien auquel on pouvait arriver en ce monde, ce qui évitait de « viser trop haut » – l’État a besoin d’un savoir portant à la fois sur la nature du bien auquel il s’agit de faire accéder les individus et sur les moyens d’y arriver. Aussi le nouvel État ne peut-il être que « technocratique » – il ne peut exercer sa souveraineté (kratos) qu’au nom du « savoir-faire » (tekhné) que les sciences sociales peuvent lui garantir. Un tel savoir-faire est d’autant plus indispensable que l’effondrement de la normativité étayée sur des références aux « commandements divins » ou à la « loi naturelle » provoque une « libération de la parole » plus ou moins anarchique. En se posant comme caisse de résonance de cette parole émancipée, le monde émergent des médias (surtout la télévision) complète le triptyque – avec la technocratie étatique et les universitaires – de la « nouvelle classe » qui, selon Égards, règne désormais sur la société québécoise11.

7Un nouveau « système de croyances » émerge au terme de cet exercice où s’entremêlent paroles politiciennes, travaux universitaires, commentaires médiatiques et énonciation par tout un chacun de son « opinion » quant au bien et au mal. Ce nouveau système repose sur un argumentaire très simple. Les définitions de la bonne vie auxquels arrivent les individus divergent. Proposer qu’une autorité extérieure tranche entre elles serait l’équivalent d’un retour à l’ordre ancien, quelle que soit la manière dont on déguiserait une telle intervention. L’État doit donc être neutre à l’égard des opinions ; il doit seulement s’assurer que chacun peut définir par lui-même ce qu’il estime être son bien propre. C’est ce qui, paradoxalement, confère à l’État l’autorité pour intervenir activement afin de remodeler les institutions qui forgent le caractère des individus, au premier chef le système d’éducation. L’État, en outre, doit veiller à ce que la tolérance devienne la valeur la mieux partagée, chacun devant apprendre à respecter les styles de vie différents qui prolifèrent. Pour y arriver, l’État doit reconnaître formellement le droit d’exister à ces styles de vie, par exemple dans une charte, et s’engager périodiquement dans des activités telles que des « campagnes de sensibilisation ». Au vrai, les seuls styles de vie qui sont inacceptables et à l’égard desquels on peut être intolérant sont ceux qui empêchent les individus de définir par eux-mêmes leur bien propre, par exemple en regrettant l’absence d’une autorité morale transcendante. La fausseté des critiques que le « moralisme » formule à l’endroit du nouveau système est d’ailleurs patente ; ainsi, loin de provoquer la désagrégation sociale, la liberté reconnue à chacun de définir son bien se conjugue aisément avec celle de son semblable. En effet, il se trouve que la majorité des individus définissent la vie bonne comme une vie agréable et plaisante ; autrement dit, la majorité définit la vie bonne en termes hédonistes ou sensualistes : est bien ce qui provoque du plaisir, ce qui suscite des sensations agréables.

  • 12 Ibid.

8Le nouveau système de croyances comporte deux versions, selon Égards. Le « sécularisme mou », qui rejette de manière plus ou moins réfléchie l’autorité morale, est la forme qui domine dans les sociétés québécoise et canadienne. Le « sécularisme dur », s’il est minoritaire, est réfléchi et articulé de manière plus cohérente : à la différence du premier, il nie formellement l’existence de la transcendance et il professe l’athéisme. Selon les sécularistes « durs », « Dieu n’existe pas, le monde de l’esprit n’existe pas et l’homme n’est rien de plus qu’un animal un peu plus sophistiqué que les autres12 ». Cette deuxième version milite fortement pour que ces « vérités » en arrivent à définir le réel : outre, par exemple, ses efforts pour que soient effacées toutes références à Dieu dans la Constitution canadienne ou pour que soit décroché le crucifix suspendu au mur de l’Assemblée nationale du Québec, les campagnes que mènent les sécularistes « durs » dans l’opinion pour provoquer un réarrangement des institutions dont l’origine se perd dans la nuit des temps comme le mariage ou la famille, pour légitimer la pratique de l’avortement, de l’euthanasie, du suicide assisté, ou encore pour faire valoir le bien-fondé d’une pédagogie « antiautoritaire » à l’école, visent essentiellement à cumuler des « preuves » censées démontrer que l’humanité est une espèce qui non seulement n’a rien de sacré mais, plus encore, est entièrement malléable.

  • 13 Je résume très brièvement dans ces quelques lignes certains des éléments de deux articles de Gary (...)

9Pour Égards, la mise en œuvre des programmes du sécularisme « mou » et du sécularisme « dur » a engendré des conséquences désastreuses dans les sociétés québécoise et canadienne. L’état de l’éducation au Québec l’illustre au mieux. L’école a été entièrement remodelée depuis quarante ans. C’est maintenant, après avoir épuisé le « capital social » accumulé qui a permis vaille que vaille au système éducatif de continuer à fonctionner pendant à peu près trois décennies, que peuvent être constatés tous les effets des réformes successives : soumission de l’école d’un côté à une bureaucratie incompétente et dogmatique concentrée au ministère de l’Éducation, de l’autre à des impératifs hédonistes ou utilitaristes, épuisement des enseignants confrontés quotidiennement à la crise de l’autorité, « décrochage » et état d’anomie dans lequel vit une portion élevée d’enfants et d’adolescents13.

  • 14 Richard Bastien, « La désertification spirituelle et intellectuelle du Canada », Égards, no 7, pri (...)

10De tels résultats ont été maintes fois mis en évidence depuis quelques années, y compris dans les médias. Les réactions ont été, pour l’essentiel, toujours les mêmes : plutôt que de freiner ou de revenir en arrière, il a été décidé de pousser les choses plus loin, comme si c’était l’inachèvement des réformes qui était en cause. Pour Égards, il faut poser la question : quelle est la source de pareil entêtement ? Pourquoi le nouveau système de croyances, dans ses versions « molle » ou « dure », est-il à ce point aveugle aux faits ? Quel est le secret, autrement dit, de l’effet de piété ou de croyance que suscite le sécularisme – étant entendu que le sécularisme « est lui-même un système de croyances14 ». Les réponses à ces questions permettront d’établir un pont entre les deux plans analytiques qu’on peut distinguer dans Égards ; elles conduiront, en d’autres mots, à la théologie politique qui constitue le fondement des analyses proposées sur le Québec et le Canada.

  • 15 Jean Renaud, « L’islamo-gauchisme nationaliste et la défense d’Israël », Égards, no 13, automne 20 (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Voir Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, 1887.

11Il faut d’abord chercher le ressort caché de la Révolution tranquille, ce qui lui a donné son impulsion première et qui a empêché jusqu’ici tout retour en arrière. Ce ressort, selon Jean Renaud, tient à l’héritage légué par le cléricalisme au Québec. Avant 1960, le clergé est omniprésent dans les institutions les plus importantes de la société québécoise (éducation ou santé). Un clerc, essentiellement, est censé mener une vie orientée en fonction de l’« amour du prochain ». En principe la société québécoise est donc également une société chrétienne, à tout le moins une société où sont présents à des postes essentiels des êtres qui orientent leur vie en fonction de l’amour du prochain. En réalité, toutefois, la situation est très différente. Il est extrêmement difficile de mener une vie en fonction d’une exigence aussi élevée et on doit constater que plusieurs clercs orientent leur vie tout autrement. Or comment réagit un clerc quand il s’aperçoit de cette réalité ? Il peut, bien sûr, chercher à s’amender ; il peut aussi, si la grâce l’a abandonné, défroquer, même si la pression sociale peut l’empêcher de passer à l’acte ; mais son premier réflexe est plutôt de faire « comme si » l’amour du prochain continuait d’organiser son existence : « Un religieux qui n’est pas habité par l’amour est condamné, par devoir professionnel, à faire semblant de l’être15. » Autrement dit, au bien qu’est l’amour, il substitue un « faux bien », c’est-à-dire un « faux amour ». Il faut alors à ce clerc trouver un mécanisme qui lui permette de mimer l’amour du prochain – en d’autres termes, il lui faut trouver un sentiment qui ressemble assez à l’amour pour tromper les autres et peut-être également se tromper soi-même. Un tel mécanisme est aisé à débusquer : il consiste à substituer à l’amour du prochain, qui comporte une dimension concrète et personnelle, l’amour de l’humanité, qui est abstrait et impersonnel. Par là, on instaure un « christianisme sans le Christ, un christianisme abstrait et utopiste16 ». Mais il reste encore à traduire dans la réalité ce « faux amour » : c’est ce dont se charge le militantisme orienté vers les « opprimés ». En levant les obstacles qui empêchent tous les êtres humains d’accomplir pleinement leur humanité, c’est-à-dire en brisant les institutions et le « système » qui sont responsables de cette situation, on est censé donner des « preuves » de son amour de l’humanité. Encore que d’apporter le bonheur à chacun des opprimés soit une tâche quasi impossible à réaliser en ce monde – ce dont d’ailleurs les clercs qui connaissent l’enseignement de l’Église sont avertis. Aussi il leur paraît plus aisé de « prouver » leur amour de l’humanité en haïssant l’oppresseur qu’en libérant l’opprimé ; le « ressentiment », dont Nietzsche avait vu que sa naissance était liée à l’existence des prêtres17, est donc l’astuce qu’ont trouvée les clercs incapables d’amour vrai afin de cacher leur situation gênante. N’hésitant d’ailleurs pas, pour ce faire, à s’en prendre non seulement aux institutions jusque-là indissociables de l’Église catholique, mais, en dernière instance, à l’Église elle-même.

  • 18 Jean Renaud, « De l’Amérique profonde au Canada restauré (la réélection de Bush et la monarchie ca (...)
  • 19 Jean Renaud, « L’islamo-gauchisme nationaliste et la défense d’Israël », Égards, no 13, automne 20 (...)

12Outre qu’une telle logique du ressentiment permette de comprendre pourquoi l’Église s’est peu défendue, minée qu’elle était de l’intérieur, contre la déferlante de la Révolution tranquille, elle permet de saisir le sens de ce que Jean Renaud appelle le « marcionisme » qui hante la société québécoise. Que faut-il entendre par là ? Marcion était un hérétique, qui opposait l’Ancien et le Nouveau Testaments, le Père et le Fils. Les clercs animés par le ressentiment et qui condamnent les institutions brimant l’humanité de tout un chacun renouent avec l’hérésie de Marcion en ce qu’ils en viennent à propager une haine de toute autorité et de toute souveraineté, que l’autorité et la souveraineté ultimes du Père symbolisent au mieux : « Le rejet de l’Ancien Testament est au cœur du mal québécois […]. Un marcionisme inchoatif, qui est reniement du Père, explique la débâcle québécoise et canadienne. À la crise de la naissance […] et de l’héritage correspondent une carence de paternité et une ruine de la souveraineté18. » C’est ce rejet du Père, de la souveraineté et de l’autorité qui rend compte, selon Jean Renaud, des traits les plus frappants de l’homo quebecensis : absence de gravité (les « comiques »), indiscipline, puérilité, goût adolescent pour les festivités, etc. À quoi il faudrait ajouter une haine autrement inexplicable de l’État d’Israël (quelle autre « cause » peut faire descendre dans la rue 15 000 manifestants, y compris des députés, en plein mois d’août ?) et, par extension, une fascination matinée d’effroi pour l’Islam, de plus en plus présenté par les gauchistes comme une forme de « résistance » à l’oppression. Tous ces traits, dont l’image est inlassablement renvoyée de chacun à chacun dans une structure en miroir où se complaisent politiciens, universitaires et professionnels des médias qui n’arrêtent pas de qualifier le Québec de société « avant-gardiste » et « progressiste », composent un portrait qui se présente dans l’espace public comme le seul légitime. Enfermée dans une logique où le devoir de donner des gages quant à la « rectitude politique » induit une surenchère qui fait reculer toujours plus les limites de ce qui est permis, engagée dans une véritable fuite en avant « nihiliste » qui laisse entrevoir la dissolution du lien civique, la société québécoise procède « d’idées chrétiennes », mais « en débâcle, gone wild […], selon Chesterton : pourriture de chrétienté en train d’engendrer des monstres insolites19 ».

  • 20 Jean Renaud, « L’Amérique, l’Islam, le pacifisme et les conservateurs canadiens-français », Égards (...)
  • 21 Fabrice Bouthillon, Et le bunker était vide, Paris, Hermann, 2007, p. 66 et suivantes (et voir la (...)
  • 22 Jean Renaud, « L’islamo-gauchisme nationaliste et la défense d’Israël », Égards, no 13, automne 20 (...)

13On l’entrevoit, une telle évolution, qui a emprunté des voies singulières pour se réaliser au Québec, concerne au vrai le monde occidental chrétien tout entier – à l’exception, peut-être, des États-Unis, selon Jean Renaud. Se profile en effet dans ce monde une situation où « tout sera bien sans que personne ne soit bon20 », où l’humanité n’aimera plus qu’elle-même, mais abstraitement, indifférente aux personnes singulières qui peuvent seules être aimées. C’était déjà la mise en garde qu’adressait Paul de Tarse aux nouvelles assemblées (églises) chrétiennes. Tout tient, leur expliquait-il, au katechon (Th 2, 2-8), à la force qui peut « retenir » (on traduit parfois katechon par le « retenant ») le triomphe en ce monde du « faux bien », du « faux amour » – de ce qui mime le Christ à s’y méprendre mais n’est pas lui et que les chrétiens finiront d’ailleurs par désigner comme « Antéchrist ». Ce fut une grave question dans l’histoire du christianisme que de chercher à identifier qui pouvait incarner une telle force « retenante » : l’Église elle-même, l’Empire devenu chrétien, la chrétienté ? De même qu’à identifier les forces qui, au contraire, sont les agents du faux bien, du faux amour : peut-être l’Église elle-même, à bien y songer, ou les apostats, l’Islam, les puissances temporelles21 ? Ce sont ces questions que repose aujourd’hui Jean Renaud, pour qui il ne fait pas de doute que le « faux amour » que promeut le sécularisme militant est en son essence même « démoniaque22 ».

  • 23 Michael O’Brien, « Entrons-nous dans l’ère de l’Apocalypse ? », Égards, no 10, hiver 2005-2006.

14Trouver l’identité des forces « antéchristiques » revient à identifier qui milite le plus activement afin de substituer l’amour abstrait de l’humanité à l’amour concret du prochain – en langage chrétien, qui substitue le nombre ou le chiffre au nom toujours singulier : car « telle qu’elle est décrite dans l’Apocalypse, la Bête n’a pas de nom. Elle a un chiffre23 ». Pour Jean Renaud, on peut identifier dans notre monde deux forces qui jouent le rôle d’« accélérateurs », c’est-à-dire qui militent pour le triomphe du faux bien : l’Europe et l’Islam.

  • 24 Jean Renaud, « Les conservateurs canadiens-français et la destinée de l’Amérique : la leçon d’Edmu (...)
  • 25 Maurice G. Dantec, ibid., p. 257.

15L’Europe d’abord, entendue au sens « spirituel », c’est-à-dire comme « esprit » présidant aux destinées de l’Union. Cet esprit est, au mieux, irénique : l’Europe ne conçoit plus qu’il puisse y avoir au monde d’autres règles que le commerce et le droit. À l’intérieur du continent, les nations sont dépassées, il ne reste plus que des individus désirant vivre prospères et qui, pour cela, ont besoin d’un marché élargi et de procédures pour le régler. Une telle logique est expansionniste en son principe même ; elle devrait éventuellement inclure la Turquie, pourtant un pays musulman, car les Turcs ne sont-ils pas des individus-consommateurs comme tous les Européens ? Il n’y a pas de différend qui ne puisse être réglé par le marché et le droit : des émeutes éclatent-elles dans les banlieues, c’est qu’on n’a pas fait assez d’efforts pour assurer une croissance économique qui profiterait aux « ayant droits ». Que l’Occident puisse être confronté à une « guerre des civilisations » (belliqueuse idée américaine) ou pire encore, à une « islamisation » du continent, est impensable. Pourtant, selon Jean Renaud, l’actuelle « islamisation de l’Europe est un événement qui égale en importance l’écroulement de la chrétienté orientale au VIIIe siècle, la Guerre de Cent ans, les révolutions française, russe et nazie24 ». On comprend dès lors pourquoi les Européens, quand ils ont à traiter d’affaires extra-continentales, sont des partisans de l’ONU, du multilatéralisme, de la négociation, du respect du droit international. Ici encore, ils ne conçoivent pas qu’ils puissent y avoir dans le monde des hommes qui ne soient pas de « bonne volonté », encore moins que la « Quatrième guerre mondiale » puisse être « engagée »25.

16L’Islam est l’allié de l’Europe. Non pas, certes, qu’il soit particulièrement porté vers les droits de l’Homme et le droit des gens. Il faudrait en fait préciser que l’Islam est un allié objectif : par ses avancées sur le continent, il nourrit puissamment l’irénisme et le « droit-de-l’hommisme » européens. En outre, il vient combler le vide de l’esprit nihiliste européen (« zéropéen », dixit Dantec), qui, ne croyant plus à aucune « valeur », encourage le dépeuplement du continent et installe à demeure les sociétés dans une anomie molle, festive. La loi islamique peut compter sur la complicité des libéraux et des gauchistes, toujours en quête d’un nouvel acteur révolutionnaire susceptible de détruire le « vieux monde », pour se poser en alternative à cet état à vrai dire pathologique. Ce qui est vrai pour le Québec, selon Jean Renaud, l’est encore plus pour l’Europe :

  • 26 Jean Renaud, « Autopsie de Pierre Falardeau », Égards, no 15, printemps 2007, p. 121.

Les restes de l’élite péquisto-libérale, les derniers baby-boomers, sauront sans doute étirer leur vie inutile et nuire encore de longues années, mais en se mettant, cette fois, au service de la Mosquée. Ainsi les vieux laïcistes anticléricaux, les nationalistes, les libéraux (au sens américain), l’ensemble de la gauche et une bonne partie de la droite, tous, en ouvrant la voie aux barbares, croiront se battre pour leurs chimères ou leurs idéologies. […] Un jour, on constatera, étonné, que le pouvoir culturel, politique et économique a changé de main26.

  • 27 Jean Renaud, « Post-scriptum à Maurice G. Dantec : Soutien à la municipalité d’Hérouxville », Égar (...)
  • 28 Jean Renaud, « Joseph de Maistre en Amérique : pour une grande alliance conservatrice », Égards, n(...)

17Les « accélérateurs », qui font tout pour que plus rien ne « retienne » le triomphe du faux bien, sont cependant confrontés, selon Jean Renaud, à des « retardateurs », à des forces qui reprennent le flambeau porté antérieurement par l’Église, l’Empire chrétien ou la chrétienté. Pour l’essentiel, le « retenant » se trouve de nos jours incarné par les États-Unis d’Amérique, plus précisément dans le Parti républicain : « Aujourd’hui, le soldat et le gendarme de la civilisation dont le Saint-Siège reste et restera toujours le docteur et le promoteur, c’est l’Amérique qui vote républicain, et elle seule27. » L’Amérique républicaine seulement, en effet, puisque le combat entre le bien et le faux bien hante évidemment – comment pourrait-il en être autrement ? – toute l’histoire américaine, inscrite au cœur même de la Constitution. Celle-ci en effet porte en elle une « contradiction mortelle », puisqu’elle se trouve « écartelée entre Jefferson et John Adams », entre « la Chrétienté et la Révolution »28. Même la guerre menée contre l’Irak porte les traces de cette contradiction. D’un côté, cette guerre est « wilsonnienne » d’inspiration, menée pour répandre ailleurs dans le monde les fruits de l’humanisme libéral. Si c’était là le ton dominant de la politique extérieure américaine, il faudrait classer les États-Unis du côté des « accélérateurs » de l’avènement du faux bien plutôt que du côté de ce qui « retient ». Mais d’un autre côté, cette guerre paraît plutôt une réaction qu’on n’espérait plus du monde chrétien, s’exerçant d’abord, contre l’avis des pleutres européens, à la légitime défense, ensuite à la contre-attaque, puisqu’il y a bel et bien une « guerre des civilisations » qui se déroule actuellement. Non, comme le croit Samuel Huntington, entre des civilisations comprises comme des ensembles culturels en phase ascendante ou descendante et ainsi plus ou moins agressifs vis-à-vis leurs semblables ; la guerre des civilisations n’a pas lieu entre des ensembles dont la valeur est « relative », mais bien entre des forces engagées dans une lutte à mort puisqu’elles décideront de rien moins que de l’avenir de l’humanité : ou le triomphe du faux bien, ou son échec – seulement temporaire, il faut le dire, car il est écrit que le temps gagné n’a d’autre sens que d’assurer le salut des âmes d’ici la fin. Jean Renaud écrit :

  • 29 Jean Renaud, « L’Amérique ou l’ONU : Essai de théologie politique », Égards, no 2, hiver 2003-2004 (...)

J’ai toujours compris la “politique” comme ce qui retarde la fin des temps. Pourquoi différer la fin des temps ? Pour gagner du temps, id est pour permettre des conversions ! C’est aussi bête que cela ! La bataille de Poitiers a été gagnée en 732 pour que quelques élus de plus se convertissent douze cent soixante et douze ans plus tard en 2004, à Montréal ou à Rimouski, l’histoire étant l’utérus des âmes, le lieu de leur gestation29.

  • 30 Sur la « Grande politique » (expression empruntée à Nietzsche), voir American Black Box, par exemp (...)
  • 31 « Dantec, l’immigré capital. American Black Box ou l’arche franco-britannique », Égards, no 15, pr (...)
  • 32 Jean Renaud, « Les conservateurs canadiens-français et la destinée de l’Amérique : la leçon d’Edmu (...)
  • 33 Jean Renaud, « De l’Amérique profonde au Canada restauré (la réélection de Bush et la monarchie ca (...)

18Quel est donc le rôle du Québec et du Canada dans cette théologie politique chrétienne, dans le combat politique planétaire ? Si le Canada a une valeur certaine pour Égards, c’est que sa Constitution pré-1982 penche bien davantage que la Constitution américaine du côté chrétien-conservateur, du côté des « retardateurs ». Le principe monarchique y est disposé en son centre, ce qui n’est bien sûr pas le cas aux États-Unis ; or, qu’est la monarchie sinon l’inscription politique de la première et essentielle souveraineté, celle que le père exerce sur son fils ? Le bouleversement de la Constitution en 1982, à l’accent quasi républicain, prend dès lors le sens d’un épisode du combat entre les forces qui « retardent » ou « retiennent » et celles qui « accélèrent ». Il est absolument impératif de faire marche arrière – non seulement pour le bien du Canada en tant que tel, mais aussi parce qu’un Canada refondé sur des bases conservatrices-chrétiennes pourrait jouer un rôle, dans la mesure de ses moyens, dans le combat planétaire. Selon Jean Renaud (et également Maurice G. Dantec), seule une « Grande politique » visant l’instauration d’un nouvel Empire dont la tête serait forcément américaine mais dont le principe serait chrétien et « franco-britannique » pourrait faire face au défi islamique30. Prenant acte de la faillite de l’Europe, c’est en Amérique que s’est transporté l’espoir d’une « arche franco-britannique » chrétienne qui n’a jamais été qu’esquissée outre Atlantique, par exemple dans le « rêve impérial carolingien », et qui fut empêchée par la réaction des Francs au transfert de l’Empire vers les « dynasties austro-allemandes », qui les conduisit à proclamer que le « Roi est empereur en son royaume », par la guerre de Cent Ans, par les rivalités nationales31. Or, où ailleurs qu’au Canada une telle arche pourrait-elle prendre corps ? Dans quel autre lieu le meilleur des traditions française et anglo-saxonne pourrait-il se fondre afin d’aboutir à une synthèse fondée sur un « torysme catholique32 » ? Le Canada n’a-t-il pas une occasion unique de « devenir le lieu de préservation, de persistance et de restauration des deux plus grandes civilisations de l’Occident33 » ?

  • 34 « Dantec, l’immigré capital. American Black Box ou l’arche franco-britannique », Égards, no 15, pr (...)
  • 35 Maurice G. Dantec, « Bienvenue au Québéckistan », octobre 2006. (http://www.egards.qc.ca/reactions (...)
  • 36 Richard Bastien, « Entre l’Europe et l’Amérique, il faut choisir ! », Égards, no 14, hiver 2006-20 (...)
  • 37 Jean Renaud, « Dantec, l’immigré capital. American Black Box ou l’arche franco-britannique », Égar (...)
  • 38 Jean Renaud, « Autopsie de Pierre Falardeau », Égards, no 15, printemps 2007, p. 121.

19Pour qu’une telle « refondation conservatrice » ait lieu, il faut bien sûr lever l’obstacle que représente le nationalisme québécois qui voit dans le Canada un relent de l’oppression impériale. En un certain sens – car on ne voit pas très bien ce qu’une « arche franco-britannique » pourrait vouloir dire sans le Québec –, on pourrait dire que c’est dans la société québécoise que se joue la partie décisive (et où Égards, en toute logique, concentre ses énergies). Le combat à mener est double, pourrait-on dire : d’une part, contre le nationalisme québécois issu de la Révolution tranquille, qui ne pourrait donner naissance, le Québec deviendrait-il indépendant, qu’à une pitoyable « République des professeurs34 », il faut rappeler le sens de la « civilisation canadienne-française » et la réinscrire dans la civilisation chrétienne à laquelle elle appartient, en lui indiquant le rôle qu’elle peut jouer dans le monde actuel. Mais, d’autre part et plus immédiatement, il faut mener un combat qui tienne compte de ce que le Québec constitue « l’avant-garde du mouvement nihiliste général35 », la « composante [la] plus anti-américaine et [la] plus anti-israélienne » de tout « l’éventail multiculturel canadien »36. Comme l’a indiqué la manifestation anti-israélienne d’août 2006, qui semble avoir agi comme un véritable révélateur pour Égards, il faut envisager que les gauchistes québécois, ces « idéosophes essoufflés » peinant à se relever des échecs cuisants du technocratisme et du marxisme, « préparent sans le savoir », par goût de la destruction et par passion nihiliste, « le Grand État islamique et populaire du Québec, dans lequel, fort probablement, les dhimmigrants de souche seraient parqués en régions, à l’extérieur du Montréalistan37 ». Le Québec n’a donc plus le choix : ou le retour au christianisme, ou l’islamisation : « La question n’est donc pas de savoir si le Québec de demain sera religieux. Il le sera. Mais de quelle religion38 ? » Pour terminer, deux brèves remarques critiques à propos d’Égards.

  • 39 Gilles Leclerc, Journal d’un inquisiteur, Montréal, Éditions de l’Aube, 1960, p. 29.

20Faut-il s’étonner de la virulence du ton adopté par les rédacteurs ? Pour des raisons que je ne peux développer ici, la rupture québécoise avec les « mœurs anciennes », associées plus ou moins à raison à ce que Gilles Leclerc avait appelé le « système ethno-théologico-politique39 », a été radicale. Quand on met l’accent sur l’influence des groupes marxistes, on oublie que le tirage de la revue Mainmise écrasait littéralement celui de toutes les publications de gauche réunies. Peu étudié par ceux qui tentent de comprendre ce qu’est devenue la société québécoise depuis la Révolution tranquille, l’héritage de la contre-culture est pourtant ce qui a marqué le plus les manières d’y exister et d’y vivre entre 1965 et 1985. À l’exception des groupes marxistes-léninistes, justement, puritains jusqu’au bout des ongles, elle n’a pour ainsi dire jamais fait l’objet de la moindre critique (ce n’est certainement pas une Église gagnée à l’idée des « messes à gogo » qui allait lui donner la réplique). La « décontraction » des politiciens, des journalistes, des professeurs, la « proximité » risible qu’ils cultivent avec tout un chacun, plus globalement, l’attitude « cool » censée présider à toutes les relations sociales, sont des signes de l’extrême perméabilité du Québec contemporain au discours « libertaire » de Mainmise et de la contre-culture en général. Faut-il dès lors s’étonner que se fassent à un certain moment entendre des voix conservatrices qui paraissent dès lors plus que dissidentes : dissonantes ? Dont la conviction qui les anime est que la seule manière de se faire entendre est de jouer les iconoclastes et de briser toutes les idoles, sans la moindre retenue ? Si l’on doit prendre note de ce qu’un nouveau courant intellectuel vient troubler un espace public assoupi, où des questions graves ne font l’objet d’aucune discussion parce qu’une opinion libertaire-consensuelle considère de plus en plus souvent qu’« il n’y a rien là », le piège qui guette Égards est par ailleurs évident : se prendre au jeu et s’installer à demeure dans la dissonance, pour avoir le plaisir à la fois de se retrouver entre happy few – si ce n’est entre élus – et de narguer tous les sourds et les aveugles qui ne partagent pas l’inquiétude et les convictions des rédacteurs. Faut-il voir là un prix de consolation, à défaut d’une influence réelle sur les esprits ?

  • 40 Voir Pierre Manent, “Charles Péguy. The Neglected (IV)”, in Government and Opposition, vol. 19, 1, (...)
  • 41 Maurice G. Dantec, American Black Box, op. cit., p. 371.

21La théologie politique ne se confond pas avec une prise de position théologico-politique. On peut donner plusieurs définitions de la première ; Jean Renaud l’entend, lui, comme une interprétation des conflits planétaires à la lumière du salut. D’un point de vue chrétien, la chose est légitime et a une longue histoire (remontant au moins à Augustin). Du théologico-politique on peut aussi donner plusieurs définitions ; l’effort afin de repérer où logent dans le monde, où s’incarnent les forces qui mènent au salut ou à la damnation, et la prise de position en fonction de ce repérage, en serait une. Ainsi de Charles Péguy, concluant au terme d’une distinction finement élaborée entre mystique et politique (dans Notre jeunesse) et plus globalement d’une profonde réflexion sur les rapports entre la nature et la grâce, que la chrétienté renouvelée qu’il appelait de ses vœux s’incarnait très précisément dans la France qui se préparait à faire la guerre à l’Allemagne. L’équilibre si délicat de la pensée de Péguy en fut rompu : aussi peu avisé que le premier venu qui croyait se retrouver à Berlin deux semaines après le déclenchement de la guerre, Péguy partit à la guerre en chantant, après avoir traîné son ancien maître Jaurès dans la boue parce qu’il le tenait pour un traître à la nation en péril40. Le danger d’une théologico-politique, en somme, est de lier le spirituel au temporel – contre la tendance à les séparer qu’on trouve annoncée dès les origines du christianisme – à ce point qu’ils en viennent à se confondre. D’un point de vue purement profane, les dégâts paraissent évidents : comment pourrait-il y avoir des guerres autres qu’absolues, si ne s’affrontent jamais que le bien et le mal ? On peut négocier avec une autre puissance – il n’y a rien à négocier avec le mal. Maurice G. Dantec en tire toutes les conclusions et après avoir calculé que le grand affrontement entre le christianisme et l’Islam devrait avoir lieu au début du XXIIe siècle, conclut à la nécessaire conversion des populations islamisées pendant le siècle qui vient : car « cela veut dire qu’il reste cent ans, et encore41 ». Laissons de côté la thèse de fond défendue par Renaud et Dantec, celle d’une « islamisation » des sociétés occidentales (que l’on devrait pourtant questionner : pourquoi le nihilisme européen serait-il moins attrayant pour les populations musulmanes venues s’y installer que pour les Européens eux-mêmes ? Est-ce l’école républicaine qui sera vaincue par le voile ou l’inverse ?) ; on a cette fois envie de s’en tenir au point de vue même du christianisme, pour lequel le mystère veut tout de même dire quelque chose (entre autres à propos de la question de la fin) et de demander à Dantec ce qu’il peut bien savoir de tout cela. La théologie politique ne se traduit-elle pas ici en gnose ?

  • 42 On trouvera la pétition et la liste des signataires à l’adresse suivante : http://www.egards.qc.ca (...)

22Ce que sera l’avenir d’Égards ? Il est difficile de prédire quoi que ce soit à ce sujet. Disons simplement que quinze numéros, c’est bien plus que ce que certains prédisaient au point de départ. En outre, une pétition initiée par Maurice G. Dantec et se portant à la défense de Robert Redeker, intellectuel français menacé de mort après avoir publié une critique de l’Islam, a été signée par des intellectuels qui ne sont pas tous liés aux milieux conservateurs (Marc Angenot par exemple) – signe que s’est peut-être au moins amorcée la constitution que souhaite Égards d’un pôle intellectuel conservateur légitime dans l’opinion42.

Notes

1 Quinze numéros ont été publiés jusqu’à maintenant (juin 2007).

2 Xavier Gélinas, « Déclin et disparition de la droite intellectuelle québécoise (1956-1966) », in Société, no 20-21, été 1999, p. 95-110.

3 Jean Renaud, « La troisième année », Égards, no 9, automne 2005.

4 « Pourquoi Égards ? », Égards, no 1, automne 2003. La formule tire son origine des écrits du marxiste Antonio Gramsci, selon qui la victoire du socialisme dépendait avant tout d’un combat culturel.

5 « Pourquoi Égards ? », p. 13-14, 45.

6 Richard Bastien, « Pour un renouveau de la pensée conservatrice canadienne », Égards, no 12, été 2006.

7 « Pourquoi Égards ? », Égards, no 1, automne 2003.

8 On trouve des éléments d’une théologie politique également chez Maurice G. Dantec. Ces éléments sont cependant surtout présents dans ses ouvrages (par exemple, récemment : American Black Box. Le théâtre des opérations 2002-2006, Paris, Albin Michel, 2007).

9 Richard Bastien, « Pour un Québec vraiment lucide », Égards, no 15, printemps 2007, p. 16.

10 « Pourquoi Égards ? », Égards, no 1, automne 2003.

11 Sur la « nouvelle classe », voir Richard Bastien, « La désertification spirituelle et intellectuelle du Canada », Égards, no 7, printemps 2005.

12 Ibid.

13 Je résume très brièvement dans ces quelques lignes certains des éléments de deux articles de Gary Caldwell, « L’achèvement de l’étatisation de l’éducation au Québec », Égards, no 14, hiver 2006-2007, p. 7-39 et 15, printemps 2007, p. 59-89.

14 Richard Bastien, « La désertification spirituelle et intellectuelle du Canada », Égards, no 7, printemps 2005.

15 Jean Renaud, « L’islamo-gauchisme nationaliste et la défense d’Israël », Égards, no 13, automne 2006.

16 Ibid.

17 Voir Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, 1887.

18 Jean Renaud, « De l’Amérique profonde au Canada restauré (la réélection de Bush et la monarchie canadienne) », Égards, no 6, hiver 2004-2005.

19 Jean Renaud, « L’islamo-gauchisme nationaliste et la défense d’Israël », Égards, no 13, automne 2006.

20 Jean Renaud, « L’Amérique, l’Islam, le pacifisme et les conservateurs canadiens-français », Égards, no 1, automne 2003, p. 82.

21 Fabrice Bouthillon, Et le bunker était vide, Paris, Hermann, 2007, p. 66 et suivantes (et voir la bibliographie, p. 88, note 124).

22 Jean Renaud, « L’islamo-gauchisme nationaliste et la défense d’Israël », Égards, no 13, automne 2006.

23 Michael O’Brien, « Entrons-nous dans l’ère de l’Apocalypse ? », Égards, no 10, hiver 2005-2006.

24 Jean Renaud, « Les conservateurs canadiens-français et la destinée de l’Amérique : la leçon d’Edmund Burke », Égards, no 14, hiver 2006-2007, p. 57. S’il est très présent chez Jean Renaud, le motif de l’islamisation de l’Europe revient de manière quasiment obsessionnelle chez Maurice G. Dantec. Par exemple : « L’islamisation de la France est en train de provoquer les premières grandes fêlures transpolitiques de cette nation. Je devrais dire les dernières, avant la guerre civile. […] Au moins 10 %, voire 12 % de la population française est de confession islamique. Le triple dans une génération. […] Quiconque ne voit pas qu’un destin à la bosniaque nous est réservé est une sale hyène collabo, une ordure hypocrite qui, le jour venu, hurlera plus fort que les loups. », Maurice G. Dantec, American Black Box, op. cit., p. 313.

25 Maurice G. Dantec, ibid., p. 257.

26 Jean Renaud, « Autopsie de Pierre Falardeau », Égards, no 15, printemps 2007, p. 121.

27 Jean Renaud, « Post-scriptum à Maurice G. Dantec : Soutien à la municipalité d’Hérouxville », Égards, no 15, printemps 2007, p. 46.

28 Jean Renaud, « Joseph de Maistre en Amérique : pour une grande alliance conservatrice », Égards, no 7, printemps 2005.

29 Jean Renaud, « L’Amérique ou l’ONU : Essai de théologie politique », Égards, no 2, hiver 2003-2004, p. 79.

30 Sur la « Grande politique » (expression empruntée à Nietzsche), voir American Black Box, par exemple p. 327.

31 « Dantec, l’immigré capital. American Black Box ou l’arche franco-britannique », Égards, no 15, printemps 2007, p. 35. Toute la page est une citation de American Black Box, p. 605.

32 Jean Renaud, « Les conservateurs canadiens-français et la destinée de l’Amérique : la leçon d’Edmund Burke », p. 62.

33 Jean Renaud, « De l’Amérique profonde au Canada restauré (la réélection de Bush et la monarchie canadienne) », Égards, no 6, hiver 2004-2005.

34 « Dantec, l’immigré capital. American Black Box ou l’arche franco-britannique », Égards, no 15, printemps 2007, p. 33.

35 Maurice G. Dantec, « Bienvenue au Québéckistan », octobre 2006. (http://www.egards.qc.ca/reactions.php#475).

36 Richard Bastien, « Entre l’Europe et l’Amérique, il faut choisir ! », Égards, no 14, hiver 2006-2007, p. 105.

37 Jean Renaud, « Dantec, l’immigré capital. American Black Box ou l’arche franco-britannique », Égards, no 15, printemps 2007, p. 33. « Dhimmigrants » : le « dhimmi » désigne le Juif ou le chrétien soumis à un impôt spécial en pays musulman.

38 Jean Renaud, « Autopsie de Pierre Falardeau », Égards, no 15, printemps 2007, p. 121.

39 Gilles Leclerc, Journal d’un inquisiteur, Montréal, Éditions de l’Aube, 1960, p. 29.

40 Voir Pierre Manent, “Charles Péguy. The Neglected (IV)”, in Government and Opposition, vol. 19, 1, 1984, p. 107-109.

41 Maurice G. Dantec, American Black Box, op. cit., p. 371.

42 On trouvera la pétition et la liste des signataires à l’adresse suivante : http://www.egards.qc.ca/490.php

Auteur

Professeur de science politique à l’université d’Ottawa (Canada). Il s’intéresse particulièrement au destin de la philosophie politique dans le monde contemporain et à l’histoire des idées politiques au Québec depuis la Révolution tranquille. Il est l’auteur de L’Avenir de la philosophie politique de la France (Monde Commun, 2007).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540