Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

I. Le conservatisme au Canada

La transformation du conservatisme à la canadienne

Andrew Ives

Résumé

The fusion of the two Canadian right-wing parties in 2003 marked a turning point in the history of Canadian conservatism, and on a wider level revealed changes in Canadian political culture. The principal change involves the weakening of the historically dominant Red Tory current in favour of a conservatism attached to the doctrines of economic liberalism. This change is illustrated using a model inspired by the work of Louis Dumont and the concept of rising individualism. The paper goes on to deal with the changes in religious influence that help to explain the transformation of Canadian conservatism.

Texte intégral

  • 1 Créé en 1987, le Parti réformiste arrive au Parlement canadien en 1993. Trop lié dans l’esprit des (...)
  • 2 Il y eut un changement de nom purement cosmétique en 1942 quand John Bracken, ex-leader du Parti p (...)

1Depuis son arrivée au pouvoir en 2006, le Parti conservateur, sous la direction de Stephen Harper, a confirmé la preuve que la droite canadienne avait réussi sa refondation. Mis à mal par la débâcle de 1993 qui a vu le Parti progressiste-conservateur passer d’une majorité absolue des sièges à une présence parlementaire de seulement deux députés, le parti politique traditionnel de la droite canadienne était également handicapé par la présence d’un nouveau parti de droite dans l’Ouest du pays1, et avec lequel il devait composer. Pendant dix ans, les héritiers de la tradition conservatrice, ceux pour lesquels l’histoire du parti remontait directement aux conservateurs canadiens du XIXe siècle2, refusèrent des appels à l’unité de la droite, arguant de différences philosophiques majeures, et espérant que le nouveau parti ne serait qu’un feu de paille. En 2003, ayant conclu que le nouveau parti n’allait pas disparaître, et que l’unité s’imposait pour reprendre le pouvoir aux libéraux, les chefs de file du courant traditionnel ont accepté de fusionner avec leurs concurrents. L’union à droite négociée par Harper et le succès électoral du Parti conservateur, ainsi renouvelé, marquent le franchissement d’une étape importante dans la transformation du conservatisme canadien, car cette fusion a fait triompher le courant libéral au détriment de son courant paternaliste, ou Red Tory, historiquement prédominant. Cet article propose dans un premier temps de différencier ces deux types de conservatisme. Pour ce faire, nous allons utiliser une grille d’analyse inspirée par le travail de l’anthropologue Louis Dumont, et étudier la rhétorique employée par ces deux courants pour justifier les inégalités sociales. Ensuite nous allons nous intéresser à l’un des facteurs lié à la transformation du conservatisme, à savoir, le recul des Églises qui avaient traditionnellement joué un rôle important de soutien au discours du type Red Tory.

2Quand on parle de conservatisme, le terme peut s’appliquer à la société canadienne ou aux partis politiques de droite en lice lors d’élections. Autrement dit, on peut choisir d’aborder la question d’un point de vue plutôt sociologique en s’interrogeant sur le degré de conservatisme au sein de l’électorat canadien, ou bien on peut focaliser sur le parti politique du même nom afin d’analyser son programme, son discours, ses orientations dans tel ou tel domaine. Nous proposons ici de synthétiser ces deux approches, en postulant que les rapports de force entre partis, et à l’intérieur de ceux-ci, permettent de mesurer le niveau d’adhésion de l’électorat à son discours. Ainsi, les changements au sein du Parti conservateur seraient également la manifestation concrète d’une évolution de la culture politique canadienne dans son ensemble.

3On peut contester cette approche en disant qu’il est hasardeux d’établir une corrélation entre, d’un côté, les programmes et, de l’autre, les résultats électoraux, et de conclure à des changements de fond dans les attitudes de l’électorat. Certes, en regardant la volatilité des électeurs, et le manque de sophistication de l’électeur moyen envers les discours politiques, on peut postuler que la personnalité du leader politique, ou parfois le simple désir de changement, influe davantage sur sa décision que la notion abstraite d’un courant de pensée qui serait représenté dans un programme généralement peu connu de l’électorat moyen. Ce serait sans doute une critique valable si on se penchait sur une seule campagne électorale. Mais nous proposons ici d’étaler l’analyse dans le temps afin de comparer le discours conservateur à différentes époques, et de dégager de grandes tendances sur le long terme. Ici, ironiquement, le fait que les partis politiques canadiens n’aient pas de principes bien établis, et qu’ils se gardent bien d’énoncer une philosophie politique cohérente dans leurs programmes, est plutôt avantageux. Puisque les partis sont prêts à modifier leur discours pour rester en phase avec l’opinion, leurs programmes deviennent précisément un bon baromètre des changements au sein de l’électorat, et de l’évolution de la culture politique nationale.

4La définition classique de la culture politique canadienne insiste à juste titre sur le conservatisme de son électorat. Cette définition a été popularisée par l’universitaire américain Seymour Lipset qui remarque dans sa comparaison des cultures politiques canadiennes et américaines que :

  • 3 Seymour Martin Lipset, Continental Divide, New York, Routledge, 1990, p. 2.

les principes organisationnels qui ont forgé ces pays, les noyaux durs autour desquels les institutions et les événements se sont établis, étaient différents. Les uns relevaient d’une culture whig, libérale ou libertaire […]. Les autres étaient tory et conservateurs au sens britannique ou européen du terme, impliquant la nécessité d’un État fort et le respect de l’autorité, de la déférence et parfaitement intégrés par des religions hiérarchiquement organisées qui soutenaient l’État et étaient soutenues par lui3.

5Lipset présente donc la culture politique canadienne comme fondamentalement conservatrice, mais il prend soin de préciser que ce serait un conservatisme « au sens britannique ou européen » du terme. Pour saisir ce type de conservatisme, il faudrait, dans un premier temps, rappeler la distinction de base entre la droite et la gauche qui se construit par rapport à la valeur d’égalité. La recherche d’une société égalitaire constitue l’idéal des partis politiques de gauche, tandis que la droite accepte la hiérarchie, conçue soit comme l’expression d’un ordre juste préétabli par la tradition ou comme la traduction concrète de la méritocratie. Lipset nous fournit une définition du conservatisme à la canadienne qui se caractérise par son attachement à la tradition, et sa confiance dans les élites en place. Bien entendu, à gauche, on comprend que le projet qui consiste à « défendre la tradition » ne signifie rien d’autre que le maintien des privilèges de l’élite, et on conteste la motivation soi-disant altruiste d’une classe qui s’enrichit grâce à son statut. En réaction, la droite paternaliste s’entoure de valeurs rassurantes : tradition, ordre, bonne gestion. Pour gérer la cohésion sociale au sein d’une société inégalitaire, ce type de conservatisme s’appuie, comme le note Lipset, sur les Églises établies qui soutiennent et sont soutenues par l’État.

6La droite libérale, quant à elle, accepte aussi l’inégalité de la société, mais s’appuie sur un autre type d’arguments pour la justifier. D’une part, l’inégalité est présentée moins comme la manifestation d’un ordre traditionnel que comme l’établissement d’une forme de méritocratie issue du fonctionnement du marché. La mise en concurrence des individus libres produit un classement du niveau de la réussite matérielle, car ils diffèrent entre eux en termes de talent, de capacité de travail, et de disposition à prendre des risques pour s’enrichir. Au-delà du fait que ce classement est perçu comme foncièrement juste, car il est établi par un marché perçu comme parfaitement neutre, la droite libérale avance aussi que l’inégalité est nécessaire au bon fonctionnement de l’économie car elle servirait de motivation aux individus mis en concurrence les uns contre les autres. Ce courant a moins besoin du soutien des Églises établies car sa gestion de l’inégalité est fondée sur une conception de l’homme différencié par nature en termes de talent, et sur une confiance affichée dans le libre marché pour départager les gens de façon équitable. Par contre, ce courant trouve souvent un allié de taille au sein des églises évangéliques car celles-ci mettent l’accent sur la responsabilité individuelle du croyant dans sa recherche du salut et elles établissent le sentiment d’appartenance au groupe au niveau de l’église locale, ce qui les prédispose à soutenir les politiques plus individualistes de la droite libérale, comme par exemple l’idée selon laquelle l’initiative individuelle serait le principal moteur économique, ou l’attachement à la liberté de choix des individus (Public Choice School).

7La transformation du conservatisme à la canadienne est visible dans le choix d’argumentaire adopté par les partis politiques selon les différentes époques. Avec la montée de l’individualisme dans les sociétés modernes, le vieux discours de type Tory paraît désuet. Le Parti conservateur contemporain a ainsi opté très nettement pour un discours qui exprime sa confiance dans le marché pour départager les individus en concurrence. La représentation autrefois prédominante à droite qui consistait à se présenter aux électeurs comme de bons gestionnaires auxquels on pouvait faire confiance pour servir l’intérêt commun a été remplacée par un message de méfiance envers les élites : les citoyens sont invités à surveiller de près le comportement des hommes et des femmes politiques, et il est clairement question de leur retirer le maximum de responsabilités pour laisser agir la main invisible du marché, meilleur garant, avancent les conservateurs contemporains, de l’intérêt collectif.

  • 4 Louis Dumont, Homo Aequalis I. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimar (...)

8Bien que leurs arguments de justification divergent nettement, dans le fond l’attitude à l’égard de la valeur égalité ne permet pas de trancher nettement entre le conservatisme paternaliste et la droite libérale : comme nous venons de le voir les deux courants s’accommodent tous deux d’une société inégalitaire. Nous proposons donc une deuxième grille de lecture établie, celle-ci, en nous inspirant du travail de Dumont et de son concept d’individualisme4. Le travail de Dumont sur l’individualisme est le fruit d’une réflexion anthropologique comparant les sociétés modernes et traditionnelles. Nous l’avons adapté à l’étude des sociétés modernes. La figure 1 permet de faire une distinction entre certains courants politiques. L’axe horizontal sert à différencier les courants de gauche et ceux de droite eu égard à la valeur égalité. L’axe vertical permet de différencier les courants de pensée à l’intérieur des grandes familles de gauche et de droite en s’intéressant au degré d’adhésion à deux modèles de société, individualiste ou holiste.

Figure 1. Courants politiques selon deux axes : égalité/hiérarchie et holisme/individualisme

Figure 1. Courants politiques selon deux axes : égalité/hiérarchie et holisme/individualisme

* Société du type holiste : le groupe social prime sur l’individu ; l’individu s’insère dans un tout social qui le dépasse.
* Société du type individualiste : l’individu prime sur le groupe social ; la société est conçue comme un lieu de concurrence entre individus libres.

  • 5 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Vol. I, Paris, Gallimard, 1986, p. 576.

9Nous laisserons de côté les courants de gauche ainsi que ceux de droite absents ou marginaux au Canada pour nous intéresser plus précisément à ceux qui sont impliqués dans la transformation du conservatisme à la canadienne, soit la droite libérale et la droite paternaliste. La définition classique de la culture politique canadienne a toujours insisté sur l’importance du discours tory à droite, c’est-à-dire cet ensemble d’éléments qui se rapportent à la manière de concevoir la collectivité en postulant l’existence d’une nation organique au-delà du simple citoyen. Pour la droite libérale, a contrario, la société est composée d’un ensemble d’individus en concurrence les uns contre les autres, chacun mû par le désir de réussir son propre projet de vie. C’est le fondement même de la société individualiste américaine, ce que Tocqueville avait observé dès la première moitié du XIXe siècle, commentant : « la Providence a donné à chaque individu, quel qui soit, le degré de raison nécessaire pour qu’il puisse se diriger lui-même dans les choses qui l’intéressent exclusivement. Telle est la grande maxime sur laquelle repose, aux Etats-Unis, la société civile et politique5. »

  • 6 « J’ai, d’instinct, l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheu (...)
  • 7 On peut également postuler que le projet gaulliste était avantageux pour les grandes entreprises, (...)

10La droite canadienne, disaient traditionnellement les politologues, se distinguait nettement de cette droite libérale de par sa conception d’une société organique au-delà de l’individu. Les repères fournis en Europe pour situer cette distinction sont le plus souvent empruntés au modèle britannique, avec l’exemple du néolibéralisme de Thatcher et sa célèbre citation « There is no such thing as society » qui finit par supplanter le discours tory et paternaliste des conservateurs de la génération précédente. Mais, du côté français, nous avons au contraire une excellente illustration de cette conception d’un type holiste de société avec le gaullisme, qui combine le postulat de nation « organique » avec une politique économique résolument interventionniste. La personnification de la nation organique, chère au général de Gaulle, est nette dans son célèbre discours « Une certaine idée de la France6 » ; servir les intérêts de cette entité France allait l’obliger à sceller une alliance ouvertement assumée entre l’Etat et de grandes entreprises françaises, celles-ci ayant, théoriquement, à cœur de servir l’intérêt national7.

  • 8 Les libéraux, comme jadis les whigs en Angleterre, continuent à jouer sur l’idée qu’ils sont un pe (...)

11Au Canada, au début du XXe siècle, il existe ce qu’on peut appeler un gaullisme avant l’heure. Que ce soit chez John A. Macdonald ou Wilfrid Laurier, pourtant chefs de partis concurrents, on voyait clairement ce courant paternaliste et organique dans l’attachement à l’objectif de construction nationale (nation-building) à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, et dans l’alliance objective qui se forgeait entre les élites politiques et industrielles. La politique de Laurier, objectivement, consistait à poursuivre la politique nationale entreprise par ses prédécesseurs du Parti conservateur, Macdonald en particulier, et à l’améliorer. En réalité, les arguments principaux en faveur du Parti libéral présentés dans ses programmes ne sont nullement une défense des principes du libéralisme économique, ni vraiment un appel à l’égalitarisme progressiste8, mais une mise en avant de la bonne gestion par le gouvernement libéral de l’entreprise Canada Inc.

12Au Canada, ce type de conservatisme trouvait sa justification dans les principes fondateurs de la nation inscrits dans l’Acte de l’Amérique du Nord britannique avec un gouvernement qui devait œuvrer pour « la paix, l’ordre et le bon gouvernement », ce qui invitait logiquement le citoyen à laisser agir le gouvernement, et à adopter une attitude de déférence à son égard. Une illustration classique de cette tendance au début du XXe siècle est l’encadrement étroit par le gouvernement central du développement des terres de l’Ouest : les colons ont été accueillis par la police montée et les représentants des Églises. Ils ont été conseillés par une agence du gouvernement sur tout ce qui concernait les terres agricoles. On note l’importance des autorités traditionnelles dans ce modèle, et notamment le rôle clé accordé aux Églises pour le maintien de la cohésion sociale et l’intégration réussie des immigrants.

13Autre illustration de la popularité de cette politique du type paternaliste : en 1911, la proposition des libéraux de signer un traité de libre-échange avec les Américains est rejetée par la population. Lors de cette campagne électorale historique, les conservateurs arrivent à reprendre la main grâce à un discours qui porte auprès du Canadien moyen de l’époque : la nation organique est en danger, et il ne faudrait pas rejeter tout le travail accompli jusqu’ici en vue de sa construction. En 1911, les conservateurs se présentent comme le parti qui continuera à appliquer la politique nationale afin d’assurer la grandeur de la jeune nation. La propagande électorale du parti victorieux fait appel au sentiment d’appartenance au groupe social, plutôt que de faire, à l’instar des libéraux, des promesses de prospérité individuelle. Bref, ce sont les arguments dans le registre de la droite paternaliste qui portent leurs fruits encore une fois, par l’intermédiaire d’élites qui, noblesse oblige, promettaient d’assurer une bonne gestion de la nation et, théoriquement, d’œuvrer dans l’intérêt de l’ensemble du groupe social.

  • 9 Cité dans Claude Polin, Le Totalitarisme, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 7.
  • 10 Ibid., p. 11-12.

14En postulant une qualité « organique » à la nation, on peut facilement aboutir à une exacerbation du sentiment d’appartenance, et verser dans le nationalisme. La droite nationaliste constitue un exemple encore plus marqué d’adhésion au côté holiste de notre axe vertical que ne l’est l’exemple tory (fig. 1). Poussée à l’extrême, cette notion d’appartenance de chaque individu à la nation finit par subordonner l’individu aux besoins de la nation organique. On tombe dès lors dans une configuration de société holiste, de type traditionnel, avec le groupe social qui prime sur l’individu : c’est l’extrême droite et le fascisme. Les régimes fascistes avaient justement la particularité de placer les intérêts de la collectivité au-dessus des droits individuels. Mussolini, par exemple, a déclaré que « l’État est la réalité de l’individu » et il soutenait que la régénération de l’Italie devait passer par la réaffirmation de la primauté du tout sur la partie, et plus spécifiquement de la primauté de l’État sur l’individu9. Pour Mussolini, chacun devait même se considérer « comme une molécule dont les sensations et les pulsions sont celles-là mêmes de l’organisme entier10 ».

15Sans tomber dans ces excès, les courants de la droite parlementaire accordent souvent un rôle central à la « nation » dans leur discours, et s’y attachent en tant que vecteur important de cohésion sociale. Nous en avons l’illustration au Canada : le rejet du libre-échange au début du XXe siècle s’est construit justement sur le registre nationaliste, et dès son arrivée au pouvoir le conservateur Diefenbaker va rencontrer des difficultés dans ses relations avec les États-Unis en raison de sa préoccupation envers la souveraineté de la nation canadienne. En revanche, évoquer la nation n’est pas forcément le fait de la droite. Le registre de la nation est également exploité dans le projet pan-nationaliste des Canadiens anglophones de gauche dans les années 1960 en réponse au nationalisme québécois. Les gouvernements fédéraux de centre-gauche vont formuler une politique de nationalisme économique donnant lieu à la création de corporations de la couronne, et à une tentative de limitation des investissements étrangers afin d’assurer le contrôle des leviers économiques par le gouvernement canadien. Malgré le soutien de quelques « red tories », nous sommes devant un nationalisme de gauche. Ce type de discours paraît avec beaucoup plus d’acuité dans le nationalisme québécois des années 1960 et 1970, qui s’est construit sur un fort sentiment d’appartenance au groupe social, et donc sur le registre holiste d’une nation organique existant au-delà de l’individu. Mais le projet souverainiste de René Levesque proposait un projet de société avec des nationalisations à la clé, et avait recueilli le soutien des syndicats car il épousait des principes sociaux-démocrates.

  • 11 Janet Ajzenstat and Peter J. Smith (eds), Canada’s Origins: Liberal, Tory or Republican, Ottawa, C (...)

16Mettre en exergue ce registre holiste, à droite comme à gauche, pour qualifier la culture politique canadienne permet également de réintégrer dans le débat la recherche plus récente consacrée au courant du républicanisme laïque du XIXe siècle11. Souvent, on présente ces travaux comme étant en opposition directe avec les études traditionnelles qui avaient postulé l’importance de la Tory touch pour comprendre les attitudes politiques canadiennes. S’il est sans doute intéressant de souligner l’importance d’un courant de pensée républicain qui portait en lui une réponse démocratique ayant le bien commun à cœur, et de voir que celui-ci est présent au Canada au XIXe siècle, cela n’enlève rien aux chercheurs qui ont, par le passé, relevé l’importance, à droite, du sentiment national et communautaire. Ces travaux plus récents viennent simplement conforter l’idée, selon laquelle une des différences fondamentales entre les cultures politiques canadiennes et américaines a toujours été le caractère moins individualiste des attitudes politiques canadiennes envers l’État.

  • 12 W. Christian and C. Campbell, Political Parties and Ideologies in Canada, Toronto, McGraw-Hill Rye (...)
  • 13 Programme du Parti conservateur du Canada aux élections de 2006, p. 36.

17La transformation du conservatisme à la canadienne réside précisément dans l’affaiblissement de ce courant moins individualiste. Au Canada, le courant tory a persisté clairement jusque dans les années 1970 avec le conservatisme de son chef d’alors Robert Stanfield12. Déjà minoritaire, la meilleure illustration de son existence dans les années 1990 se trouve dans le refus du chef du Parti progressiste-conservateur, Joe Clark, et des cadres de rallier les partis concurrents à droite (le Parti réformiste et son successeur l’Alliance canadienne). Depuis la fusion des deux partis dans le nouveau Parti conservateur sous Harper en 2003, l’influence d’un discours attaché à une nation organique est quasi nulle. Lors des élections fédérales de 2006, les politiques économiques du Parti conservateur insistaient sur l’importance du libre marché, de la dérégulation, des baisses d’impôt, de la liberté d’entreprendre. L’ensemble du programme plaidait pour un recul du rôle de l’État, et pour une présence plus insistante du Canada dans l’économie continentale, présentée comme la seule solution pour le pays dans un monde globalisé. Quant à la place du citoyen vis-à-vis de la collectivité, les références d’ordre général révèlent une conception purement libérale. Le programme du parti vise les intérêts du citoyen individuel, et ceux de sa famille, au lieu de chercher à l’encadrer comme membre d’une nation organique qui doit avancer à l’unisson. D’ailleurs, plutôt que de se référer à la nation on préfère parler de « communautés » au pluriel, comme quand le parti affirme sa volonté de « bâtir des communautés fortes13 », ce qui va à l’encontre du discours traditionnel du type tory. Le ton général n’est pas sans rappeler le programme du Parti réformiste dans les années 1990 qui voulait décentraliser la gestion des politiques vers l’ordre de gouvernement « au plus près du citoyen », projet qui avait pour deuxième objectif l’affaiblissement du gouvernement central.

18Ce mouvement rapproche le conservatisme canadien de sa variante américaine. Pourtant, les différences persistent, et, pour les saisir, il faudrait s’intéresser au rôle de la religion. Cet exemple permet d’expliquer la force passée du conservatisme paternaliste au Canada par rapport à sa faiblesse aujourd’hui, et de comprendre les différences qui persistent entre les cas de figure canadiens et américains.

  • 14 Basis of Union, United Church of Canada, 1925.

19Historiquement, en matière religieuse, le Canada est dominé par trois grandes Églises qui s’éloignent nettement de la tradition individualiste américaine : catholique, anglicane et unie. Les deux premières ont une longue tradition d’engagement direct dans les affaires de l’État. L’Église anglicane n’a pas réussi à s’imposer en tant qu’Église d’État au Canada, mais elle a été très liée au pouvoir temporel. Quant à l’Église catholique, celle-ci s’est vue reconnaître de façon institutionnelle dans l’Acte du Québec de 1774. La troisième fut créée en 1925 par l’Acte d’Union, et réunissait les méthodistes, une bonne partie des presbytériens et bon nombre d’Églises gérées jusque-là dans la tradition congrégationaliste. Elle a été créée précisément pour remplir le rôle d’Église nationale. Dans l’Acte d’Union, texte fondateur de la nouvelle Église nationale, il est précisé que : « Nous croyons qu’il est de notre devoir, en tant que disciples et serviteurs du Christ, de soutenir la juste autorité de l’État14. »

20Examinons rapidement quelques critères de comparaison par rapport à la valeur de l’individualisme développé plus haut. Pour les Églises proches des conceptions politiques holistes, nous observons que l’église locale s’insère dans une hiérarchie nationale, voire internationale, et que cette hiérarchie cherche à jouer un rôle sur le plan temporel. En termes de doctrine, le croyant s’insère au sein d’un groupe et se perçoit comme membre d’une vaste communauté de chrétiens qui le dépasse largement. En revanche, les églises évangéliques, fortement implantées aux États-Unis, ont plus d’affinités avec les conceptions politiques libérales et individualistes. D’une part, elles sont gérées dans la tradition congrégationaliste selon laquelle l’église locale garde son autonomie, et considère qu’elle doit se consacrer prioritairement à la gestion de la congrégation locale ; d’autre part, les différents courants évangéliques convergent dans leur conviction que le salut de l’âme est avant tout une affaire relevant de la responsabilité individuelle. S’il est vrai que ces églises s’impliquent de plus en plus au plan politique, ce n’est pas afin de conclure un partenariat avec l’État, mais plutôt par sentiment du devoir chrétien d’opposition à une gestion collective perçue comme destructrice de l’individu.

21On reconnaît sans doute ce type de distinction, souvent appliquée pour différencier les catholiques des protestants. Mais au sein du protestantisme, les Églises les plus influentes au Canada sont celles qui accentuent l’importance de la communauté des fidèles. Les doctrines catholique et anglicane étant sans doute plus connues, attardons-nous davantage sur l’Église unie. Fondée sur la théologie dite du Social Gospel, sa doctrine a toujours insisté sur l’importance de la communauté des fidèles au-delà du croyant. Celle-ci est toujours actuelle, comme l’atteste cette citation tirée d’un nouveau texte officiel adopté en 2006 :

  • 15 Song of Faith, United Church of Canada, 2006.

La profession de foi vise à refléter l’esprit de l’Église unie du Canada et à répondre aux différents éléments qui la définissent dans notre contexte social, politique et historique dont la place de l’église dans la société et le contexte culturel et intellectuel dans lequel nous sommes, le sens de la « vérité », l’influence de l’économie de marché dans notre vie quotidienne […]15.

22Toujours fidèle à sa doctrine, l’Église unie continue, avec les anglicans et les catholiques, à renforcer les valeurs qui se situent du côté holiste de la grille d’analyse présentée plus haut.

  • 16 Les baptistes ont attiré 10 % de plus d’adhérents (passant ainsi de 7 % à 8,3 % du total des prote (...)

23Ces Églises, qui ont joué un rôle historique incontestable, ont aussi contribué à renforcer le courant Red Tory au Canada. Mais, aujourd’hui, elles exercent de moins en moins d’influence sur la culture politique canadienne. Dans un premier temps, le nombre d’adhérents à ces Églises a chuté. Entre 1991 et 2001, la baisse des adhérents des Églises unie et anglicane est respectivement de 8 % et de 7 %, malgré une forte progression démographique pour le pays dans son ensemble. Les adhérents ne représentent plus que 17 % de la population canadienne. Les catholiques ont réussi à croître légèrement grâce à l’arrivée d’immigrants venant de pays catholiques, mais pas au même rythme que la croissance démographique, et leur poids au sein du pays est également en recul. Plus frappants encore sont les chiffres de la pratique religieuse. En 1946, 67 % des Canadiens déclaraient aller à l’Église tous les dimanches. Ce chiffre est tombé à 28 % en 1986 et à 20 % en 2001. Cette sécularisation de la société canadienne a sans doute joué un rôle important dans la transformation du conservatisme. Dans ces conditions les Églises, autrefois dominantes, ne renforcent plus le sentiment d’appartenance au groupe social, et ne freinent plus la montée de l’individualisme. En même temps, un autre phénomène sape la force du courant tory, à savoir la montée en puissance des Églises évangéliques. Au sein du groupe des Églises protestantes, les deux Églises majeures et traditionnellement dominantes (unie et anglicane) ne représentent plus que 57 % de ceux qui se déclarent protestants. Celles qui progressent sont les baptistes, et les petites sectes protestantes évangéliques16. Les deux courbes étant inversées, on peut s’attendre à ce que les deux grandes Églises protestantes canadiennes représentent bientôt moins que la moitié des protestants, d’autant qu’elles accusent toutes deux un vieillissement important de leurs fidèles. S’il est vrai que les sectes évangéliques, même en progression, représentent un poids marginal statistiquement, il faudrait suivre à terme l’impact qu’elles auront sur le Parti conservateur contemporain, d’autant que le chef des conservateurs est membre pratiquant d’une église affiliée à la dénomination évangélique internationale Christian and Missionary Alliance.

24La fusion des partis de droite en 2003 a mis en évidence une transformation du conservatisme à la canadienne, à l’œuvre depuis des décennies. Cette transformation se traduit par le recul du courant traditionnellement dominant du conservatisme paternaliste ou Red Tory, au bénéfice de la droite libérale. Nous avons souligné, en nous inspirant du travail de Louis Dumont, que ce changement à la droite de l’échiquier politique canadien doit être mis en rapport avec la montée de l’individualisme dans les sociétés modernes. À ce titre, nous avons voulu attirer l’attention sur une corrélation directe entre la transformation du conservatisme à la canadienne et d’autres évolutions sur le plan religieux, à savoir, la sécularisation de la société canadienne, le recul des grandes Églises autrefois influentes et la montée en puissance relative des Églises évangéliques. Ces évolutions sur le plan religieux ont certainement accompagné et facilité les changements sur le plan politique, et il importe de surveiller de près l’impact qu’elles auront sur le conservatisme canadien du XXIe siècle, et par-delà sur l’évolution de la culture politique canadienne dans son ensemble.

Notes

1 Créé en 1987, le Parti réformiste arrive au Parlement canadien en 1993. Trop lié dans l’esprit des électeurs aux seules revendications des provinces de l’Ouest, le parti a changé de nom en 2000 (Alliance canadienne) pour mieux assumer ses ambitions sur le plan national.

2 Il y eut un changement de nom purement cosmétique en 1942 quand John Bracken, ex-leader du Parti progressiste manitobain, a gagné le leadership du Parti conservateur. Dans l’objectif de renouveler l’image du parti, il a réussi à imposer un changement de nom, le baptisant le Parti progressiste-conservateur. La droite canadienne s’est présentée aux électeurs sous cette étiquette jusqu’en 2003 quand, lors de la refondation des deux partis de droite en un seul, l’attribut progressiste fut abandonné.

3 Seymour Martin Lipset, Continental Divide, New York, Routledge, 1990, p. 2.

4 Louis Dumont, Homo Aequalis I. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 1977.

5 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Vol. I, Paris, Gallimard, 1986, p. 576.

6 « J’ai, d’instinct, l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires », « Une Certaine Idée de la France », 1954. Dans d’autres citations, ce processus de personnification est plus évident encore, comme dans Les Mémoires de Guerre : « À notre Dame la France, nous n’avons à dire qu’une seule chose, c’est que rien ne nous importe, excepté de la servir […] Que le jour de la liberté, elle veuille bien nous ouvrir maternellement ses bras pour que nous y pleurions de joie et pour que le jour où la mort sera venue nous saisir, elle nous ensevelisse doucement dans sa bonne et sainte terre […] » C’est justement cette nation France personnifiée qui est à la base de la philosophie politique gaulliste. Dans Jean Lacouture, Citations du Président de Gaulle, Paris, Éditions du Seuil, 1968, p. 21.

7 On peut également postuler que le projet gaulliste était avantageux pour les grandes entreprises, ce qui les encourageait à s’y inscrire.

8 Les libéraux, comme jadis les whigs en Angleterre, continuent à jouer sur l’idée qu’ils sont un peu plus près de l’homme du commun que les conservateurs, mais ce n’est pas l’argument principal.

9 Cité dans Claude Polin, Le Totalitarisme, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 7.

10 Ibid., p. 11-12.

11 Janet Ajzenstat and Peter J. Smith (eds), Canada’s Origins: Liberal, Tory or Republican, Ottawa, Carleton University Press, 1997.

12 W. Christian and C. Campbell, Political Parties and Ideologies in Canada, Toronto, McGraw-Hill Ryerson, 1983.

13 Programme du Parti conservateur du Canada aux élections de 2006, p. 36.

14 Basis of Union, United Church of Canada, 1925.

15 Song of Faith, United Church of Canada, 2006.

16 Les baptistes ont attiré 10 % de plus d’adhérents (passant ainsi de 7 % à 8,3 % du total des protestants).
Les petites sectes évangéliques sont encore minoritaires dans le pays mais certaines ont connu une croissance importante depuis 30 ans, qui s’accélère depuis 10 ans. Par exemple The Evangelical Missionary Church a réussi à accueillir 48 % d’adhérents en plus en 10 ans, les adventistes ont gagné 20 % de membres en plus (arrivant à franchir toutes deux la barre des 60 000 membres). Source : Statistiques Canada.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search