Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

I. Le conservatisme au Canada

Un néoconservatisme à la canadienne ? Stephen Harper et l’École de Calgary

Frédéric Boily

Résumé

The term “neoconservatism” has often been used to characterize a group of intellectuals commonly referred to as the Calgary School. The Conservative Party under Stephen Harper has also been deemed “neoconservative.” But is this really appropriate? To address this question, one must first define how “neoconservatism” both draws and differs from other types of conservatism, such as reactionary or neoliberal conservatism. Only then can one determine whether the Calgary School and Stephen Harper’s governement can be described as neoconservative. We show that both the Conservative Party and the Calgary School represent a kind of synthetic conservatism, combining different conservative tendencies, of which neoconservatism is only one among several.

Texte intégral

  • 1 « Alors que le gouvernement affiche un surplus de plusieurs milliards de dollars […], demande M. D (...)
  • 2 Maude Barlow, Dormir avec l’éléphant. L’avenir du Canada à l’intérieur de la forteresse de l’Améri (...)
  • 3 Carnes Lord, « Requiem pour le néoconservatisme ? », Politique américaine, no 5, étéautomne 2005.

1Il est fréquemment avancé, dans certains médias comme dans les débats politiques, que le gouvernement mené par Stephen Harper est néoconservateur. Par là, on veut dire que les politiques conservatrices seraient inspirées fortement par celles des républicains de George W. Bush. Sur la scène politique, les libéraux utilisent souvent cette tactique de l’association avec « l’ami » américain. Ainsi, dès son entrée à la Chambre des communes, le nouveau chef du Parti libéral du Canada, Stéphane Dion, a rapidement évoqué « l’idéologie néoconservatrice » du gouvernement de Stephen Harper1. Sur la scène intellectuelle, on trouve cette « accusation », si l’on peut dire, dans l’ouvrage de Maude Barlow : « Faucon proaméricain », Harper est le G. W. Bush du Canada2. On notera toutefois qu’il y a maintenant une certaine ironie à parler du néoconservatisme au Canada alors même que de l’autre côté de la frontière, on discute plutôt de la perte de vitesse, voire de la disparition, du néoconservatisme3.

  • 4 Ce groupe comprend principalement les intellectuels suivants : Tom Flanagan, David Bercuson, Barry (...)

2Pour revenir au Canada, c’est surtout un groupe d’intellectuels – communément désigné sous le vocable d’École de Calgary4 – qui est perçu comme relevant de ce courant de pensée, un groupe qui influencerait Harper comme l’ont fait les intellectuels néoconservateurs américains auprès de Bush. Or, au-delà des débats et des joutes oratoires opposant les hommes politiques à la Chambre des communes, on doit se demander ce qu’il en est vraiment.

3La question centrale ici est de définir la doctrine des intellectuels de Calgary ainsi que celle du Parti conservateur de Harper. Doit-on voir dans le gouvernement de Harper une réplique du gouvernement de Bush ? Ou alors faut-il parler d’un néoconservatisme à la canadienne désignant à la fois les intellectuels de Calgary et le gouvernement de Harper ? Après avoir défini, dans la première partie du texte, ce qu’il faut entendre par néoconservatisme, on examinera, dans la seconde, dans quelle mesure Harper et les intellectuels de Calgary peuvent être considérés comme s’inscrivant dans ce courant politique.

La synthèse néoconservatrice

  • 5 Voir l’ouvrage de Murray Friedman, The Neoconservative Revolution. Jewish Intellectuals and the Sh (...)
  • 6 Voir aussi Frédéric Boily, « Aux sources idéologiques du Front national : le mariage du traditiona (...)

4Que veut-on dire lorsque l’on parle de néoconservatisme ? On peut dire, et nous nous inspirons ici beaucoup de Murray Friedman, que le néoconservatisme est nouveau au sens générationnel du terme dans la mesure où celui-ci signifie bien l’émergence, dans les années 1930 et 1940, d’une nouvelle génération d’intellectuels ayant une origine commune5. Cette nouveauté dépasse cependant le cadre générationnel parce que le néoconservatisme promeut également une nouvelle vision du monde, une vision qui, si elle continue de s’inscrire dans le sillage du conservatisme d’antan, la dépasse sur d’autres dimensions. C’est pourquoi il importe de revenir au conservatisme afin d’en distinguer deux variantes (réactionnaire et néolibérale), pour ensuite les différencier du néoconservatisme6.

  • 7 Stéphane Rials, « La droite ou l’horreur de la volonté », in Le Débat, no 33, janvier 1985, p. 39.
  • 8 Michel Winock, « L’héritage contre-révolutionnaire », in M. Winock (éd.), Histoire de l’extrême dr (...)

5On peut définir la droite conservatrice et réactionnaire par une idée-force, comme le fait Stéphane Rials, qui est celle de « l’horreur de la volonté ». Les conservateurs se montrent particulièrement sceptiques à l’égard des capacités des hommes de pouvoir construire un monde politique commun. Récusant le volontarisme politique, les conservateurs croient que la réalité sociologique est trop complexe pour que l’on puisse maîtriser les mécanismes qui la gouvernent. Les processus sociaux échappent à une véritable compréhension et au contrôle de l’homme7. Aux constructions abstraites, les conservateurs opposent le concret et le réel8.

  • 9 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, « Pluriels », 1989, p. 76.

6C’est là tout le sens de la critique d’Edmund Burke lorsqu’il s’insurge contre la Révolution française. « Le gouvernement, écrit Burke, est une invention de la sagesse humaine pour pourvoir aux besoins des hommes9. » Ainsi, les gouvernements ne sont pas le résultat d’un acte volontaire, mais plutôt la conséquence d’un long et patient processus – la sagesse – qui dépasse les volontés individuelles.

  • 10 Philippe Bénéton, Le conservatisme, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 106.

7C’est dans ce contexte que la tradition apparaît comme l’élément central du conservatisme, c’est-à-dire qu’elle s’impose comme un « héritage […] essentiel à l’homme parce que sa raison est faible et bornée10 ». Fruit de la sagesse des générations passées, elle constitue la bouée à laquelle il faut se cramponner. Les conservateurs réactionnaires croient que la société constitue un tout organique où chacun doit demeurer à sa place. Voilà qui implique de respecter avec fidélité les hiérarchies qui sont le fondement de l’ordre social. L’organisation politique n’est pas perçue comme une association politique libre ou volontaire (théorie du contrat), mais plutôt comme une communauté dont l’antériorité précède les individus, ce qui implique une dépendance de ces derniers à l’égard de la communauté.

  • 11 Yves Roucaute, Le néoconservatisme est un humanisme, Paris, Presses universitaires de France, 2005 (...)
  • 12 On fera remarquer qu’il est inapproprié de parler de Hayek comme d’un conservateur, notamment parc (...)

8Quant à l’autre variante du conservatisme, le conservatisme néolibéral, ce qui la caractérise, c’est une impitoyable critique de l’étatisme. « Tournés vers l’avenir, anti-étatistes, apôtres de la nouvelle économie et de la mondialisation, souvent économistes, » écrit Yves Roucaute, « ces disciples de Friedrich Hayek mesurent le progrès de l’humanité dans la liberté laissée aux acteurs individuels sur le marché et dans la Cité11. » Attachés à l’égalité des droits civils, ces conservateurs militent pour un État minimum qui en vient presque à s’effacer totalement en ce qui concerne le courant libertarien. Dans la foulée de Hayek, on critique impitoyablement ce que celui-ci appelait le « planisme » étatique ou la direction centralisée de l’État, pour parler comme ce dernier12.

  • 13 Nelson Wiseman, “Going Nowhere : Conservatism and the Conservative Party”, in Mark Charlton et Pau (...)

9Ce néolibéralisme conservateur, qui se montre fort critique à l’égard du pouvoir de l’État, perçoit ce dernier comme une sorte de mal nécessaire. Aux yeux de ces conservateurs, le volontarisme étatique relève simplement de l’utopie. Selon une telle conception, l’État n’a pas vraiment à agir, son rôle consistant à s’assurer d’être le garant de l’ordre social13.

  • 14 Yves Roucaute, op. cit., p. 8.

10C’est au confluent de ces deux grands courants conservateurs que le néoconservatisme se développe. S’alimentant à l’un et à l’autre, ce dernier consiste en une sorte de synthèse, laquelle, si elle est toujours conservatrice, est également nouvelle. Comme l’explique Yves Roucaute, le néoconservatisme puise à différentes sources : chez John Locke pour l’accent mis sur les droits individuels et l’idée d’égalité ainsi que chez Hayek pour sa critique du « planisme ». Les néoconservateurs croient que le progrès ne dépend pas tant d’un accroissement des biens matériels que d’une moralité plus ferme14.

  • 15 Ibid., p. 8.

11Convaincus de l’existence d’un ordre moral transcendant, de la tradition, de la « continuité historique », tout comme de la propriété privée, le néoconservatisme avance donc l’idée selon laquelle il est nécessaire de « vivre selon le Bien » et pas simplement de chercher à bien vivre15. D’où la forte teneur morale que l’on retrouve chez les néoconservateurs ainsi qu’une critique forte des valeurs intellectuelles de la gauche.

  • 16 Alain Franchon et Daniel Vernet, L’Amérique messianique. Les guerres des néo-conservateurs, Paris, (...)
  • 17 Ibid., p. 90.

12Les relations s’avèrent parfois tendues entre conservateurs et néoconservateurs. Par exemple, les premiers reprochent aux seconds d’être trop enthousiastes envers l’interventionnisme à l’étranger, comme cela a été le cas au sein de la revue The American Conservative, où on s’est montré critique de l’intervention américaine visant à mettre fin au régime de Saddam Hussein16. C’est que les conservateurs se montrent plutôt réalistes en politique étrangère alors que les néoconservateurs se sont faits les avocats d’une sorte de « moralisme interventionniste », ce qui, à titre d’exemple, s’oppose au « réalisme amoral » d’un Henry Kissinger17.

  • 18 Pour un exemple d’une telle critique, on consultera l’article d’Andrew E. Bush, “After Compassiona (...)
  • 19 Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., p. 92.

13Nouveaux aussi parce que les néoconservateurs n’entretiennent pas le même rapport à l’État que les conservateurs, les seconds critiquant les premiers pour avoir laissé les budgets de l’État devenir trop imposants18. Certes, la méfiance à l’égard du « planisme » est aussi bien réelle du côté des néoconservateurs, mais celle-ci ne les empêche pas d’avoir confiance dans les capacités du politique de changer profondément le cours des choses. En ce sens, les néoconservateurs ne partagent pas entièrement la « phobie de l’État », emblématique des disciples les plus convaincus d’Hayek19, car ils préfèrent un État actif, ce qui déplaît aux conservateurs traditionnels. Ces derniers veulent aussi un État en mesure de défendre la communauté, mais ils voient d’un mauvais œil les aventures à l’étranger.

  • 20 Ibid., p. 92.

14Ainsi, pour défendre la civilisation contre le « Mal », l’État se doit de conserver les capacités financières pour réaliser ces buts. Les néoconservateurs étaient plutôt méfiants à l’égard des baisses d’impôts conduisant à des réductions trop importantes des budgets accordés à l’appareil militaire20. En résumé, le néoconservatisme est un conservatisme actif, en lutte contre les forces du Mal qui menacent le monde libre. Compte tenu de ce qui vient d’être dit, comment situer l’École de Calgary et le Parti conservateur par rapport au conservatisme et au néoconservatisme ?

L’École de Calgary, Stephen Harper et le néoconservatisme

L’empreinte du conservatisme classique

  • 21 Je m’inspire ici de Natalie Boisvert, « L’école de Calgary et le pouvoir judiciaire », in Frédéric (...)

15L’influence du conservatisme classique est bien présente au sein de ce groupe d’intellectuels, plus particulièrement dans sa critique élevée contre le pouvoir judiciaire. La critique conservatrice de la Charte canadienne des droits et libertés est notamment présente chez Ted Morton (maintenant ministre au sein du Cabinet du gouvernement albertain d’Ed Stelmach), celui qui passe pour être le conservateur le plus intransigeant du groupe21.

  • 22 “Of particular concern has been the Court Party’s ability to reduce the practical meaning of the C (...)

16Morton affirme que la Charte a eu un effet révolutionnaire sur la société canadienne. Selon Morton (et Rainer Knopff qui écrit sur ce sujet avec lui), la notion d’égalité formelle ou des conditions a été remplacée par celle d’égalité substantive ou des résultats, ce qui a conduit la Cour à se mettre à la remorque des minorités, récompensant ainsi les efforts d’une certaine élite universitaire22. À cet égard, Morton et Knopff regardent du côté d’Alexis de Tocqueville pour étayer leur critique et se réfèrent à l’auteur de De la démocratie en Amérique sur les dangers causés par un égalitarisme jugé débridé.

17Selon eux, la Charte remet une part du pouvoir politique entre les mains de minorités qui, au nom de l’égalité substantive, ont contourné les décisions des dirigeants élus par la majorité. Aux yeux des deux auteurs, le Canada constitue une sorte de laboratoire des perversions démocratiques puisque le pays s’est laissé entraîné vers un idéal égalitaire qui est allé trop loin : les juges de la Cour suprême, poussés par des intérêts particuliers, sont engagés dans un processus de transformation des mœurs canadiennes.

18Or, Morton fait aussi reposer sa critique sur l’importance des traditions et des habitudes dans son opposition aux mariages de conjoints de même sexe. Ainsi il affirme que l’on sait bien que l’opinion du peuple sur cette question est contre le mariage homosexuel :

  • 23 Frederick Morton, « Prendre l’article 33 au sérieux », in Daniel Cere et Douglas Farrow (éds), Le (...)

Pas besoin d’être Angus Reid pour prédire quelle serait leur opinion [celle des gens ordinaires] sur le mariage homosexuel. C’est pourquoi des groupes partisans des droits des homosexuels, comme EGALE (Equality for Gays and Lesbians Everywhere) et LEAF (Legal Education and Action Fund) sont si souvent devant les tribunaux. Ils savent qu’ils ne peuvent pas accomplir ce qu’ils veulent (aussi vite qu’ils le veulent) en comptant simplement sur le processus démocratique. Ils se servent des tribunaux pour changer l’opinion publique, non pas pour la représenter23.

19Ainsi, le peuple est le dépositaire d’une certaine sagesse, celle d’être contre les mariages de conjoints de même sexe, que le gouvernement se devrait d’écouter. C’est dans ce contexte que Morton défend l’utilisation de la clause nonobstant (article 33 de la Charte) contre ce type d’union, cette clause devenant un instrument pour conserver le véritable sentiment du peuple.

  • 24 Ian Brodie, Friends of the Court: The Privileging of Interest Group Litigants in Canada, Albany, N (...)

20Ces idées concernant le pouvoir judiciaire ont transité au sein du Parti conservateur par l’entremise de la personne de Ian Brodie. En effet, avant de devenir un proche collaborateur de Harper, Brodie s’est fait remarquer avec un ouvrage Friends of the Court, une version remaniée de sa thèse de doctorat qu’il a réalisée sous la direction de Ted Morton24. Dans cet ouvrage, Brodie poursuit dans la foulée de ses deux aînés et se montre lui aussi très critique de la judiciarisation du politique.

  • 25 Kirk Makin, “Tory Program cuts called strike against the disadvantaged”, in The Globe and Mail, Oc (...)

21L’influence de Brodie se fait rapidement sentir derrière l’un des premiers gestes posés par le gouvernement conservateur, celui de changer le processus de nomination des juges à la Cour suprême, c’est-à-dire lorsque le juge Marshall Rothstein a dû répondre, lors d’une séance publique, aux questions des représentants des partis politiques. Voilà qui rappelle le processus en cours aux États-Unis. On sent la marque de Brodie au moment où le gouvernement abolit le Programme de contestation judiciaire, programme qui avait précisément pour but de permettre à des groupes ou à des individus de porter leur cause devant les tribunaux25. Il faut aussi rappeler que le gouvernement conservateur a permis un vote libre à la Chambre des communes, défait par 175 voix contre 123, pour rouvrir le débat sur les mariages gais (7 décembre 2006). Au final, on sent une certaine volonté de la part du gouvernement canadien de mettre en pratique quelques-unes des idées élaborées par les intellectuels de Calgary qui critiquent la Charte et le pouvoir judiciaire.

La marque du conservatisme néolibéral

22D’entrée de jeu, on peut affirmer que Friedrich Hayek est probablement le penseur le plus déterminant pour comprendre les fondements de la position des intellectuels de l’École de Calgary, la veine hayékienne étant bien présente chez eux. Autant dans les écrits de Daniel Bercuson et de Barry Cooper que dans ceux de Tom Flanagan, on retrouve l’idée selon laquelle l’État doit se montrer pour le moins discret dans la gestion des affaires économiques et sociales. C’est ainsi que les critiques de Bercuson et de Cooper contre le nation-building à la canadienne tout comme celles que Tom Flanagan dirige inlassablement contre la politique autochtone du gouvernement fédéral s’inspirent largement des idées de Hayek.

  • 26 Voir Nathalie Kermoal et Charles Bellerose, « Les influences voegelienne et hayékienne dans les éc (...)

23La plupart des auteurs de Calgary affirment que la mauvaise situation économique marquant le Canada, au début des années 1990, est le résultat de l’oubli des leçons enseignées par Hayek. En cherchant à régler ce qu’il est convenu d’appeler la question de la place du Québec au sein du Canada, affirment Bercuson et Cooper, le gouvernement fédéral a perdu de vue l’intérêt économique pour se lancer dans de coûteux programmes qui ont contribué à l’expansion effrénée de l’État-providence canadien. Et lorsque Flanagan critique ce qu’il nomme « l’orthodoxie autochtone », c’est en regard de la pensée de l’auteur de La Route de la servitude qu’il élève ses arguments. Les Autochtones se retrouvent dans une piètre situation, nous dit Flanagan, parce que l’on a fait fi des leçons enseignées par Hayek, à savoir qu’il est impossible de planifier artificiellement le développement économique des peuples autochtones26. Ainsi, la réduction du rôle de l’État s’érige en un élément incontournable de l’ordre du jour des intellectuels de Calgary.

  • 27 William Johnson, Stephen Harper and the Future of Canada, Toronto, McClelland and Stewart, 2005, p (...)
  • 28 Stephen Joseph Harper, The Political Business Cycle and Fiscal Policy in Canada, Department of Eco (...)
  • 29 Ibid., p. 133-134.

24Si la critique de l’État-providence, dans la veine hayékienne, est bien présente chez les intellectuels de Calgary, elle l’est aussi chez Harper, lequel a lu La Route de la servitude lors de ses années de formation, à Calgary27. Cette influence se retrouve en effet dans le mémoire de maîtrise que le Premier ministre a rédigé au département d’économie de l’université de Calgary, même si par ailleurs, Hayek n’y est guère mentionné. Harper a cherché, dans cette thèse, à montrer que les politiques keynésiennes sont sujettes à l’influence de « political parameters », lesquels affaiblissent leur efficacité comme outil de stabilisation macroéconomique28. Dans un esprit bien hayékien, et inspiré par la théorie du Rational Choice, Harper conclut sa thèse en soulignant que la stabilisation du Canada n’a pas été vraiment efficace et que les erreurs ont été fréquentes29. Dans ce contexte, qu’en est-il de Hayek dans les politiques de son gouvernement ?

25De manière générale, on assiste aujourd’hui au sein du gouvernement canadien à un certain arrêt, pour parler comme Hayek, du « planisme ». Certes, il ne s’agit pas d’un retrait généralisé de l’État, mais, à tout le moins, on peut parler d’une sorte de freinage dans la place qu’il occupe dans la sphère publique. Mentionnons, à titre d’exemple, le fait que le gouvernement conservateur a mis fin au programme des financements des garderies que l’ancien gouvernement libéral voulait mettre sur pied. Aux yeux des conservateurs, il n’appartient pas à l’État de s’occuper de ce domaine, cela revient aux parents et c’est pourquoi le gouvernement leur remet une somme de 1 200 $ par année plutôt que de mettre en place un système national de garderies. Et l’idée parfois évoquée de restreindre les dépenses peut être vue comme participant de la même dynamique intellectuelle que la restriction des responsabilités du gouvernement dans le domaine des politiques sociales.

26Toujours dans le sens d’un désengagement de l’État, le gouvernement a également annoncé qu’il laissait tomber un important accord concernant la politique autochtone (appelé Accord de Kelowna) entre le gouvernement fédéral et les chefs autochtones. Cet accord prévoyait le versement de 5 milliards de dollars pour appuyer le développement économique et social des Autochtones.

27L’influence de Hayek se fait bien sentir (bien que ce ne soit peut-être pas tout à fait vrai dans le cas du budget de mars 2007). Mais ce mélange d’influences intellectuelles fait-il de l’École de Calgary et de Harper un gouvernement néoconservateur ?

Un néoconservatisme canadien ?

28De manière générale, la victoire de Bush a galvanisé les cercles conservateurs canadiens les plus convaincus, et ce, aussi bien au fédéral que dans la province albertaine. En effet, on croit maintenant – pensons ici à la revue Western Standard – que les républicains indiquent la voie à suivre dans la prise du pouvoir, c’est-à-dire que pour se faire élire et être durablement au pouvoir, il faut gagner la victoire sur le plan de la culture politique. Pour ce faire, il faut appliquer la recette qui a permis, croit-on, aux républicains de s’installer au pouvoir, notamment en mettant sur pied un réseau de « boîtes à idées » ou de think tanks de toutes sortes, ce qui permettra de diffuser les idées conservatrices. À cet égard, le Manning Center, dirigé par l’ancien chef réformiste Preston Manning et fondé il y a moins de deux ans, est un bon exemple de cette stratégie de diffusion des idées, nécessaire pour gagner les batailles électorales.

  • 30 Voir Anne Boerger, « Rendre au Canada sa puissance. La politique étrangère et de défense vue de l’ (...)

29S’il faut parler de néoconservatisme à propos de l’École de Calgary et de Harper, c’est également dans la façon de comprendre certains phénomènes relevant de la politique internationale. Citons notamment la conception de la politique étrangère de Bercuson et Cooper qui, bien qu’ancrée dans le courant réaliste, transcende cette dimension surtout avec l’idée de lutte contre le Mal terroriste. Comme le montre Anne Boerger, ces deux membres les plus influents du groupe ont inlassablement critiqué l’orientation suicidaire, à leurs yeux, prise par la politique étrangère canadienne sous l’ère Chrétien/Martin30. Frappés d’amnésie, les gouvernements canadiens auraient oublié que l’intérêt du Canada n’est pas de s’engager à faire des activités de maintien de la paix (peacekeeping) sur le continent africain, mais à lutter contre les forces du Mal aux côtés des États-Unis.

  • 31 Barry Cooper analyse aussi le nationalisme québécois sous le même angle, notamment dans “Quebec Na (...)
  • 32 Barry Cooper, Eric Voegelin and the Foundations of Modern Political Science, Columbia, University (...)

30Pour justifier intellectuellement cette position, Cooper s’inspire notamment du schéma d’analyse propre au philosophe Eric Voegelin, selon lequel il faut voir le phénomène terroriste comme une religion politique31. Spécialiste de la pensée de Voegelin32, Cooper décrit, dans un article réalisé pour le compte d’un think tank de droite, le Fraser Institute, le terrorisme comme une sorte de mouvement religieux.

  • 33 Barry Cooper, Unholy Terror. The Origin and Significance of Contemporary, Religion-based Terrorism (...)

Tous les régimes politiques y compris ceux de l’Ouest sont intégrés et justifiés par des récits symboliques qui relient les pratiques politiques au sens pragmatique et même séculier du terme à une réalité supérieure. C’est la raison pour laquelle il est impossible de comprendre le terrorisme contemporain sans prêter une attention particulière à la religiosité ou à la spiritualité que les terroristes contemporains placent au centre même de leurs activités33.

  • 34 Ibid., p. 42-43.

31Cette nature religieuse fait en sorte que la fermeté s’impose à l’égard de tous les mouvements terroristes, spécialement celui d’Al-Qaïda. La conclusion de son rapport est tout à fait explicite : il s’agit d’une question de sécurité nationale et une plus grande coopération avec les États-Unis se révèle essentielle34. Or, l’impression prévaut que cette pensée a migré au sein des troupes conservatrices de Harper quand certains députés conservateurs ont comparé le Hezbollah au nazisme (ce qui rappelle les dénonciations des néoconservateurs américains sur le même thème). En d’autres termes, l’idée néoconservatrice voulant que le Mal, au sens fort du terme, existe et qu’il soit nécessaire de lutter contre celui-ci, notamment en Afghanistan, est bien présente chez certains hommes politiques conservateurs canadiens. De même, on ne peut s’empêcher de déceler une influence de la position de Cooper dans la fermeté des positions prises par Harper lors des affrontements entre Israël et le Liban au cours de l’été 2006. Conséquemment, l’augmentation accordée aux budgets consacrés à l’armée paraît s’inscrire dans ce schéma de pensée.

  • 35 “Good sense to prevail over enviro-alarmism”, in National Post, Thursday, March 1, 2007, p. AN3.
  • 36 Joseph Brean, “The green fervor : Is environmentalism the new religion?”, in National Post, Februa (...)

32Finalement, l’on voit poindre, récemment, du côté conservateur, des analyses laissant entendre que la question de l’environnement relève, elle aussi, de la symbolique religieuse, notamment dans le National Post. Par exemple, Terence Corcoran, éditeur du Financial Post, parle d’Al Gore et de David Suzuki comme des prophètes de l’apocalypse: « Their joint gospel of industrial doom and green salvation, fueled by hyperbole and megalomania, appears to have captured some part of the public imagination across Canada35. » En d’autres termes, les critiques fusant du côté conservateur, entendu au sens large du terme, mettent de plus en plus en lumière la dimension religieuse dans lesquels baigneraient, croit-on, les discours sur l’environnement36.

33Dans ce contexte, existe-t-il un néoconservatisme canadien ? Sans prétendre apporter une réponse définitive, on peut cependant avancer deux hypothèses. En premier lieu, les intellectuels de Calgary présentent effectivement des traits propres à cette idéologie, notamment dans le domaine de la politique étrangère où ils s’inspirent d’auteurs qui font partie du panthéon des néoconservateurs américains, Mais, comme la veine du conservatisme néolibéral est aussi bien présente au sein de l’École de Calgary, cela vient atténuer fortement le caractère purement néoconservateur.

  • 37 Lorne Gunther, “This was hardly a Conservative budget : There is too much new spending, with billi (...)

34Il faut aussi rappeler que, depuis qu’elles sont au pouvoir, les troupes de Harper ont adopté jusqu’à un certain point le style « Red Tory », notamment lors du budget du 19 mars 2007, lequel a soulevé beaucoup de perplexité dans les milieux conservateurs. Par exemple, un chroniqueur représentatif de la mouvance conservatrice, Lorne Gunther, a été atterré de voir l’importance des dépenses annoncées par un « supposé » gouvernement conservateur, que ce soit dans le domaine du déséquilibre fiscal ou celui des dépenses en matière de services sociaux de toutes sortes37.

  • 38 Gerry Nicholls, “They might as well join the Liberals”, in The Globe and Mail, April 12, 2007, p.  (...)
  • 39 John Ibbitson, “A budget so Liberal, The Grits should sue”, in The Globe and Mail, March 20, 2006, (...)
  • 40 Cyril Doll, “The Tory-fication of Reform”, in Western Standard, April 23, 2007, p. 26-29.

35On lui reproche, comme l’a fait récemment Gerry Nicholls, ancien vice-président de l’organisme National Citizens Coalition (auparavant dirigé par Stephen Harper) d’avoir usurpé l’identité du Parti libéral38. Harper et son ministre des Finances, ont-ils tout simplement « volé » la marque de commerce des libéraux39 ? Il est vrai que ce budget peut difficilement être décrit comme un budget « minceur », mais on peut aussi parler d’une sorte de « tory-fication » du parti40.

  • 41 Daniel Tanguay, « Néoconservatisme et religion démocratique. Leo Strauss et l’Amérique », in Comme (...)
  • 42 Murray Friedman, The Neoconservative Revolution, op. cit., p. 216-218.

36En second lieu, on se doit de discuter de l’importance du fait religieux au sein de la mouvance de Calgary. En effet, le néoconservatisme américain évolue dans un environnement où les différentes dénominations religieuses ont pu s’exprimer dans l’espace public sans pour autant que l’une puisse prétendre dominer, la religion civile américaine cimentant, si l’on peut dire, la société. Si aucune religion n’a pu prétendre à la domination, il n’empêche que le religieux demeure bien présent sur la scène publique et politique des États-Unis41. Dans ce contexte, les néoconservateurs américains ont pu s’alimenter plus facilement à la droite religieuse (ils se sont en effet réconciliés avec la droite chrétienne et ce, en dépit d’un certain antisémitisme au sein de celle-ci42).

  • 43 Cité dans Alain Franchon et Daniel Vernet (éds), L’Amérique messianique. Les guerres des néo-conse (...)

37Ainsi, de nombreuses analyses de la politique américaine ont mis l’accent sur le fait que, sur le plan électoral, les républicains ont pu compter sur la force du vote religieux. Voilà qui, entre autres choses, aurait permis à Bush et aux néoconservateurs de déployer leur projet politique et de se maintenir au pouvoir. Les fondamentalistes chrétiens en sont venus à exercer un poids considérable sur la politique républicaine. À un point tel que « [l]’appui des évangélistes, » écrit Roger Cohen, « semble maintenant [en 2004] aussi déterminant pour une majorité républicaine que l’est celui des Afro-Américains pour une majorité démocrate43 ». Alimentés par le vote des fondamentalistes, les républicains de Bush ont mis de l’avant une politique susceptible de plaire à cet électorat, notamment à l’égard du Moyen-Orient et d’Israël où on appuie sans trop de nuance la politique des dirigeants israéliens, Sharon en tête. Qu’en est-il au Canada ? Retrouve-t-on ce même appui de la droite religieuse au profit du parti de Harper ?

  • 44 Marci Macdonald, “Stephen Harper and the Theo-cons”, in The Walrus, October 2006, p. 49.

38Dans un long reportage, paru encore une fois dans The Walrus, Marci Macdonald a tenté de montrer qu’il y avait aussi des « theocons » au sein du Parti conservateur. Certes, l’alliance avec les forces religieuses est plus subtile, dit-elle, mais Harper, tout comme Bush, a eu, à un moment de sa vie (dans la vingtaine), une sorte d’illumination religieuse. À partir de là, comme Bush, Harper aurait décidé de miser sur le vote des 3,5 millions d’évangélistes canadiens pour bâtir une coalition gagnante44.

  • 45 Christopher Dreher, “In Ottawa, faith makes a leap to the right”, in The Globe and Mail, September (...)
  • 46 Marci Macdonald, “Stephen Harper and the Theo-cons”, op. cit., p. 50.
  • 47 Ibid., p. 52.

39Le pari s’est avéré fructueux puisque, à la dernière élection, les pratiquants (qu’ils soient protestants ou catholiques) auraient voté en plus grand nombre pour les conservateurs45 (64 % des pratiquants protestants, plutôt évangéliques, ayant voté conservateur, ce qui signifie un bond de 24 % par rapport à la dernière élection46). La journaliste se plaît à rappeler que certains groupes défendant la famille, comme le Institute of Marriage and Family Canada, auraient l’oreille du Parti conservateur47. C’est sans compter sur le fait que l’on aime bien mentionner que Stockwell Day, trésorier provincial en Alberta, ancien chef de l’Alliance canadienne et maintenant ministre de la Sécurité publique au sein du gouvernement canadien, était lui-même prêcheur pentecôtiste avant de se lancer en politique et que Vic Toews (l’ancien ministre de la Justice) est perçu comme un représentant de l’aile « extrême » du conservatisme religieux.

40Mais encore convient-il de ne pas exagérer cette influence religieuse dans la mesure où la configuration partisane n’est pas la même aux États-Unis et au Canada, ce qui fait qu’il n’est pas facile pour un parti politique canadien de courtiser ouvertement les forces religieuses. Car si les partis politiques américains évoluent dans un contexte permettant certaines alliances, celles-ci sont plus difficiles à échafauder au Canada car la religion y a été reléguée à l’arrière-plan de la vie politique et sociale. Les partis politiques canadiens qui courtisent trop ouvertement les groupes religieux courent le risque de se voir étiqueter comme « extrêmes ». Or, lorsqu’un parti politique canadien s’éloigne (ou est perçu comme s’éloignant) du centre de l’échiquier politique, ses chances de conquérir l’électorat diminuent grandement. Ainsi, lorsqu’un parti politique tente, comme ce fut le cas avec le Reform Party, dans les années 1990, de faire alliance avec les forces religieuses, il en paie le prix fort dans les urnes, le parti n’étant pas parvenu à s’imposer hors des provinces de l’Ouest du pays. Cela veut dire que les conservateurs canadiens doivent faire preuve d’une certaine retenue à l’égard du religieux.

41Peut-être alors vaut-il mieux parler d’une sorte de synthèse conservatrice du Canada dans la mesure où l’influence néoconservatrice américaine, certes présente, n’est pas la seule. Synthèse parce que le conservatisme canadien se révèle en fin de compte travaillé par de multiples influences dont celle des néoconservateurs. En somme, il paraît plutôt excessif de parler d’un authentique néoconservatisme pour qualifier Harper et les intellectuels de Calgary.

Notes

1 « Alors que le gouvernement affiche un surplus de plusieurs milliards de dollars […], demande M. Dion, pourquoi le Premier ministre ferme-t-il 12 des 16 bureaux de Condition féminine Canada si ce n’est pour anéantir ceux qui osent s’opposer à l’idéologie néo-conservatrice de ce gouvernement ? », Hélène Buzzetti, « Entrée en scène en douceur pour le nouveau chef de l’opposition », Le Devoir, mardi 5 décembre 2006, p. Al.

2 Maude Barlow, Dormir avec l’éléphant. L’avenir du Canada à l’intérieur de la forteresse de l’Amérique du Nord, Montréal, Éditions du Boréal, 2005, p. 35.

3 Carnes Lord, « Requiem pour le néoconservatisme ? », Politique américaine, no 5, étéautomne 2005.

4 Ce groupe comprend principalement les intellectuels suivants : Tom Flanagan, David Bercuson, Barry Cooper, Ted Morton, Rainer Knopff et Ian Brodie. Ils sont (ou ont été) associés à l’université de Calgary, surtout au département de science politique. Stephen Harper connaît bien Tom Flanagan, ce dernier ayant été, entre autres, le directeur de sa campagne en 2004. Voir Frédéric Boily (éd.), Stephen Harper. De l’École de Calgary au Parti conservateur. Les nouveaux visages du conservatisme canadien, Québec, Presses universitaires de Laval, 2007.

5 Voir l’ouvrage de Murray Friedman, The Neoconservative Revolution. Jewish Intellectuals and the Shaping of Public Policy, New York, Cambridge University Press, 2005.

6 Voir aussi Frédéric Boily, « Aux sources idéologiques du Front national : le mariage du traditionalisme et du populisme », in Politique et Sociétés, vol. 24, no 1, 2005.

7 Stéphane Rials, « La droite ou l’horreur de la volonté », in Le Débat, no 33, janvier 1985, p. 39.

8 Michel Winock, « L’héritage contre-révolutionnaire », in M. Winock (éd.), Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. 30.

9 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, « Pluriels », 1989, p. 76.

10 Philippe Bénéton, Le conservatisme, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 106.

11 Yves Roucaute, Le néoconservatisme est un humanisme, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p. 7.

12 On fera remarquer qu’il est inapproprié de parler de Hayek comme d’un conservateur, notamment parce que ce dernier a écrit que « le vrai libéralisme demeure distinct du conservatisme ». Assurément. Mais lui-même ajoutait que, malgré leurs différences importantes, les libéraux devaient parfois faire alliance avec les conservateurs. Voilà ce qui peut expliquer pourquoi il existe une sorte de conservatisme néolibéral. « La Route de la servitude après douze ans », in F. Hayek, Essais de philosophie, de science politique et d’économie, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 331.

13 Nelson Wiseman, “Going Nowhere : Conservatism and the Conservative Party”, in Mark Charlton et Paul Barker (eds), Contemporary Political Issues, Toronto, Thomson and Nelson, 2006, p. 59-60.

14 Yves Roucaute, op. cit., p. 8.

15 Ibid., p. 8.

16 Alain Franchon et Daniel Vernet, L’Amérique messianique. Les guerres des néo-conservateurs, Paris, Éditions du Seuil, 2004, p. 89.

17 Ibid., p. 90.

18 Pour un exemple d’une telle critique, on consultera l’article d’Andrew E. Bush, “After Compassionate Conservatism”, in The Claremont Review, volume VI, no. 3, Summer 2006.

19 Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., p. 92.

20 Ibid., p. 92.

21 Je m’inspire ici de Natalie Boisvert, « L’école de Calgary et le pouvoir judiciaire », in Frédéric Boily (éd.), Stephen Harper. De l’École de Calgary au Parti conservateur…, op. cit.

22 “Of particular concern has been the Court Party’s ability to reduce the practical meaning of the Charter to a single value : equality.” in National Post, September 2, 2002, p. B3. Cité par Natalie Boisvert, p. 103.

23 Frederick Morton, « Prendre l’article 33 au sérieux », in Daniel Cere et Douglas Farrow (éds), Le mariage attaqué, Chambly, Éditions des Oliviers, 2005, p. 140.

24 Ian Brodie, Friends of the Court: The Privileging of Interest Group Litigants in Canada, Albany, New York, State University of New York Press, 2002.

25 Kirk Makin, “Tory Program cuts called strike against the disadvantaged”, in The Globe and Mail, October 2, 2006, p. A6.

26 Voir Nathalie Kermoal et Charles Bellerose, « Les influences voegelienne et hayékienne dans les écrits de Thomas Flanagan », in Frédéric Boily (éd.), Stephen Harper. De l’École de Calgary au Parti conservateur…, op. cit.

27 William Johnson, Stephen Harper and the Future of Canada, Toronto, McClelland and Stewart, 2005, p. 46.

28 Stephen Joseph Harper, The Political Business Cycle and Fiscal Policy in Canada, Department of Economics, University of Calgary, 1991, p. iii.

29 Ibid., p. 133-134.

30 Voir Anne Boerger, « Rendre au Canada sa puissance. La politique étrangère et de défense vue de l’Ouest », in Frédéric Boily (éd.), Stephen Harper. De l’École de Calgary au Parti conservateur…, op. cit.

31 Barry Cooper analyse aussi le nationalisme québécois sous le même angle, notamment dans “Quebec Nationalism and Canadian Politics in Light of Voegelin’s Political Religions”, in Glenn Hugnes, Stephen A. McKnight and Geoffrey L. Price (eds), Politics, Order and History. Essays on the Work of Eric Voegelin, Sheffield, Sheffield Academic Press, 2001.

32 Barry Cooper, Eric Voegelin and the Foundations of Modern Political Science, Columbia, University of Missouri Press, 1999.

33 Barry Cooper, Unholy Terror. The Origin and Significance of Contemporary, Religion-based Terrorism, Vancouver, Fraser Institute Occasional Paper, Policy Research Centre, 2002, p. 3.

34 Ibid., p. 42-43.

35 “Good sense to prevail over enviro-alarmism”, in National Post, Thursday, March 1, 2007, p. AN3.

36 Joseph Brean, “The green fervor : Is environmentalism the new religion?”, in National Post, February 10, 2007, p. A1.

37 Lorne Gunther, “This was hardly a Conservative budget : There is too much new spending, with billions heading for the provinces”, in Edmonton Journal, March 23, p. A16.

38 Gerry Nicholls, “They might as well join the Liberals”, in The Globe and Mail, April 12, 2007, p. A13.

39 John Ibbitson, “A budget so Liberal, The Grits should sue”, in The Globe and Mail, March 20, 2006, p. A12.

40 Cyril Doll, “The Tory-fication of Reform”, in Western Standard, April 23, 2007, p. 26-29.

41 Daniel Tanguay, « Néoconservatisme et religion démocratique. Leo Strauss et l’Amérique », in Commentaire, été 2006, p. 320.

42 Murray Friedman, The Neoconservative Revolution, op. cit., p. 216-218.

43 Cité dans Alain Franchon et Daniel Vernet (éds), L’Amérique messianique. Les guerres des néo-conservateurs, op. cit., p. 178.

44 Marci Macdonald, “Stephen Harper and the Theo-cons”, in The Walrus, October 2006, p. 49.

45 Christopher Dreher, “In Ottawa, faith makes a leap to the right”, in The Globe and Mail, September 23, 2006, p. F6-F7.

46 Marci Macdonald, “Stephen Harper and the Theo-cons”, op. cit., p. 50.

47 Ibid., p. 52.

Auteur

Professeur adjoint en science politique/études canadiennes, Campus Saint-Jean, université de l’Alberta (Canada). Il est l’un des auteurs de Stephen Harper. De l’école de Calgary au Parti conservateur (PUL, collection « Prismes », 2007) et il a publié Mario Dumont et l’Action démocratique du Québec : entre populisme et démocratie (Presses de l’université Laval, 2008).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search