Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

II. Le conservatisme au Québec

Le conservatisme canadien-français au XiXe siècle : accéder autrement à la modernité

Éric Bédard

Résumé

In reaction to the ideas of the French revolution, conservative thought proposed an alternative view of modernity. After the failure of the republican rebellion which took place in Lower-Canada in the years 1837-38, the French-Canadian elite came to consider principles like unity, prosperity and morality, inspired by the conservative ethos, as the core of a doctrine which dominated political life in Quebec until the Quiet Revolution began in 1960. This text tries to demonstrate that, by promoting these principles, the French-Canadian elite did not reject modernity per se, but rather chose another path to fulfill its technical and philosophical promises.

Texte intégral

  • 1 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, « Pluriel », 2004, p. 42.

1Capitale des Lumières, théâtre des bouleversements provoqués par la Révolution française, Paris n’était certainement pas la ville toute désignée pour réfléchir au conservatisme, encore moins au conservatisme canadien-français. C’est qu’à bien des égards, le conservatisme est une réaction à ce qui s’est passé entre 1789 et 1793. La plupart des analystes considèrent que les Réflexions sur la Révolution de France d’Edmund Burke constituent le premier grand livre conservateur. Publié en 1790, rapidement traduit en français et en allemand, réédité onze fois en un an, vendu à plus de 30 000 exemplaires, ce livre fut écrit par un esprit éminemment libéral (whig), favorable à l’insurrection des Américains, soucieux de sauvegarder les privilèges du Parlement contre une Couronne parfois tentée de revenir sur le pacte de la « glorieuse révolution » de 1688. Ce qui heurta Burke dans la Révolution française, ce fut cette « métaphysique » des « droits de l’Homme » qui niait l’expérience et la sagesse de l’histoire, bafouait les traditions construites patiemment par les Anciens au fil des siècles et décrétait un nouvel état social qui faisait fi des conventions héritées. Ce gentleman anglais crut les réformes nécessaires, admit le « principe d’amélioration » mais estima que « l’esprit d’innovation » était le plus souvent le produit de « caractère intéressé » aux « vues bornées »1. À la fois traité de philosophie politique et analyse sociologique de la Révolution française, le livre de Burke est l’une des réponses les plus fortes aux thèses des Lumières, surtout à celles de Jean-Jacques Rousseau. C’est dire à quel point le conservatisme est « moderne », à quel point cette pensée est liée à l’avènement d’une société radicalement différente. Le conservatisme fut une autre voie d’accès à la modernité, une voie modérée, empiriste, souvent historiciste. C’est cette voie qu’emprunta l’élite canadienne-française après les rébellions de 1837.

  • 2 Voir, à titre d’exemples, Michel Brunet, « Trois dominantes de la pensée canadienne-française : l’a (...)
  • 3 Parmi ceux qui témoignent de cette intention historiographique, on retrouve Yvan Lamonde, Histoire (...)
  • 4 Fernande Roy, Progrès, harmonie, liberté. Le libéralisme des milieux d’affaires francophones à Mont (...)

2Depuis le milieu du XXe siècle, les historiens intéressés par la configuration des idées à l’époque du Canada français (1840-1960) ont surtout cherché à minimiser ou à souligner la présence d’une pensée libérale. Pour les premiers chercheurs québécois en histoire des idées, avant tout soucieux d’expliquer les causes de la Grande Noirceur canadienne-française, la prédominance de valeurs antimodernes de l’ultramontanisme, l’absence d’une tradition libérale, étaient un fait établi, incontestable2. Cette thèse du monolithisme clérico-nationaliste fut contestée par une série d’études qui montrèrent la présence d’une tradition libérale, longtemps minoritaire mais néanmoins réelle, incarnée successivement par l’Institut canadien, les Rouges, le Parti libéral de Wilfrid Laurier, d’Alexandre Taschereau, d’Adélard Godbout et de Georges-Émile Lapalme3. D’autres études, publiées au cours des quinze dernières années, probablement soucieuses, elles, de montrer la « normalité » du parcours historique québécois, sont allées plus loin. Bien qu’elles empruntent des chemins forts différents, les études de Fernande Roy sur les milieux d’affaires montréalais du tournant du XXe siècle, de Gilles Bourque, Jules Duchastel et Jacques Beauchemin sur le duplessisme, et de Jean-Marie Fecteau sur la marginalité et la déviance, ont toutes voulu montrer l’hégémonie d’un certain libéralisme4. De sorte que, des études pionnières des années 1950 et 1960 à celles publiées plus récemment, nous sommes passés d’un monolithisme clérico-traditionaliste au monolithisme libéral. Étonnant revirement qui ne renvoie pas seulement à l’avancement des connaissances mais peut-être aussi à une nouvelle représentation de nous-mêmes, à un nouveau rapport au passé.

  • 5 Louis-Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française. Américanité, anticolonialisme et républ (...)
  • 6 On retrouve cette même épistémologie du progrès dans Marcel Bellavance, Le Québec au siècle des nat (...)

3Comme l’expliquait Louis-Georges Harvey dans un ouvrage récent sur les Patriotes, ce débat souvent passionné sur l’absence ou l’omniprésence du libéralisme renvoie implicitement à une épistémologie du progrès qui considère le libéralisme et la modernité comme les deux faces d’une même médaille5. Tout se serait passé comme si, pour montrer que le Canada français était resté à l’écart de la modernité ou y était entré de plain-pied, il avait fallu prouver l’absence du libéralisme ou, au contraire, son omni-présence6. Dans son ouvrage sur les Patriotes, Harvey tente de montrer qu’il y eut d’autres voies d’accès à la modernité que celle du libéralisme. Il convient avec un historien comme Fernand Ouellet que plusieurs Patriotes furent favorables au maintien du système seigneurial, qu’ils proposèrent une critique morale forte d’un certain capitalisme émergent qu’incarnait la petite élite marchande de Montréal. Toutefois, plutôt que d’y voir, comme Ouellet, une quelconque nostalgie pour l’Ancien Régime ou les signes d’un protonationalisme peu recommandable, Harvey assimile les positions patriotes à un humanisme civique du type républicain. Inspiré par un renouveau de l’historiographie anglo-américaine, ce révisionnisme républicain invite au scepticisme par rapport aux thèses whig et marxiste selon lesquelles la modernité ne se révélerait que dans l’élargissement du corps électoral ou dans la sacralisation du droit de propriété, dans la victoire des nationalités ou le triomphe d’une bourgeoisie conquérante.

  • 7 C’est la thèse que nous défendons dans notre dissertation doctorale. Voir Éric Bédard, Le moment ré (...)

4Nos recherches tendent à montrer que la période qui suit les rébellions de 1837 ne peut être comprise si on a recours aux seules catégories du clérico-nationalisme ou du libéralisme7. L’élite réformiste au pouvoir, formée de personnages comme Louis-Hyppolite LaFontaine, Étienne Parent, Augustin-Norbert Morin, Joseph-Édouard Cauchon, Antoine Gérin-Lajoie, François-Xavier Garneau, partage une sensibilité que nous avons qualifiée, faute de mieux, de conservatrice. Cette sensibilité conservatrice, nous la résumerons par trois idées ou concepts : unité, prospérité, morale.

  • 8 Débats de l’Assemblée législative du Canada-Uni, volume IV, 6 décembre 1844, p. 182.

5Unité, d’abord. Les conservateurs, on le sait, ont été favorables au gouvernement constitutionnel. Ils ont lutté pour obtenir le gouvernement responsable. Face aux plus radicaux des tories du Haut-Canada, ils sont alors favorables au mouvement, au changement ; ils font presque figure, pour reprendre une catégorie bien contemporaine, de « progressistes ». Leur combat consiste à obtenir, pour les Canadiens français, les droits et privilèges des sujets britanniques. Ce faisant, ils renouent, après la parenthèse républicaine des années 1830, avec les premiers combats de Pierre Bédard et du journal Le Canadien fondé en 1806. Ils souhaitent que ceux qui les dirigent soient choisis en fonction de leur compétence, de leurs talents, de leur mérite, non pas parce qu’ils font partie de la clique des marchands. « Ce n’est pas […] à titre de nationalité, précise le rédacteur de La Minerve du 27 avril 1843, que [les Canadiens] veulent leurs lois, leurs usages, leurs institutions, ce n’est qu’à titre de sujets britanniques. » À la manière de Burke, ils admirent les institutions britanniques qui ont su évoluer avec le temps et combattent les « faiseurs de système » qui croient, à partir de leurs seules déductions logiques, inventer un nouveau régime. En 1844, Louis-Hippolyte LaFontaine remarque que le gouvernement constitutionnel a su adopter d’importantes lois comme le Reform Bill sans que la société n’en soit bouleversée : « ces révolutions, explique, admiratif, le chef réformiste, s’opèrent paisiblement par l’action seule de l’opinion publique et du Parlement, et sans verser le sang des citoyens8. » Dans un discours qu’il prononce au Parlement, en 1850, Joseph-Édouard Cauchon explique à Louis-Joseph Papineau, qui fait alors l’éloge des institutions américaines, que :

  • 9 Débats de l’Assemblée législative du Canada-Uni, volume IX, partie I, 23 mai 1850, p. 183.

Rien n’est absolu en fait de gouvernement ; le meilleur est celui qui s’accorde le mieux avec les mœurs, les habitudes et les institutions d’un peuple. Quand on sortira des mœurs, des instincts et des institutions d’un peuple pour lui bâtir une constitution, on manquera invariablement son but. Les améliorations dans les institutions d’un pays ne peuvent être que progressives, et vouloir le faire trop précipitamment, c’est s’exposer à faire des ruines9.

6On sait que plusieurs de ces réformistes appuieront l’Acte de l’Amérique du Nord britannique précisément parce que cette loi allait préserver le principe monarchique et qu’elle assurait la pérennité d’un Sénat dont les membres n’étaient pas élus mais bien désignés par la Couronne, à la suite de recommandations du gouvernement.

  • 10 Antoine Gérin-Lajoie, « Jean Rivard économiste », Le foyer canadien. Recueil littéraire et historiq (...)
  • 11 Fonds Famille Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Archives de l’Université Laval, P328/A3, Cahier 4. To (...)
  • 12 André J. Bélanger, L’apolitisme des idéologies québécoises. Le grand tournant de 1934-1936, Québec, (...)
  • 13 Ralph Heintzman, “The Political Culture of Quebec, 1840-1960”, in Canadian Journal of Political Sci (...)

7S’ils célèbrent les bienfaits du régime constitutionnel britannique, ils acceptent cependant mal, dans les faits, l’une de ses règles fondamentales : le bipartisme. Ce que les conservateurs déplorent implicitement dans la victoire du gouvernement constitutionnel, c’est l’éclatement du bloc canadien-français, la fin de l’unité politique de la nationalité canadienne. À partir de l’obtention du gouvernement responsable, les Canadiens français, sur le plan politique, ne parlent plus d’une seule voix. Ils sont désormais divisés en camps politiques distincts. Le conflit politique entre Canadiens français est désormais ouvert, public, connu de tous. Plutôt que de se réjouir de la tenue de débats utiles, rationnels, fructueux, plutôt que d’y voir un signe de maturité pour le peuple canadien-français, les conservateurs ne cessent de regretter le temps de l’unité et de la concorde (ce temps a-t-il déjà existé ?). Une série d’indices qui vont de la démission surprise de LaFontaine en 1851 à l’extrait non publié du roman de Jean Rivard dans lequel le héros décrit son expérience malheureuse de député10, laissent voir des conservateurs qui, bien que politiciens, ont un rapport profondément trouble avec l’une des dimensions fondamentales de la politique dans un régime constitutionnel libéral : à savoir le conflit, le choc des idées et de valeurs. Au cours de recherches plus récentes, nous avons découvert, dans les archives personnelles de Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, premier Premier ministre conservateur de la province de Québec de 1867 à 1873, un carnet de « pensées » qui témoigne de ce regard amer et désenchanté de la politique11. Parmi ces « pensées », on retrouve celles-là : « Pour savoir jusqu’où vont la bassesse et la perversité humaine, il ne suffit pas d’être prêtre ou avocat… Il faut avoir été ministre » ; ou encore : « On a fait beaucoup de découvertes dans ces derniers temps. Il reste cependant trois choses à trouver : la quadrature du cercle, la pierre philosophale, et un homme politique strictement honnête sous un gouvernement constitutionnel » ; enfin : « On affirme que l’honnêteté ne saurait réussir comme principe de gouvernement avec le régime parlementaire. C’est là une assertion un peu hardie, la chose n’ayant pas encore été essayée. » Le politologue André-J. Bélanger a qualifié cette posture « d’apolitique12 », Ralph Heintzmann « d’anti-politique13 ». Ces hypothèses méritent d’être sérieusement explorées par les historiens.

  • 14 Robert Major, Jean Rivard ou l’art de réussir. Idéologies et utopie dans l’œuvre d’Antoine Gérin-La (...)

8Prospérité, ensuite. À partir des années 1840, les Canadiens français sentent bien que leur survie collective ne tient pas seulement à la politique et à ses réformes, mais aussi à l’économie et à la prospérité. Plusieurs découvrent alors les lois de l’économie politique anglaise grâce à une lecture attentive de Jean-Baptiste Say. En janvier 1846, Étienne Parent prononce sa première grande conférence intitulée « L’industrie considérée comme moyen de conserver notre nationalité » dans laquelle il enjoint son peuple à voir le travail, l’accumulation des richesses, la science comme autant de moyens de donner un nouvel essor à la nationalité. Près de 60 ans plus tard, Errol Bouchette fera écho à cet important discours en lançant son appel célèbre : « Emparons-nous de l’industrie ». Entre Parent et Bouchette, on retrouve un même fil conducteur : celui d’un « nous » qui se donne les moyens de devenir plus prospère collectivement. Car avant tout, c’est la nationalité, la communauté, le groupe qui doit prospérer. On ne retrouve pas d’apologie du mérite individuel de l’entrepreneur, de sa vaillance, de sa réussite, typique du credo libéral. C’est une économie nationale qu’on cherche à bâtir. L’État n’est pas au service d’entrepreneurs individualistes qui chercheraient à prospérer à l’écart de la communauté. L’entrepreneur auquel on rêve, c’est Jean Rivard qui, malgré son cours classique, opte pour l’agriculture plutôt que pour le droit ou le sacerdoce, qui part à la conquête des Cantons de l’est, préfère coloniser un coin de pays plutôt que de partir à l’aventure, et qui, à force de travail, de science et de vertu, en vient même à incarner les espoirs de Rivardville. Robert Major n’a pas tort de voir dans le roman d’Antoine Gérin-Lajoie l’utopie américaine d’une reconquête, proche du grand récit de la « frontière »14.

9Unité, prospérité… morale, enfin. Cette nation, qui a subi la défaite lors des rébellions de 1837, qui vit une lente mais décisive transition vers une économie capitaliste, qui s’urbanise graduellement, ce qui signifie la prolétarisation des nationaux, qui voit une partie significative de sa population emprunter le chemin des États-Unis, cette nation fragilisée a besoin d’une morale sociale pour contrecarrer les effets désocialisants d’une modernité rugissante qui n’en a que pour la réussite des plus forts. Le lexique de la vertu individuelle des républicains, qui célèbre les gratifications différées, la frugalité, des qualités vantées par les penseurs américains sans laquelle aucun progrès, aucune conquête n’auraient été possible, n’est pas celui des conservateurs canadiens-français sinon des conservateurs tout court. Contrairement à la société américaine et anglo-saxonne, il existe au Canada français une institution religieuse forte, capable d’unir ses fidèles grâce à de multiples rituels qui ponctuent la vie des Canadiens français. S’ils cultivent une certaine distance par rapport à un clergé dont ils ne partagent pas toutes les vues, s’ils croient à la complémentarité du spirituel et du temporel davantage qu’à la suprématie de l’un sur l’autre – comme c’est le cas des ultramontains –, ils ne considèrent pas moins que l’Église, catholique dans le cas des Canadiens français, doit jouer un rôle social fondamental. Car pour les conservateurs, la religion est bel et bien ce qui relie, ce qui, pour le dire comme aujourd’hui, donne une certaine consistance au lien social. C’est ce souci de morale sociale, bien plus qu’un hypothétique credo libéral, qui explique pourquoi les conservateurs préfèrent confier les institutions sociales et éducatives à l’Église plutôt qu’à l’État. Notre historiographie, encore hantée par l’idée de la « Grande Noirceur », présente le rapport des conservateurs au religieux de façon trop souvent caricaturale. Deux cas de figure dominent : soit les conservateurs sont perçus comme un groupe social faible, soumis à un clergé tout puissant ; soit leur alliance avec le clergé constitue un pacte cynique qui ne visait qu’à les maintenir au pouvoir. Dans les deux cas, on passe sous silence le fait que les conservateurs, comme les républicains, comme les socialistes, cherchaient à contrecarrer les tendances anomiques de la société moderne. Plutôt que d’inventer de toutes pièces une nouvelle morale sociale, de pratiquer un quelconque culte de « l’être suprême », ils se tournèrent tout naturellement vers une institution bien établie, très enracinée qui, à plusieurs reprises, s’était portée à la défense d’un peuple soumis aux vicissitudes de l’histoire.

10Comme le montrent de nombreux travaux consacrés au développement du capitalisme, du syndicalisme, de la culture, le Québec du XIXe siècle accède sans contredit à une modernité technique, matérielle, voire même culturelle. Sur le plan des idées, toutefois, les élites au pouvoir n’accèdent pas à cette modernité par le chemin du libéralisme. Le libéralisme, on le sait, place l’individu au centre de la communauté et considère que la prospérité de tous dépend des vices de chacun, de la poursuite de l’intérêt particulier d’individus fondamentalement cupides. Par rapport aux idées canadiennes-françaises qui dominent la période post-rébellion, il est nécessaire d’introduire le concept de conservatisme. Tel que nous l’entendons, le conservatisme n’est ni réductible au traditionalisme ultramontain qui assigne à la nation canadienne-française une mission purement spirituelle, ni réductible au versant disciplinaire d’un libéralisme centré sur l’individu et l’économie de marché. Nous concédons d’avance qu’il est tout sauf aisé de dessiner les contours de ce conservatisme car contrairement au traditionalisme ou au libéralisme, et contrairement à d’autres pays comme l’Angleterre et la France où des penseurs comme Edmund Burke ou Alexis de Tocqueville ont produit de grandes œuvres, le conservatisme canadien-français n’a pas engendré un corpus doctrinal digne de ce nom. Les sources de ce conservatisme sont éparses, rudimentaires. Le conservatisme canadien-français est davantage une sensibilité partagée qu’une doctrine politique bien établie. Cette situation est en partie liée au fait que les conservateurs se méfiaient des systèmes et des doctrines.

  • 15 Alain Rey, Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, p. 47 (...)
  • 16 Ibid., p. 1210.
  • 17 La Minerve, 7 novembre 1857.

11En ce qui a trait au XIXe siècle, ce phénomène ne doit cependant pas nous étonner outre mesure. D’une part, comme le montre Alain Rey, l’auteur du dictionnaire historique de la langue française, le conservatisme, comme étiquette politique, ne réussit à s’imposer qu’en 1851. Le concept est d’ailleurs directement emprunté au lexique politique anglais. On sait que ce n’est que très graduellement que le conservatisme en vient à remplacer l’étiquette tory en Angleterre15. Le concept de libéralisme, lui, émerge dans le lexique politique français à partir de 1818, donc bien avant celui de conservatisme16. D’autre part, il faudra un certain temps avant qu’une partie de l’élite canadienne-française ne s’approprie l’étiquette de conservatrice. La scission du bloc canadien-français à la faveur de l’émergence des Rouges qui prônent à la fin des années 1840 l’annexion avec les États-Unis, la radicalisation des réformistes du Canada-Ouest au profit des antipapistes grits sous la gouverne de George Brown et l’approche plus pragmatique d’une nouvelle élite tory dirigée par le jeune John A. Macdonald expliquent en grande partie pourquoi, au cours des années 1850, l’aile canadienne-française plus modérée, dirigée par George-Étienne Cartier, en vient à revendiquer le label « conservatisme ». Pendant un temps d’ailleurs, l’alliance Cartier-Macdonald sera baptisée de coalition « libérale-conservatrice ». Dans la presse ministérielle, le libéralisme est peu à peu associé à une « abstraction » dangereuse, « niveleuse », qui serait source de désordre17. De sorte qu’au cours des années 1860, tant sur le plan partisan qu’idéologique, les positions deviennent plus claires. Deux grands partis se disputent le pouvoir, soit le Parti conservateur, soit le Parti libéral.

12Il faut attendre la fin des années 1870 pour trouver quelques écrits canadiens-français qui tentent de décrire ce que serait le conservatisme, comme doctrine politique digne de ce nom. Ces écrits se veulent une réponse au grand discours de Wilfrid Laurier sur le libéralisme politique prononcé en juin 1877. Dans ce célèbre discours, Laurier associe le libéralisme de son parti au libéralisme anglais, alors beaucoup plus modéré que le libéralisme français. Il cherche également à montrer qu’il était possible, malgré ce qu’avaient écrit les évêques dans une lettre pastorale de 1875, de concilier catholicisme et libéralisme.

  • 18 Hector Langevin, Les Conservateurs et les Libéraux, Québec, Imprimerie du Canadien, 1877, p. 6.
  • 19 Louis-Georges Desjardins, M. Laurier devant l’histoire, Québec, Imprimerie du Canadien, 1877, p. 7.
  • 20 Ibid., p. 12.
  • 21 Ibid.

13Deux personnages vont donner la réplique au chef libéral. L’un de ceux-là est Hector Langevin, l’un des pères de la Confédération et, avec George-Étienne Cartier disparu en 1873, l’un des chefs historiques du Parti conservateur canadien. En août 1877, il prononce à Baie-Saint-Paul un discours intitulé « Les Conservateurs et les Libéraux ». Bien qu’il assimile le conservatisme au « respect de l’ordre […], de l’autorité [et] des principes qui sont la base de la société18 », Langevin adopte un ton avant tout partisan qui cherche à convaincre plutôt qu’à expliquer. Le véritable effort doctrinal nous vient d’un autre personnage, beaucoup moins en vue que Langevin à cette époque. En 1879, Louis-Georges Desjardins (1849-1928) fait paraître De l’idée conservatrice dans l’ordre politique, une brochure de 17 pages publiée par l’imprimerie du journal Le Canadien de Québec, dont il est alors le propriétaire, le directeur et le rédacteur. Frère aîné du célèbre Alphonse Desjardins, Louis-Georges sera député conservateur, puis greffier de l’Assemblée législative. Son texte est au départ une conférence prononcée devant le Club Cartier, une association proche du Parti conservateur à Québec. Ce travail de réflexion fait suite à une première brochure de circonstance intitulée « M. Laurier devant l’histoire », publiée quelques semaines après le discours de Wilfrid Laurier. Dans ce premier texte, Desjardins insiste sur le fait que le conservatisme, contrairement à ce que laisse entendre Laurier, n’a plus rien à voir avec l’optique tory qui, à une autre époque, défendait les prérogatives de la Couronne contre celles du Parlement. Le conservateur est désormais celui qui défend les acquis des institutions libres mais qui, en même temps, cherche à contrer les « innovations ridicules et [les] changements prématurés et inopportuns19 ». Parmi ces acquis incontournables, on retrouve, en tête de liste, la responsabilité ministérielle, chèrement acquise grâce à LaFontaine en 1848. Au Canada français, explique Desjardins, la naissance du Parti conservateur aurait été une saine réaction au radicalisme des rouges qui critiquèrent injustement l’efficacité du gouvernement responsable, prônèrent l’annexion avec les États-Unis et « livrèrent une guerre à l’influence et à l’autorité du clergé canadien20 ». « Parti déloyal, extravagant et anti-national21 », le Parti libéral aurait été, selon Desjardins, une source impardonnable de divisions et de dispersion pour les Canadiens français. Dans De l’idée conservatrice dans l’ordre politique, texte moins partisan, Desjardins tente, avec des ressources conceptuelles relativement limitées, de définir le conservatisme. Quelques éléments significatifs ressortent de sa démonstration souvent maladroite.

  • 22 Le discours de Laurier sur le libéralisme se voulait aussi une réplique à la Lettre pastorale des é (...)

14Le premier constat, frappant, c’est l’absence de référence à l’anthropologie catholique ultramontaine de cette époque. En aucun endroit, Desjardins n’assigne à la nation canadienne-française une quelconque mission spirituelle. Dans le résumé de l’histoire du Canada français qu’il nous propose, il n’évoque jamais le rôle du clergé, de l’Église ou des congrégations religieuses. Ce qui doit d’abord être conservé, c’est un caractère national, que Desjardins ne prend pas la peine de définir mais qu’il n’associe pas explicitement à la religion des ancêtres. Ce silence nous semble néanmoins intéressant car il montre que les conservateurs tentaient de penser le conservatisme en cultivant une certaine distance par rapport aux écrits des évêques22.

  • 23 Louis-Georges Desjardins, De l’idée conservatrice dans l’ordre politique, Québec, Imprimerie du Can (...)

15Deuxième constat, la référence de Desjardins est l’Angleterre, non pas la France avec son lot de penseurs « antimodernes » (Joseph de Maistre, Louis de Bonald, Louis Veillot). Là-dessus, Desjardins avance sur le même terrain que Laurier : les deux hommes se réfèrent très souvent aux institutions de la Grande-Bretagne qu’ils admirent au plus haut point. Selon Desjardins, l’Angleterre est la « terre classique du conservatisme ». Ce conservatisme, croit-il, explique la prospérité sans précédent de ce pays. Les entrepreneurs anglais n’auraient pas eu peur des progrès matériels, ni des changements techniques. S’ils ont cependant pu tirer profit de ces progrès, c’est parce que ses « capitalistes » auraient su utiliser à bon escient les capitaux accumulés par les générations précédentes. Au lieu d’engloutir les richesses engrangées « dans le gouffre des folles spéculations et des extravagances », les entrepreneurs anglais, grâce à des qualités comme le « discernement », le « tact », le « jugement », l’« expérience », la « prudence » et la « sagesse »23 – des qualités éminemment conservatrices cela va s’en dire – auraient su profiter des changements qui se présentaient à eux sans pour autant tout remettre en question.

16Troisième constat, le conservatisme, selon Desjardins, est tout sauf réfractaire à la liberté et au progrès, dans la mesure seulement où la liberté et le progrès sont le produit du travail des siècles, non pas le résultat d’une révolution violente inspirée par des philosophies destructrices de l’ordre ancien.

  • 24 Ibid., p. 6.

Cette glorieuse marche en avant serait impossible si la société ne s’appuyait pas sur le passé, et ne lui demandait pas l’inestimable héritage de ses travaux, des fruits de ses recherches et de ses conquêtes. Elle serait condamnée d’avance à l’insuccès. Et pour vous donner une réminiscence militaire, je dirai que le passé est la base d’opération et l’avenir l’objectif de nos labeurs24.

  • 25 Ibid., p. 8.

17Face à ce que l’on hérite, le principe de prudence est fondamental, « n’oubliez pas, précise-t-il, que l’on ne s’improvise pas réformateur […] Le remède que vous proposez sera peut-être pire que le mal25 ». La liberté et le progrès des individus n’ont également de sens que si des institutions sociales comme la famille, la propriété ou la nation font contrepoids. Ces institutions protègent l’individu contre lui-même ou contre des despotes qui chercheraient à détruire l’ordre ancien. Elles incarnent, ces institutions, l’instinct de conservation qui gît au fond de chaque être humain.

  • 26 Ibid., p. 16.

18Enfin, dernier constat, les Canadiens français, ce peuple conquis par les armes en 1760, que certains ont rêvé d’assimiler après 1840, n’a d’autre choix que d’être conservateur selon Desjardins. Être conservateur n’est pas une coquetterie, un caprice qui permet de se distinguer, c’est une nécessité. « Sans l’idée conservatrice, sans le principe conservateur, le peuple canadien se serait-il redressé avec fierté devant ses conquérants et ses maîtres, pour exiger justice et ces libertés constitutionnelles si chères à tous les sujets de l’empire britannique26 ! » Pour cet admirateur des institutions britanniques, la conquête du gouvernement responsable, mais surtout, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, qui assure aux Canadiens français une juste représentation, sont autant de lois conservatrices qui auront permis le développement de la nationalité.

19Pour accéder à la modernité politique et économique, il y eut d’autres chemins que celui du libéralisme. L’humanisme civique en fut un ; le socialisme en fut un autre ; le conservatisme en fut un aussi. C’est ce chemin qu’empruntèrent plus ou moins consciemment les élites canadiennes-françaises au pouvoir après les rébellions de 1837. Ce conservatisme ne fut pas, dans son essence, antimoderniste ou réactionnaire ; il accepta le cadre qu’imposait la société libérale (gouvernement constitutionnel, économie de marché) sans pour autant souscrire au credo individualiste et amoral du libéralisme. Dans le cas canadien-français, ce conservatisme témoigne d’une primauté du national largement conditionné par une inquiétude de disparaître. Une inquiétude qui perdure, encore aujourd’hui. Cette hypothèse de la filiation « communautarienne » nous ramène à la « question du Québec », c’est-à-dire à la « question nationale », boudée par la plupart des historiens depuis les années 1970 pour toutes sortes de raisons qui restent à élucider.

Notes

1 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, « Pluriel », 2004, p. 42.

2 Voir, à titre d’exemples, Michel Brunet, « Trois dominantes de la pensée canadienne-française : l’agriculturisme, l’anti-étatisme et le messianisme », in La présence anglaise et les Canadiens. Études sur l’histoire de la pensée des deux Canadas, Montréal, Beauchemin, 1958, p. 113-166 ; Fernand Ouellet, « Nationalisme québécois et laïcisme au XIXe siècle », in Jean-Paul Bernard (éd.), Les idéologies québécoises au XIXe siècle, Montréal, Boréal express, 1973, p. 37-60.

3 Parmi ceux qui témoignent de cette intention historiographique, on retrouve Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, Montréal, Fides, 2 volumes, 2000 et 2004.

4 Fernande Roy, Progrès, harmonie, liberté. Le libéralisme des milieux d’affaires francophones à Montréal au tournant du siècle, Montréal, Boréal, 1988, 301 p. ; Gilles Bourque, Jules Duchestel, Jacques Beauchemin, La société libérale duplessiste, 1944-1960, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1994, 435 p. ; Jean-Marie Fecteau, La liberté du pauvre. Crime et pauvreté au XIXe siècle québécois, Montréal, Vlb éditeur, 2004, 455 p.

5 Louis-Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française. Américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005, p. 27.

6 On retrouve cette même épistémologie du progrès dans Marcel Bellavance, Le Québec au siècle des nationalités. Essai d’histoire comparée, Montréal, Vlb éditeur, 2004, 248 p. L’auteur s’emploie à montrer que la quête nationale du XIXe siècle était intimement liée au libéralisme de sa classe dirigeante.

7 C’est la thèse que nous défendons dans notre dissertation doctorale. Voir Éric Bédard, Le moment réformiste. La pensée d’une élite canadienne-française au milieu du XIXe siècle, Thèse (Ph.D.), Montréal, Université McGill, 2005, 324 p.

8 Débats de l’Assemblée législative du Canada-Uni, volume IV, 6 décembre 1844, p. 182.

9 Débats de l’Assemblée législative du Canada-Uni, volume IX, partie I, 23 mai 1850, p. 183.

10 Antoine Gérin-Lajoie, « Jean Rivard économiste », Le foyer canadien. Recueil littéraire et historique, tome II, Québec, Bureau du « Foyer canadien », 1864, p. 209-262.

11 Fonds Famille Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Archives de l’Université Laval, P328/A3, Cahier 4. Toutes les « pensées » se retrouvent dans ce cahier.

12 André J. Bélanger, L’apolitisme des idéologies québécoises. Le grand tournant de 1934-1936, Québec, Presses de l’Université Laval, 1974, 392 p.

13 Ralph Heintzman, “The Political Culture of Quebec, 1840-1960”, in Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 16, no 1, mars 1983, p. 3-59.

14 Robert Major, Jean Rivard ou l’art de réussir. Idéologies et utopie dans l’œuvre d’Antoine Gérin-Lajoie, Québec, Presses de l’Université Laval, 1991, 335 p.

15 Alain Rey, Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, p. 478-479.

16 Ibid., p. 1210.

17 La Minerve, 7 novembre 1857.

18 Hector Langevin, Les Conservateurs et les Libéraux, Québec, Imprimerie du Canadien, 1877, p. 6.

19 Louis-Georges Desjardins, M. Laurier devant l’histoire, Québec, Imprimerie du Canadien, 1877, p. 7.

20 Ibid., p. 12.

21 Ibid.

22 Le discours de Laurier sur le libéralisme se voulait aussi une réplique à la Lettre pastorale des évêques de la province ecclésiastique de Québec du 22 septembre 1875. Inspirée par le radicalisme ultramontain du concile Vatican I, ce texte est une condamnation en règle du « libéralisme catholique », considéré comme « absolument incompatible avec la doctrine de l’Église ». Desjardins ne fait aucune référence à cette position des évêques.

23 Louis-Georges Desjardins, De l’idée conservatrice dans l’ordre politique, Québec, Imprimerie du Canadien, 1879, p. 9.

24 Ibid., p. 6.

25 Ibid., p. 8.

26 Ibid., p. 16.

Auteur

Docteur en histoire de l’université McGill, Montréal (Canada), diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, est professeur à l’université du Québec à Montréal (TÉLUQ). Ses travaux portent sur l’histoire politique des idées au Québec et au Canada et sur les rapports qu’entretiennent les Québécois avec leur passé. Avec Julien Goyette, il a fait paraître, aux Presses de l’université de Montréal, Parole d’historiens. Anthologie des réflexions sur l’histoire au Québec (2006).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search