Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

I. Le conservatisme au Canada

L’évanouissement du « toryisme » canadien : les programmes du Parti conservateur de 1993 à 2006

Paul Lucardie

Résumé

Old Tories never die, they just fade way:” That might be the conclusion drawn from a qualitative analysis of election platforms of the Progressive Conservative Party of Canada and its successor, the Conservative Party of Canada, in the period 1993-2006. Loyalty to the British Empire made way for a pro-American foreign policy, aristocratic scepticism for prudent populism; corporatism was replaced by individualism, state interventionism by business liberalism, while moralism has been added as a new element – no doubt due to the influence of the Reform Party, which first competed and then merged with the Progressive Conservative Party.

Texte intégral

  • 1 Colin Campbell et William Christian, Parties, Leaders and Ideologies in Canada, Toronto, McGraw-Hil (...)
  • 2 Gad Horowitz, “Conservatism, Liberalism and Socialism in Canada: An Interpretation”, in Hugh G. Tho (...)
  • 3 Steve Patten, ‘“Toryism’ and the Conservative Party in a Neo-Liberal Era”, ibid., p. 135-147 ; voir (...)

1Le toryisme se distingue par la loyauté à la monarchie (britannique, bien sûr), un scepticisme aristocratique vis-à-vis de la démocratie et de l’égalité, mais aussi par un certain collectivisme et un appui indéfectible à l’unité nationale – pensons à l’idée de « One Nation » de Disraeli1. L’idéologie du Parti progressiste-conservateur du Canada était (surtout) le produit d’un héritage loyaliste, donc apparenté au toryisme anglais, bien qu’elle ait été toujours influencée par le libéralisme2. Cet élément libéral est devenu de plus en plus fort au XXe siècle, et surtout après 1983 quand Brian Mulroney et ses amis ont imposé le pari d’un néolibéralisme à l’américaine (selon Steve Patten) ou d’un business liberalism (selon Campbell et Christian)3 sur le parti. Après 1993, la concurrence électorale avec le Parti réformiste a renforcé ce libéralisme de droite et a combiné un soupçon de conservatisme moral ou de néoconservatisme et de populisme réformiste. La fusion entre les deux partis, Parti conservateur progressiste et Parti réformiste – qui donna naissance d’abord à l’Alliance canadienne – donnera le coup de grâce au toryisme en 2004. Voilà les hypothèses qui guideront mon analyse des programmes du Parti conservateur (progressiste et nouveau) de 1993 à 2006. Pour des raisons pratiques, notre analyse ne remontera pas au-delà de l’année 1993.

  • 4 En effet, ce n’est pas si façile d’obtenir le programme d’un parti politique canadien. Je voudrais (...)
  • 5 Steven Wolinetz, “Beyond the Catch-All Party: Approaches to the Study of Parties and Party Organiza (...)

2L’étude de l’idéologie d’un parti politique au moyen de ses programmes peut être problématisée. On a dit que c’est le propre des politologues paresseux, qui restent à la maison au lieu d’aller enquêter sur les militants ou de participer (comme observateur) au congrès du parti, par exemple4. Un programme est en général assez vague, abstrait et plein de rhétorique. Que cela soit souvent le cas, on ne peut pas le nier. Et pourtant, on ne peut pas nier non plus que le programme aura une certaine influence sur les militants du parti, et sur les journalistes qui, en écrivant sur ce parti, pourront influencer bien des électeurs. En outre, même les programmes du Parti conservateur du Canada, qui est considéré souvent comme un parti « attrape-tout » (catch-all party), donc assez pragmatique et même opportuniste, contiennent des propositions assez concrètes5.

Un peu tory et bien libéral : le programme de Kim Campbell (1993)

  • 6 James P. Bickerton, « Crime et Châtiment : le Parti Progressiste-Conservateur du Canada entre 1984 (...)
  • 7 Parti progressiste-conservateur, Making Government Work for Canada. A Taxpayer’s Agenda/Faisant tra (...)
  • 8 Ibidem, p. 29-30.

3Kim Campbell fut élue chef du parti en juin 1993, quelques mois avant les élections de novembre qui aboutirent à la déroute de sa formation politique, soit la perte de 167 des 169 sièges qu’elle détenait à la Chambre des communes. Comme l’a écrit Bickerton, le Parti progressiste-conservateur avait aliéné son électorat traditionnel en cherchant une alliance avec les populistes de l’Ouest et les nationalistes « mous » du Québec6. On peut dire que son programme, assez bref, mélangeait toryisme et libéralisme économique. D’abord Campbell voulait éliminer le déficit et réduire les dépenses publiques sans augmenter les impôts – mais aussi sans démolir l’État-providence. Elle proposait aussi un « partenariat pour le travail » entre le gouvernement et le secteur privé, les employeurs et les syndicats ainsi que la collaboration entre les syndicats, les entrepreneurs, les parents et les enseignants pour créer du travail pour les jeunes7. Ces propositions bien modestes ressemblent à une forme de corporatisme – c’est-à-dire la tradition de collaborer étroitement avec l’industrie et les syndicats, ou d’autres corps intermédiaires existant entre l’État et le citoyen – ou bien un collectivisme bien modeste, comme dans les partis démocrates chrétiens de l’Europe. Le programme de Campbell ne contenait pas de propositions d’ordre moral et à peine de revendications populistes. Elle voulait renforcer les pouvoirs du Parlement et réduire ceux des chefs de parti8.

Plus libéral encore : le programme de Jean Charest (1997)

  • 9 S. Patten, op. cit., p. 140.
  • 10 Parti progressiste-conservateur, Let the Future Begin. Jean Charest’s Plan for Canada’s Next Centur (...)
  • 11 C. Campbell et W. Christian, op. cit., p. 28.

4Après la défaite de 1993, il ne restait que deux députés du Parti conservateur aux Communes, Elsie Wayne et Jean Charest. Le Québécois Charest devint rapidement chef du parti. Comme l’explique Steve Patten, son programme « marked the zenith of market liberalism’s influence within the Conservative party9 ». Charest voulait réduire l’impôt sur le revenu (de 10 %) et les taxes sur les compagnies et sur les affaires (de 4 %) ; de plus il voulait diminuer les règles bureaucratiques et réduire l’assistance chômage pour les jeunes à moins qu’ils ne soient en formation professionnelle10. D’autres mesures traduisaient également un libéralisme économique : abolir le ministère des Travaux publics et privatiser ces travaux ; diminuer les dépenses militaires et réduire l’aide aux pays en voie de développement. D’un autre côté, Charest voulait retenir le régime de pensions du Canada en augmentant les contributions individuelles, et même améliorer la santé publique en transférant plus de crédits du gouvernement fédéral vers les gouvernements provinciaux. Pourtant il voulait aussi réduire la dette publique. En somme, au plan économique, l’État serait plus restreint et plus faible vis-à-vis des entrepreneurs et du marché. Mais, au plan de la justice, l’État serait plus dur et plus sévère envers les criminels. Le corporatisme assez mou de Campbell a été remplacé par l’individualisme libéral de Charest. Plus question de collaboration avec les syndicats. Et au lieu d’insister sur l’unité nationale, comme le veut la tradition tory, Charest proposait un fédéralisme plus coopératif et plus équilibré, protégeant la culture unique du Québec mais sans lui donner de privilèges. De plus, les provinces obtiendraient le droit d’élire les sénateurs – une revendication populiste qui n’aurait pas plu au fondateur du parti, le tory Sir John A. Macdonald11.

Le programme un peu plus tory de Joe Clark (2000)

  • 12 S. Patten, op. cit., p. 141-144.

5En 1998, Charest devint le chef du Parti libéral du Québec et quitta la scène fédérale. Pour sa part, Joe Clark, Premier ministre de 1979 à 1980, devint le nouveau chef du Parti progressiste-conservateur. On l’a décrit comme un vrai Tory, même comme un Tory rouge12. À l’époque, Clark refusait de fusionner ou même de collaborer avec le Parti réformiste, tandis que bien des conservateurs albertains et ontariens avaient choisi de rejoindre les rangs de la nouvelle Alliance canadienne proposée par les réformistes en 2000.

  • 13 Parti progressiste-conservateur, Change You Can Trust – The Progressive Conservative Plan for Canad (...)

6Toutefois, le programme de Clark avait des relents de libéralisme – et aussi un peu de populisme. Lui aussi voulait rembourser la dette publique (en 25 ans), réduire les taxes sur les compagnies et les impôts sur les gains en capital, et il se promettait de diminuer les règles bureaucratiques. Contrairement à la tradition tory, il défendait le libre-échange et l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Et il voulait faire élire les sénateurs, comme l’avait proposé le Parti réformiste. Par contre, en élevant le seuil de l’impôt sur le revenu, il voulait aussi aider les gens aux revenus modestes. D’autres mesures fiscales seraient utiles aux familles et à l’agriculture et à la construction navale. De plus, Clark voulait améliorer la santé publique, renforcer Radio-Canada – revendiquant plus de contenu canadien – et protéger la diversité culturelle du Canada. Son programme contenait aussi des éléments plus ou moins corporatistes dans le domaine du développement régional et de l’environnement. En parlant des problèmes de la biotechnologie, il se référait à la tradition de son parti de collaborer étroitement avec les provinces, l’industrie et les consommateurs13. En somme, on peut dire que le programme de Joe Clark était plus tory que celui de Charest, tout en demeurant dans le giron du libéralisme.

Libéralisme économique et conservatisme moral : le premier programme de Stephen Harper (2004)

7Clark est en mesure de différer la fusion avec les réformistes, mais pas de l’empêcher. Quand Peter Mackay succède à Clark en 2003 comme chef du parti, il négocie – malgré sa promesse de maintenir l’indépendance du parti – sa fusion avec l’Alliance canadienne. Le nouveau Parti conservateur élisait alors Stephen Harper, ancien député réformiste, comme chef.

  • 14 Parti conservateur, We Must Demand Better. Platform 2004 / Il faut demander mieux. Plateforme 2004,(...)

8Un an plus tard, en 2004, les élections avaient lieu sur fond de scandale des « commandites » – le gouvernement libéral ayant payé à peu près 100 millions de dollars à ses amis politiques afin de convaincre les Québécois qu’il valait mieux rester au Canada que de s’en séparer. Naturellement, le Parti conservateur clouait les libéraux au pilori et promettait de « faire le ménage au gouvernement » et d’en finir avec la corruption, le gaspillage et la mauvaise administration14. Harper voulait mettre fin aux dons de la part des syndicats et des sociétés aux partis politiques. Il pensait que le Parlement devrait nommer un commissaire à l’éthique indépendant et confirmer la nomination des hauts fonctionnaires comme les juges de la Cour suprême. Tous les votes au Parlement, à l’exception du vote sur le budget et le budget principal des dépenses, seraient des votes libres pour les députés. Bien sûr, il faudrait un Sénat élu, efficace et représentant toutes les régions de façon équitable. Par contre, Harper ne proposait pas le référendum, cette institution populiste chère au Parti réformiste, pour essayer de démocratiser davantage le processus politique.

  • 15 Ibidem, p. 38-39.

9Il voulait collaborer davantage avec les provinces et demander l’approbation de la majorité des gouvernements provinciaux pour la mise sur pied de tout programme à frais partagés – un pouvoir important pour le gouvernement fédéral. Sur le plan économique, Harper proposait des mesures libérales comme la réduction de l’impôt sur le revenu, le remboursement de la dette publique (une promesse un peu vague !), la limitation des subventions aux entreprises et la réduction des impôts sur le capital et sur les gains en capital. Conforme au libéralisme économique est aussi l’imposition d’un régime de droits de propriété individuels dans les réserves des Autochtones. Bien libérale et contraire au toryisme semble également l’ambition d’approfondir l’ALENA et d’améliorer le partenariat entre le Canada et les États-Unis15. Peu libérales et plutôt conservatrices, par contre, étaient les revendications de peines plus lourdes pour les crimes graves et les augmentations des dépenses militaires (1,2 milliard de dollars par an). Un élément nouveau – au moins pour le Parti conservateur – était la définition du mariage. Harper regrettait l’abolition de la définition traditionnelle par le Parti libéral et promettait un vote entièrement libre au Parlement sur la question.

10En somme, on peut dire que le premier programme de Harper puisait surtout ses sources d’inspiration dans le libéralisme économique (business liberalism) et le conservatisme moral – autrement dit le « néoconservatisme ».

Le deuxième programme de Stephen Harper (2006)

  • 16 Parti conservateur, Changeons pour de vrai : un gouvernement honnête qui travaille pour vous, Ottaw (...)
  • 17 Ibidem, p. 33.

11En 2006 le Parti conservateur l’emporta sur le Parti libéral aux élections (pour la première fois depuis 1988) bien que Harper n’ait pas obtenu la majorité absolue des suffrages. Le deuxième programme de Harper différait un peu du premier. Parfois il était plus précis, par exemple, quand il proposait de réduire la dette publique d’au moins trois milliards de dollars par année. L’imputabilité du gouvernement était – encore une fois – mise au premier plan. On n’avait pas encore oublié les commandites ! Harper avait ajouté quelques propositions comme la protection des dénonciateurs ou le souhait que la passation des marchés soit plus transparente et plus libre de toute ingérence politique. Nouvelle aussi était l’allocation en matière de garde d’enfants (1 200 dollars par année), qui laisserait les parents choisir entre une garde formelle en garderie, une garde informelle ou la présence d’un parent à la maison16. La question était devenue un enjeu important aux élections, parce que le Parti libéral n’offrait pas ce choix aux parents. Qui était donc le vrai libéral ? Bien sûr, selon le Parti conservateur cette mesure serait aussi utile à la protection de la famille, ce qui lui permettait d’associer la mesure libérale à une idée force du conservatisme. On peut trouver bien d’autres idées conservatrices dans le programme, comme des peines plus lourdes pour les crimes graves, et surtout pour les crimes sexuels ; l’ambition d’empêcher la décriminalisation de la marijuana ; et, plus claire encore qu’en 2004, l’intention de rétablir la définition traditionnelle du mariage17.

  • 18 Ibidem, p. 18.
  • 19 Ibidem, p. 39.

12Au plan économique, Harper renouvelait sa promesse d’un allégement fiscal, en réduisant l’impôt sur les gains en capital et les taxes sur les entreprises. Cette fois-ci, il voulait aussi réduire la TPS (Taxe sur Produits et Services) de 7 % à 6 %. De plus, il proposait des crédits d’impôts à des fins spécifiques, comme pour l’apprentissage, les manuels scolaires, les usagers des transports en commun et le logement des personnes à faible revenu. On pourrait trouver un soupçon d’interventionnisme un peu tory dans ces propositions, bien qu’elles ne soient pas nécessairement contraires au libéralisme. Mais en même temps, Harper voulait limiter l’augmentation des subventions et des contributions du gouvernement fédéral18. À côté du système de santé publique il souhaitait des soins privés. Et il renouvelait son intention de démolir le collectivisme des réserves indiennes en introduisant un régime de droits de propriété individuels et en remplaçant la Loi sur les Indiens par une autre qui leur donnerait plus de responsabilités19. De plus, il voulait inclure le droit à la propriété dans la Constitution – une autre idée directrice du libéralisme économique et du néoconservatisme libertaire.

  • 20 Ibidem, p. 42.

13Au plan constitutionnel, Harper renouvelait la promesse d’un Sénat élu, efficace et représentant toutes les régions. Aussi, il plaidait pour un « fédéralisme d’ouverture », en collaborant avec les provinces dans les domaines de la culture, de l’environnement et du commerce20. Il voulait remédier au déséquilibre fiscal et il voulait inviter le gouvernement de Québec à jouer un rôle dans la délégation canadienne à l’Unesco.

14En résumé, le deuxième programme du nouveau Parti conservateur, bien détaillé, joignait un libéralisme économique et individualiste au néoconservatisme un peu moraliste avec un soupçon de populisme.

  • 21 Andrea Volkens, “Quantifying the Election Programmes: Coding Procedures and Controls”, in Ian Budge(...)

15On peut compléter cette analyse qualitative par une étude quantitative des programmes, codifiés pour le Comparative Manifesto Project. Dans ce projet, nous avons cherché à codifier toutes les phrases des programmes de gauche ou bien de droite21. Malheureusement, les programmes de 2004 et de 2006 ne sont pas encore codifiés. Par contre, l’analyse quantitative des programmes de 1993, 1997 et 2000 confirme que le Parti conservateur a glissé de la droite vers le centre et même un peu vers la gauche en 2000 (voir Tableau 1). Plus surprenant, ce glissement a déjà commencé avec Charest en 1997.

Tableau 1. Les positions gauche-droite des partis politiques canadiens sur le spectre idéologique : pourcentage des phrases codifiées de droite (+) ou gauche (–), 1993-2000

Tableau 1. Les positions gauche-droite des partis politiques canadiens sur le spectre idéologique : pourcentage des phrases codifiées de droite (+) ou gauche (–), 1993-2000

16Déjà bien faible il y a treize ans, aujourd’hui le toryisme a presque disparu des programmes du Parti conservateur. La loyauté à l’Empire britannique et l’antiaméricanisme ont été remplacés par l’ambition d’améliorer le partenariat entre le Canada et les États-Unis. Le scepticisme aristocratique a été remplacé par un populisme prudent : le parti propose des réformes démocratiques comme l’élection du Sénat. Il a effacé ses traces de corporatisme, c’est-à-dire sa tradition de collaboration étroite avec l’industrie et les syndicats, ou d’autres corps intermédiaires existant entre l’État et le citoyen. Le nouveau Parti conservateur ignore tout corps intermédiaire sauf la famille. Il préfère l’individualisme, le marché et le libéralisme économique au collectivisme ou à l’interventionnisme de l’État. Bien sûr, il veut maintenir l’unité du pays, mais sans centraliser le gouvernement, bien au contraire. Le conservatisme du nouveau parti est surtout d’ordre moral – mais ce moralisme est bien étranger au toryisme. Il est dû, sans doute, à l’influence des réformistes qui ont rejoint – ou même pris en charge – le nouveau Parti conservateur à la fin de l’année 2003. Mais bien avant la fusion des partis le toryisme avait perdu beaucoup de terrain, malgré sa renaissance modeste sous Clark, entre 1998 et 2003, dû à sa concurrence avec le Parti réformiste et peut-être aussi avec les autres forces politiques.

17Nous pouvons donc conclure que le toryisme s’est évanoui au Canada, bien qu’il ne soit pas tout à fait mort. Comme le disent les Anglais « les vieux soldats ne meurent jamais ». On pourrait aussi affirmer que « les vieux Tories ne meurent jamais mais ils s’affaiblissent ».

Notes

1 Colin Campbell et William Christian, Parties, Leaders and Ideologies in Canada, Toronto, McGraw-Hill Ryerson, 1996, p. 27-30.

2 Gad Horowitz, “Conservatism, Liberalism and Socialism in Canada: An Interpretation”, in Hugh G. Thorburn & Alan Whitehorn (eds), Party Politics in Canada, Toronto, Prentice Hall, 2001, 8e edition, p. 90-106.

3 Steve Patten, ‘“Toryism’ and the Conservative Party in a Neo-Liberal Era”, ibid., p. 135-147 ; voir aussi Campbell et Christian, op. cit., p. 51-59.

4 En effet, ce n’est pas si façile d’obtenir le programme d’un parti politique canadien. Je voudrais remercier les collègues canadiens qui m’ont aidé ici, surtout les professeurs Éric Belanger de l’université McGill et Chanchal Bhattacharya de l’université de York.

5 Steven Wolinetz, “Beyond the Catch-All Party: Approaches to the Study of Parties and Party Organization in Contemporary Democracies” in Richard Gunther, José Ramón Montero et Juan J. Linz (eds), Political Parties: Old Concepts and New Challenges, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 136-165; voir aussi Woolstencroft, Peter (2001) “Staying Alive: The Progressive Conservative Party Fights for Survival” in Hugh G. Thorburn & Alan Whitehorn (eds), op. cit., p. 248-263.

6 James P. Bickerton, « Crime et Châtiment : le Parti Progressiste-Conservateur du Canada entre 1984 et 1993 », in Politique et Sociétés, vol. 16, 1997-2, p. 117-142.

7 Parti progressiste-conservateur, Making Government Work for Canada. A Taxpayer’s Agenda/Faisant travailler le gouvernement pour le Canada. L’ordre du jour du contribuable, Ottawa, Parti progressiste-conservateur, 1993, p. 9, 11, 14.

8 Ibidem, p. 29-30.

9 S. Patten, op. cit., p. 140.

10 Parti progressiste-conservateur, Let the Future Begin. Jean Charest’s Plan for Canada’s Next Century/Que l’avenir commence. Le plan de Jean Charest pour le siècle prochain du Canada, Ottawa, Parti progressiste-conservateur, 1997, p 33.

11 C. Campbell et W. Christian, op. cit., p. 28.

12 S. Patten, op. cit., p. 141-144.

13 Parti progressiste-conservateur, Change You Can Trust – The Progressive Conservative Plan for Canada’s Future/Changement digne de foi – le projet du Parti progressiste-conservateur pour l’avenir du Canada, Ottawa, Parti progressiste-conservateur, 2000, p. 12.

14 Parti conservateur, We Must Demand Better. Platform 2004 / Il faut demander mieux. Plateforme 2004, Ottawa, Parti conservateur, 2004, p. 8.

15 Ibidem, p. 38-39.

16 Parti conservateur, Changeons pour de vrai : un gouvernement honnête qui travaille pour vous, Ottawa, Parti conservateur, 2006, p. 31.

17 Ibidem, p. 33.

18 Ibidem, p. 18.

19 Ibidem, p. 39.

20 Ibidem, p. 42.

21 Andrea Volkens, “Quantifying the Election Programmes: Coding Procedures and Controls”, in Ian Budge et alii (eds), Mapping Policy Preferences. Estimates for Parties, Electors, and Governments 1945-1998, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 93-109. Les résultats suivants ont été mis à ma disposition gracieusement par Andrea Volkens, chercheuse et politologue au Centre scientifique de Berlin (Wissenschaftszentrum Berlin).

Auteur

Chercheur en sciences politiques au Centre de documentation des partis politiques néerlandais et au Centre d’études canadiennes de l’université de Groningen (Pays-Bas).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search