Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

II. Le conservatisme au Québec

La nature des droites au Québec : entre conservatisme et libéralisme

Jean-François Caron

Résumé

What is the nature of the political rights in Quebec ? Are they related to Liberalism or to Conservatism ? Based on the sociology of conservatism inherited from Edmund Burke and Louis de Bonald, this text tries to show how they differ from the sociological logic of liberalism. With those models, it seeks to demonstrate that the Parti libéral du Québec is closer to liberalism, while the Action démocratique du Québec shows some elements of conservatism.

Texte intégral

  • 1 Philippe Bénéton, « Conservatisme », in Philippe Raynaud et Stéphane Rials (éds), Dictionnaire de (...)

1Traditionnellement associée à un positionnement à l’intérieur de l’Assemblée révolutionnaire française, la dichotomie politique entre la gauche et la droite était, à l’origine, symptomatique d’une confrontation entre deux manières de concevoir le monde des Lumières. Alors que les tenants de la gauche adhéraient aux principes qui visaient à libérer les individus des contraintes traditionnelles en vue de leur laisser organiser le monde en fonction de leur simple et unique rationalité, la droite politique s’est surtout organisée selon des principes contraires aux Lumières. C’est ce qui a fait dire à Philippe Bénéton que les opposants à la Révolution française « ne condam[naient] pas seulement la pratique de la Révolution, ils récu[saient] dès l’origine les principes dont elle se récla[mait], et qu’ils ju[geaient] contraires à la nature de l’homme social et moral1 ». C’est donc en s’appuyant sur de tels principes que le mouvement contre-révolutionnaire associé à la droite politique et au conservatisme a été formé. En se référant aux thèses défendues par les « anti-Lumières », plus particulièrement Giambattista Vico, Johann Gottfried Herder ou Edmund Burke, celui-ci peut être associé à une forme d’antirationalisme et à une mise en valeur des coutumes communautaires en tant que principe d’action. Il défendra l’idée par laquelle les sociétés sont régies par un ordre religieux transcendant et selon une conception du droit naturel qui impose un rôle et une place à chaque individu en son sein.

  • 2 René Rémond, Les droites aujourd’hui, Paris, Louis Audibert, 2005, p. 120.
  • 3 Ces deux partis relèvent d’une logique de droite. Nonobstant les affirmations des adhérents du Par (...)

2Or, en discutant du cas français, René Rémond affirme que ces idéaux qui ont été à la base de la première droite politique – la droite contre-révolutionnaire – n’occupe plus aujourd’hui un poids politique significatif, à tel point que l’on pourrait presque rédiger son acte de décès2. En France, on retrouverait sa dernière manifestation chez Maurras et sous le régime de Vichy. Il en va de même au Québec où aucun parti politique de droite3 – que ce soit le Parti libéral du Québec (PLQ) ou l’Action démocratique du Québec (ADQ) – n’affirme relever d’une forme d’ultramontanisme ou d’une doctrine traditionnelle de la loi naturelle. Ces partis acceptent l’ordre démocratique, ne prétendent pas que la société est régie par un ordre divin et n’affirment pas vouloir mettre en place une société d’Ancien Régime. Cette droite est tout à fait réconciliée avec les idéaux des Lumières et de la Modernité. Comme l’indique Rémond, la relation actuelle entre la gauche et la droite est principalement orientée en fonction d’une organisation économique de la société. Selon lui :

  • 4 René Rémond, op. cit., p. 61.

Avec l’apparition des doctrines socialistes, la division droite-gauche a inclus un enjeu supplémentaire et s’est chargée d’une signification nouvelle : l’opposition de la liberté d’entreprise à l’intervention de l’État, de la propriété privée à la collectivisation des moyens de production. L’importance de ces nouveaux enjeux a parfois même occulté et brouillé les clivages plus anciens. Au XXe siècle, l’affrontement entre le libéralisme et le collectivisme a pris le relais du conflit entre le conservatisme, ou le traditionalisme, et le libéralisme. Le débat s’est concentré sur le régime économique et le statut de l’entreprise. Estimait-on que l’avenir de la démocratie passe par la nationalisation des grands secteurs de production ? On était de gauche. Combattait-on pour la défense de la propriété individuelle ? On était à droite. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on pensait tenir là un critère opératoire pour identifier droite et gauche […]4.

  • 5 À cet égard, voir Jean-François Caron, « La droite et le conservatisme de la Révolution française (...)

3Ainsi, de nos jours, un individu s’identifiant comme étant en faveur d’un retrait de l’intervention étatique et d’une plus grande liberté individuelle est taxé de « conservateur » et de « néolibéral », les deux expressions étant devenues équivalentes. Or, cette confusion des genres s’expliquant par de simples considérations économiques nous apparaît réductrice et tend à ignorer des réalités philosophique et sociologique qui relèvent de logiques totalement divergentes. En effet, alors que le désengagement étatique du libéralisme est orienté vers l’individu, celui préconisé par le conservatisme vise plutôt à autonomiser ce qu’il est convenu d’appeler les « corps intermédiaires » de la société. Il s’agit ici d’un élément de continuité très important entre le conservatisme issu de la Révolution française et les positions de certains partis de droite d’aujourd’hui qui relèvent de cette tradition idéologique5. C’est à partir de cet élément que nous tenterons de distinguer la nature des droites québécoises afin de voir si elles sont libérales ou conservatrices. Pour ce faire, nous procéderons en trois temps. Premièrement, nous tenterons de voir dans quelle mesure la question des corps intermédiaires a joué un rôle de premier plan dans la critique de la droite contre-révolutionnaire. Nous nous attarderons principalement sur les écrits d’Edmund Burke et de Louis de Bonald. Dans un second temps, nous verrons en quoi cette construction sociologique conservatrice s’est prolongée dans les politiques de certains partis de droite, notamment dans les positions du Parti conservateur de Margaret Thatcher au Royaume-Uni. Nous terminerons notre analyse par une étude des programmes du PLQ et de l’ADQ au Québec afin de mieux comprendre la nature de leur allégeance à droite.

La droite contre-révolutionnaire et les corps intermédiaires

  • 6 Emmanuel Kant, Œuvres philosophiques, tome II, Paris, Gallimard, 1985, p. 209.

4Rappelons que le projet des Lumières et de la Révolution française consistait à soustraire les hommes et les femmes des tutelles qui leur étaient imposées. Dans cette perspective, le principe de l’autonomie individuelle en est venu à reposer sur la raison humaine, ce qui a fait dire à Emmanuel Kant que la devise des Lumières était d’avoir le courage de se servir de son propre entendement6. En ce sens, les révolutionnaires luttèrent contre tout ce qui était des repères de préjugés et qui pouvait empêcher l’exercice de la rationalité. Cet idéal des Lumières reposait sur l’idée selon laquelle la société empêchait l’émergence de la véritable nature humaine fondée sur l’exercice de la raison. C’est dans cette perspective qu’Hippolyte Taine a ainsi résumé l’objectif des défenseurs de la Révolution dans Les Origines de la France contemporaine. Il écrit :

  • 7 Hippolyte Taine, Les origines de la France contemporaine, Paris, Hachette, 1896, p. 81-83.

Commençons par nous figurer l’homme naturel ; certainement, aujourd’hui, on a peine à le reconnaître ; il ne ressemble guère à l’être artificiel que nous rencontrons à sa place, à la créature déformée par un régime immémorial de contrainte et de fraude, serrée dans son harnais héréditaire de superstitions et de sujétions, aveuglée par sa religion et mâtée à force de prestiges, exploitée par son gouvernement et dressée à force de coups, toujours à l’attache, toujours employée à contresens et contre nature, quel que soit son compartiment, haut ou bas, quelle que soit sa mangeoire, pleine ou vide, tantôt appliquée à ses besognes serviles, comme le cheval abruti qui, les yeux bandés, tourne sa meule, tantôt occupée à des parades futiles, comme le chien savant qui, paré d’oripeaux, déploie ses grâces en public. Mais supprimez par la pensée les oripeaux, les bandeaux, les entraves, les compartiments de l’écurie sociale, et vous verrez apparaître un homme nouveau, qui est l’homme primitif, intact et sain d’esprit, d’âme et de corps. En cet état, il est exempt de préjugés, il n’a pas été convenu de mensonges, il n’est ni juif, ni protestant, ni catholique ; s’il essaye de concevoir l’ensemble de l’univers et le principe des choses, il ne se laissera pas duper par une révélation prétendue, il n’écoutera que sa raison […]. Voilà l’homme que la nature a fait, que l’histoire a défait et que la Révolution doit refaire7.

  • 8 Loi prescrivant les coalitions, les rassemblements paysans et ouvriers.
  • 9 Hippolyte Taine, op. cit., p. 83.

5En ce sens, afin de permettre à « l’homme naturel » de développer son plein potentiel de rationalité, les révolutionnaires en vinrent à la conclusion qu’ils devaient supprimer le rôle des corps intermédiaires perçus comme des repères de superstitions et de diktats hétéronomes. Pour eux, considérant l’égalité rationnelle de chaque individu, la Révolution a instauré une relation directe entre les individus et l’État, ce dont la loi Le Chapelier8, promulguée en 1791, est probablement l’exemple le plus notable. De plus, en raison de cette égalité fondamentale, les révolutionnaires ont aboli toute forme de distinction sociale. « En cet état, écrit Taine, [l’individu] n’est engagé dans aucune hiérarchie, il n’est point noble ni roturier, ouvrier ni patron, propriétaire ni prolétaire, inférieur ni supérieur9. » C’est ainsi que la Révolution a instauré le même titre pour tous les membres de la communauté, en l’occurrence celui de « citoyen ». C’est en vertu de ces deux conséquences que Robert Nisbet a écrit que :

  • 10 Robert Nisbet, The Twilight of Authority, New York, Oxford University Press, 1975, p. 284. Voir ég (...)

Au cours des siècles, le concept de citoyen a tendu à se fondre de plus en plus avec celui de sujet politique. […] Dans le Contrat social de Rousseau la solution se trouve dans la destruction totale des moindres droits individuels ou associatifs ou de leur réduction à la volonté générale monolithique. Pendant la Révolution française, le titre de citoyen devint la façon la plus élevée de s’adresser à autrui, remplaçant ainsi les titres respectables de père, de magistrat, de savant, de prêtre et de seigneur. Le patriotisme trouvait alors son ancrage dans la nation une et indivisible. La Révolution réussit à faire ce que la monarchie n’avait jamais pu faire : donner un grand coup de balai, selon les termes de Marx, à toutes les petites formes anciennes de patriotisme10.

  • 11 Robert Nisbet, “De Bonald and the Concept of the Social Group”, in Journal of the History of Ideas (...)
  • 12 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, 1989, p. 59.

6C’est contre cette conception moniste de la loyauté émanant directement de l’État que le conservatisme s’est élevé à l’époque de la Révolution. Pour Edmund Burke, comme pour Louis de Bonald, la construction sociologique de l’État ne pouvait faire abstraction des corps sociaux intermédiaires – les little platoons pour reprendre l’expression de Burke – qui étaient perçus comme étant à la base des loyautés naturelles des hommes et des femmes. Pour ces derniers, comme pour certains auteurs plus contemporains, le lien social – le social bound – ne peut exister en vertu du seul principe de la rationalité humaine. Il est aussi tributaire de « loyautés naturelles » que les individus ont à l’égard des autres. En ce sens, la société ressemble à une superposition de communautés hiérarchiques débutant par la famille11. Mais ce lien social primaire ne s’arrête pas là. Il faut lui ajouter les corporations professionnelles, les liens religieux ou communautaires qui vont en quelque sorte constituer des lieux où pourront s’activer d’autres types de loyautés naturelles, qu’elles soient culturelle, religieuse, économique ou sociale. Dans ces sphères, l’individu va créer des liens de solidarité avec d’autres personnes qui n’appartiennent pas à sa famille immédiate, mais avec qui il partage une même réalité. Bref, pour les conservateurs, l’autorité devait, d’un point de vue normatif, être une construction qui s’impose du bas vers le haut, un phénomène fondamentalement pluriel et prenant naissance à l’échelle locale. C’est dans ce cadre que Burke affirmait que « le premier principe de toutes les affections publiques, on pourrait dire leur germe, c’est l’attachement à la catégorie sociale qui est la nôtre, c’est notre amour du petit groupe dont nous faisons partie. C’est là le premier anneau de la chaîne qui nous conduit à l’amour de la patrie et de l’humanité12 ».

7Pour le conservatisme, les obligations mutuelles prennent essentiellement forme à l’intérieur des corps naturels de la société avant de s’étendre à d’autres sphères. Selon cette perspective, l’État doit laisser éclore ces loyautés fondées sur des obligations naturelles entre les individus et ne pas tenter d’en nier l’existence ou d’en restreindre le fonctionnement. Dans une logique typiquement tocquevillienne, ces dernières sont perçues comme étant aux sources de l’engagement civique et du développement de certaines qualités – l’honnêteté et la générosité – essentielles au fonctionnement de la société. En ce sens, la solidarité doit émaner du bas. Ainsi, il serait possible d’affirmer que cet attachement naturel de l’individu est associé à une forme de liberté « positive » et que le développement de « l’être social » s’effectue à travers ses différents liens naturels. La liberté naît donc dans la diversité, dans les différences locales et régionales, dans la prolifération des groupes associatifs intermédiaires et dans la diversification des sources d’autorité. La solidarité à l’égard d’autrui deviendra une conséquence de ces liens naturels. En somme, la sociologie conservatrice repose sur une conception de la société dont l’essence n’est pas dans l’État, mais plutôt dans des individus et des corps intermédiaires comme en font foi les écrits de Burke et de Bonald. Nisbet a d’ailleurs souligné la grande importance de leurs conceptions de la société :

  • 13 Robert Nisbet, “De Bonald and the Concept of the Social Group”, op. cit., p. 316.

Le concept le plus fort de la philosophie de de Bonald est celui de « société » – non au sens d’association politique ou de l’État seul mais avec la pleine et entière signification d’un terme qui embrasse tous les groupes et associations auxquels appartiennent les individus. Et on ne saurait sous-estimer la contribution majeure qu’apporte aux penseurs sociaux du XIXe siècle la découverte – ou, plus exactement, la redécouverte – du groupe social, cette dimension d’association intermédiaire entre l’individu et l’État13.

Les incidences du conservatisme

  • 14 Robert Nisbet, The Twilight of Authority, op. cit., p. 286.
  • 15 Ibid., p. 276.

8Il reste maintenant à déterminer quelles sont les incidences pratiques de cette tradition sociologique dans les discours de certains partis de droite. La logique conservatrice exige une décentralisation de l’autorité et une revalorisation du rôle des corps intermédiaires afin que ceux-ci puissent redevenir une source première de la loyauté intersubjective. Pour les penseurs du conservatisme, « s’il doit y avoir une citoyenneté au sens utile et créatif du terme, elle doit s’incarner dans les groupes et associations dans lesquelles nous vivons réellement et non dans cette idée abstraite et maintenant obsolète telle que la concevaient les Jacobins et leurs épigones14 ». Au contraire, « concern for the larger society, in the conservative view, is not in conflict with the smaller patriotism of life. Larger concerns rely upon the particularism and legitimate authority of subordinate groups ». C’est en ce sens que certains conservateurs vont parler de la nécessité d’un « nouveau laisser-faire », c’est-à-dire « une forme de laisser-faire qui a pour objet non pas l’individu abstrait – qu’il soit économique ou politique – mais plutôt le groupe social15 ». Ainsi, Nisbet définit la sociologie du conservatisme de la façon suivante :

  • 16 Robert Nisbet, Conservatism, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1986, p. 38.

La nécessité pour l’état politique de se mêler le moins possible des affaires économiques, sociales et morales mais, à l’inverse, de faire tout son possible pour renforcer et étendre le rôle de la famille, du voisinage et des formes d’association volontaire. En réalité, au cours de ces derniers siècles, la marque distinctive du conservatisme – aussi bien en Amérique qu’en Europe – est bien la prédilection du secteur privé, pour les communautés familiales et les collectivités locales, pour l’économie et la propriété privées ainsi que pour des formes réelles de gouvernement décentralisé qui puissent respecter les droits des petites unités d’état et de société16.

9Selon cette approche, tant le conservatisme que le libéralisme vont faire jouer à l’État un rôle minimaliste au sens de la sûreté. Toutefois, force est d’admettre que les motifs derrière cette position sont totalement différents. Pour le libéralisme, le désengagement de l’État vise à assurer à l’individu le plus de liberté négative possible et à diminuer autant qu’il est permis de le faire – sans pour autant sombrer dans l’anarchie – les interférences de l’État. C’est aussi en vertu de ces seules conséquences pratiques que certaines personnes en sont venues à la conclusion que le conservatisme était mort et que tous les partis de droite relevaient dorénavant d’un schéma exclusivement néolibéral. Cette confusion des genres a pour conséquence de passer sous silence des réalités sociologiques fort différentes.

  • 17 Selon François Houle, « le programme de la nouvelle droite [des années 1980] se résume souvent à p (...)
  • 18 Robert Nisbet, Conservatism, op. cit., p. 95.

10C’est une erreur qui a été commise par certains analystes de la « nouvelle droite » qui s’est imposée dans les années 1980, notamment aux États-Unis à l’époque de Ronald Reagan, au Canada de Brian Mulroney et dans la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher17. Les positions politiques des partis, qu’ils ont dirigés, étaient caractérisées par la déréglementation et le désengagement étatique et s’expliquaient par leur adhésion à des valeurs exclusivement néolibérales. Le meilleur exemple à cet égard demeure très certainement la célèbre déclaration de Thatcher selon laquelle il n’y a pas de société, mais uniquement des individus. A priori, tout semble indiquer un penchant irréversible de ces conservateurs en faveur de l’individualisme libéral. Toutefois, rien ne saurait être plus éloigné de la vérité et une analyse du désengagement de l’État qu’ils ont prôné comporte plusieurs éléments associés à la sociologie du conservatisme. En effet, historiquement, le conservatisme américain du XIXe siècle jusqu’à celui de Reagan a toujours accordé un rôle de premier plan aux corps intermédiaires de la société, plus particulièrement à la famille, aux collectivités locales, aux églises et autres groupes en tant que moteurs de la vie sociale18. Encore de nos jours, des membres influents du Parti républicain se réclament ouvertement de l’idéal burkien des little platoons. Récemment, l’ancien sénateur républicain de la Pennsylvanie, Rick Santorum, soutenait en compagnie de l’ancien chef du Parti conservateur britannique, Ian Duncan Smith, que :

  • 19 Ian Duncan Smith et Rick Santorum, “Let’s deploy the ‘little platoons’”, Opinion Journal from the (...)

Des deux côtés de l’Atlantique et au-delà, les conservateurs élaborent une vision nouvelle de la justice sociale. Elle reconnaît que les problèmes engendrés ou aggravés par la croissance du gouvernement ne peuvent être résolus par la seule réduction de sa taille. Il convient de stimuler délibérément le développement de ce qu’Edmund Burke appelait les « little platoons » de la société civile : les familles, les associations locales de proximité, les entreprises privées, les organisations charitables et les églises. Ce sont elles qui sont les vraies sources de la croissance économique et de la vitalité sociale19.

  • 20 Keith Joseph Memorial Lecture, Margaret Thatcher, Liberty and Limited Government, 11 janvier 1996, (...)

11Cette position en faveur des corps sociaux intermédiaires rejoint d’ailleurs la véritable intentionnalité derrière la déclaration de Thatcher présentée précédemment. En effet, comme elle l’a expliqué lors du Keith Joseph Memorial Lecture, elle n’a jamais voulu contester l’existence de la société, mais plutôt l’idée voulant que celle-ci soit une créature de l’État20. Une telle position rejoint la compréhension que de Bonald avait aussi de la société, soit une création engendrée par l’interaction entre différents groupes et associations à l’intérieur desquels les individus interagissent les uns avec les autres, et qui ne saurait en aucun cas être subordonnée à l’État.

  • 21 Comme l’a affirmé David Willetts, qui défend également notre position, libéraux et conservateurs o (...)

12À la lumière de ces précisions, nous sommes dorénavant en meilleure position pour affirmer que, loin d’être devenue l’expression d’une simple opposition entre les partisans d’une plus grande intervention de l’État et ceux d’un désengagement de ce dernier, la relation entre la gauche et la droite demeure encore traversée par des éléments qui remontent aux origines de cette dichotomie politique. Dans cette perspective, et contrairement à la croyance populaire, la droite politique n’a rien d’unique. Elle nous semble plutôt être une « bête idéologique » à deux têtes dont les variantes se distinguent selon leur compréhension sociologique de l’État, l’une étant de nature libérale et l’autre conservatrice : les deux menant à des conséquences similaires, mais reposant sur des principes très différents21. La polarisation politique tardive entre la gauche et la droite issue de la lutte des classes n’a rien d’exclusive car il est encore possible d’établir un lien de continuité entre la droite contre-révolutionnaire et le conservatisme d’aujourd’hui. Conséquemment, libéralisme et conservatisme ne nous apparaissent pas comme étant des idéologies équivalentes.

L’ADQ

13Le fait de lier la droite à un projet politique essentiellement [néo] libéral fut justement l’erreur de plusieurs commentateurs au sujet de l’ADQ lorsque celle-ci se trouvait au sommet des sondages à la veille du déclenchement des élections québécoises de 2003. Ce fut, entre autres, l’erreur de François Grégoire qui affirme dans son livre La face cachée de l’ADQ

  • 22 François Grégoire, La face cachée de l’ADQ, Outremont, Lanctôt, 2003, p. 18.

que les propositions de l’Action démocratique […] s’inscrivent dans le cadre de l’idéologie libérale classique et du libéralisme économique, que Mario Dumont et l’Action démocratique s’inscrivent dans la continuité des politiques néolibérales qui ont été initiées par Brian Mulroney au début des années quatre-vingt22.

14Or, l’ADQ se rapproche aussi des idéaux du conservatisme, c’est-à-dire le désir de revaloriser les corps intermédiaires de la société québécoise en leur permettant de redevenir des lieux où devraient régner la loyauté et, par voie de conséquence, la solidarité intersubjective.

  • 23 Action démocratique du Québec, Une vision. Un plan. Une parole : un plan A pour le Québec, ADQ, 20 (...)
  • 24 Renée B. Dandurand, « Une révolution pour la famille ? », in Jean-Marc Piotte (éd.), À droite tout (...)
  • 25 Ibid., p. 179.

15Le regard critique que l’ADQ adresse à la prédominance de l’action du gouvernement dans la vie des Québécois peut s’expliquer en vertu d’une logique conservatrice en fonction de deux aspects importants dont le premier est associé à la famille, en l’occurrence le système de l’aide à la petite enfance – les garderies – et la question des aidants naturels, tandis que le second concerne plutôt la décentralisation. Dans le premier cas, le programme adéquiste présuppose un recul de l’intervention étatique et vise à renforcer le corps naturel primaire et le plus important de la société qui est formé par la famille. Le programme adéquiste affirme sans ambiguïté que « la famille est le pilier de la société23 ». Concrètement, l’ADQ propose une aide financière directe aux parents qui décideraient de ne pas envoyer leur enfant dans un centre de la petite enfance (CPE) public. Cette possibilité de pouvoir disposer d’un revenu de la part de l’État permettrait à un des parents de demeurer à la maison afin de s’occuper de l’éducation de son enfant. On note ici la nécessité de renforcer la cellule familiale en permettant aux parents d’inculquer eux-mêmes à leurs enfants les règles morales fondamentales et de stimuler chez eux le développement d’une solidarité. Cette position trouve son corollaire en ce qui a trait à la question des aidants naturels. Le désir de faire revivre la solidarité et la loyauté naturelles entre les membres d’une même famille passe pour l’ADQ par la mise en place d’une politique misant sur l’aide à domicile fournie par des membres de la famille immédiate aux personnes âgées. Ces deux positions adéquistes se situent dans la logique conservatrice de la revalorisation de la famille en tant qu’élément fondamental du lien social et le fait de les assimiler à une vision strictement néolibérale apparaît insuffisant. Certes, l’objectif de la politique familiale adéquiste repose sur la liberté de choix des parents (envoyer ses enfants dans un CPE ou les éduquer soi-même), une position qui est en conformité avec l’idéologie néolibérale qui revendique la liberté de choix des individus24. Toutefois, une telle compréhension passe sous silence le penchant du parti à l’égard du rôle civique formateur que peut avoir la famille auprès de l’enfant : un rôle « qui peut se révéler particulièrement bénéfique pour les enfants » selon le programme adéquiste de 200325.

  • 26 ADQ, « Une vision. Un plan. Une parole : un plan A pour le Québec », p. 21.
  • 27 On retrouvait cette position dans l’administration Reagan ainsi que dans celle de George W. Bush, (...)

16Par ailleurs, le désir de transférer les sources d’autorité vers la société et de reconnaître la pluralité des formes de loyauté incite l’ADQ à prôner la décentralisation des pouvoirs non seulement vers la famille, mais également vers les petites collectivités. Ainsi, l’ADQ affirme « que les gens des régions sont les mieux placés pour assurer leur développement éco26 ». Tout comme lors de l’élection de 2003, la décentralisation régionale prônée par le parti s’est appuyée sur l’idée selon laquelle ce n’est pas à un État central de s’occuper des régions. Son rôle consiste plutôt à « accompagner » la société. Notons que le choix du terme est révélateur d’une organisation de la société intimement liée au conservatisme. Il serait réducteur d’associer les discours du désengagement étatique de l’ADQ à une logique essentiellement libérale. Le rôle « d’accompagnateur » dévolu à l’État peut être analysé en vertu d’une vision conservatrice de la société qui repose sur l’idée selon laquelle le moteur de la création des normes sociales doit venir du bas et non pas être imposée d’en haut. En vertu d’une logique tocquevilienne, le fait de laisser aux instances locales une grande marge de liberté face à l’État devrait favoriser l’émergence de groupes associatifs volontaires. On peut penser ici à la désormais célèbre question des bons d’éducation que l’ADQ avait intégrée dans son programme de 2003 et qui a été au cœur des propositions du conservatisme contemporain27. En permettant aux parents d’inscrire leurs enfants à l’école de leur choix, l’objectif fondamental du parti est de faire en sorte que l’institution scolaire soit directement redevable aux parents et non plus à un État tutélaire. Comme le résume Brad Lowell Stone, cette position est conforme à la sociologie conservatrice.

  • 28 Brad Lowell Stone, Robert Nisbet, Wilmington, Delaware, 2000, p. 150-151.

Libérer cette initiative des contraintes imposées par le gouvernement et par une forme de mandarinat intellectuel aurait pour effet inévitable de promouvoir les formes d’association, l’innovation et même une administration indirecte. Ainsi, par exemple, les bons d’éducation permettraient aux parents de gérer l’éducation indirectement tout en leur laissant la possibilité de participer à des associations volontaires. Ils stimuleraient la création d’écoles nouvelles qui ne traiteraient plus les parents et les élèves comme des clients passifs. Une telle mesure permettrait en réalité de promouvoir la citoyenneté au sens originel du terme28.

17Selon cette perspective, l’ADQ semble être, à bien des égards, un parti de droite dont l’idéologie, a priori d’apparence néolibérale, repose – du moins en partie – sur une logique sociologique de nature conservatrice. Elle rejette – que ce soit consciemment ou non – l’idée de la loyauté moniste concentrée à l’intérieur de l’État et tente par le fait même de faire revivre les formes « naturelles » d’engagements et de loyautés que l’on retrouve à l’échelle locale : une logique qui semble être absente du programme du PLQ.

Le PLQ

  • 29 Jean Charest, « Préface », dans Claude Ryan, Les valeurs libérales et le Québec moderne, Parti lib (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Claude Ryan, Les valeurs libérales et le Québec moderne, p. 19-20.

18Qu’en est-il maintenant de la nature de la droite au PLQ ? S’agit-il d’une droite conservatrice au même titre que celle de l’ADQ ? D’emblée, nous affirmons que non. Le PLQ se situe résolument dans un cadre libéral et s’affirme en opposition avec le conservatisme présenté comme étant « hostile aux libertés individuelles29 ». Pour le PLQ, « depuis toujours, l’action politique libérale a été empreinte d’une volonté de laisser les citoyens exercer au maximum leurs libertés individuelles […]30 ». Il n’en reste pas moins que, depuis la Révolution tranquille et plus particulièrement sous l’impulsion de Georges-Émile Lapalme, le PLQ a également joint à cette préoccupation la nécessité d’une action sociale de la part de l’État. Pour Claude Ryan, « le mot “libéral” s’applique d’abord à l’individu. Il fut longtemps utilisé pour glorifier les valeurs individuelles à l’exclusion de valeurs plus larges. Mais au volet “individuel” de l’idée libérale est venu se greffer, depuis Georges-Émile Lapalme, un volet “social” non moins important31 ». En d’autres termes, c’est par l’imposition de droits généralisés et uniformes que l’État va s’attendre à voir l’individu développer une loyauté envers lui, dans la mesure où la solidarité est pensée comme étant une compétence exclusive de l’État.

19Dans cette perspective, le mouvement de la société libérale va comporter deux grands axes. Dans un premier temps, il visera un recul de l’intervention étatique dans le but de laisser les individus profiter d’une liberté la plus grande possible, et ce, sans avoir à subir d’interférences de la part de l’État. Concrètement, l’augmentation de la liberté individuelle passera par une plus grande marge de manœuvre financière de la part des individus. Toutefois, afin d’empêcher que cette exaltation de la liberté individuelle n’en vienne à être dominée par les plus fortunés de la société, l’État devra mettre en place un système généralisé d’égalisation de la richesse. Comme l’écrit Claude Ryan à ce sujet,

  • 32 Ibid., p. 41.

sans être nécessairement pauvres, de nombreuses personnes et ménages à faibles revenus seraient privés de l’accès à des biens tels l’instruction et les soins de santé, qu’ils ne peuvent se procurer par leur seule initiative. Une mise en commun des ressources est ainsi nécessaire pour que soient assurés une égalité raisonnable des chances pour tous et un minimum de justice à l’échelle de la société32.

  • 33 Ibid., p. 42-43.

20La mise en œuvre de cette égalité des chances exigera la centralisation du système de redistribution entre les mains de l’État. Ainsi les corps intermédiaires de la société ne seront pas des acteurs importants dans ce système redistributif du libéralisme social du PLQ. Cette responsabilité incombera entièrement à l’État. Or, cette imposition des principes de solidarité du haut vers le bas va avoir pour conséquence de mettre en place une logique d’égalisation des chances impliquant un traitement des individus par une organisation centralisée qui ne valorise pas les solidarités et les loyautés locales. C’est ce qui tend à expliquer les promesses avortées de décentralisation de certains pouvoirs vers les régions et le dédain avoué des libéraux à l’égard d’une aide à la petite enfance ou à l’endroit des bons d’éducation33. Le libéralisme social du PLQ – qui est très près du libéralisme rawlsien – comporte une prémisse jacobine assez prononcée, ce qui semble être moins le cas chez l’ADQ qui accorde un rôle beaucoup plus important aux corps intermédiaires de la société et qui accepte que la solidarité et la loyauté soient plus diffuses.

21Alors que le PLQ se réclame ouvertement du libéralisme et affirme son opposition au conservatisme, la position de l’ADQ semble, quant à elle, plus mystérieuse. Malgré le fait que le parti soit conscient qu’il se situe à droite de l’échiquier politique, sa revendication en tant que parti « libéral » ou « conservateur » est plus mitigée. Il apparaît que le parti se revendique – consciemment ou non – d’une sociologie de nature conservatrice, Or, comment expliquer le refus de l’ADQ de s’affirmer comme étant une formation politique dont certaines de ses positions se réclament du conservatisme ?

  • 34 Dans le langage populaire, il n’est pas rare d’entendre les détracteurs des politiques de droite a (...)

22À cet égard, nous osons avancer deux explications possibles. D’une part, l’attitude de l’ADQ peut s’expliquer par le poids de l’histoire. En effet, au Québec, le conservatisme est toujours associé à la « Grande Noirceur » duplessiste et au nationalisme canadien-français de la survivance. D’autre part, la logique providentialiste de l’État redistributeur semble être une donnée inscrite dans la culture politique québécoise, tant et si bien que sa remise en question est extrêmement difficile34. De plus, dans la perspective de la situation politique minoritaire du Québec à l’intérieur du Canada, la dévolution de la loyauté à des instances locales apparaît comme étant synonyme d’un affaiblissement politique. Autrement dit, la situation politique du Québec nécessiterait, au contraire, une loyauté moniste de la part de ses citoyens.

23Cette pensée dominante nous prive de débats politiques très riches dans la mesure où le conservatisme, tel que nous l’avons présenté, n’est pas nécessairement une idéologie réactionnaire, anti-moderne et fondée sur une logique de hiérarchisation sociale. Son modèle sociologique est, au contraire, porteur d’une certaine conception de la société qui mise sur l’émergence de sentiments civiques naturels. Celle-ci tend à s’ériger en réponse à l’individualisme contemporain et à la perte de déférence envers l’autorité.

Notes

1 Philippe Bénéton, « Conservatisme », in Philippe Raynaud et Stéphane Rials (éds), Dictionnaire de philosophie politique, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 115.

2 René Rémond, Les droites aujourd’hui, Paris, Louis Audibert, 2005, p. 120.

3 Ces deux partis relèvent d’une logique de droite. Nonobstant les affirmations des adhérents du Parti Québec solidaire, le Parti Québécois est un parti de gauche ou à tout le moins de centre-gauche.

4 René Rémond, op. cit., p. 61.

5 À cet égard, voir Jean-François Caron, « La droite et le conservatisme de la Révolution française à nos jours : continuité ou rupture ? », in Nelson Michaud (éd.), Droite et démocratie au Québec : enjeux et paradoxes, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2007, p. 25-53.

6 Emmanuel Kant, Œuvres philosophiques, tome II, Paris, Gallimard, 1985, p. 209.

7 Hippolyte Taine, Les origines de la France contemporaine, Paris, Hachette, 1896, p. 81-83.

8 Loi prescrivant les coalitions, les rassemblements paysans et ouvriers.

9 Hippolyte Taine, op. cit., p. 83.

10 Robert Nisbet, The Twilight of Authority, New York, Oxford University Press, 1975, p. 284. Voir également Peter Berger et Richard Neuhaus, “To Empower People : The Role of Mediating Structures in Public Policy”, in Jerry Muller (ed.), Conservatism : An Anthology of Social and Political Thought from David Hume to the Present, Princeton, Princeton University Press, 1997.

11 Robert Nisbet, “De Bonald and the Concept of the Social Group”, in Journal of the History of Ideas, vol. 5, no 3, 1944, p. 319.

12 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, 1989, p. 59.

13 Robert Nisbet, “De Bonald and the Concept of the Social Group”, op. cit., p. 316.

14 Robert Nisbet, The Twilight of Authority, op. cit., p. 286.

15 Ibid., p. 276.

16 Robert Nisbet, Conservatism, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1986, p. 38.

17 Selon François Houle, « le programme de la nouvelle droite [des années 1980] se résume souvent à prôner un retour aux idéaux du libéralisme classique en réaffirmant le primat de l’individualisme et du libre marché. Il réclame une réduction de l’interventionnisme étatique et de sa bureaucratie, une remise en question des programmes sociaux et de leur mode de gestion, la privatisation des entreprises du secteur public et la déréglementation du secteur privé ». F. Houle, « Du libéralisme classique au néo-libéralisme : la soumission de l’État aux lois du marché », in Lizette Jalbert et Lucille Beaudry (éds), Les métamorphoses de la pensée libérale sur le néo-libéralisme actuel, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1987, p. 29.

18 Robert Nisbet, Conservatism, op. cit., p. 95.

19 Ian Duncan Smith et Rick Santorum, “Let’s deploy the ‘little platoons’”, Opinion Journal from the Wall Street Journal, 23 septembre 2005, (page consultée le 2 juin 2006). http://www.opinionjournal.com/editorial/feature.html?id=110007299

20 Keith Joseph Memorial Lecture, Margaret Thatcher, Liberty and Limited Government, 11 janvier 1996, (page consultée le 4 juin 2006) http://www.margaretthatcher.org/speeches/displaydocument.asp?docid=108353.

21 Comme l’a affirmé David Willetts, qui défend également notre position, libéraux et conservateurs ont fait alliance au cours des années 1980 en faveur d’un désengagement de l’État. Cependant, aux yeux de ces derniers, le libéralisme « est encore loin de la vérité », dans la mesure où il pense l’individu comme s’il était atomisé et totalement désincarné de ses attaches naturelles qui sont à la base du fonctionnement de la société. Voir John Gray et David Willetts, Is Conservatism Dead ?, Londres, Profile Books, [1994] 1997, p. 97.

22 François Grégoire, La face cachée de l’ADQ, Outremont, Lanctôt, 2003, p. 18.

23 Action démocratique du Québec, Une vision. Un plan. Une parole : un plan A pour le Québec, ADQ, 2006, p. 9.

24 Renée B. Dandurand, « Une révolution pour la famille ? », in Jean-Marc Piotte (éd.), À droite toute ! Le programme de l’ADQ expliqué, Montréal, Hurtubise, 2003, p. 185-186.

25 Ibid., p. 179.

26 ADQ, « Une vision. Un plan. Une parole : un plan A pour le Québec », p. 21.

27 On retrouvait cette position dans l’administration Reagan ainsi que dans celle de George W. Bush, plus particulièrement dans le No Child Left Behind Act. Il s’agit également d’une idée qui fut mise en place par le gouvernement conservateur suédois (1991-1994) et que l’on a retrouvé dans le programme des conservateurs britanniques lors de l’élection de 2005.

28 Brad Lowell Stone, Robert Nisbet, Wilmington, Delaware, 2000, p. 150-151.

29 Jean Charest, « Préface », dans Claude Ryan, Les valeurs libérales et le Québec moderne, Parti libéral du Québec, 2004, p. 6.

30 Ibid.

31 Claude Ryan, Les valeurs libérales et le Québec moderne, p. 19-20.

32 Ibid., p. 41.

33 Ibid., p. 42-43.

34 Dans le langage populaire, il n’est pas rare d’entendre les détracteurs des politiques de droite affirmer qu’elles ont comme effet de remettre en cause des « acquis sociaux », comme si le providentialisme étatique était une vache sacrée.

Auteur

Doctorant en science politique à l’université Laval à Québec (Canada) en histoire des idées politiques et en sociologie politique, a également été chargé de cours à l’université du Québec à Chicoutimi. En 2007, il a publié « La droite et le conservatisme de la Révolution française à nos jours : continuité ou rupture ? » in Nelson Michaud (éd.), Droite et démocratie au Québec : enjeux et paradoxes, Presses de l’université Laval.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search