Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

I. Le conservatisme au Canada

La portée du conservatisme américain au Canada

Louis Balthazar

Résumé

Canadians may have felt recently much less conservative than their neighbours of the South. Contrary to what has been identified in the past by some observers who compared Canada to the United States, Canada has looked more liberal than its neighbour, thanks to its evolution since the 1960’s. This may be true in part but is quite exaggerated. Americans in fact are less conservative than it has been said. Canadians have become more conservative. Life in the suburbs, and now in the exurbs, has fostered conservative attitudes in Canada as well as in the United States.

Texte intégral

1Plusieurs auteurs se sont appliqués récemment à mettre en lumière les spécificités identitaires du Canada. Aucun d’entre eux, cependant, ne met en doute le fait que le Canada soit fortement influencé par les États-Unis, voire que les similarités entre les deux pays sont nombreuses, plus nombreuses même que les différences.

  • 1 Gad Horowitz, “Conservatism, Liberalism and Socialism in Canada : An Interpretation”, in Canadian (...)
  • 2 C’est le politologue américain Louis Hartz qui est à l’origine de la théorie du fragment qui consi (...)
  • 3 Seymour Martin, Revolution and Counterrevolution : Change and Persistence in Social Structures, Ne (...)
  • 4 Michael Adams, Fire and Ice: The United States, Canada and the Myth of Converging Values, Toronto, (...)
  • 5 Philip Resnick, The European Roots of Canadian Identity, Peterborough, ON, Broadview Press, 2005.

2Déjà, Gad Horowitz, dans un célèbre article publié en 19661, considère le fragment anglo-canadien issu de la fuite des Loyalistes après la révolution américaine comme profondément libéral à l’image du fragment américain dont il faisait partie2. Il s’applique seulement à montrer que le Canada anglais se démarque des États-Unis par une touche de « torysme » lui permettant de donner lieu à un parti socialiste, ce qui s’est avéré impossible aux États-Unis. Seymour Martin Lipset3, pour sa part, identifie un fort courant de conservatisme au Canada, contraire à l’égalitarisme individualiste qui domine au sud de la frontière. Il en vient cependant à constater que la Charte canadienne des droits et libertés de 1982 a contribué à rendre le Canada plus semblable aux États-Unis, bien davantage, selon lui, que le Traité de libre-échange de 1989. D’autres auteurs, comme Michael Adams4 et Philip Resnick5 ont écrit récemment sur les différences profondes, à leurs yeux, entre les cultures politiques canadienne et américaine.

  • 6 Voir à ce sujet l’ouvrage éclairant de l’historien Allan Smith, Le Canada : une nation américaine  (...)

3Certes on ne peut mettre en doute que le Canada présente des différences par rapport aux États-Unis. Mais il ne faut jamais oublier, ce que la plupart des auteurs admettent, que les similarités sont plus fortes et plus nombreuses que les différences6. Il importe donc de rappeler ces similarités, de faire en sorte que l’arbre des spécificités ne cache pas la forêt des traits communs. Partant de cette constatation, nous pourrons en conclure que le conservatisme canadien est fortement influencé par le conservatisme américain.

Deux grandes traditions canadiennes

  • 7 Voir entre autres André Kaspi, Les Américains. I. Naissance et essor des États-Unis, 1607-1945, Pa (...)
  • 8 Voir à ce sujet David V.J. Bell, “The Loyalist Tradition in Canada”, in Journal of Canadian Studie (...)

4Il faut d’abord souligner le fait essentiel et fort significatif que le Canada est un sous-produit de la révolution américaine. Cela est assez clair pour le Canada anglais qui est issu, pour une très grande part, du refus des Loyalistes de se joindre à la révolution. Notons encore que ce refus ne tient pas à des différences idéologiques importantes, comme l’ont démontré plusieurs historiens7. En d’autres termes, les Loyalistes étaient tout aussi libéraux que les révolutionnaires. Ils sont demeurés fidèles à la Couronne pour des raisons conjoncturelles8.

5De même, pour les Québécois d’origine française, la révolution américaine a constitué un événement d’une importance majeure. En effet, elle a engendré indirectement une politique britannique plus tolérante à l’endroit des nouveaux sujets. Cette politique s’est traduite par l’Acte de Québec de 1774, la première reconnaissance officielle d’une société distincte au Canada britannique et, par la suite, le refus des élites québécoises de se joindre à la révolution.

  • 9 Cité par W.L. Morton, The Canadian Identity, Toronto, The University of Toronto Press, 1961, p. 64

6Le parti pris de fidélité à la Couronne de la part des Loyalistes a été tout naturellement érigé en un mythe collectif devant présider à la fondation du Canada moderne et à l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. Malgré tout, ces libéraux américains que demeuraient les Canadiens anglais se sont révélés profondément ambivalents par rapport à leur ancienne appartenance. Cette ambivalence s’est traduite par deux grands courants de l’histoire politique canadienne, le courant tory et le courant libéral. Le Parti conservateur, dit « Tory », s’est défini essentiellement comme celui de l’allégeance à l’Empire britannique. « Je suis né sujet britannique et je mourrai sujet britannique9 », déclarait le père fondateur, John A. Macdonald. Le Parti libéral, par contre, a été celui du rapprochement vers les États-Unis, celui qu’on a appelé le « Parti américain ».

7Certes les tories se sont rapprochés des États-Unis à cette occasion. Macdonald a d’abord tenté de négocier un traité de libre-échange avec le voisin du sud. Plus tard, Robert Bennett (Premier ministre de 1930 à 1935) lancera un programme de New Deal à l’image du programme américain de Franklin D. Roosevelt. En règle générale, cependant, la politique impériale a prévalu dans le programme du Parti conservateur jusqu’à l’époque de John Diefenbaker qui reprochait au libéral Saint-Laurent (1948-1957) d’avoir trahi la mère-patrie en s’opposant à l’expédition franco-britannique à Suez en 1956.

  • 10 Le premier porte sur la collaboration intense entre les forces armées des deux pays, alors que le (...)

8Quant aux libéraux, ils n’ont pas immédiatement tourné le dos à l’Empire. Le Parti libéral est pourtant issu d’un mouvement radical et, pour un temps, annexionniste. Son premier chef, Alexander Mackenzie, met en avant une politique de libre-échange avec les États-Unis. Cette politique fut reprise par Laurier qui connut la défaite en 1911 pour avoir voulu s’engager dans un traité commercial américano-canadien. Par la suite, le Parti libéral, notamment durant la période d’après la Première Guerre mondiale, s’inscrit dans la mouvance de l’isolationnisme américain. Les gouvernements libéraux de Mackenzie King (1921-1926 ; 1926-1930 ; 1935-1948) ont ensuite voulu que le Canada prenne ses distances vis-à-vis de la Grande-Bretagne et se rapproche des États-Unis. On sait l’amitié proverbiale qui liait King à Franklin Roosevelt. Cela a conduit à d’importants traités comme ceux d’Ogdensburg en 1940 et de Hyde Park en 1941 qui ont constitué une quasi-intégration des forces armées canadiennes à celles des États-Unis10. Lester Pearson, qui fut ambassadeur du Canada à Washington à la fin de la Seconde Guerre mondiale, a su se démarquer par rapport aux États-Unis, tant comme Premier ministre (1963-1968) que comme ministre des Affaires extérieures (1949-1957). Il a tout de même entretenu des relations amicales au sud de la frontière. Il a été critiqué pour s’être rapproché de John F. Kennedy au moment où les relations étaient plutôt froides entre Ottawa et Washington. Il est à l’origine du Pacte automobile de 1965 qui a fortement contribué à l’intégration de l’économie du sud de l’Ontario à celle du Mid-West américain.

Deux révolutions de palais

  • 11 George Grant, Lament for a Nation: the Defeat of Canadian Nationalism, Montréal, McGill-Queen’s Un (...)

9Les choses devaient changer radicalement en 1967 et en 1968. Les deux grands partis n’allaient plus s’opposer l’un à l’autre de la même façon. Un virage de 180 degrés. D’abord le Parti conservateur subissait une transformation profonde. Une véritable révolution de palais. Un fort mouvement d’opposition au vieux chef tory, John Diefenbaker (1957-1963), a conduit à la mise en cause de son leadership et à son remplacement par Robert Stanfield en 1967. Diefenbaker a lutté jusqu’à la fin, accusant ses détracteurs de trahir la grande tradition tory. Mais rien n’y fit. George Grant a pu écrire un livre controversé, Lament for a Nation11, pour signaler la fin d’une époque dans l’histoire du Canada, la fin d’une conception canadienne enracinée dans l’appartenance à la tradition britannique. Le Parti conservateur du Canada allait désormais devenir le parti des bonnes relations avec les États-Unis. À bien des égards, les conservateurs canadiens se définissaient désormais comme des libéraux conservateurs à l’américaine. Ce parti reprochait au Parti libéral au pouvoir de mettre en œuvre des politiques nationalistes contraires aux intérêts proaméricains du Canada. Comme l’a montré Paul Lucardie dans cet ouvrage, les plateformes électorales de Joe Clark, de Brian Mulroney et de Stephen Harper sont toutes marquées par une ouverture notable à l’endroit du voisin du sud.

10Le Parti libéral devait aussi modifier son orientation d’une manière significative avec l’accession de Pierre Elliott Trudeau au leadership en 1968. De Pearson à Trudeau (1968-1979 ; 1980-1984), il y a toute la distance entre une politique internationaliste et une politique nationaliste. Trudeau a voulu donner au Canada une politique étrangère fondée sur l’intérêt national. Il a conçu des mesures qui tendaient à restreindre l’influence américaine et à rapprocher le Canada de ses autres partenaires, notamment des Européens. Cette politique connut un échec monumental, mais le Parti libéral a continué de se définir, au moins en paroles, comme réfractaire à l’intégration continentale. Jean Chrétien (1993-2003) n’en a pas moins entériné le traité de libre-échange négocié par son prédécesseur, mais il s’est illustré par son refus d’engager le Canada dans l’invasion de l’Irak en 2003 tout en acceptant cependant de contribuer à la lutte contre les Talibans en Afghanistan auprès des forces américaines.

11Le Parti libéral a aussi œuvré à la transformation de la nature du Canada par de grandes politiques d’affirmation nationale, paradoxalement à l’image des États-Unis. Trudeau voulait surtout rallier les Québécois à l’allégeance canadienne. Pour ce faire, il a mis en œuvre une politique pancanadienne de bilinguisme et une politique de multiculturalisme qui avait pour but de favoriser l’intégration des populations issues de l’immigration mais en niant l’existence d’une culture québécoise spécifique. Ces politiques ont été couronnées par la Constitution de 1982 et la Charte des droits et libertés qui a favorisé le recours aux tribunaux à l’instar des États-Unis et à l’encontre de la tradition parlementaire britannique. Ce faisant, Trudeau a stimulé l’éclosion d’un nationalisme canadien, calqué sur le modèle du nationalisme américain. L’idée d’une grande nation indivisible a été confortée dans la culture politique des Canadiens, entendons surtout des Canadiens de langue anglaise.

  • 12 Cette loi établit un droit de regard du Parlement canadien sur un référendum québécois portant sur (...)

12Ce nouveau Canada est bien différent de celui de 1966, au moment où Gad Horowitz rédigeait son célèbre article. Il s’est consolidé au moment de la faillite des accords du Lac Meech (1990) qui auraient constitutionnalisé un certain statut pour le Québec et lui auraient permis d’entériner la Constitution de 1982 ; ce nouveau Canada s’est manifesté surtout au moment du référendum de 1995 au Québec qui a été vécu par le Canada anglais comme un cauchemar. On peut dire que les Canadiens hors Québec et les anglophones du Québec sont sortis de cette expérience un peu comme les Américains au lendemain de la guerre civile de 1860-1865. « Plus jamais » (Never again) est devenu une consigne au sein de la population. Il fallait faire en sorte que cette pénible expérience ne se reproduise plus. Il fallait proclamer l’indivisibilité de la nation, répandre les drapeaux, encourager toutes les manifestations d’allégeance canadienne, célébrer les vertus de la nation canadienne. Il importait aussi de trouver les moyens d’empêcher la tenue d’un autre référendum. La loi sur la clarté de 199912 y a pourvu, à la grande satisfaction de la majorité.

13Le Canada se présente donc aujourd’hui comme une grande nation, une et indivisible, à la manière américaine. Autant que les Américains, les Canadiens usent et abusent de superlatifs pour caractériser leur nation.

La fin de la touche tory

14Certes, à travers tous ces développements, le Canada n’a pas rompu tout à fait avec son histoire. Il est demeuré un pays où l’appartenance communautaire est plus forte qu’aux États-Unis. Cela se voit même dans la Charte des droits et libertés, où les droits de certaines communautés sont définis et protégés. Le rôle de l’État demeure plus important qu’aux États-Unis. Un parti de gauche à tendance socialiste, le Nouveau Parti démocratique (NPD), est toujours là. Mais ce parti semble avoir connu ses meilleures heures à une autre époque. Le Parti conservateur ressemble beaucoup au Parti républicain et le Parti libéral au Parti démocrate.

  • 13 Gad Horowitz, op. cit., p. 150.

15En 1966, Horowitz pouvait évoquer « la faillite du libéralisme canadien-anglais à se développer dans un seul grand mythe : le culte de la nation13 ». Cette affirmation paraît maintenant tout à fait anachronique. Autant que les Américains, les Canadiens brandissent leur drapeau et se plaisent à considérer leur pays comme le meilleur au monde. Cela se reflète quotidiennement dans la presse de langue anglaise du Canada. Horowitz notait encore l’esprit de tolérance au Canada au regard de la diversité idéologique, notamment à l’endroit des courants socialistes et séparatistes au Québec. Cet esprit a pu se manifester pour un temps. Depuis 1995, surtout, il a fait suite à une intolérance à l’américaine, même à l’endroit de souverainistes repentis. Le pearsonisme des années 1960 a laissé la place au trudeauisme jacobin et à l’ardent nationalisme du gouvernement Chrétien.

16Horowitz pouvait souligner en 1966 que le Parti libéral du Canada (PLC) n’était pas, comme le Parti démocrate (PD) aux États-Unis, le parti des travailleurs syndiqués. Il notait qu’au moins un quart des syndiqués au Canada appuyait le NPD. On peut douter que cela soit encore vrai aujourd’hui. D’ailleurs, même si c’était le cas, il faudrait bien remarquer que les trois quarts des syndiqués votent libéral.

17Horowitz opposait le caractère centriste (classless) du PLC par rapport au PD américain qui s’adresse aux classes moyennes. Force est de constater que cela n’a plus guère de sens aujourd’hui. Le populisme de Ronald Reagan et de George W. Bush a eu raison des quelques recours à la classe sociale auxquels le PD pouvait s’adonner.

  • 14 Gad Horowitz, ibid., p. 169.

18Déjà, en 1966, Horowitz prenait soin de faire remarquer que « le torysme et le socialisme, pour significatifs qu’ils soient, n’étaient que des touches14 » sans plus. Faut-il en conclure que le Canada a perdu son caractère distinctif ? Pas vraiment, car la touche tory a déjà permis à l’État canadien de mettre en œuvre des interventions dont plusieurs semblent irréversibles. Il faut certainement conclure, par ailleurs, que le Canada est devenu plus semblable aux États-Unis, non pas plus différent. En conséquence, l’influence américaine, dont celle du conservatisme, est plus forte que jamais au Canada.

Un conservatisme de type américain

19Les Canadiens se sont faits fort récemment de souligner les différences de leur politique extérieure axée sur le multilatéralisme à l’opposé de l’unilatéralisme d’un gouvernement américain sous l’influence des néoconservateurs. Ils ont voulu faire état de leur progressisme en matière sociale tandis que les Américains entretenaient des attitudes très conservatrices.

20Or, depuis 2005, le conservatisme américain est apparu moins puissant qu’il ne paraissait. Les Américains ont fini par percevoir l’immense supercherie qui accompagnait le soi-disant moralisme affiché par leur gouvernement. Les scandales n’en finissent plus de s’accumuler au sein d’un Parti républicain dont plusieurs membres apparaissent d’autant plus immoraux qu’ils se sont drapés du manteau de la vertu.

21Sans doute le conservatisme est-il encore bien présent aux États-Unis. Plusieurs des démocrates élus à l’élection législative de 2006 maintiennent un certain nombre de positions conservatrices. Mais dans l’ensemble de la population, bien plus attachée à son bien-être matériel qu’à ses valeurs religieuses, il semble bien que la liberté de choix en matière d’orientation sexuelle, d’avortement, de recherche sur les cellules souches l’emporte sur les attitudes plus restrictives.

22Au Canada, par ailleurs, le conservatisme de type américain a fait surface. En janvier 2006, la population canadienne a élu un gouvernement conservateur proche des attitudes des milieux conservateurs américains. Certes ce gouvernement minoritaire n’arrivait toujours pas, en juin 2008, à recueillir l’appui de plus de 35 % de la population, mais il démontre bien que le conservatisme à l’américaine est présent au Canada, en particulier en Alberta, la province la plus prospère du pays, celle dont la population croît le plus rapidement.

  • 15 “Indeed, as the UN monitoring report found, Canada has been one of the very worst offenders agains (...)

23Les Canadiens se sont targués de favoriser le protocole de Kyoto, de ce que le gouvernement libéral de Jean Chrétien ait entériné officiellement ce traité et se soit engagé à respecter ses exigences. Or nous savons maintenant qu’au cours de la période de 1990 à 2003, le Canada, loin de se rapprocher de la réduction de 6 % à laquelle il s’est engagé, a plutôt augmenté ses émissions de gaz à effet de serre dans une proportion de 24,2 %. Durant la même période, ces émissions ne s’accroissaient que de 13,3 % aux États-Unis15. Que l’opposition libérale s’obstine encore en 2007 à croire que l’objectif d’une réduction de 6 % soit possible pour 2012, cela dépasse l’entendement !

24Le dossier du Québec en matière d’environnement est passablement meilleur que celui de l’ensemble du Canada, en grande partie en raison de l’alimentation en énergie à même une abondante ressource hydroélectrique peu polluante. Tout de même, une véritable politique de restriction de la consommation du pétrole se fait attendre, tant au Québec que dans l’ensemble du Canada. Le citoyen québécois peut témoigner que l’on ne nous a pas encore demandé, au moment où ces lignes sont écrites, le moindre sacrifice que ce soit quant à notre utilisation excessive de l’automobile. Les Québécois sont toujours amateurs de grosses voitures énergivores. Au Québec, l’utilisation de l’automobile est en hausse tandis que le transport en commun régresse. Les régions où la croissance démographique est la plus forte sont celles dont les habitants sont les plus dépendants de l’usage fréquent du transport par automobile.

25À cet égard, il faut noter que le conservatisme se manifeste davantage aux États-Unis dans les zones qui entourent les villes, tout particulièrement dans ce qu’on appelle les exurbs, ces couronnes semi-urbaines situées au-delà des banlieues traditionnelles, jusqu’à cent kilomètres des villes-centre et dont l’existence repose sur un usage incessant de l’automobile. Dans ces régions, les gens vivent dans des maisons de plus en plus spacieuses, isolées les unes des autres. Ils ont tendance à se retrancher dans leur appartenance à une communauté particulière, le plus souvent homogène, à s’appuyer sur des valeurs familiales et traditionnelles, à accorder une grande importance à leur sécurité.

26Il en va de même au Canada, tout particulièrement au Québec. Le sursaut conservateur qui s’est manifesté aux dernières élections à l’Assemblée nationale du Québec (26 mars 2007) est en étroite corrélation avec l’habitation dans des zones semi-urbaines. Dans la ville de Québec, d’abord, où la conservatrice Action démocratique du Québec (ADQ) a obtenu de forts appuis, il faut noter que ce sont surtout dans les anciennes banlieues récemment fusionnées qu’on a élu ses candidats. On notera que la région de Québec est particulièrement bien pourvue en autoroutes. En proportion de sa population, les voies rapides y sont plus nombreuses que dans l’agglomération de Montréal. Ailleurs au Québec, ce sont dans les couronnes semi-urbaines identifiées par les codes téléphoniques régionaux 450 et 819 (partiellement) que l’ADQ a connu des succès.

27Ces populations se caractérisent par leurs sentiments négatifs à l’égard de la grande ville et de ce qu’elle représente : la diversité culturelle, une grande permissivité morale, l’éclatement des familles, un certain nationalisme civique qu’on dit sans âme et sans référence à la majorité francophone et à son enracinement historique. Les valeurs qu’on veut promouvoir sont passablement les mêmes que celles qui sont le lot des exurbs américains. Ces régions sont en forte croissance aux États-Unis, ce qui laisse croire que le conservatisme américain est encore bien vivant. Les régions analogues au Canada, au Québec comme ailleurs, connaissent aussi une forte croissance démographique.

28On peut donc prévoir que la véritable vie urbaine et ce qu’elle suppose de contacts sociaux quotidiens, de mouvements collectifs et d’organisation sociale sont en voie de péricliter en Amérique du Nord. Le phénomène d’une urbanisation toute virtuelle ne peut que favoriser un certain conservatisme social caractérisé par l’individualisme et l’appartenance à des communautés homogènes.

29Il est toujours possible qu’un réveil écologique authentique se produise et soit accompagné d’une prise de conscience de ce que désormais les villes sont appelées à produire moins de pollution, moins de dommage à l’environnement que les zones semi-urbaines sillonnées par des autoroutes et donc sujettes à des émissions considérables de gaz à effets de serre. Il n’y a présentement pas de signe que cela soit en train de se produire à grande échelle en Amérique du Nord.

30La croissance du conservatisme peut donc être liée à celle de la société de consommation et aux modes de vie qu’elle entraîne. Ce phénomène s’est manifesté avec une ampleur nouvelle aux États-Unis au cours des quelque trente dernières années, au point d’affaiblir la tradition libérale américaine. Les Canadiens, ayant répudié le conservatisme lié à l’origine de leur pays pour devenir tout à coup plus libéraux que les Américains, ont pu se croire à l’abri de cette vague contemporaine. Il faut bien constater que c’était là en grande partie une illusion. Les facteurs majeurs de ce conservatisme sont à l’œuvre au Canada tout autant qu’aux États-Unis. On aurait donc tort de négliger l’appartenance continentale du Canada.

Notes

1 Gad Horowitz, “Conservatism, Liberalism and Socialism in Canada : An Interpretation”, in Canadian Journal of Economics and Political Science, 1966. Horowitz introduit la notion de « red tory » pour caractériser une tradition canadienne à la fois libérale et empreinte d’un conservatisme teinté de communautarisme.

2 C’est le politologue américain Louis Hartz qui est à l’origine de la théorie du fragment qui considère les nouvelles sociétés issues de grandes migrations, les États-Unis d’abord et aussi l’Amérique latine, le Canada, l’Australie et l’Afrique du Sud, comme des fragments de l’ancienne Europe. Ces fragments seraient caractérisés par une longue cristallisation idéologique. Voir Louis Hartz, The Liberal Tradition in America, New York, Harcourt & Brace, 1955 et Louis Hartz (éd.), Les Enfants de l’Europe, Paris, Éditions du Seuil, 1968.

3 Seymour Martin, Revolution and Counterrevolution : Change and Persistence in Social Structures, NewYork, Basic Books, 1968 et Continental Divide : the Values and Institutions of the United States and Canada, New York, Routledge, 1990.

4 Michael Adams, Fire and Ice: The United States, Canada and the Myth of Converging Values, Toronto, Penguin Canada, 2003.

5 Philip Resnick, The European Roots of Canadian Identity, Peterborough, ON, Broadview Press, 2005.

6 Voir à ce sujet l’ouvrage éclairant de l’historien Allan Smith, Le Canada : une nation américaine ? Réflexion sur le continentalisme, l’identité et la mentalité canadienne, traduction de l’anglais par Sophie Coupal, Collection « Americana », Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005. Selon Smith, on ne comprendra rien au Canada si on ne le situe pas dans le cadre du continent nord-américain.

7 Voir entre autres André Kaspi, Les Américains. I. Naissance et essor des États-Unis, 1607-1945, Paris, Seuil, « Points Histoire », 1986, p. 112 ; John Herd Thompson et Stephen J. Randall, Canada and the United States : Ambivalent Allies, Montréal, McGill-Queens University Press, 1994.

8 Voir à ce sujet David V.J. Bell, “The Loyalist Tradition in Canada”, in Journal of Canadian Studies, May 1970, p. 24 sqq. et du même auteur, The Roots of Disunity : A Study of Canadian Political Culture, Toronto, Oxford University Press, 1992.

9 Cité par W.L. Morton, The Canadian Identity, Toronto, The University of Toronto Press, 1961, p. 64.

10 Le premier porte sur la collaboration intense entre les forces armées des deux pays, alors que le Canada est engagé dans la guerre contre l’Allemagne, et sur la création de la Commission conjointe pour la Défense, une institution qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Le second porte sur la libéralisation des échanges relatifs à la production des armements pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Cette mesure a été reprise par un accord de temps de paix conclu en 1959 (accords de partage de la production de défense).

11 George Grant, Lament for a Nation: the Defeat of Canadian Nationalism, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1965.

12 Cette loi établit un droit de regard du Parlement canadien sur un référendum québécois portant sur la sécession, tant sur la formulation de la question que sur les résultats.

13 Gad Horowitz, op. cit., p. 150.

14 Gad Horowitz, ibid., p. 169.

15 “Indeed, as the UN monitoring report found, Canada has been one of the very worst offenders against the Kyoto agreement. Having pledged a 6-per-cent reduction, Canada has since increased greenhouse-gas emissions by 24 per cent, resulting in a 30-per-cent gap between commitment and reality […].
From 1990 to 2003, the U.S. increased its emissions by ‘only’ 13.3 per cent, compared to 24.2 per cent for Canada.” Jeffrey Simpson, “The Dirty Lowdown about Canada’s Commitment to Kyoto”, in The Globe and Mail, Dec. 2, 2005, p. A19.

Auteur

Professeur émérite au département de science politique de l’université Laval à Québec (Canada). Il est aussi président de l’Observatoire sur les États-Unis à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM (Université du Québec à Montréal). Il est l’auteur de Bilan du nationalisme au Québec, Montréal, L’Hexagone, 1986 ; avec Alfred O. Hero Jr, Le Québec dans l’espace américain, (Québec Amérique, 1999) ; et, avec Charles-Philippe David et Justin Vaïsse, La politique étrangère des États-Unis : fondements, acteurs, formulations (Paris, Les Presses de Sciences-Po, 2003).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search