Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

II. Le conservatisme au Québec

Le conservatisme en habit vert

Académiciens français et élites francophones canadiennes au tournant du XXe siècle

Gérard Fabre

Résumé

In the early twentieth century, most Francophone conservative writers thought highly of the French Academy. In his memoirs, French Canadian author Édouard Montpetit (1881-1954) refers to Ferdinand Brunetière (1849-1906) and Étienne Lamy (1845-1919). These Catholic Academicians helped the development of cultural relations between France and French Canada, at a period when the French government was anticlerical and not much appreciated in French Canada. These Academicians were highly regarded because their works came up to the expectations of French Canadian elites.

Texte intégral

1Concordance et discordance des temps : concilier ces deux règles du comparatisme suppose d’être attentif aux canaux de communication entre sociétés ou segments de sociétés. L’Académie française peut être considérée comme un point de contact entre des fractions conservatrices de la société française et de la société canadienne. C’est une sphère privilégiée pour étudier le conservatisme culturel, étant donné le rôle d’instance de consécration qu’elle a joué auprès d’auteurs canadiens francophones. On peut expliquer l’attrait réciproque qui marque la relation entre une partie des académiciens et les élites intellectuelles du Canada francophone en confrontant trois figures de ces échanges culturels : Édouard Montpetit, du côté canadien ; Ferdinand Brunetière et Étienne Lamy, du côté français.

L’Académie et le Canada : une présence conservatrice qui s’affirme

  • 1 Xavier Marmier, Lettres sur l’Amérique, 2 vol. , Paris, Arthus Bertrand, 1851 ; En Amérique et en (...)
  • 2 Jean Ménard, Xavier Marmier et le Canada. Relations franco-canadiennes au XIXe siècle, Québec, Pre (...)
  • 3 M. Brunet, « Réseau, lettre et édition critique : pour une anthropologie littéraire », Tangence, n(...)

2L’académicien Xavier Marmier voyage en Amérique dès le milieu du XIXe siècle1. Son principal interlocuteur canadien, l’abbé Henri-Raymond Casgrain, cherche à promouvoir efficacement les auteurs francophones du Canada2. Ses efforts ne sont pas vains. Louis Fréchette est le premier à recevoir, en 1880, une distinction de l’Académie : le prestigieux prix Montyon pour Les Fleurs boréales. Fort de ce succès, Fréchette soumet en 1888 aux concours annuels de l’Académie La Légende d’un peuple, mais il doit se contenter d’une mention. L’année 1888 est celle de l’abbé Casgrain, qui obtient le prix Marcelin-Guérin pour Un pèlerinage au pays d’Évangéline3. En 1903, c’est la romancière Laure Conan qui est récompensée pour L’Oublié (prix Montyon). En 1904, c’est au tour de l’historien Thomas Chapais, pour une biographie de l’intendant Talon. William Chapman reçoit à deux reprises le prix Archon-Despérouses : en 1904 pour Les Aspirations puis en 1910 pour Les Rayons du nord.

  • 4 Ce « lobby » procanadien peut être identifié en distinguant sommairement trois « strates » (pour c (...)

3Une impulsion est donnée à la formation d’un groupe influent d’académiciens qui soutient des auteurs canadiens séjournant à Paris et donc capables de plaider directement leur cause. Les variations au fil du temps de la composition de ce groupe répondent à l’évolution de la situation politique française et des liens entre les deux sociétés4. L’intérêt qu’expriment ces académiciens pour le Canada francophone ne s’explique pas seulement par les interrelations individuelles. Il s’inscrit dans un contexte favorable : les milieux dirigeants de la IIIe République s’accordent sur la nécessité d’étendre le second empire colonial français, ce qui les incite à consacrer symboliquement le premier, celui de l’Ancien Régime, avec son fleuron, la Nouvelle-France. Il s’agit d’un modus vivendi à travers lequel les pôles de pouvoir de la société française, en conflit aigu, sont prêts à un relatif consensus autour de la colonisation.

4On comprend mieux dès lors pour quelles raisons les élites conservatrices redécouvrent l’histoire de l’Amérique française. Les « Immortels » de la fin du XIXe et du début du XXe siècle qui soutiennent les arts et la littérature du Canada français sont quasiment tous des conservateurs. Ils s’affichent comme tels, mais avec quelques nuances. Le monarchiste Bazin ne se ralliera jamais à la République. La plupart des autres acceptent, bon gré mal gré, le régime républicain. Une majorité le défend au point de s’opposer à l’Action française, fondée en 1905 : Lamy, Doumic et Goyau sont des ennemis farouches de la ligue royaliste animée par Charles Maurras.

5Jusqu’à la Première Guerre mondiale, ces conservateurs catholiques français permettent de maintenir un lien fort entre la France et le Canada francophone. Ils atténuent, sans les désamorcer complètement, les sentiments francophobes qui se développent au Canada. Là-bas, la majeure partie de l’opinion publique et des dirigeants francophones désapprouve l’anticléricalisme militant des formations politiques françaises au pouvoir et des milieux intellectuels qui les soutiennent. Les discours qui circulent entre les deux sociétés au tournant du siècle ont une orientation conservatrice parce qu’ils cimentent une alliance entre des forces catholiques diverses mais résolues à préserver leur influence menacée : en luttant contre l’anticléricalisme et la laïcisation dans la société française ; en contrecarrant la domination des anglophones dans la société canadienne. Les stratégies défensives adoptées de part et d’autre ne s’inscrivent pas dans un processus historique symétrique. Mais les deux situations, si différentes soient-elles, peuvent déclencher des réactions similaires de résistance chez les protagonistes de l’échange, qui leur donnent le sentiment de partager un grand nombre de valeurs et de combattre au coude à coude. Ce que l’on appelle au Canada l’idéologie de la survivance possède, mutatis mutandis, un pendant français : la conviction que le catholicisme, attaqué de toutes parts, doit se défendre. La plupart des académiciens pensent remplir une mission de sauvegarde culturelle : préserver le patrimoine religieux d’une cité assiégée.

Montpetit : un trait d’union entre le Canada et les académiciens

  • 5 Ce processus d’échange culturel est complexe et souvent semé de malentendus : « […] transporté dan (...)
  • 6 É. Montpetit, Souvenirs, t. 1, Vers la vie, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1944 ; t. 2, Vous avez (...)

6Fruit d’une sympathie partagée face à l’adversité, un rapprochement se produit entre les cultures catholiques, auquel les milieux cultivés servent de relais5. Ce rapprochement explique le succès nord-américain des ouvrages des académiciens Brunetière, Faguet et Lamy. Ils diffusent une idéologie de résistance catholique, transposée d’une rive à l’autre de l’Atlantique. L’élite intellectuelle lit ces auteurs avec ferveur, comme en témoigne Édouard Montpetit6.

7Ce dernier est une figure majeure de l’intelligentsia canadienne-française de la première moitié du XXe siècle. Le caractère typique de son parcours est très sensible dans ses mémoires : le passage incessant du « je » au « nous » n’indique pas l’usage du pluriel de majesté ; ce « nous » récurrent désigne tantôt la génération de collégiens à laquelle Montpetit appartient, tantôt le groupe de jeunes Canadiens-français qu’il côtoie à Paris entre 1907 et 1910. Devenu professeur, secrétaire général et directeur des relations extérieures de l’université de Montréal, il occupera de hautes fonctions diplomatiques durant l’entre-deux-guerres. Sa carrière universitaire et ses multiples activités internationales l’amènent à la coprésidence de l’Institut scientifique franco-canadien. En 1941, il est nommé directeur général de l’Enseignement technique de la province de Québec.

  • 7 Anne Martin-Fugier, Les salons de la IIIe République. Art, littérature, politique, Paris, Perrin, (...)
  • 8 P. Savard, « Voyageurs, pèlerins et récits de voyages canadiens-français en Europe de 1850 à 1960  (...)

8Montpetit est un personnage emblématique non pas tant par son œuvre écrite que parce qu’il sert de modèle à une génération d’étudiants désireux de s’imposer, non seulement sur la scène universitaire, mais aussi dans le domaine politique. Le rapport de fascination qu’il entretient avec l’Académie est révélateur : la prestigieuse institution incarne exemplairement les affinités étroites entre vie littéraire, activité politique, marché éditorial, journalisme et pratiques mondaines7. L’étudiant canadien a longuement vécu à Paris, où il a observé de près ces sociabilités littéraires et artistiques : francophile il était, francophile il restera, malgré sa réprobation des politiques anticléricales. Il fait partie de cette élite intellectuelle qui ne cède pas au désenchantement de maints voyageurs canadiens en Europe8. À cet égard, les cas de Montpetit et de Lionel Groulx contrastent fortement. Groulx, à la différence de Montpetit, faisait de l’anticléricalisme ambiant son principal élément d’appréciation de la situation française.

  • 9 É Montpetit, « Sous la coupole », in Vers la vie, op. cit., p. 147-168.
  • 10 É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 16.

9L’une des activités préférées de Montpetit à Paris est de rendre visite à des académiciens dont il connaissait déjà bien les œuvres9. Il assiste à quatre réceptions à l’Académie. Passionné par la littérature française, il lisait assidûment au collège les grands critiques de l’époque (Brunetière, Faguet, Lemaître et Doumic)10. Les Annales politiques et littéraires, revue dirigée par Adolphe Brisson sous le pseudonyme de Bonhomme Chrysale, étaient une source précieuse d’informations,

  • 11 É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 147-148.

à ce point que nous savions mieux l’échiquier littéraire […] que les écrivains de France pris dans la mêlée, préoccupés de leurs intérêts immédiats. Du recul où nous nous trouvions, dans l’espace et dans le temps, puisque livres, journaux et revues devaient traverser l’océan, nous en avions, à la fois une vue d’ensemble et détaillée. […] Le titre d’académicien nous suffisait. L’aréopage nous en imposait11.

Brunetière : une conversion tardive à un catholicisme « américain »

  • 12 É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 194-198.
  • 13 Cité par É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 197.

10Brunetière est une référence majeure pour Montpetit. En 1907, ce dernier assiste à Paris à la vente aux enchères des livres de l’académicien, décédé à la fin de l’année précédente12. Une annotation de Brunetière le frappe : elle a trait à un passage écrit par Ernest Renan et repris par les anticléricaux lors de la polémique autour la séparation de l’Église et de l’État (1905). Brunetière note au sujet de son adversaire Renan : « Ce qu’on poursuit dans le catholicisme, c’est une force d’opposition à la tyrannie de l’État13. » Cette remarque, soulignée par Montpetit, est capitale pour comprendre le ciment idéologique qui opère d’un bord à l’autre de l’Atlantique : le catholicisme est vécu comme une force de résistance à l’oppression étatique.

  • 14 Antoine Compagnon, Connaissez-vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis, Paris, (...)

11Brunetière a fait un voyage de sept semaines en Amérique du Nord, en 1897, au cours duquel ses interventions ont attiré les couches cultivées. Il quitte New York le 1er mai pour le Canada14. Il discourt à l’université Laval de Montréal sur Bossuet, puis prononce une conférence sur le XVIIe siècle français à l’université Laval de Québec. Sa visite est organisée par le consul général de France (Alfred Kleczkowski) et par l’abbé Louis-Frédéric Colin, supérieur du séminaire Saint-Sulpice de Montréal. Brunetière connaît bien ce sulpicien français, installé à Montréal en 1862 : responsable de la chaire de littérature française de l’université Laval, Colin charge Brunetière de le conseiller pour le recrutement des candidats français à cette chaire.

  • 15 Jean-Marie Mayeur, « Des catholiques libéraux devant la loi de séparation : les “cardinaux verts”  (...)

12La conversion de Brunetière au culte catholique romain fut tardive : agnostique dans sa jeunesse, il s’en rapproche lentement pour se convertir au moment des encycliques sociales de Léon XIII (Rerum novarum, 1891). Reçu par le pape en novembre 1894, il publie « Après une visite au Vatican » dans la Revue des Deux Mondes du 1er janvier 1895 : l’article déclenche une vive polémique. Brunetière va faire un dernier coup d’éclat en 1906, en étant à l’initiative de la lettre des « cardinaux verts », dont il est le rédacteur15.

  • 16 « Voici le projet de lettre des cardinaux verts, l’épreuve qui en a été tirée et la note que Brune (...)

13Montpetit raconte comment il découvre dans la bibliothèque de Brunetière un « document historique » qui représente pour lui un acte de résistance à la tyrannie de l’État laïque16. La lettre n’a pas manqué de frapper les esprits : l’expression imagée de « cardinaux verts » y a sans doute contribué. Signée par vingt-trois notabilités (dont six membres de l’Académie française et cinq membres des autres classes de l’Institut de France), la lettre paraît dans Le Figaro du 26 mars 1906. Elle a trait à la loi de séparation qui vient d’être condamnée en février par l’encyclique Vehementer nos du pape Pie X. Adressée aux évêques de France, la lettre leur demande d’accepter le principe, prévu par la loi, des associations cultuelles (les « cultuelles », considérées comme schismatiques par une partie de l’Église). Brunetière cherche donc une voie de conciliation. La lettre sera d’ailleurs reçue favorablement par la majorité des évêques. Mais Rome refusera, par l’encyclique Gravissimo officii, de laisser se constituer les cultuelles.

14Associer, en pleine querelle sur la laïcité, l’habit vert à la pourpre romaine, c’était conférer aux académiciens catholiques une double stature symbolique. Celle qu’on ne leur contestait guère de gardien de la tradition culturelle française. Celle, plus fragile et problématique, de médiateur pontifical. C’était leur permettre d’intervenir sur une place publique élargie aux préoccupations d’une catholicité dont le Vatican était l’ultime garant. Mais l’Académie française n’est pas le Sacré Collège : les « cardinaux verts » vont l’apprendre à leurs dépens, puisque le Souverain Pontife refusera d’entendre leurs arguments.

15Si Brunetière n’approuve pas le principe de la laïcité, il tient cette loi pour un moindre mal, étant donné la menace agitée par le Président du conseil, Émile Combes, d’instituer une Église nationale, coupée de Rome. Dans son interprétation de la lettre des « cardinaux verts », Montpetit commet donc une méprise, fréquente à l’époque et encore aujourd’hui. La fidélité au pape n’est pas le message principal contenu dans la lettre. Celle-ci ne combat pas la loi de séparation, mais constitue au contraire une tentative d’accommodation, qui relève de raisons tactiques : avec l’ajout de l’article 4, arraché par les députés catholiques, la loi accorde des libertés inespérées dans un climat tendu d’anticléricalisme d’État.

  • 17 F. Brunetière, « L’Âme américaine, d’après un livre canadien », in Revue des Deux Mondes, LXXe ann (...)
  • 18 « […] un Français de France ne saurait parler du Canada sans quelque mélancolie. Nous regretterons (...)

16Conservateur atypique en France, Brunetière apprécie particulièrement le régime politique des États-Unis. Ainsi, quand il réagit dans la Revue des Deux Mondes du 1er décembre 1905 à la loi de séparation, il se réfère explicitement aux États-Unis, qu’il prend comme modèle. Cette loi stipule que les associations cultuelles devront comprendre des laïcs, lesquels participeront au contrôle des ressources. Or, plaide-t-il, ce type de mesure s’applique déjà sans problème aux États-Unis. Il en déduit que la loi est acceptable en France car elle n’est pas liberticide. Ce conservateur vante les mérites du libéralisme américain : il est séduit par l’excellente organisation des universités catholiques, l’esprit d’initiative, les vertus du mécénat qui compensent le culte de l’argent, un État moins envahissant qu’en France. Il se rattache au courant catholique « américain » en France, dont le fondateur fut l’abbé Klein. Son « américanisme » allait de pair avec son refus de la psychologie des races alors en vogue, dont il attribuait – à tort ou à raison – la paternité à Renan. Dans la Revue des Deux Mondes du 1er décembre 1900, évoquant un ouvrage d’Edmond de Nevers, Brunetière aborde sans état d’âme le thème de l’américanisation des Canadiens français17. Prenant les Irlandais comme modèle, il affirme que toutes les minorités doivent nécessairement devenir « américaines » si elles veulent avoir une influence dans le développement de ce continent. Il s’acquitte de la tâche convenue de l’hommage aux « Français d’Amérique », mais il insiste sur la « chance » historique du Canada français : avoir pu éviter la Révolution et son processus délétère encore à l’œuvre dans l’anticléricalisme de la IIIe République18.

Lamy, délégué de l’Académie et zélateur de la descendance française en Amérique

  • 19 Jean-Pie Lapierre et Philippe Levillain, « Laïcisation, union sacrée et apaisement (1895-1926) », (...)
  • 20 Montpetit, qui a rencontré Lamy plusieurs fois de part et d’autre de l’Atlantique, s’en souvient a (...)

17Présenté comme un « homme de juste milieu19 », Lamy a fait partie, en avril et mai 1912, de la mission Champlain : connaissant déjà bien le Canada20, il se rend aux États-Unis puis séjourne à Montréal. Il prolonge son voyage à Québec, où il est l’invité de marque, en tant qu’académicien, des organisateurs du premier congrès de la langue française, qui se tient du 24 au 30 juin 1912. Dans la délégation française figurent aussi un religieux (l’abbé Charles Thellier de Poncheville) et un poète (Gustave Zidler). À cette occasion, l’université Laval remet à Lamy, honoris causa, le diplôme de docteur ès lettres.

  • 21 Voir les recueils des délibérations, discours, poésies et rapports des sections scientifiques (Pre (...)
  • 22 « Notre splendeur littéraire est faite de notre santé morale, comme notre force historique est fai (...)
  • 23 « L’Entente cordiale » franco-britannique a été signée le 8 avril 1904.

18Ce type de congrès participe à une dynamique commune de résistance, à la fois religieuse, linguistique, culturelle et politique : toutes ces dimensions s’enchevêtrent dans les discours des conférenciers21. La langue française et la religion catholique y sont célébrées de conserve. Dans ce contexte, Lamy fait figure de caution littéraire, mais aussi morale et politique. Être conservateur sur le plan littéraire, c’est défendre une vision du monde animée par une morale catholique ; c’est en même temps militer contre une forme de « modernisme » qui fait le jeu de la laïcisation des esprits22. Ce qui frappe, à la lecture du discours prononcé par Lamy, c’est son caractère consensuel (un hommage raisonné est rendu aux Anglais23) et fortement affectif (l’enthousiasme n’a pas de bornes quand il s’agit du Canada français) :

  • 24 É. Lamy, « La langue française », op. cit., p. 259.

Vous êtes ce que nous avons été, nous apprenons de vous à redevenir ce que vous êtes. La France, en voulant se faire nouvelle, s’est vieillie. En ne vous détachant pas de vos traditions, vous avez perpétué votre jeunesse. Tandis que chez nous les vivants ont parfois semé la mort, vos morts vous ont gardé le secret de la vie. Et notre commun langage est beau dans votre bouche, parce que tout y est sain : les mots et les pensées24.

  • 25 Ces élites se situent tout autant chez les libéraux que chez les conservateurs. Les frontières ent (...)
  • 26 Ce « providentialisme » est théorisé dès 1797 par Joseph de Maistre, un des principaux penseurs fr (...)

19Le ton emphatique de cette allocution ne doit pas étonner : il était de mise à cette époque dans les échanges culturels. Plus intéressant est d’en montrer les effets de miroir : c’est un discours qui tend aux élites canadiennes-françaises l’image idéale qu’elles souhaitent voir projeter sur leur société25. La terminologie de la conservation culturelle se fonde sur une vision providentialiste26 où la Conquête britannique de 1759 apparaît à la fois comme une punition et une régénération. Les hommes pieux qui se succèdent à la tribune du congrès disent faire confiance à la Providence. Ils ne doutent pas qu’un jour viendra où les Canadiens français seront récompensés de leur fidélité à l’histoire, laquelle doit avoir un sens, et répondre à une destinée. C’est un discours qui se conjugue au futur antérieur : le Canada français aura échappé au pire, grâce ou en dépit de la Conquête ; il aura su attendre l’avenir radieux qui s’offre à lui. Ce messianisme était aussi à la fin du XIXe siècle l’une des idées-forces lancées au Canada par le député et journaliste Henri Bourassa.

Un discours-miroir

20L’analyse des discours des protagonistes de l’échange permet de mieux saisir le socle idéologique de la société canadienne. L’examen de l’allocution de Lamy peut valoir comme démonstration, en ceci qu’il conduit à dépasser l’explication commode en termes d’influences. Certes, les Canadiens français sont impressionnés par le prestige de l’académicien et le symbole qu’il représente. Mais pour que l’osmose ait vraiment lieu, l’attraction doit être réciproque. C’est en effet autant d’un côté que de l’autre que les échanges sont désirés. Lamy rêve à la dernière terre francophone d’Amérique du Nord, qui l’attire parce qu’il croit y reconnaître la France d’antan. L’intelligentsia canadienne-française trouve dans les discours des académiciens un écho à ses préoccupations de conservation culturelle. Le Canada francophone devient la référence, l’alpha et l’oméga : il renvoie à la France l’image de son passé glorieux, à la fois sublime et sublimé. Le jeu de mots sur l’Ancienne-France et la Nouvelle-France produit une équation qui révèle un des traits constitutifs du conservatisme : le nouveau procède toujours de l’ancien ; le bien commun, de la continuité, de la permanence. En découle une relation cultivée de part et d’autre :

  • 27 É. Lamy, « La langue française », op. cit., p. 259-260.

[…] Canada, séparé de la France avant que la France se séparât de son passé, et qui a gardé la plénitude de notre vie ancienne ; Canada, terre de fécondité […] terre de constance, qui a affermi la sagesse de tes mœurs et de tes lois sur la foi catholique […] Canada, qui a trouvé dans la fidélité la récompense et offres au monde le modèle d’une société où les vertus privées et les vertus publiques rendent hommage à Dieu ; Canada, la France t’aime, t’admire et te salue27.

21Symptomatique du conservatisme culturel, ce discours-miroir clame la nécessaire continuité d’une histoire nationale : on ne rompt pas impunément avec son passé ; tout se délite si la tradition catholique est occultée, bafouée. Mais quid de la mémoire de la Révolution française dans ce schéma ? Cet événement est à son tour nié en tant que tradition : présenté sous un jour accidentel, il est jugé pathologique dans le cours naturel de l’histoire nationale et internationale.

  • 28 Frederic Jameson, A Singular Modernity, London, Verso, 2002.
  • 29 Jacques Rancière, Le Partage du sensible, Paris, La Fabrique, 2000.

22Les lectures actuelles de l’évolution des pensées politiques passent, elles aussi, par des filtres et opèrent un tamisage : elles tendent à stigmatiser ou au contraire à réhabiliter les idéologies conservatrices. Doit-on procéder, en analysant ces idéologies, à l’inventaire des freins ou des obstacles à une modernisation qu’elles sont censées entraver ? Faut-il les inscrire à l’intérieur de processus plus larges, appréhendés sur les modes alternatifs du progrès et de la crise ? Convient-il de se défier de la lecture unilatérale qui assimile le conservatisme en général à un imaginaire négatif au regard d’une modernité reconstruite a posteriori ? Le dernier « grand récit » qui passe pour crédible dans la pensée politique contemporaine est en effet celui de la modernisation28. Tous les autres récits – qu’on appelait naguère « philosophies de l’histoire » – sont discrédités, tombés en lambeaux ou dans les oubliettes. Pourtant, même ce récit de la modernisation pose problème, tant il peine à rendre compte de la « coprésence de temporalités hétérogènes29 ». Ainsi le discrédit jeté sur l’ensemble des courants intellectuels catholiques conservateurs répond davantage à une fonction d’exutoire qu’à un souci de connaissance : le conservatisme catholique joue dans l’analyse le rôle de repoussoir.

  • 30 L’allusion à la fameuse exhortation rimbaldienne dans Une saison en enfer (« Il faut être absolume (...)

23Or, ce qui apparaît finalement dans le discours-miroir des académiciens catholiques destiné à leurs interlocuteurs américains, ce n’est pas un refus absolu de toute modernité. C’est la quête d’une autre modernité – plus absolue parce que intemporelle30 – dont les Canadiens français seraient présentement dépositaires. Mais cette « modernité conservatrice » refuse de se nicher dans les Lumières et d’entériner les acquis de la Révolution française : elle défend un projet politique de jonction du passé et de l’avenir qui passe par une voie dissidente par rapport à la modernisation conçue comme sécularisation. Elle définit ainsi un temps parallèle qui se veut une alternative raisonnée à l’héritage des Lumières.

Notes

1 Xavier Marmier, Lettres sur l’Amérique, 2 vol. , Paris, Arthus Bertrand, 1851 ; En Amérique et en Europe, Paris, Hachette, 1859 ; Les États-unis et le Canada. Récits américains, Tours, Mame, 1874 ; « À travers le Canada », in Passé et présent. Récits de voyage, Paris, Hachette, 1885, p. 215-260.

2 Jean Ménard, Xavier Marmier et le Canada. Relations franco-canadiennes au XIXe siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 1967 ; Manon Brunet (éd.), Henri-Raymond Casgrain épistolier : réseau et littérature au XIXe siècle, Québec, Nuit blanche, 1995.

3 M. Brunet, « Réseau, lettre et édition critique : pour une anthropologie littéraire », Tangence, no 74, hiver 2004, p. 91.

4 Ce « lobby » procanadien peut être identifié en distinguant sommairement trois « strates » (pour chaque académicien est indiquée la date de son élection). La période des précurseurs : Xavier Marmier (1870) et Camille Doucet (1865). Celle de l’expansion du groupe : Ferdinand Brunetière (1893), Gabriel Hanotaux (1897), Émile Faguet (1900), René Bazin (1903), Étienne Lamy (1905) et René Doumic (1909). Enfin, celle des continuateurs : Alfred Baudrillart (1918), Louis Barthou (1918), Georges Goyau (1922) et Louis Gillet (1935).

5 Ce processus d’échange culturel est complexe et souvent semé de malentendus : « […] transporté dans une autre société, [le caractère déjà abstrait des ouvrages français] acquiert par le voyage un caractère plus abstrait encore. Il est ainsi rendu plus aisément exportable et en même temps plus susceptible d’abus de sens et de contresens. » (Pierre Savard, « Une bibliothèque idéale de défense religieuse au Canada français en 1887 », in Religion et politique. Mélanges offerts à André Latreille, Lyon, Éditions Audin, 1972, p. 206).

6 É. Montpetit, Souvenirs, t. 1, Vers la vie, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1944 ; t. 2, Vous avez la parole, Montréal, Chantecler, 1949 ; t. 3, Aller et retour. Présences, Montréal, Thérien Frères, 1954.

7 Anne Martin-Fugier, Les salons de la IIIe République. Art, littérature, politique, Paris, Perrin, 2003, p. 128-162.

8 P. Savard, « Voyageurs, pèlerins et récits de voyages canadiens-français en Europe de 1850 à 1960 », in Cahiers du Centre de recherche en civilisation canadienne-française, no 10, Mélanges de civilisation canadienne-française offerts à Paul Wyczynski, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1977, p. 241-265.

9 É Montpetit, « Sous la coupole », in Vers la vie, op. cit., p. 147-168.

10 É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 16.

11 É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 147-148.

12 É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 194-198.

13 Cité par É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 197.

14 Antoine Compagnon, Connaissez-vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis, Paris, Seuil, 1997. Voir notamment, dans le chapitre « Impressions américaines » (p. 91-121), les sections « Un modèle de visiting professor » (p. 100-107) et « Les femmes, l’argent et le Québec » (p. 115-121).

15 Jean-Marie Mayeur, « Des catholiques libéraux devant la loi de séparation : les “cardinaux verts” », in Religion et politique. Mélanges offerts à André Latreille, op. cit., p. 207-224.

16 « Voici le projet de lettre des cardinaux verts, l’épreuve qui en a été tirée et la note que Brunetière y a portée. J’aurai, quelques minutes durant, tenu dans mes mains ce document historique. […] Je [le] ferme à regret. Et je songe en m’en allant que je n’ai pas perdu ma journée si j’ai pu toucher un peu de la vie de Brunetière. » (É. Montpetit, Vers la vie, op. cit., p. 197-198).

17 F. Brunetière, « L’Âme américaine, d’après un livre canadien », in Revue des Deux Mondes, LXXe année, 4e période, tome 162, nov. -déc. 1900, p. 664-702.

18 « […] un Français de France ne saurait parler du Canada sans quelque mélancolie. Nous regretterons toujours de l’avoir jadis abandonné ; nous nous demanderons toujours si l’Angleterre – avertie, il est vrai, par la séparation de ses colonies d’Amérique – n’en a pas fait ce que peut-être nous n’en aurions su faire ; et nous aurons toujours aux Canadiens français une juste reconnaissance du souvenir qu’ils ont gardé de la France. » (F. Brunetière, « L’Âme américaine, d’après un livre canadien », op. cit., p. 694-695).

19 Jean-Pie Lapierre et Philippe Levillain, « Laïcisation, union sacrée et apaisement (1895-1926) », in Jacques Le Goff et René Rémond (éds), Histoire de la France religieuse, tome IV, Paris, Seuil, 1992, p. 40. Les positions politiques de Lamy sont complexes : c’est un conservateur catholique mais l’une des principales voix du ralliement à la République ; il est opposé à la gauche laïque mais demeure partisan d’un catholicisme soucieux de la « question sociale ».

20 Montpetit, qui a rencontré Lamy plusieurs fois de part et d’autre de l’Atlantique, s’en souvient avec émotion : « Comment ne garderais-je pas de lui, de sa bonté, de l’affection qu’il voulait bien me témoigner, le plus vif, le plus durable souvenir ? » (Vers la vie, op. cit., p. 182).

21 Voir les recueils des délibérations, discours, poésies et rapports des sections scientifiques (Premier congrès de la langue française au Canada, Québec, 24-30 juin 1912, Québec, Imprimerie de l’Action Sociale Limitée, 1913).

22 « Notre splendeur littéraire est faite de notre santé morale, comme notre force historique est faite de christianisme. » (É. Lamy, « La langue française », in Premier congrès de la langue française au Canada, op. cit., vol. I, p. 259).

23 « L’Entente cordiale » franco-britannique a été signée le 8 avril 1904.

24 É. Lamy, « La langue française », op. cit., p. 259.

25 Ces élites se situent tout autant chez les libéraux que chez les conservateurs. Les frontières entre les deux camps sont poreuses au Canada : les lignes de tension politique sont moins nettes qu’en France, les oppositions moins frontales, les transfuges plus fréquents.

26 Ce « providentialisme » est théorisé dès 1797 par Joseph de Maistre, un des principaux penseurs français du conservatisme, dans ses Réflexions sur la Révolution (cf. Œuvres, édition établie par Pierre Glaudes, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2007). Un parallèle pourrait être envisagé entre les perceptions conservatrices de la Révolution française et de la conquête britannique de la Nouvelle-France : toutes deux sont interprétées comme une épreuve divine, un défi à relever et donc, en définitive, une source de purification.

27 É. Lamy, « La langue française », op. cit., p. 259-260.

28 Frederic Jameson, A Singular Modernity, London, Verso, 2002.

29 Jacques Rancière, Le Partage du sensible, Paris, La Fabrique, 2000.

30 L’allusion à la fameuse exhortation rimbaldienne dans Une saison en enfer (« Il faut être absolument moderne ») n’est pas fortuite.

Auteur

Docteur d’État de l’université de Provence et chercheur au CNRS (Institut Marcel Mauss, EHESS), a notamment publié l’ouvrage Échanges intellectuels entre la France et le Québec et dirigé un numéro de la revue Sociologie et Sociétés (« Le Québec et l’internationalisation des sciences sociales »).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search